Vous êtes sur la page 1sur 40

ANATOMIE FONCTIONNELLE et

EXAMEN ANALYTIQUE DE LA MAIN
S.Carmès, C.Dumontier

Centre de la main

Clinique des Eaux Claires

ZAC Moudong Sud - Baie Mahault
Guadeloupe

Plan de l’exposé
Anatomie fonctionnelle de la main

1- Squelette osseux

2- Squelette fibreux

3- Revêtement cutané

Examen analytique de la main

structure par structure

Anatomie fonctionnelle de la main
C’est l’anatomie au sens large
L’étude de tout ce qui va permettre la fonction
La description «d’appareils» vecteurs de fonctions
C’est l’étude de la morphologie globale, celle
qui permet les mouvements physiologiques

Au centre de l’étude: la fonction
Egalement ... l’absence de fonction !

1 - Le squelette osseux

Une architecture riche et complexe
Forme globale singulière
Plusieurs longueurs
Orientations variées
1ère particularité:
Une partie fixe et une
partie mobile
Rôle fondamental dans
la fonctionnalité

Le squelette osseux « fixe »
* Les deux os de l’avant-bras
* La rangée distale des os du carpe
* Les 2 et 3èmes métacarpiens

Sur cette zone fixe :
Insertion de tous les
tendons du poignet
Sauf ECU +/- FCU:
Insertion sur la base du
Vème métacarpien et sur le
pisiforme

Autre particularité anatomique du squelette osseux:
La double concavité
A la fois longitudinale et transversale
La main est constituée d’arches

On peut individualiser:

•2 arches transversales : carpienne et métacarpienne
•1 axe longitudinal, qui se décompose en 5 arches
d’orientation différente pour chacun des doigts

Arche
carpienne

Les arches transversales
1- L’arche carpienne
Forte concavité palmaire
Composée de 2 rangées :

Arche proximale : mobile /
radius et à la rangée distale
Arche distale : arche plus fixe,
clé de voûte = Capitatum
Cohésion de l’ensemble grâce
au rétinaculum antérieur du
carpe

2- L’arche métacarpienne

Particularité: Mobilité +++ des métacarpiens
périphériques
Grande capacité fonctionnelle
! Déjection antérieure du pouce
! Aspect concave des métacarpiens longs
! Concavité mobile en dehors (pouce) et en dedans
CM4 = 10° CM5= 30°

L’axe ou les arches
longitudinales

Une portion relativement fixe: carpo-métacarpienne
Une portion extrêmement mobile: les doigts
Clé de voûte : les MP

Les arches longitudinales
Relèvent de la concavité naturelle des
doigts
Liée à la forme de chacune des phalanges
Clé de voûte constituée par la MP

L’ensemble de ces
caractéristiques concoure à
donner à la main
une forme globale concave
adaptée à la fonction

Le joueur de fifre
Edouard Manet

La fonction des doigts
! Les doigts convergent en flexion,
sous l’action des interosseux palmaires

! Divergent en extension, 

sous l’action des interosseux dorsaux

! Un certain degré de rotation est
favorisé par la forme des MP, dont la
concavité est palmaire

L’ appréciation des
troubles rotatoires
se fait en flexion
des doigts

La fonction des doigts et les troubles rotatoires
Ex: Fractures diaphysaires
de métacarpiens

Particularités anatomiques de la
tête des métacarpiens:
La tête des métacarpiens a une forme
convexe dans les 2 sens
La partie postérieure de la tête est
plus étroite que la partie antérieure
L’ensemble autorisant un certain
degré de rotation

La fonction des doigts et les troubles rotatoires
Conséquences clinique dans les fractures
diaphysaires du 5ème métacarpien

Déplacement de la fracture
sous l’action des interosseux
En
Flexion
Rotation axiale
Raccourcissement

Interosseux
Rotation axiale toujours dans
le même sens: côté radial

Lombrical

Traction du fragment distal
entrainement une bascule

2 - Le squelette fibreux
Renforce le squelette osseux
Très grande adaptabilité
Extrême complexité de la structure

Constitué par :
- Des aponévroses
- Des formations ligamentaires
- Des gaines fibreuses
L’ensemble est fixé sur le squelette
osseux et/ou dans le derme
Aponévrose palmaire
superficielle

2 - Le squelette fibreux
Quelles fonctions ?

Ligament
natatoire

FDS

- Rôle de stabilisation
- Permet la fixation à la peau
- Rôle de contention des structures
- Rôle de cloisonnement
- Protection des structures nobles
- Coordination des mouvements

Ligament
palmaire
transverse
FPL
Palmaris
longus

Eléments aponévrotiques palmaires
superficiels et tendons fléchisseurs

Stabilisation dorsale grâce aux
junctura et aux fibres sagittales

2 - Le squelette fibreux
Rôle de stabilisation
Permet d’unir les différents segments
osseux
stabilisation des arches
Les plaques palmaires limitent l’hyperextension des articulations digitales
Rôle de contention et de stabilisation du
ligament transverse profond intermétacarpien
Rôle de l’aponévrose dorsale profonde

2 - Le squelette fibreux
Squelette fibreux des doigts

Ligament de
Cleland
(en arrière
du pédicule)

Faces palmaire et latérale
Fibres
sagittales

- Ligament de Grayson
- Ligament de Cleland
- Ligament natatoire (expansions
au niveau des doigts)

Rôle de protection du pédicule
et de fixation à la peau

Ligament
intermétacarpien

Ligament de
Grayson
Ligament de
Cleland
(en arrière
du pédicule)

Au niveau du doigt

2 - Le squelette fibreux
Squelette fibreux des doigts
Rôle dans la stabilisation des tendons
et dans la coordination des mouvements

Face dorsale:
- Ligament rétinaculaire

des doigts (test de Haines)

(oblique et transverse)
- Ligament triangulaire

Ligament triangulaire

Ligament rétinaculaire oblique

Ligament rétinaculaire oblique

Ligament rétinaculaire transverse

Ligament rétinaculaire transverse

2 - Le squelette fibreux
Anomalies du squelette fibreux
• Maladie de Dupuytren =
Epaississement anormal des
aponévroses palmaires
* Maladies inflammatoires :
Sclérodermie, PR …
Déformations pérennisées par
l’atteinte de l’appareil fibreux

2 - Le squelette fibreux
Particularités anatomiques
et conséquences anatomo- pathologiques
Richesse et complexité du système fibreux

Cloisonnements multiples
des parties molles
Nombreux espaces de diffusion
Phlegmons, cellulites

Rupture des fibres sagittales
Luxation de tendon extenseur

2 - Le squelette fibreux
Lésions du squelette fibreux
Déformations parfois irréductibles
* Boutonnière
* Col-de-cygne

Raideur post-traumatique
des doigts

2 - Le squelette fibreux
Lésions du squelette fibreux
Mallet finger: Evolution spontanée vers la déformation en col de cygne

- Rétraction proximale du tendon
- Constitution d’un cal tendineux «trop long»
- Rétraction proximale des bandelettes latérales: 

renforce l’action d’extension de la bandelette médiane sur l’IPP
- Facteur aggravant: tension sur le FCP majore flexion IPD
Ligament rétinaculaire transverse
Rétraction proximale
du tendon
Cal tendineux
trop long

Col de cygne
Ligament rétinaculaire oblique

3 - Le revêtement cutané
Partie intégrante de la fonctionnalité de la main

Participe aux fonctions motrices
Organe du toucher et de l’échange
Rôle esthétique

Rapport surface cutanée/volume le plus important du corps:
Main : 1 cm3 de tissu donne 2,5 cm2 de peau
Avant-bras : 1 cm 3 de tissu donne 0,5 cm2 de peau

3 - Le revêtement cutané
Sensibilité de la main

Organe du toucher et de l’échange
A la main, 2/3 des fibres nerveuses sont
sensitives

3 - Le revêtement cutané
La main fait parti d’une globalité propre
à chaque individu dans sa forme autant
que dans sa fonction

Dans sa présentation esthétique
autant que dans son contexte culturel
La main représente l’individu
«La main est l’individu»

3 - Le revêtement cutané
Peau palmaire, Peau dorsale
Des différences structurelles majeures

Peau palmaire
Caractéristiques macroscopiques:
Système de plis cutanés
➤ Fixation des plans profonds
Empreintes digitales
➤ Intérêt médico-légal, Empreinte de la pulpe
spécifique à chaque individu

3 - Le revêtement cutané
Peau palmaire

Peau fonctionnelle
Epaisse, Solide, Utile

- Fixée aux plans profonds (Système de tractus fibreux)
➤ Stabilité dans les prises
- Protection des tissus sous-jacents: réseau artériel
et système fléchisseur
- Richesse sensitive ➤ finesse de la sensibilité 

pulpaire (sensibilité épicritique 2 à 4 mm)
-

Absence de follicule pileux

- Glandes sudoripares en abondance
- De la même couleur chez tous les hommes

3 - Le revêtement cutané
Peau palmaire
Structure histologique
Epaisseur = 4 mm
Epiderme : 0,6 mm
Derme : 1,5 mm
Hypoderme : 2 mm

Particularités

3 - Le revêtement cutané
Peau palmaire

Couche cornée

- Structure papillaire
- Haute résistance mécanique

Epiderme

Derme

Couche cornée > 0,5 mm - 2 mm
Renouvellement total en 20 jours
Pas de squames visibles
Capacité d’hydratation très importante
➙ Epaisseur, souplesse et solidité
- Annexes cutanées: Glandes sudoripares
- Nombreuses terminaisons nerveuses:

Hypoderme

mécanorécepteurs à adaptation lente et rapide

3 - Le revêtement cutané
Peau dorsale
Protection du réseau veineux
et de l’appareil extenseur

Peau esthétique
Fine, souple, fragile

3 - Le revêtement cutané
Peau dorsale
- N’adhère pas aux plans profonds
- Pas de cloisonnement au dos de la main
- Excès de peau en extension ce qui permet la 

flexion, mais seulement la flexion !
- Grande élasticité
- Peau pigmentée
- Follicules pileux en abondance
- Absence de glande sudoripare

3 - Le revêtement cutané
Peau dorsale
Epaisseur = 2 mm
2 fois plus fine que la peau palmaire

Epiderme : 0,3 mm
Derme : 1 mm
Pas de corpuscules de Meissner

Hypoderme : 0,66 mm
Pas de fixation aux structures profondes

Structure histologique

3 - Le revêtement cutané
Peau dorsale

Particularités

Minceur du tégument dorsal ➤ Extensibilité
Mobilités sur les plans profonds ➤ Déplacements
➤ Flexion complète de la main et des doigts
*Pas de tissu cutané résiduel, seule la flexion
complète est permise

3 - Le revêtement cutané
Cloisonnement dorso- palmaire
Notion importante: revêtements cutanés dorsal et
palmaire indépendants et autonomes
Amarrage au bord ulnaire de la paume
et bords latéraux des doigts
Stabilité cutanée
Evite les déplacements en « doigt de gant »

3 - Le revêtement cutané
Unités fonctionnelles cutanées
Axe oblique de la main
Excès cutané

En dorsal : « excès cutané » en extension des IPP
En palmaire : 2 grandes zones séparées par le pli d’opposition du
pouce constituant l’axe oblique de la main, ceci permet d’individualiser:
* Peau thénarienne mobile
* Peau hypo-thénarienne peu mobile
* Partie centrale de la paume : triangulaire,
peau fixée, mal vascularisée

3 - Le revêtement cutané
Repères cutanés

Eminences et plis de flexion
en face palmaire

os et articulations
en face dorsale

Analogie avec la classification IFSSH
des extenseurs et des fléchisseurs

3 - Le revêtement cutané
Unités phalangiennes palmaires
- Sont séparées par les plis de flexion des doigts
- Les téguments palmaires des phalanges distales = les pulpes,
unités particulières, hautement spécialisées

Extrêmement riche en terminaisons nerveuses sensitives
Rôle mécanique important pour la préhension
Tissu sous-cutané épais, malléable, formé de tissu cellulograisseux divisé en logettes par des cloisons fibreuses
Rôle de ces cloisons : union intime derme - périoste
Limite les mouvements de glissement de la peau

3 - Le revêtement cutané
Incisions cutanées
- Doivent se faire en zones peu mobiles
➤ éviter les cicatrices hypertrophiques, rétractiles
- Incisions aux limites des unités fonctionnelles cutanées ou de leurs
subdivisions

Ne jamais couper perpendiculairement les plis de flexion

Conclusion

! Richesse de l’examen clinique
! Il peut être très complet
! Importance des connaissances en anatomie, prérequis pour un examen de qualité