Vous êtes sur la page 1sur 24

BMS

Pluie et grêle sur les régions côtières et proches côtières du Centre-Est et de l'Est du pays

De fréquentes averses de pluie et/ou de grêle

accompagnées parfois de rafales de vent affectent les wilayas côtières et proches côtières du Centre-Est et de l'Est depuis hier

après-midi, a annoncé l'Office national de météorologie dans un bulletin météorologique spécial (BMS). Il s'agit des wilayas de Boumerdès, Bouira, Tizi-Ouzou, Béjaia, Jijel et le nord de Sétif, où les cumuls estimés atteindront ou dépasseront localement 40 mm durant la validité du BMS qui s'étale du mercredi à 12h00 à aujourd’hui à 6h00.

P. 2

DK NEWS

QUOTIDIEN

NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO 18° : ALGER 22° : TAMANRASSET p. 2
MÉTÉO
18°
: ALGER
22° : TAMANRASSET
p. 2

Jeudi 9 février 2017 - 12 Djumada Al-Oula 1438 - N° 1527 - 4 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

ALGÉRIE-TUNISIE

ALGÉRIE-FRANCE

ALGÉRIE-USA

ALGÉRIE-MONDE ARABE

Le Président Bouteflika félicite son homologue tunisien à l'occasion du 59 e anniversaire des événements de Sakiet Sidi Youcef

Bensalah reçoit la présidente de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée française

P. 24

La résidence de l'ambassadeur des Etats-Unis à Alger incluse au registre du secrétaire d'Etat

L'APN

participe aux réunions de la commission juridique du Parlement arabe P. 24

P. 24

P. 24

ASSURANCES

Coopération entre SAA et Cash pour une saine concurrence

La Société algérienne des assu- rances (SAA) et la Compagnie algérienne des assurances dans le secteur des hydrocar- bures (Cash) ont signé récem- ment un protocole d'accord de coopération commerciale et de saine concurrence, a appris l'APS auprès d'un responsable de la SAA. Portant exclusive- ment sur les grands assurés (risques entreprises), cet accord vise à introduire «plus de déontologie dans le secteur des assurances pour faire en sorte qu'il y ait un respect entre les compagnies d'assurance elles-mêmes, et également vis- à-vis de leurs clients», explique M. Omar Akchiche, conseiller du P-dg de la SAA. Premier du genre en Algérie, cet accord s'articule autour de trois volets essentiels.

P. 5

s'articule autour de trois volets essentiels. P. 5 JUSTICE M.Louh : «14 textes législatifs promulgués ces

JUSTICE

M.Louh : «14 textes législatifs promulgués ces trois dernières années»

 

RESSOURCES EN EAU ET ENVIRONNEMENT

ÉNERGIES

SUCRE

 

RENOUVELABLES

M.Ouali :

Gagner le pari de la transition énergétique pour un développement durable P. 5

La facture

Le marché

«Nécessité d'une

orientation vers

une économie

verte»

P. 4

d'importation

en hausse

à la réduction de l'offre

en 2016

P. 4

P. 5

P. 6

PRÉSIDENT DE L'OPEP :

"réagit bien"

SANTÉ MAL DE DOS Faut-il vraiment prendre des anti- inflammatoires ? P.p 12-13 C U
SANTÉ
MAL
DE DOS
Faut-il vraiment
prendre des anti-
inflammatoires ?
P.p 12-13
C U LT U R E

Mihoubi

insiste sur la dotation du nouveau musée de Saïda en objets historiques et archéologiques

F TBALL LIGUE 1 MOBILIS (19 E J) : L'USM Alger en quête de rachat
F
TBALL
LIGUE 1 MOBILIS (19 E J) :
L'USM Alger en
quête de rachat
à Constantine,
chaud derby
à Bel-Abbès
P. 21

P. 16

MDN
MDN

SÉCURISATION DES

FRONTIÈRES

CONTRE

ORGANISÉE

Dix-neuf contrebandiers appréhendés dans le sud du pays

ET LUTTE

LA CRIMINALITÉ

P.

3
3

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Jeudi 9 février 2017 D’ EIL Horaires des prières Jeudi 11

2

DK NEWS

Jeudi 9 février 2017

D’ EIL

Horaires des prières

Jeudi 11 djumada-al-oula

Jeudi 11 djumada-al-oula
Jeudi 11 djumada-al-oula
Fajr 06:07 Dohr 13:03 Asr 15:59 Maghreb 18:27 Isha 19:48
Fajr
06:07
Dohr
13:03
Asr
15:59
Maghreb
18:27
Isha
19:48

BULLETIN MÉTÉO SPÉCIAL Pluie et grêle sur les régions côtières et proches côtières du Centre-Est et de l'Est

atteindront ou dépasseront locale- ment 40 mm durant la validité du BMS qui s'étale du mercredi à 12h00 au jeudi à 6h00. Les autres wilayas concernées sont Skikda, Annaba, El Tarf, Souk Ahras et Guelma. Les cu- muls estimés y atteindront ou dépas- seront localement 70 mm durant la validité qui court du mercredi à 21h00 au vendredi à 3h00, précise la même source.

De fréquentes averses de pluies et/ou de grêles accompagnées par- fois de rafales de vent affectent de- puis hier les wilayas côtières et proches côtières du Centre-Est et de l'Est du pays, a annoncé l'Office na- tional de météorologie dans un bul- letin météorologique spécial (BMS). Il s'agit des wilayas de Boumerdès, Bouira, Tizi-Ouzou, Béjaia, Jijel et le nord de Sétif, où les cumuls estimés

Béjaia, Jijel et le nord de Sétif, où les cumuls estimés 4 4 4 LES 12

4

4

4

LES 12 ET 13 FÉVRIER À ILLIZI Séminaire national sur :

«Les essais nucléaires français en Algérie»

LUNDI 13 FÉVRIER À TISSEMSILT Célébration de la Journée mondiale de la radio Le ministre
LUNDI 13 FÉVRIER
À TISSEMSILT
Célébration de
la Journée mondiale
de la radio
Le ministre de la
Communication, M.
Hamid Grine, pré-
sidera lundi 13 fé-
vrier à la maison de
la Culture, Mouloud
Kacem-Naït Belka-
cem de Tissemsilt,
la cérémonie de cé-
lébration de la Jour-
née mondiale de la
radio.
Météo
Max
Min
Alger
13°
03°
Oran
16°
04°
Annaba
12°
10°
Béjaïa
13°
06°
Tamanrasset
22°
07°
SAMEDI 11 FÉVRIER
À LA LIBRAIRIE CHAÏB DZAÏR
4
Conférence du
P r Abderrezak Dourari
Les éditions ANEP, orga-
nisent samedi 11 février à
partir de 15h à la librairie
Chaïb Dzaïr sise 1, avenue
Pasteur Alger-Centre, une
conférence intitulée «Ré-
flexions d’un linguiste sur
Edaridja» animée par le pro-
fesseur Abderrezak Dourari, directeur du Centre
national tamazight et linguiste.
DU 16 AU 18 FÉVRIER AU
PALAIS DE LA CULTURE
Salon de l’Emploi
et du recrutement
Le Palais de la Cul-
ture Moufdi Zakaria
(Alger), abritera du 16
au 18 février, le salon
du recrutement et em-
ploi.
16 au 18 février, le salon du recrutement et em- ploi. RESSOURCES EN EAU ET ENVIRONEMENT
16 au 18 février, le salon du recrutement et em- ploi. RESSOURCES EN EAU ET ENVIRONEMENT
16 au 18 février, le salon du recrutement et em- ploi. RESSOURCES EN EAU ET ENVIRONEMENT

RESSOURCES EN EAU ET ENVIRONEMENT

Formation au profit des journalistes

EN EAU ET ENVIRONEMENT Formation au profit des journalistes Le ministre des moudjahi- dine, M. Tayeb

Le ministre des moudjahi- dine, M. Tayeb Zitouni, prési- dera les 12 et 13 février à Illizi, les travaux d’un colloque national sur «Les essais nucléaires fran- çais dans le désert algérien».

Le ministre des Ressources en Eau et de l’Environnement, M. Abdelkader Ouali, présidera au- jourd’hui à Tipasa, les travaux d’une session de formation au profit des journalistes et profes- sionnels de la presse nationale sur le secteur de l’environnement.

de la presse nationale sur le secteur de l’environnement. CE MATIN AU CCI Les crises économiques

CE MATIN AU CCI Les crises économiques en débat

Le Centre culturel islamique (CCI), organise ce matin à partir de 10h, une conférence animée par M me Houda Boulkameh, de l’université Alger 3, sur «Les crises économiques».

l’université Alger 3, sur «Les crises économiques». CE SOIR À L’IF D’ALGER Soirée Jazz L’Institut

CE SOIR À L’IF D’ALGER

Soirée Jazz

économiques». CE SOIR À L’IF D’ALGER Soirée Jazz L’Institut Français d’Alger, or- ganise ce soir à

L’Institut Français d’Alger, or- ganise ce soir à partir de 19h30, une soirée Jazz avec le quartet Frank Woeste.

OOREDOO

Bénéficiez de 8 Go d’Internet avec 1950 DA seulement

Ooredoo, innovateur tech- nologique, continue d’offrir à ses clients les meilleures offres mobiles sans engagement afin de les faire profiter de l’Inter- net mobile à des prix très at- tractifs en proposant, pour ce début d’année, une promo- tion de 8 Go de volume Internet valables deux mois pour 1950 DA seulement. Avec 1950 DA seulement, le client bénéficie d’un volume Internet de 8 Go valable deux mois avec en plus, une SIM Inter- net prépayée offerte et une clé Internet gratuite. Pour pro- fiter de cette promotion d’une durée de 30 jours, il suf- fit au client de se présenter dans les Espaces Ooredoo, les Espaces Services Ooredoo ou les points de vente agréés répartis à travers tout le territoire national. Le client peut également acheter des forfaits supplémentaires à par- tir de 50 DA depuis la page d’achat de forfaits :

à par- tir de 50 DA depuis la page d’achat de forfaits : http://choof.ooredoo.dz ou en

http://choof.ooredoo.dz ou en composant le code *151# et choisir ensuite le forfait qui lui convient. Ooredoo per- met à ses clients de bénéficier des avantages du haut dé- bit mobile et entend répondre à leurs besoins en connec- tivité où qu’ils soient, avec des forfaits adaptés.

LE 12 FÉVRIER SUR LA CHAÎNE 1

Le rôle de la Sûreté nationale dans la promotion de la santé publique en débat

L’émission radio hebdomadaire diffusée sur les ondes de la Chaîne 1 et animée par des cadres de la Sûreté nationale «Fi Es- samim», sera consacrée dimanche 12 février de 16h à 17h, au rôle de la Sûreté nationale dans la promotion de la santé publique.

CE SOIR À LA SALLE IBN-ZAYDOUN

Lamia Aït Amara en concert

L’artiste La- mia Aït Amara se produira sur la scène de la salle Ibn-Zaydoun (Office Riadh El Feth), ce soir à partir de 19h.

(Office Riadh El Feth), ce soir à partir de 19h. LE 11 FÉVRIER À CONSTANTINE Meeting

LE 11 FÉVRIER À CONSTANTINE Meeting de l’ANR

Dans le cadre de la campagne de sensibili- sation pour les prochaines élections, le secré- taire général de l’Alliance nationale républicain (ANR), le Dr Benlakcem Sahli, animera un mee- ting populaire, samedi 11 février à partir de 9h, à la salle des conférences Mohamed El Aid Al Khalifa, wilaya de Constantine.

DEMAIN AU SIÈGE DU FNA Réunion des présidents des bureaux de wilayas

Le président du Front national algérien (FNA), M. Moussa Touati, présidera de- main vendredi 10 février à parti de 10h, une réunion qui regroupera les membres du bu- reau national et les présidents des bureaux de wilayas.

PARTI EL KARAMA Réunion du BP

Le président du parti El Karama, M. Mohamed Benhamou, présidera ce matin à partir de 10h, une réunion du bureau politique du parti.

Jeudi 9 février 2017

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

Smaïl Hamdani inhumé au cimetière d'El-Alia

L'ancien chef de gouvernement, Smail Hamdani, décédé dans la nuit de lundi à mardi à l'âge de 86 ans, a été inhumé hier au cimetière d'El-Alia à Alger.

a été inhumé hier au cimetière d'El-Alia à Alger. Les obsèques du défunt se sont déroulées

Les obsèques du défunt se sont déroulées en pré- sence de plusieurs hauts responsables de l'Etat dont

nombreuse de citoyens. Le ministre des Affaires religieuses et des wakfs, Mohamed Aïssa a salué,

hada et transmettre à plu- sieurs générations de di- plomates, sa riche expé- rience dans ce domaine", a

au service de sa patrie", a-t- il affirmé. Né le 11 mars 1930 à Bordj Bou-Arréridj, Smail

le président du Conseil de la nation, Abdelkader Ben- salah, le président de l'As- semblée populaire natio- nale (APN), Mohamed

dans son oraison funèbre, les qualités et les contribu- tions du défunt au service de la Nation, affirmant que "ce grand homme, honnête

indiqué le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopé- ration internationale, Ramtane Lamamra.

Hamdani a occupé plu- sieurs hautes fonctions de l'Etat dont, notamment, celle de chef de gouverne- ment du 15 décembre 1998

Larbi Ould Khelifa, le Pre-

et

fidèle à sa partie, était à

Le Secrétaire général du

au 23 décembre 1999.

mier ministre, Abdelmalek

la

hauteur des missions

parti du Front de libéra-

Il a assumé plusieurs

Sellal, le président du

dont il était investi à tra-

tion nationale (FLN), Dja-

autres postes depuis 1962,

Conseil constitutionnel, Mourad Medelci et le mi- nistre d'Etat, Directeur de cabinet à la présidence de la République, Ahmed Ouyahia, outre les mem- bres du gouvernement et

vers les différents postes qu'il avait eu à occuper". "Les qualités du défunt demeureront un modèle pour les générations à ve- nir", a-t-il dit. Pour sa part, M. Ouyahia

mel Ould Abbès a indiqué que le défunt Smaïl Ham- dani "a toujours été au ser- vice de son pays, notam- ment dans les moments difficiles", rappelant qu'il avait répondu à l'appel de

parmi lesquels celui de Conseiller juridique du ministre de l'Information (1962-1963), Secrétaire gé- néral du gouvernement (1977-1979) et Conseiller à la Présidence de la Répu-

d'anciens chefs de gouver-

a

affirmé dans une décla-

la Nation, lorsqu'il avait

blique (1980-1983).

nement. Etaient également pré- sents des représentants de partis politiques, d'organi- sations nationales, d'amis et de compagnons du dé- funt, ainsi qu'une foule

ration à la presse, que le défunt Smaïl Hamdani était "un nationaliste qui a voué sa vie au service de l'Algérie". "Le défunt a su perpé- tuer le message des chou-

occupé le poste de chef de gouvernement (décembre 1998) dans une conjonc- ture difficile. Le défunt "a dûment ac- compli son rôle, en tant que moudjahid et militant

Diplomate aussi de car- rière, il a occupé le poste d'ambassadeur auprès du Danemark, de la Norvège, de la Finlande, de l'Es- pagne et de la France.

PARLEMENT

L'APN reprendr aujourd’hui ses travaux en séance plénière consacrée aux questions orales

L'assemblée populaire nationale (APN) ce matin ses travaux en séance plé- nière consacrée aux questions orales, a indiqué hier un communiqué de la chambre basse du Parlement. Six (6)

questions sont au programme de cette séance. Une question sera adressée au Pre- mier ministre, deux (2) au ministre de la Culture, deux (2) autres au ministre de

l'Enseignement supérieur et de la Re- cherche scientifique et une (1) à la minis- tre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, a précisé la même source.

SÉCURISATION DES FRONTIÈRES ET DE LA LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ ORGANISÉE

Dix-neuf contrebandiers appréhendés dans le sud du pays

Dix-neuf (19) contreban- diers ont été appréhendés et plusieurs produits issus de la contrebande ont été saisis mardi par des détachements de l'Armée nationale popu- laire (ANP) dans le sud du pays, a indiqué hier le minis- tère de la Défense nationale dans un communiqué.

«Dans le cadre de la sécuri- sation des frontières et de la lutte contre la criminalité organisée, des détachements de l'ANP ont appréhendé, le 7 février 2017 à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar, In Guezzam (6ème Région mi- litaire) et Adrar (3ème Ré- gion militaire), 19 contre-

bandiers et saisi deux ca- mions, un véhicule tout-ter- rain, 46,3 tonnes de denrées alimentaires, 1.000 litres de carburant, 18 groupes élec- trogènes, 16 marteaux pi- queurs, 5 détecteurs de mé- taux et 2.160 unités de pro- duits cosmétiques», note la même source. D'autre part,

des détachements de l'ANP et des éléments de la Gendar- merie nationale «ont arrêté à Tlemcen, Adrar, Bechar et In Guezzam, 29 immigrants clandestins de différentes nationalités africaines», ajoute le communiqué.

Le Président Bouteflika salue le nationalisme du défunt Smaïl Hamdani

Le président de la République Abdelaziz Bouteflika a adressé mardi un message de condoléances à la famille du défunt Smaïl Ham- dani dans lequel il a salué un nationaliste intè- gre. «J'ai appris avec une profonde affliction le dé- cès de mon cher ami Smaïl Hamdani après une longue vie au service de la patrie pour sa li- bération, son édification, son développement et sa prospérité», a écrit le Président Bouteflika dans son message. Le chef de l'Etat ajoute: «Jamais je n'oublie- rai ces moments privilégiés que nous avons par- tagés, ni les propos que nous échangions avec comme principale préoccupation la recherche des moyens les plus à même de garantir l'édifi- cation et la prospérité de l'Algérie». «Il avait une grande certitude que les Algériens étaient en me- sure de sortir victorieux de la bataille du déve- loppement. Il était confiant que pour l'accomplissement d'un tel exploit ils avaient encore plus de force que celle qui les avait animé lors du combat pour la libération du pays tant était profonde leur vo- lonté de relever le défi et sortir le pays de la sphère de désespoir dans lequel l'occupant voulait le confiner en se servant, vainement, d'une gigantesque propagande médiatique», a encore écrit le président de la République. Le Chef de l'Etat a rappelé que «le défunt ne se lassait guère de labeur. Il commençait toujours par donner l'exemple à ses compagnons et à ses collaborateurs qu'il incitait sans cesse à la per- sévérence. Circonspect et consciencieux, il tenait à mû- rir la réflexion sur la moindre des actions qu'il avait à entreprendre». «Avec la disparition de Smaïl Hamdani, le peuple algérien perd un de ses vaillants fils, un nationaliste loyal, dévoué, aux hautes compé- tences et aux vertus sublimes» a soutenu le président de la République priant Dieu l'Omni- potent d'accueillir le défunt en Son vaste Para- dis, de l'accueillir parmi les sincères et les fidèles et de prêter réconfort à tous les membres de sa famille, à ses porches, amis et compagnons.

Le Président Bouteflika :

Djelloul Khatib

a voué sa vie au

service du pays et

à son édification

Le président de la République, Abdelaziz Bou- teflika, a salué, dans un message de condo- léances à la famille du Moudjahid, Djelloul Khatib, décédé mardi à l'âge de 79 ans, les qua- lités du défunt et son parcours militant pour la libération du pays du joug colonial et son dévoue- ment dans l'édification de l'Etat national mo- derne. «C'est avec une profonde affliction que j'ai ap- pris le décès du frère Djelloul Khatib, l'un de nos militants qui ont voué leur jeunesse à la libéra- tion du pays du joug colonial et contribué avec abnégation et dévouement à l'édification de l'Etat national moderne pour que vive l'Algérie dans la dignité», écrit le Président Bouteflika. «Nous perdons l'un des compagnons de la première heure qui ont répondu à l'appel de la patrie, et contribué après l'indépendance aux ef- forts d'édification nationale», ajoute le chef de l'Etat. «Que pouvons-nous face à la volonté de Dieu sinon que de nous résigner et prier Le Tout Puis- sant d'accorder au défunt Sa Sainte miséri- corde, de l'accueillir dans Son vaste paradis aux côtés de ceux qu'Il a comblés de Ses bienfaits et entourés de Sa grâce éternelle», a ajouté le Président Bouteflika. De même, je prie Allah de «prêter réconfort à tous les membres de sa famille, à ses proches, amis et compagnons et m'associe à leur douleur et peine», conclut le chef de l'Etat dans son mes- sage.

APS

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Jeudi 9 février 2017

TRANSPORT

M.Talai :

«Ouverture de la ligne maritime Oran-Aïn El Turck en juin prochain »

de la ligne maritime Oran-Aïn El Turck en juin prochain » La ligne de transport maritime

La ligne de transport maritime des voyageurs Oran-Ain El Turck s'ouvrira en juin, a affirmé mardi à Oran le ministre des Transports et des Tra- vaux publics, Boudjemaa Talai. Au niveau du site «Les Dunes» à Aïn El Turck, M. Talai s’est enquis de l’état d’avancement de l’appon- tement, une plateforme devant accueillir des na- vires assurant cette desserte maritime reliant le port d'Oran à Ain El Turck. Un appontement fondé sur des caissons (18) dont les travaux entamé en mai 2016 ont atteint un taux d'avancement de plus de 52 % avec un léger re- tard du au problème de dragage, selon les explica- tions fournies sur place. La navette sur cette ligne sera assurée toutes les deux heures à bord d’un navire de transport ma- ritime de 35 mètres, a fait savoir le chargé de com- munication au ministère des Transports et des Tra- vaux publics. Une enveloppe de 200 millions DA a été accor- dée par la wilaya d'Oran en complément à celle né- cessaire pour la réalisation de brise-lames au site «Les Dunes», estimée à 660 millions DA par le la- boratoire d’études maritimes. Au chantier de la nouvelle aérogare internatio- nale d’Es-Sénia dont les gros oeuvres sont achevées,

le ministre a donné des instructions fermes aux ges-

tionnaires de l’entreprise Cosider-construction qui

réalise les travaux, pour rattraper les retards et pa- rachever les lots restants, notamment celui de la charpente pour livrer le projet avant mars 2018. M. Talai a visité également le chantier de réali- sation de la deuxième rocade sud d’Oran reliant Bel- gaïd à El Kerma sur un tronçon de 21 km devant as- surer une fluidité à la circulation et désenclaver six communes de la wilaya. A Arzew, le ministre a eu droit à des explications sur le quai minéralier de Bethioua, en cours de construction par le groupement (Entreprise por- tuaire d'Arzew et Cosider travaux publics). Ce quai est doté d’une capacité de déchargement de 6 millions de tonnes de minerais de fer à l’importa- tion pour les besoins du complexe sidérurgique de Bethioua en première phase et autres quantités en provenance du gisement de Ghar Djebilet en pers- pective. Cette infrastructure peut suffire jusqu’à 10 mil- lions de tonnes de minerais de fer et recevoir des navires d’une capacité de 30.000 à 150.000 tonnes,

a indiqué une source responsable de l’Entreprise

portuaire d’Arzew (EPA). Lors de l'inauguration de la gare ferroviaire d'Ar- zew, le ministre a instruit le Directeur général de

la Société nationale de transport ferroviaire (SNTF)

à valoriser cette infrastructure et à donner les lo-

caux commerciaux en concession pour dégager des recettes supplémentaires à l'effet de réduire les sub- ventions accordées par l’Etat et trouver d’autres so- lutions telles que la publicité pour augmenter les rentrées. Pour sa part, le Directeur général de l’Agence na- tionale des études et de suivi de réalisations des in- vestissements ferroviaires (ANESRIF), Azzeddine Fridi, a fait part, lors de la présentation au minis- tre un certain nombre de projets ferroviaires en cours dans la wilaya d’Oran, d'autres lignes ferro- viaires notamment la ligne à double voie électrifiée Oued Tlélat-Tlemcen sur 132 kilomètres. Lors d'un point de presse à l'issue de sa visite, le ministre a assuré que le projet d'extension du tramway d'Oran sera réalisé en temps opportun, soulignant que de tels projets de service public, sou- vent subventionnés par le Trésor, doivent être économiquement rentables. Au passage, il a déploré 30% de fraudes dans le tramway enregistrées par la police urbaine.

JUSTICE

M.Louh : « 14 textes législatifs promulgués ces trois dernières années »

Quatorze (14) textes législatifs liés à divers domaines judiciaires et juridiques ont été promulgués ces trois dernières années, a déclaré mardi à Alger le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh.

«Criminaliser la violence contre la femme et renforcer le cadre juridique de

la lutte antiterroriste et la lutte contre le

crime organisé en criminalisant le dépla- cement dans des zones de conflits pour perpétrer, financer et inciter aux actes

terroristes figurent entre autres volets touchés par ces lois», a indiqué M. Louh dans son intervention lors des travaux d'une journée parlementaire sur les ob- jectifs et les résultats de la révision constitutionnelle. Cette étape a été marquée par la pro- mulgation de «deux loi importantes qui s'inscrivent dans le cadre du renforce- ment de la protection juridique de cer- taines catégories vulnérables», a rap-

pelé M. Louh, précisant qu'il s'agissait de

la loi portant protection de l'enfant et celle

portant création du Fonds de pension ali- mentaire.

A l'effet d'améliorer le climat des af-

faires, «certaines dispositions du code du commerce relatives aux sociétés à res- ponsabilité limitée (SARL) ont été amen- dées pour encourager l'investissement, outre la loi relative à la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme». Dans ce cadre, le ministre a qualifié de «profondes» les réformes introduites au code de procédure pénale, car ayant «créé de nouveaux mécanismes qui ont

pénale, car ayant «créé de nouveaux mécanismes qui ont permis de renforcer le pouvoir judi- ciaire

permis de renforcer le pouvoir judi- ciaire à travers la dynamisation du rôle du parquet». Le ministre a déploré le recul enregis- tré dans certains pays en matière de li- bertés et de protection des droits des in- dividus sous prétexte de la lutte antiter- roriste au mome nt où l'Algérie mène une bataille concernant ces réformes pour ga- rantir ces principes».

La Constitution et les lois, notam-

ment le code de procédure pénal amendé «consacrent les garanties des libertés et

droits», a indiqué le ministre, souli-

gnant qu'«aucune personne ne pour- rait être empêchée de voyager à l'étran- ger sauf sur décision de justice». Les réformes introduites au code de procédure pénal englobent «le renforce- ment du droit du mis en cause lors de son placement en garde à vue, notamment l'institution du droit de contacter un avocat et d'informer le parquet de tous les lieux de placement en garde à vue», ou- tre la confirmation du «caractère ex- ceptionnel de la détention préventive et

le soutien à l'autorité du juge de siège dans la protection des libertés». Le texte de loi prévoit «la mise en li- berté du prévenu en détention dès la pro- mulgation de la décision du juge d'ins-

truction portant sa libération en dépit de l'appel du parquet, outre la mise en place d'un système juridique pour la protection des témoins dénonciateurs». Parmi les autres acquis contenus dans le code de procédure pénal «l'élar- gissement du champ de compétences ter- ritoriales de la justice nationale aux crimes commis à l'extérieur du pays et portant atteintes aux intérêts fonda- mentaux de l'Algérie et à ses ressortis- sants, et ce dans le cadre du respect des principes du droit international», a-t-il ajouté. Le récent amendement de la Consti- tution intervient pour «consacrer la dé- mocratie et renforcer l'Etat de droit pour lequel le président de la République, Abdelaziz Bouteflika a veillé à en ancrer les fondements et à en assurer les condi- tions de succès». «Grâce à la vision clairvoyante du président de la République, l'Algérie a

surmonté sa crise (

et réussi à préser-

ver son unité et sa cohésion, en dépit des graves évènements et soubresauts qui ont secoué la région». La journée parlementaire a été ponc- tuée par d'autres interventions, dont celles du président du groupe du tiers présidentiel, El Hachemi Djiar, sous le thème «principe des réformes politiques en Algérie» et du Professeur Hamoud Salhi sur «le rôle de l'Algérie dans la pro- motion de la culture de paix et de récon- ciliation nationale au double plan régio- nal et international».

)

RESSOURCES EN EAU ET ENVIRONNEMENT

M.Ouali : « Nécessité d'une orientation vers une économie verte »

Le ministre des Ressources en eau et

de l’Environnement, Abdelkader Ouali a

affirmé, mardi à Blida, la nécessité, pour

le pays, de s’orienter vers une économie

verte, dotée d’une vision moderne, avec

la mise en œuvre des mécanismes d’in-

vestissement dans les projets environne- mentaux. «L’orientation mondiale actuelle nous oblige à réfléchir à une économie verte vi- sant à mettre un terme aux risques en- vironnementaux et participant à la créa- tion d’un équilibre écologique», a indiqué M. Ouali en marge de la clôture d’un col- loque national sur le «Partenariat pour l'environnement». Intervenant à la suite des recomman-

dations issues des ateliers de ce colloque,

il a notamment insisté sur l’importance

d’accompagner les compétences natio-

nales aptes à créer et gérer des projets en- vironnementaux, citant en exemple cer- taines entreprises prospères dans le do-

maine.

Il a fait part, à ce propos, du recense-

ment de 25.000 registres de commerces

dédiés au recyclage et à l’exploitation des déchets recyclables, soulignant, ainsi, l’importance d’accompagner cette orien- tation, en lui conférant un caractère mo- derne, a-t-il dit, d’autant plus que l’Etat

a «mis en place de nombreux méca-

nismes incitatifs à l’investissement, dont les dispositifs d’aide à l’emploi des jeunes». Le ministre des Ressources en eau et

de l’Environnement a instruit, à cet effet,

les directeurs locaux de l’environne- ment d’ «accompagner les porteurs de projets en la matière, en leur facilitant, en-

tre autres, les procédures administra- tives», tout en affirmant la nécessité de

«construire un partenariat entre le privé

et le public, en vue de soutenir l’écono-

mie nationale de façon générale».

Il les a, en outre, invité à se réunir au-

tour du l’Observatoire national de l'en-

réunir au- tour du l’Observatoire national de l'en- vironnement, considéré, selon lui, comme une «base de

vironnement, considéré, selon lui, comme une «base de données participant au rapprochement de tous les parte-

naires actifs du domaine, du citoyen mo- deste, mais aussi des associations, des chercheurs et tous les défenseurs du sys- tème écologique». «Nous devons faire de l’environnent une cause nationale, car d’importants dé-

fis nous attendent à l’avenir», a, encore, soutenu M.Ouali, avant d’affirmer le «rôle efficient joué par les organismes du secteur , dont l’agence nationale des déchets et l’entreprise nationale de la bio- diversité», insistant sur l’importance de les soutenir avec des «propositions pra-

tiques et basées sur une coopération en- tre les différents partenaires du sec- teur». Il a, aussi, abordé l’importance des campagnes de sensibilisation organi-

sées notamment en direction du sec- teur éducatif, où les enfants sont sensi- bilisés sur l’importance d’avoir un quar- tier propre, un environnement sain, des surfaces vertes, et de lutter contre le gas- pillage. Ouvert depuis hier lundi, ce colloque

national a vu la tenue de six(6) ateliers axés sur différents thèmes liés, entre

autres, au «partenariat entre les autori- tés locales et la société civile», «le volon-

tariat et l’économie verte», «l’éducation environnementale» et «la protection des ressources en eau». Parmi les recommandations issues de ces ateliers, il est signalé la création d’un système d’alerte sur les problèmes liés a l’environnement en Algérie, l’ins- titution d’une charte locale pour la consécration du partenariat environne- mental, ainsi que la mise en place d’un dispositif d’information et de cellules de proximité locales.

D’autres recommandations ont été axées sur la nécessite de faciliter les pro- cédures d’autorisation du recyclage des déchets, et d’instituer une législation pour le suivi des projets environnemen- taux, outre la réactivation des clubs verts et l’élaboration d’un guide sur l’investis- sement dans l’économie verte. La réhabilitation des espèces végétales menacées de disparition, la réalisation d’études pour la protection de l’envi- ronnement et des systèmes écologiques, l’organisation d’ateliers pour la valorisa- tion des projets environnementaux et l’implication de la presse nationale dans la sensibilisation sur l’environnement sont les autres recommandations de

à laquelle ont pris part

cette rencontre,

une centaine d’associations environne- mentales du pays. Selon M. Ouali, ces recommandations doivent constituer «une feuille de route ,sur la base de laquelle seront distribués les rôles sur les différents partenaires du domaine, en vue de l’institution d’une ci- toyenneté autour de l’environnement». Avant la clôture de ce colloque, le mi- nistre a visité un nombre de places pu- bliques et surfaces vertes réalisées, par des opérateurs privés, à travers la wilaya. Louant cette initiative, il a estimé qu’elle

est «au coeur même de l’esprit de ci- toyenneté», tout en appelant à sa géné- ralisation à d’autres wilayas.

APS

Jeudi 9 février 2017

ÉCONOMIE

DK NEWS 5

ASSURANCES

Coopération entre SAA et Cash pour une saine concurrence

La Société algérienne des assurances (SAA) et la Compagnie algérienne des assurances dans le secteur des hydrocarbures (Cash) ont signé récemment un protocole d'accord de coopération commerciale et de saine concurrence, a appris l'APS auprès d'un responsable de la SAA.

Portant exclusivement sur les grands assurés (risques entreprises), cet accord vise à introduire «plus de déontologie dans le

secteur des assurances pour faire en sorte qu'il y ait un respect entre les compa- gnies d'assurance elles- mêmes, et également vis-à- vis de leurs clients», ex- plique M. Omar Akchiche, conseiller du P-dg de la SAA. Premier du genre en Algérie, cet accord s'arti- cule autour de trois volets essentiels.

Il s'agit, désormais, de

s'assurer que la situation

financière de chaque grand client à l'égard de sa compa- gnie d'assurance soit apurée lorsqu'il souhaite changer d'assureur, précise le même responsable.

A ce propos, un respon-

sable de Cash explique que

rentielle fondée sur des principes professionnels et d'éthique, poursuit-il. La coassurance est une technique par

rentielle fondée sur des principes professionnels et d'éthique, poursuit-il. La coassurance est une technique par laquelle plu- sieurs compagnies d'assu- rance garantissent un même risque au moyen d'un même contrat en vue d'en limiter les consé- quences, permettant ainsi un partage des risques en- tre plusieurs compagnies d'assurance. En cas de réalisation d'un

mettre en péril leur santé fi-

ces cas se produisent lorsque certains risques in- dustriels exigent de l'assuré le paiement de polices d'as- surance élevées. Dans ce genre de situa- tion, la compagnie d'assu- rance peut accorder à l'as- suré un échéancier lui per-

s'est engagée à ne pas fixer la police d'assurance à un montant inférieur à celui proposé par l'autre pour les risques entreprises. Quant au troisième volet, les deux compagnies envi- sagent d'utiliser les capaci- tés nationales de réassu-

sinistre, le principe de coas- surance permet aux compa- gnies concernées de faire face aux remboursements prévus sans pour autant

nancière. Pour rappel, le chiffre d'affaire global du secteur des assurances a augmenté

mettant de régler progres-

rance lorsqu'il s'agit de

à

près de 70 milliards de

sivement les primes d'assu- rances dues. Cependant, il arrive que certains clients changent de société d'as- surance sans avoir apuré leurs dettes auprès de leur

grosses affaires, et ce, à tra- vers le partage du risque entre ces deux sociétés, et d'éviter ainsi le recours aux compagnies internationales de réassurance.

DA au premier semestre 2016 (dernier chiffre dis- ponible), soit une hausse de 3,2% par rapport à la même période de 2015. L'activité de réassurance

ancien assureur. Mais avec cet accord en-

Mais pour plus d'effica- cité, M. Akchiche souhaite

a

près de 15 milliards de DA au

enregistré un montant de

(16%).

tre SAA et Cash, l'assuré ne pourra pas changer d'as- sureur dans le cas où il n'aura pas assaini sa situa- tion financière (si l'assuré veut passer d'une de ces deux compagnies à l'autre). S'agissant du deuxième

l'élargissement de cet ac- cord aux autres sociétés d'assurances publiques et privées. De tels protocoles d'ac- cord visent à promouvoir la coassurance et l'échange d'informations concernant

1er semestre 2016 (hausse de 18,5% par rapport au 1er semestre 2015), dont 13,5 milliards de DA en affaires nationales, et dont la part la plus importante revient à l'incendie (44,3% de la tota- lité) et aux branches engi-

volet de cet accord, cha- cune des deux compagnies

la clientèle assurée et à as- surer une pratique concur-

neering (19%) et transport

SUCRE

La facture

d'importation en hausse en 2016

SUCRE La facture d'importation en hausse en 2016 Les importations de sucre et de ses matières

Les importations de sucre et de ses matières premières

(sucres blanc, roux, de betterave brute, de canne à sucre,

ont augmenté à 871,7 millions de

dollars (usd) en 2016 contre 714,76 millions usd en 2015,

a appris l'APS auprès des Douanes. Quant aux quantités des importations de sucre, elles ont également marqué une hausse à 2,03 millions de tonnes (Mt) contre 1,93 Mt, selon le Centre national de l'in- formatique et des statistiques des douanes (Cnis). Ainsi, le coût des importations de sucre a grimpé de près de 22% en 2016 tandis que les quantités importées

ont augmenté de 5,25%.

Cette hausse de la facture du sucre s'explique non seu- lement pas l'augmentation des quantités importées mais aussi par le renchérissement des prix à l'importa- tion par l'Algérie de cette denrée alimentaire. En effet, le prix moyen à l'importation du sucre roux

a été de 398 usd/tonne sur les 10 premiers mois de 2016 contre 358 usd/t à la même période de 2015, soit une hausse

de 11,2%. Même tendance pour le sucre blanc dont le prix à l'im- portation a augmenté à 522 usd/t contre 506 usd/t (+3,2%). Sur les marchés mondiaux, les cours du sucre conti- nuent à flamber: dans son dernier rapport, l'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a indiqué que l'indice des prix de ce produit alimen- taire avait fait un bond spectaculaire de près de 10% en janvier 2017. Ceci s'explique par un resserrement de l'of- fre sur une longue période au Brésil, en Inde et en Thaïlande.

sirop de lactose

)

Brésil, en Inde et en Thaïlande. sirop de lactose ) Les participants au 3e séminaire national

Les participants au 3e séminaire national sur l’énergie et le développement, ouvert mardi à Adrar, ont mis en avant l’importance de gagner le pari de la transition vers les éner- gies renouvelables et le développement des recherches en la matière pour atteindre un développement durable en Al- gérie. «L’exploitation des énergies renouvelables revêt une grande importance et il appartient de gagner le pari de la transition énergétique vers les énergies renouvelables», a affirmé le directeur du Centre de développement de la re- cherche sur les énergies renouvelables (CDER), Noureddine Yassâa, en ouverture des travaux de cette rencontre qu’abrite l’Université d’Adrar, en présence d’experts et chercheurs universitaires. Les pays du monde ont saisi l’importance des enjeux en- vironnementaux engendrés de l’exploitation des énergies conventionnelles fossiles, a-t-il souligné dans ce contexte.

Il a ajouté que le programme national des énergies re-

nouvelables traduit une réelle détermination de l’Algérie à aller vers la transition énergétique et être au diapason des attentes de la communauté internationale visant la préser- vation de l’environnement et la réalisation d’un développe- ment durable. Cette approche se concrétise à travers le programme na- tional des énergies renouvelables établi à l’horizon 2030 et portant production d’une capacité électrique de 22.000 mé- gawatts, a expliqué M.Yassaâ. Ce programme national, a-t-il dit, place les énergies re- nouvelables parmi les priorités de la stratégie énergétique en vue de réduire les émanations de gaz carbonique (CO2) et les émissions de gaz, d’éviter les catastrophes climatiques, de préserver la biodiversité, de lutter contre la désertifica- tion et de diversifier et promouvoir les ressources énergé- tiques.

ÉNERGIES RENOUVELABLES

Gagner le pari de la transition énergétique pour un développement durable

Pour valoriser les efforts déployés en ce sens, le même res- ponsable a rappelé que plusieurs secteurs, à l’instar de l’En- seignement supérieur et de la Recherche scientifique et de

la Formation professionnelle, ont ouvert de nouvelles filières

d’enseignement et de formation liées à la production et à l’ex-

ploitation des énergies renouvelables, à travers la création de centres de recherches dans différentes régions du pays. M.Yassaâ citera, à ce titre, les projets expérimentaux et de proximité en matière d’exploitation des énergies renou- velables menés à travers le pays et destinés notamment à as- surer la mobilisation de l’eau, l’éclairage public et la four-

niture de l’électricité dans des édifies et installations publics

et pour des groupement d’habitations dans certaines régions

enclavées et reculées.

La recherche scientifique appliquée, un outil aux mains des investisseurs

Dans son intervention, Hadj Kouider Mohamed, de l’université d’Adrar, a indiqué que les experts et cher- cheurs universitaires en énergies renouvelables misent sur l’accompagnement dans le développement de prototypes opérationnels exploitant ce type d’énergies dans diffé- rents secteurs vitaux. Le conférencier a, dans ce sillage, ex- posé une étude scientifique détaillée sur les modes d’exploi- tation de la géothermie dans la production électrique en uti- lisant la vapeur ainsi dégagée pour faire fonctionner les tur-

bines des générateurs dans les centrales. M. Hadj Kouider estime ainsi que la mise en pratique de ces recherches requiert la réunion de plusieurs facteurs né- cessaires, dont le renforcement de l’accompagnement des recherches, notamment sur le plan matériel, afin de pou- voir mener des études scientifiques précises confirmant leur efficience énergétique. Le recteur de l’université d’Adrar, Abdallah Yahmaoui,

a fait part, de son côté, de la détermination de l’Université d’apporter l’accompagnement et le soutien nécessaires aux efforts des scientifiques, de surcroît menés par des com- pétences algériennes, avant d’appeler les auteurs de ces études à oeuvrer à la collecte de données afférentes au vo- let matériel nécessaire, les compétences scientifiques étant disponibles, pour avancer dans la concrétisation, sur le ter- rain, d’une expérience «pilote» dans l’exploitation de cette énergie localement.

Les énergies renouvelables, opportunité d’impulsion du développement économique

Les énergies renouvelables suscitent, au regard de l’im- portance qu’elles revêtent notamment dans la wilaya d’Adrar, reconverti en pôle national par «excellence» avec une production électrique de plus de 63 Mégawatts, l’inté- rêt des opérateurs économiques, car constituant une oppor- tunité «précieuse» pour impulser le développement écono- mique. Ces efforts ont donné lieu à l’émergence de nouvelles mi- cro-activités portant sur l’installation de panneaux so-

laires, d’équipements d’exploitation de cette énergie pro- pre à des fins domestiques et son utilisation dans des édi- fices publics, et reflétant notamment par des success-sto- ries d’opérateurs ayant pris part à l’exposition mise sur pied en marge de cette rencontre scientifique. Organisée en coordination avec l’unité de développement des recherches en énergies renouvelables en milieu saha- rien (UDRER-MS-Adrar) et le laboratoire de développement durable, de l’informatique, de l’énergie, de l’environnement et des systèmes informatiques, cette rencontre scienti- fique prévoit l’animation, deux jours durant, par des par- ticipants venus de différentes universités du pays, une sé- rie de communications ayant trait à la situation des éner- gies renouvelables en Algérie et dans le monde et aux en- jeux et perspectives de l’énergie propre. La rencontre servira de cadre pour passer en revue les études scientifiques sur l’exploitation efficace des énergies renouvelables dans les domaines économiques et l’impact économique de la transition énergétique. Dans le but de renforcer la notion de l’ouverture de l’uni- versité sur son environnement, une sortie sur le terrain sera organisée au profit des participants à un atelier de produc-

tion et d’exploitation des équipements des énergies renou- velables, relevant d’un promoteur privé dans la commune de Timi, (Sud d’Adrar). Une table ronde y sera animée, en présence de chercheurs et opérateurs, sur les voies et mécanismes scientifiques, théo- riques et pratiques, d’intégration des énergies renouvela- bles dans le développement des activités économiques dans la région.

APS

6 DK NEWS

ÉCONOMIE

Jeudi 9 février 2017

ALGÉRIE - FRANCE

L'Algérie et la France «doivent continuer à travailler sur les bases établies par leurs deux Présidents»

L'Algérie et la France doivent continuer à travailler sur les «bases solides» de partenariat qui ont été établies par les présidents Abdelaziz Bouteflika et François Hollande, a affirmé mardi la présidente de la commission des affaires étrangères de l'Assemblée française, Elisabeth Guigou.

«Nos deux pays vont chacun entrer dans une période électorale, avec des élections présidentielle et législatives en France et des élections législatives en Algérie en 2017. Durant cette période, nous devons continuer à travailler sur les bases solides de partenariat qui ont été éta- blies par les présidents Hollande et Bouteflika à Alger en décembre 2012 lors de la visite d’Etat du président français», a-t-elle indiqué dans un entretien accordé à l'APS (voir l'inté- gral sur le site www.aps.dz). Elle a relevé, dans ce sillage, que le Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN), qui s’est tenu pour la première fois à Alger en décembre 2013, «a permis aux gouvernements français et algériens de se réunir presque chaque année afin de tra- vailler sur tous les volets de la rela- tion bilatérale». Dans le domaine économique éga- lement, le Comité mixte économique franco-algérien (COMEFA), qui s’est réuni chaque année depuis novem- bre 2014, a été créé pour être «une instance de dialogue privilégié sur tous les aspects de notre coopération économique», a-t-elle souligné. «C’est dans l’intérêt de nos deux pays de continuer à multiplier les projets communs dans les secteurs économique, scientifique et culturel. Nous devons également continuer à travailler sur les questions de notre mémoire et de notre histoire parta- gées, qui sont souvent encore dou- loureuses. Permettre au passé de s’écrire et se tourner ensemble vers l’avenir. Nous devons continuer sur cette voie», a-t-elle insisté.

qui regardent plus vers l’Est», a-t-elle soutenu, précisant que ce sujet était «au coeur du rapport publié récem- ment par deux parlementaires fran- çais, avec pour message principal de remobiliser l’Europe vers son sud». «En tant que présidente de la com- mission, je ne suis nullement enga- gée par les propos tenus à l’occasion de la présentation de ce rapport qui ont, hélas, brouillé ce message», s'est-elle indignée, tout en expli- quant que «c’est au sud, et notam- ment au Maghreb, que se trouvent les premiers partenaires de l’Europe dans la lutte contre le terrorisme». Pour elle, la France «l’a bien expé- rimenté dans sa coopération avec l’Algérie» et «nous sommes égale- ment confrontés aux mêmes défis migratoires». «Les partenaires de la rive sud, et c’est vrai en particulier de l’Algérie, sont surtout les partenaires majeurs du règlement des crises régionales», a-t-elle argumenté. «On le voit bien avec le rôle de pre- mier rang joué par l’Algérie dans le règlement de la crise malienne ou dans la promotion d’une solution réaliste et inclusive en Libye», a-t-elle ajouté. Dans ce contexte, Mme Guigou a estimé que le dialogue des pays rive- rains de la Méditerranée occidentale (5+5) joue un rôle de «premier ordre», relevant qu'il est actuelle- ment co-présidé par l’Algérie et la France.

L’Algérie, partenaire majeur du règlement des crises régionales Interrogée sur la coopération entre l'Union européenne et les pays de la rive sud de la Méditerranée, Mme Guigou a indiqué que l'UE devait «bien prendre en compte la priorité stratégique que représente pour elle son voisinage sud, et en par- ticulier le Maghreb». «Il est vrai que si les pays du sud de l’Europe, dont la France, en ont bien conscience, c’est parfois moins vrai pour certains autres Etats membres

parfois moins vrai pour certains autres Etats membres Rôle incontournable de l’Algérie sur la scène

Rôle incontournable de l’Algérie sur la scène régionale

Questionnée

sur

la

coopération

entre les deux pays en matière de lutte antiterroriste, la responsable française a soutenu que le terro- risme, avec ses ramifications interna- tionales, «ne peut être vaincu que par une coopération étroite entre tous les pays», ajoutant que cette coopération «existe entre la France et l’Algérie et elle est très satisfaisante». «Nous travaillons notamment au plan opérationnel et dans le domaine de la lutte contre la radicalisation où l’expérience de l'Algérie, qui a payé un lourd tribut durant la décennie noire, est particulièrement pré- cieuse», a-t-elle souligné. Elle a indiqué, à ce propos, que «chaque fois que la France a été frap- pée par l’horreur du terrorisme, les manifestations de soutien et de soli- darité ont été nombreuses en Algérie», exprimant, à cette occasion, «toute la reconnaissance de la France aux autorités et à la population algé- riennes». Pour Mme Guigou, cette coopéra- tion que «nous avons développée pour lutter contre le terrorisme, se situe à la hauteur du rôle incontour- nable que joue l’Algérie sur la scène régionale, en particulier pour restau- rer la paix et la stabilité en Libye et au Mali». «Nos deux pays se consultent régulièrement sur ces dossiers et nous partageons la préoccupation des autorités algériennes, comme nous partageons leur conviction que seuls le dialogue et la réconciliation politique permettront un règlement durable de ces conflits», a-t-elle affirmé.

ALGÉRIE - AFRIQUE

La Gouvernance de l'internet, thème d'une conférence africaine lundi à Alger

La Gouvernance de l'internet sera au centre d'une conférence africaine lundi prochain à Alger, à l'initiative du ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de la commu- nication (MPTIC) et la Banque africaine de déve- loppement (BAD), a annoncé le ministère hier, dans un communiqué. Cette conférence, qui se tiendra au Centre international des conférences Abdelatif-Rahal, verra la participation de ministres africains en charge des technologies de l'information et de la communication, des représentants de l'Union internationale des télécommunications (UIT) et de l'Union africaine (UA) ainsi que des experts dans le domaine de la gouvernance de l'internet. Ce rendez-vous de haut niveau «se veut un espace de débats et d'échanges entre les diffé- rents acteurs dans la sphère panafricaine du numérique, pour discuter des possibilités de coordination pour la gouvernance de l'internet dans les pays africains», souligne la même source. «L'impact direct de l'internet sur la vie quoti- dienne des populations africaines dans les domaines social, culturel, économique et poli- tique constitue un défi pour l'Afrique qui demeure le continent qui bénéficie le moins des retombées de l'économie numérique», relève-t- on. Dans ce contexte, cette conférence a pour objectif de «rapprocher les points de vue des pays africains et d'unifier leurs positions par rapport à la problématique de la gouvernance de l'internet afin que l'Afrique s'approprie un usage de l'internet adapté à ses besoins et à ses réali- tés», ajoute le communiqué. Par la même occasion, des conférences thé- matiques, animées par une pléiade d'experts de renommé internationale, porteront sur «la gou- vernance de l'internet, le partage équitable des revenus de l'internet et la protection des utilisa- teurs sur la toile». A travers l'organisation de cette Conférence, «l'Algérie fidèle à ses engagements africaine, réaffirme sa disponibilité à agir en étroite colla- boration avec les autres membres de l'UA dans une perspective assurant l'impulsion d'une dynamique d'économie numérique à même d'assurer une meilleure interconnexion et des échanges à la hauteur des aspirations des peu- ples africains», souligne la même source. En marge de cette conférence, il est prévu, notamment, l'installation du Comité de liaison de la dorsale transsaharienne à fibre optique (CLTD), indique le communiqué. Initié en 2003 dans le cadre de Nouveau par- tenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD), ce projet, rappelle-t-on, vise l'édifica- tion d'un réseau large-bande dans le processus de développement et d'intégration qui réponde aux besoins grandissants en infrastructure de transport d'un contenu fiable, sûr, moderne et au service des Africains.

CHANGES

L'euro recule face au dollar, affecté par des inquiétudes sur la zone euro

L'euro reculait face au dollar hier tou- jours affecté par des inquiétudes sur les risques politiques en Europe et plus parti- culièrement en France à moins de trois mois du premier tour de l'élection prési- dentielle. L'euro valait 1,0652 dollar contre 1,0681 dollar mardi soir, et perdait également du terrain face à la monnaie nippone, à 119,65 yens pour un euro, tombant à 119,38 yens, son niveau le plus faible en deux mois contre 120,00 yens la veille. Le billet vert se stabilisait face à la devise japonaise, à 112,33 yens pour un dol- lar contre 112,35 yens la veille. "Avec le Brexit et Donald Trump, cela faisait un moment que l'on n'avait pas trop prêté attention à la zone euro", a observé Connor Campbell, analyste chez Spreadex. En outre, les objectifs assignés par la zone euro à la Grèce semblent "démesuré-

par la zone euro à la Grèce semblent "démesuré- ment optimistes" et risquent d'avoir de "graves

ment optimistes" et risquent d'avoir de "graves répercussions" sur la croissance du pays, a prévenu le Fonds monétaire international (FMI) dans un rapport alar- miste contesté par Bruxelles et Athènes. De son côté, le billet vert restait prisé par les courtiers, après avoir "connu un rebond impressionnant mardi après des

commentaires d'un responsable de la Réserve fédérale américaine (Fed) qui ont renforcé les attentes d'une hausse des taux d'intérêt en mars", a relevé Lukman Otunuga, analyste chez FXTM. Une nouvelle hausse des taux direc- teurs aux Etats-Unis rendrait le billet vert plus rémunérateur et donc plus attractif

pour les cambistes qui cherchent ainsi à effectuer des achats à bon compte avant une telle action. La livre britannique montait un peu face à la monnaie européenne, à 85,21 pence pour un euro, mais baissait face au billet vert, à 1,2499 dollar pour une livre. Le franc suisse montait un peu face à l'euro, à 1,0646 franc pour un euro, mais baissait face au le billet vert, à 0,9994 franc pour un dollar. La devise chinoise se reprenait un peu face au dollar, à 6,8748 yuans pour un dol- lar contre 6,8853 yuans mardi quand elle avait atteint son niveau le plus faible en fin d'échanges depuis mi-janvier. L'once d'or valait 1.236,17 dollars, contre 1.231 dollars mardi soir. Le cours de l'once de métal jaune est monté mercredi à 1.239,03 dollars, son niveau le plus fort en près de trois mois. APS

Jeudi 9 février 2017

ÉCONOMIE

DK NEWS 7

COMITÉ ALGÉRO-TUNISIEN DE L’ÉNERGIE

Optimiser les interconnexions électriques et mieux approvisionner les zones frontalières

Le Comité bilatéral Energie algéro-tunisien a souligné lors des travaux de sa réunion périodique tenue mardi à Alger, la nécessité d'optimiser les interconnexions électriques et d'améliorer l'approvisionnement des zones frontalières en énergie.

Les discussions lors, de cette réu- nion co-présidée par le ministre de l'Energie Noureddine Boutarfa et son

homologue tunisienne, Héla Cheikhrouhou, ont porté sur l'état d'avancement et de développement des projets et des contrats en cours et sur les opportunités de coopération futures, selon un communiqué du ministère. Il a été notamment question d'op- timiser davantage les capacités d'ex- ploitation des interconnexions élec- triques entre les deux pays, d'exami- ner la possibilité d'augmenter le seuil

de transit de l'énergie et de dévelop-

per les échanges commerciaux d'électricité ainsi que les échanges d'expérience en matière de raccorde- ment des régions isolées et fronta-

lières en électricité et en gaz, précise

la même source.

Le Comité a d'ailleurs noté «avec satisfaction» le bon fonctionnement des lignes d'interconnexion élec- triques suite à la mise en service en 2014 de la ligne 400 kV Cheffia (Algérie)-Djendouba (Tunisie). Lors de cette rencontre, les deux parties ont également abordé les perspectives de coopération dans le domaine de la production des hydro- carbures et l'exploration dans des blocs libres du domaine minier dans les deux pays. Le groupe Sonatrach et la société tunisienne des activités pétrolières (Etap) avaient créé en 2003 une société algéro-tunisienne «Numhyd» qui active essentiellement dans l'ex- ploration, la production du pétrole et du gaz en Algérie et en Tunisie. Il a été aussi question de l'approvi- sionnement de la Tunisie en produits pétroliers, notamment en Gaz de pétrole liquéfié (GPL), mais aussi en gaz butane dans les villes fronta- lières. Dans ce sens, le Comité a noté le renouvellement des contrats d'ap- provisionnement de la Tunisie pour des quantités allant de 120.000 à 140.000 tonnes en GPL et 20.000 tonnes en butane. Concernant l'approvisionnement de la Tunisie en gaz naturel, le Comité a pris acte de l'augmentation des volumes de gaz exportés vers la

de l'augmentation des volumes de gaz exportés vers la Tunisie et qui a atteint les 2,5

Tunisie et qui a atteint les 2,5 Gm3 à partir de janvier 2016. Le Comité a aussi demandé à

actualiser et à approfondir l'étude d'exécution en vue d'alimenter la ville historique de Sakiet Sidi Youcef à partir du réseau gaz algérien, ce qui constituera une première étape dans la concrétisation du projet d’approvi- sionner les villes frontalières tuni- siennes en gaz naturel, est-il indiqué dans le communiqué. Les deux ministres se sont par ailleurs expri- més longuement sur la coopération et les échanges d'expérience en matière d'énergies renouvelables, d'efficacité énergétique et de forma- tion qu'ils ont qualifiés d'«éléments nécessaires et porteurs de perspec- tives nouvelles» en termes de diversi- fication des sources d'énergie, d'inté- gration nationale et d'emploi du génie local. A ce propos, le Comité a pris note des discussions entre l'Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l'utilisation de l'énergie (Aprue) et son équivalent tunisien, l'Agence nationale pour la maîtrise d'énergie (ANME), concer- nant la finalisation d'un accord de coopération dans l'efficacité énergé- tique et les a invité à le parapher à l'occasion de la tenue de la prochaine session de la grande commission mixte algéro-tunisienne prévue à Alger au courant de cette année. Lors de cette réunion, les deux parties ont qualifié les relations entre les deux pays, notamment dans le domaine énergétique, d'«exem-

plaires et de fructueuses». Le ministre de l'Energie Noureddine Boutarfa a rappelé que, «sur orientation du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, les efforts de coopération et d'échange d'expérience, notamment en matière énergétique vont se pour-

suivre et se densifier du fait des excel- lentes relations, confiantes et cor- diales, que les deux pays frères ont toujours entretenues». M. Boutarfa a affirmé la disposi- tion de l'Algérie, à travers la société Naftal, «à satisfaire toutes les demandes de la Tunisie (en GPL) et à augmenter les quantités approvi- sionnées». De son côté, la ministre tunisienne s'est dit intéressée par le modèle algérien pour le développe- ment des énergies renouvelables d'autant que son pays aspire à la pro- duction de 30% de son énergie de sources renouvelables à l'horizon

2030.

Pour rappel, le comité bilatéral Energie algéro-tunisien regroupe les représentants des ministères et des entreprises énergétiques des deux pays qui se réunissent périodique- ment, alternativement à Alger et à Tunis. La dernière réunion du Comité bilatéral s'est tenue en juillet 2015 à Tunis, rappelle-t-on. La session du Comité a été précé- dée par la réunion des experts dimanche et lundi pour examiner l'état des relations bilatérales dans le domaine de l'énergie.

Bouchouareb : «Nécessité de développer le partenariat algéro-tunisien dans le secteur minier»

Le ministre de

l'Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb,

a affirmé mardi à Alger

lors de sa rencontre avec la ministre tunisienne de l'Energie et des Mines, Héla Cheikhrouhou, que

le partenariat algéro-tuni-

sien dans le secteur des mines, notamment au niveau des régions fronta- lières «sera redynamisé», indique un communiqué du ministère. «L'Algérie et la Tunisie sont unies par des rela-

tions fortes et diversifiées que nous oeuvrerons à redynamiser à travers des

générateurs de

projets (

richesses et d'emplois pour les jeunes des deux pays», a précisé M. Bouchouareb. «La priorité sera accordée au dévelop-

)

M. Bouchouareb. «La priorité sera accordée au dévelop- ) pement des relations bila- térales dans le

pement des relations bila- térales dans le domaine minier au niveau des régions frontalières qui recèlent d'importantes ressources minérales», a fait savoir le ministre. Les deux parties ont mis l'accent sur l'impor- tance d'exploiter les res- sources naturelles des régions frontalières en vue

de «lancer un nouveau partenariat» visant la valo- risation des ressources minières existantes et la création d'activités indus- trielles et de services dura- bles axés autour des grands projets, a indiqué le communiqué. Les deux ministres ont convenu pour la première fois d'in- troduire la coopération et

le partenariat dans le sec- teur à l'ordre du jour de la haute commission mixte et dans les entretiens autour du développement des relations écono- miques, ajoute-t-on de même source. M. Bouchouareb et son homologue tunisienne ont convenu également de la nécessité d'intensifier les échanges et de valoriser l'expérience humaine des deux pays dans le domaine minier outre le développe- ment des relations entre agences minières, a pré- cisé la même source. La ministre tunisienne a coprésidé mardi à Alger avec le ministre de l'Energie, Noureddine Bouterfa, les travaux de la commission bilatérale algéro-tunisienne.

PRÉSIDENT DE L'OPEP :

Le marché "réagit bien" à la réduction de l'offre

Le président de l'OPEP, Mohamed Saleh al-Sada, a estimé hier à Doha que le marché pétrolier répondait "bien" à la réduction de l'offre, engagée par des producteurs de l'OPEP et hors OPEP. "Je pense que le marché réagit bien et vous pouvez voir la baisse de l'offre", a déclaré M. Sada, ministre de l'Energie du Qatar, à la presse à Doha. Deux accords de limitation de l'offre conclus par l'OPEP, l'un en son sein, l'autre avec ses par- tenaires dont la Russie, sont entrés en vigueur le 1er janvier. Ces accords portent sur une baisse de l'of- fre de quelque 1,8 million de barils par jour. L'objectif de réduction de l'offre, prévue sur une période initiale de 6 mois, est de rééquilibrer le marché. Depuis 2014, une surabondance de l'offre face à une faible croissance de la demande a fait chuter les prix de l'or noir, ce qui a poussé fin 2016 des producteurs menés par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) à limiter leurs extractions. Cela a eu pour effet de permettre aux cours de renouer avec les 50 dollars "Le degré d'adhésion (aux accords OPEP/non- OPEP) est très élevé", a dit le président de l'OPEP, ajoutant toutefois qu'il "est trop tôt pour porter un jugement" définitif. Mais M. Sada a estimé qu'il pourrait avoir "une meil- leure idée" après la réunion de l'Organisation en mai prochain. "Nous ne manipulons pas les prix", a encore dit le président de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole soulignant que l'organisation était "responsable de la sécu- rité de l'approvisionnement" du marché. *

PÉTROLE :

Le pétrole ouvre en légère baisse à New York

Les cours du pétrole ont légèrement reculé hier à l'ouverture à New York, raison des inquiétudes sur le niveau des réserves de brut américaines à l'approche de la publi- cation des chiffres hebdomadaires du département de l'Energie (DoE). Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI), référence américaine du brut, per- dait 32 cents à 51,85 dollars sur le contrat pour livraison en mars au New York Mercantile Exchange (Nymex). Les prix du brut reculent nettement depuis le début de la semaine et ont déjà concédé environ 3,7% à New York par rap- port à leur niveau de clôture vendredi. "Le marché est sous pression à cause de la hausse exceptionnelle des estimations des stocks de brut par l'American Petroleum Institute (API)", a mis en avant un expert. Les investisseurs ont pris connaissance mardi soir des estimations de la fédération privée API qui, comme d'habitude, précé- dent les chiffres officiels et plus complets du DoE, dont la publication est prévue mer- credi. "Si les chiffres officiels du DoE devaient montrer une hausse des stocks similaire ( ) les réserves de brut seraient propulsées tout près de leur niveau record", ont indiqué les analystes dans une note. Selon un consensus compilé par Bloomberg, les analystes attendent une hausse des stocks de brut de 2,5 millions de barils, des stocks d'essence de 1,5 million de barils et des stocks de produits distillés de 500.000 barils. "Le marché s'attendait à ce que les stocks restent sous contrôle avec la réduction de la production de l'Opep et de ses partenaires pour l'instant on n'a certainement pas vu cette baisse se traduire par des stocks améri- cains plus faibles", a commenté un observa- teur.

APS

8 DK NEWS

RÉGIONS

Jeudi 9 février 2017

FORMATION PROFESSIONNELLE :

1.720 nouvelles places pour la session de février à Naâma

Pas moins de 1.720 nouvelles places pédago- giques sont offertes par le secteur de la forma- tion et de l’enseignement professionnels, dans la wilaya de Naâma, en prévision de la prochaine rentrée (session de février 2017), a-t-on appris hier des responsables locaux du secteur. Elles sont réparties sur la formation résidentielle (605 places), l’apprentissage (503), la formation de la femme au foyer (235) et des pensionnaires des établissements pénitentiaires (120), ainsi que les cours du soir (65), la formation par conventions (60) et la formation passerelle (25), a-t-on dé- taillé. Il s’agit aussi de 95 autres places de forma- tion qualifiante retenues en faveur de profession- nels, fonctionnaires et porteurs de projets sur- tout dans certaines filières agricoles, selon la même source. Pour la nouvelle session, le sec- teur accueillera dans la wilaya de Naâma plus de 4.300 stagiaires inscrits dans 71 spécialités et 15 filières de la formation professionnelle, a-t- on fait savoir. Pour satisfaire la demande du mar- ché de l’emploi en main d’£uvre qualifiée, cette session verra l’ouverture de plusieurs spécialités liées notamment aux secteurs de l’agriculture et des travaux publics, tandis qu’un léger recul est enregistré dans les spécia- lités relatives aux domaines de l’administration et de la gestion. Parmi les nouvelles spécialités, figurent le dessin en génie-civil, la réhabilita- tion des routes et l’élevage de bétail (ovins et ca- prins). Le secteur s’est renforcé par de nouveaux équipements afin d’améliorer les techniques d’enseignement pédagogique et d’apprentissage dans certaines spécialités, notamment dans les domaines de l’agriculture, du tourisme et de l’hôtellerie, signale-t-on. L’on compte actuel- lement dans la wilaya de Naâma 11 Centres de formation professionnelle et d’apprentissage (CFPA), deux annexes en milieu rural, et un Ins- titut national spécialisé de la formation profes- sionnelle (INSFP), encadrés par 115 ensei- gnants. Les travaux sont en cours pour la réa- lisation d’un nouveau CFPA dans la daïra d’Asla d’une capacité de 200 places.

KHENCHELA

Extension de 20.000 hectares de la superficie agricole cultivée

La superficie agricole cultivée dans la wilaya de Khenchela a été renforcée à la faveur d’une extension de 20.000 hectares, au titre de la saison agricole 2016-2017, a-t-on appris mardi auprè de la direction des services agricoles (DSA). L’extension de la superficie cultivée in- tervient en application des directives du minis- tère de l’Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche, consistant à cultiver les terres en jachère «inexploitées», a indiqué le chef de service de l’organisation de la production et du soutien technique à la DSA, Ahmed Hamzaoui. Le total des superficies cultivées au cours de l’actuelle saison agricole a atteint plus de 120.300 hectares, comparativement à celles de la saison 2015-2016 estimées à 100.800 hec- tares, a précisé ce responsable. Dans ce même contexte, M. Hamzaoui a dé- claré que la superficie cultivée, destinée à la pro- duction céréalière dans la région Sud de la wi- laya de Khenchela, a atteint au cours de la pré- cédente saison agricole 73% de l’ensemble de la production dans ce domaine à Khenchela, sou- lignant que sa superficie a dépassé 31.000 hec- tares alors qu’elle n’excédait pas 25 000. La même source a expliqué, par ailleurs, que la pluviométrie enregistrée au cours de cette sai- son à Khenchela, estimée à 134 mm, en plus des chutes de neige qu’a connue cette région, ont également encouragé les agriculteurs à élargir leurs périmètres agricoles cultivés. Il est à signaler que la Coopérative de céréales et de légumes secs (CCLS) de Khenchela a fourni aux agriculteurs, au cours de la campagne labours-semailles, les engrais et semences né- cessaires à la production, dont 40.000 quintaux de différentes semences et 10.000 quintaux d’engrais sont en cours de distribution.

APS

SÉTIF :

La Cnas honore ses 90 retraités en présence du DG

C’est en présence du secrétaire général de la Fédération nationale des travailleurs de la sécurité sociale, de cadres centraux et des différentes agences de wilaya que le directeur général de la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (Cnas), Tidjani Hassen Hadam a présidé la cérémonie au cours de laquelle pas moins de 90 retraités ont été honorés.

Azzedine Tiouri.

Cette cérémonie conviviale bien organi- sée dans la crèche des 400-Logements re- levant du secteur, a permis aux nombreux travailleurs admis à la retraite après tant d’années de labeur d’être récompensés et

remerciés en présence de leur premier responsable, le DG de la Cnas qui s’est dit très honoré et satisfait d’être de la fête parmi toutes ces femmes et ces hommes qui ont tant donné pour préserver cet acquis de la sécurité sociale. A l’ouverture de cette cérémonie, le di- recteur de l’agence Cnas de Sétif, Houidèche Boualem, après avoir remercié le DG et tous les invités de leur présence à cette fête, a tenu à féliciter tous les retraités pour tous leurs efforts consentis tout au long de leur carrière dans cette agence, tout en se fé- licitant du travail accompli actuellement par les travailleurs dans un climat serein. Prenant la parole à cette occasion, le DG de la Cnas n’a pas manqué de souligner toute sa satisfaction d’être l’hôte de cette wi- laya militante et historique rappelant les sa- crifices subis par sa population depuis les massacres du 8 Mai 1945 jusqu’à l’indépen- dance du pays. Et de poursuivre :’’ J’ai voulu être parmi vous afin de fêter comme il se doit votre départ afin de créer des tra-

ditions de reconnaissance pour honorer les

femmes et les hommes qui ont accompli leur devoir en donnant le meilleur d’eux même durant des années afin de préserver cet ac- quis qu’est la Cnas. Mais par ailleurs je suis aussi ému de nous séparer après tant d’an- nées passées ensemble dans cette institu- tion’’. L’orateur insistera beaucoup sur la relève et la transmission du flambeau pour les jeunes générations, qui a-t-il dit, « ont du pro- fiter des expériences de leurs ainées afin de pérenniser leurs efforts, leurs sérieux et leur volonté de bien faire pour le bien de notre institution, de ses travailleurs et des assurés sociaux, tout un symbole’’. Le premier res- ponsable de la Cnas évoquera les réformes introduites dans sons secteur, notamment la modernisation de l’outil de travail avec l’in- troduction des technologies de dernière génération avec plus d’ouverture sur l’en- vironnement, « pour, notera-t-il, atteindre et réaliser nos objectifs en travaillant davan- tage avec moindre cout et des résultats probants’’. L’intervenant conclura en se fé- licitant de la bonne entente et le bon état d’es- prit régnant au niveau de cette caisse entre les cadres dirigeants et le partenaire social, dont le représentant des travailleurs avait pris la parole pour en féliciter le directeur de l’agence de Sétif pour son sérieux, son dé-

de l’agence de Sétif pour son sérieux, son dé- vouement et son abnégation, dont le DG

vouement et son abnégation, dont le DG sou- lignera « que cela va dans le même sens avec les grandes orientations et les objectifs as- signés par la Cnas’’. Le secrétaire général de la Fédération des travailleurs de la sécurité sociale, Ghalmi Mustapha, a tenu à féliciter tous les retrai- tés soulignant tous leurs efforts accomplis tout au long de leur carrière. Il insistera sur la relève et la continuité de la mission entre les différentes générations et « nous sommes venus, déclare-t-il, pour tisser ce lien entre retraités et ces jeunes qui doivent repren- dre le flambeau. C’est notre fête à tous que le DG de la Cnas a tenu d’honorer de sa pré- sence’’.

La Cnas est en bonne santé financière Lors d’un point de presse animée à l’is- sue de la cérémonie officielle, le directeur général de la Cnas, Tidjani Hassan Hadam et à la question de savoir où en est la situa- tion financière de la caisse, il déclare :’’ No- tre caisse est en bonne santé financière, Dieu merci. Je dois dire aussi que les assurés so- ciaux et le citoyen algérien doivent savoir que cette caisse sociale présente des services et qu’ils sachent que les dépenses de ces der- niers ainsi qu’aux ayants droit viennent grâce aux prélèvements des cotisations des travailleurs algériens. L’introduction des nouvelles technologies et TIC nous ont couté beaucoup d’argent. On parle de mo- dernisation, mais elle est aussi sur le compte d’investissements, il faut qu’il y ait un équi- libre’’. « Pour parler d’équilibre à ce jour, ajoute- t-il, je peux dire qu’il y a même un surplus. C’est pour cela que notre ministère a fait de 2015 et 2016 des années de recouvrement des cotisations et celle de 2017 l’année des contrôles. On doit combattre les fraudes et

les excès. Pour cela nous devons contrôler tous les congés de maladie, même ceux d’une seule journée par l’intermédiaire du contrôle médical et administratif. Nous devrons lutter contre les congés de maladie de complaisance. Nous contrôlons des mil- liers d’arrêts de travail. Nous sommes arri- vés à annuler plus de 10 % de ces congés de complaisance’’. Interrogé sur l’opération des recouvre- ments des cotisations, il poursuit : « En ce qui concerne les recouvrements des cotisa- tionsdesassuréssociaux,nousavonsatteint la somme de 1.047 milliards de dinars grâce aux rappels et aux revalorisations des sa- laires. Pour nous 2016, a été une année re- cord dans le cadre du recouvrement des co- tisations des assurés sociaux et va en droite ligne avec la loi de finances complémentaire de 2015. C’est un niveau de performance ja- mais égalé par rapport aux années où il y a eu un rappel et une revalorisation de sa- laires’’. « Ce qu’il faut savoir, affirme-t-il, c’est que la Caisse nationale des travailleurs sala- riés se porte très bien, cela veut dire que nous couvrons, grâce aux cotisations des assurés sociaux, toutes nos dépenses en matière d’as- surance sociale, accidents de travail et tous les risques pris par la Caisse, sachant que la CNAS en Algérie couvre tous les risques et nous sommes un des systèmes de protection sociale les plus performants dans le monde . Nous égalons même les pays développés. Nous arrivons non seulement à couvrir nos besoins, et nous arrivons dans le cadre de l’entraide administrative inter caisses, tel que cela a été décidé par les plus hautes ins- tances des pouvoirs publics pour pérenni- ser les retraites et les pensions de nos retrai- tés. Dans ce cadre, la CNAS aide la Caisse na- tionale de retraites pour préserver notre sys- tème.’’

PORT DE MOSTAGANEM :

Baisse en 2016 du volume de traitement des marchandises de 31%

Le volume des marchan- dises traitées au niveau du port commercial de Mostaganem a atteint l’année dernière

78,39 % par rapport à 2015. Les marchandises impor- tées sont les céréales, le bois, le ciment, les engrais, les se-

L’importation a concerné 168.184 t de produits d’acier, soit une hausse de 17 %, 277.319 t de matériaux de construction

Ainsi,6.299containerstotalisant

Pour ce qui est des opéra- tions d’importation de véhi- cules, le port commercial de Mostaganem a accueilli 26.009,

1.005.894tonnessoitunebaisse

mences de pomme de terre et le

(baisse de 42,02 %), 12.185t de

soit une baisse de 49,48 % répar-

de 31% par rapport à 2015, a-t-on appris mardi auprès de cette en- treprise portuaire. Ainsi, 985.702 tonnes de mar-

fer. A titre d’exemple, 55.287 tonnes de céréales ont été dé- chargées soit une baisse de 74,54 %, 55.179 t de semences de

produits chimiques et 43.999 t d’engrais, soit une baisse de 5 et 67 pour cent respectivement.

tis en 20.118 véhicules légers, 3.557 camions, 13 bus, 2.321 en- gins de travaux publics chargés à bord de 128 navires.

chandises importées ont été traitées, soit une réduction de 32 % et 20.192 t de marchandises exportées, soit une hausse de

pomme de terre (baisse de 48,25 %) et 48.530 t de bois, soit une hausse de plus de 190 %, a-t-on indiqué.

45.055 tonnes ont été traités, soit une réduction de 8,54 % du nombre et 0,43 % du volume, a- t-on ajouté.

Le port commercial de Mos- taganem a enregistré, en 2016, l’accostage de 560 navires contre 523 en 2015.

Jeudi 9 février 2017

SOCIÉTÉ

DK NEWS 9

ALGER

Journée de sensibilisation sur les dangers de la drogue et des fléaux sociaux

Les "dangers du fléau de la drogue et la sécurité routière" en Algérie, est le thème d'une journée de sensibilisation organisée par la Sûreté de la wilaya d'Alger au profit des enseignants formateurs et stagiaires de l'Institut de formation et d'enseignement professionnels (IFEP) de Birkhadem.

Les intervenants à cette rencontre dont des experts en sécurité et le coor- dinateur de la commission sectorielle de prévention contre les fléaux sociaux de la wilaya d'Alger ont exposé la réalité de ces deux fléaux ainsi que les points de vues et solutions pour limiter la prolifé- ration de la drogue et des accidents de la route. Le Commissaire principal, Rabehi Zouaoui, chargé de la communication à

la Sûreté de la wilaya d'Alger, a fait savoir que l'initiative s'inscrivait dans le cadre de l'action de proximité et la consécra- tion de la "gouvernance de la sûreté" en vue de la prévention contre ces fléaux qui rongent la société. Ces campagnes de sensibilisation contribuent à une prise de conscience quant aux dangers de ces fléaux aux ré- percussions désastreuses sur la société et la santé, a-t-il indiqué, ajoutant que l'opération de sensibilisation concer- nait essentiellement les enseignants formateurs en tant que "trait d'union" en- tre les élèves stagiaires. Plus de 260 journées de sensibilisation ont été organisées par les services de Sû- reté au profit de plus de 20.000 élèves au niveau des différents centres et instituts de formation et établissements éducatifs

à Alger, a-t-il rappelé. S'agissant des accidents de la route, le Commissaire principal Zouaoui a imputé les causes au facteur humain en raison du non respect du code de la route et à l'excès de vitesse outre l'état des véhicules et des routes. Pour sa part, le commissaire princi- pal, Belkacem Fareh, a rappelé que près de 15.000 personnes impliquées dans des affaires de drogue avaient été interpel- lées durant 2016 dont 13.000 poursuivis en justice. 4,4 tonnes de cannabis, soit 20 % des quantités saisies au niveau natio- nal et 150.000 comprimés psychotropes ont été saisis, ce qui représente, a-t-il

psychotropes ont été saisis, ce qui représente, a-t-il ajouté, une grave menace pour la société. Il

ajouté, une grave menace pour la société. Il a exhorté dans ce sens les formateurs à sensibiliser les jeunes quant aux dan- gers de la drogue et ses répercussions sur le triple plan social, sanitaire et psy- chologique. Le cannabis vient en première posi- tion en termes de consommation, suivi des psychotropes, a souligné le commis- saire principal, ajoutant que ces drogues provenaient du Maroc.

De son côté, le commissaire principal Tarek Ghelab, chef de la brigae anti- drogues au niveau de la circonscrip- tion Est de la Police judiciaire d'Alger, a rappelé "le changement des moyens et techniques chez les narcotrafiquants", appelant les parents d'élève à la néces- sité de veiller sur leurs enfants. Les réseaux de trafic de drogue se ser- vent des populations démunies pour commercialiser, emmagasiner et trans- porter leur marchandise, outre l'exploi- tation des handicapés, des personnes né- cessiteuses et des enfants victimes de di- vorce moyennant une récompense finan- cière, a-t-il expliqué. Il a appelé, dans ce

sens, à ancrer la culture de communica- tion à travers des lignes gratuites à l'ins- tar des numéros verts 15-48, 17 et 104 dans le but de dénoncer les narcotrafiquants. Le vice-président de l'APW d'Alger et coordinateur du comité sectoriel de lutte contre le fléau de la drogue et les fléaux sociaux, M. Mohamed Tahar Dilmi a passé en revue le phénomène de la cybercriminalité et le rôle des ré- seaux sociaux dans le recul du niveau scolaire des élèves. Il s'est penché sur une nouvelle étude organisée à l'université de Bouzareah qui s'articule sur un echantillon de quelque 15.000 étudiants, et ayant conduit au résultat que 80 % des élèves étaient constamment branchés sur internet dont 33% accros à Facebook. La rencontre de sensibilisation a été marquée par un débat riche entre lesin- tervenants, les enseignants formateurs et les élèves sur les problèmes ayant trait à la consommation de la drogue et au rôle de la famille et de la société face à ce phénomène qui prend de l'am- pleur.

SELON UN COMMUNIQUÉ DE LA DGSN

Une campagne de sensibilisation des conducteurs sur les normes exigées pour les plaques d'immatriculation

La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a

tères de forme, de caractères et de langue, a indiqué mardi

permis de conduire", précise la même source. Partant, la

de sanctions". Certains conducteurs re-

lancé une campagne préven- tive visant à sensibiliser les conducteurs sur les normes

la DGSN dans un communi- qué. "Certains conducteurs ne respectent pas les normes

DGSN a mis l'accent sur l'as- pect préventif afin de sensibi- liser les conducteurs sur ce

courent à la décoration de leurs plaques d'immatricula- tion, en ajoutant des auto-

à

observer pour les plaques

exigées pour leur plaque

phénomène contraire aux rè-

collants de drapeaux étran-

d'immatriculation. Les conducteurs sont ap- pelés à respecter, lors de la conception de leur plaque d'immatriculation, les cri-

d'immatriculation et igno- rent les sanctions encourues suite à l'installation d'une plaque non conforme, pou- vant aller jusqu'au retrait du

gles du code de la route. La DGSN appelle les conducteurs au "respect des normes légales des plaques d'immatriculation, sous peine

gers, des bandes colorées ou parfois des symboles et des formes ne répondant pas aux normes exigées pour les plaques d'immatriculation.

BÉJAÏA

Amendes et prison pour deux auteurs présumés d’une déclaration de vol imaginaire

Deux individus, auteurs présumés d’une déclaration de vol imaginaire, ont écopé récemment de 18 mois d’empri- sonnement ferme et 100.000 dinars d’amende chacun pour avoir déposé au- près de la police judiciaire de Bejaia une déclaration de vol feint, indique-t-on mardi dans un communiqué de la sû- reté de wilaya. Les mis en cause, deux cousins âgés respectivement de 30 et 22 ans et origi- naires de la wilaya de Sétif, ont évoqué faussement la disparition, du coffre de

leur voiture, d’un pactole estimé à 45 millions de dinars, a priori, subtilisé par deux inconnus, supposés avoir été en embuscade non loin du bloc adminis- tratif de la wilaya, et seulement à quelques encablures du siège de la sû- reté de wilaya. Sitôt alertés, des effectifs de police ont cerné et fouillé les lieux mais en vain. Ils n’ont rien aperçu de suspect, finissant par s’orienter vers la gare routière, à l’extrémité ouest de la ville, où ils ont repéré les deux plai- gnants, traînant un sac, et sur le point

d’embarquer vers leur destination ori- ginelle, souligne-t-on de même source. Soumis à une fouille sur le champ, les policiers ont découvert en leur posses- sion, notamment dans leur sac de voyage, un magot estimé à 2,3 millions de dinars. Conduits au commissariat central, les mis en cause ont fini par reconnaître avoir menti pour ne pas honorer une dette auprès d’une tierce personne, en prétextant un vol imaginaire, selon le document de la Sûreté de wilaya.

RADIOTHÉRAPIE

Acquisition d’un nouvel appareil spécialisé en curiethérapie au CAC d’Oran

Le service de radiothérapie du Centre anti- cancer (CAC) Emir Abdelkader d’Oran a acquis un nouvel appareil, un curietron à bas débit, qui va permettre de prendre en charge de ma- nière plus efficace certains types de cancer, a indiqué à l’APS le directeur de cette structure, Mohamed Abed. Cette nouvelle machine permettra de soi- gner les patients par curiethérapie, couram- ment utilisée comme un traitement efficace pour soigner les cancers du col de l'utérus, de la prostate, du sein ou de la peau, a-t-il expli- qué. La curiethérapie est une technique de ra- diothérapie où la source radioactive scellée est placée à l'intérieur ou à proximité immé- diate de la zone à traiter, alors que la radiothé- rapie externe est disposée de l’extérieur du corps humain. "La curiethérapie implique le positionne- ment précis des sources de rayonnement di- rectement sur le site de la tumeur cancé- reuse", a-t-il noté, ajoutant que "l'irradiation par curiethérapie affecte seulement une zone très localisée autour des sources de rayonne- ment, ce qui implique une réduction de l'ex- position aux radiations des tissus sains à proximité de ces sources de rayonnement". Le service de radiothérapie du CAC Oran a acquis cet appareil au cours du dernier trimes- tre 2016. La formation des équipes médicales devant le gérer est déjà en cours, a indiqué Mo- hamed Abed, ajoutant qu’un appareil de haut débit, acquis en 2014, a permis le lancement de la curiethérapie pour traiter les cancers du col de l’utérus. Interrogé sur la différence en- tre le curietron à faible débit et celui à haut dé- bit, il a expliqué que chaque cancer exige un traitement particulier. Ce sont les oncologues qui définissent l’usage du haut débit ou du faible débit selon les caractéristiques de la tumeur. L’acquisition de cet appareil permettra des thérapies plus ciblées et une meilleure prise en charge de cer- tains cancers, assure-t-on. Le service de radio- thérapie du CAC d’Oran prend en charge des patients des régions Ouest et Sud Ouest du pays, soit une moyenne de 4.500 par an.

M’SILA

Démantèlement d’un réseau de faux-monnayeurs à Sidi Aïssa

Un réseau criminel de falsification de monnaie composé de trois personnes a été dé- mantelé par les éléments de la sûreté de la daïra de Sidi Aïssa (M’sila), a indiqué mardi la cellule de communication de la Sûreté de wilaya. L’opération a été menée suite à des in- formations ayant permis à la police judiciaire de cette sûreté de daïra d’interpeller un sus- pect en possession de 12.000 DA de faux billets en coupures de 2.000 DA, selon la même source. La perquisition de la maison du mis en cause sur instruction du procureur de la ré- publique près le tribunal de Sidi Aïssa a donné lieu à la découverte de 640.000 DA de billets falsifiés en coupures de 2.000 DA, a-t-on pré- cisé. L’enquête a conduit à l’arrestation du principal accusé et à la saisie de 3 faux billets de 2.000 DA, une imprimante, un scanner et une unité centrale de micro-ordinateur ainsi qu’un montant de 24.000 DA provenant des ac- tivités de faux-monnayage, a ajouté la cellule de communication qui fait état aussi de l’ar- restation d’un troisième complice. Présentés devant le juge instructeur près le tribunal de Sidi Aïssa, les deux premiers accu- sés ont été placés sous mandat de dépôt, tan- dis que le troisième a été mis sous contrôle ju- diciaire.

APS

10 DK NEWS

SOCIÉTÉ

Jeudi 9 février 2017

AUTRICHE

Le papa panda Long Hui sera naturalisé

2017 AUTRICHE Le papa panda Long Hui sera naturalisé Entré dans les annales de la zoologie

Entré dans les annales de la zoologie pour avoir engendré cinq petits par voie naturelle en captivité, le panda Long Hui, mort en décembre en Autriche, sera naturalisé puis rendu à la Chine, a annoncé le zoo de Vienne. «A la demande de notre partenaire chinois, le corps de Long Hui sera naturalisé et remis

à la Chine au début de l'été 2018»,

a précisé l'établissement mardi. Arrivés en Autriche en 2003, Long Hui et sa compagne Yang Yang ont donné naissance à cinq bébés pandas à la suite d'accou- plements naturels, phénomène rarissime en captivité pour cette espèce. Début août, le couple

ITALIE

Un passeur arrêté à la frontière franco-italienne poursuivi en justice

Un passeur français arrêté à Vintimille en Italie est poursuivi dans ce pays pour aide à l'immi- gration clandestine, une première

dans cette région frontalière de la France, ont rapporté mardi des médias citant son avocate. Felix Croft, 28 ans, encourt jusqu'à 15 ans de prison pour avoir transporté dans sa voiture cinq membres d'une même fa- mille, le père, la mère enceinte, deux enfants et un oncle, et tenté

de les faire passer en France le 22

juillet 2016, selon les médias. L'affaire, déjà renvoyée deux fois, devrait entrer dans le vif le 16 février avec les réquisitions atten- dues du ministère public italien devant le tribunal d'Imperia (proche de la frontière avec la

avait eu deux jumeaux, Fu Feng et Fu Ban, qui ont fêté leurs six mois mardi. Affaibli, Long Hui est mort le 9 décembre à l'âge de 16 ans,

alors qu'il faisait l'objet d'exa- mens vétérinaires à la suite de la découverte d'une importante tu- meur au niveau de l'estomac. Les pandas du zoo de Schon-

brunn à Vienne font l'objet d'un

prêt de la part de l'Etat chinois. Selon le contrat conclu avec Pé- kin, Fu Feng et Fu Ban seront re- mis à la Chine à l'âge de 2 ans, comme avant eux leurs frères Fu Long, Fu Hu et Fu Bao, nés respectivement en 2007, 2010 et

2013.

France), ajoute la même source. Près de 180.000 migrants sont arrivés sur les côtes italiennes en 2016, une année record. Une par- tie monte à Vintimille pour tenter de passer en France. Débordées, les autorités ré- gionales ont fait appel à la Croix Rouge mi-2016 pour ouvrir un camp à la sortie de Vintimille et as- surer de la nourriture, des soins et un hébergement en couchettes ou des lits de camp à des centaines

de migrants, ne restant pour la plupart que quelques jours avant de tenter de passer la frontière. Les deux tiers des migrants en transit à Vintimille sont origi- naires du Soudan et pour 10% d'entre eux d'Ethiopie et d'Ery- thrée, selon les mêmes sources.

PAKISTAN

Un séisme de magnitude 6,4 secoue le sud-ouest

Un séisme de magnitude 6,4 a se- coué hier matin le

sud-ouest du Pakis- tan sans causer de pertes humaines ni

de dégâts matériels, a

annoncé le Centre national de surveil- lance sismique du Pakistan. Le séisme a été ressenti à 3h03 heure locale en divers en- droits de la province de Baloutchistan, dont Turbat, ainsi que les zones côtières de Pasni et de Gwa- dar.

ainsi que les zones côtières de Pasni et de Gwa- dar. L'épicentre a été localisé dans

L'épicentre a été localisé dans une zone située à 23 km à l'ouest du port de pêche de Pasni et son hypocentre à une profondeur de 10 km, selon le Centre. Le tremblement

de terre a suscité la panique parmi les habitants qui se sont précipités hors de leur maison en dépit du mauvais temps, ont rapporté les chaînes de télévision locales.

LES 19 ET 20 MAI 2017 À ORAN

5 e congrès maghrébin

de «médecine générale/médecine de famille»

Le 5e congrès maghrébin de «médecine générale/médecine de famille» se tiendra les 19 et 20 mai à Oran, a-t-on appris hier de la Société algérienne de médecine g énérale (SAMG), organisatrice de cette manifestation.

a-t-on appris hier de la Société algérienne de médecine g énérale (SAMG), organisatrice de cette manifestation.

Pour les responsables de la SAMG, le congrès est un espace d’échanges national et interna-

et son entourage. Les congressistes examine- ront également la question de la

points à l’ordre du jour de ce congrès. Les participants débattront

tional sur les compétences de la médecine générale avec comme objectif la formation continue «indispensable pour tout méde- cin soucieux d’améliorer la prise en charge de son malade». Durant le congrès, les parti- cipants se pencheront sur plu- sieurs questions liées à la mé- decine générale dont la prise en charge des problèmes de santé

prise de décisions dans les contextes d'urgence et les situa- tions d'incertitude, et l’exécu- tion avec sécurité des gestes techniques les plus fréquents en médecine générale, ainsi que les actions de santé pu- blique. L’autoformation, l’éduca- tion du patient à la promotion et à la gestion de sa santé et à la

également du travail en équipe et ou en réseau lors des situa- tions complexes, aiguës et chro- niques, la continuité des soins pour toutes les catégories de la population, l’application des dispositions réglementaires dans le respect des valeurs éthiques et l’assurance d’une gestion administrative, finan- cière, humaine et structurelle

en

contexte de soins primaires

gestion de sa maladie et l’éva-

efficiente de l'entreprise médi-

et

la communication de ma-

luation du médecin de sa pra-

cale.

nière efficiente avec le patient

tique médicale sont les autres

VIOLENTE TORNADE À LA NOUVELLE-ORLÉANS:

Une vingtaine de blessés et d'importants dégâts

Au moins 5 tornades ont tra- versé la Louisiane (sud-est des Etats-Unis) mardi et l’une d’elles s'est abattue sur une partie de La Nouvelle-Orléans, faisant une vingtaine de blessés et provoquant

d'importants dégâts. Sur les tornades enregistrées, la plus puissante a touché la ville de la Nouvelle-Orléans, habitée par 65á000 personnes et déjà dévastée

par de multiples catastrophes cli-

matiques, de nombreux bâtiments

ont été détruits, selon les services

météorologiques. Le gouverneur de la Louisiane, John Bel Edwards, a proclamé l'état d'urgence. "Je n'ai jamais vu une dévastation d'une telle am-

pleur", a-t-il déclaré. Près de 50.000 habitants de Louisiane ont été pri-

vés d'électricité, dont 10.000 habi-

tants de La Nouvelle-Orléans. La Nouvelle-Orléans a déjà été

dévastée par le passage de l’oura-

gan Katrina en 2005áoù plusieurs

maisons avaient d’ailleurs été dé-

2005áoù plusieurs maisons avaient d’ailleurs été dé- truites, ont été à nouveau détruites ou endommagées par

truites, ont été à nouveau détruites ou endommagées par la tornade de mardi, rapportent les médias lo- caux. Cette zone de la Louisiane est très exposée aux phénomènes mé- téo violents en plus de se trouver sur la trajectoire des ouragans,

l'air chaud et humide qui y règne est propice au développement de forts orages (générant pluies dilu- viennes, grêle, voire tornades) lorsque cet air entre en contact avec des descentes d'air froid venues du Canada.

BANGLADESH:

Opération réussie pour une jeune fille souffrant du syndrome de «l'homme-arbre»

Des médecins bangladais ont

opéré mardi avec succès une jeune

fille aux verrues impressionnantes

à l'allure d'écorces sur le visage, qui serait la première personne de sexe féminin affectée par le syn- drome de «l'homme-arbre». Les docteurs de Sahana Khatun,

dix ans, ont indiqué qu'ils espé-

raient sa sortie de l'hôpital univer- sitaire de la capitale Dacca sous quelques semaines suite à une procédure chirurgicale pour lui re- tirer des excroissances géantes. «L'opération a été réussie. Nous avons enlevé les verrues de son vi- sage», a déclaré Samanta Lal Sen,

directeur du département de chi- rurgie plastique de l'institut. A peine quatre personnes au monde se sont vu diagnostiquer une épidermodysplasie verruci- forme, une condition génétique ra- rissime. Jusqu'ici, aucune d'entre elles n'était une femme. Sahana Khatun serait donc la première personne de son sexe à souffrir de cette maladie mais des tests supplémentaires restent en- core à mener pour en attester avec certitude. Grâce à cette opération à un stade précoce de la maladie, la jeune fille ne devrait pas néces- siter d'autres interventions chi-

rurgicales. «Les docteurs disent que Sa- hana va bientôt aller mieux. J'at- tends de la ramener à la maison et qu'elle puisse retourner à l'école», s'est réjouit son père Mohammad Shahjahan. Un concitoyen de Sahana Kha- tun, le premier cas diagnostiqué de ce syndrome au Bangladesh, avait lui dû subir seize opérations l'an- née dernière. Le cas d'Abul Bajandar, 27 ans, avait ému le pays, jusqu'à la Pre- mière ministre Sheikh Hasina qui avait promis que les soins ne lui se- raient pas facturés.

Jeudi 9 février 2017

SOCIÉTÉ

DK NEWS 11

RD CONGO

Plusieurs quarties de Kinshasa inondés après un violent orage

quarties de Kinshasa inondés après un violent orage Plusieurs quartiers de Kins- hasa, capitale de la

Plusieurs quartiers de Kins- hasa, capitale de la République Démocratique du Congo (RDC), ont été inondés après une brusque montée des eaux provoquée par un violent orage, ont rapporté les mé- dias. La rivière éponyme est sortie de son lit. Et la digue (censée contrer la montée des eaux de la rivière Ndjili) a cédé», selon des habi- tants cités par les médias. Les rares personnes dehors surprises par la pluie tentaient de s'abriter tant bien que mal à des ar- rêts de bus bondés sur le boulevard 30-Juin , la grande artère du cen- tre administratif de la capitale, selon les sources. Dans d'autres quartiers, les ha-

bitants ont été bloqués chez eux à

cause de la montée de l'eau. L'orage

a comméncé, selon plusieurs

sources, avant le lever du jour.

Des habitants ont attesté que les ri- vières Makelele et Kalamu dans des quartiers du centre de la capitale ont dobordé également. La pluie a paralysé la circulation à Kinshasa

ce matin. «Nous attendons un rap-

port global parce qu'il continue de pleuvoir abondamment», a affirmé Thérèse Olenga, porte-parole du gouvernement. Aucune perte en vie humaine n'a été pour le mo- ment signalée. En 2015, des dizaines de per- sonnes ont perdu la vie suite à une sucession de pluies violentes sur Kinshasa.

Décès du violoniste de jazz danois

Svend Asmussen

Décès du violoniste de jazz danois Svend Asmussen Le violoniste da- nois Svend Asmus- sen, figure

Le violoniste da- nois Svend Asmus- sen, figure emblé- matique du jazz qui avait accompagné Stéphane Grappelli, Josephine Baker et Duke Ellington, est décédé mardi à quelques jours de son 101ème anniver- saire, a annoncé sa famille à la presse. Né le 28 février 1916 à Copenhague de parents d'origine allemande, il avait commencé à se pro-

duire à l'âge de 16 ans pour ne poser son archer qu'à la fin des années 1990, après avoir côtoyé les plus grands. En 1932, Svend Asmussen était déjà chef d'orchestre et avait enregistré ses premières oeuvres avec les «Mills Bro- thers» en 1938, avant de se consacré au jazz au début des an- nées 1950. En studio comme sur scène, il

avait accompagné entre autres Fats Waller, les Mills Bro- thers, Edith Piaf, Django Reinhardt, Lionel Hampton et Toots Thielemans. Egalement ac- teur et peintre, Svend Asmussen avait mené un grand nombre de projets artistiques et joué dans une trentaine de films au cinéma, en plus d'avoir laissé une vingtaine de disques jazz.

RUSSIE

Poutine promulgue la loi sur la dépénalisation des violences domestiques

Le président russe Vladimir Poutine a promulgué mardi la nouvelle loi sur la dépénalisation des violences domestiques. Adoptée fin janvier à la quasi- unanimité par les députés et votée début février par les sénateurs, la loi allège les peines pour les vio- lences commises au sein du cercle familial, commuant les deux ans de prison jusque-là encourus en simple amende, sauf en cas de violences graves ou récidive. Les députés conservateurs à l'origine du texte l'ont présenté comme destiné à corriger une «anomalie» dans la loi russe: le fait que les auteurs de violences do-

mestiques étaient poursuivis au

pénal, tandis que les violences commises en dehors du cercle fa- milial relevaient, elles, du droit ci-

vil. Selon l'agence nationale des statistiques, 49.579 affaires de vio- lences domestiques ont été re-

censées en 2015, dont 35.899 impli- quant des violences contre une femme. Quelques 7.500 femmes sont mortes sous les coups de leur compagnon en 2015, affirme l'as- sociation ANNA, qui vient en aide aux femmes victimes de violences.

AFGHANISTAN:

6 employés de la Croix-Rouge tués et deux autres disparus

Six employés de la Croix-Rouge ont été tués dans le nord de l'Afgha- nistan, et deux autres sont toujours portés disparus, a annoncé hier l'organisation internationale. "Nous sommes choqués et déses- pérés" a indiqué un porte-parole du Comité international de la Croix rouge (CICR), sans donner de précision sur les circonstances de l'incident qui s'est déroulé dans la province de Jowzjan. "Nous pouvons confirmer que six de nos collègues ont été tués et deux sont portés disparus dans la province de Jawzjan", a indi- qué un porte-parole du CICR , ajoutant qu'un communiqué serait publié dans la soirée. "Nous sommes choqués et désespérés" a- t-il ajouté. Ces meurtres interviennent quelques semaines après la libéra- tion d'un employé espagnol du CICR, qui avait été enlevé le 19 décembre, pendant qu'il se dé- plaçait avec une équipe de l'orga- nisation caritative entre Mazar- e-Sharif et la province voisine de Kunduz, fief taliban. Il avait été relâché mi-janvier, mais ni le CICR ni les responsables locaux n'ont précisé comment il avait été libéré ni qui est soup- çonné d'être responsable de l'en- lèvement. "Dévasté par ces informations venues d'Afghanistan", a réagi sur Twitter le président du CICR Peter Maurer, présentant ses "profondes condoléances aux familles des morts -- et de ceux qui sont tou- jours disparus". Les travailleurs humanitaires sont de plus en plus touchés par le conflit qui s'intensifie en Afghanis- tan. En avril 2015, les corps criblés de balles de cinq employés af- ghans de l'ONG Save the children avaient été retrouvés après leur en- lèvement dans la province d'Uruz- gan, dans le sud du pays. APS

SUÈDE

34.700

demandeurs d'asile attendus en 2017

APS SUÈDE 34.700 demandeurs d'asile attendus en 2017 Quelque 34.700 demandeurs d'asile pour la Suède sont

Quelque 34.700 demandeurs d'asile pour la Suède sont attendus au cours de l'année 2017, a indiqué l'Agence de la migration suédoise. L'Agence a précisé que ce nombre est en baisse par rapport aux esti- mations de l'automne dernier (36.700 demandeurs d'asile). «Le plus grand défi est que, du- rant l'année en cours, nous aurons à prendre plus de décisions qu'au- paravant au sujet des demandes, toutes catégories confondues», a déclaré à la presse Veronika Linds-

SUÈDE

Les centres d'asile cibles de quelque

trand Kant, chef-adjoint par inté- rim des opérations au sein de l'Agence de la migration. L'Agence a évalué à 1,3 milliard de couronnes (1 couronne sué- doise =9,48 euro) ses besoins pour «être à la hauteur des lois et règle- ments» prévoyant des allocations aux nouveaux arrivants, aux mu- nicipalités et aux gouvernements locaux, particulièrement en termes de logements. Depuis 2014, la Suède a accueilli près de 245.000 réfugiés.

100 incendies

volontaires en 2016

de 245.000 réfugiés. 100 incendies volontaires en 2016 Près d’une centaine de cen- tres d'accueil et

Près d’une centaine de cen- tres d'accueil et de logement des demandeurs d'asile ont fait l'objet d'incendies volon- taires en 2016, rapporte la chaîne publique suédoise "SVT", citant des sources poli- cières. Au moins 112 incendies ont éclaté, dans différentes par- ties du pays nordique en 2016, dans des centres d'asile ou dans des centres en cours d’aménagement, selon des sta- tistiques de la police natio- nale. Une vingtaine d'incendies ont été causés accidentelle- ment ou par inadvertance, alors que 92 autres auraient été délibérément provoqués par 37 résidents des centres d’ac- cueil. "Nous ne sommes pas certains si le nombre des in- cendies volontaires a aug- menté. Le nombre des centres

de réfugiés a aussi sensible- ment augmenté à la fin de 2015 et en 2016, ce qui rend toute comparaison plus difficile en- core", a déclaré à la chaîne SVT Ola Stoltz, officier supé- rieur de la police nationale. La veille, l’Agence suédoise de la migration a révélé que quelque 34.700 demandeurs d’asile devraient affluer vers le pays, en 2017, un effectif quoique plus important que celui de l’année dernière reste en deçà des prévisions ini- tiales. Depuis 2014, le pays scandi- nave de près de dix millions d'habitants a accueilli près de 245.000 réfugiés, l’un des ni- veaux les plus élevés en Eu- rope, mettant sous une forte pression les capacités d’hé- bergement et d’intégration du pays.

12 DK NEWS

SAN

Jeudi 9 fé

MAL DE DOS :

FAUT-IL VRAIMENT PRENDRE DES ANTI-INFLAMMATOIRES ?

L'ibuprofène et les autres anti-inflammatoires non-stéroïdiens sont souvent utilisés contre le mal de dos, mais sont-ils vraiment efficaces ?

L'ibuprofène et les autres médica- ments de la classe des anti-inflamma- toires non-stéroïdiens (AINS) sont à peine plus efficaces qu'un placebo contre le mal de dos , selon une étude parue dans Annals of Rheumatic Diseases. Les cher- cheurs de l'université de Sydney ont com- pilé les résultats de 35 études sur l'efficacité et la sécurité des AINS contre le mal de dos, portant sur 6000 patients. Ces médicaments sont recommandés par les autorités pour soulager les douleurs rachidiennes et faciliter l'activité chez les patients douloureux.

AINS et placebo presque à égalité

Les participants indiquaient leur ni- veau de douleur sur une échelle visuelle ou numérique que les chercheurs ont convertie en échelle de 0 (aucune dou- leur) à 100 (douleur sévère entraînant une incapacité). Dans cette revue d'études, les scientifiques ont considéré qu'un écart de 10 points entre le placebo et l'anti-inflammatoire en termes de dou- leur ressentie serait significatif. Pourtant, qu'ils soient pris sous forme orale, injec- tée, par gel ou par patch, les AINS ont montré une efficacité certes meilleure que le placebo, mais non significative (moins de dix points de différence). Les

non significative (moins de dix points de différence). Les chercheurs ont constaté que seul 1 patient

chercheurs ont constaté que seul 1 patient sur 6 réagit davantage aux AINS qu'au placebo, alors que le risque de troubles

gastro-intestinaux par effet secondaire est multiplié par 2,5. Ils concluent que cette classe de médicaments n'est pas à

exclure totalement pour cette indication, mais qu'elle n'est efficace que sur un nombre réduit de patients.

POURQUOI LES FEMMES ONT MAL AU DOS PLUS TÔT QUE LES HOMMES

Les douleurs lombaires sont un mal que connaissent trop bien les femmes, et à un âge plus précoce que les hommes, pointe une étude britannique qui explique cette situation. 28 ans. C'est l'âge moyen auquel les femmes britanniques commencent à se plaindre de douleurs à la nuque et de maux de dos . Les hommes, eux, sont épargnés quelques années de plus, à en juger cette étude de la British Chiropractic Associa- tion (BCA) . L'inconfort au niveau dorsal se ferait davantage ressentir vers l'âge de 32

ans. Comment expliquer cette différencia- tion sexuée concernant le mal du dos, dé- signé communément comme le mal du siècle ? Rishi Loatey, chiropractrice et membre de la BCA, apporte une explica- tion rationnelle à cette situation. "Les femmes peuvent souffrir de maux de dos en raison des chaussures qu'elles portent , des sacs à main, et aussi parce qu'elles dor- ment sur des matelas qui ne soutiennent pas assez leur dos. Sans compter l'impact des corvées ménagères et des taches fami- liales comme celle de s'occuper des en-

fants". Soulever, porter des charges plus ou moins lourdes (sacs, courses, les enfants etc) figurerait parmi les causes les plus plausibles de ces douleurs lombaires et à la nuque en plus des mauvaises postures au travail ou pendant le sommeil. Dans cette enquête qui a suivi 2 000 Bri- tanniques, 22 % des femmes ont affirmé avoir mal au dos ainsi qu'à la nuque tous les jours. Pire, 27 % des sondées ont dit res- sentir ces douleurs de façon lancinante de- puis dix ans ! La British Chiropractic Association

(BCA) prodigue quelques astuces pour li- miter ces désagréments . Par exemple, penser à bien fléchir ses genoux au mo- ment de se baisser pour prendre et soule- ver quelque chose ; prévoir quelques minutes de pause et de récupération pour détendre le dos et la nuque toutes les 20 à 30 minutes pendant la réalisation de taches physiques ; penser à se tenir le dos bien droit en position assise en serrant les abdos et en ancrant bien ses pieds dans le sol. Une piqûre de rappel valable aussi pour ces messieurs.

Quel anti-inflammatoire privilégier ?

Entre le paracétamol, l'aspirine et l'ibuprofène, on ne sait pas toujours lequel choisir. Petit récapitulatif de l'utilité de chacun. « Le paracétamol est le médicament de choix contre la fièvre et la douleur. Les anti-inflammatoires non stéroï- diens sont des produits efficaces, mais ils ne sont à utiliser qu'en cas de contre indications au paracétamol car ils présentent un grand nombre de contre-indications, d'interactions mé- dicamenteuses et d'effet indésirables

», estime le Pr Jean-Paul Giroud, phar- macologue clinicien et membre de l'Académie de médecine. En seconde intention, on opte de préférence pour l' ibuprofène qui présente moins de contre-indications et est mieux toléré que l'aspirine. Pour le pharmacologue d'ailleurs, l' aspirine ne devrait être que rarement utilisée en tant qu'an- talgique ou antipyrétique. Même s'il est bien toléré, le paracéta- mol demeure un médicament. Il pré- sente deux grandes

contre-indications : une maladie grave du foie, et l'allergie au paracétamol . Mais son risque majeur reste le surdo- sage, pouvant provoquer une grave atteinte du foie. Pour l'éviter, on veille à ne jamais dépasser 4 g/24 heures (soit 1 000 mg toutes les 6 heures pour un adulte en bonne santé, ne présentant pas de problème hépa- tique). Sachant que 230 spécialités pharmaceutiques comportent du pa- racétamol, il faut faire attention en cas de cumul de médicaments.

230 spécialités pharmaceutiques comportent du pa- racétamol, il faut faire attention en cas de cumul de

In topsanté.fr

vrier 2017

DK NEWS 13

Syndrome d'Usher : la thérapie génique

restaurera-

t-elle l'audition ?

: la thérapie génique restaurera- t-elle l'audition ? Des souris atteintes du syndrome d'Usher ont pu

Des souris atteintes du syndrome d'Usher ont pu entendre un petit murmure après avoir reçu une thérapie génique qui a restauré leur audition. Des chercheurs de l'hôpital pour enfants de Boston et de l'université de Harvard (Etats- Unis) sont parvenus à restaurer l'audition de souris souffrant d'une maladie génétique appelée Syndrome d'Usher. Ce syndrome, qui est généralement diagnostiqué chez l'enfant, associe une surdité généralement congénitale et une rétinite pigmentaire qui entraîne la perte progeressive de la vision. Un virus synthétique permet la reconstruction des cellules sensorielles Après avoir reçu une thérapie génique, les souris sourdes sont parvenues à entendre un léger murmure. Les chercheurs, dont l'étude vient d'être publiée dans la revue Nature biotechnology ont utilisé un virus synthétique pour corriger le défaut d'audition dû à une "erreur" dans les instructions de l'ADN. Le virus porteur des instructions correctes a "infecté" l'oreille et permis la reconstruction de cellules ciliées, les cellules sensorielles qui transmettent les fréquences des sons.

Les souris ont perçu les sons à 25 décibels

L'étude a montré que les souris ayant reçu cette thérapie pouvait entendre des sons jusqu'à 25 décibels, soit le volume d'un simple murmure. Elle indique aussi que l'effet a duré pendant au moins six mois. En revanche, la thérapie n'a fonctionné que sur les souris soignées dès la naissance alors qu'elle a échoué sur les souris soignées dix jours plus tard. Pour le Dr Ralph Holme, principal auteur de l'étude, cette thérapie est encourageante mais il reste à savoir si elle peut fonctionner sur des bébés dont les oreilles sont plus développées que celles des souris à la naissance.

SURDITÉ BRUTALE :

COMMENT RÉAGIR

Se réveiller un matin et ne plus rien entendre, se sentir sourd en sortant d'un concert, ce n'est jamais à prendre à la légère. Dans tous les cas, il est conseillé de consulter dans les 24 heures.

Vous n'entendez plus après une soirée en boîte de nuit, depuis qu'une explosion s'est produite à quelques mètres de vous, que vous avez fait de la plongée ou pris l'avion ? Votre oreille a subi un traumatisme . « Pour les spé- cialistes, il ne s'agit donc pas à proprement par- ler de surdité brutale mais d'une surdité traumatique ou baro-traumatique (due à un changement de pression dans l'oreille). La cause est identifiée. Néanmoins, il faut absolu- ment consulter un ORL dans les 24 heures », in- dique le Pr Vincent Darrouzet, chef du service d'oto-rhino-laryngologie au CHU de Bordeaux. Car au-delà de ce délai, il existe des risques de séquelles définitives comme une surdité rési- duelle ou des acouphènes (bruit perçus uni- quement par le malade).

Sans raison apparente, c'est une urgence !

La surdité peut aussi apparaître brutale- ment en l'absence de tout traumatisme. Il est important de consulter rapidement un ORL. Il s'assurera d'abord que la surdité n'est pas due à un bouchon de cérumen ou, plus grave, à un tympan perforé. A l'aide de tests mesurant ce qu'il reste d'audition, il vérifiera ensuite la réa- lité de l'atteinte neurosensorielle. Les médecins parlent de surdité brutale idiopathique lorsque celle-ci s'installe en moins de 24 heures et qu'elle correspond à une perte d'au moins 30 % de l'audition. Les causes de ce type de surdité brutale sont mal connues mais dans 1 à 2 % des cas, elle est due à une tumeur du nerf acoustique. Même si elle est rare, cette possibilité doit être écartée, c'est pourquoi l'ORL prescrira systématique- ment une IRM. Une déshydratation suite à un effort sportif prolongé, des troubles tension- nels ou micro-circulatoires (chez les diabé- tiques), peuvent aussi être en cause. Certains virus, comme celui de l'herpès, sont suspectés d'être à l'origine de certains cas.

Dans certains cas, on utilise le caisson hyperbare

Dans les cas de surdité traumatique ou baro-traumatique, et en l'absence de contre- indications, la cortisone a prouvé son efficacité. « Elle est prescrite pendant huit jours, par voie orale et à raison d'1 mg/kg de poids », détaille Vincent Darrouzet. Un traitement à base de cortisone est également prescrit dans les cas de surdité brutale idiopathique. Il s'agit du traite- ment de référence que l'on fait par prudence. «

ment de référence que l'on fait par prudence. « Mais dans la mesure où 60 %

Mais dans la mesure où 60 % des patients at- teints de surdité brutale récupèrent spontané- ment, il est difficile de dire si c'est grâce à la cortisone ou non », précise Vincent Darrouzet. Si une analyse de sang révèle un hématocrite trop élevé (paramètre qui montre un sang très concentré), ce qui peut empêcher la circulation du sang dans les micro-vaisseaux de l'oreille, on peut aussi prescrire une hémodilution, c'est-à-dire une dilution du sang (perfusion). En l'absence d'amélioration, d'autres traite- ments, plus expérimentaux, pourront être es-

sayés. « Le caisson hyperbare, utilisé habituel- lement pour traiter les accidents de décom- pression des plongeurs, et les injections intratympaniques de stéroïdes sont parfois prescrits », indique l'ORL. Les seules personnes hospitalisées sont celles qui souffrent de formes sévères associée à des vertiges . C'est le cas lorsque la surdité provient d'une attente virale ou vasculaire de l'ensemble de l'oreille interne, ou lorsqu'un traitement par hémodilution s'avère néces- saire.

PERTE AUDITIVE : ÇA NE SE PASSE PAS FORCÉMENT DANS LES OREILLES

Si l'on entend beaucoup moins bien en vieillissant, ce n'est pas forcément attri- buable à nos oreilles. Certaines parties de notre cerveau sont aussi à blâmer. Selon une étude récente publiée dans le Journal of neurophysiology la difficulté que l'on a à bien entendre à mesure que nous vieillissons ne serait pas seulement due à une dégradation de l'ouïe. En règle générale, la perte de l'audition est causée par des dommages aux cellules ciliées de l'oreille interne ou aux nerfs au- ditifs qui transportent les signaux conver- tis à partir des ondes sonores vers le cerveau. Mais si l'on a du mal à suivre une

conversation lorsqu'il y a du bruit , ce n'est pas forcément la faute de nos oreilles. Le cerveau peut également être en cause.

Le cerveau ne parvient plus à interpréter les signaux sonores

Des chercheurs de l'Université du Ma- ryland (Etats-Unis) ont recruté deux groupes de volontaires de langue mater- nelle anglaise et leur ont demandé de sui- vre une conversation, alors qu'en bruit de fond d'autres personnes parlaient égale- ment, soit en anglais soit en néerlandais.

Comme attendu, les participants les plus âgés arrivaient moins bien à suivre la conversation que les participants les plus jeunes. Mais des scans du cerveau ont également montré qu'ils avaient aussi certaines déficiences neurologiques au niveau du cortex et du mésencéphale. Les résultats de cette étude suggèrent que les problèmes de compréhension de la parole liés à l'âge ne sont pas seulement due à l'incapacité d'entendre certains vo- lumes . Ils peuvent également se produire parce que le cerveau ne peut pas interpré- ter correctement la signification des si- gnaux sonores.

14 DK NEWS

AFRIQUE

Jeudi 9 février 2017

BURUNDI-ONU

Il faut plus d'espace pour accueillir les réfugiés burundais, selon le HCR

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a appelé les gouvernements hôtes à accorder et fournir plus d'espace pour pouvoir accueillir des centaines de réfugiés burundais qui arrivent chaque semaine dans les pays voisins. Le nombre de personnes fuyant le Burundi a aug- menté au cours des premières semaines de l'année 2017, mettant sous pression les pays d'accueil, en particulier la Tanzanie, le Rwanda et la République démocratique du Congo. «La majorité des réfugiés sont des femmes, des enfants et des personnes ayant des besoins spéci- fiques», a précisé le porte-parole du HCR, William Spindler, lors d'un point de presse mardi à Genève. Depuis avril 2015, plus de 386.000 Burundais se sont réfugiés dans les pays voisins et le HCR estime que ce chiffre devrait dépasser les 500.000 en 2017. Actuellement, la Tanzanie accueille 222.271 réfugiés burundais, le Rwanda 84.866 et la RDC 32.650. Selon le HCR, si davantage de terrains ne sont pas allouées pour accroître la capacité de ces camps, il sera difficile de fournir suffisamment d'abris et de services d'assistance aux réfugiés. Les installations dans les camps doivent également être améliorées. Les difficultés rencontrées sont causées par le surpeuplement dans les camps existants, notam- ment en ce qui concerne l'accès aux services sociaux de base, la protection de l'enfance, la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, l'insuffisance des salles de classe, la prévention de l'absentéisme, l'aide aux personnes ayant des besoins spécifiques. «Nous travaillons avec les gouvernements hôtes pour aborder la question foncière et sommes impressionnés par leur engagement, ainsi que par leur générosité, mais il faut agir davantage pour évi- ter un glissement dangereux en matière de normes et de conditions», a souligné M. Spindler.

CENTRAFRIQUE

4 personnes tuées dans des affrontements à Bangui

Au moins quatre personnes ont été tuées mardi à Bangui dans le quartier du PK-5, dans des affronte- ments entre des hommes armés et les forces de sécurité qui tentaient d'interpeller un «chef de groupe d'auto-défense», a indiqué hier la police centrafricaine. De source policière, «un chef de groupe d'autodé- fense connu sous le sobriquet de +Big Man+, impli- qué dans de nombreuses exactions a fait l'objet d'une interpellation par les forces de sécurité inté- rieures appuyées par la force de la Minusca (Casques bleus). Big Man et ses éléments ont opposé une résistance. Une fusillade a éclaté et le chef a été neu- tralisé ainsi que deux de ses hommes». «Des tirs tantôt rapprochés ou sporadiques ont été entendus durant la fin d'après-midi jusqu'à la nuit tombante. Les hommes de Big Man ont lancé des représailles contre la paroisse Saint Mathias et une église apostolique dont les membres ont été encerclés», selon la même source. Un pasteur de l'église apostolique venu deman- der aux croyants de quitter les lieux, a été pris à par- tie et poignardé mortellement, selon un membre de sa famille, cité par des médias. La victime, Jean-Paul Sankagui, avait été conseiller en communication à la Primature auprès de l'ex-Premier ministre Martin Ziguélé (2001-2003). «Le pasteur de mon église au PK-5, Jean-Paul Sankagui, a été assassiné et l'église brûlée», a confirmé Lazare Ndjadder du Collectif 236 KM5, une association militant pour la paix. Aucun bilan officiel n'était encore établi. Toutefois, selon la police, «les éléments de la Minusca ont circonscrit la zone de la fusillade et ont réussi à contenir les velléités des hommes de Big Man». Le 3 février, le président Faustin-Archange Touadéra avait averti qu'un plan «visant à réduire les malfaiteurs était en cours». Big Man avait pris la place d'un autre chef, tué l'an dernier dans une rixe entre groupes armés rivaux du PK-5. La Centrafrique, un des pays les plus pauvres au monde, peine à se relever du conflit provoqué en 2013 par le renversement de l'ex-président François Bozizé par la rébellion Séléka. La contre-offensive des anti-balaka a provoqué des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés.

SOMALIE

Sous haute surveillance, les parlementaires élisent le président

Les parlementaires somaliens devaient élire hier le chef de l'Etat parmi 22 candidats, lors d'un scrutin sous haute surveillance afin d'éviter une nouvelle attaque du groupe terroriste Shebab.

Environ 275 députés et 54 sénateurs doivent choi- sir - dans le vote qui se déroulera dans un hangar de l'aéroport de Mogadiscio pour des mesures de sécurité- le président parmi 22 candi- dats lors d'un scrutin à plusieurs tours qui mar- quera la fin d'un processus électoral maintes fois retardé et entaché de nom- breuses accusations de corruption et manipula- tion. Défendu par l'Amisom (la mission de l'Union afri- caine en Somalie), l'aéro- port de Mogadiscio est considéré comme le lieu le mieux protégé de la capi- tale. Il abrite notamment des bureaux des Nations unies, des organisations humanitaires et des ambassades. Quelques candidats se détachent toutefois, dont

ambassades. Quelques candidats se détachent toutefois, dont l'actuel président Hassan Sheikh Mohamud, 61 ans,

l'actuel président Hassan Sheikh Mohamud, 61 ans, ancien universitaire et activiste de la société civile, issu du clan Hawiye, un des principaux clans du pays. Son prédécesseur à la présidence, Sharif Sheikh Ahmed, 52 ans, est lui aussi candidat, également issu des Hawiye. Les principaux candi- dats d'un autre grand clan, les Darod, sont l'actuel Premier ministre Omar Abdirashid Ali Shamarke, 56 ans, et l'ancien Premier ministre Mohamed Abdullahi Mohamed 'Farmajo', 55 ans. Prévue en août, l'élec- tion du président a été plu- sieurs fois repoussée. Quelque 14.000 élec- teurs délégués - sur les 12 millions de Somaliens- ont voté entre octobre et

décembre 2016 pour élire les nouveaux députés, parmi des candidats géné- ralement choisis à l'avance par consensus et repré- sentant chaque clan ou sous-clan. Le suffrage universel avait été initialement pro- mis aux Somaliens, mais cet engagement a finale- ment été repoussé à 2020. Ces élections sont cepen- dant vues comme une avancée démocratique par rapport à celles de 2012, lors desquelles 135 «elders» (notables) avaient désigné l'ensemble des députés.

Mogadiscio en état de siège

Dès les premières heures de la journée, des centaines de parlemen- taires, journalistes et autres observateurs ont

formé de longues files devant l'aéroport, pour être fouillés et identifiés avant d'être autorisés à entrer. En dehors de l'aéroport, la ville était quasiment déserte. Le maire a appelé ses habitants à rester cloî- trés chez eux, les magasins et écoles étaient fermés, des soldats lourdement armés patrouillaient les rues et des buttes de sable bloquaient les principaux axes routiers. Patrouilles de soldats lourdement armés, écoles et magasins fermés, routes bloquées: la capitale soma- lienne Mogadiscio était paralysée mardi à la veille d'une élection présiden- tielle déjà maintes fois retardée, les autorités sou- haitant à tout prix éviter une nouvelle attaque des shebab. Le 25 janvier, un double attentat à la voiture piégée contre un hôtel fréquenté par des hommes poli- tiques et situé près du Parlement a fait au moins 28 morts. La Somalie est plongée depuis près de trois décen- nies dans le chaos et la vio- lence entretenus par des milices claniques, des gangs criminels et des groupes terroristes.

SAHARA OCCIDENTAL-MAROC

La CONASADH condamne le refoulement de Claude Mangin par les autorités marocaines

La Commission nationale sahraouie des droits de l'homme (CONASADH) a condamné le refoulement par les autorités marocaines de la militante française Claude Mangin pour la cause sah- raouie et épouse du prison- nier politique sahraoui Naâma Asfari, empêchée d'entrer au Maroc. «Empêcher Claude Mangin de rendre visite à son mari constitue une violation flagrante du droit international des droits de l'homme», a souligné la CONASADH dans un communiqué publié mardi, exprimant sa «solida- rité totale avec la militante et avec toutes les familles des prisonniers politiques sahraouies qui souffrent d'injustice de l’administration marocaine.» «La CONASADH lance un appel pressant à la communauté interna- tionale, aux organisations de défense des droits de l'homme, aux

aux organisations de défense des droits de l'homme, aux médias, syndicats et instances juri- diques à

médias, syndicats et instances juri- diques à intensifier les visites des prisonniers politiques sahraouis dans les prisons marocaines et au Sahara occidental occupé, afin de dévoiler les graves violations des droits de l'homme dans les terri- toires occupés du Sahara occiden- tal», souligne la Commission dans le texte. Claude Mangin-Asfari a été gar- dée dimanche toute la nuit dans une pièce de l'aéroport de Casablanca

pour la contraindre à embarquer lundi dans un avion pour Genève. Le 12 décembre 2016, le Comité des Nations unies contre la torture a condamné le Maroc pour la torture de Naâma Asfari, sa condamnation sur la base d'aveux forcés, l'absence d'enquête sur les allégations de torture. Dans sa décision, le Comité a demandé au Maroc de «s'abstenir de tout acte de pres- sion, d'intimidation ou de repré- sailles susceptibles de nuire à l'inté- grité physique et morale du plai- gnant et de sa famille qui constitue- rait autrement une violation des obligations de l'Etat partie en vertu de la Convention [contre la torture] de coopérer de bonne foi avec le Comité pour l'application des dispo- sitions de la Convention, et de per- mettre au plaignant de recevoir des visites de la famille en prison».

ONU-SOUDAN DU SUD

Plus de 52.000 personnes ont fui le Soudan du Sud en janvier

Plus de 52.000 personnes ont fui le Soudan du Sud durant le seul mois de janvier, la plupart vers l'Ouganda, selon l'ONU mardi. Les déplacés viennent pour beau- coup des villes au sud de la capitale Juba, dans l'Etat méridional d'Equatoria-Central, a précisé le conseiller spécial pour la prévention des génocides des Nations unies, Adama Dieng. De nombreux réfugiés font état de «massacres de civils, de maisons détruites et de violences sexuelles», selon le même responsa- ble. «Le président Salva Kiir a promis

de mettre fin à la violence et de rame- ner la paix, mais on assiste toujours à des affrontements et le risque que des atrocités de masse se produisent est toujours présent», a expliqué le conseiller dans un communiqué. M. Dieng est particulièrement inquiet de la situation à Kajo-Keji, où les civils ayant fui la région disent craindre des violences de masse. Après divers retards, une mission de maintien de la paix de l'ONU est arri- vée dans la ville dimanche pour sur- veiller la situation. Le Soudan du Sud a gagné son indépendance du Soudan

en 2011 mais il s'est enfoncé dans la guerre en décembre 2013, un conflit interne qui a fait des dizaines de mil- liers de morts et a conduit trois mil- lions de personnes à fuir leur maison. La crise humanitaire dans le pays est catastrophique après quatre années de guerre et plus de six mil- lions d'habitants, soit la moitié de la population, ont besoin d'une aide urgente. Les organisations humani- taires craignent que ce nombre aug- mente de 20% à 30% dans le courant de l'année.

APS

Jeudi 9 février 2017 MONDE DK NEWS 15
Jeudi 9 février 2017
MONDE
DK NEWS
15

FRANCE-PALESTINE-ISRAËL

Face à l’accélération de la colonisation israélienne, appel à une action urgente»

La France et les pays de l’Union européenne doivent dire «non» à l’opération de «blanchiment» et à l’extension «accélérée» de la colonisation israélienne des territoires palestiniens, a appelé hier à Paris l’Association France Palestine Solidarité (AFPS).

«La France et les pays de l’UE, qui ont soutenu la résolu- tion 2334 du Conseil de sécurité, doivent aujourd’hui dire non. Non à cette opération de blan- chiment+ et à l’extension accé- lérée de la colonisation, crime de guerre au regard de la 4ème Convention de Genève», a affirmé l'association dans un communiqué parvenu à l’APS. Le 6 février, une loi a été adoptée en Israël «légalisant» le vol des terres au profit des colo- nies qui n’étaient pas jusqu’ici officiellement reconnues par l’Etat hébreux, rappelle-t-on. Une mesure que l’AFPS consi- dère comme «un feu vert et un encouragement donné à la frange la plus extrême des forces au pouvoir en Israël». «Elle est une provocation et un défi lancé à toutes les nations comme à l’opinion mondiale», a-t-elle ajouté, critiquant l’atti- tude de l’Union européenne, avançant l’argument d’une absence de consensus en son sein, pour reporter le Conseil d’association prévu pour le 28 février «dont l’objet pouvait aboutir à un +rehaussement+ de fait des relations UE-Israël». Pour cette association, qui milite pour les droits du peuple palestinien, aucun Etat euro- péen «ne doit s’abriter derrière des divergences entre pays membres pour fuir ses respon- sabilités» devant cette situation qui réclame des réactions «urgentes». «La France, qui avait réuni en janvier à Paris 70

«La France, qui avait réuni en janvier à Paris 70 pays pour rappeler les paramè- tres

pays pour rappeler les paramè- tres d’une solution politique sur la base de la coexistence de deux Etats, ne peut se borner à répé- ter mécaniquement sa condam- nation de la colonisation alors que les faits accomplis sur le terrain la minent chaque jour un peu plus», a-t-elle affirmé, l’appelant à «prendre des mesures politiques à hauteur de la gravité de la situation». «Elle peut et doit interdire l’entrée sur son territoire des produits et services issus de la colonisation. Elle peut et doit immédiatement cesser toute relation commerciale avec les colonies israéliennes en Palestine occupée», a-t-elle recommandé. Dans une déclaration mardi, le ministre français des Affaires

étrangères, Jean-Marc Ayrault, a condamné l'adoption de cette loi «visant à légaliser des mil- liers de logements construits sur des terrains privés palesti- niens en Cisjordanie», estimant qu’elle «pérennise notamment l'existence de dizaines de colo- nies et avant-postes en voulant leur donner une base juridique pour leur développement futur». Pour le chef de la diplomatie française, cette loi «constitue une nouvelle atteinte à la solu- tion des deux Etats, dont 75 pays et organisations internationales ont rappelé à Paris le 15 janvier qu'elle seule apportera une paix juste et durable au Proche- Orient» et «risque d'aggraver encore les tensions dans la région».

FRANCE

Malgré de nouvelles révélations, François Fillon tient mordicus à sa candidature pour la présidentielle

autres

révélations sur des

sumés fictifs de

le

candidat de la droite pour la pré- sidentielle d’avril-mai, François Fillon ne se résigne pas et conti-

nue

campagne après avoir

ses partisans qu’il

«convaincu»

emplois pré-

Malgré

sa

de

nouvelles

son épouse,

n’y a pas dature.

Au

de

«Plan

moment

à sa candi-

il

a

publié

deux mondes

et

trice parlementaire de son mari.

la

fois

réfuté

livrant

a

décidé de «ne rien céder aux inti-

midations et aux pressions».

entourage

dénonce cet «acharnement» et ce

de

collabora-

droite à

une

en

faits aux

Le candidat de la

présidentielle

ces

a encore

«mensonges»

des

«sa vérité»

Français,

Même

leur indiquant qu’il

si

son

Pénalisé

sondage

politique,

l’Economie,

vement

scandale,

François Fillon serait éliminé au

de l'élection prési-

Le

Pen et Emmanuel Macron, selon

un

mardi. Nouveau venu dans

Opinionway publié

dentielle,

premier tour

par

ce

derrière

Marine

la sphère

ministre de

mou-

se

l’ancien

«En

fondateur du

Marche

!»,

qui

mercredi matin

une lettre

aux

«lynchage»,

François

Fillon

ne

veut ni de droite ni de gauche, est

Français dans

Ouest-France,

une

semble

toujours

pas

réussir

à

donné

par

le

même

sondage

autre

action

de

sa

stratégie

sortir de

la

tourmente

dans

vainqueur au

second

tour avec

contre-offensive

médiatique,

laquelle

il est

embourbé

depuis

66%

des

voix

contre

34%

à

qui

s’avère

compliquée,

Le

les

premières

révélations

du

Marine Le Pen.

 

Canard Enchaîné

et

le Parisien

Canard

Enchaîné

suivies

par

Pour François Fillon,

même

livrent

de

nouvelles révélations,

l’enquête entamée par la justice.

si, au sein de son parti, la fronde

les Français

un feuilleton

avec assiduité

de l’augmentation

cer-

tains titres. Dans son édition de mercredi,

Le Canard Enchaîné

l’épouse Penelope Fillon a perçu

45.000

de

semblent suivre

compte tenu

ces jours-ci,

que

des ventes de

indique que

euros

d'indemnités

Au sein de la droite, tout laisse

de

deux

le

un

candidat, sinon

cette

pourtant,

dernier

les

«déroute»

indiquer

l’élection

temps n’est

changement

ce

famille

voyait

bien

placée

se

qu’à

mois

présidentielle,

la

pas

de

politique

favorable à

qui,

de

en novembre

pour

prendre

sera

peu baissé

la garde et

resserrement

des rangs, la perte de sa crédibi-

lité commence à

le moment est

a

quelque

au

être

effritée et

gagner l’opinion française. C’est

ce

sorte, le

dans

«houleux» à

credi

fait

mer-

déplacement

Troyes (Nord-est),

qui

explique,

en

quelque

hué

qu’il soit

un

licenciement

payées

par

règnes du pouvoir (présidence et

selon des médias.

l'Assemblée nationale, ajoutant

législatives).

Toutefois, nombreux sont les

que

les

enquêteurs

n'ont trouvé

Plusieurs

responsables

et

observateurs

qui

estiment

«aucun

indice

matériel»

de son

figures

politiques

de

la

droite

qu’avec

son «entêtement»

de

ne

travail.

ont exprimé,

à

travers

des

pas céder à la pression, en raison

Pour

explique

sa

part,

que

la

le

Parisien

a

concernée

médias, leur conviction que leur

candidat

pouvoir

est

le

seul

à

d’une légitimité tirée d’une élec-

la droite va

tion,

le candidat de

exercé

deux

emplois

à

temps

battre

la candidate

de l’extrême

«droit au mur»,

a moins

qu’il ne

plein entre

les mois

de

juillet

droite, Marine Le

Pen, que les

soit capable

de remonter cette

2012 et décembre 2013, en sa qua-

sondages donne d’ailleurs quali-

pente et

reconquérir

la

lité d’employée

à

la

Revue des

fiée pour le second tour.

confiance de son électorat.

SYRIE

46 morts dans les raids contre l'ex-branche d'Al-Qaïda

Le bilan des raids aériens menés mardi contre des positions de l'ex-branche du réseau terroriste Al-Qaïda à Idleb, dans le nord- ouest de la Syrie, s'est alourdit à 46 morts, selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). L'ONG avait fait état mardi soir de 37 morts, dont 11 femmes et 10 enfants, et précisé que ce bilan risquait de s'alourdir en raison de la gravité des blessures d'autres personnes. Les frappes ont également tué des éléments de Fateh al-Cham (ex branche d'Al- Qaïda) et d'autres terroristes, selon l'OSDH. Ces raids, qui ont visé des positions de Fateh al-Cham à Idleb et ses environs, ont été menés par des avions de la coalition interna- tionale anti-terroristes conduite par les Etats-Unis ou de la Russie, selon l'OSDH. L'armée russe a cependant démenti toute implication.

ESPAGNE/ÉTATS-UNIS

Madrid disposée à développer de bonnes relations avec la nouvelle administration américaine

Le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, s’est dit disposé à «développer de bonnes relations» avec la nouvelle administration américaine, soulignant que l’Espagne est «dans les meilleures conditions» pour être un interlocuteur des Etats- Unis en Europe et en Amérique. «L’Espagne, avec un gouvernement stable et une économie qui enregistre un taux de croissance supérieur à 3%, est dans les meilleures conditions pour être un interlocuteur des Etats-Unis en Europe et en Amérique», a-t-il dit mardi soir lors d’un entre- tien téléphonique avec le président américain Donald Trump. Selon un communiqué de la présidence du gouvernement espagnol, M. Trump «s’est dit intéressé par la situation de l’éco- nomie espagnole, ainsi que par l’avenir de l’Union européenne». MM. Rajoy et Trump ont abordé, lors de cet entretien télépho- nique des questions d’intérêt commun d’ordre sécuritaire, éco- nomique et bilatéral, ajoute la même source, précisant qu’ils ont évoqué notamment la sortie de la Grande Bretagne de l’Union européenne et la prochaine réunion de l’Otan prévu en mai. Les deux responsables ont abordé, en outre, la coopération en matière de lutte contre le terrorisme. «Cet entretien téléphonique s'inscrit dans le cadre des contacts que le nouveau président américain est en train de réaliser avec les principaux leaders de pays alliés des Etats Unis, dont l’Espagne fait partie», ajoute le communiqué.

ÉTATS-UNIS/TURQUIE

Visite en Turquie du chef

de la CIA aujourd’hui

Le chef de la CIA, Mike Pompeo, va effectuer aujourd’hui une

visite en Turquie, ont annoncé hier de hauts responsables à

Ankara au lendemain d'un entretien téléphonique entre les pré- sidents turc et américain.

Lors de sa visite, M. Pompeo doit notamment évoquer avec les

dirigeants turcs le cas du prédicateur turc Fethullah Gülen ins- tallé aux Etats-Unis et qu'Ankara accuse d'être le cerveau de la

tentative de coup d'Etat avortée de juillet 2016.

La Turquie a réclamé à de nombreuses reprises l'extradition

de M. Gülen mais s'est toujours heurtée au refus de Washington

qui a fait valoir que toute décision en ce sens était du ressort de la

justice.

Le principe de la visite de M. Pompeo a été arrêté lors de l'en-

tretien téléphonique entre MM. Erdogan et Trump, le premier entre les deux hommes depuis l'investiture du nouveau président américain.

Les relations américano-turques se sont tendues vers la fin de

l'administration Obama à cause du différend sur la demande

d'extradition de Fetullah Gülen, un prédicateur basé aux Etats-

Unis qu'Ankara accuse d'être le cerveau de la tentative de coup d'Etat avortée de juillet 2016.

Le Premier ministre turc Binali Yildirim avait appelé Donald

Trump à extrader M. Gülen à l'occasion de son message de félici- tations après le scrutin de novembre dernier, notant qu'«une nouvelle page» s'ouvrirait dans les relations bilatérales si le prédi- cateur était extradé vers la Turquie. Lors d'un entretien téléphonique mardi, le président améri- cain Donald Trump et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan ont exprimé leur engagement commun à combattre le terrorisme sous toutes ses formes. Selon la Maison-Blanche, M. Trump a réitéré, lors de cet entre- tien, le soutien américain à la Turquie en tant que partenaire stratégique et allié au sein de l'OTAN, saluant la contribution de la Turquie à la campagne contre le groupe terroriste autoproclamé «Etat islamique» (EI/Daech).

APS

16 DK NEWS CULTURE Jeudi 9 février 2017
16 DK NEWS
CULTURE
Jeudi 9 février 2017

SKIKDA

7 pièces théâtrales en lice pour les Journées nationales de théâtre Azzedine-Medjoubi

Sept pièces théâtrales sont en lice pour les 2èmes Journées nationales du théâtre «Azzedine- Medjoubi» qui se tiendront du 16 au 20 février, a indiqué mardi à Alger le Directeur de cet événe- ment, Tarek Naceri. Participeront à ces journées nationales organi- sées sous le slogan «El Hafila mazalat tassir», les pièces théâtrale «Elaab laabek» d'une association de M'sila, «Noun» d'une association de Boumerdès, «kalimat motakatiaa» d'une troupe de Ain Defla, «doyouf Essénateur» d'une associa- tion de Chlef, «Hafl Itizal» d'une association de Tipasa, «Jiaa» de Batna et «Tabib» d'une associa- tion de Constantine. L'évènement est organisé par l'association des «artistes libres» du théâtre de Azzaba en coordination avec la Direction de la cul- ture de la wilaya de Skikda et le théâtre régionale de Skikda. Ces journées se tiendront à la maison de jeunes de la ville et le jury est composé de l'ac- teur Antar Hellal et des deux dramaturges, Hamida Ait Elhadj et Lotfi Ben Sbaa.(

MOSTAGANEM :

Le doyen de la musique andalouse Ahmed Moulay Benkrizi n’est plus

Le doyen de la musique andalouse, Hadj Ahmed Moulay Benkrizi, est décédé mardi à Mostaganem à l’âge de 86 ans suite à une longue maladie, a-t-on appris de sa famille. Le corps du défunt a été inhumé après la prière d’El Asr au cimetière de Sidi Benhaoua de la ville de Mostaganem. Né en 1931 à Mostaganem, feu Ahmed Moulay Benkrizi est considéré comme le doyen de la musique andalouse dans cette ville, influé par l'école algéroise «Es-Sanâa» où il avait fait ses études. Il rejoignit, après l’indépendance en 1967, le club Hilal dont la création remonte à 1912 et qui regroupait des personnalités artis- tiques et culturelles de Mostaganem dont Hadj Bouzidi Benslimane Benghali, Hassaine Chalabi Lahouari et Benkritli. Le défunt contribua, en 1973, à la création de l’association culturelle du hillal devenant la pre- mière école de musique andalouse à Mostaganem, qui a vu naître des talents dans ce genre et celui du chaâbi, tels que Mohamed Hamidia, Noureddine Benatia, Mahfoud Belkhalfa, Djillali Benbouziane, Ghlamallah Abdelkader. Il participa en outre à de nombreux festivals locaux, nationaux et internationaux et fut aussi président d’honneur de l’association «Ibn Badja» de musique andalouse de Mostaganem.

AÏN DEFLA

10 maisons d’éditions prennent part au Salon national du livre

Dix maisons d’éditions issues de cinq wilayas du pays prennent part au Salon national du livre de Aïn Defla ouvert mardi à la salle Ibn Badis du centre-ville à l’initiative de la direction locale de la culture. Organisée sous le slogan «Le livre, une mémoire qui ne vieillit pas», cette manifestation, de deux semaines qui s’inscrit dans le cadre de la célébration de la journée national du chahid (18 février), s’emploiera à faire renouer le public avec la lecture, a indiqué la directrice de la culture de la wilaya de Aïn Defla, Fatima Bekkara. Faisant état de la tenue d’une autre manifesta- tion du même genre au cours de la prochaine ren- trée sociale, elle a estimé que les efforts visant la réhabilitation de l' «acte de lire» doivent notam- ment cibler la frange juvénile en raison de sa vul- nérabilité et des influences exercés sur elle par l’internet. Les stands de cette manifestation cul- turelle exposent quelque 30 000 publications dans différents domaines du savoir en arabe, fran- çais et anglais. La première journée de ce salon a drainé plusieurs étudiants et enseignants venus acquérir des titres nécessaires à leurs recherches scientifiques.

SAÏDA

Mihoubi insiste sur la dotation du nouveau musée en objets historiques et archéologiques

Le ministre de la Culture, Azzeddine Mihoubi, a insisté sur la dotation du nouveau musée public de Saida, inauguré mardi, en objets historiques et archéologiques que recèle la wilaya.

La collecte de tels objets nécessite un «grand travail de recherche et de fouilles» dans différents sites archéo- logiques de la région, a indiqué le ministre lors de la cérémonie d'inau- guration, assurant que son départe- ment ministériel chargera des cher- cheurs du Centre national de recherche archéologique d’Alger de cette mission. Cette opération devant doter le musée d'objets historiques et archéo- logiques verra l’implication de cher- cheurs universitaires dans le domaine, dans le cadre de la coordination entre les ministères de la Culture et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a ajouté M. Mihoubi, affirmant que tous les objets historiques de la wilaya de Saida se trouvant dans des musées d’autres wilayas seront restitués. Le ministre a insisté également sur la communication, notamment à tra- vers les ondes de la radio, afin de faire appel aux citoyens et de les sensibiliser sur l'importance de la collecte d'an- ciens manuscrits et autres objets qui sont en leur possession et les inciter à les mettre à la disposition du musée. Il a également mis l'accent sur l'or-

du musée. Il a également mis l'accent sur l'or- ganisation des conférences et invité des spécialistes

ganisation des conférences et invité des spécialistes et des chercheurs à mettre la lumière sur les nombreux monuments dont dispose la région. D'autre part, M. Mihoubi a mis l'ac- cent sur l’ouverture des portes de cet édifice culturel devant les enfants et les citoyens pour les informer du patri- moine de cette wilaya. En outre, le ministre a fait savoir que son départe- ment £uvre à la création d’une carte nationale culturelle, archéologique et

historique en collaboration avec les Emirats arabes unis (EAU) en invento- riant tous les sites archéologiques existants dans toutes les wilayas d’Algérie. Ce projet, qui se concrétisera par informatique vise à véhiculer l’image culturelle de l’Algérie via internet. Azzeddine Mihoubi a inauguré, lors de sa visite dans la wilaya, la salle de cinéma «Dounyazed» à Saida, qui a bénéficié d’une opération de restaura- tion et d'équipement. A cette occasion, il a souligné que cette salle est un acquis culturel pour les citoyens de la ville pour regarder des films algériens et internationaux. Dans la commune de Ouled Khaled, le ministre a procédé à l’inauguration d’une bibliothèque de lecture publique, baptisée au nom du chahid Hechmaoui Ali et donné, dans la forêt de Saida, le coup d’envoi du tournage du nouveau film «Saida Baida» du réalisateur Abdelkrim Bahloul qui durera 40 jours. M. Mihoubi a egalement visité la maison de la culture «Mustapha Khalef» où il a assisté à des activités dont des partitions musicales et une exposition sur cet établissement cultu- rel.

Premier tour de manivelle du film d’Abdelkrim Bahloul «Saïda Baida»
Premier tour de manivelle du film d’Abdelkrim Bahloul «Saïda Baida»

Premier tour de manivelle du film d’Abdelkrim Bahloul «Saïda Baida»

Premier tour de manivelle du film d’Abdelkrim Bahloul «Saïda Baida»
Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a donné mardi au niveau de la forêt

Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a donné mardi au niveau de la forêt d’Ogbane à Saida le premier tour de manivelle du film «Saïda Baida» (Saïda la lointaine) du réalisateur Abdelkrim Bahloul. «Cette nouvelle œuvre cinématographique apportera un plus au 7e art national», a souligné le ministre, qui effec- tuait une visite de travail dans la wilaya de Saïda. Il a fait part de sa conviction que ce film sera un succès «car, il rassemble trois noms du cinéma algérien, les cinéastes Belkacem Hadjadj, Abdelkrim Bahloul et le direc- teur de la photo Allel Yahiaoui». Le ministre a également estimé que ce film donnera espoir à la jeune génération de cinéastes algériens qui dis- posera de nouveaux moyens pour faire avancer le 7ème art national. Ce film, écrit et réalisé par le metteur en scène,

est coproduit par l’agence «Kadi production cinématogra- phique» de Saïda et «Machahou Prod» d’Alger, a indiqué à l’APS Menaouar Bahloul, gérant de l’agence «Kadi». Le film raconte l’histoire d’une fille, recueillie par un vieil homme, qui tombera amoureuse, quelques années plus tard, d’un jeune homme, porté disparu depuis des mois et que sa mère recherche vainement. La fille s’avère être «un esprit malin». Le tournage du film se déroulera durant six semaines dans trois zones naturelles de la wilaya, celles de Hammam Rabi, de Tifrit et d’Ain S’khouna pour une durée de 6 semaines. Huit comédiens camperont les différents rôles du film. Abdelkrim Bahloul, né en 1950 à Saida, a étudié le cinéma à Paris. Il a signé plusieurs œuvres dont «Le thé à la menthe» et «Voyage à Alger».

Saida, a étudié le cinéma à Paris. Il a signé plusieurs œuvres dont «Le thé à

Le ministère de la Culture œuvre à la prise en charge définitive des préoccupations des étudiants de l'Ecole des Beaux-arts

Le ministère de la Culture a affirmé mardi qu'il œuvrait à trouver une solu- tion définitive au problème de l'héber- gement des étudiants de l'Ecole des Beaux-arts tout en maintenant le dia- logue pour l'examen les revendica- tions pédagogiques, et ce en réponse aux préoccupations des étudiants en grève. Le ministère de la Culture a indiqué dans un communiqué qu'il assurerait l'accompagnement des étudiants pour l'organisation de leur assemblée géné- rale et l'élection de leurs représentants

dans les plus brefs délais, et oeuvrerait à la prise en charge des préoccupa- tions soulevées». La tutelle «accompa- gnera également l'administration de l'école lors du dialogue avec les étu- diants pour la prise en charge de leurs