Vous êtes sur la page 1sur 21

Université Sidi Mohammed Ben

Abdallah
FSJES FES

Licence Professionnelle : Back


Office Bancaire

THÈME : LE CAPITAL
INVESTISSEMENT
Présenté Par : Mohamed THIOUN
Wafae BITITI
Youssef CHORFI
Younnes ABAALI
Encadré par: Mr.ELHIRI

Année Universitaire :
2013/2014
PLAN
INTRODUCTION
I. Notion du Capital Investissement
II. Les principes d'une opération de capital investissement
III. Les acteurs d’une opération de Capital Investissement
IV. Les formes du Capital Investissement
V. Marché Marocain du Capital Investissement

CONCLUSION
INTRODUCTION
 Pour produire ou échanger, créer et
développer ses activités, pour conduire sa
croissance interne et externe, l’entreprise a
besoin de moyens de financement. Les fonds
sont multiples. 
 
 Les différents modes de financement ne
cessent de développer, de s’innover vu
l’évolution des besoins de financement des
entreprises et la multiplication des
intervenants du circuit de financement.
INTRODUCTION
Parmi les moyens de financement de
l’entreprise on trouve :

LE CAPITAL
INVESTISSEMENT
I. NOTION DU CAPITAL
INVESTISSEMENT

Le Capital Investissement est une activité financière qui


consiste pour un investisseur professionnel à entrer, pour
une durée déterminée, dans le capital d’entreprises, non
cotées sur le marché boursier, ayant besoin de fonds
propres.

C’est un soutien de l’entreprise, à tous les stades de son


existence, le Capital Investissement peut indifféremment
financer le démarrage, la croissance, la transmission ou
encore la recapitalisation en cas de difficultés.
I. NOTION DU CAPITAL
INVESTISSEMENT
C’est une source alternative de
financement à la disposition de l’entreprise
confrontée aux contraintes et limites posées
par les sources traditionnelles de
financement tels les fonds propres, le
financement bancaire et l’appel public à
l’épargne. Ces différentes sources de
financement peuvent cependant être
complémentaires les unes des autres car
elles présentent chacune des avantages et
des inconvénients.
II. LES PRINCIPES D'UNE OPÉRATION DE CAPITAL INVESTISSEMENT

1.L'investissement en fonds propres et /ou en quasi fonds


propres

L'investisseur en capital peut participer au financement d'une


entreprise en y injectant des fonds propres ou des quasi-fonds propres.
Ainsi, l'investisseur peut souscrire à une augmentation de capital qui lui
est réservée (c'est-à-dire que les associés fondateurs ne participent pas
à cette opération) et devenir actionnaire de l'entreprise aux cotés des
associés fondateurs.
L'apport en fond propres réalisé par l'investisseurs peut parfois être
augmenté d'un apport en quasi-fonds propres (par le biais d'un compte
courant d'associé, l'émission d'une obligation) qui n'a pas d'impact sur
la répartition du capital de l'entreprise.
II. LES PRINCIPES D'UNE OPÉRATION
DE CAPITAL INVESTISSEMENT

2. Le partage du pouvoir et des


risques
L'entrée de l'investisseur au capital de l'entreprise lui
confère, sauf restriction particulière et dans la limite de sa quote-
part de détention, le même pouvoir et les mêmes droits que les
autres associés et l'expose aux mêmes risques.
Les principaux droits dont jouit l'investisseur en capital sont:
 le droit de participer aux assemblées générales et de vote;

 le droit de participer aux bénéfices;

 le droit préférentiel de souscription;

 le droit de l'information concernant la vie de l'entreprise;

 le droit de céder les actions librement ou dans le cadre des


statuts ou de contrat d'actionnaires;
 le droit de se présenter aux fonctions d'administrateur, de
membre du directoire ou du conseil de surveillance.
II. LES PRINCIPES D'UNE OPÉRATION
DE CAPITAL INVESTISSEMENT
3. la recherche de la maximisation du
profit

L'investissement en capital comporte des risques


car l'investisseur ne peut jamais être sûr de
récupérer son investissement.
Son objectif est de maximiser son profit, c'est-à-
dire à la fois les revenus et le prix de revente de
son investissement de manière à générer la plus
value la plus importante.
III. LES ACTEURS D’UNE OPÉRATION DE
CAPITAL INVESTISSEMENT
Les investisseurs en capital sont principalement des
compagnies d’assurances, caisses de retraites, banques,
grands groupes industriels et organismes de développement
internationaux qui détiennent et gèrent des ressources à long
terme dans le but de les faire développer.

Les sociétés de gestion sont les intermédiaires entre les


investisseurs et les entrepreneurs. Elles prospectent les
sociétés cibles, étudient leurs projets et y investissent, au
travers d’un fonds, les capitaux que leur ont confiés les
investisseurs. Les sociétés de gestion possèdent des équipes
dont les niveaux de compétence et d’expertise sont élevés
pour réaliser notamment des études préalables approfondies
avant d’investir dans les entreprises ciblées.
III. LES ACTEURS D’UNE OPÉRATION DE
CAPITAL INVESTISSEMENT

Les entrepreneurs sont les chefs d’entreprises en


quête de fonds propres ou quasi fonds propres afin
d’assurer le démarrage, la croissance ou la
recapitalisation de leur activité.

Les acheteurs sont les nouveaux entrants après la


sortie des investisseurs en capital. Il peut s’agir
d’industriels, de managers de l’entreprise, du
marché financier en cas d’introduction en bourse ou
même d’un ou plusieurs autre(s) fonds
d’investissement.
IV. LES FORMES DU CAPITAL
INVESTISSEMENT
Une opération de capital investissement peut
intervenir tout au long de la vie de l'entreprise.

On distingue 5 grands types d’opération de capital


investissement qui sont directement liés aux 5
grandes étapes du cycle de vie des entreprises :
 Capital Amorçage
 Capital Risque
 Capital Développement
 Capital Transmission
 Capital Retournement
IV. LES FORMES DU CAPITAL
INVESTISSEMENT
1. Le capital amorçage :
 

Le capital amorçage consiste à financer la finalisation


d’un projet de création d’entreprise en cours
d’élaboration.

On entend par financement de la finalisation d’un projet


de création d’entreprise, la prise en charge du coût de la
recherche de développement, des études de marché, du
développement et des dépôts de brevets….

Ce type d’opération présente un niveau de risques


élevés, seuls des organismes étatiques ou paraétatiques
peuvent accorder de tels financements.
IV. LES FORMES DU CAPITAL
INVESTISSEMENT
2. Le capital-risque :
 
Après la création d’une société, le capital risque a pour objet de
prendre en charge une partie de son capital en vue de compléter
le financement de son projet d’investissement.

Le capital risque est destiné à financer les moyens permettant la


mise en œuvre, la production et la commercialisation du produit.

Ce type d’opérations concerne fréquemment les secteurs de la


biotechnologie et des télécommunications et consiste le plus
souvent en une prise de participation minoritaire de l’investisseur
au capital de la société.
IV. LES FORMES DU CAPITAL
INVESTISSEMENT
3. Le capital investissement :

Le capital développement s’adresse à des PME et à


des entreprises non cotées exerçant leurs activités
depuis quelques années déjà. Il consiste le plus
souvent en une prise de participation minoritaire de
l’investisseur au capital de la société.

Les apports au titre du capital développement ont


pour objet de renforcer l’assise financière de la
société afin de financer sa croissance organique et
externe : accroissement et /ou développement des
produits et des marchés, efforts à l’exportation…
IV. LES FORMES DU CAPITAL
INVESTISSEMENT
4. Le capital transmission :

Le capital transmission permet à de nouveaux actionnaires de


racheter la part des anciens.

A la différence des autres formes d’investissement, où le capital


investisseur intervient en tant qu’associé minoritaire, il acquiert ici
la majorité du capital de l’entreprise afin d’en prendre le contrôle.

Les opération de capital transmission les plus célèbres sont les


rachats avec effet de levier ou leverage buy-out  : dans cette
technique une société holding rachète la société concernée et
s’endette pour ce faire. Le cash-flow (bénéfices nets+dotations au
amortissements et aux provisions) généré annuellement par la
société rachetée permet à la holding de rembourser la dette
contractée ainsi que les intérêts y afférents.
IV. LES FORMES DU CAPITAL
INVESTISSEMENT
5. Le capital restructuration :

Le capital restructuration permet à un fonds


de racheter ou de reprendre une entreprise
viable et en difficulté, d’assurer ensuite le
retournement de la situation de celle-ci à
travers une restructuration de fonds (sociale,
technique, commerciale et financière) et ce,
avant de procéder à sa revente ensuite, la
société bien rétablie.
IV. LES FORMES DU CAPITAL
INVESTISSEMENT
5. Le capital restructuration :

Deux techniques sont généralement utilisées pour ce


faire :
Le MBI (Management buy in), dans cette technique le
capital investisseur et les dirigeants (inchangés) créent
une société holding qui aura pour objet de racheter
l’entreprise en difficulté ;

Le MBO (Management buy out) est une pratique plus


répandue qui consiste pour un capital investisseur à
former lui-même la nouvelle équipe dirigeante ainsi que
la société holding qui devra racheter l’entreprise cible.
 
V. MARCHÉ MAROCAIN DU
CAPITAL INVESTISSEMENT
Evolution du Capital Investissement au Maroc

Le Capital Investissement n’apparaît au Maroc qu’au début des


années 90 et ne sera réellement opérationnel qu’en 1993 avec la
création de la société de gestion Moussahama, pionnière de
l’industrie marocaine et filiale de la Banque Centrale Populaire.

Pendant longtemps, Moussahama fut le seul opérateur du marché.


Les autres fonds d’investissement ne verront en effet le jour qu’à
partir de l’an 2000, année de création de l’AMIC
(Association marocaine des investisseurs en capital) , fondée à
l’initiative de quatre opérateurs : Capital Invest, Casablanca Finance
Capital, Moussahama et Upline. Aujourd’hui, l’AMIC regroupe la
majorité des investisseurs en capital marocain.
CONCLUSION
Le principal atout qui distingue le capital
investissement réside dans son aptitude, de
par son éthique et sa logique d'intervention, à
extérioriser les potentialités statiques de toute
économie dans laquelle il opère.

En effet, par le biais de son intervention en


fonds propres dans des PME, le capital
investissement procure à ces dernières des
issues de financement (qu'il est le seul à
proposer) qui leur permettent d'améliorer leurs
indicateurs et de devenir éligibles au
financement traditionnel.
MERCI POUR VOTRE ATTENTION