Vous êtes sur la page 1sur 22

Techniques

d’empreintes en
prothèse conjointe.

Présenté par :
Melle N. GUEZZEN.

10/02/2009
Sommaire
1-Introduction : ........................................................................................................................................ 3
2-Définition : ........................................................................................................................................... 3
3-Matériaux et matériels .......................................................................................................................... 3
3-1 Matériaux: ..................................................................................................................................... 3
Propriétés:........................................................................................................................................ 3
Matériaux utilisés : .......................................................................................................................... 4
4-Techniques de préparations sulculaires :............................................................................................ 13
5-Techniques d’empreintes : ............................................................................................................... 14
Les empreintes unitaires : .................................................................................................................. 14
Les empreintes de situation : ............................................................................................................. 14
Les empreintes globales .................................................................................................................... 14
Avec guidage unitaire :.................................................................................................................. 14
Le triple mélange : ......................................................................................................................... 14
Le coffrage métallo-résineux :....................................................................................................... 15
La chape porte empreinte : ............................................................................................................ 16
Sans guidage unitaire : .................................................................................................................. 17
Empreintes aux hydrocolloïdes réversibles : ................................................................................ 17
Empreinte aux hydro-alginates :.................................................................................................... 18
La wash technique : ....................................................................................................................... 18
Technique des élastomères injectés : ............................................................................................. 19
Le double mélange : ...................................................................................................................... 20
La technique monophasée : ........................................................................................................... 20
6-Que choisir : une empreinte sectorielle ou bien une empreinte de toute l’arcade ( globale) ? :......... 20
7-Gestion des échecs ............................................................................................................................. 21
Conclusion:............................................................................................................................................ 21

Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 2
1-Introduction :
Outre la qualité des préparations, l’évasement gingival et la technique mise en œuvre, le
succès d’une empreinte en prothèse fixées est étroitement lié aux caractéristiques des
matériaux à empreinte.

Cependant, pour pouvoir exploiter au mieux leurs qualités d’étalement ou de compression,


le paramètre temps est un facteur à maîtriser parfaitement au stade de l’empreinte.

Pour cela, une préparation préalable de la cavité buccale, une gestion ergonomique de la
séance et un respect scrupuleux des conditions de manipulation des matériaux permettront au
praticien de tirer parti au mieux des qualités des empreintes.

2-Définitions :

« Une empreinte est un moulage en négatif de tout ou une partie de l’arcade et des tissus
environnants permettant d’obtenir un modèle positif, réplique fidèle des tissus enregistrés »1.

« La reproduction en négatif aux dimensions exactes, de régions déterminées de la cavité


buccale ou des préparations intéressant les organes dentaires »2.

Le but des empreintes est de permettre d’établir :

 Des modèles documentaires, documents d’archives et médico-légaux,

 Des modèles d’étude en vue d’aide au diagnostic,

 Des modèles de travail.

3-Matériaux et matériels

3-1 Matériaux:

Propriétés :
• Comportement élastique caractérisé par une déformation élastique élevée et une
déformation plastique faible.

• Stabilité dimensionnelle.

• Innocuité pour les tissus.

1
E.BATAREC
2
Centre français de normalisation
Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 3
• Courbe de prise permettant un temps de travail suffisant et un temps de prise buccal
court.

• Compatibilité avec les matériaux de moulage.

• Pouvoir mouillant élevé.

• Présentation sous plusieurs viscosités.

• Utilisation simple.

Matériaux utilisées :
Plâtre (destiné aux empreintes) :

 Présentation :

• G.77 (odoncia)

• Protodont.

• Snow white.

 Mise en œuvre :

• Saturation progressive sans spatulation.

• Spatulation d’un mélange pré-dosé.

 Temps de travail :

• Fonction du rapport eau plâtre.

 Avantage :

• Très grande rigidité.

• Stabilité dimensionnelle (un long délai de traitement)

• Absence de réaction tissulaire secondaire.

• Coût modique.

Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 4
 Inconvénients :

• Pas d’élasticité

• Très cassants

• Précision d’enregistrement des détails très faible.

• Modalités de traitements délicates.

Pâtes thermoplastiques :

Dite communément pâte de Kerr

 Se présente sous 3 aspects :

• Pâte rouge : 55° et 56°

• Pâte grise : 53 et 54°

• Pâte verte : 50 et 51°

 D’après divers auteurs la pâte de kerr verte serait la plus recommandée en prothèse
conjointe.

 Utilisées principalement pour les empreintes unitaires. (Tube de cuivre)

 Inconvénients :

• Non utilisées pour les préparations présentant un double degré de convergence avec
contre dépouille.

• L’empreinte se fracture facilement

• Facilement déformable

• Influe sur la physiologie pulpaire.

 Indications :

• Préparation sur dents dépulpées

• Préparation coronaire de dépouille sans limite cervicale marquée

• Préparation corono-radiculaire.

Les hydrocolloïdes :

Sont des polysaccharides extraits d’algues marines qui forment un gel colloïdal contenant
dans ses mailles l’eau, milieu de dispersion.

Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 5
 Les hydrocolloïdes réversibles

 Les hydrocolloïdes irréversibles ou alginates

 Les hydro-alginates

Les hydrocolloïdes réversibles :

• 85% d’eau et 12.5% d’agar+sulfate de potassium +borax.

• Présentation : 03 viscosités basse, moyenne et haute viscosité.

 Mise en œuvre :

La préparation du matériau s’effectue par passage et maintien à différentes températures, le


plus souvent dans l’eau, plus exceptionnellement à sec.

Trois bacs assurant une température constante sont nécessaires :

• Le premier sert à la liquéfaction du matériau à 100°c pendant 15mn.

• Le second sert au stockage des seringues, carpules ou tubes à 65°c.

• Le troisième sert à tempérer le porte empreinte garni du matériau de plus haute


viscosité en abaissant la température de 65 à 45°c.

 Avantages :

• Simplicité et rapidité du protocole de l’empreinte.

• Absence de bulles, pas de malaxage à effectuer.

• Grande précision.

• Pouvoir mouillant important, matériau hydrophile.

 Inconvénients :

• Porte empreinte spécifiques à circulation d’eau.

• Faible résistance aux contraintes.

• Traitement de l’empreinte immédiat.

• Décontamination impossible.

Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 6
Les hydrocolloïdes irréversibles ou alginates :

De classe A permettent d’enregistrer des détails de 25 µm.

De classe B permettent d’enregistrer des détails de 50µm.

De type I ont un temps de prise normal.

De type II ont un temps de prise rapide.

Se présentent-en :

 Vrac : la poudre et l’eau font l’objet d’un dosage volumétrique pour malaxage manuel.

 Capsule : pré dosées pour malaxage mécanique.

 Avantages :

• Manipulation simple et économique.

• Porte empreintes conventionnels du commerce.

 Inconvénients :

• Spatulation manuelle génératrice de bulles.

• Les mêmes que ceux des hydrocolloïdes réversibles

Les hydro-alginates :

Consiste à utiliser un hydrocolloïde réversible de basse viscosité injecté sur les préparations
et un alginate compatible pour remplir le porte empreinte.

Le principal avantage de cette association est la suppression du circuit de refroidissement et


l’utilisation de porte empreinte standard.

Les élastomères :

Font partie de la famille des caoutchoucs synthétiques, substances macromoléculaires


possédant des propriétés élastique.

Les 03 familles utilisées sont :

 Les polysulfures

 Des polyéthers

 Des silicones.

Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 7
Les polysulfures :

 Présentation :

Deux tubes : une pate blanche contenant le monomère, une pate brune contenant le réacteur,
le plus souvent du bioxyde de plomb.

Trois viscosités ; heavy, regular, light.

Monophasé une seule viscosité.

 Mise en œuvre

Pour chaque viscosité, spatulation de quantités égales de chaque tube.

Temps de mélange : 1 mn

Temps d’utilisation : 2 à 6 mn

Temps de prise : 8 à 10 mn

 Avantages :

• Temps d’utilisation long

• Stabilité dimensionnelle acceptable.

• Elasticité élevée.

 Inconvénients :

• Temps de prise très long.

• Manipulation désagréable : odeur, consistance.

• Faible résistance aux contraintes.

• Matériau hydrophobe.

Les polyéthers :

 Présentations

 Soit monophasé soit 02 viscosités

 02 tubes par viscosité : base + réacteur.

 Mise en œuvre :

 Mélange : 45 s

Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 8
 Utilisation : 1à 2 mn

 Temps de prise 2 à 3 mn.

 Avantages :

• Dureté élevée.

• Faible déformation permanente.

• Hydrophiles.

• Stabilité dimensionnelle excellente.

 Inconvénients :

• Temps d’utilisation court.

• Peu de viscosités différentes.

• Sensible à l’imbibition.

• Dureté élevé, désinsertion du modèle difficile, risque de fracture du plâtre.

Les silicones :

En fonction de leur mode de polymérisation, deux types d’élastomères silicones peuvent être
distingués :

 Les silicones de première génération, réticulant par réaction de condensation : base


poly-diméthyl siloxane (silicone C)

 Les silicones de deuxième génération, réticulant par réaction d’addition : base poly-
divinyl siloxane. (silicones A).

Les silicones réticulant par condensation ou silicone C

 Présentation :

Existe en 04 viscosités, « putty », « putty soft », « regular », « light », en pots ou en


tubes selon viscosité avec catalyseur liquide ou pâte en tube ; le plus souvent identique pour
toutes les viscosités.

 Mise en œuvre :

• Spatulation pour les basses et moyennes viscosités.

• Pétrissage pour les hautes viscosités.

• Mélange : 1mn

• Utilisation : 2à 3 mn
Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 9
• Temps de prise : 4 à 6mn.

 Avantages :

• Nombreuses viscosités.

• Prise rapide

• Compatibles avec tous matériaux de moulage.

• Permettent toutes techniques d’empreintes.

 Inconvénients:

• Mauvaise stabilité dimensionnelle.

• Hydrophobes.

• Catalyseur instable dans le temps.

• Risque d’inclusion de bulles lors du mélange des faibles viscosités.

Les silicones réticulant par addition ou silicones A

 Presentation:

05 viscosités : “putty”, “putty soft”, “regular”, “light”, “super light”, présentés en pots, en
tubes, en seringues et en doubles cartouches pour pistolet mélangeur.

 Mise en œuvre :

Idem

Mélange de quelque secondes à 1mn

Utilisation : 2à 4 mn

Temps de prise 4à 5mn.

 Avantages :

 Nombreuses viscosités.

 Compatibles avec tous matériaux de moulage.

 Permettent toutes techniques d’empreintes.

 Grande stabilité dimensionnelle.

 Importante faculté d’étalement.

 Grande résistance à la déformation.

Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 10
 Hydro compatible (pour la nouvelle génération).

3-2 Matériels

• Système de protection parodontal (cordonnets) + pince de mise en place (spatule).

• Matériels destinés au polissage.

• Plaque à malaxer, les seringues injectables d’élastomère, porte empreinte minuteur.

Problèmes posés au cour de l’empreinte :

 Problèmes posés à l’insertion du porte empreinte

 Problèmes posés pendant la prise du matériau

 Problèmes posés à la désinsertion de l’empreinte

Problèmes posés à l’insertion du porte empreinte :

 Pouvoir mouillant des matériaux:

Cette caractéristique concerne leur faculté d’étalement

 Etat de surface des préparations

 Nature des matériaux

Matériau non mouillant Matériau partiellement mouillant Matériau totalement mouillant

 Viscosité et compression lors de l’insertion:

 Matériau de faible viscosité s’étale par fluage sur des reliefs simples par contre sur
des reliefs complexe, il emprisonne facilement des bulles d’air.

 Matériau de haute viscosité  n’a pas la capacité d’envelopper les contre dépouilles
d’où le risque de tirage.

Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 11
 Porte empreinte large + matériau de viscosité faible, compression insuffisante, bulles

 Porte empreinte étroit + matériau de viscosité élevée, compression excessive,


induction de contraintes au sein du matériau.

 Plasticité et temps de prise:

Tous les matériaux ont une courbe de prise spécifique voulue par le fabricant.

 Le malaxage:

Un malaxage trop rapide  mélange hétérogène avec inclusion de bulles d’air.

Un malaxage trop long  diminue le temps d’utilisation buccale.

 Cavités et contre dépouille:

Injecter le matériau directement dans les zones à accès difficile avant l’insertion du porte
empreinte.

 Situation des limites:

Pour atteinte les limites juxta et sous gingivale faudrait recourir aux manœuvres qui tendent à
ouvrir le sillon gingivo-dentaire.

Problèmes posés pendant la prise du matériau :

 Assurer la stabilité du porte empreinte

 Permettre la prise complète du matériau sans pression

Problèmes posés à la désinsertion de l’empreinte :

Les préparations schématiquement se distribuent en :

Géométrie simple

Géométrie complexe

Une inertie par freinage relativement faible pour les cas simples.

Effet de freinage plus important pour les cas complexes.

NB : l’effet de freinage se traduit comme étant une résistance à l’arrachement.

Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 12
En plus de l’effet de freinage vient s’ajouter l’effet de trainage qui provient des régions non
préparées et dont l’anatomie est en contre dépouille.

4-Techniques d’éversion sulculaire :


 Mécanique

Cordonnets simple ou double.

 Mécanique et chimique

Cordonnet imprégné.

 Mécanique et chirurgical

Curetage rotatif.

 Physique et chirurgical

Bistouri électrique.

 Autres technique

Prothèse provisoire, Expasyl, Laser Herbium-yag…etc.

Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 13
5-Techniques d’empreintes :

Les empreintes unitaires :


• Tube porte empreinte=tube de cuivre

• Mise en condition du tube de cuivre

A l’aide de pâte de Kerr

Matériau primaire de viscosité élevée + matériau secondaire de faible viscosité

Les empreintes de situation :


La vocation du modèle positif unitaire M.P.U obtenu par l’empreinte unitaire est d’être
intégré au reste de l’arcade, l’empreinte de situation va permettre cette intégration.

Se fait par 2 procédés différents :

 Procédé de l’empreinte de report.

 Procédé des transferts.

Les empreintes globales

Avec guidage unitaire :


 Le triple mélange 3

 Le coffrage métallo-résineux4

 La chape porte empreinte5

Le triple mélange :
Empreinte unitaire en double mélange + sur empreinte

3
R.LEIBOWITCH 1955
4
BUGUGNANI 1974
5
E.LEPERS 1967
Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 14
 Matériaux :

 Les matériaux à utiliser dans le tube de cuivre : Matériau lourd qui est rebasé
par un matériau fluide

 La sur-empreinte est réalisé généralement avec un matériau de moyenne


viscosité.

 Indications :

Empreintes globales de préparation coronaire et corono-radiculaires périphériques à


caractère sous gingival.

Le coffrage métallo-résineux :
 Mise en condition du tube en cuivre

 Effectuer des empreintes unitaire à caractère sous gingival suivie d’une sur empreinte.

 Mise en œuvre :

 C.M.R coronaire :

 Ajustage de la bague de cuivre

 Rétention sur le bord occlusal

 Feuille de cire est déposée dans la lumière du tube

 Replacer le tube et fouler la cire

 Application de résine auto polymérisable qui déborde sur la face occlusale

 Intercuspidie

 Rectification des débordements

 CMR corono radiculaire

Idem

• Tenon solidarisé à la résine.

CMR intéressant des préparations distribuées sur la totalité de l’arcade et dont le calage
occlusal va permettre d’enregistrer et de conserver la dimension verticale.

• Chaque empreinte unitaire(ou groupe d’empreinte unitaire) s’effectuera en double


mélange.

Les sur empreintes

• Soit en double viscosité

Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 15
• Soit en viscosité unique

• Soit au plâtre

La chape porte empreinte :


Utilise une chape faite en résine auto polymérisable cuite couvrant la préparation et réalisant
un espacement à l’aide d’un taquet occlusal.

Protocole clinique :

 1er temps clinique :

• Préparation

• Empreinte primaire compressive

 2eme temps laboratoire :

• Model en plâtre dur

• Application de la cire de surépaisseur.

• Dépôt de poudre de résine pour confection de C.P.E

• Apport de liquide monomère.

• Taille au scalpel

• Cuisson

• Démoulage

• Elimination complète de la cire de surépaisseur finition

• Finition

• Créer des proéminences sur les faces vestibulaires et palatines (moyens de rétention)

• Butée d’occlusion au plafond de la chape(le taquet d’appui occlusal)

• Face occlusale à épaisseur minima

• Essayage du modèle

Nb : conservation de la chape dans l’eau.

 3eme temps clinique

• Ajustage cervical de la chape, pénétration sous gingivale.

• Retouche des bords

Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 16
• Ajustage occlusal au papier bleu

• Meulage des point d’impact de sur occlusion

• Dépôt de résine auto sur la face occlusale

• Fermeture en occlusion

• Indentation occlusale

• Réalisation de rétention mécanique à la fraise roue

• Remplissage de la chape avec le matériau à empreinte (thiocol léger)

• Mise en place de la chape remplie et retour à l’occlusion

• Sur empreinte (polyéther)

• Retrait de la sur empreinte et control de la position de l’empreinte unitaire

Cette dernière permet de :

• Limiter l’enfoncement du PE

• D’enregistrer les relations occlusales des dents antagonistes par apport de résine auto

• De condenser le matériau à empreinte à la périphérie de la préparation, vers le fond du


sillon gingivo-dentaire

• De réduire les contraintes de compression

• De loger en épaisseur uniforme le matériau à empreinte

Sans guidage unitaire :

Empreintes aux hydrocolloïdes réversibles :


Empreinte de choix particulièrement pour les patients à parodonte réduit.

Indiquée pour :

 Empreintes des préparations coronaires périphériques.

 Empreintes des préparations pour inlay onlay facette.

 Empreinte des préparations corono-radiculaires.

Protocole clinique :

• Mise en place des fils de rétraction

Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 17
• Retrait des fils

• Séchage

• Injection du matériau de consistance fluide ( sorti du bain de stockage )

• Mise en place du porte empreinte avec un hydro colloïde plus visqueux.

• Retrait de l’empreinte le refroidissement dure environ 5 minutes (


température de l’eau ne dépassant pas 12°)

Empreinte aux hydro-alginates :


• Cette technique de prise d’empreinte aux hydro alginates en double-mélange repose
sur la combinaison hydrocolloïde réversible / alginate. Elle permet d’allier la précision
des hydrocolloïdes à la simplicité des alginates.

• l’hydrocolloïde est injecté sur la préparation non asséchée et est encore à l’état liquide.

• Le porte-empreinte chargé d’alginate est inséré

• • La désinsertion se fait après 3 min.

• • L’empreinte doit être coulée avec du plâtre pierre dans le quart d’heure qui suit la
désinsertion

La wash technique :
en 02 temps

La wash technique correspond à une prise d’empreintes en deux temps et avec deux matériaux
de viscosité éloignée employés à la suite l’un de l’autre.

Indication :

 Pour les situations cliniques induisant très peu de tirage au moment de la désinsertion(
exclure les dents en mal position, racine dénudées, cavités de caries non
comblées...etc)

Pour les préparations coronoradiculaire.

Protocole clinique :

 Le porte-empreinte est enduit d’adhésif.

 L’accès aux limites cervicales est ménagé par un cordonnet rétracteur ou un matériau
rétracteur.

Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 18
 Le porte-empreinte chargé de base (putty ou putty soft) enregistre les reliefs.

 L’empreinte primaire est aménagée au porte-lame pour créer des évents.

 La basse viscosité (light ou super light) est déposée à la seringue ou au pistolet dans le
porte-empreinte et sur la préparation.

 Le cordonnet ou le matériau espaceur est retiré.

 L’empreinte primaire est repositionnée.

 Après la prise du matériau, l’empreinte secondaire est désinsérée.

Technique des élastomères injectés :


En 01 temps

-L’empreinte s’effectue avec 2 élastomères de viscosité différentes et présentant le même


état de plasticité.

- Nécessitant un P.E. Individuel

Protocole clinique :

 un P.E.I. perforé est fabriqué à partir d’une empreinte primaire prise dans une séance
ultérieure.

 Il doit se repositionner sans ambigüité sur la région clinique.

 Remplissage par un élastomère moyenne viscosité puis faible viscosité injecté au


contact de la préparation puis dans le PE chargé.

 Réintroduire le P.E.I. immédiatement et le maintenir en place jusqu’à prise complète.

 Le matériau doit fuser par les perforations.

 Désinsérer et vérifier l’empreinte.

Inconvénients :

 Compression assez faible.

 Pénétration sous gingivale limitée.

 Déformation au moment du retrait.

Indications :

 Préparation coronaire simple à limite cervicale supra ou juxta gingivale.


Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 19
 Préparation corono-radiculaire.

Le double mélange :
Technique en 1 temps

La technique du double mélange correspond à une prise d’empreinte en une fois mais avec
deux matériaux de viscosité rapprochée. Ces deux matériaux vont s’opposer dans leur
consistance, l’un ayant une plus forte viscosité (Putty, Soft), l’autre étant de viscosité plus
faible (Medium ou Light).

Protocole clinique :

 Le porte-empreinte est enduit d’adhésif.

 Un double cordonnet ou un matériau espaceur réalise l’écartement gingival.

 Le porte-empreinte est garni de moyenne viscosité.

 Le pistolet auto mélangeur ou la seringue est chargé en basse viscosité.

 Le deuxième cordonnet rétracteur ou le matériau espaceur est déposé.

 Les préparations sont recouvertes de matériau de basse viscosité (Medium ou light).

 L’excès de matériau de basse viscosité est réparti sur le porte-empreinte.

 Le porte-empreinte est inséré et maintenu jusqu’à la prise du matériau.

 Désinsertion et contrôle de l’enregistrement, vérifier l’absence de bulles.

La technique monophasée :
En 01 temps

La technique monophasé utilise un matériau d’empreinte de viscosité moyenne caractérisé par


une flexibilité optimale et non compressif, ne déformant pas les tissus mous et permettant un
enregistrement parfait en un temps avec un porte-empreinte rigide.

Elle fait gagner du temps au praticien et permet une désinsertion plus aisée. L’empreinte est
plus facile à retirer de la bouche, du porte-empreinte et du modèle en diminuant les risques de
distorsion.

6-Que choisir une empreinte sectorielle ou bien une empreinte de toute l’arcade ( globale) :
Il est important de tenir en compte trois facteurs interdépendants :

 La situation et la répartition des préparations sur l’arcade.

Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 20
 La nature et la forme de l’environnement occlusal à fournir au laboratoire.

 La prise en compte de données esthétiques.

Indications de l’empreinte sectorielle :

 Reconstruction unitaire intéressant une prémolaire ou une molaire.

 Bridge pour remplacement des premières molaires avec calage postérieur(troisième


molaire) et antérieur (prémolaire et canine).

Indications de l’empreinte de toute l’arcade :

 Impossibilité de stabiliser un mordu en l’absence de calage par des dents cuspidées.

 Reconstructions réparties sur les deux hémi-arcades.

 Reconstruction rétablissant des courbes fonctionnelles.

 Nécessité d’enregistrement de la relation centrée

 Respect de la morphologie des dents homologues de l’arcade.

 Reconstruction englobant les canines.

 Reconstruction de l’ensemble de guide antérieur.

 Absence de calage postérieur.

7-Gestion des échecs


Solutions envisageables après analyse des causes de l’échec:

 Reprendre une autre empreinte immédiatement

 Reprendre une nouvelle empreinte en procède à une nouvelle manœuvre d’ouverture


sulculaire

 Différer l’empreinte à une nouvelle séance clinique

Conclusion:
La prise d’empreinte est une étape clef dans la réalisation de la prothèse dentaire.

Elle doit assurer un transfert précis des données cliniques vers le laboratoire où seront
réalisées les prothèses.

De sa fidélité dépend en partie l’adaptation finale, et la réussite du traitement.

Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 21
Bibliographie:

-Atlas de médecine dentaire couronnes et bridges

-Bases fondamentales en prothése fixée SHILLINGBURG

-EMC odontologie

-hebdo de la santé bucco-dentaire prothèse, optimiser l’emploi des élastomères.


Vol.90

-Les empreintes en prothèse conjointe R.BUGUGNANI, C.LANDEZ

-Manuel de prothèse fixée unitaire J. EXBRAYAT, J.SCHITTLY, J-C.BOREL

-Pratique Clinique des matériaux dentaires en prothèse fixée PASCAL BEHIN,

PIERRE-HUBERT DUPAS.

- Quelques sites web.

Techniques d’empreintes
En prothèse conjointe Page 22