Vous êtes sur la page 1sur 8

Préparations semi-solides pour application locale

PREPARATIONS SEMI-SOLIDES POUR


APPLICATION LOCALE

I. DEFINITION :
Selon la Pharmacopée européenne : « les préparations semi-solides pour application locale sont des
préparations destinées à être appliquées sur la peau ou sur certaines muqueuses afin d’exercer une
action locale ou de réaliser la pénétration percutanée de principes actifs. Elles sont également
utilisées en vue de leur action émolliente ou protectrice. Elles présentent un aspect homogène,
constituées d’une base simple ou composée dans laquelle sont dissous ou dispersés un ou plusieurs
principes actifs».
II. CLASSIFICATION:

II.1. Les pommades:


Se composent d’une base monophase dans laquelle peut être dissous ou dispersé un ou plusieurs
principes actifs liquides ou solides

Pommades hydrophobes : elles ne peuvent absorber que de petites quantités d’eau sous
agitation. Elles sont occlusives et présentent un caractère gras au toucher. Les principaux
excipients utilisés sont : vaseline, paraffine, paraffine liquide, huiles végétales…
Pommades absorbant l’eau : sont des pommades hydrophobes dans lesquelles est
incorporé un émulsifiant.
Pommades hydrophiles : sont des préparations dont les excipients sont miscibles à l’eau.
On emploie généralement un mélange de polyéthylène glycols liquides et solides.

II.2. Les crèmes:


Préparations multiphases composées d’une phase huileuse et d’une phase aqueuse.

On distingue :

Crèmes hydrophobes (H/L)


Crèmes hydrophiles (L/H)

Cours de Pharmacie Galénique 1


Préparations semi-solides pour application locale

II.3. Les gels:


Liquides gélifiés à l’aide d’agent gélifiants appropriés.

On distingue :

Gels hydrophobes « Oléogels » qui sont des préparations dont l’excipient est
habituellement de la paraffine liquide additionné de polyéthylène, ou des huiles grasses
gélifiées par la silice colloïdale ou des savons d’aluminium ou de zinc.

Gels hydrophile « Hydrogels » qui sont des préparations dont l’excipient est
habituellement de l’eau, du glycérol ou de propylèneglycol gélifiées à l’aide d’agents
gélifiants appropriés tels que l’amidon, des dérivés de cellulose, des silicates de magnésium-
aluminium, carbomères…

II.4. Les pâtes:


Préparations contenant de fortes proportions de poudres finement dispersées dans la base.

On distingue :

Pâtes anhydre
Pâtes à l’eau

III. LA BIOPHARMACIE CUTANEE:

III.1. Constitution de la peau:

Cours de Pharmacie Galénique 2


Préparations semi-solides pour application locale

La peau est essentiellement constituée de trois couches superposées.


- L’épiderme : il est limité à l’extérieur par la couche cornée « stratum corneum » et à
l’intérieur par la couche basale germinative ;
- Le derme formé du tissu conjonctif est une couche fibreuse (vaisseaux capillaires et
lymphatiques)
- L’hypoderme dont la constitution varie beaucoup selon la région du corps considérée.

Elle comporte de plus deux types d’organes annexes :


- Les glandes sudoripares : secrétant la sueur.
- L’appareil pilo-sébacé : secrétant le sébum.

Le pH à la surface de la peau saine est réglé par la sécrétion de la glande sudoripare. Il se situe en
moyenne autour de 4,5 et contribue de façon importante aux mécanismes de défense de la peau. Les
variations pathologiques vont dans le sens de l’alcalinisation.

III.2. Pénétration à travers la peau:


III.2.1. Voie de pénétration :

Glande sudoripare : la pénétration est faible.

L’appareil pilo-sébacé : la sécrétion du sébum associée à la sueur favorise la dissolution et


la pénétration des PA.

Barrière cellulo-cutanée : qui s’effectue selon deux manière :


- Passage trans-cellulaire : passage à travers les différentes couches cellulaires.
- Passage inter-cellulaire : passage à travers les espaces inter-cellulaires.

III.2.2. Mécanisme de pénétration :

Il existe trois mécanismes pouvant expliquer le passage des substances à travers la peau :

Filtration passive : correspond au passage à travers le follicule pilo-sébacé et l’espace


intercellulaire. Elle est en rapport avec le diamètre des pores.
Diffusion passive : fait intervenir les gradients de concentration qui jouent sur la
liposolubilité et sur l’hydrosolubilité des différentes couches de la peau. Il existe au niveau
de la couche cornée des molécules qui vont passer et s’arrêter dans les couches cellulaires
moyennes et former un réservoir, on parle « d’effet réservoir ». La concentration à ce
niveau va augmenter par rapport aux tissus sous-jacents.
Le transport actif : demande de l’énergie pour que la diffusion s’effectue à l’inverse du
gradient de concentration.

Cours de Pharmacie Galénique 3


Préparations semi-solides pour application locale

La première étape biopharmaceutique, après l’application de la préparation médicamenteuse, est la


libération totale ou partielle de la substance active dans un milieu de dissolution complexe
(constituant du véhicule, constituant du site d’application : eau, sébum…).

Cette étape est suivie, après dissolution, d’un transfert de matière vers le stratum corneum (effet
réservoir).

Le passage vers les structures sous jacentes nécessite une hydrophilie. Les possibilités d’atteindre
les couches profondes de la peau sont très limitées pour les molécules strictement lipophiles et sont
importantes pour les molécules amphiphiles. En ce qui concerne les substances hydrophiles, la
barrière principale reste le stratum corneum.

III.2.3. Les facteurs influençant l’absorption percutanée :

De nombreux paramètres physiologiques et physicochimiques sont susceptibles de modifier


l’absorption percutanée en dehors de toute propriété propre à l’actif, ces facteurs peuvent être liés à
la peau, aux conditions d’administration et à la formulation.

Elément Paramètre
- Poids moléculaire - Coefficient de partage eau/huile ;
Propriétés de l’actif - Ionisation - Concentration ;

- Excipients - Promoteurs d’absorption ;


Formulation
- pH.
- Surface de peau exposée ;
- Dose par unité de surface ;
Application - Durée de contact - Occlusion ;
- Mode d’application ;
- Applications multiples.
- Age;
- Site anatomique;
- Température ;
Peau
- Hydratation de la couche cornée ;
- Métabolisme ;

Principaux facteurs influençant l’absorption dans la peau humaine


Cours de Pharmacie Galénique 4
Préparations semi-solides pour application locale

IV. FORMULATION:

IV.1. Choix du degré de pénétration :

IV.2. Choix de l’excipient:

Les excipients utilisés doivent répondre à certains critères :

Etre bien toléré : ni irritant, ni toxique, ni allergique.


Ne pas présenter d’incompatibilité avec le reste de la formule.
Etre suffisamment stable pour permettre une bonne conservation.
Faciliter la pénétration des principes actifs si besoin.
Contribuer à donner à la pommade une consistance convenable qui permet un étalement
facile.
Etre stérilisable dans le cas des pommades stériles (ophtalmique et destinées à être
appliquées sur certaines plaies et brulures).

Si cela n’est pas incompatible avec d’autres propriétés, on lui demandera de plus d’être lavable à
l’eau et de ne pas tacher le linge.

Cours de Pharmacie Galénique 5


Préparations semi-solides pour application locale

Excipients lipophiles Excipients hydrophiles

Glycérides Cires Hydrocarbures silicones PEG

bien tolérés, bien tolérées, bien tolérés, servent à la consistance


protection des convenable,
miscibles au peu inertes,
mains contre
sébum, d’incompatibilités, hygroscopiques,
anhydres, les produits
pas très miscibles au agressifs. stables,
faible pouvoir
stables, sébum,
pénétrant, lavables à l’eau,
pas lavables à plus stables,
occlusifs, incompatibilités
l’eau,
pas lavables à nombreuses,
stables,
occlusifs. l’eau.
pas occlusifs.
pas lavables à
l’eau.

Autres excipients :

Conservateurs :
- Bactériostatiques ou bactéricides (acide sorbique et ses dérivés) : Rôle
important dans les formes contenant une phase aqueuse.
- Antioxydants (butylhydroxytoluène, butylhydroxyanisol) : pour éviter
l’altération des composants oxydants de la phase lipidique.
Promoteurs d’absorption (chimiques ou physiques) : exemples : surfactifs, iontophorèse
Parfums et colorant : masquent certains défauts organoleptiques : oxyde de titane, oxyde
de fer.

V. FABRICATION:

V.1. A l’officine:

Les pommades sont presque toutes faites au mortier. Certaines peuvent se faire à la température
ordinaire ; mais souvent, il est nécessaire de faire fondre au préalable les excipients et ceci pour
plusieurs raisons :
- Malaxage plus facile,
- pouvoir y dissoudre plus facilement les principes solubles,
- améliorer le mélangeage d’excipients de points de fusion très écartés,
- faciliter les émulsions qui se font mieux à une certaine température.

Cours de Pharmacie Galénique 6


Préparations semi-solides pour application locale

V.2. Dans l’industrie:

Le matériel utilisé : mélangeur malaxeur à mouvement planétaire, mélangeur à turbine, agitateur


à ancre…..

- PA solides et insolubles dans les excipients: les pulvériser et les tamiser avant de les
malaxer avec les excipients.
- PA solubles : on les dissout dans les excipients fondus en prenant soin de n’introduire les
produits volatils que juste avant le début du refroidissement.

VI. CONDITIONNEMENT:

Les pommades sont conditionnées dans des pots, surtout en tubes qui peuvent être en AL nu ou
verni ou en matière plastique.
- A l’officine : pots (conditionnement abandonné), surtout en tube en AL nu ou verni ou
matière plastique.
- A l’industrie : des machines à haut débit sont utilisées pour :

 Le remplissage en tubes par gravité ou aspiration et refoulement,


 Fermeture par pliage,
 Impression du numéro de lot.
 encartage.
Les matières plastiques sont peu utilisées car elles présentent des inconvénients :
- Reprennent leur forme initiale : rentré d’air,
- Incompatibilité avec certains constituants.
On préfère de plus en plus l’AL vernis qui isole le contenu du métal.

VII. CONTROLE DES POMMADES:

VII.1. Contrôle des caractères organoleptiques : Caractères visuels, Caractères olfactifs,


Caractères tactiles.

VII.2. Homogénéité :
- Examen macroscopique par étalement en couche mince sur une surface plane à l’aide d’une
spatule.
- Le dosage du principe actif.
- Examen microscopique et distribution granulométrique.

VII.3. Détermination de la consistance :


- Dureté : l’essai consiste à mesurer l’enfoncement d’un mobile, en général
conique, dans le produit semi solide, dans des conditions rigoureusement
définies (pénétromètre, analyseur de texture) ;

Cours de Pharmacie Galénique 7


Préparations semi-solides pour application locale

- Force d’extrusion : mesure de la force nécessaire pour expulser une


quantité déterminée de pommade à partir d’un tube ;

- capacité d’étalement : mesure de la surface d’étalement sous l’action


d’une force déterminée ;

- pouvoir d’adhésion : mesure du temps nécessaire pour séparer deux surfaces solides
enduites de pommade à l’aide d’un poids donné.

VII.4. Détermination du pH : la pommade est triturée avec de l’eau distillée dont on mesure
ensuite le pH.
VII.5. Stérilité
VII.6. Essais de diffusion ou de biodisponibilité : Il s’agit d’essais in vitro ou in vivo,
permettent de quantifier la libération du principe actif à partir de la forme galénique :
- Diffusion dans un gel de gélose.
- Diffusion dans un milieu liquide.
- Modèles faisant appel à une membrane.
VII.7. Essais microbiologiques : (pommades aqueuses non stériles) :
Détermination de l’efficacité de la conservation anti microbienne et la qualité microbiologique des
fabrications (propreté microbiologique).

Cours de Pharmacie Galénique 8