Vous êtes sur la page 1sur 17
COMMUNIQUÉ DE LA PRÉSIDENCE Le Président Bouteflika procède à un mouvement restreint dans le corps de

COMMUNIQUÉ DE LA PRÉSIDENCE

Le Président Bouteflika procède à un mouvement restreint dans le corps de la justice

P. 3

8 Dhou El - Hi dj a 1436 - Mar di 22 Sept embr e 2015 - N° 15548 - Nouvel l e sér i e - www. el moudj ahi d. com - I SSN 1111- 0287

L A R E V O L U T I O N P A R L
L A
R E V O L U T I O N
P A R
L E
P E U P L E
E T
P O U R
L E
P E U P L E

ALGÉRIE - SAO TOMÉ ET PRINCIPE

LE PRÉSIDENT BOUTEFLIK A REÇOIT LE PREMIER MINISTRE

M. Patrice Emery Trovoada : « Nous voulons relancer la coopération avec l’Algérie » l Communiqué
M. Patrice Emery Trovoada : « Nous voulons
relancer la coopération avec l’Algérie »
l Communiqué commun à l’issue de la visite en Algérie du premier ministre de Sao Tomé et Principe : Engagement
à œuvrer au renforcement de la coopération l Abdelmalek Sellal s’entretient avec son homologue de Sao Tomé et
Principe l Signature d’un mémorandum d’entente sur les consultations politiques l Le Premier ministre de Sao
Tomé et Principe visite la SNVI : Vif intérêt pour l’acquisition et la reproduction des modèles

Le Président de République, Abdelaziz Bouteflika, a reçu hier à Alger, le Premier ministre de Sao Tomé et Principe, Patrice Emery Trovoada. L'audience s'est déroulée en présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, du ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra et du ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel. M. Tovoada est arrivé dimanche dernier à Alger pour une visite de deux jours à l'invitation du Premier ministre, Abdelmalek Sellal.

P. 3

FORUM ÉCONOMIQUE ALGÉRO-POLONAIS Bouchouareb : « L’Algérie traversera la crise des prix du pétrole sans freiner

FORUM ÉCONOMIQUE ALGÉRO-POLONAIS

Bouchouareb : « L’Algérie traversera la crise des prix du pétrole sans freiner son élan de développement »

l Vers la suppression de la double imposition entre l’Algérie et la Pologne

l Création prochaine d’une commission économique mixte algéro-polonaise

P. 6

MAE

L'Algérie condamne avec « la plus grande vigueur » les attentats à Maiduguri au Nigeria

P. 24

ÉCOLE NATIONALE D'ADMINISTRATION

COMMUNIQUÉ DE LA PRÉSIDENCE Le Président Bouteflika procède à un mouvement restreint dans le corps de

Une commission de haut niveau pour réformer le mode de fonctionnement

P. 6

RECOUVREMENT DES COTISATIONS SOCIALES

Ph : Wafa
Ph : Wafa

De nouvelles dispositions

P. 8

PARTENARIAT

ÉDUCATION-SANTÉ

Lancement de classes de cours dans les CHU P. 7 Ph : Bilal
Lancement de classes
de cours dans
les CHU
P. 7
Ph : Bilal

ACQUISITION D’UN LOGEMENT SOCIAL

Lancement d’un numéro vert

P.9

Ce n t re d e p re s s e d ’ E l M o u d ja h i d

Ph : T. Rouabah
Ph : T. Rouabah

LE DG DE LA CASNOS :

« L’intégration de l’informel passe par la Sécurité sociale »

Convaincre les non-salariés de l’importance de «l’acte de cotiser», c’est le défi majeur que s’est fixé le directeur général de la CASNOS. Une Caisse qui se distingue par un équilibre financier réel. Invité, hier, du Forum d’El Moudjahid, M. Achak Youcef Chawki estime que le meilleur moyen consiste en premier à expliquer toutes les nouvelles facilitations et les avantages accordés

aux non-salariés, et que l’intégration de l’informel passe par la Sécurité sociale.

P. 8

CAF
CAF
COMMUNIQUÉ DE LA PRÉSIDENCE Le Président Bouteflika procède à un mouvement restreint dans le corps de

Belaïli écope d'une suspension de 2 ans pour dopage

P. 22

2 EL MOUDJAHID M É T É O F CE – SOLIDARITÉ NATIONALE ENSOLEILLE Rencontre de
2
EL MOUDJAHID
M É T É O
F CE – SOLIDARITÉ NATIONALE
ENSOLEILLE
Rencontre de concer tation
CE MATIN À 10H
Hommage
aux chouhada
d’El-Aqsa
Le Forum de la Mé-
moire d’El Moudjahid,
initié en coordination
avec l’Association Ma-
chaal Echahid, organise,
en collaboration avec
l’ambassade de Pales-
tine, un hommage aux
chouhada d’El Aqsa.
Les journées de l’Aïd-el-Adha
chômées et payées
Dans le
cadre du
p r o g r a m m e
de concerta-
tion du FCE
avec les mi-
nistères, une
d é l é g a t i o n
du FCE
conduite par
son président, M. Ali Haddad, sera reçue aujourd’hui
par M me Mounia Meslem, ministre de la Solidarité
nationale, de la Famille et de la Condition de la
femme.
À cette occasion, le FCE fera part des différentes
actions engagées dans le cadre du FCE solidaire, et
exposera des propositions de coopérations en concer-
tation avec le ministère.
M. Talaï à SOGRAL
Au Nord, le temps sera ensoleillé. Il
fera chaud à l’intérieur du pays.
Les vents seront faibles à modérés.
Le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale rappelle
que conformément aux dispositions de la loi n° 63-278 du 26 juillet 1963,
modifiée et complétée, fixant la liste des fêtes légales, les journées des 10
et 11 Dhou El Hidja 1436 correspondant aux 1 er et 2 e jours de l’Aïd El
Adha, sont chômées et payées pour l’ensemble des personnels des insti-
tutions et administrations publiques, services concédés, collectivités lo-
cales, entreprises commerciales, industrielles, artisanales et agricoles, y
compris pour le personnel payé à l’heure ou à la journée.
Toutefois en ce qui concerne les travailleurs exerçant sous le régime
du travail posté, ces derniers sont tenus d’assurer la continuité du ser-
vice selon l’organisation du travail mise en place par l’employeur.
Le ministre des Transports,
Boudjema Talaï, effectuera cet
après-midi à 14h30 une visite de
travail et d’inspection au niveau
de la société de gestion de la gare
routière d’Alger, Sogral, en vue
de s’enquérir des conditions de
transport à la veille de l’Aïd el-
Adha.
Sur les régions du Sud, le temps sera
chaud, avec des températures moyennes et
des vents modérés.
CE MATIN À 9H
AU FORUM DE LA SÛRETÉ
NATIONALE
M. Boudiaf
à Aïn Defla …
Températures (maximales-mini-
males) prévues aujourd’hui :
Alger (32° - 17°), Annaba (28° - 18°),
Béchar (35° - 22°), Biskra (35°- 23°),
Constantine (29° - 15°), Djelfa (30° -
16°), Ghardaïa (34° - 24°), Oran (32° -
22°), Sétif (28° - 14°), Tamanrasset (34°-
22°), Tlemcen (33° - 19°).
Conférence scientifique
Le forum de la Sûreté nationale à
l’école supérieure de police Ali-Tounsi
abrite ce matin à 9h une conférence
scientifique sur les actions de facilitation
prises au profit des voyageurs transitant
par les points frontaliers et le bilan de la
police des frontières au cours de la saison estivale.
Le ministre de la Santé, de la
Population et de la Réforme hos-
pitalière, M. Abdelmalek Bou-
diaf, effectue aujourd’hui une
visite de travail et d’inspection
dans la wilaya d’Aïn Defla.
… et à Oran
Le ministre de la Santé, de la Population et de la
Réforme Hospitalière, M. Abdelmalek Boudiaf, se
rendra à Oran du 27 au 29 septembre pour :
CE MATIN À 8H30
À L’HÔTEL HILTON
Une visite d’inspection des structures de santé le
CE MATIN À 10H
27 septembre, et présider les travaux du séminaire
CARE : les convulsions
de la scène énergétique
internationale
APW d’Alger :
réunion de travail
régional d’évaluation des wilayas de l’Ouest les 28
et 29 au niveau du complexe les Andalouses à Ain
El Turk.
Le Cercle d’ac-
tion et de réflexion
autour de l’entreprise
(CARE), avec le sou-
tien de la délégation
de l’Union euro-
péenne en Algérie,
organise une mati-
nale ayant pour
thème « Les convulsions de la scène éner-
gétique internationale, enjeux et challenges
pour l’Algérie », animée par M. Mourad
Preure, président du cabinet Energy.
La commission de la
communication, de la
technologie et de l'infor-
mation de l’APW d’Al-
ger en coordination avec
les présidents des APC et
représentants des cir-
conscriptions d’adminis-
tration se réunira ce
matin à 10h au siège de
l’APW.
El Hadi Ould-Ali et le wali d’Alger
visitent les projets de la jeunesse
Le minis-
tre de la Jeu-
nesse et des
Sports, M.
El
Hadi
CE MATIN À 9H30 AU CRA
LUNDI 28 SEPTEMBRE
À 8H30 À L’HÔTEL HILTON
Signature
d’une convention
de partenariat
entre
le CRA et Naftal
Ould-Ali, et
le wali d'Al-
ger , Abdel-
k a d e r
Zoukh, ef-
fectueront aujourd’hui une visite de travail et d’ins-
pection aux projets du secteur de la jeunesse et des
sports de la wilaya d’Alger.
Les nouvelles dispositions
bancaires et fiscales de la LFC
M . Ouali à Constantine
La Chambre algé-
rienne de commerce
et d’industrie orga-
nise, sous le haut pa-
tronage des ministres
du Commerce et des
Finances, une jour-
née d’information
sur « Les nouvelles
dispositions ban-
caires et fiscales de
la loi de finances
complémentaire 2015 ».
Dans le cadre du renforcement de ses capacités pour
l’accomplissement de sa mission humanitaire, le Crois-
sant-Rouge Algérien signera une convention de partenariat avec l’entreprise
Naftal, ce matin à 9h30 au siège du CRA.
Sa concrétisation débutera le jour même à partir de 12h par une opération de
solidarité en faveur des réfugiés syriens au centre d’accueil de Sidi Fredj.
Dans le cadre du suivi des
projets du secteur, le ministre
des Travaux publics M. Abdel-
kader Ouali, effectue au-
jourd’hui une visite de travail et
d’inspection dans la wilaya de
Constantine.
NAFTAL
M. Ghoul
à Bordj Bou-Arréridj
Les carburants
disponibles
durant
l’Aïd el-Adha
CE MATIN À 9H30 À L’HÔTEL EL-
AURASSI
Naftal informe que
durant les fêtes de l’Aïd
el-Adha, el-moubarak, et
à l’instar des autres jours,
la distribution des pro-
duits pétroliers sera assu-
rée sur l’ensemble de son
réseau de stations-ser-
vices et de ses points de
vente, de jour comme de
nuit et à travers tout le territoire national.
Le ministre de l'Aménage-
ment du territoire, du Tourisme et
de l'Artisanat, M. Amar Ghoul,
effectue aujourd’hui une visite de
travail et d’inspection dans la wi-
laya.
Conférence du président du
Conseil de la concurrence
M. Bakhti Belaïb
à Médéa
Le président du
Conseil de la concur-
rence organise ce matin à
partir de 9h30 une confé-
rence de presse autour du
rapport d’activité 2014.
Le ministre du Commerce,
M. Belaïb Bakhti, effectue ce
matin à partir de 9h une visite de
travail et d’inspection des infra-
structures relevant de son sec-
teur dans cette wilaya.

Mardi 22 Septembre 2015

Ph. : Nesrine

Nation

3

EL MOUDJAHID

COMMUNIQUÉ DE LA PRÉSIDENCE

Le Président Bouteflika procède à un mouvement restreint dans le corps de la justice

Le Président de la République, président du Conseil supérieur de la Magistrature, Abdelaziz Bouteflika, a procédé hier à un mouvement restreint dans le corps des présidents de cours de justice, des procureurs généraux ainsi que des présidents de tribunaux administratifs, a indiqué un communiqué de la présidence de la Ré- publique. "En application des dispositions des articles 78 et 154 de la Constitution, Son Excellence, M. Abdelaziz Bouteflika, Président de la République, président du Conseil supérieur de la Magistrature, a procédé, ce jour à un mouvement restreint dans le corps des présidents de cours de justice, des procureurs généraux, ainsi que des présidents de tribunaux administratifs", a précisé la même source.

"Dans ce cadre, ont été nommés Mesdames et Messieurs :

  • - Boumaza Houaria, présidente de la cour de justice de Jijel.

  • - Gasmi Djamel, président de la cour de justice de Bordj Bou-Arréridj.

  • - Moulay Abdelkader, président de la cour de justice de Naâma.

  • - Rouini Abdelhamid, procureur général près la cour de justice de Béjaia.

  • - Mehida Mokhtar, procureur général près la cour de justice de Tiaret.

  • - Belala Djilali, procureur général près la cour de justice de Sétif.

  • - Masmoudi Mohamed, procureur général près la cour de justice Saïda.

  • - Chemlal Mohamed, procureur général près la cour de justice de Skikda.

  • - Farès Abdelkader, procureur général près la cour justice de Mascara.

  • - Brahmi Lachemi, procureur général près la cour de justice d'Alger.

  • - Khedimi El-Hadj, président du tribunal administratif d'Alger.

  • - Chikhaoui Latefa, présidente du tribunal administratif de Tlemcen.

  • - Djazoul Noureddine, président du tribunal administratif de Tiaret.

  • - Ouadah Hadri, président du tribunal administratif de Mascara.

  • - Bendjeriou Karima, présidente du tribunal administratif d'Oran."

Ph. : Nesrine N ation EL MOUDJAHID COMMUNIQUÉ DE LA PRÉSIDENCE Le Président Bouteflika procède à

ALGÉRIE - SAO TOMÉ ET PRINCIPE

Le Président Bouteflika reçoit le Premier ministre de Sao Tomé et Principe

Le Président de République, Ab- delaziz Bouteflika, a reçu hier à Alger, le Premier ministre de Sao Tomé et Principe, Patrice Emery Trovoada. L'audience s'est déroulée en pré- sence du Premier ministre, Abdel- malek Sellal, du ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra et du ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel. M. Trovoada est arrivé dimanche dernier à Alger pour une visite de deux jours à l'invitation du Premier ministre, Abdelmalek Sellal.

Ph. : Nesrine N ation EL MOUDJAHID COMMUNIQUÉ DE LA PRÉSIDENCE Le Président Bouteflika procède à

M. PATRICE EMERY TROVOADA :

« Nous voulons relancer la coopération avec l’Algérie »

Le Premier ministre, chef du gouvernement de Sao Tomé et Principe, Pa- trice Emery Trovoada, a exprimé hier la volonté de son pays de relancer la coopération avec l’Algérie dans différents domaines. Dans une décla- ration à la presse à l’issue d’une audience que lui a accordée le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, M. Trovoada a indiqué que l’ami- tié entre les deux pays «est très ancienne» et que la coopération avec l’Algérie «a besoin d’être relancée sur certains axes qui sont importants, comme ceux économique, politique et diplomatique». «L’axe sécuritaire doit être aussi relancé dans la mesure où l’Algérie a une grande expérience dans ce domaine», a-t-il ajouté. Qualifiant sa visite en Algérie de «très positive», il a indiqué que les deux pays ont pu jeter de «nouvelles bases» de leur coopération. «Suite à cette visite, il y aura des visites techniques et la création d’une commission mixte qui fera le suivi de la coopération», a-t-il ajouté. «Je suis confiant que nous allons pouvoir bientôt traduire concrètement et dans les faits et pour le bénéficie des deux pays ce nou- veau départ de la coopération bilatérale», a-t-il affirmé. Il a indiqué, par ailleurs, avoir échangé avec le Président Bouteflika sur les principales questions ayant trait à l’actualité africaine et internationale et sur la si- tuation actuelle à Sao Tomé et Principe.

A b d e lm a le k S e lla l s ’e n tr e tie n t a v e c s o n h o m o lo g u e d e S a o T o m é e t P rin c ip e

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, s’est entretenu, hier à Alger, avec son homologue de Sao Tomé et Principe, Patrice Emery Trovoada, qui effectue une visite officielle de deux jours en Algérie. L’entretien s’est dé- roulé en présence du mi- nistre d’État, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération inter- nationale, Ramtane La- mamra, du ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des États arabes, Abdelkader Messa- hel, du ministre de l’Aménagement du ter- ritoire, du Tourisme et de l’Artisanat, Amar Ghoul, et du ministre des Travaux publics, Abdelkader Ouali. L’entretien a été une oc- casion aux «deux parties d’aborder l’en- semble des questions relatives à l’évolution des relations bilatérales dans les différents domaines et d’examiner les voies et moyens susceptibles de consolider la dynamique de coopération». Patrice Emery Trovoada est arrivé dimanche après-midi à Alger, et a été

Ph. : Nesrine N ation EL MOUDJAHID COMMUNIQUÉ DE LA PRÉSIDENCE Le Président Bouteflika procède à

accueilli à l’aéroport Houari-Boumediène par M. Sellal et des membres du gouverne- ment. Il avait indiqué à son arrivée que sa vi- site en Algérie était «une occasion pour re- dynamiser la coopération bilatérale», relevant le caractère «symbolique» de cette visite qui coïncide avec le 40 e anniversaire de l’indépendance de son pays. Il a rappelé, à l’occasion, que les accords d’indépen- dance pour Sao Tomé et Principe avaient été signés à Alger.

Signature d’un mémorandum d’entente sur les consultations politiques

Ph. : Nesrine N ation EL MOUDJAHID COMMUNIQUÉ DE LA PRÉSIDENCE Le Président Bouteflika procède à

monie de signature, M. La- mamra a indiqué que ce mé- morandum «permettra de renforcer les relations entre les deux pays». Le ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et de la Coopéra- tion internationale a égale- ment indiqué que «les consultations politiques sont un pas essentiel dans ce sens». «(…) Elles ouvrent la voie à la coopération», a-t-il ajouté. Il sera précisé que la décision de renforcer les rela- tions a été prise lors de la vi- site, en juillet dernier, du ministre de l'Aménagement du territoire, du Tourisme et

de l'Artisanat, Amar Ghoul, lequel a remis un «message» du Président de la Répu- blique, Abdelaziz Bouteflika, au président de Sao Tomé et Principe, Manuel Pinto Da Costa. M. Ghoul représentait l'Algérie aux festivités célé- brant le 40 e anniversaire de l'indépendance de Sao Tomé et Principe. Le président Da Costa avait exprimé, à cette occasion, sa gratitude à l'Al- gérie pour son apport à l'indé- pendance de son pays et à la signature de l'accord d'indé- pendance sur le territoire al- gérien en 1975.

Nadia K.

À l’issue des entretiens que le Premier ministre, Ab- delmalek Sellal, a eus hier, avec son homologue de Sao Tomé et Principe, Patrice Emery Trovoada, qui effectue une visite officielle de deux jours en Algérie, un mémo- randum d’entente sur les consultations politiques entre les deux pays a été signé par le ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, et son homologue de Sao Tomé et Principe. La signa- ture s’est déroulée en pré- sence du Premier ministre,

Abdelmalek Sellal, du minis-

tre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des États arabes, Ab- delkader Messahel, du minis- tre de l'Aménagement du territoire, du Tourisme et de l'Artisanat, Amar Ghoul, et du ministre des Travaux pu- blics, Abdelkader Ouali. Dans une déclaration à la presse, en marge de la céré-

Nation

4

EL MOUDJAHID

LE PREMIER MINISTRE DE SAO TOMÉ ET PRINCIPE VISITE LA SNVI

Vif intérêt pour l’acquisition et la reproduction des modèles

En visite de deux jours en Algérie, à l’invitation de son homologue Abdelmalek Sellal, le Premier ministre de Sao Tomé et Principe s’est rendu, hier dans la matinée, au siège de la Société nationale des véhicules industriels de Rouiba.

Après avoir fait le tour des principaux bâti- ments du site, l’hôte de l’Algérie a déclaré avoir été «impressionné» par le travail qu’effectuent les responsables de ladite usine. Il indique dans ce contexte : «Au vu des explications qui m’ont été données, je repars chez moi avec beaucoup d’idées», «nous sommes intéressés par l’acqui- sition des produits de la SNVI, mais également par la reproduction de ses modèles.» Rappelant que l’Afrique est un continent «exportateur des matières premières», Patrice Emery Tovoada relèvera l’importance de l’«industrialisation»

pour le développement des pays africains. De son côté, le PDG de la SNVI, Malek Saleh, a précisé, dans un bref exposé, que le groupe in- dustriel qu’il dirige s’étale sur une superficie de

  • 260 hectares. Il se compose de trois grandes

unités, dédiées respectivement aux véhicules in- dustriels, les camions et bus, la fonderie et la carrosserie. Le plan de production relève que

  • 654 camions Sappl/Mercedes Benz seront fa-

briqués d’ici la fin de l’année. Ils sont plus de

  • 700 salariés à y travailler.

Partenariat international : le Mali inté-

ressé par l’acquisition de certains produits Sollicitée par les journalistes, M me Ouchia, directrice générale de la filiale véhicules indus-

Ph. :A. Yacef
Ph. :A. Yacef

triels, a affirmé, de prime abord, que certains

pays africains, dont le Mali, «ont effectué une demande pour acquérir nos produits», souli- gnant que «nous sommes preneurs de toute commande nationale ou internationale». M me Ouchia fera savoir, à propos des nouveautés, que la SNVI fabriquera des bus pour le trans- port scolaire, et pour le transport urbain et in-

terurbain. Aussi, explique-t-elle, «la SNVI pré- pare la réalisation de bus qui fonctionneront au gaz naturel», rappelant l’existence d’un pro- gramme gouvernemental qui touche la reprise du parc automobile «léger ou de transport». Pour ce qui concerne la visite de M. Tovoada, notre interlocutrice dit qu’elle est à la fois éco- nomique et commerciale. Elle précise, dans ce

contexte, qu’ils ont été nombreux les chefs d’État ou Premiers ministres à se rendre à la SNVI, les dernières années. M me Ouchia, a af- firmé que l’hôte de la SNVI s’est dit «très» im- pressionné de «la technicité que détient la SNVI et est intéressé par l’acquisition et la reproduc- tion de nos produits». Par ailleurs, il convient de rappeler que le premier camion assemblé en Algérie, sous le label Mercedes Benz, est ré- cemment sorti des ateliers de cette usine, en présence du général de Corps d’armée, M. Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée natio- nale populaire (ANP). La Société algérienne pour la production de poids lourds de marque Mercedes-Benz Rouiba (SAPPL-MB) va livrer une première commande de 35 véhicules de ce type au ministère de la Défense nationale (MDN). Ce véhicule, doté de 6 roues motrices, lui permettant la mobilité à toute épreuve, est aussi pourvu d’un moteur appuyé par un châssis à double essieu pouvant supporter un poids total de 27 tonnes. Un autre projet de la filière mé- canique d’intégration de 25.000 moteurs/an est en cours.

Fouad I.

COMMUNIQUÉ COMMUN RENDU PUBLIC À L’ISSUE DE LA VISITE EN ALGÉRIE DU PREMIER MINISTRE DE SAO TOMÉ ET PRINCIPE

Engagement à œuvrer au renforcement de la coopération

Un communiqué commun a été rendu public, hier, à l’issue de la vi- site de deux jours effectuée en Algé- rie par le Premier ministre de Sao Tomé et Principe, Patrice Emery Tro- voada, dont voici le texte intégral :

«À l’invitation de Monsieur Ab- delmalek Sellal, Premier ministre de la République algérienne démocra- tique et populaire, Monsieur Patrice Emery Trovoada, Premier ministre et chef du gouvernement de la Répu- blique démocratique de Sao Tomé et Principe, accompagné d’une impor- tante délégation, a effectué une visite officielle en Algérie, les 20 et 21 sep- tembre 2015. Cette visite s’inscrit dans le cadre du renforcement des relations tradi- tionnelles d’amitié, de solidarité et de coopération, qui existent entre les deux pays, et traduit la volonté com- mune de leurs dirigeants d’insuffler un nouvel élan aux relations bilaté- rales. Au cours de son séjour à Alger, Monsieur Trovoada, Premier ministre et chef du gouvernement, a été reçu en audience par Son Excellence Monsieur Abdelaziz Bouteflika, Pré- sident de la République. Il s’est éga- lement entretenu, en tête à tête, avec Monsieur Abdelmalek Sellal, Premier ministre. Les deux Premiers ministres ont eu ensuite des discussions élar- gies à leurs délégations respectives. Ces rencontres ont constitué une occasion pour les deux Premiers mi- nistres de passer en revue l’état de la coopération bilatérale, dans plusieurs domaines, et d’examiner les voies et moyens à même de la redynamiser. Dans ce cadre, ils ont affirmé leur en- gagement à œuvrer à son renforce- ment et d’exploiter les potentialités et opportunités que recèlent les éco- nomies des deux pays dans l’intérêt des deux peuples frères. Les deux Premiers ministres ont souligné l’im- portance de réunir toutes les condi- tions à même de favoriser la réactivation de la commission mixte de coopération. Ils ont relevé l’existence de nom- breuses opportunités de coopération dans divers domaines, notamment ceux de la santé, de l’éducation, de l’énergie et de la défense. S’agissant des questions régio- nales et internationales, les deux Pre- miers ministres ont relevé avec

satisfaction, la convergence de leurs analyses politiques et l’identité de leurs vues sur l’ensemble des thèmes abordés. À cet égard, ils ont réaffirmé leur volonté de renforcer la concerta- tion et le dialogue bilatéral, à tous les niveaux, notamment à la veille d’échéances régionales et internatio- nales importantes et au sein des fora d’appartenance commune. Les deux Premiers ministres ont réaffirmé leur attachement aux objec- tifs de l’Union africaine et leur enga- gement à conjuguer leurs efforts pour la promotion de la paix, de la sécu- rité, de la stabilité et du développe- ment dans le continent. À cet égard, ils ont renouvelé leur plein soutien aux efforts de l’Organi- sation continentale dans la recherche de solutions africaines aux problèmes africains. Ils ont réaffirmé la nécessité d’œuvrer en faveur des initiatives vi- sant à assurer le développement éco- nomique et social du continent. À ce titre, ils ont exprimé leur profonde conviction que le Nouveau partena- riat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) demeure un pro- gramme servant de modèle adéquat pour la résolution des défis multidi- mensionnels de l’Afrique. Abordant la lutte contre le terrorisme, les deux Premiers ministres ont réitéré leur ferme condamnation de ce fléau, sous toutes ses formes et manifestations, et réaffirmé la nécessité d’entrepren- dre, de manière concertée, des efforts en vue de lutter contre le terrorisme transnational. Dans ce contexte, les deux Premiers ministres ont relevé, avec préoccupation, la prolifération des groupes terroristes, de la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée, du trafic de drogue, de la circulation il- licite des armes en Afrique et de toutes les formes de la criminalité transnationale. Ils ont réaffirmé leur engagement à conjuguer leurs efforts en vue de combattre ces fléaux qui menacent la paix, la sécurité et la sta- bilité dans le continent. Ils ont rappelé, dans ce cadre, les décisions pertinentes de l’Union afri- caine sur l’interdiction de paiement de rançons contre la libération d’otages, et ont condamné cette pra- tique qui participe au financement du terrorisme. Ils ont, en outre, exprimé leur soutien aux efforts de l’Union

africaine visant à combattre les groupes terroristes. À ce titre, ils ont exprimé leur appui au mandat ac- cordé par l’UA à la Force multinatio- nale mixte et leur solidarité avec les pays qui font face à ce fléau. S’agissant de la situation au Nord- Mali, Monsieur Trovoada, Premier ministre et chef du gouvernement de Sao Tomé et Principe, a félicité l’Al- gérie pour ses efforts de médiation qui se sont soldés par la signature, à Bamako, de l’Accord de paix et de réconciliation au Mali par le gouver- nement malien et les mouvements du Nord. Les deux Premiers ministres ont lancé un appel à toutes les parties maliennes afin de veiller à la stricte et rigoureuse mise en œuvre de cet accord et exhorté la communauté in- ternationale à accompagner le Mali dans ses efforts de développement économique et social. Concernant la situation en Libye, les deux parties ont fait part de leur profonde préoccupation, quant à la détérioration de la situation sécuri- taire dans ce pays et son impact né- gatif sur les régions de l’Afrique du Nord et du Sahel. Ils ont aussi fait appel à toutes les parties libyennes, à l’exception des groupes terroristes reconnus en tant que tels par les Nations unies, à l’ef- fet de travailler ensemble dans un es- prit de fraternité et de s’engager activement dans le dialogue initié par le représentant spécial du secrétaire

général de l’ONU pour la Libye, M. Bernardino Leon, en vue de parvenir à une solution politique qui préserve l’unité, l’intégrité du territoire, la sta- bilité du pays et la cohésion de son peuple. S’agissant de la question du Sahara occidental, les deux Premiers ministres ont réaffirmé leur soutien aux efforts du secrétaire général de l’ONU, Monsieur Ban Ki-moon, et son envoyé personnel, Monsieur Christopher Ross, visant à trouver une solution politique mutuellement acceptable qui pourvoit à l’autodéter- mination du peuple du Sahara occi- dental conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale de l’ONU. Les deux Premiers ministres ont condamné fermement le «coup de force» commis au Burkina Faso et ont exprimé leur préoccupation quant à l’interruption violente et illégale du processus de transition politique en cours. Tout en réaffirmant leur atta- chement à la décision adoptée lors du sommet de l’OUA à Alger, en juillet 1999, sur les changements anticons- titutionnels de gouvernement et aux autres résolutions pertinentes de l’Union africaine, de l’Assemblée gé- nérale et du Conseil de sécurité des Nations unies, les deux Premiers mi- nistres ont appelé l’ensemble des ac- teurs en présence à faire montre de retenue et de privilégier l’intérêt su- prême du peuple burkinabé. Concernant la situation au

Moyen-Orient, ils ont réitéré leur soutien pour un règlement juste et du- rable du conflit israélo-palestinien, consacrant le droit du peuple palesti- nien à la création d’un État indépen- dant conformément à la légalité internationale. Les deux Premiers mi- nistres ont plaidé en faveur d’une ré- forme profonde de l’Organisation des Nations unies et réitéré leur attache- ment au consensus d’Ezulwini pour une participation plus large et active des pays africains au processus de prise de décisions au niveau de cette organisation. Les entretiens entre les deux parties se sont déroulés dans une atmosphère empreinte de frater- nité et de compréhension mutuelle. Monsieur Patrice Emery Tro- voada, Premier ministre et chef du gouvernement de la République dé- mocratique de Sao Tomé et Principe, a remercié le Premier ministre, Ab- delmalek Sellal, pour l’accueil cha- leureux et l’hospitalité fraternelle qui lui ont été réservés, ainsi que la délé- gation qui l’a accompagné. Le Pre- mier ministre et chef du gouvernement Trovoada a adressé une invitation à Monsieur Abdelma- lek Sellal à l’effet d’effectuer une vi- site officielle à Sao Tomé et Principe, cette invitation a été acceptée avec plaisir, la date sera arrêtée d’un com- mun accord par le canal diploma- tique.»

Le Premier ministre de Sao Tomé et Principe achève sa visite en Algérie

Le Premier ministre et chef du gouvernement de Sao Tomé et Principe, Patrice Emery Trovoada, a quitté, hier, Alger après une visite de deux jours, à l’invitation du Pre- mier ministre, Abdelmalek Sellal. M. Trovoada a été salué à son départ de l’aéroport international Houari-Boumediène par M. Sellal et des membres du gouvernement. Au cours de sa visite, M. Trovoada s’est notamment entretenu avec le Président de la République, Abde- laziz Bouteflika.

N ation EL MOUDJAHID LE PREMIER MINISTRE DE SAO TOMÉ ET PRINCIPE VISITE LA SNVI Vif

Nation

5

EL MOUDJAHID

CLÔTURE DES TRAVAUX DU CNES

La maîtrise de la dépense publique au centre des recommandations

La table ronde organisée, dimanche dernier, par le Conseil national économique et social (CNES), autour des enjeux de l’économie algérienne face à la situation actuelle du marché pétrolier international, s’est clôturée dans la soirée avec des recommandations pour une meilleure maîtrise de la dépense publique.

  • L es experts présents à la rencontre, qui a été ouverte la matinée, en présence du Premier ministre, Ab-

delmalek Sellal, et des membres du gou- vernement, ont notamment préconisé que le gouvernement arrive rapidement à un ciblage des subventions selon les revenus et selon le type d’activité. Ils ont également recommandé d’assurer une couverture totale du budget de fonction- nement par les recettes ordinaires et de concrétiser la transition d’un modèle de financement basé sur le budget de l’État vers un modèle s’appuyant sur le marché financier. M. Sellal avait indiqué, à l’ou- verture de la rencontre, que la conjonc- ture «difficile» que connaît l’Algérie, du fait de la baisse brutale des cours des hy- drocarbures, plaidait pour des actions de rationalisation de la dépense publique et de développement du marché des capi- taux, «ce que le gouvernement fait ac- tuellement». «La conjoncture actuelle est certes difficile, mais elle offre aussi une excellente opportunité d’introspec-

Ph. : T. Rouabah
Ph. : T. Rouabah

tion et de prise de décisions audacieuses pour construire une nouvelle vision éco-

nomique et modifier nos modes de fonc- tionnement et de régulation», en pariant

sur la croissance, a-t-il déclaré. Les cher- cheurs participants ont appelé l’exécutif à booster davantage l’industrie, mettre en place une politique efficace de pro- duction devant se substituer aux impor- tations et développer les exportations pour arriver à diversifier les sources de financement. Ces propositions et autres doivent faire l’objet de publication, sous forme de contributions écrites du «Col- lège des experts» du CNES qui seront transmises au Premier ministre. Lutter contre le gaspillage de l’énergie, établir un système d’information fiable (sys- tème de clignotants), concrétiser l’inté- gration maghrébine et encourager la participation de la diaspora algérienne au développement ont été les principales autres recommandations qui ressortent de cette rencontre, qui s’est déroulée en trois panels. Le premier panel a débattu de l’évolution de l’économie mondiale depuis la crise des «Subprimes» de 2008, avec un accent particulier sur le retournement du marché international

des hydrocarbures. Les débats autour de ce panel ont été axés sur les perspec- tives, les défis et les enjeux globaux liés au marché des hydrocarbures dans l’op- tique d’en mesurer les impacts sur l’éco- nomie nationale. Le deuxième panel a traité les principaux éléments-diagnostic caractérisant l’économie nationale, ainsi que les enjeux multiples auxquels est confrontée l’économie nationale, tradui- sant la nécessité de muter vers une éco- nomie compétitive et résiliente, à savoir la diversification, la réindustrialisation, l’insertion aux chaînes de valeurs inter- nationales, l’insertion progressive de l’économie informelle dans la formalité et le développement humain. Le troisième panel, quant à lui, a dé- battu des éléments-diagnostic dévoilés par les deux premiers panels ainsi que des recommandations et préconisations à soumettre à l’appréciation des plus hautes autorités nationales, afin qu’elles puissent statuer en toute connaissance de cause.

RÉVISION DE LA POLITIQUE DE SUBVENTION ET ENCOURAGEMENT DE LA PRODUCTIVITÉ

Pour une économie émergente et diversifiée

La révision de l'actuelle politique de subvention des produits de base et l'en- couragement de la productivité ont été vivement recommandés à l'issue de la table ronde organisée par le Conseil na- tional économique et social (CNES) au- tour de l’émergence de l’économie nationale. Des académiciens et des ex- perts réunis dimanche dernier ont ainsi

considéré insoutenable que l’Algérie continue à subventionner, de façon in- directe (c'est-à-dire hors budget de l’État) le gasoil et l’électricité ou, de façon directe, la baguette de pain et le sachet de lait par exemple, au profit des pauvres et des riches, des producteurs et des importateurs à pied d’égalité. «Le régime des subventions devrait être scrupuleusement adapté à la stratégie économique globale. On ne peut pas continuer à soutenir toutes les activités de la même ma- nière», a recommandé Youcef Benab- dellah, chercheur au CREAD (Centre de recherche en économie appliquée pour le développement). Alors que les chiffres sur les subventions implicites (non budgéti-

sées) ne sont pas officielle- ment communiqués en Algérie, une étude du Pro- gramme des Nations unies pour le développement (PNUD) a montré que l’Algérie figure, en 2010, parmi les pays arabes qui subventionnent le plus les produits énergétiques. Avec des subventions di-

budget», s’est interrogé M. Benabdel- lah. Les riches doivent accepter de payer (les prix réels)», a-t-il martelé en proposant d’imposer un système de subventions discriminant» qui favorise les producteurs de richesse, sur la base de trois critères, que sont la valeur ajou- tée, le taux d’exportation et le taux d’utilisation de la technologie. Regret- tant le fait que toutes les branches éco- nomiques affichent un déficit ces 10 dernières années, ce qui veut dire que la demande intérieure est de moins en moins couverte par l’offre locale, l’éco- nomiste propose, pour sortir de l’éco- nomie rentière, de revenir en force à l’industrie et à l’industrialisation. Il estime, en outre, opportun de dé- tacher complètement le budget de fonc- tionnement des recettes pétrolières et de transformer le FRR (Fonds de régula- tion des recettes) en fonds d’épargne qui n’aura pas la vocation de couvrir le déficit budgétaire. M. Benabdellah et d’autres chercheurs ont appelé l’exécu-

tif à accorder plus d’attention à la mi- croéconomie, donc à la productivité, et ne pas

continuer à vanter les chiffres d’une macroé- conomie temporaire- ment euphorisante. L’analyse économique est tronquée en Algé-

rie, car elle est «pétro-

lisée»,

«la

macroéconomie est tellement bonne qu’elle est là pour cou-

vrir tous les déficits, et

Une étude du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a montré que l’Algérie figure, en 2010, parmi les pays arabes qui subventionnent le plus les produits énergétiques.

N ation EL MOUDJAHID CLÔTURE DES TRAVAUX DU CNES La maîtrise de la dépense publique au

rectes (budgétisées) re- présentant presque un quart du budget de l’État et 13% du PIB national, le taux global des subventions atteindrait 30% du PIB, selon les données communiquées par les experts. Les subventions expli- cites et implicites représentent 30% du PIB algérien, soit 60 milliards de dol- lars, «pourquoi on ne récupère pas 10% de ce montant pour le réinjecter dans le

la microéconomie se retrouve inhibée, bien cachée, voire exonérée de la productivité», a-t- il regretté. Le chercheur au CREAD et professeur à l’université d’Oran, Rafik- Bouklia Hassene, a, de son côté, mis l’accent sur la nécessaire diversification économique, en rappelant que la part de l’industrie dans le PIB algérien ne dé- passe pas les 5%.

Ph. : T. Rouabah
Ph. : T. Rouabah

«Nous refusons d'être prisonniers du statu quo et de la fatalité du recul des recettes budgétaires extérieures.»

Cependant, la diversification écono- mique, quoiqu’incontournable pour l’Algérie, est loin d’être une tâche fa- cile pour les pays producteurs de pé- trole ou dépendant de la rente en général, reconnaît-il. «Parmi tous les pays producteurs de pétrole, seuls le Mexique et l’Indonésie ont réussi leur diversification économique», a-t-il fait remarquer, en ajoutant ce sont donc «des transformations structurelles très dures qu’il faut opérer en Algérie pour arriver à cette diversification». Il a en-

suite préconisé au gouvernement des

études approfondies sur l’impact des mesures économiques engagées sur la production. «On nous dit que les li- cences d’importation ou un taux de

change en baisse, par exemple, profite-

ront à la production, mais on ne sait pas vraiment s’il s’agira de freins ou de moteurs pour l’industrie», craint-il. Pour Ali Boukrami, économiste et ex- ministre, «même la croissance hors hy- drocarbures dont parle le gouvernement n’est à présent qu’une illusion». «L’en- semble des exportations algériennes proviennent des hydrocarbures, car les

exportations dites hors hydrocarbures sont, en réalité, des dérivés des hydro- carbures, alors que la fiscalité dite or- dinaire est tirée des impôts sur le revenu et sur les importations, c’est sur- tout l’État qui est en train de payer l’impôt»,

a-t-il argué. Les experts étaient, par ailleurs, nombreux à déplorer la difficulté, parfois l’im- possibilité, d’accéder à l’information écono- mique et ont sollicité le gouvernement pour l’élaboration d’un système d’informa- tion fiable qui puisse

un autre chercheur au CREAD. Le Pre- mier ministre, Abdelmalek Sellal, a as- suré, à l’ouverture de la rencontre, de la détermination des pouvoirs publics à sortir du statu quo économique. «Notre objectif premier demeure l'édification d'une économie émergente et diversi- fiée, créatrice de richesses et d'emplois. Nous refusons d'être prisonniers du statu quo et de la fatalité du recul des recettes budgétaires extérieures», a-t-il dit.

Durant cette rencontre, animée par des experts nationaux et étrangers, les débats ont été organisés niveau de trois panels. Le premier panel a débattu de

l'évolution de l'économie mondiale de- puis la crise des «Subprimes» de 2008, avec un accent particulier sur le retour- nement du marché international des hy- drocarbures et des défis globaux liés au marché des hydrocarbures dans l'op- tique d’en mesurer les impacts sur l'économie nationale. Le deuxième panel a axé ses travaux sur les princi- paux éléments-diagnostic caractérisant l'économie nationale et sur la nécessité de

muter vers une écono- mie compétitive et ré- siliente, à savoir : la diversification, la réin- dustrialisation, l'inser- tion aux chaînes de valeurs internationales, l'insertion progressive de l'économie infor- melle dans la formalité et le développement

humain.

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a confirmé la détermination des pouvoirs publics à sortir du statu quo économique. L’objectif premier demeure

l'édification d 'une économie émergente et diversifiée, créatrice de richesse et d'emploi.
l'édification d 'une
économie émergente et
diversifiée, créatrice de
richesse et d'emploi.

servir «de système de clignotants» pour aider à une prise de décisions rationnelles. «Si l’on prend l’indice des prix à la consommation, par exemple, il est indexé sur un coef- ficient de pondération datant de 2001, comment voulez-vous que les chiffres sur l’inflation soient fiables avec un tel retard !», s’est exclamé M. Hammouda,

Le troisième panel a, quant à lui, débattu des élé- ments-diagnostic ainsi dévoilés par les deux premiers panels, ainsi que des re- commandations et préconisations à soumettre à l’appréciation des plus hautes autorités nationales, afin qu'elles puissent statuer en toute connaissance de cause.

ÉCLAIRAGE
ÉCLAIRAGE
  • l La conjoncture économique de l’Algérie est difficile. Le constat établi, sans complaisance, par le Premier minis-

tre et par les experts sollicités pour apporter leur contri- bution à la réflexion engagée par le Conseil national économique et social, sur les moyens de juguler les effets de la crise induite par la chute des prix du pétrole, souligne l’urgence d’agir dans le sens d’une meilleure maîtrise de la dépense, et des flux des capitaux, ainsi qu’une réorientation de la politique des subventions et des affectations budgétaires. Des actions à inscrire au registre de la démarche d’austérité décidée par les pouvoirs publics, conséquemment à la contraction des recettes de l’État. Les recommandations émises ont également convergé vers cette nécessité d'aller vers un mode de financement qui soit soutenu par le marché financier, une suggestion déjà for- mulée par le gouverneur de la Banque d’Algérie, qui a instruit les banques à s’intégrer dans cette nouvelle vision imposée par la conjoncture économique actuelle du pays, dans le sillage de la diversification de ses ressources. En fait, il y a lieu de créer les conditions nécessaires à la promotion de l’investissement

Revoir le mode de fonctionnement

productif et à l’émergence d’un environnement propice au dé- veloppement de l’entreprise. Aujourd’hui, il y a lieu d’amélio- rer la performance de l’ensemble de l’arsenal financier opérationnel sur le marché. Les marchés pétroliers devant connaître une situation de volatilité, pour d’autres années en- core, avertissent les experts en énergie, présents à la table ronde organisée par le CNES. Il devient, par conséquent, im- pératif pour l’Algérie d’entamer sa transition économique sur d’autres bases et d’autres objectifs qui cadrent avec les besoins et les priorités socioéconomiques du pays. Les perspectives, les défis et les enjeux liés aux bouleversements du marché des hy- drocarbures constituent, en fait, des fondamentaux à inscrire désormais dans le plan d’action du gouvernement. Une dé- marche qui doit plaider pour la diversification, la compétitivité

et la résilience de l’économie nationale. L'industrie répond jus- tement à ces opportunités au regard de ses gisements, de ses potentialités, et de sa capacité à contribuer à l’effort de substi- tution aux importations et au développement des exportations dans l’objectif de diversification des sources de financement préconisée par l’État. Plusieurs segments sont déjà identifiés dans le sillage de la stratégie de restructuration du secteur pu- blic marchand, la pétrochimie notamment. Cette démarche, qui consiste à revoir le mode de fonctionnement de notre éco- nomie, ne peut et ne doit, en aucun cas, occulter cette condition d’associer la diaspora algérienne dans le processus de dévelop- pement comme force de proposition, de déployer son expertise au profit de l’économie. Aussi, l’État gagnerait à réhabiliter son rôle de régulateur et d’arbitre dans la prochaine phase, à

impliquer la société civile dans la gestion des affaires de la cité par une nouvelle conception du rôle du mouvement associatif qui ne peut plus rester en marge de la sphère décisionnelle.

D. Akila

Nation

6

EL MOUDJAHID

ÉCOLE NATIONALE D’ADMINIsTrATION

Une commission de haut niveau pour réformer le mode de fonctionnement

Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Nouredine Bedoui, a annoncé, hier à Alger, l'installation prochaine d'une commission de haut niveau pour réformer le mode de fonctionnement de l'École nationale d'administration (ENA).

«N ous avons décidé de faire de l'ENA un véritable support de la politique de formation. Aussi, entreprendrons-

nous la réforme de son mode de fonctionnement pour l'ériger en pôle de rayonnement qui se verra assigner des missions stratégiques quant à l'éla- boration des programmes pédagogiques et la dé- finition des cursus de formation pour le secteur", a soutenu M. Bedoui qui inaugurait la nouvelle année scolaire de l'ENA. Il a, à cet égard, annoncé l'installation prochaine d'une commission de haut niveau pour plancher sur ce "dossier d'importance majeure", soulignant que l'Ecole assumait des res- ponsabilités historiques dans l'amélioration de l'action de l'administration. Pour lui, l'ENA doit s'ouvrir aux autres établissements de formation et secteurs d'activité pour s'approprier de nouvelles dimensions, notamment dans l'aspect écono- mique, et s'imposer comme pôle d'excellence des sciences administratives et des politiques géné-

N ation 6 EL MOUDJAHID ÉCOLE NATIONALE D’ADMINIsTrATION Une commission de haut niveau pour réformer le

rales. Dans cette optique, a encore soutenu le mi- nistre, il a été décidé de recourir aux technologies modernes, notamment pour ce qui est de la télé-

formation à travers la mise en place de plate- formes électroniques permettant aux établisse- ments de formation, l'ENA en tête, de former à distance leur personnels. La mise à niveau des personnels "n'est plus une option facultative mais une exigence pour consolider la rentabilité des structures et les adapter à la nouvelle réalité socio- économique", a estimé M. Bedoui. Il a rappelé que son secteur était au cœur de la dynamique du service public et qu'il se devait de satisfaire les at- tentes des citoyens et des pouvoirs publics. Le mi- nistère de l'Intérieur et des Collectivités locales est "en phase de mise en œuvre de politiques glo- bales" pour la modernisation du service public administratif, la maîtrise des applications des Technologies de l'information et de la communi-

cation (TIC) et la promotion et le développement

des services de proximité, a-t-il dit, ajoutant qu'il s'agissait aussi de placer les collectivités locales au cœur de la dynamique économique nationale.

M. Bedoui a souligné "la nécessaire mobilisation de toutes les ressources du secteur pour atteindre les objectifs arrêtés dans les délais". Ces efforts "ne se limiteront pas au secteur", a-t-il fait savoir, en voulant pour preuve les conventions de coo- pération et de partenariat prometteuses en cours d'élaboration en coordination avec les secteurs de l'enseignement supérieur et de la recherche scien- tifique et de la formation et de l'enseignement pro- fessionnels, mais aussi avec d'autres établissements de formation. Le secteur a égale- ment veillé à tirer profit des expériences interna- tionales en matière de formation dans le cadre de la coopération avec de nombreux Etats et organi- sations, à l'instar de la France, de la Chine, du Ca- nada, de l'ONU et de l'UE, a affirmé M. Bedoui. Le ministre a enfin souhaité voir la bureaucratie et le clientélisme disparaître à jamais de l'admi- nistration, appelant à faire prévaloir les valeurs de transparence, d'équité et de probité dans le travail.

FOrUM ÉCONOMIqUE ALGÉrO-POLONAIs

Bouchouareb : « L’Algérie traversera la crise des prix du pétrole sans freiner son élan de développement »

L’Algérie va surmonter la forte baisse des prix du pétrole sur les mar- chés internationaux sans freiner son processus de construction et de déve- loppement, a indiqué hier à Varsovie le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb. A la faveur de sa politique économique menée les années écoulées et de son très faible endettement, l’Algérie est en position favorable pour traverser la conjoncture économique actuelle marquée notam- ment, par la baisse des prix des hydro- carbures sans compromettre son élan de construction nationale », a assuré M. Bouchouareb lors du Forum écono- mique algéro-polonais. Toutefois, ce nouveau contexte éco- nomique, poursuit-il, impose une allo- cation optimale des ressources tout en encourageant la production nationale dans le but de lui permettre, de se subs- tituer aux importations et de dévelop- per des partenariats avec des opérateurs étrangers. Dans ce sens, le ministre a exprimé la volonté de l’Al- gérie de s’engager avec les entreprises polonaises dans des chaînes de valeur globales pour monter vers les segments à haute intensité technologique dans les filières industrielles. Encourager l’in- novation et le développement d’un puissant réseau national de sous-trai- tance, construire des « articulations dy- namiques » entre le monde productif, l’université et la recherche, sont égale-

ment des objectifs visés dans le cadre de la stratégie algérienne de partenariat avec les polonais.

Une banque mixte pour financer les PME étrangères

M. Bouchouareb a insisté aussi sur l’importance de favoriser le rapproche- ment entre les PME en Algérie et en Pologne, comme un axe majeur de la promotion des relations bilatérales, et les aider à partir à la conquête de nou- veaux marchés. Il a annoncé à cet égard la création prochaine d’une banque mixte destinée au financement des projets des PME

N ation 6 EL MOUDJAHID ÉCOLE NATIONALE D’ADMINIsTrATION Une commission de haut niveau pour réformer le

étrangères qui veulent investir en Algé- rie. Ce nouvel outil donnera plus de souplesse et de visibilité » aux inves- tisseurs étrangers de taille petite ou moyenne, explique le ministre. Ces efforts sont accompagnés par ailleurs par une réforme du cadre ré- glementaire et organisationnel de l’in- vestissement afin d’améliorer l’attractivité de notre économie, a sou- tenu le ministre rappelant notamment la restructuration « profonde » du mode d’organisation et de gestion du secteur public marchand au travers de la mise en place des groupes industriels. En

outre, le code d’investissement a été ré-

visé, rappelle M. Bouchouareb, pour le rendre plus fluide et compétitif et pour lever aussi toutes les entraves bureau- cratiques qui freinent l’acte d’investir et découragent l’investissement étran- ger. Il a annoncé, dans le même sillage, que plusieurs nouvelles mesures per- mettant d’améliorer les conditions d’investir en Algérie, était en cours de préparation. Il s’agit notamment de l’introduction de nouveaux instruments et modes de financement, l’améliora- tion de l’accès au foncier industriel en vue d’un développement économique et spatial harmonieux.

Vers la suppression de la double imposition entre l’Algérie et la Pologne

L’Algérie et la Pologne envisagent de signer pro- chainement une convention de non-double imposi- tion des entreprises des deux pays, a annoncé le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb. « La convention de non-double impo- sition qui est en cours de finalisation donnera plus d’assurance et de confiance à nos entreprises algé- riennes et polonaises dans les deux pays », a déclaré M. Bouchouareb lors de sa rencontre avec le vice- Premier ministre polonais et ministre de l’Economie, Janusz Piechocinski. Cette mesure s’inscrit dans le cadre du renforcement du cadre du partenariat bila- térale en encourageant les « croisements fertiles »

entre les opérateurs en Algérie et en Pologne. Les deux parties avaient signé en mars dernier une dé- claration conjointe portant notamment sur le révision du cadre juridique des relations économiques bila- térales et l’encouragement des projets de partenariat entre entreprises algériennes et polonaises. M. Bou- chouareb a réaffirmé à l’occasion de sa rencontre avec M. Piechocinski la volonté de l’Algérie d’aller vers un partenariat « stratégique » avec la Pologne dans une perspective de croissance « partagée ». « La Pologne est un pays qui a réussi sa transition économique, il est pour nous un modèle à suivre », a expliqué le ministre.

Les deux parties ont profité de cette rencontre pour discuter des projets potentiels ouverts au par- tenariat dans les domaines de l’énergie, la pétrochi- mie, l’industrie et l’agriculture. Il s’agit entre autre des trois nouvelles usines de phosphates qui vont permettre à la production nationale de cette matière première de passer de 1,5 million de tonnes actuel- lement à 7 millions de tonnes après leur mise en ex- ploitation. La partie algérienne a également exprimé son souhait de profiter du nouveau terminal gazier (GNL) de la Pologne pour ouvrir une nouvelle voie d’exportation à l’Europe, outre les deux voies clas- siques (vers l’Italie et l’Espagne).

Création prochaine d’une commission économique mixte algéro-polonaise

Une commission économique mixte entre les gouvernements algérien et po- lonais sera prochainement créée dans l’objectif d’encourager et de suivre les projets de partenariat entre les opérateurs des deux pays, a indiqué, hier à Varso- vie, le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb. «Nous avons décidé, avec les responsa- bles polonais, de créer une commission mixte, pour pouvoir identifier au fur et à mesure les opportunités de partenariat sur les deux marchés et suivre leur mise en œuvre», a expliqué M. Bouchouareb, lors du forum économique algéro-polo- nais. Il a souligné que les deux pays

étaient liés par des relations anciennes et solides», mais que ces liens de confiance et d’amitié «doivent se traduire par des partenariats porteurs entre les entreprises algériennes et polonaises». «Notre vœu est de voir ces liens continuer à se ren- forcer davantage, et que nos industriels continuent à mieux se découvrir pour une confiance durable et pour plus d’au- dace fructueuse dans leurs projets parte- nariaux», a insisté M. Bouchouareb. Le ministre a rappelé, à cet égard, la volonté du gouvernement algérien de relancer «résolument» le développement indus- triel et d’ouvrir de réelles perspectives stratégiques à nos entreprises publiques

et privées. Pour nous, le partenariat in- ternational est la clé pour une industrie moderne, innovante et ouverte sur le progrès. «Notre ambition est donc d’attirer les leaders dans un partenariat gagnant-ga- gnant, mais aussi offrir aux PME et à toutes les entreprises innovantes étran- gères, les conditions de leur épanouisse- ment dans notre pays», a-t-il expliqué. Pour réaliser ces objectifs, l’Algérie de- vrait tirer profit du dynamisme de sa de- mande interne en partant de ses avantages comparatifs naturels comme l’énergie, ainsi que sa position géogra- phique stratégique «exceptionnelle».

De son côté, le vice-Premier ministre polonais et ministre de l’Économie, Ja- nusz Piechocinski, a insisté sur la néces- sité de maintenir l’évolution impressionnante de la coopération éco- nomique, traduite notamment par une croissance de 87% des échanges com- merciaux entre les deux pays, et de les «pérenniser» par des investissements mixtes.

Une centaine d’entreprises polonaises assistent au forum

Dans ce sillage, les opérateurs des deux pays ont discuté, lors du forum économique algéro-polonais, des oppor-

LE MINIsTrE DE LA CULTUrE :

tunités de partenariat, notamment dans les secteurs de la mécanique, de l’élec- tronique, des mines, de la sidérurgie, de l’industrie, de l’agroalimentaire, de l’agriculture et du BTPH. Des rencontres d’affaires (B to B) ont été organisées à cet effet entre des chefs d’entreprises al- gériennes privées et publiques, et leurs homologues polonais. Le forum a été marqué, cette fois, par la présence d’un nombre record d’entreprises polonaises qui a dépassé les cent entreprises, à côté des 40 entreprises algériennes, ce qui té- moigne de l’intérêt des polonais pour le marché algérien, selon M. Piechocinski.

« Révision des critères d’attribution des subventions publiques aux éditeurs »

Les critères d'attribution de l'aide publique à l'édition de livres ont été revus pour bénéficier davantage aux édi- teurs qui font "preuve de professionna- lisme", a indiqué hier à Alger le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi. s'ex- primant sur les ondes de la Chaîne 1 de la radio nationale, le ministre a déploré que des "personnes inscrites au registre du commerce en tant qu'éditeurs" et ne possédant "ni siège, ni catalogue" béné- ficient de subventions du ministère de la Culture au même titre que les profes- sionnels qui "investissent" dans l'indus-

trie du livre. Cette situation, qualifiée d' "injuste" par M. Mihoubi, s'illustre également pour les aides accordées à l'édition dans le cadre de la manifesta- tion "Constantine, capitale de la culture arabe 2015" où, a-t-il affirmé, des édi- teurs ont demandé des subventions pour "des thèses universitaires et pour des ti- tres déjà imprimés en 2007". Dans ce contexte, le ministre a indiqué qu'un "ca- hier de charges" avait été établi pour les éditeurs candidats à l'aide publique attri- buée par le "Fonds national pour la pro- motion et le développement des arts et

des lettres" ou dans le cadre de manifes- tations conjoncturelles comme celle de Constantine. Le ministre qui était l'invité de l'émission "Forum de la radio" organisée sur le thème : "La rationalisation des dé- penses dans le secteur de la culture" a, par ailleurs, insisté sur la nécessité d'une "réforme du système culturel algérien", notamment par l'encouragement des in- vestissements privés. Il a, dans ce sens, indiqué que l'avant-projet de loi relatif à la promotion de l'investissement, devant être examiné durant la session en cours

de l'Assemblée populaire nationale (APN), introduisait la notion d' "indus- trie culturelle" dans ses dispositions. "Nous allons assurer les conditions et l'environnement nécessaires pour encou- rager l'investissement privé dans le sec- teur de la culture", a dit M. Mihoubi qui a annoncé l'installation aujourd’hui de la commission chargée de préparer une conférence nationale sur l'investissement dans le domaine de la culture, prévue "avant la fin de l'année" en cours. ré- pondant à une question relative aux conditions socioprofessionnelles des ar-

tistes, le ministre a indiqué que l'Office national des droits d'auteur et des droits voisins (Onda) avait été chargé du rachat des années de cotisations manquantes pour les artistes ayant dépassé l'âge de la retraite et qui connaissent des difficultés matérielles. Cette opération effectuée par l'Onda répond aux "dispositions spé- ciales" pour les artistes proches ou ayant dépassé l'âge de la retraite sans avoir ja- mais cotisés, telles que prévues dans le décret relatif à la protection sociale des artistes publié en 2014.

Mardi 22 septembre 2015

Nation

7

EL MOUDJAHID

PARTENARIAT ÉDUCATION-SANTÉ

Lancement de classes de cours dans les CHU

l Médecine du travail : signature prochaine d'une convention entre les secteurs de la santé et de l'éducation

C’ est désormais possible pour les enfants malades séjournant dans des hôpi-

taux de bénéficier de cours de langues arabes et français à travers des classes spéciales assurées au sein même de l’hôpital, par des ensei- gnants spécialement affectés par la direction de l’éducation, c’est ce nous avons appris, lors de la visite de tra- vail et d’inspection à la wilaya d’Al- ger, de M me Nouria Benghebrit et M. Abdelmalek Boudiaf, respectivement ministres de l’Éducation nationale, et de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. Ces classes d’éducation prennent en charge des élèves hospitalisés pour qu’ils n’accusent point de retard par rapport aux autres élèves dans les écoles et leurs notes seront remises aux établissements scolaires où ils ont l’habitude d’étudier. Pour le moment, lesdites classes d’éducation décorées tout en cou- leurs, se trouvent au niveau des CHU de Béni-Messous, Bab El-Oued et Mustapha Bacha ainsi qu’au niveau de l’hôpital Nafissa Hamoud (ex-Par- net) avant de généraliser cette nou- velle initiative sur tout le territoire national. « Notre visite vise à mettre l’ac- cent sur les efforts déployés par l’Etat dans le secteur de l’éducation, malgré les difficultés que nous rencontrons continuellement et la surcharge dans certains établissements, on tient à préciser que les enfants qui sont en si- tuation temporaire de maladie béné-

Ph : Billal
Ph : Billal

ficieront de cours de façon régulière », a souligné la ministre de l’Educa- tion nationale. « L’Etat doit assurer des cours à ses élèves le plus normalement du monde en fonction de la durée de leur hospitalisation. Ils auront droit à la même formation et passeront des examens comme chaque élève dans son école », a déclaré pour sa part Abdelmalek Boudiaf. Une collaboration fructueuse entre les deux départements ministé- riels qui va se traduire sur le terrain par la création de classe d’éducation dans chaque CHU à travers le terri- toire national « l’objectif de notre projet, avec le ministère de la Santé, est de faire en sorte que, là ou il y a un hôpital universitaire, il y aura une classe pour recevoir des enfants qui

seront accompagnés par des ensei- gnants pour leur assurer le droit à la scolarisation », a affirmé Nouria Ben- ghebrit. A propos de la couverture médi- cale des élèves, la ministre précisera que la santé scolaire est prise en charge par des unités de dépistage et de suivi (UDS) qui sont au nombre de

500 à travers tout le pays, « chaque élève doit passer une visite médicale au cours de l’année scolaire », a-t-elle dit. D’ailleurs, les deux départements ministériels se préparent, très pro- chainement, à conclure un accord portant sur « la médecine de travail dans le secteur de l’éducation natio- nale au bénéfice des fonctionnaires » dudit secteur. « Toutes les consultations médi- cales des élèves au niveau des UDS seront terminées à la fin de ce mois de septembre néanmoins le suivi des élèves souffrant de quelconque pa- thologie sera assuré par un spécialiste du domaine », a affirmé le ministre de la Santé avant de rallier le dernier point de la visite, le CHU Mohamed Lamine Debaghine de Bab El Oued.

Violence dans les écoles :

« Tout le personnel et les parents d’élèves doivent réunir leurs efforts pour diminuer ce phénomène »

La violence dans les écoles, un sujet sensible, évoqué à l’occasion par la ministre du secteur, qui a indi-

qué que la lutte contre la violence dans les établissements relevant de l’éducation nationale fait partie d’une stratégie multisectorielle qui œuvre à endiguer ce phénomène « le secteur de l’éducation a pris plusieurs me- sures qui visiblement sont insuffi- santes dans certains établissements, pour cela tout le personnel de l’école et les parents d’élèves doivent réunir leurs efforts pour diminuer ce phéno- mène », dira la ministre. A la question sur la continuité de la gratuité des soins, le ministre a été catégorique à ce sujet « l’article 12 de

la loi algérienne est très clair, il sti- pule clairement que l’Etat a le devoir d’assurer la prise en charge des ci- toyens dans toutes ses structures de santé, de ce fait la gratuite des soins est un acquis du peuple algérien et c’est une ligne rouge que personne n’a le droit de franchir », a déclaré Abdelmalek Boudiaf. Et d’ajouter que « le projet de loi sur la santé maintient ce droit ».

Mohamed Mendaci

ELLE A ÉTÉ EFFECTUÉE, HIER, AU CHU DE BAB EL-OUED

Première opération de chirurgie prothétique de remplacement d’un défect-osseux trabéculaire

Une première opération, à l'échelle nationale, voire africain, de chirurgie prothétique de remplacement d’un défect-osseux par un bloc trabéculaire a été effectuée hier, au niveau de CHU Mohamed Lamine Debaghine de Bab El Oued (ex-Maillot). Cette intervention chirurgicale, première du genre depuis l’existence de cette spécialité en Algérie, a été pratiquée par une

équipe de chirurgiens algériens conduite par le professeur Ra- chid Benbakouche, chef de service chirurgie orthopédique et traumatologique en collaboration avec le professeur espagnol Rodriguez, chef de service orthopédie universitaire à l’hôpital de Tarragone.

M. M.

M me HOUDA-IMANE FARAOUN :

« Le privé convié à investir davantage le secteur des TIC »

La ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication (PTIC), Houda-Imane Faraoun, a convié hier à Alger, les opérateurs privés à investir davantage le secteur. Les opérateurs et autres investisseurs privés sont interpellés pour investir davantage le secteur des TIC et ceci y va non seulement de leur "droit" mais aussi de leur "devoir" dans une conjoncture économique sur laquelle pèsent des "menaces", a affirmé M me Faraoun au forum du quotidien Liberté. Dressant un bilan du sec- teur qu'elle dirige depuis quelques mois, la mi- nistre a relevé, qu'entre autres lacunes, figure l'absence des fournisseurs privés d'internet (ISP), imputant cet état de fait à la "non-appli- cation" des dispositions réglementaires en vi- gueur. Avec quelque 2,5 millions de ménages dotés en connexion internet, ce service de- meure, néanmoins, ' 'inexistant dans de nom- breuses régions du sud du pays et des hauts plateaux", a-t-elle relevé, par ailleurs, insistant sur la nécessité de doter "plus rapidement" ces dernières du service internet à l'instar des autres régions du pays. Interpellée sur les doléances récurrentes des citoyens quant à la mauvaise qualité de ce service, la représentante du gou- vernement a assuré que l'effectif et l'envergure

de l'opérateur public Algérie Télécom (AT) ''ne sont pas en mesure de couvrir correctement" un territoire aussi vaste que celui de l'Algérie. "Al- gérie Télécom est devenue un mastodonte dif- ficile à gérer mais nous faisons de notre mieux pour y remédier", a-t-elle soutenu, rappelant que le groupe emploie quelque 22.000 per- sonnes pour une population globale estimée à près de 40 millions. Considérant les TIC comme étant "le réel moteur de la croissance", la ministre a rappelé le projet en cours de révi- sion de la loi inhérente au secteur, au moment où d'autres textes réglementaires seront "ré- orientés ailleurs", l'objectif étant d'adapter la législation au caractère "évolutif" des nouvelles technologies, a-t-elle explicité. Déplorant que l'Algérie soit "l'un des rares pays au monde" à ne pas disposer du service de la carte bancaire, la ministre a fait part, par ailleurs, de sa volonté de mettre en place la banque postale dans les "meilleurs délais". S'agissant de la téléphonie mobile, l'hôte du forum a affirmé que les trois opérateurs activant sur le marché national (Mo- bilis, Djezzy et Ooredoo) "respectent" le cahier des charges, déplorant néanmoins l'absence de leurs services dans les zones les plus éloignées du pays. Elle a assuré la couverture, d'ici fin

N ation 7 EL MOUDJAHID PARTENARIAT ÉDUCATION-SANTÉ Lancement de classes de cours dans les CHU l

2015, de l'ensemble du territoire national par l'opérateur public Mobilis et réitéré, à ce sujet, sa position quant à l'entrée en scène d'un qua- trième acteur qui serait "techniquement pas avantageux", selon ses propos. Interrogée sur les conditions socioprofessionnelles des travail- leurs d'Algérie Poste, la première responsable du secteur a soutenu qu'il n'était pas "envisagea- ble" à l'heure actuelle de prévoir des hausses de salaires pour ces derniers, même si l'organisme n'est plus en difficulté financière comme ce fut

le cas, par un passé récent. "Pour qu'il y ait aug- mentation, il faut qu'Algérie Poste génère des bénéfices", a-t-elle explicité, rappelant la mis- sion de "service public" qui lui est dévolue.

Pas de problème de liquidités durant l'Aïd El Adha

A la veille de la fête de l'Aïd El Adha, coïn-

cidant avec les jeudi 24 et vendredi 25 septem- bre, la ministre a tenu à rassurer les citoyens quant à la disponibilité des liquidités dans les bureaux de poste, à travers le territoire national. Rappelant que ces bureaux sont au nombre de 3.600, M me Faraoun a reconnu qu'il "peut y

avoir" des ruptures de liquidités dans certains

d'entre eux, mais que la situation est loin d'être celle d'il y a quelques années. "L'Aïd dernier, les citoyens ont pu constater cette améliora- tion", a-t-elle rappelé, saluant les "efforts" consentis par la Banque d'Algérie afin de ne pas pénaliser les clients durant cette période mar- quée par des dépenses supplémentaires. Ce qui a permis à ces derniers de se rendre aux guichets postaux y compris vendredi der- nier, où ces derniers ont ouvert leurs portes de manière exceptionnelle pour la circonstance, s'est-elle réjouie.

LE MINISTRE DES TRANSPORTS À SIDI BEL-ABBÈS

La relance de l’économie par le rail

M. Boudjemaa Talai, en visite d’inspection hier dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès, a relevé l’importance stratégique du rail dans le déve- loppement du pays de par ses multiples inci- dences et la connexion des régions. Un moyen de transport efficace pour contribuer à la consolidation des assises de l’infrastructure de base instaurée à la faveur du programme natio- nal d’équipement, notamment à la suite des in- vestissements opérés pour son extension et sa modernisation. La cité de la Mekkerra est l’échantillon de cet élan d’équipement pour la dynamisation de l’activité de transport ferro- viaire et la modernisation de son fonctionne- ment au vu des projets structurants initiés, valorisant davantage la position géographique de cette contrée. Quelques haltes furent suffi- santes pour situer la dynamique provoquée et mesurer la reconfiguration d’une wilaya ayant opté pour la voie à grande vitesse. Le coup d’envoi a été donné à partir de la daïra de Te- lagh et le ministre a visité la nouvelle gare fer- roviaire devant accueillir les passagers à destination de Saida et suivre un exposé sur les projets en cours, particulièrement la ligne re- liant Moulay Slissen-Saïda, la ligne Oued Tle-

N ation 7 EL MOUDJAHID PARTENARIAT ÉDUCATION-SANTÉ Lancement de classes de cours dans les CHU l

lat-Tlemcen via Sidi Bel-Abbès et enfin celle de Sidi Bel-Abbès-Aïn Temouchent en étude seulement. Un premier engagement est pris qui consiste en la livraison de la ligne des hauts pla- teaux menant jusqu’à Saïda en juin de l’année prochaine. C’est au cours de la présentation de ce schéma d’extension du réseau de la wilaya que M. Talai a pris la parole pour inciter les opérateurs en charge de la réalisation de ces projets à être dans les délais avant de s’étaler

sur la volonté politique affichée pour l’exten- sion et la modernisation du réseau et définir les enjeux de cet investissement de nature, a-t-il souligné, à favoriser l’investissement productif et à animer économiquement ces zones des hauts plateaux et du Sud au gré des échanges et des facilités de déplacement . Au chef-lieu de la wilaya, le ministre s’est déplacé au futur cen- tre de maintenance du tramway dont la mise en service est programmée à la même période, c’est-à-dire en juin 2016 pour s’entretenir avec les gestionnaires de ce projet et exprimer sa sa- tisfaction quant à l’avancement des travaux à un rythme soutenu. Il devait enfin se rendre à

la gare routière pour s’entretenir avec les ges-

tionnaires de cet établissement et les usagers en

insistant sur la valorisation de la notion de ser- vice public et de la qualité des prestations à as- surer. La dernière étape a été consacrée à l’inspection des ateliers de maintenance de la SNTF où il a pu prendre connaissance de l’ac- tivité de réhabilitation des voitures appelant les responsables à se concentrer sur la formation et le perfectionnement du collectif. Riche en évé- nements et enseignements, cette tournée a été une opportunité pour mesurer l’effort singulier fourni en direction d’un secteur jugé comme étant un élément indissociable d’une infrastruc- ture de base et situer l’avancée d’une wilaya pour un développement durable et l’exploita- tion de toutes ses ressources.

A. Bellaha

Des matériaux locaux pour les travaux d’aménagement du tramway

Sur la station-échantillon du futur tramway, dont la mise en service est prévue pour le mois de juin prochain, le ministre a invité les gestionnaires de ce projet à utiliser les matériaux locaux avec la contribution des capacités locales pour les travaux d’aménagement, ce qui permettra de motiver les opérateurs locaux.

 

A. B.

Mardi 22 Septembre 2015

Nation

8

EL MOUDJAHID

TRAVAIL ET SÉCURITÉ SOCIALE

De nouvelles dispositions pour augmenter le taux de recouvrement des cotisations

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed El Ghazi, a souligné, hier, que les nouvelles dispositions de la loi de finances complémentaire LFC-2015 ont pour objectif d’augmenter de 50%, le taux de recouvrement des cotisations de la sécurité sociale.

  • M. El Ghazi, qui s’exprimait à l’ouverture d’une journée d’information sur les mesures

exceptionnelles apportées par la loi de fi- nances complémentaire 2015, a mis l’ac- cent sur «la nécessité de la sensibilisation des employeurs pour qu’ils s’acquittent de leurs cotisations». Il précise, à ce propos, que la LFC leur permet de bénéficier des exonérations des pénalités et des majorations. En effet, les employeurs ont jusqu’au 31 mars pour ré- gulariser la situation de leurs employés, le cas échéant, ils s’exposeront à des amendes de 100.000 à 200.000 DA par travailleur non déclaré. Cette amende est revue à la hausse en cas de récidive. Par ailleurs, sont dispensés du règle- ment des majorations et des pénalités de retard dès versement de la dernière échéance due, les employeurs ayant intro- duit une demande d’échéancier de paie- ment de leurs dettes avant la fin du 1 er trimestre 2016, à la condition qu’ils s’ac- quittent des cotisations de l’encours. Ces mêmes dispositions sont applicables éga- lement aux employeurs dont l’échéancier de paiement est en cours de paiement. Les procédures de recouvrement forcé restent applicables à l’encontre des employeurs débiteurs n’ayant pas entrepris de dé- marches pour régulariser leur situation. L’article 60 de la LFC 2015 prévoit l’affi- liation volontaire des personnes actives sans couverture sociale pour bénéficier des prestations en nature de l’assurance maladie et maternité, contre le versement d’une cotisation mensuelle fixée à 12% assise sur une assiette dont le montant est égal au salaire national minimum garanti SNMG. Cette disposition est applicable pour une période transitoire de trois an- nées au maximum accordées aux affiliés volontaires, pour leur permettre de forma- liser leur situation professionnelle. Enfin, la déclaration d’affiliation introduite dans ce cadre ouvre droit à la personne concer- née à un rachat à sa charge, des cotisations

de retraite au titre de la période transitoire précédant cette déclaration. Nécessité de vulgariser, au niveau local, les disposi- tions de la loi de finances complémentaire 2015 (LFC) relatives à la sécurité sociale. Le ministre du Travail a été très ferme à l’endroit des cadres de la CNAS aux- quels il dit qu’une première évaluation de l’opération sera faite au courant du pre- mier trimestre de l’année prochaine. Mais

en les invitant aussi à utiliser tous les ca- naux pour diffuser l’information. «Il y a peut-être des employeurs qui n’ont pas lu la loi.» Alors qu’une entreprise est censée avoir un service juridique à même de les informer de toutes les mesures législatives et règlementaires qui interviennent.

  • M. El Ghazi a appelé, à cet effet, les

agences de wilaya de la Caisse nationale des assurances sociales, à se rapprocher des employeurs et des travailleurs, pour vulgariser les dispositions de la LFC-2015 relatives à la sécurité sociale, les représen- tants des caisses de la sécurité sociale au niveau local à travailler en collaboration avec les partenaires sociaux dans l'appli- cation de la politique de l'État en matière

de sécurité sociale, tout en les invitant à la tenue de rencontres de sensibilisation des employeurs afin de déclarer leurs effectifs et de s'acquitter de leurs dettes vis-à-vis de la sécurité sociale en matière de coti- sation. M. El Ghazi a également appelé les responsables du secteur au niveau local à présenter des rapports périodiques sur les données relatives aux recouvrements, rappelant que 2015 a été consacrée par le ministère, «année du recouvrement». Le ministre a également incité les em- ployeurs en infraction, notamment les dé- biteurs de cotisations, à saisir cette occasion et profiter de ces dispositions exceptionnelles avant la fin du délai fixé par la loi, pour bénéficier des avantages accordés.

  • M. Ghazi fera part de la mise en place

d’une commission mixte au niveau de son

département pour réfléchir sur d’autres

Ph : Wafa
Ph : Wafa

mécanismes à même de renflouer les caisses sociales, dont le rachat des années non cotisées n’est pas à écarter. Pour sa part, le secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algé- riens, M. Abdelmadjid Sidi Saïd, a fait sa- voir que ces mesures sont le fruit d’un processus qui a été mené depuis la der-

nière réunion tripartite de crainte de voir le système de la sécurité sociale péricliter, notamment la Caisse nationale de retraite (CNR), dont il dit qu’elle est en danger. «Si les gens ne cotisent pas, le système de solidarité n’existera plus et l’on s’chemi- nera alors vers l’inconnu», a-t-il déclaré. La CNR compte en effet plus de deux mil-

lions de retraités. Sidi Saïd explique que «les dispositions contenues dans la LFC sont le fruit d’une concertation entre les partenaires sociaux et le patronat», enga- gée depuis la dernière tripartite. Il a qualifié ces mesures de «révolu- tionnaires», citant notamment les disposi- tions portant sur les échéanciers de paiement des dettes de cotisation qui per- mettront, selon lui, de «sauvegarder l'en- treprise et l'emploi». S'agissant des dispositions portant «déclaration volontaire» des travailleurs activant dans l'informel, il a estimé que cette mesure est une protection pour le tra- vailleur et en même temps pour l'entre- prise. Il insiste, dans le même contexte, sur le fait que ces mesures viennent fina- lement en soutien à l’entreprise pour qu’elle ne mette pas la clé sous le paillas-

son. Et de lancer qu’il existe plus de 3 mil- lions de salariés non déclarés, dont 2 millions activent dans le secteur de l’agri- culture, le BTPH et les services. «Il en résulte des chiffres faramineux de cotisations non payées», a-t-il estimé, avant de conclure qu’«il s’agit d’un pro- cessus de longue haleine qui implique toute la collectivité nationale».

Salima Ettouahria

MOHAMED EL GHAZI, MINISTRE DU TRAVAIL :

 

« A u c u n e b a is s e d a n s le s s a la ire s d e s fo n c tio n n a ire s n ’e s t p ré v u e »

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed El Ghazi, a rejeté l’idée d’une éventuelle intention du gouvernement de décider d’une baisse des salaires des tra- vailleurs des différents secteurs. Le ministre, qui s’exprimait à la presse, en marge d’une journée d’information sur les mesures exceptionnelles de la loi de finances complémentaire LFC-2015, pour le recouvrement des cotisations de la sécurité sociale, a été catégorique sur ce sujet : «Il n’y aura pas de baisse dans les sa- laires des fonctionnaires. Au contraire, la suppression de l’arti-

en cours d’élaboration, ne contient aucune mesure dans ce sens». Concernant l’âge d’admission à la retraite, le ministre a précisé que «ce dernier demeurera également inchangé dans les nouvelles dispositions contenues dans le prochain code du tra- vail». Le ministre, qui a reconnu que le secteur a connu des pro- blèmes financiers depuis la dégringolade des prix du pétrole sur les marchés internationaux, a estimé que «les caisses sociales jouent un rôle important dans le développement de l’économie

S. Et.

cle 87-bis du code du travail a permis une augmentation des

nationale», précisant que «ces mécanismes sont susceptibles de

salaires au profit de ces derniers.» Le ministre a rassuré ainsi les salariés algériens sur le fait que le prochain «code du travail,

protéger l’économie de l’endettement extérieur».

Ce n t re d e p re s s e d ’ E l M o u d ja h i d

LE DG DE LA CASNOS :

« L’intégration de l’informel passe par la Sécurité sociale »

Convaincre les non-salariés de l’importance de «l’acte de cotiser», c’est le défi majeur que s’est fixé le directeur général de la CASNOS. Une Caisse qui se distingue par un équilibre fi- nancier réel. Invité, hier, du Forum d’El Moud- jahid, M. Achak Youcef Chawki estime que le meilleur moyen consiste en premier à expliquer toutes les nouvelles facilitations et les avantages accordés aux non-salariés, et que l’intégration de l’informel passe par la Sécurité sociale. À la tête de la CASNOS (Caisse nationale de sécurité sociale des non-salariés) depuis le mois d’octobre 2014, M. Achak Youcef recon- naît que si, aujourd’hui, seulement un tiers des 3 millions des travailleurs non salariés sont à jour en matière de cotisations, c’est en raison du manque de communication, de la mécon- naissance des droits et devoirs et surtout de l’absence de sensibilisation sur l’acte de cotiser. La plupart des travailleurs non salariés ne sait pas, par exemple, que la CASNOS prend en charge les recouvrements, les prestations de ser- vice et les retraites. Pour remédier à cela, une grande opération de communication est mise

sur place (journée d’information,

caravane...

),

mais, le plus important, pour le moment, c’est

de faire connaître les nouvelles dispositions ex- ceptionnelles introduites par la LFC-2015, comme l’exonération totale des majorations et pénalités de retard. Une mesure qui peut encou- rager les débiteurs qui disposent d’un délai

Ph :T. Rouabah
Ph :T. Rouabah

(jusqu’au 31 mars 2016) pour régler leur situa- tion. Au-delà de cette date, les contrôleurs prendront la relève, et les risques encourus par les récalcitrants ne sont pas minimes. Puisque les dossiers seront soumis à la justice. Convaincu que la déclaration à la Sécurité so- ciale doit être un acte spontané, car c’est une obligation, le DG de la CASNOS dit privilégier la sensibilisation à la coercition. Pour commen- cer , le DG de la CASNOS, qui dit avoir constaté beaucoup d’anomalies, à l’origine du désintérêt des non-salariés, estime qu’il est im- possible de continuer à gérer la Caisse avec 13

directions régionales. Comme rectificatif, la Caisse s’est dotée de 49 directions de wilaya (2 pour Alger), pour mieux se rapprocher des adhérents. D’autres initiatives ont été prises, cette fois sur le plan procédural. Et des révi- sions ont été opérées, notamment en ce qui concerne les documents à fournir. La CASNOS s’est mise également à l’heure des technologies qui permet plus de proximité avec les assurés, ce qui permet de régler de nombreux pro- blèmes, notamment l’allégement des procé- dures et la réduction du poids de la

bureaucratie. Et s’il y a un bon point à donner à la CASNOS, c’est pour cet effort d’informati- sation adopté. La CASNOS a un nouveau site web qui répond à toutes les questions, un

compte YouTube et une page Facebook inter-

active. Au passage, il est utile de mettre en exergue la mise en application de la télédécla- ration d’activité et d’assiette de cotisation. Il s’agit en outre du téléchargement de documents et de la demande d’attestation d’affiliation via le NET. La gageur, pour le DG de la CASNOS, qui considère que l’intégration de l’informel passe par la Sécurité sociale, est de convaincre les deux tiers des non-salariés à adhérer à la CASNOS. Cela sembler difficile, mais M. Achak reste très optimiste, même si le déséqui- libre financier de la Caisse est bien réel.

Nora Chergui

 

La CASNOS en bref

La Caisse nationale de sécurité sociale des non-salariés (CAS- NOS), créée par décret exécutif 92/07du 04 janvier 1992, est chargée de la protection sociale des catégories professionnelles non salariées dont font partie, entre autres, les commerçants, les artisans, les indus- triels, les agriculteurs, les Mmembres des professions libérales...

Allègement , facilitations et avantages accordés aux non-salariés

• Rapprochement de la caisse des assurés sociaux • Promulgation d’un nouveau arrêté portant organisation de la CASNOS • Mise en place des agences de wilayas • Création des antennes et des guichets de proximité

Dispositions de la loi de finances complémentaire (LFC-2015) , articles 57, 58 et 60

• Exonération totale des majorations et pénalités de retard. • Paiement échelonné des cotisations suivant un calendrier de paiement accordé en tenant compte de la capacité financière du débi- teur. • Les personnes exerçant une activité non salariée sans document attestant l’autorisation d’exercice sont assujetties au régime de sécu- rité sociale des non-salariés, avec tous les droits et obligations qui en découlent, à savoir l’affiliation, le paiement des cotisations et la cou- verture sociale. • Rachat des cotisations, afin de permettre la régularisation tardive des cotisations dues, lorsque le débiteur est âgé de 55 ans et moins et en position actif.

CONFÉRENCE SUR « LA CRISE DES REFUGIÉS ET LES RÉPERCUSSIONS DÉMOGRAPHIQUES »

Une crise humanitaire de grande ampleur

Le directeur de l’École nationale supérieure des sciences politiques (ENSSP), le D r Nadji Amara, a considéré hier à Alger, lors d’une conférence débat, que l’afflux immense des Syriens en Europe est le plus important phénomène d’exode en termes de chiffres depuis la Seconde Guerre mondiale, ar- guant que cet exil massif s’est répercuté à l’échelle internationale. Le spécialiste a précisé que cette «crise humanitaire est la plus dangereuse vécue de- puis 1945», rappelant que cette politique est plani- fiée par des pays puissants pour incarner un projet qui vise à «diviser» des pays, comme la Libye, l’Irak et la Syrie. Lors d’une conférence-débat intitulée «La crise des réfugiés et ses répercussions démographiques et sécuritaires», organisée par le quotidien arabo-

phone Echaâb, M. Nadji a considéré que le phéno- mène des réfugiés syriens est devenu une cause in- ternationale, expliquant que «la fuite des pays d’origine a des motifs profonds, dont la perte de l’espoir et l’aggravation du conflit en Syrie». Dans le même contexte, le conférencier a estimé que ce qui est en train de se passer en Syrie est une perspective qui est étudiée depuis les années soixante- dix, comme c’est le cas pour d’autres pays arabes qui eux aussi ont été ciblés par ce projet qui vise à créer de nouveaux États. Le conférencier cite l’exemple du Soudan divisé en deux États, prédi- sant que ce scénario pourra aussi se produire en Irak, en Syrie et au Yémen. Le directeur de l’EN- NSP a souligné l’importance de mobiliser des cen- tres de recherche afin de mener des études sur les

différentes situations dans les régions du monde, in- diquant que pas mal de pays développés ont prévu cette situation de déstabilisation.

Un front intérieur fort dans chaque pays arabe

Le politologue Abdelwahab Ben Khelif a souli- gné l’importance d’avoir un front intérieur fort dans chaque pays arabe, afin de faire face aux différents

défis, précisant que ce front se doit d’être fondé aussi sur le civisme, le patriotisme et l’éducation.

En ce qui concerne l’exode des Syriens, le poli- tologue a mis en exergue les différentes positions des États européens qui ont pour certains accepté et d’autres refusé d’accueillir ces réfugies.

Hamza Hichem

Ben Khelif : « Les efforts de la communauté internationale sont insuffisants »

Lors de son intervention, le politologue Abdelwahab Ben Khelif a posé plusieurs questions sur la ma- nière de trouver des solutions pour résoudre la crise en Syrie, appelant à la nécessité d’adopter une stratégie internationale, et considérant que plusieurs éléments étrangers s’impliquent dans cette affaire qui concerne le peuple syrien. «Il y a des pays qui assument leurs responsabilités historiques à l’égard de la cause sy- rienne», a-t-il indiqué.

 

H. H.

Mardi 22 Septembre 2015

Nation

D
D

9

EL MOUDJAHID

À L’APPROCHE DE L’AÏD-EL-ADHA

30 milliards de dinars retirés des bureaux de poste

Une chose est sûre, la décision prise par la direction générale d’Algérie Poste d’ouvrir ses bureaux durant le dernier week-end, à l’occasion de l’approche de la fête de l’Aïd-el-Adha, a été fort bénéfique, puisqu’elle a permis de servir les usagers à travers plus de deux millions d’opérations pour la journée de vendredi, a indiqué la cellule de commu- nication du ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication.

P our cette même journée, sou- ligne cette même source, un pic de retrait avoisinant les 30 mil-

liards de dinars a été enregistré à tra- vers le territoire national. Aussi, tous les salaires et pensions des retraités ont été versés dans un délai record d’une semaine, précise-t-on. Il convient de signaler, dans ce contexte, que l’opération ne pouvait se concrétiser sans l’accord de la Banque d’Algérie pour l’approvi- sionnement des bureaux de poste, vendredi et samedi derniers, et sans le concours des services de sécurité qui se sont mobilisés pour l’escorte des fonds. A cette occasion, saluant le travail accomplis par l’ensemble des agents d’Algérie Poste, M me Houda Imane Feraoun, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, leur a adressé une lettre de remerciement tout en insistant sur la nécessité de re- doubler d’efforts afin de répondre aux attentes des citoyens, d’améliorer

les prestations de service et de donner la meilleure image de leur établisse- ment. Pour rappel, les bureaux de poste étaient ouverts exceptionnellement, jeudi et vendredi derniers, aux fins de

N ation D 9 EL MOUDJAHID À L’APPROCHE DE L’AÏD-EL-ADHA 30 milliards de dinars retirés des

répondre à la forte demande de retrait d'argent, à quelques jours de l'Aïd El Adha. Lors de la journée de jeudi 17 septembre, les établissements pos- taux sont restés ouverts de 8h à 17h, pour la vacation de service de bri- gades, et de 8h à 12h et de 14h à 17h pour la vacation de service limité, a- t-on constaté. Les établissements pos- taux étaient également ouverts vendredi 18 septembre, de 8h à 12h pour la vacation de service de brigade

et pour la vacation de service limité. Cette décision prise par la direction générale d’Algérie Poste, à l’occa- sion de l’approche de la fête de l’Aïd el Adha, a permis aux titulaires de CCP de disposer de l’argent néces- saire pour faire face aux grosses dé- penses de cette fête religieuse. La mesure qui intervient le dernier week-end précédant cette importante fête religieuse a été vivement saluée par grand nombre de citoyens qui at-

tendent généralement la pause de fin de semaine pour faire le tour des points de vente autorisés et choisir le mouton qui leur convient. Aussi, grâce à cette louable initiative, ces derniers ont eu toute la latitude pour acheter à l’aise la bête du sacrifice.

Émission d’un timbre-poste ayant pour thème :

« Hommes de culture »

Par ailleurs, Algérie Poste rend hommage aux «hommes de culture». En effet, cette entreprise a procédé hier, lundi, à l’émission d’un timbre- poste avec une valeur faciale de 25 DA, ayant pour thème : «Hommes de culture». La vente anticipée de ce timbre qui a débuté hier se poursuivra pour la journée d’aujourd’hui et ce au niveau des 48 recettes principales des postes situées aux chefs-lieux de wi- layas. La vente générale aura lieu de- main mercredi 23 septembre, dans tous les bureaux de poste, souligne un communiqué de presse d’Algérie- Poste qui précise qu’une enveloppe 1 er jour à 7 DA sera également mise en vente avec une oblitération, le 1 er jour illustré.

Soraya Guemmouri

PRISE EN CHARGE DES CITOYENS DÉSIREUX D’ACHETER LES LOGEMENTS SOCIAUX

Lancement d’un numéro ver t

Le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville a annoncé hier dans un communiqué le lancement d’un numéro vert (10-65) mis à la disposition des citoyens désireux d’acheter les lo- gements sociaux réalisés avant 2004 afin de s’in- former des obstacles entravant la régularisation

de leurs dossiers. Les appels seront réceptionnés sur cette nouvelle ligne de 08:00 à 20:00, a précisé le ministère dans son communiqué. La cession par l’État des logements sociaux s’inscrit dans le cadre de l’application du décret N° 03-269, défi- nissant les conditions et modalités de cession des

biens immobiliers relevant de l’État et des Offices de promotion et de gestion immobilières (OPGI), mis en exploitation avant le 1 er janvier 2004. Les OPGI ont cédé jusqu’à fin juillet dernier 154.144 biens, contre 531.766 en attente de cession, conclut le communiqué.

MOUVEMENT DE GRÈVE À LA FACULTÉ DE MÉDECINE D’ALGER

Les étudiants soumettent plusieurs revendications à la tutelle

Les étudiants en médecine à l’uni- versité d’Alger 1 ont observé depuis dimanche dernier un mouvement de grève. Rencontré à l’extérieur de la faculté de médecine, la Perrine, le re- présentant des étudiants Abdadayam Salah Eddine, nous a déclaré que « ce mouvement a été décidé afin de ré- soudre un certain nombre de pro- blèmes que rencontrent les étudiants tout au long de leur cursus universi- taire.» Il a expliqué que « 80% des étu- diants ont suivi le mouvement de protestation en dépit de la pression de l’administration qui n’a pas laissé les grévistes tenir leur mouvement de protestation.» Parmi les revendications des étu- diants, l’introduction du système de

balayage. Celui-ci consiste à donner la possibilité aux étudiants ayant échoué à leur examen de rattrapage à le repasser au cours de l’année sui- vante, sans l’expédier en dette après la sixième année. A noter que la majorité des étu- diants ayant échoué à leur examen ont validé leur stage. Egalement, le rétablissement de la date des rattrapages du cycle clinique au mois de septembre, tout en per- mettant aux étudiants de sixième année n’ayant pas de rattrapage d’in- tégrer leur internat dès juillet. Une révision de tous les pro- grammes de rattrapages est aussi re- quise, afin qu’ils soient adaptés aux besoins des étudiants. Selon les re- vendications des étudiants, il y a lieu

de donner une définition claire du sta- tut de l’interne en médecine et le ré- tablissement du droit à la synthèse pour les étudiants de la pré-clinique, à savoir, les 1 re , 2 e et 3 e années. Ils revendiquent également l’affi- chage des résultats des épreuves dans les plus brefs délais, accompagné des corrigés types respectifs, l’allège- ment de la procédure de validation des rapports de stages de l’internat, l’établissement d’un fascicule ou guide de l’externat et l’élaboration de supports pédagogiques de référence pour les étudiants en médecine, et ce, dans chaque module, afin qu’ils puis- sent suivre tous les mêmes pro- grammes qui les prépareront aux mêmes épreuves. M. Abdadayam a tenu à souligner la revendication

concernant l’octroi aux étudiants du droit à la consultation de leurs copies d’examen, autrement dit, le droit au recours en présence du responsable de module, l’accès aux étudiants à un service d’activités culturelles et spor- tives, la révision du système de dé- roulement du module d’urgences médico-chirurgicales (UMC), y com- pris celui des épreuves et l’allège- ment de la procédure d’obtention du diplôme. Hier dans l’après-midi, une réu- nion s’est tenue entre les représen- tants des étudiants grévistes et le doyen de la faculté de médecine d’Alger afin de lui transmettre leurs revendications.

Wassila Benhamed

JIJEL

Le ravisseur présumé d’une jeune fille à El-Milia arrêté et écroué

Les éléments de la sûreté de daïra d’El Milia (Jijel) viennent de procéder à l’arres- tation de l’auteur présumé de l’enlèvement d’une jeune fille, a-t-on appris, lundi, auprès de la cellule de communication de la sûreté de wilaya. Le mis en cause, âgé de 23 ans, avait en- levé de force, il y a quelques jours, une jeune mineure de moins de 18 ans et l’a forcé à monter dans sa voiture, a-t-on indiqué. Un appel téléphonique émis par un citoyen, té- moin de la scène, a alerté les services de la sûreté de daïra dont les éléments ont arrêté le ravisseur présumé "au bout d’un laps de temps très court" et l’on présenté devant la justice qui a ordonné sa mise sous mandat de dépôt, a-t-on conclu.

ALGÉRIE TÉLÉCOM

Don de 120 fauteuils roulants manuels et électriques

Algérie Télécom a fait don de 120 fauteuils roulants manuels et électriques au profit d’associa- tions d’aide aux personnes à mobilité réduite, lors d’une cérémonie qui a eu lieu ce lundi 21 septembre 2015, au niveau de la direction générale d’Algérie Télécom à Alger. La cérémonie s’est déroulée en pré- sence du président-directeur général, M. Azouaou Mehmel, M me Salima Souakri, présidente d’honneur de l’association El-Wafa pour les personnes aux be- soins spécifiques, M. Abdelkader Azzouz, directeur de la revue Vouloir, dédiée aux handicapés, M. Akil Aknine, president de l’Association nationale des ma- ladies neuromusculaires, et M. Belaïd Kheloui, le P/APC de Mohammedia. À l’issue de la cérémonie, M. Azouaou Mehmel a salué le travail et la persévé- rance des associations dans la prise en charge de cette catégorie de citoyens algériens, et a réitéré le soutien d’Algérie Télécom à leur combat au quotidien. Le

président-directeur général a déclaré, lors de cette cé-

rémonie : «Cette initiative s’inscrit dans le cadre des actions humanitaires que mène Algérie Télécom. C’est une modeste contribution pour cette catégorie de citoyens qui nous sont chers afin de leur faciliter la vie au quotidien.» De son côté, la présidente d’honneur de l’asso- ciation El-Wafa, M me Salima Souakri, spire à amé- liorer le cadre de vie des handicapées en leur assurant un minimum de commodités et d’accessibilités. «Le message que je veux transmettre est que cette caté- gorie de la société a tous les droits. Le handicapé a

le droit d'aller à l'école, au stade et au cinéma ; même au travail, les entreprises ont l'obligation d'insérer cette catégorie, malheureusement, elles ne respectent pas cette loi, alors que ce sont des êtres humains comme nous tous (…) Ces gens-là sont un exemple pour moi et pour vous tous un exemple avec une vo- lonté incessante qu’il faut suivre», dit-elle

Sarah A. B. C.

ROIT AU BUT
ROIT AU BUT

Blanche Algérie

Quelque 2200 chantiers ont été créés au titre du programme "Blanche Algérie" à travers cinq wilayas de l’Ouest du pays, générant plus de 17.000 postes d'emploi, Ces ateliers, créés depuis 2005 dans le cadre du programme de l’ADS, se répartissent sur les wilayas d’Oran, Mostaganem, Mascara, Chlef et Relizane. Le programme "Blanche Algérie" vise à améliorer le cadre de vie dans les cités d’habitation à travers le nettoiement, la plantation d’arbustes, l'aménagement des chaussées, la collecte et traitement des déchets de plastique et entretien des espaces verts.

ALGÉRIE - PALESTINE

 

S o r tie

d ’u n e p r o m o tio n

d

’a g

e

n t s

d e p o lic e p a le s tin ie n s à B o u d o u a o u

Une sortie de promotion de 10 agents de police palestiniens a été abritée, lundi, par l’unité d’instruc- tion et de maintien de l’ordre pu- blic de Boudouaou (Boumerdes), suite à un stage d’entrainement théorique et pratique de 21 jours. La cérémonie a été présidée par le contrôleur de police Aissa Naili, directeur de l’ordre public à la di- rection générale de la sureté natio- nale (DGSN), et le représentant de l’ambassade de l'Etat de Palestine en Algérie, en présence de nom- breux cadres de la sûreté nationale. La promotion sortante a pré- senté des exhibitions en arts de combat et de défense, avant un passage en revue devant le contrô- leur de police Aissa Naili, qui a ensuite distribué des diplômes aux stagiaires. S’ensuivit une prise de parole par un représentant de l’effectif en- cadreur de ce stage de formation, qui a souligné que cette promotion de policiers palestiniens a bénéfi- cié d’une formation basée sur une méthodologie théorique étudiée, soutenue par des entrainements pratiques, sur le terrain, dans diffé- rentes techniques policières (com- bat, défense). Cette session de formation, ins- crite au titre de la coopération di- recte entre les organes de police algériens et palestiniens, est la se- conde du genre en moins de deux mois (la première session ayant été organisée en aout dernier), a dé- claré, à l’APS, Aissa Naili, en marge de la cérémonie de sortie. "Il s’agit là de l’une des formes de soutien accordé par l’Algérie à la cause palestinienne", a-t-il ajouté, estimant que ce genre de formation assurée désormais par la police algérienne au profit des po- lices de pays arabes, africains et même européens, est le "reflet du niveau avancé" atteint par le corps de la Police algérienne. Le direc- teur de l’ordre public à la DGSN a, aussi, insisté sur l’importance des "échanges d’expériences et d’ex- pertises" en la matière, entre les différents pays.

Mardi 22 Septembre 2015

Economie

10

EL MOUDJAHID

ABDELMADJID ATTAR, VICE-PRÉSIDENT DE L’ASSOCIATION ALGÉRIENNE DES INDUSTRIES ET DU GAZ :

« Le litre de gasoil en Algérie est revendu jusqu’à 10 fois moins cher »

Expert reconnu, l’avis d’Abdelmadjid Attar est toujours bon à prendre lorsqu’il s’agit des questions économiques, plus particulièrement durant cette conjoncture sensible, générée par l’effondrement des cours du baril.

  • D e passage, hier, sur les ondes de la radio nationale, le vice-président de l’Association algérienne des industries

et du gaz considère, à propos de la baisse des

revenus et des recettes provenant des hydro- carbures, que l’augmentation de l’exploitation des champs d’hydrocarbures n’est pas une so- lution. «Ceci ne pourra pas contribuer à com- penser la chute des recettes constatée ces derniers mois, et estimée à 35 milliards de dol- lars d’ici la fin de l’année 2015», a-t-il soutenu à l’émission «L’invité de la rédaction». Il a as- suré que cette option ne fera que «mettre en danger» les réserves de brut existantes et la sé- curité énergétique du pays. «Il faut savoir que nous ne sommes pas en face d’une crise énergétique dans notre pays. C’est plutôt une crise de diversification de l’économie et des opérateurs qu’il est impéra- tif d’impulser», a-t-il ajouté, en observant que l’augmentation «constante» de la consomma- tion intérieure en produits énergétiques pose «problème» dans la mesure où elle est en train d’évoluer «beaucoup plus rapidement» que les capacités de nos réserves d’hydrocarbures. Abdelmadjid Attar, qui a fait partie des panels d’experts en économie conviés par la CNES de Babès à proposer des solutions de sortie de crise, lors de la table ronde organisée di- manche dernier, est revenu justement sur les recommandations qui ont sanctionné cette rencontre, citant notamment la diminution du «train de vie» de l’État, le report de «certains» projets «sans retour d’investissement» y com- pris ceux dit structurants, le lancement d’em- prunts obligataires publics ou encore la révision du système de subventions et de

E conomie 10 EL MOUDJAHID ABDELMADJID ATTAR, VICE-PRÉSIDENT DE L’ASSOCIATION ALGÉRIENNE DES INDUSTRIES ET DU GAZ

transferts sociaux. Il a illustré ses propos en donnant l’exemple du carburant dont la consommation «effrénée» dans notre pays fait dire à l’invité de la rédaction qu’on se retrouve devant ce qu’il a qualifié de «catastrophe». «Nous avons importé pour 3,5 milliards de dollars de gasoil, à plus d’un dollar le litre, re- vendu en Algérie à sept ou 10 fois moins cher. On ne peut s’en sortir comme ça, ce n’est pas possible», a-t-il enchaîné. L’ex-DG de Sonatrach estime qu’il ne faut plus perdre davantage de temps. «Il faut agir en urgence, car il ne faut pas s’attendre à une hausse rapide des prix du pétrole, si hausse il

y a. Le contexte n’est plus le même qu’en 2008 où nous avons assisté à une baisse des barils, mais qui ont repris rapidement. Au- jourd’hui, la donne a changé, car, en 2008, les États-Unis d’Amérique n’étaient pas en si belle posture en ce qui concerne le gaz ou l’huile de schiste», a-t-il analysé, au micro de notre consœur Souhila El-Hachemi, regret- tant, dans la foulée, que le débat est intervenu un «peu» tard. «Néanmoins, cette rencontre a été intéressante dans la mesure où elle a donné la parole aux experts même si les critiques ont été très dures. Mais quand il s’agit de l’intérêt du pays, il faut les prendre en compte», a-t-il précisé. Pour le vice-président de l’Association al- gérienne des industries et du gaz, le salut de l’Algérie peut venir des énergies renouvela- bles, mais il déplore toutefois le «grand» re- tard qu’accuse notre pays dans ce domaine. «Je ne crois pas qu’on pourrait rattraper ce re- tard pour la simple raison que la crise actuelle

a entraîné, entre autres, un manque criant des

ressources», a-t-il noté, non sans expliquer que développer les énergies renouvelables né- cessite un nombre considérable de petites et moyennes industries (PMI). «L’État doit investir dans la production des cellules photovoltaïques, la construction de centrales et leur maintenance», a-t-il recom- mandé, en refusant d’être «taxé» de «pessi- miste». «Tout ce qui pourrait être découvert et produit dans les années à venir servirait à peine à couvrir la consommation intérieure de ces produits», a-t-il mis en garde.

S. A. M.

APRÈS LE RECUL DU DOLLAR SUITE AUX DÉCISIONS DE LA FED

Les prix du pétrole remontent

Les prix du pétrole grappil- laient du terrain hier en cours d'échanges européens portés par un accès de faiblesse du dollar conséquent aux récentes déci- sions de la Fed, dans un contexte d'inquiétudes persistantes sur l'excès d'offre. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 48,14 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 67 cents par rapport à la clôture de vendredi. Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en octobre perdait 69 cents à 45,37 dollars. Les cours du brut reprenaient du terrain après une session morose vendredi, aidés par un dollar af-

E conomie 10 EL MOUDJAHID ABDELMADJID ATTAR, VICE-PRÉSIDENT DE L’ASSOCIATION ALGÉRIENNE DES INDUSTRIES ET DU GAZ

faibli par la décision de la Ré- serve fédérale américaine (Fed) de conserver ses taux inchangés. Une hausse des taux d'intérêt de la banque centrale américaine aurait eu pour effet de rendre le dollar plus rémunérateur et donc plus attractif pour les cambistes, mais à l'issue de deux jours de réunion, le Comité de politique

monétaire de la Fed (FOMC) a décidé de maintenir son taux di- recteur, sur fond de craintes sur la santé de l'économie mondiale, amenant les investisseurs à se désintéresser du dollar pour le moment. Et les accès de fai- blesse du dollar tendent à soute- nir les cours du brut, car ils rendent moins onéreux les achats

de pétrole, libellés en dollar, pour les investisseurs munis d'autres devises, mais la hausse des cours se fait sur des fonda- tions peu solides et les prix du brut pourraient de nouveau se trouver sous pression "si la dé- prime vis-à-vis du dollar se dis- sipe", expliquaient les analystes. Les cours restaient en effet sujets à une grande volatilité et de- vraient rester sous l'influence de facteurs externes au marché du pétrole, comme les marchés boursiers et le marché des changes, ajoutaient-on. De plus la surabondance d'offre continue de peser sur les cours, et le Brent en particulier, à cause d'une aug- mentation de la production dans le bassin atlantique, en mer du Nord et au Nigeria.

8 usines de textile à Relizane Le futur pôle industriel, implanté au parc du Sidi El-Khettab,
8 usines de textile
à Relizane
Le futur pôle industriel, implanté au parc du Sidi
El-Khettab, à 20 km au nord de Relizane, abritera
huit usines intégrées spécialisées dans la
production de textile (chemises, pantalons jean,
articles de bonneterie, finissage de tissus…).
Le montant de l’investissement est estimé à 150
milliards de dinars (environ 1,3 milliard d’euros).

BILAN FINANCIER DU 1 er SEMESTRE DE NCA ROUIBA SPA

De bons fruits

Le chiffre d’affaires de NCA Rouiba SPA a connu une croissance de près de 5% par rapport au 1 er semestre 2014, «malgré une baisse des prix sauvage, avec un impact assez ravageur sur le marché qui n’a pas beaucoup cru», c’est ce qu’a indiqué Sahbi Othmani, directeur général de NCA Rouiba, lors de la présentation du bilan du premier semstre 2015, hier, au siège de l’entreprise, à Rouiba (Alger), en présence de Slim Othmani, président du conseil d’administration. Cette performance de NCA Rouiba incombe au succès de la gamme PET, avec une évolution des ventes de plus de 23%, outre le résultat ob- tenu sur le carton, «soit deux fois plus que la croissance du marché dans sa globalité», dans un contexte marqué par un glissement du pouvoir d’achat, qui fait que les mé- nages adoptent de plus en plus un comportement rationnel dans les dépenses, qui sont également orientées vers le logement, surtout, souligne le conférencier. S’agissant de l’impact des pertes de change, en raison de la dépréciation du dinar, celle-ci est estimée à 90 millions de dinars, selon le DG de l’entreprise. Sahbi Othmani affirme aussi qu’étant leader sur le marché en matière d’emballage en carton, NCA Rouiba ambitionne, par ailleurs, d’augmen- ter davantage sa production en emballage PET (embal- lage en plastique) et améliorer davantage son classement sur ce segment. L’impact des pertes de change a été plus ou moins amorti grâce à un pilotage de la trésorerie de l’entreprise, ce qui lui a permis de renégocier les prix et conditions d’achat auprès de ses principaux fournisseurs, a précisé, pour sa part, Slim Othmani, ajoutant que le deuxième semestre s’annonce plus éprouvant compte tenu de la dépréciation prévisible du dinar et son impact sur les marges opérationnelles. Ces résultats positifs sont également le fruit de l’atout qualité du produit Rouiba, érigé comme principal fer de lance, qui a également consolidé sa position au plan régional, en particulier en Tunisie. Une position enviable qui lui a permis d’envisa- ger une perspective de percée africaine, à partir du Bénin, qui n’attend que le feu vert de la Banque d’Algérie, la de- mande de transfert ayant été introduite en mars. L’occa- sion a été, par ailleurs, pour Slim Othmani, de revenir longuement sur les rapports de l’entreprise avec la Bourse, qualifiant de «contraire à toutes les règles» l’exercice de l’État du droit de préemption brandit par la Commission d’organisation et de surveillance des opéra- tions de Bourse (Cosob), s’agissant de l’entrée d’autres actionnaires dans le capital de NCA Rouiba. Toutefois, il a salué la décision du ministre des Finances d’introduire des amendements en la matière pour ce qui est des opé- rations d’introduction en bourse, mais insiste que le pro- blème demeurera entier, si un changement n’est pas apporté en ce qui concerne les transactions. Invité à don- ner son avis sur les dernières mesures fiscales contenues dans l’avant-projet de loi de finances complémentaire 2015, Slim Othmani indique, arguments à l’appui, que le maintien de la TAP constitue «une aberration», qui nuit à l’économie beaucoup plus qu’elle ne la sert, surtout en ce qui concerne l’activité de distribution, qui est un segment important de l’économie.

Farid B.

Publicité

El Moudjahid/Pub

ANEP 25/93706 du 22/09/2015

El Moudjahid/Pub

ANEP 344945 du 22/09/2015

Mardi 22 Septembre 2015

M onde 11 EL MOUDJAHID BURKINA FASO Le projet de sortie de crise passe mal Le

Monde

11

EL MOUDJAHID

BURKINA FASO

Le projet de sortie de crise passe mal

Le projet de sortie de crise au Burkina Faso, présenté par la médiation ouest-africaine, suscitait hier l'indignation de la société civile et d'une partie de la population, opposées à l'amnistie des putschistes et à la participation de candidats pro-Compaoré aux pro- chaines élections.

  • D ès dimanche soir, M e Guy- Hervé Kam, le porte-parole du Balai Citoyen, en pointe

dans le soulèvement populaire contre Blaise Compaoré en 2014, jugeait «honteux», le projet avancé par la Communauté éco- nomique des États de l'Afrique de l'Ouest (CÉDÉAO), une réaction qui trouvait un écho dans les rues de la capitale burkinabaise. Éla- boré à l'issue de trois jours de mé- diation-marathon à Ouagadougou, le projet d'accord sera soumis au- jourd’hui au feu vert de la CÉ- DÉAO, lors d'un sommet extraordinaire à Abuja. Le texte, articulé en 12 points, propose le maintien des élections législatives et présidentielle au Burkina, au plus tard le 22 novembre — elles étaient initialement prévues le 11 octobre —, mais surtout la parti-

M onde 11 EL MOUDJAHID BURKINA FASO Le projet de sortie de crise passe mal Le

cipation des candidats pro-Com- paoré, invalidés ces derniers mois suite à une loi votée par l'Assem- blée intérimaire. C'était la principale revendication des auteurs du coup d'État mili- taire du 17 septembre, menés par le général Gilbert Diendéré. Parmi les autres points, figurent la «res- tauration des institutions de la transition et du président Ka- fando», et la «libération sans condition de toutes les personnes détenues suite aux événements». Le sort du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), à l'origine du coup d'État, est quant à lui «laissé à l'appréciation du président issu des prochaines élections». Depuis plusieurs mois, la société civile réclame la dissolution de cette troupe forte de 1.300 hommes.

     

LU

AILLEURS

 

Relations Iran - États-Unis

Le Président Rohani : «L'hostilité qui a existé entre les États-Unis et l'Iran de- puis des décennies, la distance, les dés- accords, le manque de confiance ne disparaîtront pas rapidement.» «Ce qui importe, c'est de savoir quelle direction nous prenons. Nous diri- geons-nous vers une recrudescence de l'hostilité ou vers une réduction de cette hostilité ? Je pense que nous avons fait les premiers pas vers une réduction de l'hostilité.»

ATTENTATS AU NIGERIA

Au moins 54 morts

Au moins 54 personnes ont été tuées dans les attentats perpétrés par le groupe islamiste Boko Haram dimanche à Maidu- guri, dans le nord-est du Nigeria, a an- noncé hier la police. «54 personnes sont mortes et 90 autres ont été blessées», a dé- claré à des journalistes le porte-parole de la police de l'État de Borno, Victor Isuku, tandis qu'un précédent bilan établi par des témoins faisait état d'au moins 21 morts.

YÉMEN

RÉFUGIÉS

Nouveaux raids sur Sanaa

La coalition arabe opérant au Yémen sous commandement saoudien a mené hier d'intenses raids aériens sur la capitale Sanaa où les rebelles chiites houthis ont appelé à un rassemblement pour célébrer le premier anniversaire de leur conquête de la capitale yéménite, selon des té- moins et des sources militaires. Peu avant l'aube, des frappes aériennes ont visé des dépôts d'armes dans le quartier de Noqom, à l'est de Sanaa, selon des témoins. La base militaire, qui est contrôlée par des unités rebelles alliées aux Houthis, a été touchée à plusieurs reprises depuis le déclenchement en mars de la campagne aérienne menée par une coalition arabe anti- rebelles sous commandement saoudien. Un raid aérien a également touché la quartier de Sawan, dans le nord-est de Sanaa, visant la résidence d'un parlementaire, Ahmed El-Kahlani, proche de l'ex-président Ali Abdallah Saleh, lui-même allié aux Houthis, ont indiqué des habitants. Les rebelles ont appelé à un grand rassemblement hier pour célébrer «le premier anniversaire de la révolution du 21-Septembre».

KENYA

Commémoration du massacre du Westgate

Le Kenya a commémoré, hier dans les lieux tout juste rouverts et la veille près d'un mémorial portant les noms des 67 morts du bilan officiel, le 2 e anniversaire du massacre perpétré par les is- lamistes somaliens shebab dans le centre commercial Westage de Nairobi. Les employés du su- permarché Nakumatt, où furent exécutées de nombreuses victimes du centre commercial, ont prié et allumé des bougies dans le centre commercial rouvert en juillet. «Nous commémorons un mo- ment durant lequel nous avons perdu beaucoup de nos amis, durant lequel le destin de beaucoup de nos amis a été brisé», a déclaré le pasteur Dennis Pamba.

L’ONU appelle la communauté internationale à « faire plus » dans les pays voisins de la Syrie

Le responsable des opérations humani- taires de l'ONU, Stephen O'Brien, a exhorté, dimanche à Amman, la communauté interna- tionale à accroître son soutien aux pays voisins de la Syrie qui accueillent des centaines de milliers de réfugiés syriens. «J'exhorte main- tenant tous et chacun dans la communauté in- ternationale à faire plus et à accroître leur soutien à la Jordanie et les autres pays dans la région», a déclaré M. O’Brien, au cours d'une conférence de presse. M. O’Brien a précisé que les pays voisins de la Syrie portent le far- deau le plus lourd en accueillant le plus grand nombre des réfugiés. «Les pays voisins de la Syrie ont atteint un stade où le reste du monde doit rapidement partager plus de responsabilité pour répondre aux besoins humanitaires en- gendrés par la crise syrienne et soutenir les personnes les plus vulnérables», a-t-il dit. Le Haut-Commissariat pour les réfugiés de

l'ONU (HCR) estime que la baisse de l'aide humanitaire aux réfugiés dans les pays voisins de la Syrie a incité plusieurs d'entre eux à ten- ter de se rendre en Europe qui fait face à un af- flux sans précédent de réfugiés. Pour sa part, le président du Parlement européen, Martin Schulz, a affirmé hier la nécessité «de mobili- ser le maximum d'argent», lors du sommet de Bruxelles de demain, en particulier pour aider la Jordanie, le Liban et la Turquie, submergés par l'afflux de réfugiés. «Le Conseil (européen) de mercredi doit mobiliser le maximum d'argent pour aider la Jordanie, le Liban et la Turquie», a déclaré à la presse M. Schulz, à l'issue d'une rencontre avec François Hollande, à la présidence fran- çaise. Il s'agit d'éviter qu’«un autre chiffre considérable de gens, par désespoir, quittent les camps (installés dans ces pays) pour venir en Europe».

GRAND ANGLE
GRAND ANGLE

Quel sens revêt la Journée internationale de la paix que nous venons de célébrer ? Plus qu’une question, c’est un constat amer que les caméras du monde en-

tier ne manquent pas de dérouler sous nos yeux et quoti- diennement, les souffrances et les tragédies qui frappent les peuples dans certaines parties du monde en constante ébul- lition. Au lendemain de cette festivité, 18 civils syriens ont été tués et autant de blessés, plus de 8 millions de déplacés errent d’exil en exil, à la recherche d’un salut, d’un havre de paix, que ni les puissances étrangères, qui sont à l’origine de leur drame, ni les institutions internationales ne sont en mesure de leur assurer. La Journée internationale de la paix vient nous rappeler encore une fois que d’autres foyers de tensions subsistent ou sont sur le point d’entrer en irruption.

Le miroir du monde

La poudrière proche- orientale en est l’illustration parfaite qui rend cette manifestation caduque. Le Suédois Dag Ham- marskjöld, second secrétaire générale de l’histoire de l’ONU, disait un jour que «l’ONU n’a pas créé le paradis, mais elle a évité l’enfer». Hélas pas tous les enfers. Palestine, crise libyenne, Sahara occidental, dernier cas de décoloni- sation en Afrique, massacre des Rohingyas en Birmanie, Soudan du Sud, crise humanitaire en Erythrée… et autant d’autres point ou l’organisation onusienne à brillé par son échec que l’actuel SG de l’ONU, le Sud-Coréen, Ban Ki- moon, n’éprouve aucun mal à le reconnaitre, avec, cepen- dant, un argument à décharge, à savoir le nerf de la guerre

qui fait défaut aux différentes institutions onusiennes et qui souffrent d’un assèchement financier criant. Elles auraient besoin de 20 milliards de dollars en 2015 pour leurs missions humanitaires : seulement 7,15 milliards ont été collectés à

ce jour. À titre d’exemple, l’OMS, à court de financement, a dû fermer plus de 184 centres de santé à travers le monde. Ainsi, près de 2,5 millions de personnes sont livrées aux ma- ladies et aux pandémies sans la moindre assistance médicale. Même si l’ONU est «le miroir grossissant de l’opinion inter- nationale», pour reprendre l’expression d’un de ses anciens secrétaires généraux en la personne de l’Égyptien M. Bou- tros Boutros Ghali, il n’en demeure pas moins qu’elle (l’or- ganisation, ndlr) doit être aussi son foyer d’apaisement…

M. T.

Société

12

EL MOUDJAHID

VIOLENCE EN MILIEU SCOLAIRE

Trois élèves blessés lors d’une bagarre à l’arme blanche dans un CEM à Tipasa

Le débat sur la violence qui guette nos enfants à l’intérieur de l’enceinte scolaire est plus que d’actualité. Le drame qui s’est produit hier lors d’une bagarre au cllège Ibn-Khaldoun de Hadjout à Tipasa a poussé parents et enseignants à interpeller les pouvoirs publics sur l’urgence de réagir à ce phénomène. «Où sont les mesures de sécurité dans les écoles, comment peut-on laisser un adolescent de 15 ou 17 ans introduire dans son cartable un cran d’arrêt sans être fouillé ?» s’interrogent avec rage les parents d’élèves.

U ne colère justifiée dans le sens où cette violence a tendance à

s’amplifier et prendre des proportions dangereuses. L’élève (Ben Abassi Y), inscrit en classe de deuxième année moyenne, ayant eu une grave blessure au niveau de la poitrine, a été opéré en urgence à l’hôpital de la ville. La victime intervenait pour appeler au calme les deux autres élèves qui s’échangeaient des coups à l’arme blanche, lorsqu’il a été atteint d’un coup de cou- teau. Les deux autres élèves (Abri Y., 16 ans, et Baa N., 14 ans) ont été légèrement blessés et ont été pris en charge dans le même établis- sement de santé publique, selon la même source. Les travailleurs et ensei- gnants de l'établissement scolaire ont observé une grève pour dénoncer cet acte de violence, qui remonte, selon les investigations des services de sécurité, à ven- dredi dernier, lorsque les deux protagonistes (Abri Y., 16 ans, et Baa N., 14 ans) se sont battus à l’extérieur du CEM, avant qu’ils ne récidi- vent lors de la récréation à 10h. La secrétaire générale de la direction de l’éducation de la wilaya s’est déplacée à l’hôpital pour s’enquérir de l’état des élèves blessés et à l'établissement scolaire pour "rassurer la famille éduca- tive" y exerçant, suite à cet acte de violence, qui a pro- voqué l’émoi dans toute la wilaya. Cet incident a, par ail- leurs, suscité des scènes de peur et d’évanouissement parmi les élèves et trois filles ont été évacuées à l’hôpital de Hadjout pour recevoir les soins nécessaires, a-t-on ajouté de même source. Les services de la Police judiciaire (PJ) et la direction de l’éducation ont enclenché

S ociété 12 EL MOUDJAHID VIOLENCE EN MILIEU SCOLAIRE Trois élèves blessés lors d’une bagarre à

une enquête pour déterminer les tenants et aboutissants de cet acte de violence, a-t-on, par ailleurs, signalé.

«Il faut redonner du sens aux sanctions scolaires»

Il faut noter que durant le

premier semestre 2014, la police a recensé quelque 71 cas de violence en milieu scolaire, selon le dernier bilan fourni. Des cas d’agression qui ont fait 112 victimes. Une violence sur- venue aussi bien entre les élèves qu’entre les ensei- gnants et les élèves ou avec les parents d’élèves. Les res- ponsables de la DGSN préci- sent que la «violence corporelle est la plus répan- due en milieu scolaire suivie de la violence verbale». Ces statistiques, plus qu’alar- mantes, font réagir responsa- bles, pédagogues et psychologues. Pourquoi la violence scolaire augmente-

t-elle ? Doit-on concevoir ce phénomène comme l'expres- sion d'une hostilité et une agression isolée ? Ne pou- vons-nous pas considérer la violence comme une consé- quence naturelle des change- ments que subit la société ? Cette violence n'appelle-telle pas une remise en question du régime disciplinaire sco-

laire ? «La violence à l'école prend plusieurs formes, racket, insultes, vols, me- naces verbales, extorsion, ta- page, bagarres, gangs, armes, vandalisme … pratiqués par des garçons et moins fré- quemment par des filles. Il ne s'agit plus des écarts de conduite mais de pra- tiques quotidiennes ac- crues», nous dira Dr Kacimi, psychologue pédagogue qui affirme

que «L'école était depuis son ins- titution un lieu sacré consa- cré à l'apprentissage et au savoir. C'est là où l'enfant

s'instruit se socialise et déve- loppe ses talents. Au sein d'un groupe d'apprenants, l'élève est appelé à commu- niquer avec ses collègues, s'échanger les idées, influen- cer et s’influencer, au- jourd’hui ces concepts disparaissent et il est regret- table que ce lieu de savoir devienne un espace de vio- lence», regrette notre spécia- liste. «Il faut redonner du sens aux sanctions scolaires, toute sanction doit permettre à l'élève d'apprendre sur lui- même et susciter sa compré- hension ainsi que son adhésion aux règles», estime Dr Kacimi. Il y a lieu de rappeler que trois élèves ont été blessés, dimanche, dont un est dans un état grave, lors d’une ba- garre au CEM Ibn-Khaldoun de Hadjout (Tipasa), a-t-on appris des services de la wi- laya.

Farida Larbi

VISA

Sans

   

Un infirmier philippin de 29 ans a été condamné hier à Singapour à quatre ans de prison ferme pour avoir publié sur le réseau social Facebook des propos insultants contre les Singapouriens et menti aux enquêteurs. Ello Ed Mundsel Bello a été reconnu coupable de sédition — soulèvement concerté contre l'autorité établie — après ses vives critiques contre les citoyens de la ville-Etat qui compte de nombreux travailleurs immigrés, dont plus de 170.000 Philippins. Singapour est connue pour sa législation très sévère réprimant crimes et délits. Ce petit pays de 5,4 millions d'habitants, qui avait connu des émeutes raciales dans les années 1960, s'appuie sur la loi antisédition pour réprimer les citoyens et les étrangers dont les agissements sont considérés comme une incitation aux tensions ethniques.

PROTECTION DE L’ENFANCE

L’urgence d’agir

Voilà que le profond et récurrent problème de la violence en mi- lieu scolaire refait surface et les Unes de la presse nationale avec les derniers faits divers qu’a connus la ville de Hadjout. Trois élèves blessés après une rixe à l’arme blanche. L’émoi est général et l’épine s’enfonce un peu plus. Comment réagir face à ce fléau grandissant ? Dans la wilaya de Tipasa, les services de police judiciaire et la di- rection locale de l’Education ont décidé de faire toute la lumière sur cette affaire. Comprendre les tenants de cet acte de violence est un premier pas dans la voie de l’éradication de telles graves dérives. Les études, colloques et réunions autour de la violence en milieu scolaire n’ont jamais cessé et ont toujours préconisé maintes issues, mais le mal est apparemment assez profond. Pour l’inspection cen- trale du ministère de l’Education, il s’agirait essentiellement d’une crise de confiance entre l’élève et son entourage scolaire ; l’élève ne participe plus à la vie de l’école et donc de la société. Pour l’Asso- ciation nationale des parents d’élèves, la communication et la for- mation des enseignants est un élément important pour venir à bout de ce phénomène. Du côté du réseau NADA (Réseau algérien pour la défense des droits de l’enfant), on souligne que «ces jeunes sont les citoyens de demain, et il faut donc les accompagner dans leur ap- prentissage avec les valeurs de la société, de l’école et de la famille».

Sous un angle juridique, la promulgation, il y a quelques semaines, de la loi sur la protection de l’enfant par le Conseil de la nation a été bien accueillie. Les services de la police judiciaire y voient un sé- rieux appui dans leur prise en charge du mineur délinquant, de l'en- fant victime de violence et de l'enfant en danger moral. Quant à la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l'Homme, cette loi tombe à point après tant d’années de «recommandations récurrentes». En effet, la loi 15-12 du 15 juil- let 2015 relative à la protection de l'enfant vient «renforcer le dis- positif juridique national relatif à la protection de l'enfant et à harmoniser le corpus interne avec les engagements internationaux contractés par l'Algérie, notamment à travers la ratification de la Convention sur les droits de l'enfant et de ses deux protocoles facul- tatifs». A travers les 150 articles de la loi, les organismes de défense de l’enfant se félicitent de la création du poste de délégué national à la protection de l'enfance qui, selon elles, est «une initiative louable à même de favoriser la promotion et la protection des droits de cette frange vulnérable de la société». Mais au-delà de la compréhension de toutes les faces de ce pro- blème multidimensionnel, n’y aurait-il pas moyen de commencer par «une guerre totale» aux délinquants ? Ou bien, fau- drait-il attendre que les plans d’éducation civique fassent leur effet ? Certains préconisent carrément des méthodes musclées à l’intérieur et aux abords des collèges et lycées. Le recrutement d’un staff d’agents de sécurité (jadis simples pions ou surveillants), l’installa- tion de la vidéo surveillance liée directement aux services de police et l’instauration de cours spéciaux et obligatoires d’éducation ci- vique. Il serait aussi judicieux de mettre en place des cellules d’écoute pour les élèves en difficulté ou ceux qui subissent des vio- lences à l’intérieur et à l’extérieur des établissements. Mis en confiance, les élèves pourraient se décharger du poids de la maltrai- tance psychologique et se sentir aidés et soutenus. Il suffit de s’attarder devant un collège pour assister à des actes dignes des bas-fonds des grandes mégapoles. Drogue, agressions, incivilités sont le lot quotidien des élèves et même des parents. Le tout dans un espace sidéralement vide de toute protection. Nous avons des lois, nous avons des moyens, la décision de s’attaquer à ce fléau et bel et bien présente, mais la bonne foi suffira-t-elle à dé- loger les voyous du voisinage des écoles ou à sanctionner sévère- ment les élèves qui confondent cours d’école avec arène de combat ? L’heure est vraiment au corps à corps avec ce fléau grandissant, il y va de l’avenir de nos enfants et de notre société en devenir.

Kamel Morsli

ANEP 344989 du 22/09/2015

Culture

13

EL MOUDJAHID

RENCONTRE THÉÂTRALE AVEC H’MIDA AYACHI

Un passionné de journalisme et de quatrième art

Dans le cadre de ses manifestations culturelles, l’établissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger a organisé, dimanche dernier à l’espace des activités culturel Bachir-Mentouri, à la rue Pichon, une rencontre littéraire avec l’auteur, homme de théâtre et journaliste algérien H’mida Ayachi.

L’ invité d’honneur a discuté en toute convivialité avec l’assistance sur les étapes

importantes de sa vie, à commencer par son enfance et sa jeunesse dans sa ville natale Sidi Bel-Abbès. Une ville de culture et de savoir qui oc- cupe une place de choix dans son cœur. Enfant de la ville, H’mida Ayachi s’est dit influencé par la lit- térature et l’art urbain et citadin dès son jeune âge. « Je n’ai jamais pu m’identifier dans l’œuvre de Tahar Ouettar ou d’Abdelhamid Benhe- douga qui sont des plumes d’antho- logie de la littérature algérienne. Je suis un enfant de la ville et je n’ar- rive pas à m’identifier dans cette forme spécifique de la littérature », a-t-il précisé. H’mida Ayachi n’a pas omis de relater sa carrière d’ancien sportif, ancien athlète de 3.000 mè- tres steeple et gardien de but de football. L’orateur a dit que l’ironie du sort a voulu qu’il suive une car- rière journalistique et artistique alors qu’il était un bon sportif. Le journaliste est notamment revenu sur ses débuts dans l’écriture roma- nesque, avec le livre paru en 1986 chez Laphomic éditions sous l’inti- tulé Mémoire de la folie et du sui- cide, ouvrage qui a crée beaucoup de polémiques particulièrement dans le milieu estudiantin. Ses dé- buts au théâtre reviennent aux an- nées 1970 avec le théâtre amateur. Notre interlocuteur relate ses ren- contres avec le grand Kateb Yacine qu’il a beaucoup côtoyé au théâtre régional de Sidi Bel-Abbès. Il avoue être inspiré par son génie, son œuvre et son parcours plein d’événements marquants : « Kateb Yacine a as- sisté dès l’âge de 15 ans aux massa- cres du 8 Mai 1945. Il est devenu le poète de prison, l’un des premiers écrivains à consacrer des écrits sur la vie de l’Emir Abdelkader, un per- sonnage de l’histoire qui est une im- portante référence de l’Etat nation algérien avec une grande conscience nationale. Kateb Yacine était une école de vie, l’expérience l’a endur- cie, ça m’a fait plaisir de discuter avec lui aux dernières années de sa vie », a-t-il fait savoir. Pour ses meilleurs souvenirs, il indique que le temps passé avec la troupe de Kateb Yacine lui avait permis d’ap- prendre beaucoup de choses et poussé sur le chemin de la création de sa propre troupe théâtrale en 1995 à Sidi Bel-Abbès avec Nidhal et une pléiade d’artistes de l’Ouest avec qui il a effectué beaucoup de tournées dans des conditions sécuri- taires difficiles. H’mida Ayachi a

Ph. Wafa
Ph. Wafa

avoué être inspiré par la méthode théâtrale du naturaliste polonais Jerzy Grotowski, adepte du théâtre pauvre, de la scène nue qui permet- tent de capitaliser le jeu du comé- dien. Par ailleurs, l’interlocuteur a

précisé que l’intellectuel algérien doit rompre avec la fausse polé- mique linguistique, qui selon lui, fait stagner la créativité algérienne. « L’Algérie est riche d’un capital linguistique hors du commun. Entre

l’arabe dialectal, la langue amazigh, l’arabe classique et la frange franco- phone. Nous devons dépasser ce cli- vage linguistique qui a longtemps été un obstacle au développement de la pensée libre », a-t-il fait remar-

quer avec justesse. Pour ce qui est de sa carrière de journaliste, Hmida Ayachi a rendu hommage à Algérie actualité et à Révolution africaine qui ont publié ses premiers articles avant de se lan- cer dans une longue carrière qu’il a menée dans plusieurs quotidiens et revues. Il a avoué que le journalisme est une corporation qui empêche l’homme de faire toute autre acti- vité, l’accaparant presque toute l’an- née, ce qui explique ses travaux artistique occasionnels. H’mida Ayachi a été donc le sep- tième invité du café littéraire « Pas- serelles théâtre » qui accueille tous les quinze jours des personnalités du théâtre algérien afin de créer une plateforme de discussion et un forum de dialogue.

Kader Bentounès

Le coin du copiste Une grande acquisition pour l’Algérie en matière d’art. Notre pays va pouvoir
Le coin du copiste
Une grande acquisition pour
l’Algérie en matière d’art.
Notre pays va pouvoir
montrer au monde ses trésors
cachés dans le domaine du
chant et de la création
musicale. D’allure futuriste et
impressionnant par son
volume, cette nouvelle
infrastructure, située à Ouled
Fayet, dans la proche banlieue
de la capitale et qui répond
aux normes modernes de
constructions internationales,
sera réceptionnée à la fin de
l’année. Visitant le site, le
ministre de la Culture,
Azzedine Mihoubi, a félicité
les architectes chinois qui ont
pu réaliser en un temps record
une salle de spectacle pourvue
de 12.000 places et une
immense salle d’Opéra de
1.400 sièges.

NOMINATIONS

Viola Davis décroche le 1 er prix aux Emmy Awards

La comédienne Viola Davis a été sacrée di- manche dernier aux Emmy Awards meilleure actrice dans une série dramatique pour How to get Away With Murder, première femme noire

à décrocher ce prix dans l'histoire de la Télévi- sion américaine."La seule chose qui sépare les femmes de couleur de n'importe qui d'autre ce

sont les opportunités (

)

On ne peut pas gagner

un Emmy pour des rôles qui n'existent tout simplement pas", a déclaré Viola Davis en ac- ceptant son prix à Los Angeles. L'actrice joue le rôle d'une avocate et professeur de droit qui exerce une influence majeure sur plusieurs de ses élèves, dont certains se retrouvent impli- qués dans un meurtre. Elle a remercié les diri- geants de la chaîne ABC, qui diffuse la série, ainsi que la productrice Shonda Rhimes, elle- même noire, pour avoir "redéfini ce que voulait dire être belle, sexy, une femme de décision, être noire". Elle a également rendu hommage à d'autres actrices, notamment Taraji P. Henson (héroïne de la série Empire), Kerry Washington (actrice principale de la série Scandal) et Halle Berry (meilleure actrice aux Oscars en 2002). "Amen ! Le meilleur discours de la soirée", a twitté Kerry Washington, qui était en larmes dans la salle lorsque Viola Davis a reçu son prix. "Je suis sans voix", a, pour sa part, twitté

NOMINATIONS Viola Davis décroche le 1 prix aux Emmy Awards La comédienne Viola Davis a été

Shonda Rhimes, rappelant ensuite qu'elle tra- vaillait, dans une autre de ses séries, Grey's Anatomy, avec la première femme noire nomi- née pour l'Emmy de meilleure actrice dans un rôle dramatique, Debbie Allen (la première fois pour la série Fame en 1982). Viola Davis (50

ans) n'a jamais été nominée aux Emmys, mais a, par deux fois, fait partie de la liste des Os- cars. En 2012, elle a notamment été nominée pour l'Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans La couleur des sentiments (The Help). "Je me sens vraiment bien et ceux qui me connaissent savent que c'est rare", a déclaré Viola Davis après avoir quitté la scène. "Je crois que les gens ne savent pas comment parler de race. C'est comme la sexualité", a-t-elle es- timé. Pour elle, "s'il a fallu 67 ans pour qu'une actrice noire soit nommée meilleure actrice (dans un rôle dramatique), cela veut dire qu'il y a bien une ligne (qui devait être franchie) et il faut en prendre conscience". En début de programme, le présentateur et humoriste Andy Samberg a salué l'ouverture de l'académie des Emmys à la diversité, tout en se montrant grin- çant. "C'est le groupe de nominés le plus varié de l'histoire des Emmys, donc bravo, Holly- wood, vous l'avez fait ! Oui ! C'en est fini du racisme ! Ne cherchez pas à vérifier ce que je viens de dire", a ironisé l'ancien de l'émission Saturday Night Live. "Bien sûr, en considé- rant d'où nous venons, le fait que nous soyons plus ouvert à la diversité ne veut pas dire grand- chose", a-t-il ajouté.

ANEP 344991 du 22/09/2015

Vie pratique

EL MOUDJAHID

21

Vie religieuse Horaires des prières de la journée du Mardi 8 Dhû El Hidja 1436 correspondant
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du Mardi 8 Dhû El Hidja 1436
correspondant au 22 Septembre 2015 :
-
Dohr.........…..............12h41
-
Asr..............................16h08
-
Maghreb.....................18h49
-
Icha…………………20h07
Mercredi
9
Dhû
El
Hidja
1436
correspondant au 23 Septembre 2015 :
-
F ed
5
h 1 0
-
C h o u ro u q
6
h 3 6
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID au capital social de 50.000.000 DA 20, rue
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
N a â m a A b b a s
DIRECTEUR DE LA RÉDACTION
Mohamed Koursi
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LA REDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de
Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service commercial
: 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
-
Dinars : 605.300.004.413/14
-
Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
-
Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
-
Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL “SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

CONDOLÉANCES

La Direction Générale ainsi que l’ensemble du

personnel de la Société lntermodale de logistique

«SIL» Skikda, profondément attristés par le décès du père du Directeur Général, M. TANFOUR lmad

Djalal, lui présentent ainsi qu’à toute sa famille leurs

sincères condoléances et les assurent en cette

douloureuse circonstance de leur grande compassion et sympathie.

Que Dieu le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis.

«A

Dieu

nous

retournons.»

El Moudjahid/Pub

appartenons

et

à

Lui nous

ANEP 25/11923 du 22/09/2015

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DES TRANSPORTS SGP « PORTS » SOGEPORTS ENTREPRISE PORTUAIRE DE DJENDJEN

CONDOLÉANCES

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DES TRANSPORTS SGP « PORTS » SOGEPORTS ENTREPRISE PORTUAIRE DE

Le Président-Directeur Général de l’Entreprise Portuaire de Djendjen, Les cadres dirigeants, le comité de Participation, la section syndicale et l’ensemble des travailleurs de l’entreprise Portuaire de Djendjen, ayant appris le décès

du Beau-père de M. Ibn El Boushaki Mohamed Directeur de la Marine marchande et des ports Ministère des Transports.

Lui Présentent ainsi qu’à toute la famille du défunt, parents et alliés, leurs sincères condoléances et les assurent en cette douloureuse circonstance, de leur profonde sympathie.

Qu’Allah accorde au défunt Sa Clémence et Sa Miséricorde, et l’accueille dans Son Vaste Paradis.

El Moudjahid/Pub

ANEP 25/11928 du 22/09/2015

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DES TRANSPORTS SGP « PORTS » SOGEPORTS ENTREPRISE PORTUAIRE DE DJENDJEN

CONDOLÉANCES

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DES TRANSPORTS SGP « PORTS » SOGEPORTS ENTREPRISE PORTUAIRE DE

Le Président-Directeur Général de l ’Entreprise Portuaire de Djendjen, Les cadres dirigeants, le Comité de participation, la Section syndicale et l’ensemble des travailleurs de l’entreprise Portuaire de Djendjen, ayant appris le décès

de la Mère de Monsieur le Procureur du Tribunal de Taher Wilaya de Jijel

Lui présentent ainsi qu’à toute la famille du défunt, parents et alliés, leurs sincères condoléances et les assurent en cette douloureuse

circonstance, de leur profonde sympathie.

Qu’Allah accorde au défunt Sa Clémence et Sa Miséricorde,

et l’accueille dans son vaste paradis.

El Moudjahid/Pub

ANEP 25/11929 du 22/09/2015

CONDOLÉANCES

Le Président-Directeur Général, les Partenaires sociaux

e t l’ e n s emb l e d u p e rs o n n e l d e l’EPE/PMA Tr a d i n g S PA,

profondément attristés par le décès du conjoint de notre

a m i e t a n c i en c o ll è g u e M. A m i ch i S a id , ti e n n e n t à

présenter à ce dernier leur sincères condoléances et prient

Dieu le Tout-Puissant d’accueillir la défunte en Son Vaste

Paradis.

El Moudjahid/Pub

ANEP 208767 du 22/09/2015

CONDOLÉANCES

M. Khazmat Belkacem, délégué de la wilaya d’Alger des Moudjahidines de Bab El-Oued, ainsi que les membres du bureau de la Kasma Casbah, des

CONDOLÉANCES M. Khazmat Belkacem, délégué de la wilaya d’Alger des Moudjahidines de Bab El-Oued, ainsi que

Moudjahidines et Moudjahidates, ont été très touchés par le décès du moudjahid ex-Secrétaire général de la Kasma Casbah

« BELAZOUG ABDELMADJID » survenu le 15 septembre 2015

En cette douloureuse circonstance, ils présentent à sa famille et proches leurs condoléances les plus attristées et les assurent en cette pénible circonstance de leur soutien et compassion, priant Allah le Tout-Puissant de l’accueillir en Son Vaste Paradis

« A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons. »

El Moudjahid/Pub 22/09/2015

CONDOLÉANCES

Le Président-Directeur Général de l’Entreprise nationale de Communication, d’Edition et de Publicité “ANEP/SPA”,

les cadres et l’ensemble du personnel, profondément touchés par le décès du frère de leur collègue,

M. Kara Smain, présentent à ce dernier ainsi qu’à sa famille leurs sincères condoléances les plus attristées et l’assurent en cette pénible circonstance de leur profonde compassion.

Puisse Dieu le Tout-Puissant accorder au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueillir en Son Vaste Paradis.

A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

El Moudjahid/Pub 22/09/2015

PENSÉE

Cela fait déjà deux années, le 22 septembre 2013, que nous a quittés notre chèr époux, père et grand-père

AYACHE MENDACI,

laissant derrière lui un vide irremplaçable. En cette douloureuse évocation, toute la famille Mendaci, son épouse Salima, ses enfants Mohamed, Dalila, Soraya et Liliane demandent à tout ceux qui ont connu le défunt d’avoir une pieuse pensée en sa mémoire.

El Moudjahid/Pub 22/09/2015

CONDOLÉANCES

L’inspecteur d’éducation ainsi que les employés les enseignants de la circonscription de Birtouta 32, le directeur, les enseignants de l’école 143 logements d’Ouled Belhadj de Saoula, l’association

des parents d’élèves ainsi que les élèves, présentent à M me Bouziane née Benhnida ainsi qu’à toute la famille Bouziane leurs sincères condoléances suite au décès de

son père

BENHNIDA Tahar,

survenu en date du 5 septembre 2015. Qu’Allah accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde.

A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.

Repose en paix aâmi Tahar

El Moudjahid/Pub du 22-09-2015

Mardi 22 Septembre 2015

Sports

22

EL MOUDJAHID

EQUIPE NATIONALE
EQUIPE NATIONALE

AOUEDJ, BENRAHMA ET TAHART FIGURENT DANS UNE LISTE ÉLARGIE DU SÉLECTIONNEUR

Gourcuff va injecter du sang neuf à son groupe

  • L e sélectionneur national, Christian Gourcuff, qui a regroupé quelques-uns des entraîneurs de la Ligue 1-Mobilis

ce dimanche le temps d'une réunion de tra- vail, compte bien injecter du sang neuf à son groupe dans les semaines à venir. En effet, le Breton va rendre, comme d'habitude, une liste élargie qui contient au moins trois nou- veaux noms. Sid-Ahmed Aouedj, Saïd Benrahma et Jean Tahart seront tous les trois convoqués pour les rendez-vous d'octobre qui seront ponctués par deux matches de préparation internationaux face au Burkina Faso, entre autres. Ces trois joueurs ont été inclus dans la prochaine liste du sélectionneur. Mais leur présence n'est pas garantie pour autant, car tout dépendra de leurs performances en club dans les semaines à venir. Le sélectionneur national avait déjà fait un clin d'œil à l'ailier de poche du Mouloudia qu'il a trouvé "très intéressant" lors d'une conférence de presse, mi-août au 5-Juillet. Aouedj n'a pas été appelé entre-temps, mais

S ports 22 EL MOUDJAHID EQUIPE NATIONALE AOUEDJ, BENRAHMA ET TAHART FIGURENT DANS UNE LISTE ÉLARGIE

il est resté un candidat potentiel pour une convocation à venir. La patience de l'Oranais

est sur le point d'être récompensée par cette convocation.

De même, une future convocation de Saïd Benrahma ne sera pas usurpée, tant l'at- taquant de l'OGC Nice effectue un début de saison des plus encourageants et son arrivée chez les Verts ne sera que logique, eu égard à la politique de Gourcuff qui prône le re- nouveau. Ceci est aussi valable pour le défenseur du Paris FC qui pourrait, s'il confirme, constituer un renfort de taille en défense cen- trale, qui recherche encore un successeur na- turel à Madjid Bougherra, parti à la retraite récemment. Par ailleurs, Fares Bahlouli ne devrait pas figurer dans cette liste. Le néo-milieu of-

fensif de l'AS Monaco a fait savoir à la FAF qu'il préférerait attendre encore un peu avant de faire son choix. Voulant à tout prix éviter l'épisode Fekir, la FAF a décidé donc de lais- ser "tranquille" le jeune joueur, sans doute le temps qu'il s'impose en club et qu'il fasse son choix. Ceci au moment ou Benzia, l'atta- quant du LOSC semble avoir penché défini- tivement pour l'équipe de France.

Amar Benrabah

MC ORAN

La situation du club au menu d'une réunion entre le président et Cavalli

Le président du MC Oran (Ligue 1 al- gérienne de football) Ahmed Belhadj dit "Baba"a tenu hier une réunion avec son entraîneur Jean-Michel Cavalli, pour évoquer le mauvais départ de l'équipe en championnat, au lendemain du match nul concédé à domicile face au CR Belouiz- dad (3-3) dans le cadre de la 5e journée, a appris l'APS dimanche auprès de la di- rection. Au cours de cette réunion, le pré- sident du club aura à demander "des explications" à son entraîneur sur les rai- sons des mauvais résultats concédés par l'équipe, qui n'arrive toujours pas à ga- gner. L'avenir de Cavalli sera connu à l'issue de cette entrevue. Ayant réussi à décrocher la 3e place au classement final du précédent exercice, le MCO n'arrive toujours pas amorcer son départ en comp- tant 3 points seulement sur 15 possibles. La formation de l'Ouest du pays a concédé deux défaites et trois matchs nuls, ce qui n'a pas été du goût du premier responsable du club qui aura l'occasion de mettre les points sur les ‘‘i’’ lors de cette réunion jugée décisive. Lors de la 6e journée, fixée au lundi 28 septembre, le MCO se rendra chez le nouveau promu, le RC Relizane. Au terme de la 5e journée, le MCO est relégable (15e), alors que le RC Arbaâ ferme la marche avec 2 unités.

HANDBALL

Après avoir remporté le championnat avec la JSE Skikda Hichem Kaabèche à Istres

L’international algérien de hand- ball, Hichem Kaabèche, est officiel- lement licencié au club français Istres Handball, du championnat de France de division ProD2. Le club (classé 12e) a annoncé l’arrivée du joueur il y a une semaine sur son site officiel, en provenance de la JSE Skikda, champion d’Algérie de la saison 2014/2015. Hichem Kaabèche (25 ans et international depuis 2010) por- tera le n° 18 au sein d’Istres Handball après avoir satisfait aux différents tests obligatoires pour être qualifié ra- pidement et intégrer le championnat. Kaabèche (1,92 m pour 100 kg) occu- pera le poste de pivot/défenseur. Dans une déclaration, l’internatio- nal algérien s’est exprimé à propos de son arrivée à Istres : « Je suis très content d’être là, j’ai été bien accueilli par l’ensemble du staff. J’ai pu me préparer physiquement durant tout l’été. Par contre, je n’ai pu faire que cinq séances d’entraînement de hand- ball avec mon ancien club la JSE Skikda. J’ai très envie de toucher le ballon et d’intégrer le groupe. Pour moi, le plus important, c’est de vite pouvoir rejouer au handball et de faire du mieux possible pour atteindre les objectifs du club et être performant ». L’entraîneur d’Istres HB, Gilles Derot, a décidé de l'intégrer avec le

S ports 22 EL MOUDJAHID EQUIPE NATIONALE AOUEDJ, BENRAHMA ET TAHART FIGURENT DANS UNE LISTE ÉLARGIE

groupe pour le déplacement crucial en vue du match face à l’ASPTT Nancy. Cela devrait lui permettre de faire connaissance avec les autres joueurs et de se familiariser immédia- tement avec les exigences de la ProD2 dans laquelle évolue notam- ment l’Algérien Khaled Ghoumal au sein de la formation de Limoges Hand 87.

Nabil Ziani

JEUX AFRICAINS-2015

La délégation algérienne

regagne Alger

Le second contingent sportif algérien, composé de

  • 183 personnes, a regagné le pays dimanche, après avoir

participé aux Jeux africains-2015 du 4 au 19 septembre au Congo. Composée d'athlètes du cyclisme, beach-vol- ley, taekwondo, tennis de table, lutte, athlétisme et han- disport (athlétisme et powerlifting), la délégation a été

accueillie à l’aéroport international Houari-Boumediene d’Alger par le ministre de le Jeunesse et des Sports, El- Hadi Ould Ali, qui s'est félicité "des résultats obtenus par les athlètes algériens lors de ce rendez-vous conti- nental". "Ces performances reflètent la bonne santé du sport algérien et aussi la bonne coordination entre la tutelle, le Comité olympique et les fédérations sportives" a sou- ligné le ministre. Le premier contingent algérien, arrivé au pays depuis quelques jours, était composé de 207 per- sonnes de sept disciplines : gymnastique, badminton, boules, boxe, natation, haltérophilie et volley-ball. A

Brazzaville, l'Algérie était représentée par 136 athlètes

dont 99 dames, engagés dans 18 disciplines : athlétisme, volley-ball, karaté, gymnastique, judo, escrime, boxe, lutte, natation, cyclisme, basket-ball, tennis de table, sports de boules, taekwondo, haltérophilie, badminton, beach-volley et handisport (athlétisme et powerlifting). L'Algérie s'est classée en troisième place lors du ta- bleau final des médailles aux JA-2015 avec un total de

  • 118 médailles (40 or, 42 argent et 36 bronze) faisant net-

tement mieux que lors de la précédente édition à Maputo en 2011, où l'élite nationale avait empoché 84 médailles dont 22 en or.

ANEP 345434 du 22/09/2015

Mardi 22 Septembre 2015

Sports

23

EL MOUDJAHID

LIGUE 1-MOBILIS (6 e JOURNÉE)

Décalée au 28 septembre

Cette 6 e journée de Ligue 1-Mobilis était prévue dans le calendrier communiqué par le Ligue de football professionnel pour ce week-end. En raison de la fête de l'Aïd-el-Adha, elle a été décalée au lundi 28 septembre.

  • I l n'y aura pas de rencontres avan- cées. Toutefois, le match USMA- MOB, programmé au stade de

Bologhine, a été remis au 13 octobre en

raison de la participation de l’USMA à la demi-finale aller face aux Soudanais d’Al Hilal le 27 septembre prochain.

C'est-à- dire le même jour que le match amical international entre notre équipe nationale et son homologue du Sénégal

au 5-Juillet que les Verts retrouveront après une longue fermeture. Depuis le match amical contre la Bosnie Herzé- govine, l’EN n’avait pas jouer dans ce stade, transformé en «champ de pa- tates» à cause des grosses averses qui s'étaient abattues ce jour-là sur Alger et s e s environs. Ceci dit, cette journée viendra donc juste après l'Aïd. On espère que nos clubs et leurs joueurs respectifs vien- dront plus fringants que jamais. Il est certain qu'en l'absence de l'USMA, le leader actuel, qui avait délogé les Har- rachis de la cime, le choc-derby, au stade du 5-Juillet entre l'USMH et le

stade

du

S ports 23 EL MOUDJAHID LIGUE 1-MOBILIS (6 JOURNÉE) Décalée au 28 septembre Cette 6 journée

MCA sera incontestablement le «clou» de cette journée. Il est certain que les Mouloudéens sont en train de se faire harakiri en œuvrant, contre toute at- tente, à limoger Artur Jorge et son staff alors que les résultats de l'équipe sont assez bons, puisque l'équipe est classée

à la 5 e place avec 08pts. De plus, les di- rigeants du MCA savent qu'il leur sera très difficile de se défaire de ce staff technique qui possède un contrat en "béton", puisqu'on cas de limogeage, il sera indemnisé jusqu'au dernier cen- time, sinon, ce sera à la commission de

discipline de la FIFA de trancher en dernier ressort. Et là, le MCA auquel cas perdrait beaucoup. Par conséquent, il faudra continuer le travail et penser plus à ce grand derby contre l'USMH

qui n'a pas encore perdu après déjà cinq journées. Les autres face-à-face ne manqueront pas de piquant. Leurs fans s'humectent déjà les lèvres. !

Hamid Gharbi

Programme :

lundi 28 septembre 5-Juillet (18h) : USMH-MCA Bouakeul (18h) : ASMO-RCA Stade Lahoui-Smain (16h30) :

DRBT-JSK Stade Zougari (18h) : RCR-MCO A Béchar (18h) : JSS-ESS A Tchaker (Blida) (18h) : USMB- NAHD

Au 20-Août (18h) : CRB-CSC

USMA-MOB reporté au 13 octobre prochain.

SUPERCOUPE

D’ALGÉRIE

La LFP confirme la domiciliation du match à Constantine

La super-coupe d’Algérie, édition 2015, aura bel et bien lieu au stade Hamlaoui de Constantine. La Ligue de Football Professionnel, présidée par Mahfoud Kerbadj, l’a confirmé dans un communiqué paru sur son site officiel. En effet, le conseil d’administration de la LFP, réuni jeudi dernier au siège de la Ligue, a décidé de maintenir cette compétition au lieu préalablement désigné, malgré le recours du MOB. «Le match de la super-coupe, qui opposera le champion sortant, l’ES Sétif, au vainqueur de la coupe d’Algérie, le MO Béjaïa, aura lieu le 1 er novembre prochain au stade Hamlaoui de Constantine. Le choix de cette ville entre dans le cadre de la célébration de l’année de la culture arabe. Pour rappel, la formation bejaouie avait contesté la domiciliation de cette rencontre à Constantine.

LFP

R. M.

Il n’y aura que

22

joueurs et non

25

à recruter par

club

La LFP, dans sa réunion périodique avec son conseil d’administration, a décidé qu’à partir de l’exercice prochain les clubs de l’élite, dans les deux divisions, son appelés à limiter leurs effectifs qui sont actuellement, de l’avis de la LFP, assez pléthoriques. C’est ainsi que le président de la LFP, Mahfoud Kerbadj, a annoncé que pour la prochaine saison, le nombre de joueurs autorisés à prétendre à une licence sera réduit à 22 au maximum par club au lieu de 25 actuellement. «Nous avons dénombré beaucoup de joueurs licenciés, mais ne jouent pas ou jouent que rarement durant la saison», a déploré M. Kerbadj. C’est ainsi que 96 joueurs dans les deux divisions resteront sur le carreau, puisqu’ils n’évolueront pas en Ligues 1 et 2 Mobilis.

CAF

Belaïli écope d’une suspension de 2 ans pour dopage

La Confédération Africaine de Football vient de suspen- dre Youcef Belaïli, l'homme en forme de l'USMA, pour 2 ans pour dopage. Lors du match MCEE-USMA (0-1) comptant pour la 5 e journée de la Ligue des champions d'Afrique, les analyses effectués sur son urine se sont avérés positifs. Il est certain qu'il s'agit d'un coup très dur pour l'USMA, elle qui est bien placée pour remporter la Ligue des champions d'Afrique, puisqu'elle a réussi un parcours presque sans faute jusque-là. Le joueur a été vraiment très surpris par cette mau- vaise nouvelle, lui qui a toujours été "clean". Il compte énor- mément sur son équipe et aussi le président de la FAF, Mohamed Raouraoua pour le "blanchir". On reste convaincu que l'Usmiste est victime d'une "cabale" qui ne veut pas dire son nom.

L’USM Alger « stupéfaite »

La direction de l’USMA s'est déclarée «stupéfaite» par la décision de la Confédération africaine de football (CAF) de suspendre pour deux ans de toutes compétitions, son joueur Youcef Belaïli pour dopage.

Le n°10 de l'USMA, auteur d'un début de saison toni- truant, avait subi un contrôle anti-dopage inopiné à l'issue du match MCE Eulma-USM Alger (0-1), disputé le 7 août der- nier, dans le cadre de la phase de poules de la Ligue des champions d'Afrique. Selon la Fédération algérienne de foot- ball (FAF), le joueur de l'USM Alger a reconnu les faits qui lui sont reprochés et a renoncé au droit de faire l'analyse de l'échantillon «B» comme le prévoit la réglementation. «L’USMA, qui a de tout temps donné l’exemple en matière de discipline et de professionnalisme et qui a toujours prôné le fair-play, ne manquera pas d’être le premier rempart à ce genre de dérives, si les faits s’avèrent vrais», souligne le communique du leader de Ligue 1-Mobilis sur son site offi- ciel. La direction usmiste a affirmé, d'autre part, qu’«elle dé- fendra ses intérêts et celui de son joueur, jusqu'à ce que la lumière soit faite sur cette affaire». Enfin, la direction de l’USMA appelle toute la famille usmiste à rester solidaire autour de son équipe, à quelques jours de la demi-finale aller de la Ligue des champions d'Afrique contre Al Hilal du Sou- dan, prévue dimanche 27 septembre à Oum Durman.

MO BÉJAÏA

L’entraîneur Amrani engage un nouveau staff

L'entraîneur Abdelkader Amrani, qui vient d'effectuer son retour aux com- mandes techniques du MO Béjaïa, a dé- cidé de faire appel à de nouveaux assistants, a appris l'APS lundi auprès du club de Ligue 1 algérienne de football. Il s'agit d'Adel Laabini (ex-CS Constan- tine), nommé au poste de préparateur physique et Fouad Cheriet (ex-Al-Raed Saoudien) qui sera chargé de la prépara- tion des gardiens de but. Ces deux derniers remplacent ceux qui étaient en place depuis l'intersaison. Amrani a entamé officiellement sa nou- velle mission avec les Crabes dimanche au stade de l'Unité maghrébine de Bé-

jaïa, après avoir supervisé l'équipe la

S ports 23 EL MOUDJAHID LIGUE 1-MOBILIS (6 JOURNÉE) Décalée au 28 septembre Cette 6 journée

veille lors de son match sur le terrain de l'ES Sétif (0-0), dans le cadre de la 5 e journée du championnat. Le coach, qui a gagné avec les Bé- jaouis la coupe d'Algérie et les a mené à la deuxième place en championnat, a vécu une courte expérience à Al-Raed (Arabie Saoudite) en début de saison, avant que les dirigeants du MOB ne lui fassent appel pour remplacer le Suisse Alain Geiger, parti en début de la se- maine dernière. Par ailleurs, le milieu de terrain du MOB, Yacine Salhi, blessé face à l'ESS, devra s’éloigner des terrains pendant une période de trois semaines, souligne-t-on de même source.

LIGUE DES CHAMPIONS D’AFRIQUE

Les Rouge et Noir sur une bonne dynamique

C’est sans nul doute la formation de Ligue Une Mobilis qui a le mieux débuté la saison. Après seulement cinq journées de championnat, l’USM Alger s’empare avec brio de la tête du classement. En effet, les protégés du coach Hamdi, auteurs d’une précieuse victoire à Constantine face à l’un des sérieux prétendants au sacre, en l’occurrence le CSC, ont chipé la place de leader à leurs voisin de l’USMH, tenus en échec à Tadjena- net (0-0). Les coéquipiers de Belaili, visiblement en grande forme, af- fichent un bilan jusque là très positif. Les Rouge et Noir comp- tent désormais quatre victoires, dont deux à l’extérieur, pour seulement une défaite face au Nasr Hussein Dey (2-1). Avec neuf réalisations, l’équipe dispose de la deuxième ligne offen- sive du championnat. Toutefois, la défense de l’USMA de- meure un peu fragile. C’est d’ailleurs l’une des plus faibles du championnat. Les coéquipiers de Zemmamouche ont encaissé cinq buts en autant de rencontres. Pour un team qui joue les premiers rôles, cela devient un sérieux problème. Le coach, qui cherche toujours la meilleure formule pour composer ce com- partiment, doit impérativement trouver une solution afin d’évi- ter toute mauvaise surprise. Par ailleurs, l’USMA s’est brillamment illustrée lors de la phase des poules de la Ligue des champions d’Afrique, en terminant en pole position de son

groupe. Un exploit qui permet aux Unionistes de recevoir la formation d’El Hilal du Soudan pour le compte du match retour des demi-finales et de disposer de plus de chances d’accéder en finale. La C1, qui manque au palmarès du club, demeure l’objectif premier de l’USM Alger. Ce départ en trombe de la formation de la capitale le doit surtout à son excellente préparation d’in- tersaison, entamée très tôt au Maroc, et à la stabilité de son ef- fectif renforcé par de bonnes recrues. Aussi, les dirigeants de la formation algéroise semblent trouver le staff technique adé- quat pour mener l’équipe à bon port. Après avoir limogé le technicien français, Hubert Velud, au- jourd’hui coach du CSC, Haddad a fait appel aux services de Hamdi pour assurer l’intérim du poste, en attendant la nomi- nation d’un entraîneur en chef. La direction décide ensuite de le maintenir à la tête de la barre technique au moins jusqu’à la fin de la phase aller. Les résultats ont incontestablement plaidés en sa faveur. Ainsi, le staff technique de l’USMA espère main- tenir une dynamique de gagne avant d’aborder les importantes échéances à venir. A souligner que le match aller de la C1, face au Hillal, est prévu pour le 27 septembre prochain à Oum Dor- man (localité de Khartoum).

Rédha M.

 
   

OPS

   
 

T

   
 

Hamdi,

 
 

l’agréable

surprise

Ce technicien, qui avait tra- vaillé avec notre compatriote Belmadi au Qatar, est en train de réussir un très bon coup avec l’USMA en tant qu’en- traîneur en chef. Les diri- geants usmistes ont bien fait de le retenir, eux qui voulaient ra- mener dans un premier temps un étranger. Miloud Hamdi vient de leur rendre la politesse de la meilleure des manières au point où il avait battu le CSC et Hubert Velud techni- quement et surtout tactique- ment à Hamlaoui même. Il n’a pas fini d’étonner, et l’USMA est au sommet de la Ligue 1- Mobilis.

 
 
 

D

A

N

S

 

L A L U C A R N E

 

Le charivari reprend de plus belle

  • l Les spécialistes l'avaient ré- pété à chaque fois que l'oc-

casion leur est donnée pour s'exprimer. On ne peut pas, dit-on, s'amarrer à la modernité et se fami- liariser avec les dernières trou- vailles en matière de méthodologie de l'entraînement, mais aussi le progrès technolo- gique sans une bonne formation. Il faut qu’elle soit prodiguée de la manière la plus exhaustive possi- ble, mais surtout la plus efficace pour préparer les grands sportifs de demain. Aujourd'hui, les observa- teurs sont quelque peu désarçonnés par la nouvelle tendance que nos clubs d'élite sont en train de privi- légier. En effet, et au lieu d'établir au sein de leur "team", un pro- gramme bien réfléchi et adopté par tous, allant sur le court et moyen termes, c'est le contraire qui est ap- pliqué d'année en année. Un coach et/ou un DTS, censé être engagés pour une longue période, se fait virer dès le premier couac lié aux résultats que l'équipe fanion pourrait obtenir. Ce qui est en vogue actuellement est cette manie quasi exaspérante liée au fait qu'un entraîneur qui était en service dans un club donné le quitte en raison de mésentente avec les dirigeants ou à cause de résultats jugés insuffisants avant de revenir quelques mois plus tard comme si de rien n’était. Il est certain que quelqu'un qui n'a pas réussi avec un club durant une période donnée, ne peut plus reve- nir dans l'optique de faire des «mi- racles» avec le club qui l'aura recruté de nouveau. Pourtant, il l'a déjà essayé dans un laps de temps très court sans que le travail effec- tué n'ait porté ses fruits ou répondu aux attentes des uns et des autres. Du coup, le commun des mortels, se morfondant dans l'incompréhen- sion, se demande «s'il n'a pas réussi dans un premier temps à em- mener une équipe à la victoire, comment peut-il se métamorphoser pour la mener de nouveau au triomphe quelques mois plus tard». Il ressort qu'on ne cherche qu'à faire des rafistolages et les résultats ne seront, par conséquent qu'éphé- mères. Il est aussitôt éjecté de nou- veau sans que le club n'ait résolu ces déboires. C'est ce qu'on appelle fonctionner en vase clos !.

H. G.

Mardi 22 Septembre 2015

D E R N I E R E S MONNAIE PÉTROLE L'euro à 1,130 $ Le

D

E

R

N

I

E

R

E

S

MONNAIE PÉTROLE L'euro à 1,130 $ Le Brent à 47.75 dollars
MONNAIE
PÉTROLE
L'euro à 1,130 $
Le Brent
à
47.75
dollars

MAE

L’Algérie condamne avec « la plus grande vigueur » les attentats à Maiduguri au Nigeria

L'Algérie a condamné hier, avec «la plus grande vigueur», les attentats commis dimanche à Maiduguri, au nord-est du Nigeria, qui ont fait au moins 84 morts.

«N ous condamnons avec la plus grande vigueur les attentats perpétrés di-

manche dernier dans la ville de Mai- duguri au nord-est du Nigeria qui ont fait plusieurs dizaines de morts parmi les paisibles citoyens", a dé- claré à l'APS le porte-parole du mi- nistère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif. "L'acharnement terroriste de Boko Haram sur des civils innocents et des villageois sans défense au Ni- geria et dans les pays voisins, loin de prouver une quelconque puissance de ce groupe sanguinaire, renseigne surtout sur ses desseins criminels vi- sant à terroriser les populations et à s'octroyer une visibilité médiatique", a ajouté la même source. "Tout en exprimant notre convic- tion que ce groupe terroriste ne réus- sira jamais à assujettir les populations à un ordre obscurantiste,

D E R N I E R E S MONNAIE PÉTROLE L'euro à 1,130 $ Le

ni à imposer sa volonté aux gouver- nements et aux peuples frères du Ni- geria, du Niger, du Tchad et du Cameroun, nous réitérons notre sou- tien indéfectible au gouvernement et au peuple nigérians et les assurons de notre solidarité sincère et agis-

sante", a affirmé le porte-parole du MAE. "De même que nous saluons l'engagement solidaire des pays de la sous-région dans leur lutte résolue pour défaire Boko Haram et éradi- quer le terrorisme", a conclu M. Be- nali Cherif.

PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT

L’Algérie prépare un plan d’action sur les modes de consommation et de production durables

L’Algérie prépare un plan d’ac- tion sur les modes de consommation et de production durables (MCPD), devant être validé par les différents secteurs en octobre prochain, avant de le transmettre au plan des Nations unies pour l’environnement, a indi- qué, hier à Alger, le secrétaire géné- ral du ministère des Ressources en eau et de l’Environnement, M. Bel- kateb. Ce dernier, qui s’exprimait lors d’un atelier national de restitu- tion du diagnostic de l’état des lieux des modes de consommation et de production durables (MCPD), a in- sisté sur la nécessité d’aboutir à "des recommandations qui vont nous per- mettre d’élaborer un plan d’action pour l’Algérie sur les MCPD devant être validé par les secteurs en octobre prochain avant de le transmettre au plan des Nations unies pour l’envi- ronnement". Lors de la rencontre or- ganisée par Centre national des technologies de production plus pro- pre, le secrétaire général du minis- tère a souligné que l’Algérie a adhéré à la convention de Barcelone pour protéger le milieu marin et en- courager le développement durable en Méditerranée à travers des plans régionaux et nationaux. Le plan Al- gérie qui sera validé officiellement

va devenir un document de référence pour participer à la 19 e session ordi- naire des parties contractantes de la convention de Barcelone qui aura lieu en février 2016 en Grèce, a ajouté M. Belkateb. L’Algérie sera représentée par le Centre national des technologies de production plus propre (CNTPP) soutenu par le pro- gramme onusien SwitchMed financé par l’Union européenne qui aide à adopter ces modes de production et de consommation dans les pays de la rive Sud de la Méditerranée. Le ministère a mandaté ce Centre national et de nombreux mémoran- dums ont été signés avec les diffé- rentes institutions onusiennes dédiées notamment au transfert de nouvelles technologies dans le sec- teur de l’agroalimentaire et pour en- courager la formation de 160 entrepreneurs verts en Algérie. "L’objectif de cette rencontre est la présentation de l’étude sur l’état des lieux des MCPD qui sera enrichi par les recommandation pour servir de plan d’action sur les MCPD", a ajouté M. Belkateb. Ce dernier a souligné que "ce plan sera intégré aux efforts régionaux et internatio- naux tels que le programme décennal africains des programmations des

plans MCPD, la 21 e conférence des Parties à la convention des Nations Unis sir les changements climatiques de Paris ainsi que le lancement des objectifs de développement dura- ble". De son côté, la directrice du CNTPP, Fazia Dahlab, a indiqué que l’Algérie prépare la transition éner- gétique à l’horizon 2030 grâce à des mesures sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Elle a ajouté que le pays se prépare en même temps à l’objectif "zéro déchet à l’horizon 2030". La directrice a souligné qu’il y a aussi l’appui inter- national au pays pour adopter un plan national à valider lors d’un deuxième atelier à la mi-octobre pour entrer ensuite dans une nou- velle phase "pour le détailler" avec l’espoir de créer 1,5 million d’em- plois verts dans les 10 prochaines an- nées. La responsable du point focal de SwitchMed, M me Assia Ferrani, et le représentant du Plan des Nations unies pour l’environnement, Luc Reuter, ont encouragé l’Algérie à poursuivre ses efforts pour aboutir à un développement durable et à une croissance verte tout en adoptant des stratégies sur ces objectifs.

 

MDN

37 contrebandiers arrêtés dans le sud du pays

« Dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte contre la criminalité organisée, deux détache- ments de l’Armée nationale populaire relevant des sec- teurs opérationnels de Bordj Badji Mokhtar et d’In Guezzam (6 e région militaire) ont intercepté, le 20 sep- tembre 2015, 37 contrebandiers et ont saisi un pistolet mitrailleur de type kalachnikov, une quantité de minu- tions, deux véhicules tout-terrain, onze motos, neuf groupes électrogènes, quatre marteaux piqueurs et des

téléphones portables », a précisé la même source. Au ni- veau de la 3 e région militaire, quatre immigrants clan- destins ont été appréhendés par les éléments de la Gendarmerie nationale de Reggane au secteur opéra- tionnel d’Adrar. Par ailleurs, des éléments des gardes- frontières relevant du secteur opérationnel de Tlemcen (2 e région militaire) ont saisi 6.210 litres de carburants destinés à la contrebande, a conclu la même source.

Huit dangereux terroristes neutralisés en août

Huit « dangereux » terroristes ont été neutralisés et deux autres ont été arrêtés durant le mois d’août par les forces de l’Armée nationale po- pulaire (ANP) qui ont récupéré éga- lement une grande quantité d’armes et de munitions, indique un bilan de la revue El-Djeich dans son numéro du mois de septembre. « L’ANP poursuit, sans relâche, la lutte contre les résidus du terro-

risme et toute forme de crime orga- nisé. Dans ce contexte, les éléments de l’ANP ont mené des opérations de qualité durant le mois d’août, qui se sont soldées par la neutralisation de huit dangereux terroristes au ni- veau des wilaya de Skikda, Jijel, Sidi Bel-Abbès et Bordj Menaïel (Boumerdès) et l’arrestation de deux autres», souligne la revue. Les opérations menées par les

forces de l’ANP dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, ont permis également « la récupération d’une grande quantité d’armes et de muni- tions, mettant ainsi en échec des ten- tatives d’introduction d’armes et la destruction de casemates, à l’image de celles découvertes à In Guezzam et Bejaia », ajoute la même source.

FÊTE NATIONALE D’ARMÉNIE

Le Président Bouteflika félicite le Président Serge Sargssian

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations au Président de la République d'Arménie, Serge Sargssian, à l'occasion de la fête na- tionale de son pays. "Il m'est parti- culièrement agréable, au moment où la République d'Arménie célèbre sa fête nationale, de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, nos chaleureuses félicitations ac- compagnées de mes vœux de bonne santé et de bien-être pour vous- même, et de progrès et de prospérité pour le peuple arménien ami", a écrit le Chef de l'Etat dans son message. "Je saisis cette heureuse opportunité pour vous assurer de mon entière

FÊTE NATIONALE D’ARMÉNIE Le Président Bouteflika félicite le Président Serge Sargssian Le Président de la République,

disponibilité à œuvrer, avec vous, pour le développement des liens d'amitié et de coopération dans tous les domaines entre nos deux pays", a ajouté le Président Bouteflika.

FÊTE NATIONALE DE BELIZE

Le Président Bouteflika félicite le Gouverneur général

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé un mes- sage de félicitations au Gouverneur général de Belize, Sir Colville Norbert Young, à l'occasion de la célébration du 34 e anniversaire de l'indépendance de son pays. "Au moment où votre pays célèbre son 34 e anniversaire de l'in- dépendance, il me plaît de vous adresser, au nom du peuple et du gouverne- ment algériens, ainsi qu'en mon nom personnel, nos chaleureuses félicitations et mes vœux de santé et de bonheur pour votre excellence, de progrès, de paix et de prospérité pour le peuple ami de Belize", a écrit le Président Bou- teflika dans son message. "Je saisis cette heureuse circonstance pour vous réitérer ma constance disponibilité à œuvrer, avec vous, au renforcement des relations d'amitié et de coopération qui existent entre l'Algérie et Belize au profit de nos deux peuples amis", a ajouté le Chef de l'Etat.

FÊTE NATIONALE DE MALTE

Le Président Bouteflika félicite la Présidente Marie-Louise Coleiro Preca

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé un mes- sage de félicitations à la présidente de la République de Malte, Marie-Louise Coleiro Preca, à l'occasion de la fête nationale de son pays. "Il me plaît au moment où la République de Malte célèbre sa fête nationale de vous adres- ser, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom person- nel, nos félicitations les plus chaleureuses auxquelles je joins mes vœux les meilleurs de santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et de prospérité pour le peuple maltais ami", a écrit le Président de la République dans son message. "Je tiens à vous dire, en cette heureuse occasion, ma satisfaction quant à la qualité des relations qui lient nos deux pays et à vous réitérer ma disposition à continuer à œuvrer, avec vous, à l'instauration d'une coopéra- tion qui réponde aux aspirations de nos deux pays et de nos deux peuples", a souligné le Chef de l'Etat. "Je voudrais également vous redire tout le plaisir que j'aurai à vous recevoir prochainement à Alger, convaincu que cette visite nous offrira l'opportunité de relancer le dialogue politique bilatéral et de consolider davantage la coopération entre nos deux pays, coopération que nous souhaitons durable et fructueuse", a ajouté le Président Bouteflika.

ALGÉRIE - PALESTINE

M me Meslem réaffirme la solidarité de l’Algérie avec la cause palestinienne juste

La ministre de la Soli- darité nationale, de la Fa- mille et de la Condition de la femme, M me Mounia Meslem, a réaffirmé, hier, lors d'une rencontre avec l'ambassadeur de Palestine à Alger, Louay Aïssa, à la demande de ce dernier, "le soutien permanent de l'Etat algérien à la cause palestinienne juste", indique un com- muniqué du ministère. La rencontre a permis aux deux responsables d'examiner "la situation

D E R N I E R E S MONNAIE PÉTROLE L'euro à 1,130 $ Le

prévalant dans les terri- toires palestiniens occu- pés, notamment à el Qods", ajoute le commu- niqué. A cette occasion, la ministre a réitéré à l'am- bassadeur palestinien "le soutien permanent de

l'Etat algérien à la cause

palestinienne et sa solida- rité avec le peuple palestinien dans sa lutte pour le recouvrement de ses droits légitimes", conclut le docu- ment.

CONSTANTINE

Aides du Croissant-Rouge aux déplacés étrangers à l’occasion de l’Aïd-el-Adha

Une opération de distribution de centaines de lots de produits alimentaires, constitués de pain traditionnel (Khobz Eddar) et de gâteaux secs, a été entamée hier à Constantine sur une initiative du comité local du Croissant-Rouge algérien (CRA), en faveur des déplacés syriens et d’Afrique subsaharienne, a-t-on constaté. La distribution initiée à l’occasion de l’Aïd El Adha, se poursuivra pen- dant trois jours au bénéfice de ces ressortissants étrangers ainsi qu’aux personnes sans domicile fixe (SDF) ne souhaitant pas être hébergées au centre de Dar Er- rahma de Djebel Ouahch, a précisé à l’APS le secrétaire de wilaya de cette orga- nisation humanitaire, Ayad Bouhali. Cette action, organisée avec la collaboration de l’union de wilaya des boulangers, vise à «venir en aides aux plus défavorisés et à apporter un peu de joie à leurs enfants afin qu’ils ne se sentent pas margina- lisés », a souligné ce responsable. L’opération de distribution des lots, dont le coup d’envoi a été donné depuis le siège du CRA, sera assurée par une équipe de jeunes volontaires qui sillonneront sites où se sont regroupés les déplacés et iront à la rencontre des SDF en plusieurs endroits de la ville, a précisé M. Bouhali. Ce responsable a tenu à préciser que le CRA « ne ménage aucun effort pour venir en aide, tout au long de l’année, aux plus nécessiteux, en fonction des moyens dont elle dispose grâce aux dons de bienfaiteurs ». Pas moins de 280 déplacés syriens et africains sont recensés dans la wilaya de Constantine, selon les dernières sta- tistiques de la direction de l’action sociale.