FORUM DE DOHA

Medelci : “Les solutions au problème du terrorisme international ne peuvent être que globales”
P. 32

M. HENRY S. ENSHER, AMBASSADEUR US EN ALGÉRIE :

30 Djoumada El Thani 1433 - Mardi 22 Mai 2012 - N°14517 Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

ENTAME DE LA 4e LÉGISLATURE PLURALISTE 2012-2017

Cérémonie d’investiture samedi 26 mai

“Christopher Ross a toujours le soutien des États-Unis”
P. 32

PP. 3-4

M. BENBADA À SKIKDA

“Nécessité de diffuser une culture de la consommation” P. 10
PHARMACIE HOSPITALIÈRE 

Un rôle à revaloriserP. 6
OPÉRATION COUP-DEPOING DE LA POLICE À BORDJ BOU-ARRÉRIDJ

L’Assemblée populaire nationale (APN) tiendra samedi 26 mai sa première séance plénière au titre de la septième législature, conformément aux dispositions de l’article 113 de la Constitution, a indiqué hier un communiqué de cette institution. Les travaux de la séance seront présidés par le doyen des élus assisté des deux plus jeunes députés de la nouvelle composante, conformément à l’article 2 du règlement intérieur de l’APN. Ainsi, c’est dans une assemblée légèrement relookée que les 462 députés feront leur entrée officielle. Lors d’une visite guidée organisée hier au profit de la presse, les journalistes ont pu constater les préparatifs. Du côté de l’administration, rodée à ce genre d’événement, les choses semblent être bien prises en main pour le grand rendez-vous.

Ph. Nesrine T.

Descente dans les milieux du crime
ÉQUIPE NATIONALE DE FOOTBALL

P. 9

Début du troisième et dernier stage

P. 29

9 ANS APRÈS LE SÉISME DU 21 MAI 2003

BOUMERDÈS ÉMERGE DE SES RUINES
7.045 familles relogées
Reportage réalisé par Sid Ahmed Merabet et Billal
P. 7

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

2
Météo
CET APRÈS-MIDI, À 16H, AU CCI DAHRA MOSTAGANEM « Derrière le coup d’éventail, le pillage du trésor d’Alger »
A l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance d’Algérie, une conférence sera donnée par M. Francis Ghilès chercheur au Centre d’études internationales de Barcelone sous le thème « Derrière le coup d’éventail, le pillage du trésor d’Alger » les enjeux économiques de l’occupation française en 1830, cet après midi à 16 h à la salle de conférences CCI Dahra Mostaganem-Palais consulaire.

EL MOUDJAHID

Agenda culturel
LES 27 ET 28 MAI, À CONSTANTINE Conférences de l’écrivain Hamid Grine

Dégagé

Sur les régions Nord, le temps sera généralement dégagé à passagèrement nuageux vers les régions Est avec toutefois quelques pluies en matinée. Les vents seront en général de secteur Ouest à Nord-Ouest (30/40 km/h) prés des côtes et (20/30 km/h) vers l’intérieur. La mer sera peu agitée à agitée localement. Sur les régions sud du pays, le temps sera voilé à nuageux sur la Saoura et le Sudouest avec quelques pluies parfois orageuses en cours de journée. Ailleurs, ciel partiellement voilé. Les vents seront de secteur Est à Nord-Est (30/40 km/h) avec soulèvements de Sable localement. Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui : Alger (24°-13°), Annaba (22°-14°), Béchar (28°-16°), Biskra (29°-14°), Constantine (19°-8°), Djanet (37°-23°), Djelfa (19°-4°), Ghardaïa (29°-16°), Oran (26°-13°), Sétif (18°-6°), Tamanrasset (37°-22°), Tlemcen (24°-9°).

Hamid Grine animera deux conférences, le 27 mai à 17 h à l’Institut français et le 28 mai à 10 h à l’Ecole normale supérieure.

ASSOCIATION IQRA Barki à Ouargla

DEMAIN, À 10H, AU SIÈGE DE L’ASSOCIATION DES ANCIENS SMA Conférence de presse sur les activités de célébration de la Journée nationale du scoutisme
À l’occasion de la Journée nationale du scoutisme qui coïncide avec le 27 mai, le Bureau national de l’association des anciens scouts musulmans algériens organise une conférence de presse qui sera animée par M. Mustapha Saâdoun, commandant général sur les activités qui auront lieu dans les wilayas, et ce demain, à 10h au siège central au 2 rue Mohamed-Bouras Place des Martyrs.

LE 26 MAI, À 19H, À LA SALLE IBN ZEYDOUN Concert de guitares

DON DE SANG DES EMPLOYÉS DE DJEZZY Un petit geste d’une grande portée

ivités de Dans le cadre des act abéciation algérienne d’alph se l’Asso Mme Aicha Barki tisation Iqraa, argla pour rendra demain à Ou une classe d’alphabétisa inaugurer de couture au protion et un atelier de la région fit des filles et femmes de l’APC de Nekra, à de Boutara 10 h.

MOBILIS Fête des mères

Dans le cadre du 13e Festival culturel européen en Algérie, l’ambassade d’Italie et l’institut culturel Italien d’Alger présentent un concert de guitares du duo Mokuso avec Emidio Alfano et Sara Rozzi, le 26 mai, à 19 h à la salle Ibn Zeydoun.

DU 21 AU 26 MAI, À 10H, AU CENTRE DE LOISIRS SCIENTIFIQUES Exposition de photos : « L’identité algérienne à travers des objets d’antiquité »
C’est par centaines que les employés de Djezzy : agents, cadres moyens et supérieurs, ont répondu à l’appel de sensibilisation de la Direction pour offrir leur sang. Cette campagne, lancée en collaboration avec l’Agence nationale du sang dans les principaux sites de l’entreprise, s’inscrit dans le cadre d’une action de solidarité n’ayant d’autre objectif que de montrer l’engagement citoyen du leader de la téléphonie mobile. Cette action qui touche également les régions Est et Ouest a suscité un tel engouement que l’Agence nationale du sang a été agréablement surprise.
L’établissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger organise, en collaboration avec le Musée national des antiquités et des arts islamiques, une exposition de photos traduisant l’identité algérienne à travers des objets d’antiquité, et ce du 21 au 26 mai, à partir de 10h, au Centre de loisirs scientifiques, place Audin.

CET APRES-MIDI, À 14H, AU CRASC « L’écriture féminine dans le monde arabe »

ATM Mobilis, premier opérateur de téléphonie mobile en Algérie, lance un concours à l’occasion de la fête des mères. Ainsi, à partir d’aujourd’hui et durant trois jours, les abonnés post payés et prépayés de Mobilis, peuvent participer à ce concours en envoyant un poème sous le thème de la fête des mères. Mobilis précise, que l’envoi des poèmes peut se faire soit sur la page facebook de l’opérateur, ou par SMS au 6161 (tarif ordinaire d’un SMS). Un jury procédera à la sélection des vingt meilleurs poèmes. Les lauréats recevront selon leur classement un cadeau à offrir à leurs chères mamans.

Le Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) accueille cet après-midi à 14 h l’écrivaine algérienne Zineb Laouedj qui présentera une conférence intitulée : « L’écriture féminine dans le monde arabe ».

LE 24 MAI, À 9H, AU CENTRE COMMERCIAL D’EL-HAMMA IVe Journée mondiale de l’hypertension artérielle
L’Association d’aide aux hypertendus de la wilaya d’Alger, en partenariat avec la Société algérienne de médecine vasculaire, célèbre la IVe Journée mondiale de l’hypertension artérielle, jeudi 24 mai, à 9 h, au Centre commercial d’El-Hamma, salle Ben-Bouali.

DEMAIN À 14H À L’INSIM D’ORAN

1er anniversaire de la création de l’émission « La bourse de l’emploi »
L’Institut international de management (INSIM – Oran) organise, avec la radio locale El-Bahia, la célébration du 1er anniversaire de la création de l’émission hebdomadaire «La bourse de l’emploi», demain, à 14h, au siège de l’institut.

CE SOIR À 19H, À LA SALLE IBN ZEYDOUN Spectacle du groupe finlandais Johanna Juhola

DU 22 AU 24 MAI, À 9H, À L’AUDITORIUM DE L’USTHB 2e Séminaire national sur les matériaux et leurs applications
L’Université des sciences et de la technologie Houari-Boumediene, faculté de physique, organise du 22 au 24 mai, le 2e Séminaire national sur les matériaux et leurs applications, avec la participation de 150 chercheurs et spécialistes des différentes universités et centres de recherche du pays.

LE 24 MAI, À 9H, AU SIÈGE DE L’ANVREDET « Procédé de fabrication de panneaux rigides »
Dans le cadre de ses activités scientifiques, l’agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et de développement technologique organise le 24 mai, à 9 h à son siège au 128 chemin Mohamed-Gacem El Madania, un atelier de valorisation ayant pour thème : « Procédé de fabrication de panneaux rigides en demi-plein à composition modulaire d’Arundo Donax », proposé par le chercheur indépendant M. Berzik Mohamed. Dans le cadre du 13e Festival culturel européen, l’ambassade de Finlande organise un spectacle du groupe finlandais Johanna Juhola Trio aux sonorités musicales particulières, alliant à la fois simplicité et improvisation.

Mardi 22 Mai 2012

EL MOUDJAHID

Nation
ENTAME DE LA 4e LÉGISLATURE PLURALISTE 2012-2017

3

Cérémonie d’investiture officielle samedi 26 mai
C’est officiel, la septième législature algérienne, 4e issue des élections pluralistes, sera installée, samedi 26 mai, conformément aux dispositions de l’article 13 de la Constitution puisque le conseil constitutionnel rendra public la liste définitive des 462 députés en réponse aux 167 recours déposés par la majorité des partis politiques et candidats indépendants ayant concouru au scrutin du 10 mai dernier.

L’

Assemblée populaire nationale (APN) tiendra samedi 26 mai sa première séance plénière au titre de la septième législature conformément aux dispositions de l’article 113 de la Constitution, a indiqué hier un communiqué de l’assemblée. Les travaux de la séance seront présidés par le doyen des élus assisté des deux plus jeunes députés de la nouvelle assemblée, conformément à l’article 2 du règlement intérieur de l’APN. Cette première séance plénière sera consacrée à l’appel des députés, à la constitution de la commission de validation de la qualité de membre et à l’élection du nouveau président de l’APN, a précisé la même source. Les députés seront reçus au siège de l’APN à partir du 23 mai. La Constitution énonce que la législature débute de plein droit le dixième

jour suivant la date d’élection de l’APN, sous la présidence de son doyen d’âge assisté des deux députés les plus jeunes. Pour sa part, le Conseil constitutionnel a précisé que cette date est fixée à compter du jour de sa proclamation officielle des résultats du scrutin et non de la date du scrutin. Les résultats du scrutin pour les élections législatives du 10 mai 2012, proclamés par le Conseil constitutionnel, ont placé le parti du FLN en première position avec 221 sièges, suivi du RND avec 70 sièges et de l’Alliance de l’Algérie verte avec 47 sièges. La composante de l’APN, augmentée de 389 à 462 sièges, est répartie entre 27 partis politiques, dont 9 nouvellement agréés et un groupe parlementaire de 19 députés indépendants. Synthèse H. A./APS

Ph. Nesrine T.

L’ANNONCE A ÉTÉ FAITE HIER À ALGER, AU SIÈGE DU FJD

RECOURS AU SUJET DES RÉSULTATS DU SCRUTIN

14 partis politiques décident de boycotter le nouveau parlement élu

Le Conseil constitutionnel tranchera au plus tard mercredi

A

près une réunion qui aura duré près de quatre heures au siège du Front pour la justice et le développement (FJD, dirigé par Abdallah Djaballah), quatorze formations politiques ont décidé de boycotter le nouveau parlement. Ces partis désormais réunis sous la bannière du front politique pour la sauvegarde de la démocratie ont signé, hier, une plateforme commune dans laquelle ils contestent les résultats du scrutin législatif du 10 mai 2012 et «ne reconnaissent ni le nouveau parlement ni le gouvernement qui en découlera». Ils appellent également à «l’installation d’une instance nationale constitutive consensuelle chargée d’élaborer la nouvelle constitution et d’un gouvernement d’union nationale qui assurera la transition vers un réel régime démocratique pluraliste». Aussi, ils lancent un appel aux «partis politiques fidèles aux valeurs de la liberté et de démocratie de rejoindre leur mouvement. Par ailleurs, les signataires ont convenu d’installer, le 26 mai, ce qu’ils

appellent un «parlement populaire», de mettre en place des commissions d’enquête sur les dépassements «constatés» et de réaliser un ouvrage intitulé «le livre blanc sur la fraude». Ces partis sont le FJD, le Front de l’Algérie nouvelle (FAN), le Front de l’entente nationale (FEN), le Parti de la liberté et de la justice (PLJ), le parti ElFedjr el-Djadid, le Front national démocratique, le Front national algérien (FNA), le Mouvement ElInfitah, le Front du changement, le Parti de la justice et du manifeste, le Mouvement de la jeunesse démocratique (MJD), le Mouvement national pour la nature et le développement, le Mouvement des nationalistes libres et le Front de la bonne gouvernance. Il est utile de rappeler enfin que ces 14 formations politiques, toutes réunies, disposent de 28 sièges sur les 462 que compte l’Assemblée populaire nationale (APN). Signalons, par ailleurs, que l’Alliance de l’Algérie verte, le PT et le FFS, conviés à cette rencontre, n’ont pas répondu à l’invitation. Soraya G.

L

e Conseil constitutionnel rendra publique mercredi, au plus tard, sa décision finale concernant les recours déposés par les candidats et les partis politiques ayant participé au scrutin du 10 mai 2012. Il rendra publique, par la suite, dans un communiqué, la liste définitive des candidats élus pour la 7e législature de l’Assemblée populaire nationale. Le Conseil constitutionnel a reçu au total 167 recours, a déjà adressé des notifications aux candidats dont l’élection est contestée et attend leurs réponses et observations qui devraient lui parvenir dans un délai de quatre jours à compter de la date de notification. Pour information, la majorité des formations politiques, y compris le parti qui a réalisé le meilleur score aux législatives, le FLN, ont confirmé avoir déposé des recours devant le Conseil constitutionnel pour divers motifs, sachant que la loi organique portant régime électoral donne le droit à tout candidat ou parti politique ayant participé aux élections législatives de contester la régularité des opérations de vote en introduisant un recours. En effet, l’article 166 de la loi organique portant régime électoral stipule que le candidat déclaré dont l’élec-

tion est contestée peut produire des observations écrites dans un délai de quatre jours à compter de la date de notification. Aussi, le Conseil constitutionnel statue, selon le même article, sur le recours dans les trois jours et peut, si le recours est fondé, par décision motivée, soit annuler l’élection contestée, soit reformuler le procèsverbal des résultats établis et proclamer le candidat qui est régulièrement élu. Du point de vue légal et compte tenu de l’expiration hier du délai des notifications alors que le délai des réponses des candidats dont l’élection est contestée ex-

pire jeudi, les attributions du Conseil constitutionnel lui permettent de statuer avant l’expiration des délais et rendre publiques ses décisions sur les recours, sachant que les investigations sont à un stade avancé. Pour rappel, le Conseil constitutionnel a, dès le début de réception des premiers recours, entamé son travail d’investigation et a, dans plusieurs cas, été amené à procéder au contrôle des listes électorales, des bulletins contestés, des urnes, des procèsverbaux de bureaux de vote et de circonscriptions électorales et de wilaya. Ces investigations minu-

tieuses et méthodiques ont également porté sur des recours concernant les résultats proclamés dans les circonscriptions électorales réservées à la communauté nationale établie à l’étranger, notamment au sujet de la représentativité des femmes. Les enquêtes relatives aux recours ne concernant pas directement des candidats élus sont aussi à un stade avancé, et le Conseil constitutionnel est dans l’attente des réponses et observations des candidats contestés pour statuer. Houria A.

Mardi 22 Mai 2012

4

Nation
VISITE GUIDÉE DANS L’HÉMICYCLE À LA VEILLE DE LA 7e LÉGISLATURE

EL MOUDJAHID

Entre lifting et rafraîchissement des lieux
C’est dans une assemblée légèrement relookée que les 462 députés feront leur entrée officielle samedi prochain. Lors d’une visite guidée organisée hier au profit de la presse, les journalistes ont pu constater les préparatifs en cours avant l’ouverture de la 7e législature dont la première séance se tiendra le 26 mai.

L’

APN se prépare à accueillir ses nouveaux locataires. L’administration, rodée à ce genre d’événement, a pris les choses en main. «Nous avons mobilisé tous les moyens humains et matériels pour la réussite de cette opération»,  confiera M. Mokhtari, directeur général de la législation. Il ajoutera que «tous les fonctionnaires sont mobilisés», précisant qu’«ils le resteront jusqu’au jour J ». Mais pour ce responsable, l’opération est presque routinière. «Ils ont l’habitude maintenant de ce genre d’événement», nous rappelle-t-on. C’est du reste l’impression qui se dégage à la vue de ce personnel qui s’affaire à régler les derniers détails. Tels les musiciens d’un orchestre ou chacun sait quel morceau jouer pour que la symphonie soit appréciée. Le polissage des rampes et du marbre est pris en charge par des jeunes ouvriers d’une société d’entretien. Les pots de plantes en cuivre sont placés au niveau du hall d’entrée où se tiendra la collation. A notre question de savoir si l’on a fait appel à un décorateur d’intérieur, on nous répondra que non. On s’est laissé guider par les goûts des responsables de l’administration et le résultat n’est pas mauvais. Au niveau de la salle des plénières, une touche de rafraîchissement a été introduite. Le bleu a cédé la place à une nouvelle couleur. Les murs et les piliers ont été repeints d’un gris vert. Les chaises, elles, sont recouvertes d’un tissu vert olive. «C’est pour l’harmonie  des tons», fera remarquer M. Achouri, conseiller du président. Ce responsable tiendra à démentir l’information selon laquelle il y a eu une extension de la salle des plénières. «Nous avons juste procédé à l’installation de nouvelles chaises pour pouvoir accueillir les 73 nouveaux députés». Pour rappel, alors que l’ancienne législature regroupait 389 représentants du peuple, celle qui s’ouvre ce samedi en comptera 462. Pour ce faire, il a fallu installer des chaises supplémentaires au niveau des espaces vides. On a aussi procédé à l’acquisition de nouveaux équipements acoustiques. Dans la même salle, des lettres d’alphabet, bien visibles, ont été collées. «C’est pour permettre aux députés de s’orienter, car, à l’ouverture de la séance, nous-a-t-on expliqué, les députés s’installeront suivant un ordre alphabétique, sans tenir compte de leur appartenance politique. Une fois l’opération validation des mandats achevée et les les groupes parlementaires constitués, ils pourront occuper un carré qui, une fois affecté, ne sera plus changé, et ce, tout au long de la législature», expliquera M. Achouri. Notre interlocuteur qui nous a accompagné durant notre visite gui-

Photos : Nesrine T.

dée a ajouté que «l’administration proposera des carrés aux partis, mais qu’ils n’étaient pas obligés d’en tenir compte puisqu’ils peuvent aussi en discuter entre eux et sur la base d’une entente consensuelle opter pour tel ou tel autre carré. Cette opération facilitera par la suite la tâche au personnel en charge de gérer la sonorisation au niveau des plénières en permettant de visualiser chaque député au moment des interventions». Pour ce qui de la presse, elle gardera son espace habituel. Sauf que, désormais, les journalistes n’auront plus accès à la salle plénière. «Cela se passe ainsi dans tous les parlements du monde», tiendra à rappeler M. Achouri, d’autant que l’on reproche, gentiment certes, aux journalistes de chahuter de temps à autre, ce qui ne manque pas de perturber les séances. Mais, tiendra-til à souligner, «tous les moyens seront mis à leur disposition pour accomplir au mieux la couverture des travaux». Dans ce cadre un cyber est mis à leur disposition. Le nouveau président aura également un espace relooké. Les murs du salon bleu, décoré d’un tapis Babar de Khenchela, où il reçoit ses invités, ont été rafraîchis. Celui qui lui fait face, mis à la disposition des membres du gouvernement, n’a pas échappé à cette opération de lifting. De nouvelles chaises ont été installées.

quette rouge. Une fois au premier, ils devront remplir les fiches de renseignements et se photographier pour la confection de leurs badges de députés. L’APN reçoit la liste nominative de la part du Conseil constitutionnel après la validation définitive des résultats. La liste transmise contiendra les noms, prénoms et matricule, et précisera l’appartenance politique du député. Des informations qui seront complétées par l’administration qui doit prendre en charge, entre autres, le versement des salaires et la déclaration à la CNAS. Pour ce faire, une grande salle a été aménagée. Les députés pourront occuper l’une des nombreuses tables installées à cet effet. Des valises diplomatiques leur seront également remises. Elles contiendront de la documentation (le règlement intérieur, les lois organiques et les dernières lois relatives aux réformes politiques) pour leur permettre de s’imprégner de leur future mission. A l’autre bout de l’étage, le matériel pour l’opération badges est opérationnel. Un grand miroir a même été disposé contre le mur pour leur permettre de se recoiffer et d’ajuster cravate et costume avant que le photographe ne les immortalise. Des essais ont été effectués. Pour patienter, ils ont à

leur disposition trois salles d’attente.

Le rituel du jour J 
Samedi sera le grand jour. La cérémonie d’ouverture se tiendra à 10 h. La séance sera présidée par le doyen des élus assisté des deux plus jeunes députés de la nouvelle Assemblée, conformément à l’article 2 du règlement intérieur de l’APN. Qui seront-ils ? «On attend la liste du Conseil constitutionnel pour vérifier les dates de naissance et identifier ainsi les trois membres du bureau provisoire», répondra M. Achouri. Une première séance plénière consacrée à l’appel des députés, à la constitution de la commission de validation de la qualité de membre qui sera composée de 20 députés et à l’élection du nouveau président de l’APN, a précisé notre interlocuteur. Cette opération devrait se dérouler dans l’après-

midi, après la pause-déjeuner. Deux variantes sont possibles. La première verra la présentation d’une seule candidature, et dans ce cas de figure, les députés voteront à main levée. Dans le cas, et c’est la seconde variante, où le bureau provisoire recueillera plusieurs candidatures, il sera procédé à un vote à bulletins secrets. Si un candidat obtient la majorité absolue (50%+1), il sera déclaré président. Mais si aucun des candidats n’obtient la majorité, il sera procédé à l’organisation d’un second tour qui opposera les deux candidats ayant recueilli le plus de voix. Il est à souligner que tous les députés peuvent présenter leur candidature à la présidence de l’APN. Mais il est probable que cette question sera réglée dans les coulisses bien avant l’ouverture de la première séance plénière. Nadia Kerraz

Les députés attendus dès demain
Apres cette inspection des espaces situés au niveau du hall, la visite s’est poursuivie au premier étage de la bâtisse où les députés sont attendus dès demain pour l’accomplissement de toutes les formalités administratives avant leur entrée en fonction officielle. Nous allons emprunter, le temps de cette visite guidée, leur parcours, fera remarquer un autre accompagnateur en plaisantant. C’est donc par l’entrée officielle que les 462 députés franchiront pour nombre d’entre eux le seuil de l’APN. Une fois franchi le portique de sécurité, ils monteront les escaliers recouverts d’une mo-

Mardi 22 Mai 2012

EL MOUDJAHID

Nation
Remise du prix du CSLA aux lauréats de la 6e édition
Après avoir observé une minute de recueillement à la mémoire du défunt Mohamed Yahiaten, brillant traducteur du CSLA, Dr Yahiaoui a pris la parole pour rappeler les efforts déployés par la commission nationale de préparation des festivités de célébration des fêtes et journées nationales, où siège également le CNERMN/RN, avant de mettre en exergue le programme riche et complet mis en place à l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance nationale. Dans ce contexte, il a fait part de l’existence d’un important fonds documentaire sur l’histoire de l’Algérie, et particulièrement Mouvement national et la Révolution de Novembre, constitué d’un grand nombre d’ouvrages et de documents historiques, en arabe et en plusieurs langues étrangères, de films et de documentaires sur les batailles et héros de la Révolution de Novembre, sans oublier les innombrables mémoires et thèses d’histoire, existant au niveau des diverses universités du pays. Le directeur du CNERMN/RN devait ensuite ajouter que des efforts sont déployés à cette occasion pour rééditer les anciens numéros des journaux El Bassaïr et El Chihab de l’Association des ulémas, et ceux d’El Moudjahid, ainsi que les mémoires de fins d’études universitaires au niveau des 22 départements d’histoire du pays, en faisant part de la découverte de 60 thèses inédites au niveau des 3 grandes universités du pays. L’organisation de concours culturels sur la résistance populaire, de colloques internationaux portant sur les nombreux amis de la Révolution et d’autres à caractère national traitant des crimes coloniaux sont prévus, précise Dr Djamel Yahiaoui, en ajoutant que les écrits laissés par les auteurs étrangers sur la lutte de libération ont requis également l’attention de la commission nationale qui compte les traduire en plusieurs langues dont l’arabe. C’est le cas aussi de la réalisation de films et documentaires sur l’histoire de la Révolution de Novembre et la diffusion de ceux réalisés par les étrangers sur la lutte de libération, qui seront programmés durant cette période de célébration. Bref, voilà un programme ambitieux qui contribuera certainement à sensibiliser la jeunesse sur l’histoire de la glorieuse Révolution de Novembre et les importantes réalisations de l’Algérie durant les 50 dernières années.Organisé chaque deux ans, le prix du

5

CINQUANTENAIRE DE L’INDÉPENDANCE NATIONALE

Un programme culturel prometteur
L
e programme des festivités de célébration du 50e anniversaire de l’indépendance du pays, prévues du 5 juillet 2012 au 5 juillet 2013, est le thème central d’une conférence donnée par le Dr Djamel Yahiaoui, directeur du Centre national d’études et recherches sur le mouvement national et la Révolution de Novembre (CNERMN/RN), dimanche dernier à l’hôtel Mouflon d’or de Ben Aknoun. Organisée par le Conseil supérieur de la langue arabe (CSLA), la rencontre a également permis aux nombreuses personnalités nationales scientifiques et culturelles présentes, à leur tête le Dr Mohamed Larbi Ould Khalifa, président de l’institution et fraîchement élu à l’APN, de rehausser par leur présence la cérémonie de remise du prix du CSLA, au titre de sa 6e édition (2010-2012). CSLA, qui est doté de 100 millions de centimes (il sera doublé en 2014), a vu la participation d’une trentaine de travaux de recherche, provenant de candidats (es) issus de diverses universités du pays. Le premier prix est revenu à Hayes Lashef de Maghnia, pour son recueil de terminologie arabe, alors que Chamsia Kheloui (Oran) a décroché son prix pour sa mise au point d’une technique de lecture rapide. Le troisième prix a été remporté par Ghazi Athmanine (Médéa) pour son recueil de terminologie du pétrole et du gaz, tandis que Mohamed Hazi (Bouira) s’est illustré par un ouvrage en théorie mathématique. Le cinquième et dernier prix est revenu à Djamel Eddine Gouaïche de l’université de Mostaganem. Mourad A.

ASSURANCE CAT-NAT CONTRE LES CATASTROPHES NATURELLES

BRITISH COUNCIL

Un produit encore peu prisé des Algériens

Contribuer à l’essor de la langue de Shakespeare

E

n dépit de son caractère obligatoire, la couverture contre les catastrophes naturelles Cat-Nat a encore du mal à se faire une place sur le marché national des assurances. Instauré depuis 2003 à la faveur de Ordonnance n°03-12 du 26 août 2003 relative à l’obligation d’assurance des catastrophes naturelles et à l’indemnisation des victimes, le produit reste peu prisé. Selon la Compagnie centrale de réassurance (CCR), le nombre de contrats Cat-Nat souscrits annuellement reste bien en deçà des taux requis devant couvrir au moins 50% des biens et risques assurables. Loin de refléter cette logique, les chiffres communiqués par cette compagnie font ressortir que seulement 4% des habitations et 8% des installations commerciales et industrielles ont été assurées contre les catastrophes naturelles en 2010. Ainsi, malgré l’existence de plusieurs canaux de distribution diversifiés, des limites de garanties acceptables et des conditions de viabilité financières garanties, le marché est loin de répondre aux attentes. Au vu de la situation géographique du pays, dont le nord se trouve sur une zone sismique très active et également exposé à d’autres risques naturels tels que les tempêtes, inondations, mouvements et glissement de terrain, pluies diluviennes, coulées de boues, secousses sismiques, d’importantes pertes sont enregistrées annuellement. Certains exemples en la matière sont édifiants. Et en ce triste anniversaire du séisme de Boumerdès qui a touché plusieurs villes côtières du centre du pays un certain 21 mai 2003, cette question qui va de la sécurité des personnes et de leurs biens refait surface. Ce tremblement de terre qui a fait près de 2300 victimes reste, en effet, la plus importante catastrophe naturelle en termes de pertes matérielles avec 5 milliards de dollars de dégâts recensés. Le séisme de Chlef (ex-El Asnam) en 1980 a occasionné des pertes d’un montant de 2 milliards de dollars, alors que celui de Mascara en 1994 a causé pour 50 millions de dollars de dégâts matériels. Les inondations de Bab El-Oued en novembre 2001 ont fait quelque

544 millions de dinars, alors que celles de Ghardaïa en 2008 ont laissé derrière elles des dégâts matériels de 250 millions d’euros. Ajoutez à cela la crue de l’oued d’El-Bayadh qui a occasionné, au mois d’octobre de l’an 2010, suite à de fortes chutes de pluies des pertes de 6 milliards de dinars. Tant de calamités naturelles à caractère récurrent qui n’ont pas réussi, pour autant, à inculquer le réflexe de l’assurance chez les Algériens. En l’absence de contrôle et devant le manque d’informations concernant l’assurance contre les catastrophes naturelles, qui expliqueraient le peu d’intérêt que manifeste le citoyen pour ce genre d’assurance pourtant accessible à toutes les bourses, la Compagnie algérienne de l’assurance et de la réassurance (CAAR) travaille de concert avec les établissements financiers sur la meilleure manière d’obliger les personnes ayant contracté des crédits immobiliers à renouveler annuellement leur contrats d’assurance contre les catastrophes naturelles. Et il s’avère que les banques demeurent le meilleur partenaire pouvant obliger leurs clients, ayant souscrit un crédit immobilier, à se couvrir contre les catastrophes naturelles. Faut-il noter que chaque année, l’Algérie débourse 500 millions de DA au titre de la prime de réassurance CAT-NAT qu’elle achète auprès de réassureurs internationaux. Cette réassurance lui permet d’avoir une couverture de risques à hauteur de 246 millions de dollars en cas de catastrophes naturelles, mais les compagnies d’assurances n’ont encaissé en 2010 que 1.322 milliards de DA (12,7 millions d’euros)  de primes d’assurance catastrophes naturelles. La Compagnie centrale de réassurance (CCR), seul réassureur en Algérie pour les risques liés aux catastrophes naturelles, n’a perçu en rétrocession sur cette branche durant cette même période que 925 millions de dinars (9 millions d’euros) et a payé à un pool de 30 réassureurs internationaux une prime de 4,8 millions d’euros, soit 500 millions de dinars, pour une couverture maximale de 246 millions dollars. Hamida B.

L

e Royaume-Uni veut apporter une impulsion conséquente dans la création d’écoles d’apprentissage de la langue anglaise en Algérie. Ce souci s’explique par le fait que cette langue a bonne presse chez nous et connaît un engouement remarqué. Un programme de type formation Start Up destiné à améliorer l’enseignement de la langue anglaise dans les établissements privés en Algérie a été initié hier à Alger, pour une durée de trois jours, par le British Council. Il s’agit de développer la qualité de l’enseignement de l’anglais dans les établissements privés algériens. En présence de M. Martyn Roper, ambassadeur du RoyaumeUni à Alger, et de M. Jeremy Jacobson, directeur du British Council, un cours est donc lancé en direction des candidats entrepreneurs qui ont l’intention de créer de nouveaux centres d’enseignement de l’anglais, dans le cadre d’un programme dit Start Up. Ce dernier vise la consolidation de la qualité d’apprentissage de la langue dans les établissements privés labellisés ELT (enseignement de langue anglaise) à travers l’Algérie. Ce cours destiné aux écoles privées est animé par des experts du groupe d’édition Macmillan, de renommée internationale, et Cambridge ESOL, qui sont déjà des partenaires actifs dans notre pays. Il a pour finalité d’inculquer les rudiments susceptibles de garantir le succès de la gestion d’une école de ce type, d’apprendre comment la créer ou la diriger, utiliser les matériaux pédagogiques, fournir

les instruments indispensables pour promouvoir une accessibilité efficace de la langue. L’ambassadeur a déclaré que «ce programme concerne une trentaine d’écoles algériennes», n’omettant pas de dire également que les liens de coopération bilatérale se renforcent notamment dans le secteur de l’éducation. Son officine et le British Council coordonnent leurs efforts avec leurs partenaires algériens pour consolider l’enseignement et l’apprentissage de la langue anglaise qui bénéficie, on le répète, d’un intérêt accru de la part de nos compatriotes. «On est en face d’une forte demande en Algérie qu’il faudra prendre en charge», fait remarquer le diplomate qui a aussi indiqué que dans le cadre de ce partenariat, il est prévu de créer avec la TV algérienne, un cours de perfectionnement et d’initiation. Dans le même ordre d’idées, M. Jeremy Jacobson

a dit à ce propos : «Je pense que notre institution a beaucoup à apporter pour soutenir l’enseignement de notre langue en Algérie, et dans cette optique, nous initions une gamme de produits et de projets. «Ce programme a déjà aidé à l’ouverture d’une école à Oran et d’une autre prochainement à Béjaïa. On compte asseoir une plateforme en ligne pour partager les matériaux et l’expertise dans le développement des écoles.» Notons que le British Council poursuit son programme de soutien éducatif en Algérie en collaboration avec le ministère algérien de l’Éducation nationale. C’est donc un partenariat créatif et soutenu qui est recherché mutuellement, pour tendre vers plus de progrès dans l’essor de la langue anglaise au sein de la société algérienne. M. Bouraib

ALGÉRIE — ÉTATS-UNIS

Atelier de formation sur la protection judiciaire de la propriété intellectuelle et la coopération internationale
Le ministère de la Justice organise du 22 au 24 mai à l'hôtel Mazafran, Alger, un atelier de formation sur "la protection judiciaire de la propriété intellectuelle et la coopération internationale". Selon un communiqué du ministère, la rencontre portera sur nombre de thèmes concernant la protection des marques commerciales et les droits d'auteur, l'organisation de la justice algérienne et américaine, ainsi que les moyens d'exécution des décisions en matière civile. Le traitement de dossiers relatifs aux marques commerciales et au piratage, l'analyse des atteintes aux droits d'auteur et les contentieux liés à la propriété intellectuelle figurent également au programme de l'atelier, ajoute la même source. Cette session est organisée dans le cadre de la coopération judiciaire entre l'Algérie et les EtatsUnis d'Amérique avec le concours de l'office américain du brevet d'invention et des marques.

Mardi 22 Mai 2012

Ph : Nesrine

6

Nation
PHARMACIE HOSPITALIÈRE 

EL MOUDJAHID

Un rôle à revaloriser
Soulignant que les problématiques de gestion des produits pharmaceutiques se posent avec acuité dans notre système hospitalier (pénuries, gaspillages, périmés…), le Conseil national de l’ordre des pharmaciens d’Algérie (CNOP) a affirmé que le rôle du pharmacien hospitalier doit retrouver sa véritable place au sein du système de santé publique.

EXAMEN DE FIN DE CYCLE PRIMAIRE

Plus de 600.000 candidats aux épreuves de 6e
lus Pfin dede 600.000 élèves passeront les épreuves de l’examen de cycle primaire pour l’année 2011-2012 prévues le 29 mai. Selon des informations recueillies hier, auprès du ministère de l’Education nationale, l’examen qui ouvre la voie au passage en 1re année moyenne verra la participation de 601.586 dont 311.631 garçons (51,80 %) et 311.631 filles (48,19 %). Ces derniers seront évalués dans trois matières à savoir les langues arabe et française et les mathématiques. Le nombre de candidats issus des écoles privées s’élève à 2.934 candidats alors que celui des candidats aux besoins spécifiques est estimé à 270. A noter que le nombre de candidats à l’examen de fin de cycle primaire a augmenté de 3.347 élèves par rapport à l’année dernière (2011-2012). Le ministère de l’Education nationale a mobilisé pour cette opération qui a coûté 760.000 DA, 60.000 surveillants, 3.365 observateurs répartis sur 3.221 centres d’examen et 12.000 correcteurs au niveau de 61 centres de correction. Le ministre de l’Education nationale, M. Boubekeur Benbouzid avait affirmé récemment que tous les moyens matériels et humains ont été mobilisés pour assurer le bon déroulement de l’examen dont les résultats seront connus le 15 juin. La session de rattrapage est prévue le 26 juin et l’annonce des résultats le 8 juillet. Concernant les sujets des épreuves, l’Office national des examens et concours (ONEC) a indiqué que ces derniers seront conformes au programme officiel et à la portée de l’élève moyen.

S

elon le président du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens d’Algérie (CNOP), le Dr Lotfi Benbahmed, «  l’absence d’un statut comparable à ce qui existe simplement dans les pays voisins, marginalise et ne permet au pharmacien hospitalier d’assumer son rôle de praticien hospitalier à part entière  », pourtant, dit-il, « il assure des missions nombreuses et complexes, (Médicaments, hygiène hospitalière, laboratoire d’analyse, gaz médicaux…), indispensables au fonctionnement des établissements hospitaliers ». Intervenant, dimanche, lors d’une conférence de presse, organisée au niveau de leur siège, le Dr Benbahmed, a déclaré que le pharmacien hospitalier doit être l’unique responsable de l’activité pharmaceutique de l’établissement de soin, ainsi « il pourra assumer pleinement ses responsabilités pour le seul profit de la préservation de la santé publique », bien entendu si « elle est revalorisée et réhabilitée dans ses fonctions », a-t-il souligné. Evoquant la création d’emplois, le premier responsable du CNOP, a affirmé « pour peu que les conditions de rémunération et d’exercice soient décentes», «  des milliers de pharmaciens actuellement au chômage ou en formation pourraient être recrutés et affectés à l’ensemble des services médicaux des établissements hospitaliers (un pharmacien pour chaque service) », at-il développé. Pour lui, l’exercice illégal de la biologie médicale dans les

Ph : BIllal

établissements publics et privés « pose de sérieux problèmes pour la préservation de la santé publique », il a expliqué que «  de nombreux établissements (hôpitaux, cliniques privées…) disposent de laboratoires d’analyses médicales sans pharmaciens ou médecins biologistes responsables  ». Le Dr Benbahmed précise encore que «  de nombreux

cabinets médicaux et officines pharmaceutiques pratiquent des analyses médicales sans autorisation préalable du ministère de la Santé, de plus certains mono spécialistes autorisés récemment des laboratoires pratiquent certaines analyses médicales sans en avoir la qualification ou compétence suffisante ».

Par ailleurs, l’Ordre à travers sa catégorie biologie préconise «  un guide de bonne exécution des analyses médicales créant par la même des bonnes pratiques opposables afin d’assurer la qualité et la traçabilité des actes biologiques indispensable à l’établissement pour tout diagnostic ». Sihem Oubraham

20e CONGRÈS NATIONAL DE CHIRURGIE

Première transplantation de foie avant fin 2012 à Annaba

U

ne première transplantation du foie est prévue « avant la fin de l’année 2012 » au centre hospitalier universitaire (CHU) d’Annaba, a-t-on annoncé dimanche en marge de la deuxième Journée des travaux du 20e Congrès national de chirurgie (CNC) qui se tient dans cette ville de l’Est du pays. Le président du CNC, le Pr Hacène Chihaoui est également chef de service de chirurgie à l’hôpital Ibn Rochd d’Annaba, a précisé dans ce cadre que le plateau technique destiné à cette intervention, « est prêt à l’instar de l’équipe médicale chargée de cette mission ». Trente-trois transplantations du foie ont été réalisées depuis 2003 jusqu’à ce jour à l’échelle nationale, indiquent les statistiques de l’Institut national de Santé publique, faisant état de près de 40.000 cas de cancer, tous types confondus, en 2011 avec une prédominance du cancer du poumon pour les hommes et le cancer du sein pour les femmes. Les travaux de la

deuxième journée du 20e CNC se sont ouverts samedi et ont permis aux participants de s’imprégner des nouvelles techniques de radiologie, de dépistage et de chirurgie en matière de traitement des cancers du foie, de la vésicule biliaire et du tube digestif. Ces nouvelles techniques permettent d’améliorer la prise en charge des malades depuis l’établissement des diagnostics, en passant par les protocoles chirurgicales jusqu’à la chimiothérapie, ont souligné des intervenants. Une opération chirurgicale en live ciblant une patiente souffrant d’obésité était prévue hier, au cours de la 3e et dernière journée des travaux du 20e CNC au service de chirurgie générale de l’hôpital Ibn Rochd. Il s’agira de rétrécir l’estomac de cette patiente, âgée de 45 ans, en utilisant la technique de cœlioscopie, préciset-on. Près de 300 participants prennent part à la 20e édition du CNC organisé par la Société Algérienne de Chirurgie (SAC).

ASSOCIATION DES ENSEIGNANTS ET ÉTUDIANTS CHERCHEURS D’ORAN

La recherche scientifique entre réalité et perspectives

C’

est aujourd’hui que se réunissent en conclave à l’université MohamedBoudiaf d’Oran, chercheurs et étudiants sous l’égide du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le wali d’Oran et à l’initiative pour le moins louable de l’association des enseignants et étudiants chercheurs d’Oran. Un bon remue-méninges en perspectives... C’est sous le générique « Recherche scientifique et développement  : réalités et perspectives » que s’ouvrent aujourd’hui au niveau de la salle de conférence de l’USTO, l’université des sciences et de la technologie d’Oran, les travaux de cette journée pas tout à fait comme les autres. En fait à travers cette journée plusieurs pistes seront exploitées et explorées partant. Dans cette optique il y a lieu de souligner que seront abordés des thèmes d’une brûlante actualité d’abord pour les chercheurs eux-mêmes soucieux de faire le point mais surtout pour toutes

les opportunités et perspectives qu’offre ce genre de rencontre. Ainsi les thèmes retenus se distinguent par leur teneur qualitative au vu notamment de l’expertise des invités de marque. Selon Ibrahim Ouadi président de cette association il s’agit, avant tout, « d’encourager la recherche, particulièrement celle visant le développement durable ». Et on ne sait que trop tous les enjeux induits au plan géostratégique par ce qu’on appelle désormais le développement durable. Bien entendu il importe de cultiver l’interaction entre l’institution universitaire et les unités économiques dont l’interdépendance est normalement évidente. Ce que corrobore le président lui-même « il nous faut travailler et œuvrer à l’adéquation des recherches aux réels besoins scientifiques tout en apportant des solutions aux problématiques et préoccupations du citoyen ». Pourtant tout cela paraît certes une condition nécessaire mais toutefois insuffisante puisque doit s’y greffer

également à tout cet arsenal « la stimulation des laboratoires et équipements scientifiques, nonobstant les chercheurs et cerveaux pour leur participation active et effective à solutionner les entraves au développement national et local ». Et lorsqu’on sait que nous avons pas mal de chercheurs aux compétences avérées à l’étranger on ne saurait que souscrire à pareille démarche, source incontestable de plus value. Raison de plus donc pour veiller tout bonnement à « la coordination et l’assistance constructives entre les universités et les autorités locales sans omettre, à l’évidence d’y associer les unités économiques et sociales ». Au vrai tous ces paramètres et préalables indispensables ne visent rien moins qu’à « sortir avec un cadre consensuel entre les autorités locales wilayales en sus des locales aux fins d’une recherche coordonnée et commune et tout ce qui conribue à accélérer et booster la cadence et le rythme du développement ». Quant à la théma-

tique objet de cette tournée elle sera centrée pour l’essentiel sur respectivement « le plan de recherche national et ses perspectives » par Abdelhafid Aouraq directeur de la recherche scientifique au ministère, «  la relation entre la recherche scientifique avec le développement et son impact sur la sécurité nationale », communication du directeur du centre de recherches stratégiques et sécuritaires , le professeur Berkouk M’hand, «  horizons du développement dans le sillage des indicateurs économiques et sociaux  », intervention à l’actif de Bachir M’sitfa, « plan de développement de la wilaya d’Oran et les principaux obstacles qui entravent son aboutissement », intervention signée du wali de la capitale de l’ouest, « les ressources algériennes en matière d’énergies de substitution » proposée par Felazi Samir et enfin «  lecture scientifique critique sur la réalité du développement au niveau de la wilaya d’Oran ». Amar Zentar

Mardi 22 Mai 2012

EL MOUDJAHID

Nation
9 ANS APRÈS LE SÉISME DU 21 MAI 2003

7

Boumerdès émerge de ses ruines
Malgré 1 390 victimes, Boumerdès reprend définitivement goût à la vie après avoir fait son deuil. 7 045 familles sont relogées.
Reportage réalisé par Sid Ahmed Merabet Photos Billal
Youcef Tellache, signalant que cette décision répond à un arrêté interministériel du 8 mars 2006 fixant les conditions et les modalités de gestion et d’administration des sites d’habitat transitoires réalisés suite au séisme de mai 2003. Néanmoins, les bénéficiaires ne devront être logés qu’après avoir répondu à des critères bien précis. Et pour ce faire, une commission chargée d’identifier les occupants des chalets a été mise en place par le wali de Boumerdès et des enquêtes d’ordre social ont été menées pour barrer la route aux opportunistes et autres indus-occupants. A ce jour, 70% des occupants ont déposé des dossiers et le reste s’en est abstenu, ayant sans doute compris qu’ils avaient peu de chance de postuler. C’est dire que beaucoup de citoyens ne jouent pas le jeu et tentent par tous les moyens de s’approprier des logements neufs au détriment de ceux qui réellement sont dans le besoin. «Une autre commission a vu le jour, en l’occurrence celle de l’expertise technique des chalets et dont les résultats sont édifiants», fait-il savoir. En effet, l’expertise a révélé que 6 000 chalets sont en mauvais état et présentent un état de dégradation avancé, tandis que 9 000 autres se trouvent dans un état lamentable et leur réfection nécessite la bagatelle de 6 milliards de DA. «Autant les éradiquer et récupérer les assiettes, comme l’a décidé le gouvernement car avec ce montant, on pourrait construire des logements neufs », estime Youcef Tellache qui affirme que les assiettes de terrain sur lesquelles ont été érigés ces chalets seront destinées à la réalisation de program-mes d’habitat. SAM

A

u fil des années, la date anniversaire de l’une des plus grandes catastrophes naturelles qu’ait connues l’Algérie, ne se commémore pas avec la même émotion ni avec la même ferveur. Preuve en est que les gens veulent tourner la page. Mais sans toutefois être amnésiques. «On ne peut effacer d’un revers de la main de tels souvenirs», relève une vieille femme. La ville a véritablement fait sa mue, et les décombres et ruines du tremblement de terre ne sont plus à présent que de mauvais souvenirs. C’est le cas dans la célèbre cité 1 200 logements où l’on compte des victimes par dizaines. Aux côtés des anciennes bâtisses qui ont résisté à l’impact du séisme se sont érigés de nouveaux bâtiments flambant neufs qui seront réceptionnés d’ici peu au profit des sinistrés ayant préféré rester dans leurs anciens sites que d’être relogés ailleurs. «Ce sont ceux qui ont opté pour la formule d’aide à la reconstruction des habitations individuelles ou collectives et dans laquelle ils bénéficient d’un montant de 100 millions de centimes», nous explique Youcef Tellache, attaché au cabinet de la wilaya de Boumerdès

et chargé du dossier du relogement des sinistrés du séisme du 21 mai 2003. Ce dernier rappelle qu’au lendemain de la catastrophe, et outre cette option, les sinistrés pouvaient également bénéficier du relogement dans le cadre du programme de l’Etat (social) ou encore accéder au soutien de l’Etat pour les aider à l’achat d’un logement auprès d’un promoteur immobilier. Aujourd’hui, les autorités locales sont catégoriques. L’essentiel des sinistrés ont été relogés. «Sur 8 000 logements prévus dans le programme d’urgence, nous en avons réalisé 7 800. Le nombre des sinistrés qui ont été relogés s’élève à 7 045 familles en attendant 520 autres qui le seront ces jours-ci à BoumerdèsVille», indique le respon- sable qui précise que seuls 280 logements restent à réceptionner d’ici peu à Baghlia et Dellys. «Les travaux

avancent à une cadence acceptable, et les chantiers sont à 80%», ajoutera-t-il. Quant aux sinistrés qui ont préféré une aide de 100 millions de centimes au lieu d’être relogés par l’Etat, les choses semblent avancer dans le bon sens, note Youcef Tellache, même si les 825 familles devront patienter un peu en raison des retards accusés dans les travaux de réalisation pour cause de problèmes de fonds. «Il faut savoir qu’en plus de l’aide de l’Etat, ces sinistrés sont appelés à mettre la main dans la poche mais, malheureusement, bon nombre d’entre eux n’étaient pas en mesure de répondre à nos exigences, chose qui a eu pour conséquence de retarder leur relogement», affirme l’attaché au cabinet de la wilaya de Boumerdès qui souligne que les études techniques et les travaux d’aménagement extérieur ont été pris en charge par l’Etat.

Les chalets, un vrai casse-tête
Destinés dans un premier temps au relogement provisoire des sinistrés du séisme, les 15 000 chalets répartis sur près de 100 sites accueillent à présent une autre catégorie de locataires. Car si la majorité des sinistrés ont été recasés dans des logements en dur, les sites d’habitat transitoires n’ont pas été pour autant libérés. «Ils ont été affectés à des familles qui ouvrent droit à un logement social», indique

2 024 aides octroyées pour la reconstruction individuelle
Parmi les victimes de cette catastrophe, figurent les propriétaires d’habitations individuelles dont un certain nombre qui s’étaient complètement effondrées tandis que d’autres ont subi d’importants dégâts (effondrement partiel, fissures…). A cet effet, ce sont près de 2 025 sinistrés qui ont bénéficié de différentes aides de l’Etat pour la reconstruction de leurs habitations. Le soutien des pouvoirs publics a été, rappelons-le, fixé à 100 millions de centimes. SAM

Seuls 160 chalets sur 15.000 sont en bon état 
14 977 chalets de la wilaya de Boumerdès se trouvent dans un piètre état. Tel est le verdict de la commission d’expertise technique mise en place par le wali et dont les travaux ont révélé que seuls 160 chalets se trouvent aujourd’hui en bon état, soit un peu plus de 1% du nombre global, contre 6 000 unités à démolir totalement et 9 000 autres nécessitant des réfections d’un montant de 6 milliards de DA. Même si on avance l’érosion marine, rien ne peut cependant expliquer cet état de fait que certains imputent tout simplement à l’incivisme et à l’insouciance de leurs occupants. SAM

Mardi 22 Mai 2012

EL MOUDJAHID

Reportage

9

OPÉRATION COUP-DE-POING DE LA POLICE À BORDJ BOU-ARRÉRIDJ

Descente dans les milieux du crime
La cellule de communication de la DGSN, avec la collaboration de la sûreté de wilaya de Bordj Bou-Arréridj, a organisé une visite guidée des services de police de la wilaya pour un groupe de journalistes représentant différents titres de la presse nationale. 

A

u centre de formation de la Sûreté, le commissaire principal Kafi Abdeljalil, chef de service de la police judiciaire, a présenté un bilan des activités du corps. Dans ce bilan, il faut noter une baisse des affaires traitées durant le premier trimestre de l’année en cours par rapport à la même période de l’année dernière, mais aussi une augmentation du nombre de cas résolus. Ce qui indique une plus grande efficacité des services de police qui ont présenté 822 personnes à la justice dont 726 hommes, 61 mineurs, 32 femmes et 3 étrangers durant la première période, et 771 pour la seconde dont 669 hommes, 55 mineurs, 41 femmes et 6 étrangers. Autant dire que le nombre des personnes impliquées a augmenté. La plupart de ces affaires concernent les atteintes aux biens (335) durant le premier trimestre 2011, et 334 pour la même période de 2012, les atteintes aux personnes 229 en 2011 et seulement 192 en 2012, le trafic de stupéfiants qui a augmenté durant cette année (19, contre 39), tout comme les affaires de mœurs (16 en 2011 pour 21 en 2012), les crimes économiques (8 contre 13), l’émigration clandestine (2 contre 3) et les crimes divers qui sont passés de 172 à 211. Les opérations de descente dans les milieux du crime ont été plus nombreuses cette année. 382 opérations ont été effectuées durant le premier trimestre de l’année 2012 contre seulement 82 en 2011. C’est surtout la perturbation de l’ordre public avec les atteintes aux personnes qui a été la plus répandue en 2011, avec 84 affaires contre 12 cette année. Justement les journalistes qui ont été reçus par le chef de Sûreté de wilaya, le commissaire principal Bouralia Mohamed, ont été conviés à assister à une de ces opérations.

sur un barrage mobile fixe. Ces barrages fixes et mobiles ont été intégrés dans l’opération pour fermer toutes les issues de la ville. Ils permettent également d’identifier tous les mouvements de véhicules, nous dit notre accompagnateur, le commissaire Hakim de la DGSN.

Rassurer la population
Dans ces lieux, les policiers ne tarderont pas à se mettre au travail. La zone d’activité qui y est située se vide après les heures de travail et devient un lieu de débauche avec la présence de deux locaux de vente de boissons alcoolisées. Des gens de toutes catégories et de tous âges y viennent pour s’adon- ner à la boisson et parfois même à la consommation de drogue. «Nous ne sommes pas là pour leur donner des leçons de morale mais pour appliquer la loi», déclare notre accompagnateur. Deux groupes qui étaient devant des tables de fortune sont embarqués. Ils sont nettement plus nombreux durant les weeks-end, nous apprend-on. De l’autre côté des lieux, se trouve la voie ferrée, également prisée par les consommateurs de drogue et de boissons alcoolisées. Les policiers courent dans tous les sens pour surprendre d’éventuels visiteurs. Mais personne dans les parages. Il faudra repasser un autre jour pour trouver du monde. A la cité des 400 logements située sur la route de Medan, cette fois, nous allons nous rendre compte des dégâts de cette tendance d’une partie de la jeunesse locale. Il fait nuit noire quand nous arrivons dans cette cité populaire. Les locaux fermés sont passés au peigne fin, à la recherche de produits, d’indices et d’éventuels occupants qui n’ont d’autre souci que de préparer des vols ou vendre des stupéfiants. Les habitants qui ont apprécié la venue des policiers, certains les embrassent même, ne manquent pas de se plaindre des agissements des malfaiteurs et dénoncent la recrudescence d’un autre fléau qui est la prostitution clandestine. Ils souhaitent une plus grande présence policière. Au village nord, habituellement infesté de bandes, c’est le calme plat. Ce qui n’empêche pas les policiers, qui connaissent les points de chute habituels des criminels, de faire un tour, histoire de marquer l’oc-

Occuper le terrain
Il était 6 heures dans la cour de la Sûreté de wilaya. Tout le monde était en tenue et armé bien sûr, mais surtout prêt pour la mission. Les officiers et policiers étaient disposés en groupes pour investir les dix points de la ville à couvrir. Mais personne ne savait à quels quartiers ils correspondaient pour assurer le secret de la sortie. Même durant le briefing auquel nous assistons, nous n’en saurons pas plus. Le chef de service de la police judiciaire qui commande l’opération insiste dans cette réunion sur la nécessité d’éviter les provocations et les contacts physiques pour gagner les citoyens. Vous devez veiller à respecter la loi et à honorer votre corps, a-t-il précisé. Le responsable qui a divisé les troupes en 2 parties pour assurer un contrôle direct des opérations a accordé beaucoup d’importance dans son intervention à l’occupation du terrain qui doit préoccuper les éléments et les officiers plus que les résultats chiffrés, selon lui. A la sortie sud de la ville, nous tombons

cupation du terrain cité quelques heures lus tôt par le chef de service de police judiciaire. C’est aussi le principal enseignement de l’opération, a déclaré ce dernier dans le briefing d’évaluation qu’il a présidé à notre retour. Cette présence qui a soulagé la population est le premier résultat de cette opération qui s’est déroulée sans incident, a-t-il également noté. Pour le bilan chiffré, il a annoncé que 197 personnes ont subi une vérification d’identité, que 148 véhicules ont été contrôlés, que 26 personnes qui étaient en état d’ivresse ont été arrêtées et qu’un individu qui était recherché pour 3 mandats d’arrêt a été coincé. Rappelons que 359 policiers et 25 véhicules ont été mobilisés pour cette opération.

2 nouvelles sûretés urbaines en projet
Le chef de Sûreté qui a assisté au briefing a noté pour sa part que l’opération s’est déroulée dans le respect de la loi et des droits de l’homme. Pour la présence policière réclamée par les citoyens, il a annoncé l’ouverture prochaine de deux sûretés urbaines dans la zone nord où est située justement la cité des 400 logements et à côté de l’hôpital

qui connaissent un mouvement important de la population. Il a insisté aussi sur l’importance de la mission de la presse, de la société civile, de l’école et des mosquées dans la lutte contre la criminalité. Le citoyen a un grand rôle à jouer également, a-t-il dit, avant de rappeler que les numéros verts, comme le 17 et le 1548, commencent à donner de bons résultats. Les gens qui se sont rendu compte de la disponibilité, du sérieux et de l’utilité de la police appellent pour signaler des abus et même des crimes, a-t-il conclu. Le lendemain, le groupe qui a assisté à des opérations similaires à Oran, Chlef et Mostaganem doit se rendre à Sétif puis à Constantine où une semaine d’information sur les activités de la Sûreté nationale est organisée. Le commissaire Hakim a précisé que cette invitation a pour objectif de renforcer les liens entre la police et la presse nationale a indiqué que le DG de la Sûreté nationale et avec lui tous les officiers et éléments de cette dernière considèrent  les journalistes comme des partenaires implacables dans la lutte contre la criminalité. Qui dit partenaire dit respect, collaboration et échanges. Cela a été le cas dans toutes les étapes de la visite. Cela l’est aussi au quotidien. Tant mieux pour le droit à l’information du citoyen. Fouad Daoud

Bientôt une unité aérienne de la Sûreté nationale dans l’est du pays
Une unité aérienne de la Sûreté nationale (UASN) sera «bientôt» mise en place dans l’est du pays, a indiqué hier à Constantine un officier de police en marge de journées «portes ouvertes» organisées au palais de la Culture Malek-Haddad. «Ce projet sera opérationnel dès que la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) aura tranché la question du lieu de son implantation, prévue soit à Constantine, soit à Sétif», a affirmé M. Abdelhamid Messaoudi, commis- saire de police et pilote d’hélicoptère. Cette unité disposera, à l’instar de celle d’Oran (également en phase de création), «d’une partie» des 14 hélicoptères, dont certains sont équipés de caméras de télésurveillance, relevant actuellement de l’Unité aérienne centrale de la Sûreté nationale à Alger, a ajouté le même officier. La future UASN de l’Est sera notamment appelée à assurer la protection des personnes et des biens, à surveiller et à réglementer le trafic routier, à effectuer les transferts des éléments d’intervention sur les lieux des opérations et à assurer des évacuations sanitaires, a expliqué M. Messaoudi aux visiteurs de ces journées «Portes ouvertes». De son côté, le commissaire divisionnaire, directeur du Laboratoire scientifique régional, a indiqué que la police scientifique effectuera prochainement, dès son installation, dans son nouveau siège prévu à la nouvelle ville Ali-Mendjeli, des expertises d’ADN pour les besoins de recherche et d’identification des délinquants. «Actuellement, ce genre de procédé d’expertise criminalistique d’appui aux enquêtes judiciaires s’effectue uniquement au niveau du Laboratoire central à Alger», a-t-il précisé. Des démonstrations de mouvements de self-défense et de combats de karaté, ainsi qu’une conférence sur la prévention et la lutte contre la drogue ont également marqué la cérémonie d’ouverture de ces portes ouvertes, présidée au nom du DGSN par l’inspecteur régional de la police de l’Est, le commissaire divisionnaire Mohamed Laifa.

Mardi 22 Mai 2012

10

Economie
M. BENBADA À SKIKDA

EL MOUDJAHID

“Nécessité de diffuser une culture de la consommation”
Le ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada, a insisté hier à Skikda sur la nécessité de diffuser une «culture de la consommation» chez les citoyens dont la protection en tant que consommateurs constitue une «préoccupation majeure» des pouvoirs publics.

P

résidant une rencontre nationale de sensibilisation sur le Guide du consommateur algérien, tenue au palais de la Culture et des arts de cette ville, le ministre a ajouté que la consommation en tant que «phénomène économique, social et environnemental» concerne tous les Algériens. M. Benbada a noté que le choix du thème de cette rencontre nationale «témoigne d’une volonté commune de parvenir à établir une communication constante» entre l’administration publique, les ménages et les opérateurs économiques (producteurs, distributeurs et consommateurs). La question de la protection du consommateur constitue une préoccupation majeure des pouvoirs publics d’où l’importance accordée par l’Etat à la «diffusion d’une culture de la consommation chez les citoyens», a-t-il indiqué, avant de présenter aux présidents des associations de consommateurs présents à la rencontre le Guide du consommateur algérien, un ouvrage de 240 pages réalisé par son département et qu’il a qualifié de «référence vitale», autant pour les associations que pour les opérateurs économiques. Premier du genre à être élaboré en Algérie, le guide contient des informations et des conseils à même d’aider le consommateur à «connaître ses droits, à prendre la bonne décision et à se protéger des commerçants avides de gain ra-

pide et manquant de scrupules», a affirmé le ministre, estimant que le document comprend également les «mesures à suivre» lors des achats et de la conclusion de marchés. «Le guide a été tiré à 100.000 exemplaires, un nombre insuffisant, certes, mais qui sera suivi par d’autres tirages», a ajouté M. Benbada, annonçant le prochain lancement à travers le pays, en coordination avec les associations de protection des consommateurs, de campagnes de sensibilisation contre les risques d’intoxication durant la période estivale, ainsi que la mise en place d’un réseau national d’alerte contre les risques d’intoxication et les cas d’infraction aux pratiques commerciales. Le ministre du Commerce a procédé, au cours de sa visite de travail dans la wilaya de Skikda, au lancement symbolique des travaux de construction d’un marché couvert des fruits et légumes, dans la commune d’El-Harrouch (30

km au Sud Skikda). Inscrit pour un montant de 39,27 millions de

dinars, ce marché sera livré au bout d’un délai de 18 mois, selon

les responsables locaux du secteur. M. Benbada a également visité le terrain réservé pour le siège d’une subdivision du commerce à Azzaba et la nouvelle laiterie de Hamrouch Hamoudi (commune de Hamadi-Krouma), ouverte durant le premier trimestre 2012 et employant 92 travailleurs, ainsi qu’une unité de la Société algérienne d’emballage plastique. Dans la commune de SalahBouchaour (25 km au sud de Skikda), il a inspecté le projet de réalisation d’un marché de gros, avant d’inaugurer, au centre de Skikda, le nouveau siège de la direction de wilaya du commerce et celui de l’Inspection de contrôle de la qualité et répression de la fraude aux frontières. Le ministre avait fait part, dans la matinée, du recrutement, à l’échelle du pays, de 7.000 nouveaux agents contrôleurs avant la fin du programme quinquennal 2010-2014.

Recrutement de 7.000 agents contrôleurs avant fin 2014

L

e ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada, a annoncé, hier à Skikda, que 7.000 nouveaux agents contrôleurs allaient être recrutés dans l’ensemble des wilaya du pays avant la fin du programme quinquennal 2010-2014. Le ministre qui présidait l’ouverture d’une rencontre nationale de sensibilisation consacrée au «Guide du consommateur algérien», organisée au palais de la Culture et des arts, a précisé que ces nouveaux agents s’ajouteront aux 3.600 contrôleurs en activité au sein des différentes directions du commerce du pays. Le renforcement des personnels chargés du contrôle vise à rassurer les citoyens quant à la détermination des pouvoirs publics d’éradiquer la commercialisation de produits alimentaires «d’origine et de qualité douteuses»,

même si, a-t-il ajouté, la «maîtrise des questions relatives à la consommation demeure ardue». M. Benbada a également souligné que cette mesure vise aussi à renforcer le contrôle de proximité, à un moment où le ministère du Commerce se préoccupe de plus en plus d’une meilleure protection des consommateurs. Le ministre a encore ajouté, dans le même contexte, que son département ministériel s’apprête à ouvrir 20 nouveaux laboratoires d’analyses et créera, «avant la fin du quinquennat en cours», un réseau de laboratoires à travers les 48 wilayas du pays. M. Benbada devait également, dans le cadre de sa visite d’inspection et de travail dans la wilaya de Skikda, inaugurer et lancer plusieurs structures relevant de son département.

ÉVALUATION DES RESSOURCES HALIEUTIQUES

UNION GÉNÉRALE DES ASSURANCES ARABES

Le bateau scientifique Belkacem Grine prochainement à Oran et Mostaganem

Ouverture de la 29e conférence à Marrakech

L

e bateau scientifique Belkacem Grine entamera, jeudi prochain à Oran et Mostaganem, une mission d’évaluation du potentiel halieutique dans cette bande littorale, a annoncé hier le directeur d’Oran du secteur. Cette opération sera supervisée par des experts algériens du Centre national de recherche et de développement dans le domaine de la pêche et de l’aquaculture de Bousmail (Tipasa), a souligné le même responsable en marge d’une rencontre de sensibilisation sur «l’importance du repos biologique dans la préservation des sources halieutiques», organisée à l’Institut technologique de pêche et d’aquaculture (ITPA) d’Oran. L’activité scientifique de ce navire a été lancée au début du mois de mai dans le cadre de la campagne nationale d’évaluation des res-

sources halieutiques de la côte algérienne, dans le but de les préserver pour un développement durable, selon la même source. A rappeler que le bateau Belkacem Grine avait effectué, en fin d’année dernière, une étude sur les poissons pélagiques au niveau des côtes du pays. Une première étude a été effectuée en 2002 par un bureau d’études espagnol, a-t-on rappelé. La rencontre sur le «repos biologique pour une exploitation rationnelle et durable des ressources halieutiques», à laquelle ont participé des professionnels du secteur, a été marquée par une série de communications scientifiques animées par des enseignants de l’ITPA d’Oran. A noter qu’elle est organisée à l’initiative de la direction et la Chambre de pêche de la wilaya.

L

a 29e conférence de l’Union générale des assurances arabes (UGAA) se tient depuis hier à Marrakech (335 km au sud de Rabat) autour du thème «L’assurance face aux mutations dans le monde arabe», ont annoncé les organisateurs. Cette conférence de trois jours sera l’occasion de renforcer et de développer de nouvelles voies aussi bien à travers des coopérations interarabes qu’au niveau des partenariats à nouer avec d’autres régions dans le monde, précise-t-on auprès du comité d’organisation. Le thème de la rencontre a été choisi, selon le comité, «dans la mesure où les marchés de l’assurance et de la réassurance sont considérés comme des acteurs stratégiques dans la couverture des populations et des économies des nations arabes». «Face à un contexte politique instable dans le monde, le secteur de l’assurance et de la réassurance doit faire preuve d’initiative et promouvoir sa capacité à accompagner le développement socioéconomique de la région», souligne-t-on. Le lever de rideau de cette manifestation internationale sera marqué par la tenue de l’assemblée générale de la GAIF du-

rant laquelle il sera procédé à la nomination du nouveau président de l’Union et à la tenue du Comité d’administration de la conférence. La deuxième journée sera consacrée à des débats autour de thèmes liés au marché de l’assurance et de la réassurance tandis que la troisième sera réservée à l’annonce des décisions et recommandations de la conférence et du choix du pays qui accueillera la prochaine rencontre de l’Union. Plusieurs sujets seront débattus lors de conférence, notamment «Les répercussions du printemps arabe et leur impact sur l’industrie de l’assurance arabe : défis et solutions» et «La gestion des risques par les sociétés d’assurance et de réassurance : état actuel et perspectives». La 28e conférence de l’UGAA s’était tenue du 17 au 19 mai 2011 à Amman (Jordanie) en présence de près de 1.600 professionnels opérant dans les secteurs de l’assurance et de la réassurance. La rencontre avait pour thème : «L’assurance arabe : économie sécurisée et développement global». La conférence avait exhorté les pays arabes à unifier leurs législations pour renforcer le marché régional.

Mardi 22 Mai 2012

EL MOUDJAHID

Economie
FILIÈRE LAIT
INFLATION

11

Dynamiser la production fourragère
La production laitière nationale ne pourra pas se développer sans l'augmentation de la production fourragère, un élément clé pour atteindre l'autosuffisance en lait et sur lequel l'Etat devrait mettre le paquet et trouver des mécanismes d'aides aux agriculteurs, estiment dimanche à Alger des spécialistes de cette filière.
our produire du lait, il faut d'abord produire des fourrages. Si l’on n'assure pas une bonne alimentation, saine et équilibrée au bétail, nous ne pourrons pas maîtriser les autres facteurs de production, tels que la santé animale", a indiqué le président du Conseil interprofessionnel du lait (CIL), M. Mahmoud Benchekor. Ce responsable s'exprimait en marge d'un symposium international sur la filière lait et process organisé en marge du 12e Salon international de l'élevage et de l'agroalimentaire (SIPSA-agrofood). Or, en Algérie, "nous avons un grand déficit en fourrages pour l'alimentation du cheptel, tout types confondus". Après avoir redynamisé la filière et créé une dynamique au sein des acteurs, l'interprofession engage désormais une réflexion sur l'identification des moyens et des techniques pouvant améliorer la production laitière, c'est "comment se rapprocher des besoins de la consommation nationale et atteindre, à terme, l'autosuffisance en lait", s'interroge M. Benchekor. "Le moment est venu de parler de rendement et de productivité", a-t-il ajouté. Pendant plus de 30 ans, l'Algérie importait des vaches laitières à haut potentiel génétique, qui produisent dans leurs pays plus de 6.000 litres de lait par lactation, alors que la moyenne nationale n'a jamais dépassé les 3.500 litres par lactation. "Si nous arrivons à régler ce problème (l'alimentation ndlr), tous les autres facteurs limitant pourraient être levés", note cet éleveur de la wilaya d'Oran. Pour lever cette contrainte, les pouvoirs publics devraient mettre à la disposition des agriculteurs des ressources hydriques nécessaires en mobilisant l'eau des barrages et celle issue du recyclage dont l'Algérie ambitionne de récupérer plus de 600 millions de m3 à l'horizon 2014. Le système de goutte-àgoutte est fortement recommandé pour économiser l'eau. Pour ce faire, l'Etat devrait accorder des aides "attractives" s'étalant sur une longue durée en vue de permettre l'ancrage des éleveurs professionnels et leur stabilisation dans la filière, recommande M. Benchekor. Le coût à l'hectare irrigué au goutteà-goutte est estimé à 60.000 DA,

L

Hausse à 6,4% du rythme annuel en avril e rythme d'inflation annuel en Algérie a accentué

"P

ce qui grèverait le coût à la production du kilogramme d'ensilage, alors que l'Etat donne 6.000 DA/ha de soutien aux cultures fourragères, "ce qui n'est pas suffisant", selon cet éleveur. Pour lui, 250.000 à 300.000 ha irrigués pourront produire suffisamment de fourrages pour nourrir 1,5 million de vaches laitières, ce qui donnera l'équivalent de 7 milliards de litres à raison de 6.000 litres par lacta-

tion par an. Les besoins de l'Algérie en produits laitiers sont évalués à 5 milliards de litres équivalent en lait par an, dont 1,6 milliard de litres de lait en liquide, produits actuellement à base de lait cru et de la poudre. L'intervention des pouvoirs publics pour soutenir la production fourragère "s'avère aujourd'hui nécessaire vu l'intérêt exprimé par quelques opérateurs sur le terrain", estime M. Benchekor.

"Le maïs fourrager et la luzerne sont les deux cultures clés qu'il faut développer et accompagner en Algérie", estime pour sa part M. Soukhal, expert et membre de la Fondation ''Filaha innov''. "Nous devons mettre le paquet sur ces cultures et trouver des mécanismes d'aide de l'Etat qui permettent de créer un système économique de production et de conservation des fourrages", a-til recommandé. Les experts intervenant lors de ce symposium ont beaucoup insisté sur l'alimentation, l'hygiène de l'élevage et la conduite tu troupeau. Mais, "s'il ne fallait retenir de ces trois éléments qu'une seule chose, l'alimentation", a indiqué le directeur général de Bretagne International, Marc Gillaux. Enfin, selon ces experts, l'état actuel des étables en Algérie "est loin de réunir les conditions pour des rendements dignes d'exploitations compétitives". Les professionnels recommandent à cet effet de revoir les mécanismes prévus par le dispositif d'aides à la réhabilitation et à la modernisation des étables.

Le partenariat «Algérie-Bretagne International» pourrait s'étaler sur 15 ans
Le partenariat entre le secteur de l'Agriculture algérien et l'association française Bretagne International pour le développement de la filière lait pourrait aller jusqu'à 15 ans et toucher toutes les régions laitières, a indiqué dimanche un responsable de ce groupe. Le projet, qui vise le développement et la modernisation de la filière lait, est devenu opérationnel depuis février 2012 avec la mise en place d'un programme de développement dénommé ''ALBAN'', touchant trois wilayas productrices : Blida, Relizane et Souk Ahras. "Le contrat s'étale sur trois ans, mais il faut 10 à 15 ans pour développer un tel projet. Le contrat est donc tacitement renouvelable", a indiqué à la presse le directeur de Bretagne International, M. Marc Gillaux, rappelant les déclarations du ministre de l'Agriculture et du Développement rural, M. Rachid Benaïssa. Le directeur de Bretagne International s'exprimait en marge d'un symposium international sur la filière lait, organisé dans le cadre du Salon international de l'Agriculture, de l'élevage et de l'agroalimentaire (SIPSA-agrofood) qui se tient du 19 au 22 mai au palais des Expositions à Alger. L'objectif de ce programme est d'accompagner techniquement plus de 300 éleveurs par wilaya, augmenter de 50% la production moyenne par vache et multiplier par trois leur nombre actuel par ferme, ainsi que l'augmentation de leur rendement en trois ans (2012-2014). Le programme ''ALBAN'' a pour objectifs d'accompagner 1.000 éleveurs algériens en trois ans dans les trois wilayas pilotes. Des actions prioritaires ont été identifiées, dont l'alimentation rationnelle des cheptels, la conduite des troupeaux laitiers, l'hygiène et la qualité du lait livré. L'extension de ce programme aux 22 bassins laitiers identifiés à l'échelle nationale dépendra des résultats que devra prouver le projet pendant ces trois années et des objectifs des parties prenantes, à savoir le ministère de l'Agriculture et l'Institut technique d’élevages (ITELV). ALBAN compte faire adhérer 1.000 éleveurs pendant la première phase du projet auquel Bretagne International apporte son expertise dans la filière lait à travers l'appui technique et la formation des formateurs, et constituer des groupes d'appui aux éleveurs (Galep). Pour l'Algérie, ce projet répond à plusieurs enjeux stratégiques dont la modernisation de la filière lait, la réduction des importations de poudre de lait, la création d'emplois. Pour Bretagne International, ce programme devrait créer des liens d'affaires avec les entreprises de cette région française (Bretagne) en leur ouvrant de nouveaux marchés. Le comité de pilotage de ce projet a été installé en mai 2011 en application du protocole d'accord signé en février de la même année à Alger entre l'ITELV et l'association Bretagne international, rappelle-t-on. Le projet coûtera près de 6 millions d'euros, dont 500 millions de DA seront mobilisés par la partie algérienne et 750.000 euros par la partie française.

sa hausse durant le mois d'avril dernier pour atteindre 6,4% contre 5,9% en mars, a appris lundi l'APS auprès de l'Office national des statistiques (ONS). Ce taux, qui était de 5,3% en février et 4,9% en janvier 2012, est "nettement" supérieur à celui observé durant toute l'année 2011 (4,5%), ainsi qu'à celui relevé en 2010 (3,9%). Cette tendance haussière, entamée dès le dernier mois de l'année écoulée, est due notamment à une "remarquable" hausse des prix à la consommation, soit 11% par rapport au même mois de l'année 2011, précise l'ONS. L'indice des prix à la consommation du mois d'avril dernier et par rapport au mois de mars a augmenté de 0,9%, soit une évolution mensuelle "plus importante" à celle relevée le même mois de l'année écoulée (0,1%). Corrigé des variations saisonnières, l'indice des prix à la consommation a enregistré en avril 2012 une hausse de 0,5% par rapport à mars dernier. En glissement annuel, les produits alimentaires ont augmenté de 15,86%, avec notamment 26,30% pour les produits agricoles frais et 7,1% pour les produits alimentaires industriels, explique l'ONS. Les produits manufacturés ont également augmenté de7,4% et les services de 5,84% en avril dernier par rapport à la même période de l'année écoulée, ajoute l'office. Par rapport au même mois de l'année dernière, la hausse a touché en avril dernier tous les produits alimentaires, mais les augmentations les plus importantes ont concerné les produits agricoles frais (26,30%), dont notamment la pomme de terre (116,39%), les légumes (23,97%) et les fruits frais (9,29%), relèvent les chiffres de l'ONS. Cette hausse a touché également d'autres produits alimentaires. Il s'agit notamment des viandes de mouton (28,14%), des œufs (15,42%), des sucres et produits sucrés (12,82%), poissons frais (8,44%), des huiles et graisses (4,87%), laits, fromage et dérivés (2,05%) et la viande blanche (1,3%), ajoute l'ONS. De son côté, l'indice des prix à la consommation a connu une hausse de 0,9 en avril 2012 par rapport au mois de mars 2012, en raison également d'une hausse généralisée des prix des produits agricoles frais qui ont augmenté de 1,52%, relève l'Office. Cette hausse des produits agricoles frais s'explique par la forte augmentation des prix de la pomme de terre (12,61%), les légumes frais (9,62%), selon les chiffres de l'ONS. Les produits alimentaires industriels ont connu aussi une légère hausse de près de 0,64% en raison essentiellement de l'augmentation des prix des sucres (0,24%) et des huiles et graisses (0,41%), ajoute l'organisme des statistiques. Durant les quatre premiers mois 2012, l'indice des prix à la consommation a connu une ''forte hausse" de 9,5% par rapport à la même période en 2011, en raison d'une hausse généralisée des prix des produits agricoles frais qui ont augmenté de 20,75%. Cette hausse des produits agricoles frais s'explique toujours par la forte augmentation des prix de la pomme de terre (64,50%), la viande de mouton (27,24%), des œufs (21,98%), les légumes frais (15,03%) et des fruits frais avec 5,27%, relève l'Office. Les produits alimentaires industriels ont aussi marqué une hausse de 6% en raison essentiellement de l'augmentation des prix des boissons (19,86%), du café et thé (7,8%), des sucres et produits sucrés (5,87%) et des huiles et graisses (3,87%), ajoute l'organisme des statistiques. Les prix des produits manufacturés ont également enregistré une hausse de 7,8% ainsi que ceux des services avec 4,87% durant les quatre premiers mois de 2012, selon l'office.

IMPORTATIONS DURANT LES 4 PREMIERS MOIS DE 2012

CLÔTURE DU SALON INTERNATIONAL DE L'ÉLEVAGE ET DU MACHINISME AGRICOLE «SIPSA-AGROFOOD»

Consolider les moyens de production

Baisse de 10,5% de la facture alimentaire de l'Algérie
La facture alimentaire de l'Algérie a enregistré une importante baisse de 10,51% durant les quatre premiers mois de 2012 par rapport à la même période de l'année dernière, a-t-on appris lundi auprès des Douanes algériennes. La facture des produits alimentaires, qui occupe la troisième position dans la structure des importations algériennes (19,1%), a diminué de 324 millions usd, passant de 3,08 milliards usd durant les quatre premiers mois de 2011 à 2,76 milliards usd, selon les chiffres du Centre national de l'informatique et des statistiques des Douanes (Cnis) obtenus par l'APS. Ce recul de la facture alimentaire est le résultat d'une baisse des différents produits importés, notamment le blé dont le montant est passé de 872,56 millions usd à 640,26 millions usd, soit une baisse de plus de 26,6%, note le Cnis. Les importations algériennes ont enregistré une baisse générale de 7,40%. Trois groupes de produits sur les sept qui constituent la structure ont enregistré des baisses : il s'agit des biens d'équipements industriels qui se sont établis à 4,35 mds usd (-25,83%), les biens d'équipements agricoles (98 millions usd -42,01%), les biens alimentaires (près de 2,76 millions usd, 10,51%) et les demi-produits (3,38 mds usd, 3,72%), indique la même source.

L

e manque des moyens modernes constitue un des facteurs ayant favorisé le recul de certaines activités agricoles en Algérie, ont affirmé les participants au Salon international de l’élevage, de l’agroalimentaire et de l’agroéquipement (SIPSA-Agrofood), qui a fermé hier ses portes. Les participants qui représentent les différentes filières du secteur, en particulier les spécialistes du lait, ont souligné que le travail dans des conditions défavorables ne leur permettent pas de développer leur activité. De l’avis de certains éleveurs de la wilaya de Souk Ahras, pour qui ont été expliquées les procédures de l’intégration dans le programme Alban, les conditions dans lesquelles ils travaillent actuellement ne leur permettront pas d’aller loin. Preuve étant que le rendement d’une vache par jour ne dépasse pas les 15 litres, alors que la hollandaise ou la française en produisent jusqu'à 30 litres/jour. Selon eux, «même s’il y a ceux qui ont des moyens,

ces derniers ne maîtrisent pas l’utilisation de ces moyens ultramodernes». Ce qui nécessite, selon eux, «l’organisation des rencontres de formation au profit des éleveurs». Mettant l’accent sur ce programme, ces derniers ont souligné que celui-ci est une occasion pour eux pour les formés et les accompagnés. Il est à souligner que le programme Alban entre dans le cadre de la coopération entre l’Institut technique des élevages (ITELV) et l’association Bretagne. Dans le cadre de la politique du renouveau agricole et rural, le ministre M. Rachid Benaïssa soutient, à travers ce partenariat, la redynamisation de l’élevage bovin laitier et sa structuration. S’agissant du point de vue de l’exposant étranger, la plupart estiment que le marché algérien est très intéressant, tout en exprimant leur souhait d’investir davantage dans notre pays. M. Levin, représentant d’une entreprise française spécialisée dans les pompes à lait, n’a pas manqué de qualifier

notre marché de «marché prometteur vu les aides de l’Etat», en indiquant que la présence des grands clients laitiers est une occasion pour nouer des contacts. Selon lui, «le gouvernement algérien a mis en place tous les moyens pour booster ce secteur en encourageant les jeunes à investir davantage dans l’agriculture». «Notre objectif actuellement est d’aider les agricultures algériens pour l’amélioration de la qualité de leurs produits», a-t-il ajouté. Il est à signaler que le Salon international de l'élevage, de l'agroalimentaire et de l'agroéquipement (SIPSA-Agrofood), qui constitue une importante opportunité offerte aux professionnels du secteur agricole, a vu la participation de près de 380 exposants nationaux et étrangers. La 12e édition du SIPSA-Agrofood a été placée sous le thème : «La valorisation de produits agricoles et d'élevage, un défi au bénéfice du consommateur». Makhlouf Ait Ziane

Mardi 22 Mai 2012

EL MOUDJAHID

Monde
ONU
SYRIE

15
Le nouveau Parlement tiendra jeudi sa première réunion
Le nouveau Parlement syrien issu des élections législatives du 7 mai, tiendra jeudi prochain sa première session, a rapporté hier l'agence de presse syrienne, Sana. Selon Sana, le président syrien Bachar al-Assad a signé un décret invitant le nouveau Parlement à «réunir sa première session le 24 mai». La chambre compte 250 élus. Selon la Commission électorale syrienne, le taux de participation lors des dernières législatives avait atteint 51,26%. Initialement prévues en septembre 2011, ces élections avaient été reportées au 7 mai en raison des réformes annoncées pour faire face à la contestation qui a éclaté mi-mars 2011. Parmi ces réformes, figure la nouvelle Constitution, adoptée en février par référendum, qui abolit la suprématie du parti Baas au pouvoir depuis un demi-siècle à Damas mais maintient de larges prérogatives pour le chef de l'Etat.

Appel à un sommet sur la piraterie maritime

L

e secrétaire général des Nations unies, M. Ban Kimoon, a appelé jeudi dernier les Etats membres du Comité consultatif permanent des Nations unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC) à soutenir, en collaboration avec l’Union africaine, l’organisation du Sommet des Etats du Golfe de Guinée sur la piraterie maritime. Dans un message lu à Bujumbura, la capitale du Burundi, lors de l’ouverture officielle de la 34e réunion ministérielle de l’UNSAC par M. Abou Moussa, son représentant spécial pour l’Afrique centrale, M. Ban Ki-moon a rappelé l’existence d’un mécanisme conjoint de lutte contre la piraterie maritime incluant l’adoption d’une stratégie sous-régionale, l’établissement de centres de coordination multinationaux ainsi que la création du Centre régional pour la sécurité maritime en Afrique centrale (CRESMAC) basé à Pointe-Noire au Congo. Les Etats membres ont déjà pris rendez-vous pour la 35e réunion, prévue à Brazzaville (Congo) du 3 au 7 décembre 2012

en même temps que le 20e anniversaire du Comité. Une réunion technique consacrée à la question de la sécurité en Afrique centrale aura lieu à Libreville le 1er juin 2012 et regroupera toutes les organisations régionales impliquées dans la lutte contre la piraterie maritime, notamment la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Commission du Golfe de Guinée (CGG). Outre la piraterie maritime, plusieurs autres sujets ont dominé les travaux des experts réunis à Bujumbura dans le cadre de la 34e réunion du Comité consultatif permanent des Nations unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC), dont lalutte contre les groupes armés, y compris l’Armée de résistance du Seigneur. Les onze Etats membres ont favorablement accueilli l’arrestation, la semaine dernière, en République centrafricaine, de Caesar Achellam Otto, l’un des commandants de la LRA. M. Koursi

ATTENTAT CONTRE L'ARMÉE AU YÉMEN

96 morts et près de 300 blessés
L'attentat qui a visé hier l'armée yéménite à Sanaa a coûté la vie à 96 soldats et blessé près de 300 autres, selon un nouveau bilan donné par des sources militaires confirmé par des sources médicales. Un précédent bilan avait fait état de 50 militaires tués. L'attaque s'est produite lorsqu'un kamikaze, portant l'uniforme militaire, s'est fait exploser au milieu des soldats qui préparaient sur la place Sabiine la parade devant marquer aujourd’hui le 22e anniversaire de l'unification du nord et du sud du Yémen. L'attentat intervient alors que l'armée est engagée depuis le 12 mai dans une vaste offensive contre Al-Qaïda, visant à reprendre des villes du sud du pays contrôlées par le réseau terroriste. L'offensive a fait jusqu'ici 213 morts dont 147 membres d'Al-Qaïda, selon les estimations.

NUCLÉAIRE

Discussions “franches” entre Amano et le chef du programme iranien

KENYA

L

e directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano et le chef du programme nucléaire iranien Fereydoun Abbassi Davani ont eu hier des discussions «franches» sur les relations entre l'AIEA et l'Iran, selon l'Organisation de l'énergie atomique iranienne. «Les questions existantes ont été évoquées de manière franche et des propositions ont été faites pour lever les ambiguïtés et développer la coopération» entre l'Iran et l'AIEA, selon un bref compte-rendu de cet entretien publié sur le site officiel de l'OEAI qui ne donne pas d'autre détail. M. Amano est arrivé hier à Téhéran pour une visite de quelques heures destinée à es-

sayer d'obtenir une coopération accrue des autorités iraniennes avec l'agence onusienne, chargée de surveiller le programme nucléaire iranien controversé dans

le cadre du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP). Le chef de l'AIEA, dont c'est la première visite en Iran depuis sa nomination fin 2009, devait éga-

lement rencontrer hier aprèsmidi le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi, ainsi que le négociateur de Téhéran pour le dossier nucléaire, Saïd Jalili. Les relations entre l'Iran et l'AIEA sont régulièrement émaillées de crises, l'agence dénonçant depuis des années un manque de coopération de Téhéran qui, selon elle, alimente les doutes sur une possible dimension militaire du programme nucléaire iranien. L'Iran de son côté affirme que ce programme est purement civil et qu'il respecte totalement ses engagements envers l'agence, accusée d'être manipulée par les Occidentaux qui soupçonnent Téhéran de chercher, malgré ses dénégations, à se doter de l'arme atomique.

4 militaires blessés par l'explosion d'une mine à Mandera
Une mine terrestre a explosé hier au passage d'une patrouille militaire kenyane dans la région de Mandera, frontalière de la Somalie, blessant quatre officiers, selon la police. «Quatre officiers ont été blessés, leur tank est passé sur une mine terrestre,» a précisé le chef de la police régionale, Leo Nyongesa, ajoutant qu'une équipe avait été déployée sur place pour enquêter sur l'incident. Le mois dernier, les insurgés somaliens shebab ont de nouveau menacé le Kenya de représailles pour venger l'envoi de troupes kenyanes en Somalie. Le Kenya a déployé son armée en octobre dans le Sud somalien, pour en chasser les shebab qu'il accuse d'attaques et d’enlèvements sur son sol. Depuis le début de son intervention en Somalie, le pays a été frappé par plusieurs attaques à la grenade et explosions de mines et engins explosifs improvisés, dans le nord du pays, mais aussi à Nairobi et Mombasa, importante ville côtière du pays. Les autorités kenyanes imputent régulièrement ces attaques aux insurgés shebab.

RÉCONCILIATION PALESTINIENNE

A J-1 DE LA PRÉSIDENTIELLE ÉGYPTIENNE

Fatah et Hamas concluent un nouvel accord au Caire

U

n accord entre le mouvement Hamas et le Fatah a été conclu dimanche au Caire sous médiation égyptienne pour faire avancer leur réconciliation, a indiqué M. Azzam Al Ahmad, député du Fatah. «Nous avons signé, Moussa Abou Marzouk pour le Hamas, et moimême, avec la partie égyptienne, un accord prévoyant que la Commission électorale centrale (CEC) commence ses travaux à Ghaza le 27 de ce mois et le lancement des consultations pour la formation d'un gouver-

nement d'indépendants». Selon un communiqué des services de renseignements égyptiens, «il a été convenu que la CEC commence ses travaux dans la bande de Ghaza et que débutent le même jour les consultations pour la formation d'un gouvernement dirigé par le président Mahmoud Abbas». Le Fatah et le Hamas, qui dirigent respectivement les zones de Cisjordanie et Ghaza, ont conclu le 27 avril 2011 au Caire un accord de «réconciliation nationale»,

dont la plupart des clauses sont restées lettre morte et les échéances constamment repoussées. Le président Abbas a pris acte de cet enlisement en nommant mercredi un nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre Salam Fayyad, reconduit à son poste, en Cisjordanie. MM. Abbas et Mechaal sont convenus le 6 février à Doha que le président palestinien dirige le gouvernement transitoire d'indépendants chargé d'organiser des élections, comme le prévoit l'accord de réconciliation.

La campagne entre dans une phase de «silence»
Les candidats à l'élection présidentielle égyptienne sont astreints depuis d’hier à suspendre leur campagne, deux jours avant l'ouverture du scrutin, conformément aux règles électorales. La douzaine de candidats en lice ne peut plus apparaître à la télévision, donner des entretiens à la presse ou mener une quelconque activité publique qui pourrait influencer les électeurs avant le premier tour, qui se tiendra demain et jeudi. Les candidats ont parcouru le pays en tous sens au cours des dernières semaines, multipliant les meetings, les débats et les entretiens dans la presse, dans un climat de concurrence politique impensable du temps du président Hosni Moubarak, contraint au départ par une révolte populaire en février 2011. Les principaux candidats sont l'ancien chef de la Ligue arabe Amr Moussa, le dernier Premier ministre de M. Moubarak Ahmad Chafiq, l'islamiste indépendant Abdel Moneim Aboul Foutouh et le candidat des Frères musulmans Mohammed Morsi. D'autres candidats ont également mené une campagne active mais avec beaucoup moins de moyens, comme le nationaliste arabe Hamdeen Sabbahi, l'islamiste Selim al-Awa ou le militant des droits sociaux Khaled Ali. Un second tour est prévu les16 et 17 juin au cas où aucun candidat n'obtiendrait la majorité absolue au premier. L'armée, qui dirige le pays depuis le départ de M. Moubarak, a promis de remettre le pouvoir aux civils avant la fin juin, une fois le nouveau président élu.

TRANSITION POLITIQUE AU MALI

La médiation quitte Bamako au lendemain d'accords

L

es médiateurs ouest-africains ont quitté hier Bamako affirmant avoir «accompli» leur mission, au lendemain de la conclusion d'accords politiques pour la transition au Mali, avec les auteurs du coup d'Etat du 22 mars et les autorités intérimaires maliennes. Les accords incluent l'octroi du statut d'ex-président au chef des putschistes et la prolongation du mandat du prési-

dent intérimaire. «Nous repartons, tous, avec le sentiment d'avoir accompli la mission» demandée par la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), a déclaré le ministre ivoirien de l'Intégration africaine, Adama Bictogo, cité par l'Agence France Presse (AFP). «Nous avons voulu modestement apporter une contribution pour la paix. Mais le mérite re-

vient d'abord aux Maliens euxmêmes. Le cadre de la transition est défini», a ajouté M. Bictogo, sans plus de détails. M. Bictogo séjournait depuis samedi à Bamako avec deux autres ministres ouest-africains, dont le chef de la diplomatie burkinabè Djibrill Bassolé qui a conduit les discussions avec les auteurs du coup d'Etat contre le régime d'Amadou Toumani Touré (ATT) et les autorités in-

térimaires maliennes. En vertu d'un accord conclu dimanche soir par toutes ces parties, le chef de l'ex-junte militaire, le capitaine Amadou Haya Sanogo, a obtenu le statut d'ex-président, avec tous les avantages dus à ce rang. Selon l'accord, la période de transition a été fixée à douze mois à compter de l'expiration du délai constitutionnel de 40 jours d'intérim, qui tombe aujourd’hui.

Mardi 22 Mai 2012

16

Société
COSMÉTIQUES

EL MOUDJAHID

HYPERTENSION DANS LE MONDE

Tout à 50 DA !
Ces derniers temps, de plus en plus de vendeurs à la sauvette se lancent dans le commerce de produits cosmétiques périmés.

Une personne sur trois en souffre, selon l’OMS

E

n effet, d’aucuns ont remarqué ces petites tables, dressées ici et là, au niveau des marchés, ou carrément étalées à même le sol, exposées, de surcroît, au soleil mais aussi aux manipulations de nuées de fem-mes, attirées par la vue parfois de produits de marque, bradés par ces commerçants. Des crèmes, des crayons, des vernis à ongles et bien d’autres produits font des clins d’œil à la gent féminine, dans chaque coin des marchés d’Alger qui se transforment, ces jours-ci, en véritables décharges pour produits de beauté, dans un état de dégradation avancé. Etran-ge paradoxe, l’emballage déchiré, sali, en somme dans un état lamentable n’empêche, pas pour autant, de nombreuses femmes à se les procurer, quitte à faire courir des risques multiples sur leur santé. Les dates de péremption de ces produits, pour celles qui ont le réflexe de vérifier, sont invisibles, quand elles ne sont pas carrément revues et corrigées minutieu- sement par des fraudeurs expérimentés. La vente de cosmétiques n’est plus ce qu’elle était naguère, où seuls des magasins spécialisés s’adonnaient à ce genre d’activité. Aujourd’hui, l’on assiste à une prolifération de commerces des produits de beauté présents même chez les épiceries du coin, les pharmacies

U
ainsi que les bureaux de tabac. Les cosmétiques se sont imposés dans notre vie de tous les jours et cette percée explique cet intérêt ou carrément le choix des vendeurs qui ont opté pour cette activité, même occasionnellement. Le constat est révélateur, et les consommatrices n’igno- rent pas les dangers qu’elles encourent mais ne peuvent pas s’en passer. L’anarchie qui règne dans le marché des cosmétiques en Algérie prend une ampleur de plus en plus alarmante, et à Alger, comme partout en Algérie, le marché des produits cosmétiques est quasi dominé par «le made in China ». Ce n’est donc pas étonnant de rencontrer au niveau des marchés et sur la voie publique, des jeunes qui proposent à la gent féminine une gamme variée de produits de beauté, à 50 dinars, faisant ainsi le bonheur des petites bourses lesquelles, à défaut de se payer des produits mondialement connu, se rabattent sur les produits imités ou même dont la validité et la qualité sont parfois plus que douteuses. Samia D.

FLORALIES D’ORAN

El-Bahia se parfume

L

e coup d’envoi de la cinquième édition de la fête des fleurs «Floralies d’Oran» a été don-né dimanche au jardin public à haï «Medina Jdida», avec la participation de plus de 100 professionnels en horticulture, pépinières et plantes, dans une atmosphère de fête parfumée. Cette manifestation, qui s'étale du 20 au 30 mai, permettra aux pépiniéristes, fleuristes, jardiniers, paysagistes et entreprises d’espaces verts de 14 wilayas d’exposer et commercialiser leurs produits et divers types de fleurs et plantes. Des dizaines de variétés de fleurs, de plantes saisonnières, d’hiver et d’été connues chez les passionnés de verdure sont exposées en plus de plusieurs nouvelles et rares espèces, à l’instar de «nid d'oiseau». Cette édition comprend également des stands pour exposer les services offerts par certaines entreprises d'entretien des espaces verts et la protection des plantes avec la pré-

sentation de plants d'arbustes ornementaux offerts par plus de 30 pépinières participant à ces floralies organisées par la wilaya d'Oran, en coordination avec la commune de cette ville, ont indiqué les organisateurs. Le visiteur trouve dans cette exposition, devenue traditionnelle depuis sa création en 2008, avec beaucoup de plaisir et de passion et à des prix raisonnables, des variétés de fleurs et peut en même temps se permettre des randonnées au jardin public, riche en variétés d'arbres rares. En marge des floralies, plusieurs activités culturelles, artistiques, des expositions de livres consacrés au monde des plantes sont programmées pour donner une saveur particulière à cet événement qui suscite un engouement aussi bien auprès des exposants que des visiteurs. APS

ne personne sur trois souffre d'hypertension dans le monde, une maladie responsable de près de la moitié des décès des suites d'une crise cardiaque ou d'un AVC (accident vasculaire céré- bral), selon les statistiques sanitaires mondiales 2012, publiées par l'OMS (Organisation mondiale de la santé). «Ce rapport est une nouvelle preuve de l'augmentation spectaculaire des affections qui déclenchent des cardiopathies et d'autres maladies chroniques, en particulier dans les pays à revenu faible ou inter- médiaire», a déclaré le Dr Margaret Chan, directeur général de l'OMS, en ajoutant que «dans certains pays africains, jusqu'à la moitié de la population adulte souffre d'hypertension». Le Canada et les Etats-Unis comptent les taux les moins élevés, soit seulement 20% d'hypertendus, alors que dans des pays pauvres comme le Niger, le taux frôle les 50%. L'augmentation de l'espérance de vie et des modifications dans le style de vie ont abouti à ce que les maladies chroniques, qui touchent traditionnellement les pays riches, affectent désormais aussi les pays à revenus moyens. «Nous avons réussi à réduire l'impact des maladies infectieuses, et la mortalité infantile est en baisse, cela signifie que plus de gens vivent jusqu'à un âge avancé, au cours duquel surviennent les maladies chroniques», a déclaré Colin Mathers, coordinateur auprès de l'OMS, au cours d'une conférence de presse. M. Mathers a aussi souligné que «l'obésité et le tabagisme étaient devenus des facteurs à risques de plus en plus importants dans les pays à revenus moyens.» L'excès de nourriture, les plats cuisinés industriels, l'excès de sel sont autant de facteurs à risques pour les maladies cardiovasculaires et le cancer, at-il ajouté. Dans de nombreux pays développés, comme l'Australie, où il y a eu beaucoup de maladies cardiaques dans les an-

nées 60 et 70, les gens sont diagnostiqués de manière précoce et reçoivent des traitements. Mais ces traitements ne sont généralement pas disponibles dans les pays africains, a ajouté M. Mahers. «Au Niger, 50,3% des hommes souffrent d'hypertension, au Malawi et au Mozambique, ces taux sont respectivement de 44,5% et 46,5%.» Pour la première fois, ces statistiques sanitaires mondiales donnent également des indications sur les personnes atteintes d'hyperglycémie (taux de sucre élevé dans le sang). «En moyenne, une personne sur 10 souffre de diabète, mais dans certaines îles du Pacifique, 30% des personnes sont touchées.» Non traité, le diabète peut entraîner des maladies cardio-vasculaires, la cécité ou une insuffisance rénale. Par ailleurs, les statistiques relèvent que l'obésité a énorment progressé dans toutes les régions du monde. Selon le Dr Ties Boerma, directeur du Département statistiques sanitaires et systèmes d'information à l'OMS, «aujourd'hui, un demi-milliard de personnes (12 % de la population mondiale) sont considérées comme obèses». Leur nombre a doublé entre 1980 et 2008. «Les taux d'obésité les plus élevés ont été relevés en Amérique, avec 26 % de la population adulte touchée, et les plus faibles en Asie du Sud-Est (3%)». «Les maladies non transmissibles sont actuellement responsables de près des deux tiers de la mortalité mondiale». L'Assemblée mondiale de la Santé, la réunion annuelle des ministres de la Santé des pays-membres, qui doit se tenir à Genève du 21 au 26 mai prochain, s'intéressera notamment aux maladies non transmissibles. Des travaux sont actuellement en cours pour élaborer un cadre mondial de suivi et un ensemble de cibles volontaires pour la lutte contre ces maladies. Source OMS.

JOURNÉE MONDIALE DE LA BIODIVERSITÉ

Opération nettoyage des fonds marins

D

ans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la biodiversité, la direction de la Pêche et des Ressources halieuthiques de la wilaya d’Alger et le club de plongée El-Mordjane organisent des journées de nettoyage des fonds marins des ports relevant de la wilaya d’Alger. Cette opération a ciblé le port de plaisance d’El-Djemila, ex-la Madrague , tandis que d’autres opérations similaires auront respectivement pour théâtre Raïs Hamidou et Sidi Fredj le mois de juin. La main coupable de l’homme ne cesse de provoquer des dégâts considérables sur les fonds marins. Et la biodiversité en subit forcément le contrecoup. Nonobstant l’autre coût et le prix que les générations futures devront payer d’une

manière ou d’une autre. C’est que la modernité et ses effets pervers n’ont pas fini de nous en faire voir de toutes les couleurs, le noir en particulier... L’activité portuaire par exemple génére moult déchets rejetés en mer sans crier gare par des pollueurs de tout poil. Et qui échappent souvent à tout contrôle, le phénomène ayant pris de l’ampleur et les moyens d’y faire face étant pour le moins insuffisants. Quant aux conséquences sur la faune marine, elles sautent tellement aux yeux qu’il est inutile de remuer le couteau dans la plaie. Sauf qu’il va falloir tout de même énoncer quelques cruelles évidences : ainsi, les déchets de plastique constituent l’essentiel des macro-déchets « 60 à 80%, selon les sites ». Ils sont composés

prinxcipalement d’emballages, bouteilles, tessons, canettes et autres matières indésirables. A cet effet les spécialistes n’omettent pas de relever que « la biodégradabilité de certains déchets est très longue». «600 ans pour les filets de pêche, 100 à 500 ans pour les sacs et bouteilles en plastique, 5 à 10 ans pour les huiles de vidange». Il faut savoir également que les bouteilles en verre ont «une période de biodégradabilité indéterminée». Comme on a tout le loisir de le constater, le tableau n’est guère réjouissant et la cote d’alerte plus qu’inquiétante. Dans tout cela que devient la pauvre faune marine ? Eh bien là aussi il n’y a vraiment pas de quoi pavoiser : cela va des oiseaux qui se prennent le bec dans les cercles de

plastique aux cachalots qui s’étouffent parce qu’ils confondent ces mêmes sacs en plastique avec leurs proies, notamment les méduses. Pendant que les oiseaux marins ne sont pas en reste puisqu’ils se blessent ou meurent même en traversant des amas de détritus. Autre facteur à l’origine du phénoméne de la biodégradabilité, le matériel de pêche abandonné qui provoque la détérioration inéluctable des barrières de corail. Des études scientifiques des plus crédibles ont montré que ces micro-déchets «bloquent les systèmes respiratoires et digestifs de certains organismes marins». Autant donc prendre des mesures draconiennes et penser surtout aux nouvelles générations... A. Zentar

Mardi 22 Mai 2012

EL MOUDJAHID

Culture

17

LE DOCUMENTAIRE MOUFDI ZAKARIA, LE POÈTE DE LA RÉVOLUTION, PROJETÉ AU CCA À PARIS

Hommage à un militant de la cause nationale
Un film documentaire, Moufdi Zakaria, le poète de la Révolution, du réalisateur Saïd Oulmi, a été projeté samedi dernier au Centre culturel algérien à Paris dans le cadre du cinquantenaire de l’indépendance nationale, en présence d’un public nombreux.

C

e documentaire de 72 mn revient sur les différentes étapes du parcours militant et révolutionnaire de ce grand homme de lettres et auteur de l’hymne national, Qassaman, et retrace longuement les conditions dans lesquelles a été composé et enregistré cet hymne. Le documentaire confronte, archives, articles de presse, correspondances et manuscrits du défunt, photos et témoignages inédits d’hommes politiques, d’historiens, algériens et maghrébins, ainsi que des membres de sa famille et d’anciens condamnés à mort qui ont côtoyé le poète durant ses nombreuses détentions par l’administration coloniale. Les qualités morales, l’âme révolutionnaire et la force de caractère de ce militant de la cause nationale, qui a passé plus de sept ans dans les geôles coloniales, ont été longuement dévoilées par les nombreux témoins cités par le documentaire et qui ont insisté sur la dimension humaine de celui que ses compagnons de lutte ont qualifié d’«homme libre». «C’est lui qui stimulait notre courage et nous rendait l’espoir lorsque nous étions désespérément au fond de nos cellules, par des mots simples, nous transmettant sa détermination pour continuer à nourrir l’espoir d’une Algérie libre et indépendante», ont témoigné ses compagnons de cellule, soulignant sa grande capacité de mobilisation. «Il avait le pouvoir d’ébranler nos consciences», ont-ils également ajouté à propos de ce poète,

«qui a passé sa vie à libérer sa patrie l’Algérie des chaînes de l’esclavage pour l’amener vers les lumières du savoir et d’une vie heureuse», en allusion aux propres mots de Moufdi Zakaria. «Par ce documentaire, je voulais rendre hommage à un grand poète et militant de la cause nationale, à une personnalité exceptionnelle qui a marqué de son empreinte le cours de la Révolution», a déclaré à l’APS, le réalisateur Saïd Oulmi. «Les gens ne connaissent Moudfi Zakaria qu’à travers l’hymne national, alors que son parcours révolutionnaire ne s’arrête pas là. Il a défendu la cause nationale par sa plume été et ses mots étaient aussi percutants que des balles», a-t-il ajouté. «Je voulais donc mieux faire connaître cette personnalité emblématique, dévoiler son riche parcours militant et contribuer même modestement à l’écriture de notre histoire nationale», a-t-il poursuivi. Ce travail documentaire a nécessité plus de deux ans de travail de recherche pour récupérer de précieux documents dont certains sont conservées par l’ENTV, alors que d’autres classés au Maroc et en Tunisie où le poète a séjourné, a confié M. Oulmi qui a déploré que de nombreuses archives n’aient pu être récupérées à ce jour. Moufdi Zakaria rejoignit les rangs du FLN en 1955 quelques mois après le déclenchement de la lute armée. Et c’est au cours de l’été 1955 qu’il composa l’hymne de la

Révolution algérienne Qassamen. Il ne tarda pas à être arrêté en 1956 par les forces coloniales et fut déplacé de 1956 à 1959 de la prison de Barberousse à celle de Maison Carré (El-Harrach) et à Barouaghia. Libéré en février 1959, il quitte clandestinement l’Algérie pour se réfugier au Maroc puis en Tunisie où il collabora jusqu’à l’indépendance, comme journaliste, à l’organe central du FLN, le journal El Moudjahid en langue arabe. Sa production littéraire a été particulièrement féconde durant cette période et ses nombreux poèmes ont été regroupés dans un recueil, Al Lahab Al Moukaddas. Après l’indépendance, il se consacre à la réalisation d’un rêve qui l’a toujours obsédé : l’unité du grand Maghreb. Il l’appela de tous ses vœux à travers ses poèmes et par la publication en 1965 d’un grand recueil des entreprises économiques des pays du Maghreb intitulé Annuaire du Grand Maghreb arabe, destiné à favoriser le partenariat entre les entrepreneurs économiques de la région. Ses différents séjours en Tunisie et au Maroc, et les poèmes qu’il leur a dédié, lui ont valu le titre de «Poète du Grand Maghreb». Mais ce fut sans conteste l’Algérie qui a été au cœur de ses préoccupations. Sa dernière œuvre fut en effet l’Iliade algérienne, un grand poème dédié en 1972 à l’Algérie. Cet hommage rendu à Moufdi Zakaria s'est achevé par une soirée de musique et chants du M'Zab.

DÉBAT SUR LE RÔLE DES INTELLECTUELS FRANÇAIS PENDANT LA GUERRE D’ALGÉRIE

Entre le discours radical des uns et les incertitudes des autres
Les positions ont commencé à se radicaliser lorsque des échos étaient parvenus en France mettant en cause la pratique de la torture par les services de renseignements, des informations qui faisaient réagir un certains nombre d’intellectuels français qui avaient pris part dans la métropole au combat libérateur du FLN.

U

ne brillante conférence à l’Institut culturel français d’Alger, animée par le directeur du centre d’histoire de sciences politique M. Jean-François Sirenelli, suivie d’une projection de films documentaires présentés par Mme Joëlle Olivier du service des archives audiovisuelles de l’INA ont consacré l’après-midi de jeudi dernier à l’examen de la mémoire historique française à travers les positionnements de bons nombres d’intellectuels durant la guerre d’Algérie. Un après-midi riche en interventions durant lequel le professeur Sirenelli qui a captivé l’attention de l’auditoire a commencé la première séance en se réjouissant d’être en présence du public algérien pour discourir à travers l’histoire culturelle française d’un thème aussi passionnant que captivant et toujours controversé. Un sujet que ce dernier a considéré immense par sa portée idéologique et politique s’agissant du rôle des intellectuels face au conflit ouvert engendré par le déclenchement de la lutte armée dans l’Algérie coloniale. «Ces intellectuels à un titre ou à un autre qui se sont saisis de ce conflit ont signé des pétitions d’un côté ou de l’autre, mais de surcroît il ya une deuxième raison qui rend ce sujet particulièrement important : c’est qu’ un certain nombre de ces intellectuels se sont engagés comme on dit dans le vocabulaire des intellectuels et ont été parfois marqués par cet engagement», dira-t-il au début de son intervention avant de donner la définition sociologique que recouvre le mot intellectuel : «C’est un homme, une femme qui contribue à la création ou à la diffusion de la culture. Un scientifique autant qu’un écrivain. Un cinéaste autant qu’un plasticien». Pour dégager l’essentiel de l’histoire de la guerre d’Algérie vue du côté français, une guerre effroyable et dure qui s’est étalée sur 8 ans (entre 1954 et 1962), l’orateur brossera d’abord le tableau de la généalogie de la problématique pour expliquer ce que sont

ces intellectuels et quelles sont les questions qui étaient les leurs au moment où commence la guerre. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, le conférencier parlera d’abord de l’histoire du mot intellectuel dans la longue tradition française qu’il a fait remonter à l’affaire Dreyfus en 1898. Une affaire qui a pris les allures d’une grande question d’Etat et où un écrivain comme Emile Zola s’était distingué par sa fameuse lettre insérée dans le quotidien l’Aurore intitulée J’accuse. Un article retentissant qui poussera les intellectuels français à s’engager publiquement dans cette affaire judiciaire qui avait été à l’origine de la parole des intellectuels dans un débat civique. «Par-delà cette intervention individuelle, dès le lendemain de la sortie de l’article, on va avoir une pétition d’intellectuels qui signeront un texte collectif pour soutenir

l’intervention de Zola. «Ces intellectuels s’engagent au nom de valeurs comme celle de vérité, de justice et de remise en liberté d’un homme. Ce sont des valeurs universalistes», explique l’intervenant qui n’oublie pas de mentionner qu’a l’issue de cette affaire, d’autres intellectuels opposés à ces derniers mettront en avant la défense de l’Armée puisque Dreyfus a été accusé de trahison. Ces intellectuels plutôt conservateurs et nationalistes étaient dans le camp de la droite. «L’affaire Dreyfus est considérée comme la scène primitive de l’entrée des intellectuels dans la vie politique française. Dans la généalogie que je suis en train de dessiner, il y a un tournant dans l’histoire des intellectuels, précisément au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Une grande partie des intellectuels de droite est profondé-

ment ébranlée. Leurs idées sont largement délégitimée, et ce sont les intellectuels de gauche qui auront la cote jusqu’aux années 1970», affirme l’intervenant. A la libération, un certain nombre d’entre eux vont proclamer le devoir d’engagement — une notion sur laquelle l’historien reviendra tout au long de sa conférence — et c’est Jean-Paul Sartre alors âgé de 40 ans qui va promouvoir ce concept parce que dans les années 1945, le monde est alors parcouru par deux ondes de choc qui sont les mouvements de décolonisation — la France étant le deuxième empire colonial du monde à cette époque et la question de la guerre froide va provoquer une fracture géopolitique du monde où il faut choisir son camp. L’appellation «guerre d’Algérie», qui a été tout récemment adoptée par les autorités

françaises vers la fin des années 1990, car jusqu’alors on préférait parler des événements d’Algérie sans mentionner explicitement qu’il s’agissait d’une guerre, rend très complexe pour l’historien cette recherche de la position des intellectuels qui va changer progressivement au cours des 8 années de guerre en fonction du changement des enjeux politiques. Un certains nombre de personnalités au moment du déclenchement de la guerre, y compris les républicains de gauche, prônaient l’alternative du statu quo en recourant parfois à l’utilisation de la force, convaincus de la mission civilisatrice de la France. Tandis qu’un intellectuel comme Sartre prendra, dès le début du conflit, le parti de l’indépendance pour des raisons idéologiques et politiques. Ainsi qu’un Raymond Aron, mais pour des raisons économiques et démographiques, il choisira la libération de l’Algérie alors qu’on sait que c’était un intellectuel de droite qui publiait des articles dans le Figaro et qu’il s’était intéressé à la question en publiant la Tragédie algérienne. Quant à Albert Camus, sa position ambigüe est celle d’un pied-noir d’Algérie et d’un écrivain et philosophe qui apparaît déchiré et écartelé par ce conflit. Pour notre conférencier, ce dernier ne se sentait pas solidaire des moyens entrepris par les combattants algériens alors que chacun sait qu’il avait été le premier intellectuel issu de la colonie à dénoncer la misère et la pauvreté dans certaines régions de Kabylie. Mais les positions ont commencé à se radicaliser lorsque des échos étaient parvenus en France mettant en cause la pratique de la torture par les services de renseignements, des informations qui faisaient réagir un certains nombre d’intellectuels français qui avaient pris part dans la métropole au combat libérateur du FLN à l’instar du procès des porteurs de valises avec le réseau Jeanson. Lynda Graba

Mardi 22 Mai 2012

18

BÉJAIA

Régions
Ikhervane et Rodha dans les communes de Chellata et Tazmalt ainsi que la réalisation, l’équipement et l’électrification de 1.000 ml de forage. Pour l’éducation, trois nouveaux lycées de type 800/200 sont retenus après la phase des études à Ighrem, Toudja et Sidi Boudrahem (Bejaia). Ce dernier site abritera la nouvelle ville de Bejaia qui comportera toutes les structures sociales, éducatives et sanitaires dont le nouveau centre hospitalo-universitaire (CHU) de Bejaia. Certes, la wilaya est confrontée au problème d’assiettes foncières, tous les terrains existants appartiennent à des privés et l’implantation des projets dans les différentes communes se transforme en un véritable parcours du combattant en plus du casse-tête des propriétaires privés qui refusent de céder leurs terrains malgré les opérations d’indemnisation. Le raccordement en gaz de ville des communes d’Aokas et Souk El Tenine et l’alimentation en eau potable de certaines localités dans la vallée de la Soummam sont bloqués par des oppositions des citoyens qui refusent le passage des canalisations sur leurs propriétés. Il va sans dire que ce programme ambitieux permettra de rattraper le retard qu’accuse la wilaya de Bejaia dans plusieurs secteurs d’activités particulièrement dans les infrastructures routières,les nouveaux projets devant contribuer à faciliter et densifier les liaisons avec les autres wilayas du pays. M. Laouer

EL MOUDJAHID

Un programme ambitieux pour la wilaya
Plus de 1.500 milliards de centimes sont mobilisés pour la réalisation d’une centaine de projets

GUELMA
PROGRAMME DE RENOUVEAU RURAL 

L

a wilaya de Bejaia a enregistré ces deux dernières années d’importants projets dans tous les secteurs d’activités. Les livraisons de ces projets réalisés en 2011, ont permis d’alléger le fardeau du déficit enregistré auparavant. Ainsi, dans le secteur de l’hydraulique, il a été réalisé deux forages à Bouhamza et Draa El Gaid, 4 réservoirs d’une capacité totale de 4.000 m3 à El Kseur et Seddouk, la réalisation de 800 ml de collecteur d’assainissement et l’aménagement d’oueds sur 850 ml soit un taux de raccordement en assainissement qui avoisine 81%. Pour l’alimentation en eau potable, dont le taux de raccordement a atteint 90 %, la wilaya a réalisé la pose de 60 km d’AEP dont 7,66 km de réhabilitation, le raccordement de trois communes à partir du barrage de Tichi Haff, à savoir Timezrit, Oued Ghir et Amalou, et la réalisation du réseau de distribution de Boulzazéne dans la commune de Melbou et Amridj à Toudja. Le secteur des énergies et des mines a également touché 6.025 foyers raccordés en gaz de ville pour 139,385 de réseau avec un taux qui demeure encore faible n’atteignant que 30 %, alors que l’électricité a permis le raccordement de 516 foyers sur 59,949 km de réseaux soit un taux de raccordement de 90 %. L’habitat n’est pas resté en marge, puisqu’il a été réalisé 405 logements locatifs, 487 logements participatifs, 1.685 logements ruraux, 24 logements d’astreinte, 83 logements promotionnels et 867 loge-

1.033 projets agricoles lancés

P

ments en auto-construction. Pour permettre à cette cadence de développement de progresser, la wilaya a dévoilé son plan pour l’année 2012. Un programme ambitieux qui touchera pratiquement tous les secteurs. Ainsi, 1.553 milliards de centimes représentent la cagnotte globale pour 98 projets inscrits. Le secteur des travaux publics se taille la part du lion avec la réhabilitation des infrastructures routières pour un montant de 785 milliards de centimes destinés aux travaux d’élargissement au niveau des gorges de kherrata, l’achèvement avec installation des équipements de sécurité des trois tunnels d’une longueur de 1.800 ml sur la RN43 reliant Melbou (Bejaia) à la

limite de la wilaya de Jijel ainsi que le dédoublement de la RN26 entre El Kseur et Sidi Aich sur 22 km et les travaux de réfection des routes nationales et des chemins de wilaya. Par ailleurs, la pénétrante vers Bejaia à partir de l’autoroute Est-Ouest, est au stade de l’étude, après la désignation d’un bureau d’études coréen, à laquelle s’ajoute également la réalisation d’un tunnel à Sidi Aich qui permettra l’évitement de cette ville. Pour le secteur de l’hydraulique, une enveloppe financière de 111 milliards de centimes a été retenue pour la réhabilitation et l’extension du réseau d’assainissement de la ville de Bejaia et de trois villages Elma,

as moins de 1.033 projets agricoles ont été retenus entre 2009 et 2011 à Guelma dans le cadre du programme de Renouveau rural, a-t-on appris dimanche de la direction des Services agricoles (DSA). Ces opérations mobilisent au total 729 millions de dinars du Fonds national de développement des investissements agricoles dont 60 % déjà dégagés, assure le responsable de la DSA, M. Laïd Aouadi. Plusieurs centaines d'emplois devront être générés par ces projets portant notamment sur la fourniture de 2.590 ruches, 100 vaches laitières, l'aménagement de cinq bâtiments d'élevage d'ovins et de volailles, la plantation de 53 hectares d'arbres fruitiers et l'acquisition d'équipements d'irrigation. Pour le DSA, la wilaya de Guelma dispose d'énormes potentialités dans les diverses filières agricoles dont la promotion devra contribuer au renforcement de la sécurité alimentaire du pays.

NAÂMA

13.000 quintaux de céréales attendus cette saison

CHLEF

TÉBESSA

Conférence nationale sur l’eau et l’énergie

L

es travaux d’une Conférence nationale sur l’eau et l’énergie se sont ouverts, lundi, à l’université Hassiba Ben Bouali de Chlef, en présence de nombreux chercheurs et experts algériens et étrangers dans ces deux domaines. Organisée conjointement par l’université de Chlef et l’Unité de développement des équipements solaires (UDES) de Tipasa, cette rencontre scientifique, animée par des experts Algériens, Allemands, Grecs, Italiens et par des représentants de la Banque mondiale, notamment, abordera plusieurs thèmes se rapportant notamment à l’interaction de l’eau et des énergies renouvelables en Algérie. Une réflexion sera notamment engagée sur la question de l’exploitation et de l’utilisation des énergies renouvelables pour le dessalement de l’eau de mer, ont indiqué les organisateurs, rappelant à ce propos, que l’Algérie dispose d’un important programme de réalisation de stations de dessalement le long du littoral.

ntale Promouvoir l’éducation environneme et l’éclosion de clubs verts

FORMATION DANS LE DOMAINE

DE L’ENVIRONNEMENT

U

U

ya rs d'animateurs des clubs verts de la wila ne session de formation des formateu maison de l’Environnement du chef-lieu la nde Tébessa s'est ouverte dimanche à e national des formations à l’Enviro de wilaya, à l’initiative du Conservatoirseignants chargés du programme pédaes et d’en nement (CNFE). Une trentaine de cadr ya participent à ce cycle de formation de cinq gogique environnemental dans la wila CNFE, dans le cadre d'une convention signée du jours, encadré par deux techniciens l'Environnement. servatoire et la direction de wilaya de diffusion de l'éducation environneentre le Con rencontre est de favoriser la L'objectif de cette lissements ation des clubs verts au sein des étab mentale en milieu scolaire et la multiplic direction de l'Environnement. Les participants à la scolaires de la wilaya, a-t-on indiqué sensibilisation théoriques et pratiques autour de la à cette rencontre suivront des cours i que sur la création et l'animation des clubs verts aux questions environnementales ains même source, ajoutant que cette formation s'insla et de leurs sorties sur le terrain, selon par le ministère de l'Aménagement e du programme d’action 2012 arrêté ent au nicrit dans le cadr clubs verts sont en activité actuellem du territoire et de l'environnement. 165 wilaya de Tébessa, qui constituent un support de la x et d’éduveau des établissements scolaires des élèves aux enjeux environnementau efficace en matière de sensibilisation de leur côté, des animateurs de clubs verts de la é cation à la citoyenneté, a-t-on estim direction de wilaya de l’Education qui a mis à la la et didacwilaya. Ces clubs sont soutenus par et des élèves le matériel pédagogique disposition des enseignants-animateursce, au titre du programme national de renforceet tique nécessaire pour leurs activités en milieu scolaire. ment de l’éducation environnementale qui possède deux maisons de l’environnement Tébessa est la seule wilaya du pays de wilaya et l’autre à Bir El-Ater. dont l’une est implantée au chef lieu

SKIKD

A

EFFONDREMENT D’UN VIEIL IMMEUBLE 

Un mort et 9 blessés
dans la vieille ville de Skikda et datant de l'époque coloniale s'est effondrée aux environs de 20 heures. Les services de la sûreté de wilaya ont ouvert une enquête pour déterminer avec précision l’origine de cet effondrement qui aurait été provoqué, selon les premiers éléments d’information, par des travaux de terrassements effectués dans un terrain mitoyen de la bâtisse en question et qui auraient, selon toute vraisemblance, affecté la stabilité du sol au niveau de l’ensemble du site. Alertés, les éléments de la Protection civile se sont aussitôt dirigés sur les lieux de l’accident où ils ont entrepris des fouilles pour retirer les victimes des décombres. Le wali de Skikda, Mohamed Bouderbali, s’est rendu sur les lieux pour superviser les opérations de secours et prendre en charge la famille sinistrée. De nombreuses habitations du centreville de Skikda menacent ruine. Une récente expertise ciblant 2.000 immeubles dont la construction remonte à l’époque coloniale a été réalisée par les services du CTC (Organisme de contrôle technique des constructions). Le ministère de l’Habitat a déjà débloqué une première enveloppe de 1,5 milliard de dinars qui va permettre de prendre en charge la réhabilitation d’une partie du tissu urbain ancien de la rue Didouche Mourad et du quartier « Napolitain » en attendant de lancer des opérations de réhabilitation des constructions situées dans d’autres quartiers de la ville de Skikda.

L’

effondrement samedi soir à Skikda d'un vieil immeuble a causé le décès d’une personne et a fait neuf blessés, selon un nouveau bilan fourni dimanche par la Protection civile. Le corps de la victime, une jeune femme de 20 ans, a été transporté à la morgue de l’hôpital de Skikda tandis que les blessés, âgés entre 15 et 75 ans, souffrent de différentes fractures et blessures, a précisé la même source. Une vieille bâtisse de trois étages faisant office d’habitation

ne récolte de 13.700 quintaux de céréales est attendue au terme de la campagne de moissons-battages qui doit débuter à la fin du mois de mai en cours, a-t-on appris auprès de la direction des Services agricoles (DSA) de la wilaya. Cette campagne devra toucher une surface emblavée de 1.522 hectares, dont près de 1.200 ha ensemencés d’orge et d’avoine et une autre de 260 ha de blé dur, a précisé la DSA. Le chef du service d’organisation et de soutien technique à la DSA attribue cette bonne prévision de récolte céréalière aux conditions climatiques favorables de cette année et aux efforts de la DSA qui a pris, en coordination avec les céréaliculteurs et les éleveurs, toutes les mesures nécessaires pour la réussite de la campagne de labours-semailles. La DSA a initié en direction des agriculteurs des rencontres de sensibilisation et de vulgarisation, en plus de la mise à leur disposition par la Coopérative des céréales et légumes secs (CCLS) de Mécheria de facteurs de production nécessaires, dont les semences et intrants agricoles, en quantités suffisantes. Cette saison a été marquée aussi par le lancement d’une opération de mise en valeur de 52 ha qui seront mis à la disposition des jeunes de la région, a indiqué la DSA en ajoutant que le programme de mise en valeur par la concession, prévu sur près de 60 ha à travers différentes communes de la wilaya, devra générer de nouveaux emplois directs et indirects. L’opération, devant permettre la création de six nouvelles exploitations agricoles, équipées en moyens de production nécessaires, dont des systèmes d’irrigation de goutte-à-goutte et sous-pivots, devra encourager la fixation des bénéficiaires dans leurs régions respectives. Lancé depuis une dizaine d’années, le programme de mise en valeur agricole par la concession a donné lieu à la valorisation de 485 ha parmi lesquels 380 ha ont été consacrés à l’arboriculture fruitière, notamment le palmier, l’olivier et l’abricotier, a indiqué la DSA.

Mardi 22 Mai 2012

24

ction Séle

Télévision

EL MOUDJAHID

19h35

The Pledge
Réalisateur : Sean Penn. Avec : Jack Nicholson (Detective Jerry Black), Robin Wright Penn (Lori), Aaron Eckhart (Stan Krolak), Sam Shepard (Eric Pollack), Benicio Del Toro (Toby Jay Wadenah).
Enquêteur chevronné de la police de Reno (Nevada), Jerry Black s'apprête à prendre une retraite solitaire. Lors de la fête d'adieu que lui offre le service, il obtient d'accompagner son jeune collègue, Stan, sur la scène d'un meurtre : une fillette de 7 ans découverte dans la montagne enneigée. Jerry jure devant la mère effondrée qu'il retrouvera le meurtrier. La nuit même, un suspect est arrêté, un Indien demeuré qui bégaye ce qui ressemble à des aveux, puis se donne la mort. L'affaire est classée, mais Jerry a l'intime conviction que le meurtrier court toujours.

Programme d’aujourd’hui
Canal Algérie
12h00 : Journal en français+météo 12h20 : Sirate el hob (13) 14h25 : Rahalat bahria (04) 15h05 : Une femme en blanc (5+ 6 partie) 16h35 : Heidi (20) 17h00 : Qaher el bihar (36) 17h30 : Nadi el fouroussia (24) 18h00 : Journal en tamazight 18h25 : Mawid maa el qadar (01) 19h00 : Journal en français+météo 19h30 : Vestiges et patrimoine 20h00 : Journal en arabe 21h00 : Sarkhat e'naouaris 22h00 : Expression livre 23h00 : Festival de la musique hawzi 00h00 : Journal en arabe

TV5
11:05 Les Belges du bout du monde : Benjamin Schmoker, directeur commercial Nord USA du groupe Umicore 11:30 Prozac - La maladie du bonheur 12:00 Coquelicot & Canapé : La maison Botta 12:30 Le journal de la RTBF 13:00 Mots croisés 14:35 Géopolitis : Le succès du luxe : un marché sans crise ? 15:00 TV5 monde, le journal 15:25 Questions pour un champion 16:00 Belmondo : il était une fois le beau monde 17:00 TV5 monde, le journal 17:40 Petits déballages entre amis : L'enterrement 18:05 L'épicerie 18:30 Tout le monde veut prendre sa place 19:30 Le journal de France 2 20:00 L'amour fraternel 21:40 TV5 monde, le journal 22:25 Une heure sur terre 23:15 TV5 monde, le journal Afrique 23:35 Mots croisés 01:05 Géopolitis : Le succès du luxe : un marché sans crise ? 01:25 D'est en Ouest : Le Québec 02:00 TV5 monde, le journal

TF1
11:55 L'affiche du jour 12:00 Journal 12:40 Petits plats en équilibre 12:55 Les feux de l'amour 13:55 Secrets inavouables 15:35 Grey's Anatomy : Question de karma 16:25 Grey's Anatomy : La voie de la guérison 17:20 Une famille en or 18:05 Money Drop 19:00 Journal 19:30 Mon assiette santé 19:50 Dr House : Enfreindre les règles 20:35 Dr House : La mécanique de l'espoir 21:25 Dr House : Ecorchés vifs 22:20 Appels d'urgence : Au coeur de Pigalle, le quartier le plus chaud de Paris 23:45 Reportages 03:30 Musique

ARTE
11:20 Toutes les télés du monde : La télévision des Bengalis 11:50 Arte Journal 12:00 X:enius : Les secrets de la guitare 12:30 La face sauvage de la planète 13:10 Ciao bambino 13:35 Les vivants et les morts : La trahison 14:30 Les vivants et les morts : L'impossible 15:20 Restons en bons thermes ! : Vichy, la reine des villes d'eaux 16:05 Food Design 16:50 Les villages de France : Bonneval-sur-Arc 17:15 X:enius : Quelles sont les conséquences des éruptions solaires ? 18:30 Arte Cannes 18:45 Arte Journal 19:05 28 minutes 19:35 The Pledge 21:35 Les hommes du fer : La crainte et le respect 22:25 Les hommes du fer : Vers un nouveau monde 23:20 Le dessous des cartes : La cartographie des abysses : l'exploitation 23:35 Yourope 00:15 Indochine

D House : ENFREINDRE LES RÈGLES
Réalisateur : Tim Southman. Avec : Hugh Laurie (Dr. Gregory House), Omar Epps (Dr. Eric Foreman), Robert Sean Leonard (Dr. James Wilson), Jesse Spencer (Dr. Robert Chase), Lisa Edelstein (Dr. Lisa Cuddy).
Masters doit quitter l'équipe du docteur House pour faire son internat. Désireux de la garder, il lui propose d'être interne dans son service. Elle accepte, mais ne peut se résoudre à enfreindre les règles comme il le lui demande. Elle part donc en chirurgie tout en continuant malgré tout à travailler sur le cas qui occupe House : une très jeune navigatrice qui doit bientôt partir faire le tour du monde en solitaire. Masters finit par diagnostiquer un cancer qui nécessite une amputation du bras de toute urgence.

r

FRANCE 2
12:00 Journal 12:55 Teaser Euromillions 13:00 Toute une histoire 14:10 Comment ça va bien ! 15:10 Le jour où tout a basculé 16:05 Championnats d'Europe 17:50 N'oubliez pas les paroles 18:45 Mon rêve, ma médaille 19:00 Journal 19:35 Le Dindon 22:06 Marilyn, dernières séances 23:41 L'actrice et le danseur 00:31 Cinema Paradiso 02:35 24 heures d'info 02:50 Envoyé spécial, la suite 03:30 Grandeurs nature : Le chien et l'enfant 04:20 24 heures d'info

0 19h5

FRANCE 3
11:25 Journal national 12:00 Objectif Londres 13:05 Inspecteur Derrick : Une longue journée 14:10 Maigret : Maigret en Finlande 15:40 Culturebox 15:45 Slam 16:30 Des chiffres et des lettres 17:10 Questions pour un champion 18:30 Journal national 19:00 Tout le sport 19:10 Plus belle la vie 19:35 Lili David 21:20 Soir 3 21:45 Ce soir (ou jamais !) 23:50 Votre télé et vous 00:15 Thalassa : En direct de Sainte-Maxime 02:30 Soir 3 03:25 Les matinales 03:55 Questions pour un champion

CANAL +
09:00 Le môme Tintouin 09:10 Une séparation 11:20 La nouvelle édition 13:00 Desperate Housewives : La vérité si elle ment 13:40 Desperate Housewives : Vertige de l'amour 14:25 Nurse Jackie : C'est reparti pour un tour 14:50 Nurse Jackie : La corde pour se pendre 15:20 Action discrète 15:30 Black Swan 17:15 Les Simpson : Les baguettes magiques 17:45 Le JT 18:10 Le grand journal 19:10 Le petit journal 19:30 Le grand journal, la suite 19:55 Le gamin au vélo 21:20 My Little Princess

Cauchemar en cuisine : STIRING WENDEL
19h50
C'est l'histoire d'un restaurant spécialisé en grillades situé à Stiring Wendel, en Moselle, non loin de la frontière allemande. Joël est un patron autoritaire qui fait régner une pression terrible sur tout son personnel. Ancien vendeur de voitures, il a investi toutes ses économies pour reprendre l'établissement par amour pour Violette, la gérante qui s'occupe de la salle. Mais aujourd'hui, rien ne va plus : les produits sont congelés plusieurs fois, absence de grill en cuisine et le service est déplorable. Joël se sent obligé de faire le boulot à la place des autres et personne ne s'investit.

FRANCE 5
11:00 Zouzous 12:40 Le magazine de la santé 13:35 Allô, docteurs 14:07 La minute des aidants 14:10 Echo et les éléphants d'Amboseli : Duel au soleil 14:35 Touentou, fille du feu 15:35 Vu sur Terre : Costa Rica 16:30 C à dire ?! 16:45 C dans l'air 18:00 C à vous 19:00 Entrée libre 19:35 Enquête de santé : Un psy pour quoi faire ? 20:30 De mal en psy 21:20 C dans l'air 22:30 Jean-Michel Jarre, paroles et musique 23:20 L'instit Zoreille et ses marmailles 00:15 Superscience : Atmosphère 01:05 Le crocodile roi du Billabong 02:00 La nuit France 5 04:30 C dans l'air

M6
10:45 Desperate Housewives : Le bonheur auquel chacun aspire 11:45 Le 12 45 12:00 Scènes de ménages 12:45 Bobby : seul contre tous 14:40 Un homme à ses côtés 17:45 100 % mag 18:45 Le 19 45 19:05 Scènes de ménages 19:50 Cauchemar en cuisine : Stiring Wendel 21:15 Cauchemar en cuisine : Lyon 22:50 Cauchemar en cuisine : Port Grimaud 00:40 Les Bleus : premiers pas dans la police : Sur la touche 01:30 Les Bleus : premiers pas dans la police : Une affaire de famille 02:25 M6 Music

Le gamin au vélo
Réalisateur : Luc Dardenne, Jean-Pierre Dardenne. Avec : Cécile de France (Samantha), Thomas Doret (Cyril), Jérémie Rénier (Guy Catoul), Fabrizio Rongione (le libraire), Olivier Gourmet (le patron du bar).
Cyril, bientôt 12 ans, n'a qu'une idée en tête : retrouver son père qui l'a placé provisoirement dans un foyer pour enfants. Il rencontre par hasard Samantha, qui tient un salon de coiffure et qui accepte de l'accueillir chez elle pendant les week-ends. Mais Cyril ne voit pas encore l'amour que Samantha lui porte, cet amour dont il a pourtant besoin pour apaiser sa colère.

19h55

Mardi 22 Mai 2012

EL MOUDJAHID

Détente
Mots FLECHES
Nº 3190
8 9 10
CONTER OFFICE DES POSTES PERSONNELS RIDÉE FAIRE DES MIES PETITE PELLE

25

Page animée par Mourad Bouchemla

Mots CROISES
Nº 3190
1
I II III IV V VI VII VII I IX X
TITRE TURC OPERATION BANCAIRE HABITUDE NÉFASTE

2

3

4

5

6

7

LAME MÉTALLIQUE RICHESSES INFLAMMATION CONDITION TOUT

Définitions
HORIZONTALEMENT

CIGARRE POSSESSIF SE DÉPLAÇANT PERROQUET NOTE SE RESSERVIR COURBE PRENDRE UNE DÉCISION VRAI PATRIMOINE POSSÈDENT RACONTER VIEILLE AFFIRMATION APPELLE LA BICHE FIN DE VERBE REGISTRE FINANCIER RETENTIR DANS LISIÈRE POISSON SURSAUTER ISSUE

I- Opérer un lien - Démonstratif. II- Arbre des lieux humides - Déshonoré. III- En bas - Impôt sur le sel. IV- Pays - Une épée. V- Direction - Vieux bison. VI- Elimine les concurrents. VII- Produits par un végétal. VIII- Une roche - Période des amours. IX- A trouver dans un rébus - En rade Ça. X- Assombrir.
VERTICALEMENT

1- Prophète - Condiment. 2- Molotonner - Fils arabe. 3 Dans la foule - Parfume. 4 Pays. 5 Oiseau bigarré - A voir en grand ou en petit. 6 Corps gras. 7 Réfélchi - Forme de rire - En cube. 8 Boucher les issues. 9 Pas lui - Qui broie. 10 Petite quantité

- Brille en Amérique.

SOLUTION DES MOTS CROISES 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
1 2 3 4 5 6 7 8 9
N O U A G E L C E T
A U L N E

S A L I

B A

G A B E L L E F E R
U R E S S

I T A L I E
S E N E

Grille
3. Dilatoire 6. Anevrisme 11. Dilettante 12. Faisandage 13. Patrimoine 14. Trichinose 16. Modération 17. Groupement 18. Corbil ard 19. Perplexité 21. Lampiste 26. Cordonnet 28. Infumable 31. Chaisier 32. Dépeupler 33. Matathèse 34. Thésophe 35. Guirlande 36. Emboîture 37. Ennéagone 38. Chourave 39. Dessèche 40. Broquette 41. Promenade 42. Contrefeu 43 Cafardage 7. El-Bayadh 8. Alimente 9. Habitacle 10. Démocrate

Nº 3190
15. Flanchet 20. Agitation 22. Greandine 23. Fiscalité 24. Décharner 25. Adulation 27. Deux-temps 29. Mail oche 30. Avant-cale 1. Sarriette 2. Rapproche 4. Piail ard 5. Cassoulet
T E R I O T A L I D T E N N O D R O C N E D E H D I L E T T A N T E D T E C B U T R L A F A I S A N D A G E E H M H R E T A B B P A T R I M O I N E P E B O O F E L A I T R I C H I N O S E E O O U Q E

Mot CACHÉ
I L Y T N A G F D A D M A C U S I R U R R I A A F G R I E D E A V C P O T A E T R A D C L I E S C U U I A H L P U V T N A I H L A T N C H L X L N A E H R E T O S P C E N A A A A A T L T I R E E E E C E T H D C T D L R T E O C S M G E N P E H E A E H I I I N I M C A I E U N D R G C L L M E O N T E O P H L E T I N E O A O U I O T N E E R N S E E R A R E S M D R O M C I L A M P I S T E I T L A S E R P S E R M O D E R A T I O N H A G E N A P S N A G R O U P E M E N T E N O C A F A A T T C O R B I L L A R D S D N H D A R C E E P E R P L E X I T E E E E E E C E E M S I R V E N A E L B A M U F N I E

C R I T E R I U M E A S E C R E T E S
P I E R R E R B
R U T

R A N C E L A

10 E N T E N E B R E R

SOLUTION DES MOTS FLECHES 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
1 2 3 4 5 6 7 8

N A R R E R P T T E M I E R A G E E R A M A S S E T T E A G I O C O R S N I N A S O M N I
S A M I G R A N T E R E E L A U

N A R R E R O N T O R E E 9 I R E N 10 E C H E A N C I E R

SOUS LA RESPONSABILITE D’UN INGENIEUR

SOLUTION PRÉCÉDENTE : TARIFICATION

Mardi 22 Mai 2012

EL MOUDJAHID

Sports
FOOTBALL/EQUIPE NATIONALE :
joueurs convoqués pour prendre part aux matches officiels. Comme attendu, plusieurs joueurs ne seront pas présents. D’ailleurs, le stage, qui avait débuté, hier, au Centre technique national de Sidi-Moussa avec des entraînements à Blida, a été caractérisé par la présence seulement de 20 joueurs qui sont : Doukha, Cédric, Hachoud, Benmoussa, Cadamuro, Bougherra, Lemmouchia, Guedioura, Feghouli, Belkalem, Mesbah, Lacen, Djabou, Tedjar, Chalali, Bouazza, Slimani, Aoudia, Soudani. Certes, il y a du monde, mais malheureusement encore beaucoup d’absents. On peut citer les joueurs algériens opérant dans le championnat français et qui s’est achevé dimanche soir avec le déroulement de la 38e et dernière journée avec la consécration de Montpellier du président Louis Nicollin comme champion de France. Dans le volet des relégables, Caen, Dijon et Auxerre ont fait le grand « plongeon ». Par conséquent, Boudebouz (Sochaux), Kadir (Valenciennes) et Mostépha et Carl Medjani (Ajaccio) ont réussi ainsi à assurer leur maintien. Dans la foulée, les joueurs algériens évoluant dans ces

29

Début du troisième et dernier stage
H
alilhodzic est son groupe sont rentrés depuis, hier, dans le vif du sujet, avec le début du troisième et dernier stage qui sera très chargé pour nos capés. Car, les poulains d’Halilhodzic auront à jouer trois matches officiels durant le mois de juin rentrant dans la cadre des éliminatoires du 2e tour du Mondial 2014 prévu au Brésil, ainsi que le match retour contre la Gambie des éliminatoires de la CAN 2013, prévue en Afrique du Sud. Avant cela, les Verts devront jouer un match amical contre l’équipe du Niger, ce samedi 26 mai, un ensemble pas facile à manier, drivé par le Français Courbis. Ce troisième stage sera certainement le plus long, puisqu’il ne s’achèvera que le 16 juin prochain. Les deux stages, qui ont eu lieu dans l’ordre en France (Lisses) le 7 mai dernier avec seulement 2 joueurs (Bouazza et Guedioura) et le deuxième à Bouchaoui du 13 au 19 mai avec neuf joueurs ont été très bénéfiques selon le sélectionneur national même si certains n’ont pas manqué de faire quelques critiques à cause du nombre de joueurs présents. Normalement, cet ultime stage aura lieu avec tous les Mesbah occuperont dès le début du match les flancs de la défense algérienne. Toutefois, avec la présence des joueurs du championnat espagnol comme Feghouli, Lacen, on peut dire qu’ils pourront donner de sérieuses solutions à Halilhodzic en vue de faire un bon résultat face à cette équipe nigérienne. Il ne faut pas qu’on oublie qu’Halilhodzic a demandé à ses poulains de gagner cette rencontre pour rester dans l’euphorie de la gagne et aussi pour améliorer notre Ranking FIFA où l’on occupe actuellement la 38e place. En attaque, Halilhodzic dispose de quelques solutions assez intéressantes avec Slimani, Aoudia, et surtout le joueur algérien qui évolue dans le championnat portugais, Hilal Soudani. En l’absence de Mbolhi et aussi de Chaouchi qui a été libéré du stage pour blessure, c’est le Harrachi Doukha Azzedine qui sera aligné face au Niger. Il est certain que le coach national n’aura pas assez de temps pour préparer ses prochains matches du fait qu’ils sont très rapprochés les uns des autres. En effet, après le match amical contre le Niger ce 26 mai, il n’aura devant lui que cinq jours pour préparer le match officiel contre le Rwanda, le 2 juin, 20h30, à Blida. Tout doit être bien organisé comme il se doit. Le moindre couac se payera rubis sur l’ongle. Hamid Gharbi

clubs ont pu bénéficier d’une autorisation d’Halilhodzic pour leur permettre de prolonger leur repos jusqu’à samedi prochain qui coïncidera avec le match amical contre le Niger, programmé à Blida, 20h30, au stade Mustapha-Tchaker. Il est certain que ces défections ne vont pas faciliter le travail au

MONDIAL DAMES U20 :

Le Ghana et le Nigeria qualifiés pour la phase finale

coach national, Vahid Halilhodzic, qui semble quelque peu inquiet, surtout qu’il n’aura pas tout son groupe entre les mains. En effet, outre les joueurs algériens évoluant dans le championnat français, il y aura aussi les absences de Djebbour, Mbolhi, Bouzid. Pour le match amical contre le Niger, il y aura plusieurs joueurs du cru qui seront alignés, notamment en défense avec l’incorporation de Belkalem et peut-être de Benmoussa et Hachoud, même si Cadamuro et

L

es sélections nationales féminines du Ghana et du Nigeria se sont qualifiées à la phase finale de la coupe du Monde de football (U20), en battant respectivement la RD Congo et la Tunisie, en matches retour du dernier tour éliminatoire (zone Afrique), disputé samedi. Les Black Princesses du Ghana ont battu la Tunisie à Accra (4-1), après avoir pris le meilleur lors de l'aller (3-1), alors que les Falkconets du Nigeria ont éliminé la RD Congo (3-0), à Kinshasa. Au match aller, les Congolaises s'étaient inclinées 4-0. Comme à l'aller, ce sont les Tunisiennes qui ont ouvert le score par l’intermédiaire d’Imem Ben Mrad à la suite d’un corner de Chaima Albassi à la 22’. Les protégées de Robert Sackey ont rétabli la parité à la 83' sur un centre repris victorieusement par Priscilla Saahene. Les Ghanéennes ont repris l’avantage à la 54’ grâce à Alice Eva Danso qui exploitait un nouveau centre parfait signé cette fois Deborah Afriyie. Candice Osei Agyeman, joueuse évoluant dans le championnat des

Etats-Unis, inscrit le troisième but à l’entrée du dernier quart d’heure avant qu’Elizabeth Add ne parachève le succès final. De son côté, le Nigeria n'a mis que huit minutes pour clouer les Congolaises au pilori. Okobi Sonia a profité des largesses dans la défense congolaise pour inscrire le premier but. Dans la foulée de ce but, Opara Ngozi double la mise pour le Nigeria. On joue seulement depuis 14 minutes dans un stade des Martyrs presque vide. Désemparées, les filles du coach Raphael Mosi court derrière le ballon face à des Nigérianes bien en jambes. Okobi Sonia va de nouveau se signaler en marquent le troisième but pour son équipe, son doublé du week-end. Par la suite, les nigérianes ont géré le match et ont manqué même d'alourdir le score. Cette qualification est la sixième consécutive à une phase finale de Coupe du Monde U-20 dont la prochaine édition aura lieu au Japon du 19 août au 8 septembre prochains.

L'

Belgique : Hazard hésite pour City et United lice cause de Chelsea à de Chelsea, entrée en
vainqueur de la Ligue des champions, pour s'offrir les services de l'attaquant de Lille Eden Hazard fait hésiter ce dernier, alors qu'il envisageait de rejoindre l'un des deux clubs phares de Manchester (City ou United), selon des déclarations du joueur belge dimanche sur Canal+. « Tant que je n'ai pas posé le stylo sur le papier, je ne dirai pas où je vais, a dit l'international belge. Chelsea, ça fait hésiter, ils ont gagné la Ligue des champions et la joueront la saison prochaine ». « Pour l'instant, il n'y a rien de fait, ça se fera bientôt, a-t-il ajouté. Là, j'ai envie de partir en sélection et de prendre des vacances, ça me fera beaucoup de bien ». « C'était particulier, c'était ma dernière ici, j'étais ému, a-til déclaré au sujet de ses adieux. C'est normal, quand tout le stade crie « Eden, Eden ». J'ai marqué trois buts, mais cinq dans le même match, je me suis dit que c'était mort, et je n'ai pas eu l'occasion d'en mettre d'autres en deuxième mi-temps ». Hazard avait la possibilité de terminer meilleur buteur en inscrivant deux buts de plus. Il termine finalement 3e avec 20 buts, derrière Olivier Giroud (Montpellier) et Nene (PSG), 21 buts tous les deux.

MONDIAL-2014 :

Pelé confiant malgré des problèmes dans l'organisation

L

a légende du football brésilien, Pelé, ambassadeur du Mondial-2014, a avoué qu'il y avait des problèmes et des retards dans l'organisation de la compétition mais dit faire confiance à son pays pour s'en sortir bien. « Si Dieu le veut, nous allons bien nous en sortir », a dit le « roi Pelé » dans une interview au quotidien O Estado de S. Paulo publiée dimanche. Il explique que lorsqu'il a été invité par la présidente Dilma Rousseff pour être ambassadeur du Mondial-2014, il n'imaginait pas qu'il servirait de « pompier » pour résoudre des problèmes. Pelé doit faire face à des retards dans les travaux de modernisation ou de construction des stades, à des disputes entre dirigeants de clubs et avec la Fifa, et à des entreprises de construction suspectes. « Quand les Etats-Unis ont voulu abriter le Mondial, j'ai travaillé dans l'organisation. Ils ont fait l'une des Coupes du monde les mieux organisées, avec l'argent des entreprises privées. En

Afrique du Sud, (Nelson) Mandela m'a demandé de l'aider. Dans mon pays vous croyez que je vais accepter qu'il y ait des problèmes ? C'est ce qui m'inquiète, mais si Dieu le veut, nous allons bien nous en sortir. Seulement tout est très en retard », a reconnu Pelé. Au sujet de la controverse déclenchée en février par

le secrétaire général de la Fifa, Jérôme Valcke, qui avait déclaré que le Brésil devait se donner « un coup de pied aux fesses » pour rattraper les retards dans les infrastructures, Pelé a dit que le ministre brésilien des Sports, Aldo Rebelo, avait été « très vexé » mais que « tout allait bien désormais ». « Quand je suis allé au Gabon, j'ai dit au président (de la Fifa) Joseph Blatter qu'il devait venir (au Brésil) et il est venu. J'ai bien fonctionné comme « pompier », car Blatter ne voulait pas venir ici parler avec la présidente Dilma Rousseff, s'est félicité Pelé. Une autre préoccupation du plus grand joueur de tous les temps est la sélection brésilienne à moins de trois mois des Jeux Olympiques de Londres. Il critique « l'indécision » de l'entraîneur Mano Menezes. « Nous sommes à deux ans du Mondial et nous n'avons toujours pas de base, Menezes retarde cette décision. J'espère qu'après les JO il formera une équipe et la laissera jouer », a dit Pelé.

BASKETBALL CHAMPIONNAT SUPERDIVISION :

Réaménagement de la 29e journée

L

a rencontre GS Pétroliers-AU Annaba comptant pour la 29e journée du championnat de Superdivision de basket-ball, a été avancée à mercredi prochain à Hydra 13 h, a-t-on appris dimanche auprès de la Fédération algérienne de basketball (FABB). Initialement programmée pour samedi prochain, cette rencontre a été avancée à mercredi à la demande de l'AU Annaba, qui devrait affronter la veille (mardi 22 mai) le CRB Dar Beida, pour le compte de la 28e journée de la compétition. La FABB a également avancé au vendredi 25 mai, les rencontres de la 29e journée, USM Blida

- NA Hussein-Dey et TBB Blida O.Batna qui devraient se dérouler samedi 26 à Blida, en raison du déroulement, le même jour à Blida, du match amical international de football entre les sélections d'Algérie et du Niger. Programme des rencontres avancées de la 29e journée : Mercredi 23 mai 2012 : A Hydra : GS Pétroliers - AU Annaba (13h00) Vendredi 25 mai 2012 : A Blida : TBB Blida - O.Batna (15h00) A Blida: USM Blida - NA HusseinDey (17h00).

Mardi 22 Mai 2012

30
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du mardi 1er Rajeb 1433 correspondant au 22 mai 2012 :
- Dohr.........…............12h44 - Asr............................16h35 - Maghreb.................. 19h57 - Icha……...…….......21h33 mercredi 2 Rajeb 1433 correspondant au 23 mai 2012 : -Fedjr....................03h49 - Chourouk................05h35

Vie pratique
Condoléances
C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le décès de notre regrettée WARDA EL DJAZAIRIA, illustre dans son parcours artistique, dans sa noblesse et sa modestie, mais aussi dans sa présence immuable pour sa grande patrie l’Algérie pour laquelle elle a répondu à tout moment, bien sur, avec dévouement, comme elle a été toujours aux côtés de la fierté de son peuple, de son histoire et de ses défis. En cette douloureuse circonstance, Monsieur Sidi Saïd Abdelmadjid, Secrétaire général de l’UGTA, au nom du Secrétariat National, au nom des travailleuses et des travailleurs et en son nom personnel, est très honoré de présenter à la famille de la défunte et à la grande famille artistique ses sincères condoléances en les assurant de sa profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Grande Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.» El Moudjahid/Pub

EL MOUDJAHID

Condoléances
Suite au décès de Réda Brahimi, alias H’mimiche, Monsieur Nazim Hamadi, Directeur de l’Etablissement Arts et Culture, et l’ensemble du personnel présentent à toute sa famille leurs condoléances les plus attristées et l’assurent en cette terrible circonstance de tout leur soutien et leur profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis.
El Moudjahid/Pub

Condoléances
Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, le Secrétaire général, le Chef de cabinet, les cadres des Collectivités locales et l’ensemble du personnel, très affectés par le décès de OUNIS Saâdoune, Chef de daïra de Chemini (Wilaya de Béjaïa), présentent à sa famille leurs sincères condoléances et l’assurent en cette pénible circonstance de leur profonde compassion. Ils prient Dieu le Tout-Puissant d’accorder au défunt Sa Sainte Miséricorde. «A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub ANEP 919409 du 22/05/2012

Condoléances
Monsieur ARBADJI Mahmoud, responsable de la Nahia des Moudjahidine de Bab El-Oued, les membres du bureau et des kasmates ainsi que l’ensemble des moudjahidine et moudjahidate ont appris avec émotion le décès de leur frère de lutte de Libération nationale, le moudjahid. Bessaieh Mustapha dit «Moufek Romano» rappelé à Dieu le 17.05.2012. En cette douloureuse circonstance, ils présentent à sa famille et à ses proches leurs sincères condoléances et les assurent de leur profonde compassion. Qu’Allah le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueil en Son Vaste Paradis.

El Moudjahid/Pub

TERRAIN
A vendre lot de terrain 250 m2, avec acte, situé au quartier Oued Roumane, wilaya d’Alger, 13 unités le m2. Tél. : 0552 48 97 33
El Moudjahid/Pub du 22/05/2012

Condoléances
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA au capital social de 50.000.000 DA

EL MOUDJAHID

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Présidente-Directrice générale de la publication

Naâma Abbas
DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43 Internet : http://www.elmoudjahid.com E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 ORAN Maison de la Presse 3, place du 1er Novembre : Tél. : (041) 39.34.94 ANNABA 2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24 BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63 SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42 CONSTANTINE : Route de Sétif 7e km Tél. : (031) 66.49.65 - (031) 92.30.99 Fax : (031) 66.49.37 TIZI OUZOU : Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00 TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66 MASCARA : Maison de la Presse Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03 CENTRE AIN-DEFLA : Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste) Tél/Fax: 027.60.69.22 PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP” ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742 ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320 ANNABA : 7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38 Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70 ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial: 20, rue de la Liberté, Alger. COMPTES BANCAIRES Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté - Dinars : 605.300.004.413/14 - Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd - Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28 - Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28 Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre : Société d’Impression d’Alger (SIA) Edition de l’Est : Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest : Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud : Unité d’Impression de Ouargla (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Est : SARL “SODIPRESSE” : Tél-fax : 031 92.73.58 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02 France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le décès de notre regrettée WARDA EL DJAZAIRIA En cette douloureuse circonstance, Monsieur Sidi Saïd Abdelmadjid, Secrétaire Général de l’UGTA, au nom du Secrétariat National, au nom des travailleuses et des travailleurs et en son nom personnel, présente à la famille de la défunte et à la grande famille culturelle ses sincères condoléances en les assurant de sa profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Grande Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DU TRAVAIL, DE L'EMPLOI ET DE LA SECURITE SOCIALE CAISSE NATIONALE DES RETRAITES 34, rue Hassane Benaamane, Bir Mourad-Raïs, Alger

Avis d’annulation de l’attribution provisoire de marché
NIF: 098516029000139 La Caisse Nationale des Retraites informe l'ensemble des soumissionnaires ayant participé à l'avis d'appel d'offres ouvert N°10/2011 publié dans le BOMOP et dans les quotidiens nationaux ECHOUROUK, L'EXPRESSION et EL MOUDJAHID du 21 août 2011, relatif à la réalisation du siège de l'agence locale CNR de CONSTANTINE de l'annulation de l'attribution provisoire publiée le 10/12/2011 sur les mêmes quotidiens pour non-respect de procédure.
El Moudjahid/Pub

El Moudjahid/Pub

Condoléances
Monsieur ARBADJI Mahmoud, les membres du bureau, du Conseil et l’ensemble des adhérents de l’Association pour la Préservation des Cimetières de la Wilaya d’Alger, sont profondément touchés par le décès du frère Bessaieh Mustapha dit «Moufek Romano» rappelé à Dieu le 17.05.2012. En cette douloureuse circonstance, ils présentent à sa famille et à ses proches leurs sincères condoléances et les assurent de leur profonde compassion. Qu’Allah le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueil en Son Vaste Paradis. «A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.»

El Moudjahid/Pub

ANEP 918188 du 22/05/2012

Condoléances
Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, le secrétaire général, le chef de cabinet, les cadres des Collectivités Locales et l’ensemble du personnel, très affectés par le décès de OUNIS Saâdoune chef de daïra de Chemini (Wilaya de Béjaïa), présentent à sa famille leurs sincères condoléances et l’assurent en cette pénible circonstance de leur profonde compassion. Ils prient Dieu le Tout-Puissant d’accorder au défunt Sa Sainte Miséricorde. «A Allah nus appartenons et à Lui nous retournons».
El Moudjahid/Pub

EPE - SPA au capital de 200.000.000 DA

Avis d’infructuosité
L’Organisation National de Contrôle Technique de la Construction Hydraulique informe l’ensemble des soumissionnaires que l’appel d’offres national n° 02/2012/DRHM pour l’acquisition de véhicules en 03 lots a été déclaré infructueux par la commission centrale d’analyse et d’évaluation du CTH.

Société de Maintenance Industrielle et Fours EPE-SMIF Spa - Filiale du groupe-GICA SMQ certifié suivant norme ISO 9001-2000

Anniversaire
C’est aujourd’hui que notre petite fée Maza Sofia Rosa fête son premier anniversaire. En cette heureuse occasion, ses grands-parents paternels, son oncle Ryad ainsi que sa tati Imène lui souhaitent un heureux anniversaire et une vie jonchée de réussite et de bonheur . Happy birthday Sofi

Déclaration d'infructuosité de l'appel d'offres
N° 01/SM/SMIF/2012
En application des dispositions du décret présidentiel nº12-23 du 24 safar 1433 correspondant au 18 janvier 2012 modifiant et complétant le décret présidentiel nº10-236 du 28 chaoual 1431 correspondant au 07 octobre 2010 portant le règlement des marchés publics ; La SMIF déclare que l'appel d'offres cité en objet concernant l'achat de deux grues automotrices tout-terrains - 01 grue de 120T à 130T (lot nº 1) - 01 grue de 60T à 70T (lot nº 2) Est infructueux, pour la raison suivante : réception d'une (01) seule offre.
El Moudjahid/Pub

El Moudjahid/Pub

PENSEE
Triste et cruelle journée fut le 22 mai 2002. Déjà 10 ans que notre cher Mouzarine Saïd fut ravi à l’affection des siens. En ce pénible souvenir, la famille Mouzarine demande à tous ceux qui l’ont connu d’avoir une pieuse pensée à sa mémoire.
El Moudjahid/Pub

ANEP 301815 du 22/05/2012

Mardi 22 Mai 2012

EL MOUDJAHID

Sports
MCA
MCO

31

Des interférences nuisibles à la stabilité du Doyen

Savoy demande une revalorisation salariale

L

e MC Alger a réussi cette saison à boucler ses 30 matches du championnat national de Ligue1 et ce, malgré les interférences des uns et des autres. Il faut dire que le doyen des clubs algériens a échappé dans un premier temps à une première «arnaque» nommée Pellicano (Ialie). Il s’est avéré que cette entreprise n’était rien du tout et n’avait aucun capital pour prendre en main un club comme le MCA possédant une histoire très riche qui avait débuté en juin 1921. Il faut admettre que cet épisode avait eu pour effet de chambouler l’équipe dans son ensemble. Elle avait, effectivement, commencé à enregistrer les mauvais résultats, alors qu’elle possédait un groupe capable de réussir une très bonne saison et ce malgré le manque de moyens financiers, même s’il s’agit d’un problème qui concerne l’ensemble des clubs hormis l’USMAlger qui est bien pris en charge par Ali Hadad. Il faut dire qu’Omar Ghrib a toujours été là pour sauver ce qui pouvait l’être. Ce bonhomme a réussi, à chaque fois, à trouver les moyens et les ressources pour débloquer la situation devant des joueurs de plus en plus exigeants sur le plan financier. Outre cela, le MCA avait eu du mal à joindre les deux bouts face à la rareté de l’argent, même ses sponsors comme Joma, Djezzy ou Peau douce ont toujours honoré leurs engagements avec le club mouloudéen. Voilà qu’un autre investisseur entre en scène en affirmant qu’il allait régler définitivement les problèmes d’argent du MCA et qu’il allait mettre sur pied une organisation devant permettre au

R

MCA de dominer, non seulement sur le plan national, mais aussi et surtout sur le plan africain en s’adjugeant le titre suprême de champion d’Afrique. Néanmoins, avec le temps, ce projet d’Eddir Loungar de prendre en main les destinées du MCA semble devenir un «pétard mouillé». Car les amoureux de ce prestigieux club sont devenus assez las d’entendre des «sornettes» sur le club. La dernière trouvaille consiste à demander au Conseil d’administration et aux dirigeants du club de démissionner en masse avant qu’il ne ramène le chèque de garantie. Il est clair que les observateurs sont en train de constater qu’il existe une sorte d’entourloupette qui ne veut pas dire son nom. A vrai dire qu’on ne

peut prendre d’un seul trait un club aussi authentique que le MCA comme cela en demandant à ses dirigeants actuels de quitter le «navire» avant la venue du nouveau «maître». Il est certain qu’il s’agit d’une transaction qui n’est basée aucunement sur quelque chose de solide ou de probant. Loungar, s’il voulait réellement investir au MCA, on ne le dira jamais assez, doit le faire sans exiger que les actuels dirigeants partent avant qu’il ne vienne avec son argent. Il y a quelque chose d’illogique dans sa démarche. Que la famille mouloudéenne reste vigilante pour éviter une nouvelle mésaventure au club qui ressemble étrangement à celle de Pellicano ! Hamid Gharbi

aoul Savoy a réussi son pari. Maintenir le MCO sur le fil. L’entraîneur suisse, arrivé cet hiver, a réussi en dépit des nombreuses difficultés auxquelles il était confronté, à redresser la barre et à maintenir le club, pourtant relégable en puissance à son arrivée. C’est cette réussite justement qui a fait que la direction du club a entrepris dès cette semaine les négociations en vue de le prolonger. Sur le principe, Raoul Savoy n’est pas contre. Il dit même commencer à aimer la ville d’Oran et le club qu’il ose comparer avec l’Olympique de Marseille. Mais cet engagement affectif ne veut pas pour autant dire qu’il va rempiler à coup sûr. Car l’entraîneur demande légitimement une revalorisation salariale, sinon il ira «voir ailleurs». Engagé pour un salaire de six mille euros net par mois, le coach espère en obtenir le double. Ce qui laisse croire que ça va se négocier serré entre les deux parties, car en parallèle, la direction du club ne compte pas donner plus de 100 millions de centimes à l’entraîneur. «On a fixé une barre à ne pas dépasser. Ce sera entre 90 et 100 millions», nous dira une source proche de la direction. L’on ne sait pas si à ce prix, Savoy acceptera de travailler, mais à titre comparatif, son compatriote Alain Geiger touchera quelques 340 millions par mois à l’USMA, s’il venait à s’engager. Ceci pour dire que le MCO n’a pas fait de folies. Elle est même dans la moyenne, sachant que les entraîneurs touchent entre 100 et 150 millions pour les plus confirmés. En proie à des difficultés financières, le MCO ne peut pas donner plus. «Ce sera du 50/50», prévient notre source, comme pour dire qu’il y a des risques pour que Raoul Savoy n’accepte pas la proposition et parte voir ailleurs. Une certitude donc : le MCO ne va pas surenchérir. Le club aura à payer les arriérés des joueurs, négocier pour la prochaine saison, avancer des salaires, recruter et financer le stage d’intersaison. Autant de dépenses qui font tempérer les ardeurs de la direction et inciter à plus de retenue sur la table des négociations. Au MCO, on veut naturellement garder Savoy qui a su créer une nouvelle dynamique au sein du groupe, faite de victoires et de discipline, mais on ne va pas se permettre des folies non plus. Ça, Savoy le sait. Les négociations se poursuivent toujours. Il n’est pas à écarter qu’une décision finale intervienne au courant dans cette semaine. Nous y reviendrons. A. Benrabah   

Stage d’entraîneurs du 22 au 27 mai à Alger
La Direction technique nationale organise du 22 au 27 mai 2012 à l’INFS/STS de Aïn Benian un stage de régularisation pour l’obtention de la licence CAF (B) à l’intention des entraîneurs ayant déjà confirmés leur inscription pour ce stage. Les candidats retenus cités (voir liste) sont invités à se présenter le mardi 22 mai  2012 à partir de 16h00 à l’INFS/STS de Aïn Benian munis de leur équipement sportif. Les frais du stage sont fixés à 16 000 DA représentant les frais d’hébergement, de restauration, de l’équipement sportif et tenue de parade, et frais pédagogiques. Le stage comprend des séances théoriques et pratiques. Il se déroulera en internat avec des séances la matinée, l’après-midi et en soirée.

NOUREDDINE SAÂDI (ENTRAÎNEUR DE L’ASO CHLEF)

FC VALENCE

«Je n’ai pas encore été approché pour prolonger mon contrat»
L’entraîneur de l’ASO Chlef (Ligue 1 algérienne de football), Noureddine Saâdi, n’a pas encore été sollicité pour négocier l’éventualité de prolonger son contrat, a affirmé l’intéressé dimanche, au lendemain de la fin de la saison 2011-2012. «Je n’ai pas encore été approché par la direction pour prolonger ou non mon contrat avec l’ASO Chlef. A l’heure actuelle, c’est le silence radio. Peut-être que le président Medouar songe à changer d’entraîneur, je ne sais pas encore», a affirmé à l’APS Noureddine Saâdi, en poste depuis septembre 2011. L’ASO Chlef a terminé le championnat à la 5e place au classement final avec 47 points, perdant du coup son titre de champion au profit de l’ES Sétif. «Par déontologie, la direction aurait dû m’informer de ses intentions. Une chose est sûre, je ne suis pas un demandeur d’emploi», a-t-il ajouté. Saâdi, qui avait succédé à Meziane Ighil, a réussi à mener l’ASO à la phase de poules de la Ligue des champions d’Afrique, pour la première fois dans l’histoire du club.

La direction veut revaloriser le salaire de Feghouli pour barrer la route aux Anglais
La direction du FC Valence (Liga espagnole de football) compte revaloriser le salaire du milieu international algérien, Sofiane Feghouli, pour dissuader les deux clubs anglais, Manchester City et Tottenham, «qui le suivent attentivement», rapportait hier le site spécialisé Super Deporte. Les dirigeants de Valence ont l’intention de passer aux choses sérieuses dès cet été, avec une rencontre prévue avec l’agent du joueur pour évoquer la revalorisation salariale du joueur qui perçoit annuellement 600.000 euros et éventuellement prolonger son contrat qui arrivera à son terme en juin 2014. Avec 7 buts et 7 passes décisives en 49 apparitions toutes compétitions confondues, l’international algérien a littéralement «explosé» cette saison, s’imposant comme l’un des meilleurs à son poste dans le championnat espagnol, ce qui a fini par attirer la convoitise d’autres clubs. Toutefois, l’ancien joueur de Grenoble n’a pas l’intention de quitter Valence, où il se sent pleinement épanoui.

JEUX PARALYMPIQUES DE LONDRES 2012

L’ambassadeur de Grande-Bretagne :

“Nous œuvrons à la réussite de ces jeux”
Dans 100 jours, les jeux Paralympiques les plus regardés, les plus accessibles et les plus intégrés de tous les temps commenceront à Londres. Les Jeux de Londres 2012 sont les premiers jeux où la planification et l’organisation des jeux Olympiques et Paralympiques ont été entièrement intégrées, à partir de la conception et de l’infrastructure jusqu’aux grands espaces et le transport public. D’autre part, l’ambassade du Royaume-Uni continue à travailler étroitement avec le Comité olympique algérien et la Fédération algérienne handisports pour garantir que leurs préparations finales se déroulent sans aucune perturbation. Rappelons que l’Algérie y prendra part, avec trois judokas, l’équipe de goal-ball, en attendant de savoir en athlétisme quels seront les noms des athlètes qui seront retenus pour le voyage de Londres, selon des critères bien définis (minima et quota qui sera réservé à l’Algérie). Mohamed-Amine Azzouz

D

ans le cadre des préparatifs des jeux Paralympiques de Londres 2012, prévus du 29 août au 9 septembre, l’ambassade de Grande Bretagne à Alger a organisé une conférence de presse conjointement avec le Comité olympique algérien, pour marquer les 100 jours avant le coup d’envoi des jeux, au siège du COA, hier à 11h00. Cette conférence a été animée par Son Excellence, l’ambassadeur de Grande-Bretagne, M. Martyn Roper, aux côtés duquel se trouvait, le président du Comité olympique algérien, Rachid Hanifi. Il était question pour le représentant de la diplomatie britannique de faire un exposé cours et concis sur les préparatifs et les conditions de déroulement des jeux Paralympiques, que le pays organisateur souhaite parfaites. A cet effet, l’ambassadeur a fait part aux médias des nouveautés mises à la disposition des athlètes, qui participeront à la compétition, mais aussi des personnes handicapées qui veulent assister aux différentes compétitions de ces jeux.

Il a fait savoir que tout est fin prêt pour que ces jeux de Londres 2012 connaissent une réussite totale. Le pays hôte a tout mis en œuvre pour qu’il en soit ainsi. Il a indiqué que 4 200 athlètes y prendront part, avec 20 disciplines au total. Pour ce faire, 15 salles accueilleront les compétitions qui s’étaleront sur une période de 11 jours. «La Grande-Bretagne a toujours été à l’avant-garde pour développer tout ce qui peut faciliter et promouvoir les conditions de vie de la frange des handicapés. C’est le chef de file puisque mon pays a été le premier dès 1948 à faire un geste en faveur de cette catégorie de sportifs en initiant les jeux Paralympiques. Le sport qui est un phénomène social est important pour harmoniser la société. Nous mettrons par exemple des bus, spécialement conçus pour les handicapés, à la disposition des athlètes du handisport. Ceux qui utilisent les fauteuils roulants pourront y prendre place sans difficulté. Chaque bus a une capacité de six places». Il fera

Ph. Nacera

aussi savoir que la London Marathon Sport mettra à la disposition des athlètes nageurs spécialisés dans le plongeon, des ascenseurs spéciaux pour accéder facilement au plongeoir. Il ajoute que 8 250 bus rouges «made

in England», très connus par ailleurs de par le monde, seront équipés d’un système d’annonce pour aveugles avec radio. Il a aussi annoncé que pas moins de 2 millions de personnes assisteront à ces jeux Paralympiques.

Mardi 22 Mai 2012

Pétrole Le Brent à 108.57 dollars le baril

Monnaie L'euro à 1.277 dollar

D E R N I E R E S
FORUM DE DOHA
1er SOMMET MONDIAL DE LA DIASPORA AFRICAINE

Medelci : “Les solutions au problème du terrorisme international ne peuvent être que globales”
Les solutions au problème du terrorisme international «ne peuvent être que globales», a souligné dimanche à Doha le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci. Intervenant lors des travaux du 12e forum de Doha et de la Conférence économique intitulée «Enrichir l’avenir économique du MoyenOrient», M. Medelci a estimé que la question du terrorisme international «n’est prise en charge que d’une façon inégale, voire circonstancielle», soulignant que l’expérience de l’Algérie «permet d’affirmer que les solutions au problème du terrorisme international ne peuvent être que globales». Evoquant la gouvernance mondiale, il a indiqué que celle-ci «n’est pas uniquement économique, mais également politique». «Cette gouvernance qui n’a pas permis d’apporter des solutions justes et équitables», a-t-il dit. Et «c’est le cas pour le problème du Moyen-Orient», tout comme «la question du terrorisme international», a ajouté M. Medelci. Le ministre des Affaires étrangères a ainsi estimé que l’»exigence d’une nouvelle gouvernance mondiale ne doit pas nous faire oublier la nécessité de promouvoir et de développer des processus démocratiques internes». Cela devra «permettre à chaque peuple de prendre en main son propre destin et de jouir des droits et des libertés fondamentaux universellement consacrés», a-t-il expliqué. Par ailleurs, M. Medelci a indiqué que la communauté internationale a unanimement accueilli le double processus de mondialisation/globalisation comme «la clef pour les problèmes de développement». «Aujourd’hui, a-t-il souligné, la perspective d’un développement durable et équilibré relève du registre des ambitions lointaines, faute d’un authentique sursaut collectif et d’un urgent éveil des consciences». Il a fait savoir que «l’expression la plus accomplie de ce dévoiement est vécue par certaines régions, particulièrement le continent africain, dont les peuples ne connaissent de la mondialisation que ses effets négatifs». Selon M. Medelci, «la mondialisation débridée, sans contrepoids social, livrée à la seule loi du marché et aux mouvements spéculatifs des capitaux, a dévitalisé la sphère réelle de l’économie au profit vue, «notamment sur la pertinence de la validité des débuts de solution à apporter à la présente crise». «La mondialisation sous-tendue par un objectif de solidarité demeure battue en brèche dans la mesure où les intérêts particuliers continuent de transcender les intérêts globaux», a ajouté le ministre des Affaires étrangères. M. Medelci a indiqué, en outre, que la gestion des phénomènes des changements climatiques et la persistance de multiples interrogations sur le concept du développement durable, à la veille de la Conférence de Rio+20 (au Brésil), «sont les exemples illustratifs de cette situation». «Notre forum qui se tient à un mois de cette importante échéance est une précieuse étape de concertation et de préparation», a-t-il estimé. Il a précisé, par ailleurs, ne pas avoir la «prétention, dans l’immédiateté de ce Forum, d’apporter des solutions à des problèmes de cette ampleur», quel que soit le pays représenté. «Par contre, nous pouvons libérer, à l’occasion de ce Forum, des messages conscients les uns et les autres, qu’il s’agit là d’un objectif qui ne peut être réalisé sans que des prises de consciences globales sortent du domaine intellectuel pour aller vers le domaine politique, dans le respect du multilatéralisme que nous considérons comme une option incontournable pour gérer les affaires du monde», a-t-il affirmé. Par ailleurs, en marge des travaux du forum, M. Medelci s’est entretenu successivement avec ses homologues du Qatar, de Tunisie et du Liban, sur les relations bilatérales et les questions liées aux thèmes de la rencontre.

M. Messahel représentera le Chef de l’État
Le ministre délégué, chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel, représentera le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, au 1er sommet mondial de la diaspora africaine, prévu vendredi prochain à Sandton (Afrique du Sud), indique hier un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Le sommet mondial de la diaspora africaine regroupera, pour la première fois, les dirigeants africains avec leurs homologues des pays des Caraïbes et de l'Amérique du Sud, ainsi que des représentants de la diaspora africaine dans le monde, souligne le communiqué. Il est attendu du sommet mondial de la diaspora africaine l'adoption, notamment, de la déclaration politique et du plan d'action approuvé par la conférence ministérielle de la diaspora africaine, tenue en Novembre 2007 à Midrand (Afrique du Sud), précise le texte. La dite déclaration porte sur la mise en œuvre des différents mécanismes de coopération sur les plans politiques, économique, social et culturel, selon la même source. Le sommet doit également réaffirmer "la vision globale qui considère la diaspora africaine comme un ensemble de personnes d'origine africaine vivant hors d'Afrique, indépendamment de leur citoyenneté et nationalité, et désireux de contribuer au développement du continent et à la construction de l'Union africaine (UA)", lit-on dans le communiqué. Les assises de Sandton seront précédées, les 22 et 23 mai 2012, par une réunion ministérielle, ainsi que par une conférence à Midrand, des députés africains, membres du Parlement panafricain (PAP), qui sera ouverte aux parlementaires étrangers d'origine africaine, dont ceux des régions de l'Amérique du Nord et du Sud, de l'Europe et des Caraïbes. La tenue du sommet mondial de la diaspora africaine a été décidée par la 17e conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA qui a eu lieu à Malabo (Guinée Equatoriale) en juillet 2011. Le sommet est le couronnement d'un processus consultatif qui a vu la tenue de nombreuses rencontres régionales, impliquant la diaspora africaine à Brasilia, New York, Londres, Paris, Les Bahamas et Addis-Abeba.

de celle virtuelle, qui échappe aux leviers de régulation traditionnels les plus établis». Il a précisé que cette évolution a «porté préjudice à l’ensemble des pays, y compris ceux développés qui ont été à l’origine d’une crise économique et financière sans précédent», soulignant, ainsi, que la communauté internationale est interpellée par ces constats «qui soulèvent de légitimes préoccupations». Pour toutes ces raisons, a-t-il dit, le Forum «doit constituer une occasion privilégiée» pour échanger les points de

GROUPE DES AMIS DU YÉMEN

M. Medelci à la réunion ministérielle de Ryadh
Le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, prendra part demain à Ryadh (Arabie saoudite) à la réunion ministérielle du groupe des amis du Yémen, à l’invitation du ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Saoud Al Fayçal, a indiqué hier un communiqué du ministère. La réunion s’inscrit dans le cadre des efforts régionaux et internationaux visant à soutenir le Yémen pour redresser sa situation économique et activer le règlement politique historique réalisé dans ce pays, précise la même source.

M. HENRY S. ENSHER, AMBASSADEUR US EN ALGÉRIE :

OUVERTURE DES SALONS DU VÉHICULE UTILITAIRE ET DU SERVICE APRÈS-VENTE À ORAN

“Christopher Ross a toujours le soutien des États-Unis”
L’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross, désigné à ce poste en janvier 2009, a «toujours» le soutien des Etats-Unis, a affirmé hier à Alger l’ambassadeur américain, M. Henry S. Ensher. M. Ensher s’exprimait lors d’une conférence de presse conjointe avec le directeur général de la compagnie Coca-Cola pour la région Afrique du Nord, M. Geert Broos, à l’occasion du lancement de bourses d’études au profit de 100 étudiants de la région Middle East North Africa (MENA), dont 10 Algériens font partie du groupe. Pour rappel, le Maroc a décidé jeudi de retirer sa confiance à M. Ross, lui reprochant de «s’écarter» des grandes lignes qui ont été tracées par les négociations dans le Conseil de sécurité. Une campagne médiatique a été menée par la presse marocaine contre Ross lui reprochant d’être derrière le rapport du SG de l’ONU présenté au Conseil de sécurité qui a réaffirmé, dans sa résolution 2204, la solution permettant «l’autodétermination du peuple sahraoui», tout en insistant sur la nécessité d’une «totale liberté» de mouvement de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO). Adoptée à l’unanimité, le 24 avril dernier, la résolution 2204 a souligné que le Conseil de sécurité «appelle les parties (Front Polisario et Maroc) à poursuivre les négociations sous les auspices du secrétaire général de l’ONU, sans conditions préalables et de bonne foi, en vue de parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable, qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le contexte d’accords conformes avec les buts et principes de la Charte des Nations unies». Cette résolution, qui a prolongé d’une année le mandat de la MINURSO, a également exigé des autorités d’occupation marocaines «d’améliorer la situation des droits de l’homme» dans ces territoires. M. Martin Nesirky, porte-parole du secrétaire général de l’ONU, a indiqué, après l’annonce de la décision du Maroc, que M. Ban Ki-moon avait «pleinement confiance» en son envoyé personnel pour le Sahara occidental.

Pour l’émergence des jeunes entreprises
Deux Salons complémentaires, consacrés au «véhicule utilitaire et industriel» (5e VU-VI) et au «service après-vente» (6e Auto-Sav) ont ouvert leurs portes hier au Centre des Conventions MohamedBen- Ahmed d’Oran (CCO). Près de 60 entreprises participent à ces deux rendezvous professionnels qui se poursuivront cinq journées durant au niveau de l’espace Expositions qui s’étend sur une superficie globale de 6.000 mètres carrés dans l’enceinte du CCO. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le directeur de l’énergie et des mines de la wilaya d’Oran, M. Abdelhamid Krim, qui a notamment mis en relief les possibilités qu’offre cette manifestation pour l’émergence de jeunes entreprises dans le cadre des divers dispositifs d’encouragement mis en œuvre par l’Etat. Une des grandes nouveautés apportées par cette nouvelle édition réside dans la présentation de «véhicules-ateliers» aménagés selon la vocation de chaque porteur de projet, qui disposera également de l’outillage spécifique à son domaine d’activité. Ces deux Salons spécialisés dédiés exclusivement aux professionnels, regroupent près de 60 entreprises implantées en Algérie, sous le slogan «La qualité dans le matériel et le service automobile». «L’objectif est de répondre à une demande importante en tous types de véhicules utilitaires, allant du transport de marchandises à celui des personnes, en passant par le matériel de levage, les équipements de manutention et les engins de travaux publics», a indiqué M. Abdelkader Rezzoug, commissaire de la manifestation.

MALI

Le président par intérim, grièvement blessé par des manifestants
Le président malien intérimaire, Dioncounda Traoré, a été grièvement blessé hier par des manifestants qui ont pris d’assaut le palais présidentiel dans la capitale Bamako, ont affirmé des sources sécuritaires, citées par des médias. Selon ces sources, certains manifestants ont envahi dans la journée le palais présidentiel, et le président se trouve dans un état critique. Un inspecteur de police a confirmé cette information sans donner plus de détails. Le chef de l’ex-junte, le capitaine Amadou Haya Sanogo, s’est rendu au palais présidentiel pour s’enquérir de la situation.

PENSÉE
Triste et douloureux fut et sera pour nous éternellement le 21 mai 2003. Le printemps pour cette année ne sera que 2 000 fleurs, quelques secondes, et toute une vie bascule. Chère épouse Dahbia, chère maman, tu nous as quittés brusquement sans nous dire au revoir ou nous prévenir. Ni les jours, ni les mois, ni les années ne pourront apaiser notre douleur et notre chagrin. Ta disparition nous semble irréelle. Que ton repos soit aussi doux que ton cœur, et que Dieu le Tout-Puissant t’accueille en Son vaste paradis. Ton très cher mari Hamid, tes enfants Samira, Amel, Rahima, Aziz, Feriel et Rafik, et toute la famille, ainsi que tous les amis (es) qui t’ont connue et appréciée.