Vous êtes sur la page 1sur 45

Reconstruction secondaire

de l’ongle dans les


dystrophies post-
traumatiques

Christian Dumontier
Ancien chef de Clinique, Nancy-Toul

Les “dystrophies” possibles


en pratique
Onycholyse, sillons et ssures, par lésions du lit
unguéal
Anonychie partielle par destruction matricielle
Hyperkératose douloureuse par destruction de
l’hyponychium
Ptérygium par destruction repli + matrice
Ongle en griffe

fi

Rappel
La forme de l’ongle dépend aussi des structures
osseuses sous-jacentes
La radio F+ P est un minimum

Lésions de l’hyponychium

Rôle: permettre la séparation de la tablette des tissus


sous-jacents
Lésions de l’hyponychium

Clinique: Hyperkératose douloureuse de la partie


distale de la tablette, dif culté à se couper les ongles,
douleurs à l’appui
Traitement: excision d’un bande de 2 mm de tissu
cicatriciel remplacé par une greffe de peau qui
empêche l’adhérence

fi
Lésions du lit unguéal

Rôle du lit: permettre l’adhérence


de la tablette et contribuer à lui
donner sa forme
Lésions du lit unguéal

Clinique: absence
d’adhérence (onycholyse)
et/ou ssure, sillons,
fragilité unguéale
(onychoschyzie)
fi
Lésions du lit unguéal
Traitement : reconstruction du lit unguéal par greffe ne
de lit (en secondaire les autres techniques sont
inef caces)
fi
fi
Reconstruction
onycholyse distale
+ sillon par greffe
ne de lit unguéal
fi
1 an
Résultats des greffes

3 ans
4 séries publiées (< 10 cas)
60-70% de bons résultats
Causes d’échec
Infection (secondaire) méconnue
Atteinte matricielle associée

Atteinte m atricielle partielle

Rôle: production de la tablette


Atteinte m atricielle partielle

Clinique: perte de production unguéale


Traitement: Résection de la cicatrice sinon
Greffe partielle de matrice ?

Atteinte matrice + repli =


pterygium

Très fréquent en pratique


clinique
Gênant: esthétique,
fonctionnelle (douleurs liées à la
traction sur la cicatrice de la
tablette qui repousse)

Traitement double
Reconstruction de la matrice
Excision-suture si PDS limitée (2-3 mm)
Greffe partielle de matrice
Reconstruction du repli
Couverture cutanée
Production de tablette +++

3 ans
Lésions du
repli
Reconstruction par lambeaux
locaux (ne pas oublier de greffer
la face inférieure par du lit
d”ongle)
L’ongle en griffe

L’incurvation de la tablette est liée à la perte de


substance de la phalange, à une perte de substance
pulpaire ou à une rétraction
Le meilleur traitement de l’ongle en griffe est préventif:
c’est la reconstruction des structures de soutien de
l’appareil unguéal en urgence
Plusieurs techniques: Parties molles

Lambeau de recul : Dufourmentel


Excision du lit de l’ongle: Kumar
Soutien de l’ongle avec lambeau cross- nger: Atasoy
Soutien de l’ongle avec lambeau en îlot : Gilbert,
Tubiana
Reconstruction microvasculaire : Morrison

fi

Plusieurs techniques: Reconstruction osseuse

Greffe osseuse libre: Tubiana , Gilbert


Greffe vascularisée: Gargollo
Ostéotomie phalangienne: Shepard
Transfert partiel d’orteil: Foucher

Recul unguéal : Dufourmentel 1963

Variation de Foucher
Clichés Dr Bouchon
Série Nancéenne:
11 patients
50% Bons résultats
Corrélés à la perte
osseuse

Reconstruction par lambeau en îlot


RESULTATS

28 patients

1/3 excellent
1/3 Bon
1/3 Mauvais

Résultats sont corrélés à la perte de substance osseuse, la


limite se situant autour de 50%


RECONSTRUCTION MICROCHIRURGICALE
DE L’ONGLE

1980 W.A MORRISON wrap-around a

1980 G. FOUCHER wrap-around modi e

1988 KOSHIBA
free arterialized nail a

fl
p
fl
fi
p

RECONSTRUCTION MICROCHIRURGICALE
DE L’ONGLE

1990 NAKAYAMA arterialized venous nail a

P. Valenti
fl
p

RECONSTRUCTION MICROCHIRURGICALE DE
L’ONGLE

1996 ENDO
short pedicled-arterialized nail a

1997 HIRASE
modi ed twisted-toe ap transfe
fi

fl
fl
r

Quelles indications dans


l’ongle en griffe ?

Dépendent de la perte osseuse: < 50% (parties


molles), > 50% envisager la microchirurgie si:
Perte pulpaire associée
Pouce (> doigts longs)
Vascularisation locale (Age+++, tabac)
Besoins fonctionnels (Musiciens, ...)

Conclusion

Il ressort de toutes les séries (peu nombreuses) et de


mon expérience que le traitement secondaire des
dystrophies unguéales est régulièrement frustrant pour
le patient et le chirurgien
Le traitement préventif, quand il est possible, est de
très loin préférable