Vous êtes sur la page 1sur 19

21 Rabi’ Ethani 1434 - Lundi 4 Mars 2013 - N°14759 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE

LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE

INAUGURATION DU SIÈGE DE L’OFFICE CENTRAL DE RÉPRESSION DE LA CORRUPTION

L’Etat mèneraunelutte sans merci contre ce fléau

PARLEMENT

PARLEMENT Ouverture ce matin de la session de printemps P. 4

Ouverture ce matin de la session de printemps

P. 4

RENCONTRE D’AFFAIRES ALGÉRO-ITALIENNE

de printemps P. 4 RENCONTRE D’AFFAIRES ALGÉRO-ITALIENNE ABDELMALEK SAYAH, DG DE L’OCRC Les dossiers seront
ABDELMALEK SAYAH, DG DE L’OCRC Les dossiers seront traités avec fermeté Nécessité de renforcer la
ABDELMALEK SAYAH,
DG DE L’OCRC
Les dossiers seront
traités avec fermeté
Nécessité
de renforcer
la coopération
économique
P.
8
MOHAMED DJAHDOU,
CHEF DE L’INSPECTION
L’IGF sera mise
à la disposition de l’Office
PREMIER FORUM
ALGÉRO-BRITANNIQUE
SUR L’ÉNERGIE
« Les hautes autorités du pays,
et à leur tête le Président de la
République, sont déterminées
à
mener une lutte sans merci contre
la
corruption sous toutes ses
formes et ne ménageront
aucun effort pour y parvenir »,
a
dit M. Djoudi après avoir inauguré
le
siège de l’Office central
de répression de la corruption
(OCRC), sis à Hydra (Alger).
Un grand potentiel
à valoriser
P. 3
P.
9
COUPE D’ALGÉRIE
Tirage au sort des
quarts de finale
jeudi
P.
32
MAÎTRE MEROUANE AZZI AU FORUM D’EL MOUDJAHID :
CLÔTURE DU 23 e FESTIVAL PANAFRICAIN
DU CINÉMA DE OUAGADOUGOU (FESPACO)
“La Charte pour la paix
et la réconciliation
nationaleabesoin
d’unnouveausouffle”
Belle moisson
pour le cinéma
algérien
P.
16
Ph. Billal
P. 5
Ph. Wafa
Anep n° 510402 du 04/03/2013
Anep n° 510402 du 04/03/2013
2 EL MOUDJAHID
2
EL MOUDJAHID
Météo VOILÉ Sur les régions Nord, le temps sera relative- ment chaud et souvent voilé
Météo
VOILÉ
Sur les régions Nord, le temps sera relative-
ment chaud et souvent voilé en cours de journée.
Les vents seront de secteur sud-est modérés à
parfois assez forts vers l’Ouest et le Centre.
La mer sera peu agitée.
Sur les régions sud du pays, le temps sera voilé
à partiellement nuageux de la Saoura vers le Nord
Sahara et les Oasis avec quelques faibles pluies
en cours de nuit.
Ailleurs, ciel dégagé.
Les vents seront en général variables modérés
à parfois assez forts engendrant des remontées de
Sable vers les régions du Nord.
Températures (maximales-minimales) pré-
vues aujourd’hui :
Alger (19°- 12°), Annaba (20°- 11°), Béchar
(24° - 12°), Biskra (20° - 14°), Constantine
(19°- 9°), Djanet (24° - 15°), Djelfa (18° - 11°),
Ghardaïa (21° - 14°), Oran (22° - 11°), Sétif
(13°- 6°), Tamanrasset (29°- 13°), Tlemcen
(23°- 12°).

Avec Flexily, faites profiter de votre ligne post payée vos proches du prépayé

Avec Djezzy, il y a toujours du nouveau d’une grande utilité pour les abonnés. Ainsi, si vous avez une ligne post payée Djezzy Classic ou millenium, grâce à Flexily de Djezzy vous pouvez faire profiter vos proches possédant des profils Djezzy Carte, Allo et Djezzy Control, de votre crédit en toute liberté. Transférez libre- ment de 50 à 100 DA de votre crédit. Vous pouvez faire cette transaction jusqu’à 6 fois par jour, le montant global n’excédant pas 600 DA/mois. Le prix du transfert du crédit est de 10 DA la transac- tion et les montants transférés et les frais de trans- fert seront portés sur votre prochaine facture. L’installation du service Flexily sur la ligne post payée est gratuite (*100#). Pour vérifier le mon- tant des transferts mensuels ainsi que le montant restant, le client doit composer la syntaxe gratuite de consultation *775#. Mode d’emploi : *770* numéro du correspon- dant *montant* le code PIN # Au-delà de six (06) tentatives d’insertion d’un code PIN erroné, le transfert de crédit sera auto- matiquement bloqué.

de six (06) tentatives d’insertion d’un code PIN erroné, le transfert de crédit sera auto- matiquement

CET APRES-MIDI A 14H AU PALAIS DES EXPOSITIONS SAFEX Inauguration du Salon de la femme « EVE 2013 »

SAFEX Inauguration du Salon de la femme « EVE 2013 » L’inauguration de la 9 e

L’inauguration de la 9 e édition du salon inter- national de la Femme « EVE2013 », organisé par le World Trade centre Algéria en partenariat avec Safex, aura lieu cet après-midi à 14h, au palais des expositions Safex – pavillon Central zone « C » suivie d’une conférence de presse.

Central zone « C » suivie d’une conférence de presse. DEMAIN A 8H30 A L’APN «
DEMAIN A 8H30 A L’APN « Le rôle de la femme dans la sphère politique
DEMAIN A 8H30 A L’APN
« Le rôle de la femme dans la sphère
politique »

Benmeradi à Blida

Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, M. Moha- med Benmeradi, effectue demain à partir de 9h une visite de travail et d’inspec- tion des structures relevant de son secteur dans la wi- laya de Blida.

CE MATIN A 10H A L’HÔTEL SHERATON 1 re Rencontre pharmaceutique algéro-indienne L’hôtel Sheraton abritera
CE MATIN A 10H A L’HÔTEL
SHERATON
1 re Rencontre pharmaceutique
algéro-indienne
L’hôtel Sheraton abritera ce matin de 10 à 18 heures la
L’APN organise demain à partir de 8h30 une journée d’étude sous le
thème : « Dynamisation du rôle de la femme dans la sphère politique »
1 re rencontre algéro-indienne de l’industrie pharmaceutique.
CE MATIN A 10H A L’ENSSP
Dynamiques crisogènes
au Sahel
LES 5 ET 6 MARS A LA MUTUELLE
GENERALE DES MATERIAUX DE
CONSTRUCTION DE ZERALDA
Rencontre avec le mouvement
associatif de jeunesse
L’école nationale supérieure de
sciences politiques organise un sé-
minaire intitulé : « Les dyna-
miques crisogènes au Sahel »
animé par le Dr Mohamed Kamel
Rezzag-Bara, ce matin à 10 heures
à l’amphi « A » niveau 1.
CE MATIN A 11 H AU PALAIS
DES EXPOSITIONS SAFEX
Conférence de presse sur la 7 e édition de l’EQUIP
AUTO ALGERIA
Sous le haut par-
rainage du Premier
ministre, le minis-
tère de la Jeunesse
et des Sports orga-
nise les 5 et 6 mars,
une rencontre natio-
nale avec le mouve-
ment associatif de
jeunesse sur le
thème : « Partena-
riat et priorités de
l’action jeunesse ».
Dans le cadre de la 7 e édition
du Salon international de l’équi-
pement « EQUIP AUTO ALGE-
RIA », une conférence de presse
sera organisée ce matin à 11
heures à l’espace restaurant Hall
LUNDI 11 MARS A 8H30 A L’HÔTEL
HILTON
L’entreprise et les réseaux sociaux
Le Cercle d’Action et de Réflexion autour de l’entreprise
– CARE – organise avec le soutien de la Fondation Frie-
S du palais des expositions des
Pins maritimes.
Ce carrefour annuel de l’After-
market automobile se tient cette
drich-Naumann, un petit-déjeuner débat ayant pour thème
« l’entreprise et les réseaux sociaux » et ce, le lundi le 11
mars à 8h30 à l’hôtel Hilton.
année du 4 au 7 mars au palais
des expositions. Il réunira pendant 4 jours sur 10.000 m² d’exposition,
près de 2010 d’exposants, représentant plus de 300 marques leaders
de l’équipement automobile avec une participation en force des ac-
teurs du poids lourds, ainsi que les principaux importateurs et fabri-
cants algériens de pièces de rechange et de matériels de garage. Cette
7 e édition est marquée par la présence de 71% d’internationaux d’une
quinzaine de pays et 5 pavillons nationaux officiels : France – Pologne
DEMAIN A 9H AU
SIEGE DU FCE
Dispositifs
de règlement des
litiges
– Turquie – Maroc – Chine et une participation massive des acteurs
étrangers spécialisés dans la maintenance automobile et la pièce de
rechange.
Le Forum des chefs
d’entreprise organise de-
main à 9 heures à son siège,
69 lotissement Benhaddadi
– Chéraga, un atelier de ré-
DEMAIN A 9H30 A LA SAFEX
Conférence sur l’industrie automobile polonaise
flexion sur « les dispositifs
privés de règlement des li-
Dans le cadre du programme général de promotion de la Pologne en Al-
gérie pour 2013, une conférence sera organisée par le ministère de l’écono-
mie de la Pologne sur « Secteur de l’industrie automobile polonaise :
tiges dans les relations
commerciales ».
possibilités de coopération dans le marché algérien, un marché stratégique »
et ce demain à 9h30 à la salle des conférences de la direction générale de la
Safex.
DU 5 AU 8 MARS
A HASSI-MESSAOUD
AGENDA CULTUREL
3 e Salon international de fournisseurs
de produits
CE MATIN A 11H AU T.N.A.
Conférence de presse
de M’hamed Benguettaf
Le directeur général du théâtre national al-
gérien, M. M’hamed Benguettaf, anime ce
matin à 11h au T.N.A. une conférence de
presse « Mars Ô féminin », programme d’un
mois de création féminine au T.N.A et présen-
tation de l’équipe de la pièce Montserrat.
************************
JEUDI 7 MARS A 17H AU PALAIS
DE LA CULTURE MOUFDI-ZAKARIA
Vernissage de l’exposition « Palettes au féminin »
A l’occasion de la journée mondiale de la Femme, le palais de la cul-
ture organise un vernissage de l’exposition collective « Palettes au fé-
minin » des artistes peintres Mejda Benchaabane, Samia Boumerdassi,
Nadia Cherrak, Meriem Kazout, Safia Meghnem et Fatiha Nait El Ho-
cine, suivi d’une présentation de l’ouvrage Patchwork des sens par M me
Samia Boumerdassi.
La troisième édition du Salon international Hassi-Mes-
saoud de fournisseurs de produits se déroulera du 5 au 8
mars. Ce Salon professionnel international de quatre jours
consacré aux fournisseurs de produits et service en rapport
avec l’activité pétrolière et gazière comptent plus de 280
exposants avec 25 pays participants, 20.000 visiteurs pro-
fessionnels clés dans le secteur des hydrocarbures, 8 confé-
rences et 16 ateliers d’entreprise seront donnés pendant les
4 jours.

Lundi 4 Mars 2013

Nation

EL MOUDJAHID

3

INAUGURATION DU SIÈGE DE L’OFFICE CENTRAL DE RÉPRESSION DE LA CORRUPTION

L’Etat mènera une lutte sans merci contre ce fléau

Les autorités algériennes sont déterminées à mener une lutte sans merci contre la corruption qui « ronge l’économie nationale », a affirmé hier à Alger le ministre des Finances, Karim Djoudi, appelant les citoyens et les responsables, à tous les niveaux, à participer activement à cette démarche.

es hautes autorités du pays, et à leur tête le Président de la Ré- publique, sont déterminées à

mener une lutte sans merci contre la cor- ruption sous toutes ses formes et ne mé-

nageront aucun effort pour y parvenir »,

a dit M. Djoudi après avoir inauguré le

siège de l’Office central de répression de la corruption (OCRC), sis à Hydra (Alger). Cette lutte est « loin d’être conjoncturelle mais représente une ac- tion permanente », a-t-il précisé à la presse. La corruption est un « crime pré- judiciable pour l’argent public et pour l’économie nationale » et nécessite le dé- veloppement de nouveaux mécanismes de répression, confortés par les efforts internationaux en la matière, d’où l’im- portance de l’OCRC. Activant aux côtés des autres structures spécialisées dans la

«

L

lutte contre la corruption en Algérie,

l’OCRC, créé en 2011 et devenu opéra- tionnel hier, témoigne encore de « la ferme orientation de l’Etat à lutter contre ce fléau ». L’entrée en activité de cet Of- fice est une « réponse à l’opinion pu-

blique nationale et internationale et une preuve que l’Etat algérien est déterminé à combattre la corruption », a insisté l’Argentier du pays. M. Djoudi s’est dit confiant quant à « la capacité de l’Office de traiter les dossiers (de suspicion de corruption) avec rigueur et professionna- lisme », tout en promettant de le doter de tous les moyens nécessaires pour accom- plir convenablement ses missions. Mais pour réussir un tel challenge, les citoyens et les responsables à tous les niveaux doivent être «vigilants» pour pouvoir dé- noncer tout dépassement touchant à l’ar-

gent public, a-t-il enfin recommandé. De son côté, le directeur général de cet or- ganisme, Abdelmalek Sayah, a affirmé que l’aménagement et l’inauguration du siège « traduit la volonté de l’Etat de lut- ter contre la corruption ». L’Office constitue un outil opérationnel dans le domaine de la lutte contre les atteintes aux deniers publics. Il est érigé en ser- vice central de police judiciaire chargé des recherches et des constatations des infractions dans le cadre de la répression de la corruption et de déférer les auteurs devant les juridictions compétentes, en vertu des dispositions de la loi 06-01 du 20 février 2006. L’Office traite les dos- siers transmis par les instances offi- cielles, en plus des lettres de dénonciations émanant des citoyens, re- lève la même source.

émanant des citoyens, re- lève la même source. ABDELMALEK SAYAH, DG DE L’OCRC Les dossiers seront

ABDELMALEK SAYAH, DG DE L’OCRC

Les dossiers seront traités avec fermeté

L’ Office central de répression de la corrup- tion (OCRC) étudiera avec « fermeté et sérieux » tous les dossiers transmis par

les différentes instituions chargées de la lutte contre la corruption, a assuré hier à Alger son di- recteur général, Abdelmalek Sayah. L’Office étu- die « avec la fermeté et le sérieux nécessaires et

loin de toute interprétation tous les dossiers trans- mis par les différentes institutions comme l’Ins- pection générale des finances (IGF), la Cellule d’investigation financière, la Cour des comptes et même les simples citoyens », a affirmé M. Sayah

à des journalistes en marge de la cérémonie

d’inauguration de son siège à Alger. Il a ajouté que tous les dossiers traités par les experts de cette ins- tance seront transmis, une fois avérés, à la justice

« qui a le dernier mot ». « Certes, la corruption est avérée. On le constate à travers les journaux et à travers les dossiers qu’on reçoit. Donc, on est là pour remédier à ce problème », a indiqué le direc- teur général de cet organisme qui vient d’entamer

direc- teur général de cet organisme qui vient d’entamer ses missions. M. Sayah a également indiqué

ses missions. M. Sayah a également indiqué que les grands dossiers de corruption ayant un préju- dice avéré sur l’économie nationale seront traités en priorité par l’Office. L’Office peut faire égale- ment de l’auto-saisine. « Le volume de ces dos- siers (traités par l’Office) est déterminé en fonction du préjudice causé au Trésor public. Le préjudice est donc le seul critère matériel, et chaque dossier nécessite un traitement minutieux de la part de nos experts », a-t-il expliqué. Selon lui, l’Office peut faire également de l’auto-saisine lorsqu’« il y a des affaires révélées au niveau de la presse et qui se sont internationalisées.» « Cela fait partie de nos prérogatives », a-t-il précisé. In- terrogé sur la possibilité pour l’organisme qu’il di- rige d’intervenir dans l’« affaire » Sonatrach, M. Sayah a expliqué que l’Office n’est pas encore saisi de cette affaire, actuellement entre les mains de la justice. « Une fois que la justice s’est saisie (de l’affaire), l’Office n’a plus le droit d’interférer. C’est à la justice de décider si elle veut saisir l’Of-

fice », a-t-il précisé. Le premier responsable de l’OCRC a, par ailleurs, reconnu que la corruption avait enregistré une ampleur importante au cours de ces dernières années.» En tant que magistrat, j’ai toujours connu ces affaires depuis plus de 30 ans. Je pense que ce fléau a pris une ampleur ja- mais vue par le nombre et le préjudice dans chaque dossier », a noté M. Sayah. Il a, à cet effet, souli- gné que l’Office est opérationnel à compter de ce jour, et a été mis en place pour permettre de « s’at- taquer davantage à la lutte contre ce fléau.» « Les textes existent, les moyens existent et la volonté politique existe. Il faut être serein sur cette ques- tion car nous sommes en train de mettre en œuvre ce dispositif pour se charger de gérer ces dossiers et tout sera transmis à la justice, une fois le dossier avéré, conformément à la loi », a-t-il insisté. Il a également affirmé que le siège de cet organisme est équipé de tous les moyens nécessaires pour l’accomplissement de ses missions « y compris en cas d’arrestation (de mis en cause).»

L’OCRC opérationnel

L’Office central de répression de la corruption (OCRC), dont le siège a été inauguré hier par le ministre des Finances, est régi par le décret présidentiel du 8 décembre 2011 ainsi que par la loi de lutte contre la corruption de 2006. La création de l’OCRC avait été décidée dans le cadre de l’application de la directive présidentielle de décembre 2009 re- lative à la dynamisation de la lutte contre la corruption. En vertu des dispositions de la loi du 20 février 2006 et du décret présidentiel portant composition, organisation et modalités de fonctionnement de l’Office, cet organisme est chargé de la collecte, la centralisation et l’exploitation de toute information relevant de son champ de compétence. Il est aussi chargé de la conduite des enquêtes et la recherche des preuves sur les faits des « grandes affaires » de corruption et la présentation de leurs auteurs devant le parquet. De même qu’il est chargé du développement de la coopération avec les organismes similaires. En effet, l’Office vise à assurer une action « coordonnée et complémentaire » en matière de sécurité financière à travers une coordination renforcée avec les autres organes de contrôle, tels que la Cellule de traitement du renseignement financier (CTRF), l’Inspection générale des finances (IGF) et les Commissions nationales des marchés. Il effectue ses missions en coordination avec les différents services de police judiciaire du pays. Dans le cadre de l’exercice de ses missions, il peut recourir à l’auto-saisine en exploitant les informations rapportées par la presse ou par d’autres sources comme il peut être saisi par l’IGF, la CTRF, les services de police ou les simples citoyens. L’Office est composé d’officiers de police judiciaire dont la compétence s’étend à tout le territoire national, de magistrats, de greffiers et de représentants de plusieurs autres administrations. Il est administrativement rattaché au ministère des Finances. L’Office représente l’outil opérationnel de « l’instance nationale de lutte contre la corruption », devenue opé- rationnelle en 2011. Il est dirigé par M. Abdelmalek Sayah, nommé le 28 décembre 2011 comme directeur général de cette structure. Ce magistrat occupait auparavant le poste de DG de l’Office national de lutte contre la drogue et la toxi- comanie (ONLDT).

Les inspecteurs de l’IGF seront mis à la disposition de l’Office

Afin de maximiser l’efficacité des investigations qui seront menées par l’OCRC, l’Inspection générale des finances (IGF) mettra ses inspecteurs à la disposition de l’Office, a indiqué à l’APS le chef de l’Inspection, M. Djahdou Mohamed. « Nos relations avec l’Office vont être très denses dans la mesure où nous sommes tous les deux sous tutelle du ministère des Finances. Nous allons mettre nos inspecteurs à la disposition de l’Office en plus de l’échange d’informations et de bases de données », a-t-il dit en marge de la cérémonie d’inauguration. Se disant « optimiste » quant à l’efficacité de la lutte contre la corruption en Algérie, M. Djahdou a rappelé que les actions de l’IGF ont été renforcées à travers l’élargissement de son champ d’intervention à l’ensemble des institu- tions y compris les EPE. La législation en matière de lutte contre la corruption sera renforcée davantage pour protéger les dénonciateurs des affaires de cor- ruption, les témoins et les victimes dans de tels cas, selon les affirmations du ministre de la Justice. « Nous allons combattre se fléau avec plus de fermeté afin que personne ne songe à profiter en toute quiétude des fonds extorqués, des fonds qui appartiennent au peuple algérien et qu’il doit récupérer tôt ou tard », avait affirmé M. Mohamed Charfi en décembre dernier. APS

Aux grands maux, les grands moyens

les mécanismes et l’instrumentation adéquate pour lutter contre les nouvelles formes de criminalité : cybercrimina- lité, blanchiment d’argent, financement du terrorisme. Un détail significatif de la détermination à « traquer » le crime et le délit, c’est la possibilité donnée au simple ci- toyen de saisir l’Office central de répression de la corrup- tion de tout fait de corruption en sa connaissance, l’OCRC reconnaissant en vertu de ses textes fondateurs ce genre de saisine comme recevable. Loin de toute idée d’encourager la délation, cette disposition doit s’interpréter en fait comme une invitation à toute la société à prendre conscience de la nécessité de s’impliquer dans le combat contre le fléau de la corruption, œuvre de salubrité publique s’il en est. A l’évidence si la répression, notamment par des sanctions dis- suasives s’avère indispensable pour combattre le mal, l’im- portance de la prévention moyennant un effort tangible au plan de l’éducation de la part de la cellule familiale, de l’école, de la mosquée, du milieu associatif dont il y a lieu de constater malheureusement le relâchement ne peut être sous-estimé.

L’inauguration hier à Hydra (Alger) du siège de l’Of- fice central de répression de la corruption (OCRC)

par le ministre des Finances, M. Karim Djoudi, mar- quant ainsi solennellement l’entrée en fonction de cette ins- titution, intervient dans un contexte particulier après l’intervention énergique du Président de la République der- nièrement dans laquelle il a souligné qu’il ne passerait pas sous silence les scandales touchant la gestion de Sonatrach, récemment relevés par la presse, comptant par la même sur la justice de notre pays à laquelle il a tenu à renouveler sa confiance pour accomplir convenablement sa mission ô combien sensible et délicate consistant à mener les enquêtes, engager les poursuites contre les présumés coupables, éta- blir les preuves de la culpabilité des prévenus et appliquer les sanctions prévues par la loi. L’intervention énergique du Premier magistrat du pays exhortant la justice à jouer plei- nement son rôle dans la lutte contre la corruption et les ef- forts importants engagés par l’Etat dans ce domaine se reflétant notamment dans la mise en place d’un certain nombre d’institutions ayant vocation à lutter contre le fléau et dotées de moyens conséquents au plan humain et matériel traduisent clairement la détermination de l’Etat à combat-

tre efficacement ce mal pernicieux qui constitue un réel danger pour la société. Un combat qu’il convient de mener avec d’autant plus de rigueur et de fermeté que les efforts de tout un peuple sont aujourd’hui tendus vers l’enracine- ment des valeurs du travail, de la loyauté des pratiques commerciales, de la transparence et la promotion de la bonne gouvernance au sein de nos entreprises et institu- tions. A l’évidence l’arsenal de lutte contre la corruption s’est notablement étoffé avec des institutions comme l’OCRC, l’IGF (Inspection générale des finances), la cellule d’inves- tigation financière, la Cour des comptes, les services de la sûreté nationale et la gendarmerie nationale qui ont vu leurs moyens humains et matériels nécessaires à l’accomplisse- ment de leur mission renforcés. Des efforts se traduisant par l’acquisition des technologies modernes, à l’image de l’ana- lyse de l’ADN, et la formation du personnel à l’exemple de la police scientifique dont l’expertise est requise pour élu- cider certains crimes. D’autres avancées et non des moin- dres sont enregistrées au niveau du dispositif législatif dont la loi sur la prévention et la lutte contre la corruption, un texte véritablement d’avant-garde en ce qu’il a mis en place

M. Brahim

Nation

4

EL MOUDJAHID

PARLEMENT

Ouverture ce matin de la session de printemps

La session de printemps 2013 du Parlement dans ses deux Chambres, le Conseil de la nation et l’Assemblée populaire nationale (APN), s’ouvre ce matin, lors de deux cérémonies solennelles et officielles en présence des présidents des deux institutions, du Premier ministre et les membres du gouvernement.

L cérémonie d’inaugura-

tion de la session com-

a

mencera à 10 heures au

niveau de l’Assemblée populaire nationale en séance plénière pour se poursuivre à 11 heures au Conseil de la nation. L’ouverture de la session de la session intervient conformément aux dispositions de l’article 118 de la Constitution et l’article 5 de la loi organique 99-02 défi- nissant l’organisation et le fonc- tionnement de l’APN et du Conseil de la nation, ainsi que les relations fonctionnelles entre les deux chambres du Parlement et le gouvernement. Après l’ouverture de la ses- sion, le président de l’APN, M. Mohamed Larbi Ould Khelifa, présidera une réunion conjointe des bureaux des deux chambres du Parlement au siège de l’APN, en présence d’un représentant du gouvernement pour arrêter l’or- dre du jour de la session de prin- temps. Lors de la dernière session d’automne, le Parlement a adopté cinq textes, à savoir la loi de finances, la loi portant règle- ment budgétaire 2010, la loi re- lative aux hydrocarbures, la loi relative aux pensions militaires et la convention relative à la dé-

limitation des frontières mari- times entre l’Algérie et la Tunisie. La session a été mar- quée par des visites sur le terrain de plusieurs députés des deux chambres au niveau des wilayas pour s’enquérir de près des préoccupations des citoyens et suivre le rythme du développe- ment local à l’effet de les com- muniquer aux secteurs concernés de l’instance exécu- tive. La session a vu l’organisa- tion de rencontres entre les

La session a vu l’organisa- tion de rencontres entre les députés et des délégations étrangères (députés

députés et des délégations étrangères (députés et ambassa- deurs) et la participation de par- lementaires à des congrès et conférences régionales et inter- nationales pour faire connaître la position de l’Algérie sur nom- bre de questions ou pour soute- nir des causes justes telles que les questions de liberté et d’au- todétermination. Le président du Conseil de la nation, M. Abdelkader Bensa- lah, a affirmé à la séance de clô- ture de la session d’automne du Conseil de la nation que cette dernière était globalement “sa- tisfaisante” sur le plan législatif. Le président de l’Assemblée po- pulaire nationale (APN), M. Larbi Ould Khelifa de l’APN a

affirmé que l’adoption par le Parlement durant la session d’automne de la loi de finances 2013 qui est “la base des orien- tations économiques natio- nales”. “Celles-ci sont axées autour des objectifs de promotion de la production nationale et de l’en- couragement des entreprises, du soutien de l’investissement, à travers les exonérations fiscale et autres mesures incitatives au profit de l’investissement tant national qu’étranger, de lutte contre l’évasion et la fraude fis- cales, l’organisation du marché ainsi que la lutte contre la contrebande”, a-t-il précisé.

H. A./Aps

Installation de trois groupes parlementaires d’amitié à l’APN

Trois groupes parlementaires d’ami- tié seront installés aujourd’hui au siège de l’Assemblée populaire nationale (APN), a indiqué, hier, l’Assemblée dans un communiqué. Le vice-prési- dent de l’APN, M. Mohamed Djemai, qui sera accompagné du président de la commission des Affaires exté- rieures, présidera la cérémonie d’ins- tallation. Il s’agit des groupes d’amitié Algérie-Venezuela, Algérie-Egypte et Algérie-Soudan, a précisé la même source.

JOURNÉE D’ÉTUDE SUR “LA DYNAMISATION DU RÔLE DE LA FEMME”

Trois ateliers de réflexion

E n

perspective de la célébration de la

journée mondiale de la Femme qui coïn-

cide avec le 8 mars de chaque année,

l’Assemblée populaire nationale (APN) organi- sera demain, demain, une journée d’étude sur « la dynamisation du rôle de la femme dans le domaine politique » en présence de femmes ministres et responsables de certains partis po- litiques représentés au Parlement, a indiqué l’institution législative dans un communiqué. La femme algérienne, qui célèbre cette année le cinquantenaire de l’indépendance nationale dans un environnement dynamique et promet- teur en termes de promotion des droits poli- tiques arrachés par la femme durant son parcours, peut s’enorgueillir des importants ac- quis glanés lors des dernières législatives en remportant sur les 462 sièges à l’APN, 145 femmes parlementaires, un pourcentage de plus de 31% de représentation nationale dans les As- semblées élues. Un acquis et autant de victoires qui viennent renforcer d’autres droits que les al- gériennes exercent au quotidien dans les diffé- rents secteurs d’activité nationale. C’est le thème récurent que devront célébrer la femme et la société en ce jour de souvenir et de réap- propriation des grands événements de notre his-

toire contemporaine. Les travaux de la journée d’étude qui seront présidés par la vice-prési- dente de l’APN, M me Dalila Fourrar, se propo- sent de débattre de trois principaux axes, en l’occurrence « le rôle de la femme dans le do- maine politique depuis la guerre de libération », « la place sociopolitique de la femme algérienne entre textes et pratique » et « les mécanismes et moyens de dynamiser le rôle de la femme dans les assemblées élues et les partis poli- tiques ». Intervenant dans le contexte de la célébration du cinquantenaire du recouvrement de la sou- veraineté nationale, la célébration de cette im- portante date d’anniversaire fera évidemment l’objet de conférences et de festivités retraçant le parcours militant, politique, professionnel et promotionnel de la femme, cette moitié de la so- ciété tout au long de l’histoire algérienne. Au plan du militantisme, l’histoire nationale qui regorge de combats héroïques et de figures de femmes emblématiques ayant tout sacrifié au fronton de la liberté et de leur patrie, s’inscrit sur le registre du don de soi, en lettres d’or en termes d’engagement et de lutte de la femme al- gérienne au cours de la guerre de libération na- tionale.

Dans le registre de la construction du pays, l’abnégation de soi et la participation aux efforts nationaux de développement économique et so- cial constituent l’autre combat des femmes en tant que forces de développement et de promo- tion de la société dans ses différents segments. Partie prenante dans les programmes pour plus de prospérité et de renforcement des droits et des devoirs, la femme a acquis confirme sa place et son importance au sein de la société en s’engageant dans la stratégie nationale et ac- quière plus d’autonomie et de choix dans la prise de décision. Elle constituera le pilier et la gardienne des valeurs et des constantes de la so- ciété lors de la tragédie nationale en s’engageant dans le processus de réconciliation nationale. Dans le cadre de la promotion des droits po- litiques de la femme, l’Etat algérien prend des décisions historiques en abrogeant la Constitu- tion et en intégrant la seconde moitié de la so- ciété dans la dynamique nationale, s’engageant totalement dans le processus international de promotion des droits politiques, juridiques et socioprofessionnels de la femme en vue de lui permettre de s’inscrire dans le développement harmonieux et l’évolution de la société. Houria A.

FLN

Concertations intensespour la désignation du nouveau SG

D es concertations in- tenses se déroulent ac- tuellement entre les

membres du comité central du parti du Front de libération na- tionale (FLN) en vue de par- venir à une entente pour la désignation d'un nouveau se- crétaire général du parti, après le retrait de confiance à l'an- cien secrétaire général, M. Abdelaziz Belkhadem, a-t- on appris de source responsa- ble au sein du parti. Dans ce cadre, M. Abderrahmane Be- layat, chargé de la gestion des affaires du parti, en tant que doyen des membres du bureau politique, a affirmé qu'il y a "une profonde conviction" chez les membres du bureau politique, quant à la nécessité d'éviter de tenir dans la préci- pitation, une session extraordi- naire du comité central. Celle-ci ne doit avoir lieu qu'après une entente sur la per- sonne qui doit occuper le poste de secrétaire général du parti". Des concertations se dérou- lent pour parvenir à une en- tente sur la personne qui doit occuper le poste de secrétaire général du FLN, a indiqué le responsable, affirmant que la session extraordinaire du co- mité central "ne se tiendra pas jusqu'à ce qu'il y ait entente, afin d'éviter toute scission dans les rangs du parti". En dépit de "la vacance du poste de secrétaire général du parti, la gestion des affaires internes du parti se déroule normalement, tant au niveau de la cellule, de la mouhafadha ou de l'organe central", a-t-il dit. Par ailleurs, le porte-parole officiel du "Mouvement d'au- thentification et de redresse- ment", M. Mohamed Seghir Kara, a affirmé que des contacts intenses sont établis entre les membres du comité central afin de parvenir à une entente sur la nomination d'une personne pour occuper le poste de secrétaire général du parti". Les militants insis- tent sur la nécessité que le pro- chain secrétaire soit "intègre" et au passé irréprochable, a-t- il indiqué. Il a souligné que le pro- chain secrétaire général doit "être capable de resserrer les rangs des militants pour faire face aux défis futurs et assainir le parti des opportunistes et de toute forme de corruption". "Le prochain secrétaire gé- néral du parti doit être une per- sonne intègre et responsable" qui jouit de "toutes les compé- tences requises pour ce poste

et doit être capable de l'occu- per avec brio", a-t-il estimé. Les membres du comité central ont retiré leur confiance, le 31 janvier der- nier, à M. Abdelaziz Belkha- dem, en tant que secrétaire général du FLN, avec 160 voix pour le retrait et 156 voix contre.

Photos : Billal

Nation

EL MOUDJAHID

5

Photos : Billal N ation EL MOUDJAHID 5 MAÎTRE MEROUANE AZZI AU FORUM D’ EL MOUDJAHID
Photos : Billal N ation EL MOUDJAHID 5 MAÎTRE MEROUANE AZZI AU FORUM D’ EL MOUDJAHID
Photos : Billal N ation EL MOUDJAHID 5 MAÎTRE MEROUANE AZZI AU FORUM D’ EL MOUDJAHID

MAÎTRE MEROUANE AZZI AU FORUM D’EL MOUDJAHID

“La Charte pour la paix et la réconciliation nationale a besoin d’un nouveau souffle”

L’intervention de Maître Merouane Azzi, président de la Cellule d’assistance judiciaire pour l’application des dispositions

de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, hier, au Forum d’El Moudjahid, peut être qualifiée de plaidoyer. En effet, l’avocat,

auteur de 15 propositions

n’est pas prêt à renoncer et appelle le Premier magistrat du pays à promulguer des dispositions complémentaires pour renforcer ce texte de loi qui nous a permis de tourner une page douloureuse.

susceptibles de favoriser l’accélération des procédures pour le règlement de situations contentieuses

L’ homme de loi reste convaincu que le texte qui a permis au pays de re-

trouver la stabilité n’a pas échoué, comme certains veulent le faire

croire, mais a besoin d’un nouveau souffle pour régler définitivement les cas restés en suspens, tels que les enfants nés dans les maquis ter- roristes, les femmes violées, les pertes et des dégâts matériels, les détenus internés dans les camps administratifs au sud du pays, les

Sept ans

après la promulgation des textes, (au mois de février 2006), quel bilan peut-on faire de la Charte pour la paix et la réconciliation na- tionale ? Maître Azzi estime que les premiers objectifs qui lui ont été assignés ont été atteints. Et de ce fait d’autres dispositions doivent venir en complémentarité pour prendre en charge d’autres catégo- ries qui n’ont pas été concernées par les mesures contenues dans ce texte. Dans son exposé, M e Azzi a tenu à rappeler que la Charte pour la paix et la réconciliation natio- nale concerne trois catégories : les terroristes, qui ont choisi la voie de la repentance, les familles des ter- roristes, les disparus et les travail- leurs licenciés. Les cas évoqués dans la Charte, que le peuple à plé- biscité le 29 septembre 2005, ont été réglés dans la majorité des cas. Maître Azzi a tenu à rappeler toutes les mesures prises pour mettre fin à une tragédie qui a endeuillé toute l’Algérie. A ce propos, il est revenu sur la concorde civile, où quelque 6.500 terroristes ont déposé les

personnes disparues

armes, mais le texte avait montré ses limites, d’où la décision d’aller vers d’autres dépositions. Ainsi, dira-t-il, 6 mois après la mise en œuvre de la charte (en 2005), 2.426 personnes ont bénéficié de l’ex- tinction des poursuites judiciaires. Et à la fin de 2012, 9.000 terro- ristes se sont rendus et ont pu bé- néficier des dispositions de la loi. Evoquant, le dossier des disparus, qui continue de faire l’objet de ma- nipulation de l’étranger, il dira que le nombre officiel est de 7.100. Certaines familles ont refusé les in- demnités proposées par l’Etat, et se sont inscrites dans la recherche de la vérité. Un choix, jugé légitime

par maître Azzi. Cependant, l’avo- cat refuse que ce dossier soit utilisé comme une carte pour déstabiliser le pays. Le conférencier a éga- lement rappelé que l’Etat, qui a tendu la main aux

« égarés » et leur a donné

une chance, n’a jamais abandonné la lutte contre le terrorisme, preuve en est, entre 2006 et 2012, 1.950 terroristes ont été abattus par les services de sécurité. Parmi les points qui doivent être revus et corrigés, estime le confé- rencier, la révision de la pension octroyée aux fa- milles des victimes du ter- rorisme. En effet, il trouve

scandaleux qu’en 2013, ces familles touchent une pension de 6.000 DA depuis 1996. D’autres cas doivent être pris en

6.000 DA depuis 1996. D’autres cas doivent être pris en considération comme les per- sonnes ayant

considération comme les per- sonnes ayant subi des dégâts maté- riels ou qui ont tout perdu à cause

du terrorisme. Ces gens, faut-il le rappeler, réclament des procédures diverses comme le gel des intérêts

bancaires, une amnistie fiscale. Concernant les internés dans les camps administratifs du Sud durant l’année 1992, M. Merouane Azzi appelle à ce que ce dossier soit pris en compte. Toutes ces propositions ont déjà été soumises, au mois de mai 2011, au Premier magistrat de pays. M. Azzi souhaite que le Pré- sident de la République applique l’article 47 de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale qui lui confère toutes les préroga- tives pour promulguer d’autres dis- positions qui permettront d’assainir les questions en suspens. Car, dit- il, il n’est pas permis de s’arrêter en mi- chemin d’un projet aussi grandiose.

Nora Chergui

“Le dossier des disparus fait l’objet de manipulations”

Maître Azzi Merouane, avocat à la cour, soutient que « le dossier des disparus fait l’objet de manipulations ». S’ex- primant lors de la conférence-débat animée hier à El Moud- jahid, M e Azzi n’a pas mâché ses mots, déplorant le double jeu par lequel ont brillé des associations nationales chargées de la prise en charge des familles de disparus. Ces associa- tions, atteste M e Azzi, sont en contact avec des ONG inter- nationales (organisations non gouvernementales), connues pour leur hostilité pour l’Algérie. « Ces associations, ayant rencontrées des difficultés re- latives à l’appellation réglementaire, juridique et adminis- trative, m’ont demandé de les aider, ce que je n’ai pas hésité à faire. Toutefois, aujourd’hui, elles jouent un double jeu. D’une part, elles demandent une intervention pour la remise des procès-verbaux, et que d’autre part, elles déclarent pu- bliquement que le gouvernement algérien refuse de leur re- mettre les PV. Plus que cela, elles parlent au nom de l’ensemble des familles des disparus et disent que toutes les familles de disparus ont refusé leur indemnité », s’indigne l’homme de loi. Poursuivant ses propos, il citera le cas d’une famille d’un disparu demeurant du côté de Bachdjer- rah. Selon cette dernière « une ONG aurait proposé une co- quette somme d’argent pour apporter un faux témoignage et dire que ce sont les services de sécurité algériens qui sont derrière les enlèvements », affirme le conférencier. Il faut savoir que le nombre des disparus en Algérie est estimé à 7.100 personnes. Sur ces 7.100 disparus, 6.800 ont bénéficié d’indemnisations. A ce jour, il reste encore des fa- milles qui n’ont pas encore reçu de PV pour obtenir des ju- gements de décès, nécessaires à la constitution de dossiers de la réconciliation nationale.

« Il faut des lois qui frappent fort contre la corruption » Par ailleurs et abordant la lutte contre la corruption, M e Azzi estime que cette lutte sans merci devra se faire sous

Azzi estime que cette lutte sans merci devra se faire sous deux axes principaux. De prime

deux axes principaux. De prime abord, suggère-t-il, les textes de loi y afférente doivent connaître une révision. « Il faut des lois qui frappent fort contre la corruption », note le conférencier. D’autre part, il devient impératif de déployer davantage d’efforts, en matière de contrôle, d’audit et de suivi dans tous les secteurs, soutient M e Azzi. Signalons, dans ce contexte, que l’Etat, loin de rester passif devant cette situation, devenue, au fil des ans, un vé-

ritable phénomène, est en train de renforcer de plus en plus l’arsenal juridique et les instruments de lutte contre cette pratique, dernière initiative en date, le siège de l'Office cen- tral de répression de la corruption (OCRC) qui a été inau- guré, hier, par le ministre des Finances, M. Karim Djoudi. L’Office est régi par le décret présidentiel du 8 décembre 2011 ainsi que par la loi de lutte contre la corruption de 2006. En vertu des dispositions de cette loi (20 février 2006) et du décret présidentiel portant composition, orga- nisation et modalités de fonctionnement de l'Office, cet or- ganisme est notamment chargé de la collecte, la centralisation et l'exploitation de toute information relevant de son champ de compétence, la conduite des enquêtes et la recherche de preuves sur les faits des "grandes affaires" de corruption et la présentation de leurs auteurs devant le parquet et le développement de la coopération avec les or- ganismes similaires. L'Office vise à assurer une action "coordonnée et com- plémentaire" en matière de sécurité financière à travers une coordination renforcée avec les autres organes de contrôle, tels que la Cellule de traitement du renseignement financier (CTRF), l'Inspection générale des finances (IGF) et les Commissions nationales des marchés. Il effectue ses missions en coordination avec les diffé- rents services de police judiciaire du pays et peut recourir à l'auto-saisine en exploitant les informations rapportées par la presse ou par d'autres sources comme il peut être saisi par l'IGF, la CTRF, les services de police ou les simples ci- toyens. L'Office est composé d'officiers de police judiciaire dont la compétence s'étend à tout le territoire national, de magistrats, de greffiers et de représentants de plusieurs au- tres administrations. Administrativement rattaché au ministère des Finances, il représente l'outil opérationnel de "l'instance nationale de lutte contre la corruption", devenue opérationnelle en 2011. Soraya G.

Nation

6

EL MOUDJAHID

N ation 6 EL MOUDJAHID AGENCE DES NATIONS UNIES POUR LES RÉFUGIÉS “L’Algérie est un pays
N ation 6 EL MOUDJAHID AGENCE DES NATIONS UNIES POUR LES RÉFUGIÉS “L’Algérie est un pays
N ation 6 EL MOUDJAHID AGENCE DES NATIONS UNIES POUR LES RÉFUGIÉS “L’Algérie est un pays

AGENCE DES NATIONS UNIES POUR LES RÉFUGIÉS

“L’Algérie est un pays d’accueil”

La population réfugiée malienne s’élève à près de 170.000 personnes, dont plus de 70.000 en Mauritanie, 47.200 au Burkina Faso, 50.000 au Niger et 1.500 en Algérie.

«D epuis le déclenchement des hosti- lités au Mali au début de l’année 2012, un nombre important de

Maliens ont rejoint l’Algérie, en quête de sé- curité.» Tel est le constat fait dans le dernier rapport de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés. «Ces réfugiés sont pour la plupart accueillis dans des familles qui vivent le long de la fron- tière.» D’après les informations communi- quées au HCR, «des milliers de Syriens sont également arrivés par avion dans le pays. Tant les Maliens que les Syriens bénéficient de l’as- sistance du Croissant-Rouge algérien, qui dis- pose actuellement des ressources nécessaires pour répondre aux besoins de ces deux popu- lations réfugiées». Selon Adrian Edwards, porte-parole du HCR, «malgré les améliorations de la situation sécuritaire dans certaines régions, la peur de rentrer est courante». Sur les 430.000 per- sonnes déracinées depuis début 2012 au Mali, selon les statistiques disponibles, près de 260.665 personnes sont déplacées à l’intérieur des frontières de leur pays. La population réfugiée s’élève à près de 170.000, dont plus de 70.000 en Mauritanie, 47.200 au Burkina Faso, 50.000 au Niger et 1.500 en Algérie, selon ses chiffres. Pour M. Edwards, les retours spontanés parmi les personnes déplacées sont encore fai- bles, bien que les services d’autobus aient re- pris la semaine dernière entre Bamako et la ville de Gao dans le Nord, tandis que les em- barcations ont également repris les liaisons pour desservir les villes de Mopti et de Tom- bouctou. Pour les personnes déplacées et les réfugiés, la principale inquiétude concerne l’insécurité. «La poursuite des com- bats, les attentats-suicide, les attaques de re- présailles contre certaines communautés, la présence de mines terrestres et de munitions non explosées dans les régions de Mopti, Gao et Tombouctou, sont cités comme motifs de reporter le retour», a déclaré M. Edwards. L’absence de services essentiels dans le nord du Mali est également un facteur : avec peu d’écoles ouvertes sur place, et les autorités gouvernementales encore absentes dans de nombreuses villes, beaucoup de familles dé- placées préfèrent encore attendre. Il a souligné que «pour les personnes qui se trouvent en dehors du Mali, une complica- tion supplémentaire concerne l’appartenance ethnique». Précisant que la majorité des réfu- giés sont Touareg ou Arabes, M. Edwards a af- firmé que «la peur des attaques de représailles est très répandue, ainsi que la peur de la cri- minalité ou de la présence de djihadistes dis- persés au sein de la communauté». Selon le HCR, des efforts de réconciliation sont néces-

saires en urgence, ainsi que des efforts pour combattre l’impunité, encourager la coexis- tence pacifique entre les communautés, aider

à la stabilisation, ainsi qu’au rétablissement de

la sécurité à long terme, et empêcher que les crises de déplacement du Mali ne se prolon- gent. Les Maliens et les Syriens bénéficient de l’assistance de l’État qui a l’habitude de venir en aide et répondre aux besoins de ces deux populations réfugiées. Dans ce contexte, il y a lieu de rappeler que le président du Croissant- Rouge algérien, M. Hadj Hamou Benzeghir, avait déclaré récemment que l’Algérie pos- sède les capacités matérielles et humaines sus- ceptibles de lui permettre de prendre en charge les refugiés maliens quel que soit leur nombre, précisant que pour l’instant, «on n’a pas en- core assisté à un rush des ressortissants de ce pays en proie à une crise politique sans précé- dent et depuis le début des combats». Dans le sillage de sa déclaration, il a mis en valeur l’expérience avérée de notre pays dans le domaine de la prise en charge des refugiés, comme ce fut le cas durant les années 1990 où 60.000 réfugiés maliens et nigériens se sont installés sur notre territoire. «Ces refugiés ont bénéficié d’un traitement global et adéquat», a-t-il rappelé.

Une longue tradition dans l’humanitaire

Le gouvernement algérien a d’ailleurs pris les devants en mobilisant tous les moyens né- cessaires en termes d’accueil, de main-d’œu- vre, en mettant en place un centre d’hébergement doté des équipements indis- pensables et conforme aux critères internatio- nalement reconnus, et ce à l’effet de garantir un maximum de sécurité jusqu’à ce que ces re- fugiés puissent retourner chez eux dès lors que la quiétude sera réinstaurée au Mali. L’Algérie ayant en cette occurrence recouru à un renfor- cement de ses capacités dans ce domaine de- puis ces cinq années. En effet, «le centre de Timiaouine reste le plus performant en com- paraison avec ce qui existe de similaire dans tous les pays voisins du Mali», a également souligné, M. Hadj Hamou Benzeghir. Pour rappel, l’Algérie, voulant éviter une catas- trophe humanitaire, a entrepris très tôt de por- ter son aide à ces sinistrés, principalement ceux se trouvant sur son territoire. C’est une contribution constante de l’Algérie pour sou- lager les populations déplacées du pays suite

à la crise au nord du Mali. L’Algérie avait ré-

cemment offert à ce pays, des vivres pour l’ai- der à faire face à une situation humanitaire créée par l’occupation de ses régions septen- trionales. En février dernier, l’Algérie a décidé

trionales. En février dernier, l’Algérie a décidé Le président du Croissant-Rouge algérien, M. Hadj Hamou

Le président du Croissant-Rouge algérien, M. Hadj Hamou Benzeghir

de fournir des aides humanitaires aux réfugiés maliens ayant fui leur pays vers le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie. La politique d’aide de l’Algérie envers ces réfugiés ne se limite pas uniquement qu’à ceux qui se trouvent sur son territoire, mais bien à l’ensemble des sinistrés du conflit dans d’au- tres pays des niveaux inférieurs à leurs moyennes à long terme. On rappelle que l’Algérie avait accordé, début 2012, une aide humanitaire d’urgence de 65 tonnes au bénéfice des Maliens revenus de Libye et aménagé des sites d’accueil pour les réfugiés maliens et leur a accordé une aide de 135 tonnes de vivres. En plus de l’accueil et de la prise en charge des Maliens réfugiés en Algérie, les autorités algériennes ont accordé des aides humanitaires aux ressortissants maliens ayant trouvé refuge en Mauritanie, au Niger et au Burkina Faso. Par ailleurs, les 18.000 Syriens venus sur le

territoire algérien ont bénéficié des conditions d’une vie décente, en leur offrant la sécurité, ainsi qu’aux 4.000 autres qui y résident léga- lement.

Wassila Benhamed

FFS

Des missions parlementaires d'information dans le sud

Le Front des forces socialistes (FFS) a indiqué hier avoir "dépê- ché" des "missions parlemen- taires d'information" dans plusieurs wilayas du sud du pays, en vue d'établir le contact avec la société civile dans cette région. "Le FFS a décidé que son groupe parlementaire ouvre la session de printemps de l'Assem- blée populaire nationale au contact des populations du sud du pays", indique un communiqué de cette formation politique, pré- cisant que des "missions parle- mentaires d'information du parti ont été dépêchées vers les wi- layas d'El-Oued, Laghouat, Ghar- daïa et Ouargla". "Les parlementaires du Front ont été à la rencontre de ces populations en organisant un large débat avec

les jeunes chômeurs, en partici- pant à des manifestations de pro- testation et en rencontrant les acteurs de la société civile", ajoute le communiqué. Le parti s'est dit "déterminé à porter la voix et les revendica- tions de ces populations et être à l'écoute de l'opinion publique", soulignant que ces "revendica- tions concernent toutes les Algé- riennes et tous les Algériens épris de dignité, de justice et de liberté". "Le FFS salue et accom- pagne le courage et la conscience politique de ces acteurs sociaux, convaincus que seul l'engage- ment citoyen et l'action pacifique pourra concrétiser leur aspiration à une Algérie libre et heureuse", note le communiqué. APS

BÉCHAR

Portes ouvertes sur le centre d’instruction de l’infanterie d’Abadla

Des journées "portes ou- vertes" sur le Centre d'instruction d'infanterie d’Abadla (88 km au sud de Béchar) ont débuté hier au Centre de communication et d'orientation de la 3ème région militaire (RM) à Béchar. Cette manifestation, qui s’éta- lera sur trois jours et dont le coup d’envoi a été donné par le colonel Mohamed Cherif Benabdelma- lek, directeur régional de l’infor- mation, de la communication et de l’orientation à la 3 e RM, vise à faire connaître les activités du Centre et les formations qu’il dis- pense aux sous-officiers et djou- noud désireux de rejoindre les rangs de l’Armée nationale popu- laire (ANP). Des stands consacrés aux différentes activités et mis- sions dévolues à ce Centre d'ins-

truction et aux formations dispen- sées ont été ouverts aux visiteurs où d'amples explications leur sont fournies. Le public peut y consta- ter le développement qu’a connu le Centre qui compte des forma- teurs hautement qualifiés pour as- surer la formation de sous-officiers et de soldats contractuels dans les différentes spécialités du corps d'infanterie, a indiqué le responsable de la cel- lule de communication et d’orien- tation du centre. L’organisation de cette manifestation s’inscrit dans le cadre de la stratégie de communication élaborée par l’ANP, dans le but de rapprocher ses établissements, écoles et cen- tres de formation des citoyens, a- t-il ajouté.

APS

LA REVUE EL DJEÏCH DANS SON NUMÉRO DE FÉVRIER

L'intervention de l'ANP à Tiguentourine a fait éviter à l'Algérie une catastrophe

L’ Armée nationale popu- laire (ANP) a fait éviter à l'Algérie une "catas-

trophe" et une "crise", a souligné la revue El Djeïch qui revient, dans son édition de février, sur l'attentat terroriste en janvier dernier contre le complexe gazier de Tiguentou- rine (In Amenas). "Partant de sa ferme résolution à riposter avec force aux ennemis de la patrie quels que soient leurs desseins, l'Algérie a agi conformément aux principes de souveraineté et d'indépendance de décision et à la règle selon la- quelle +pas de négociations avec les terroristes+ afin que les crimi- nels ne se transforment en négocia- teurs", a affirmé El Djeïch dans son éditorial qui précise que cet attentat terroriste "a ciblé l'Algérie sur le plan économique touchant au gagne pain de ses enfants". L'Algérie a agi "sans consultation ni concertation aucune pour que nul n'intervienne dans les affaires internes du pays", écrit encore la revue. "L'interven- tion de l'Armée avec fermeté, effi- cacité et rapidité, ainsi que le courage de ses éléments ont fait éviter à l'Algérie une catastrophe et une crise, d'autant plus que ces cri- minels étaient décidés à faire explo- ser le complexe gazier qui emploie des travailleurs algériens et étran- gers de plusieurs nationalités", poursuit El Djeïch. Dans son nouveau numéro, la revue a cité le message du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, à l'occasion de la jour- née nationale du Chahid dans le- quel il a évoqué l'intervention des éléments de l'ANP à Tiguentourine. "Il n'est point exagéré de dire que la volonté qui a animé nos braves soldats dans la grande ba- taille d'In Amenas contre les forces du mal et de la destruction est l'il- lustration même du legs hérité des chouhada", lit-on dans le message. "Les héros de cette bataille ont prouvé, par leur efficacité, leur pré- cision, leur professionnalisme et leur triomphe, qu'ils sont les suc- cesseurs incontestés et incontesta- bles de nos valeureux chouhada, et que l'Armée nationale populaire est véritablement la digne héritière de l'Armée de libération nationale et le porte-étendard de la victoire et du triomphe dans toutes les batailles dans lesquelles s'engage la nation pour protéger sa sécurité, sa stabi- lité et sa souveraineté", a ajouté le Président Bouteflika.

Décès

Les familles Balhi, Belarbi et Tiar ont la douleur de faire part du décès de Belarbi Abdelhamid, fidaï de la première heure et ancien de la Sonelgaz. L’enterrement a eu lieu le vendredi 1 er mars au cimetière de Bouzourane à Batna. «À Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»

Nation

N ation EL MOUDJAHID 7 RENTRÉE DE LA FORMATION ET DE L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNELS 86 nouvelles spécialités
N ation EL MOUDJAHID 7 RENTRÉE DE LA FORMATION ET DE L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNELS 86 nouvelles spécialités
N ation EL MOUDJAHID 7 RENTRÉE DE LA FORMATION ET DE L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNELS 86 nouvelles spécialités

EL MOUDJAHID

7

RENTRÉE DE LA FORMATION ET DE L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNELS

86 nouvelles spécialités dans le tourisme et l’agriculture

190.000 stagiaires ont rejoint, hier, les centres de formation et d’enseignement professionnels pour la deuxième session de la rentrée professionnelle 2013 dont le coup d’envoi officiel a été donné à partir de la wilaya de Blida par le minis- tre, M. Mohamed Mebarki. Un total de 260.000 nouvelles places pédagogiques de formation sont disponibles à ce titre.

P lusieurs nouveautés sont inscrites pour cette session. En effet, les spécialités sont désormais instaurées en fonction des be-

soins exprimées au niveau local. Leur nombre est passé cette année de 220 à plus de 400 spé- cialités, dont la majorité répond au besoin du marché du travail relevant de différents secteurs tels que l’agriculture, le tourisme et l’artisanat qui comptent 86 spécialités. Il s’agit d’une orientation qui s’inscrit dans le cadre du plan d’action du gouvernement (2010-2014) qui consiste en la réforme du système de l’Educa- tion nationale dans son segment formation et enseignement professionnels. La formation dans le domaine agricole qui englobe quelque 4.600 stagiaires au niveau des 300 centres d’apprentissage à travers les diffé- rentes wilayas du pays, compte à elle seule 37 spécialités modernisées et adaptées aux nou- velles exigences du secteur. Pour les responsa- bles du secteur, il y a lieu de former des stagiaires dans le domaine de l’agriculture tout en répondant aux besoins de l’économie natio- nale. Certaines spécialités, comme le greffage, tendent à disparaître d’où l’intérêt d’adapter au plus vite les formations proposées aux besoins du secteur de l’agriculture. C’est pour cette rai- son qu’une convention de cinq années a été si- gnée tout récemment entre les deux secteurs pour la promotion de formations spécialisées dans les métiers de l'agriculture. Cette conven- tion, faut-il le rappeler, détermine les domaines de partenariat entre les deux parties en matière de formation et de développement des métiers demandés par le monde agricole et rural, ainsi que le perfectionnement et le recyclage des agriculteurs. Ce partenariat vise « le renforce- ment de l'offre de formation dans les métiers agricoles par apprentissage au profit des jeunes agriculteurs et jeunes ruraux en faisant partici- per les établissements et les formateurs des deux secteurs », explique Akila Chergou, direc- trice de la formation continue et des relations intersectorielles au ministère de la Formation et de l'Enseignement professionnels. La convention porte aussi sur l'amélioration, l'actualisation et l'adaptation des programmes pédagogiques des filières liées à l'agriculture et à l'agroalimentaire ainsi que l'organisation des sessions de formation et de recyclage au profit des formateurs des deux secteurs. Des sections de formation dans les spécialités agricoles, para-agricoles et agroalimentaires sont ou-

agricoles, para-agricoles et agroalimentaires sont ou- vertes pour la présente session dans différents

vertes pour la présente session dans différents établissements là où le besoin est exprimé. Quelque 109 sections de formation résiden- tielles sont programmées dans les spécialités ar- boriculture, horticulture, grandes cultures, culture sahariennes, pépiniériste, apiculture, installation et entretien des gazons sportifs, éle- vage des ruminants, élevage de petits ani- maux… La formation en matière d’hôtellerie et d’artisanat, enseignée dans 85 établissements spécialisés répartis à travers 32 wilayas, compte 49 qualifications différentes dans ces deux do- maines.

Adapter la carte de la formation à la demande du marché

75.000 jeunes sont inscrits pour cette ses- sion, dont 55.000 dans la branche hôtellerie- tourisme et 20.000 dans les métiers relevant de l'artisanat traditionnel. Concernant le nombre de diplômés, on compte 35.000 stagiaires qui sortent chaque année des établissements de formation profes- sionnelle dans les deux métiers, dont 25.000 pour la spécialité hôtellerie tourisme et 10.000 pour ce qui est de l’artisanat.

Les responsables du secteur comptent beau- coup sur la convention-cadre signée entre les deux ministères concernés et qui a pour but de coordonner davantage les efforts entre les deux secteurs et d'exploiter en mieux les moyens of- ferts, afin d'améliorer la qualité de la formation dans le domaine du tourisme et de l'artisanat. Les domaines de partenariats portent notam- ment sur le renforcement des formations dans les deux filières ainsi que le développement des stages pratiques en milieu professionnel dans les établissements du secteur du tourisme et chez les artisans au profit des stagiaires en for- mation résidentielle et des élèves de l'enseigne- ment professionnel. Les deux parties ont convenu d'assurer une cohérence de l'appareil de formation dans les métiers en question, à travers, entre autres, l'ho- mologation des référentiels des programmes pé- dagogiques de formation, la validation des diplômes. Les deux ministères se sont engagés aussi à moderniser l’appareil de formation et améliorer sa qualité pour le rendre conforme aux standards internationaux en la matière, avec l’objectif de privilégier la formation par alter- nance. La multiplication du nombre de spécialités est dictée, selon les responsables du secteur dans le souci d'adapter la carte de formation à la demande du marché, d’où la nécessité de réactiver la nomenclature de la formation et la mise en place d’une formation qui offre des dé- bouchés directs aux diplômés du secteur. La démarche suivie est celle de la redyna- misation du secteur et la nécessité de valoriser le diplôme de la formation professionnelle. Un diplôme qui donne accès au marché du travail et qui ouvre des perspectives même à l’étranger. Il y a lieu, selon les responsables du secteur, de développer les qualifications et les compé- tences et d’attirer le maximum de jeunes vers ce secteur afin de réduire le taux de chômage notamment à travers l’encouragement à l’entre- preneuriat. Cette démarche doit aussi prendre en considération le réajustement profond qui doit se faire au sein de la société afin de chan- ger, la perception archaïque faisant d’un sec- teur, pourvoyeur d’emplois, un réceptacle de l’échec scolaire. Une perception de stagnation qui n’encourage pas les parents à pousser leurs enfants ni susciter l’engouement de ces derniers à fréquenter les centres de formation. Sarah S.

COMITÉ DE CONCERTATION DU MÉDICAMENT

Abdelaziz Ziari annonce sa réactivation

DU MÉDICAMENT Abdelaziz Ziari annonce sa réactivation Le développement de l’industrie phar- maceutique

Le développement de l’industrie phar- maceutique nationale et la réunion des conditions propices à une plus grande cou- verture des besoins nationaux par la pro- duction locale ont été au centre de l’audience accordée, hier, par le ministre de la Santé, de la Population et de la Ré- forme hospitalière à l’Association natio- nale des producteurs en pharmacie (ANPP), conduite par son président, Rafik Morsly. Abdelaziz Ziari a réitéré à cette oc- casion sa « détermination » à ne « ménager aucun effort » pour « encourager » les opé- rateurs pharmaceutiques qui investissent dans la fabrication des médicaments et dé- cidé par la même de réactiver le comité de concertation du médicament dont la der- nière rencontre remonte à 2009. « Ce co- mité devra très rapidement reprendre ses réunions avec l’ensemble des partenaires concernés pour permettre à l’administra- tion publique d’apporter des réponses ra- pides, adaptées et pertinentes aux préoccupations des opérateurs en pharma- cie, notamment les fabricants », a annoncé le ministre qui a mis à profit cette rencon- tre avec l’ANPP pour faire un tour de table des questions en rapport avec l’améliora- tion de l’environnement de l’industrie pharmaceutique locale. Les deux parties ont souligné, devant l’évolution de l’envi- ronnement juridique caractérisant l’indus- trie pharmaceutique, la nécessité « d’actualiser » les réglementations natio- nales dans différents domaines en rapport avec le médicament à l’effet de lever cer- taines entraves.

RÉALISATION PROCHAINE DE NOUVEAUX TRAMWAYS

4 milliards de dollars pour des projets qui vont débuter avant la fin de l’année

U ne enveloppe de 4 milliards de dollars a été dégagée pour la réalisation de nouveaux tramways dans six villes de

différentes wilayas du pays, a annoncé le di- recteur général de l’Entreprise du métro d’Al- ger. M. Omar Hadbi. Dans la perspective de régler d’une ma- nière efficace le problème du transport à

Alger et dans les grandes villes du pays, c’est tout un programme qui a été prévu par les plus hautes autorités du pays. En effet « la réalisation de nombreux projets d’introduc- tion de tramways dans les grandes villes d’Algérie se poursuit », a indiqué M. Omar Hadbi, PDG de l’Entreprise du métro d’Alger (EMA). Intervenant sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale, M. Hadbi,

du projet, comme de nombreux autres, sont

dus surtout à l'expropriation et aux difficultés de déviation des réseaux (électricité, gaz, as-

« mais au moins, tout est

réglé à présent », a-t-il souligné. Concernant le projet d'extension du tram- way d'Alger entre la station "Les Fusillés" et la commune de Bir Mourad Raïs, M. Hadbi confirmera son maintien, indiquant dans ce conteste que « les appels d'offres seront bien- tôt lancés et les travaux vont démarrer en 2014 », a ajouté Hadbi. Justement pour ce qui est de ce dossier d'extension du métro d'Alger, il souligne que le projet couvrira au premier trimestre 2017, une distance totale de 18 km. Enumérant ces futures stations, il cite l'extension de la

sainissement

)

a

affirmé que cette vision qui s’inscrit dans

Grande Poste à la place des Martyrs qui en-

le

programme de l'EMA, prévoit de doter le

trera en service en 2014, tout comme celle al-

pays d'un réseau de transport urbain et mo- derne. Commençant par évoquer le projet d'ex- tension du tramway de la capitale, Alger, le responsable dira que le tronçon allant de Bordj El Kiffan (actuel terminus de la ligne) vers Dergana sera achevé avant la fin de cette année, « ce tronçon de 7 km est libéré de toutes les contraintes depuis trois mois grâce aux services de la wilaya d'Alger ». Selon lui, les retards dans la réalisation

lant de Haï El Badr à El Harrach et de Haï El Badr à Aïn Naâdja. « Des études sont aussi en cours pour des extensions vers Chevalley et Bab Ezzouar », a précisé le même respon- sable. Sur un plan plus élargi, soit au niveau national, M. Hadbi a également annoncé la réalisation prochaine de six nouveaux tram- ways à Mostaganem, Sidi Bel-Abbès, Ouar- gla, Annaba, Sétif et Batna, ayant bénéficié d’une enveloppe financière de 4 milliards de dinars.

« Les appels d'offres de réalisation des trois premiers tramways ont été réception- nées et les travaux ont été budgétisés pour être lancés prochainement », a précisé M. Hadbi. "Concernant les trois autres projets de tramways, les études de faisabilité sont en cours et leur réalisation est prévue pour 2014", a-t-il encore ajouté. M. Hadbi a, en outre, cité de projets de réalisation de tram- ways dans 8 autres villes, à savoir Tébessa, Skikda, Béjaia, Blida, Biskra, Béchar, Tlem- cen et Djelfa, dont les études de faisabilité ont été engagées et dureront entre trois et six mois avant le lancement des appels d’offres.

Mise en service des tramways d’Oran le 1 er mai et de Constantine le 5 juillet

S'agissant du premier tronçon du tramway d'Oran, dont la mise en service non commer- ciale a été lancée ce samedi, le PDG de l’EMA a annoncé que sa mise en service in- terviendra dans un délai de deux mois, soit à compter du 1 er mai prochain à l’occasion de la célébration de la journée mondiale des Tra- vailleurs. Pour lui, la durée de deux mois sert à tes- ter le système avec la protection civile par des scénarios de simulation et les derniers jours seront consacrés à une exploitation normale.

Cette première ligne, dira l’invité de la ré- daction, qui relira Es-Sénia à Sidi Maârouf sur une longueur de 18,7 km, est composée de 32 stations et trois pôles d’échanges pour une capacité de transporter environ 90.000 voyageurs/jour. « Le tramway d’Oran qui s’étale sur une longueur totale de 38 km et dont le coût de

réalisation s’élève à 52 milliards de dinars est composé de trois extensions supplémen- taires », a noté M. Habdi. Il s’agit de l’exten- sion d’Es-Sénia jusqu’à l’aéroport international de la ville, de l’Usto (université d’Oran) jusqu’au pôle universitaire de la lo- calité de Belgaïd (commune de Bir El Djir)

et l’extension transversale de Benarba (ex-El

Hassi, près du stade Laakel) vers la gare rou- tière Hattab. Pour ce qui est de la mise en circulation commerciale du tramway de Constantine,

celle-ci sera effective le 5 juillet, à l’occasion de la célébration de la fête de l’Indépendance,

a annoncé le responsable. Il convient de rappeler que plus de 447 milliards de dinars (6 milliards de dollars) ont été mobilisés par l'État pour doter les grandes villes algériennes de tramways qui vont ren- forcer le réseau national de transport public de voyageurs. Kamélia H.

Ph : Wafa

Economie

8

Ph : Wafa E conomie 8 EL MOUDJAHID RENCONTRE D’AFFAIRES ALGÉRO-ITALIENNE Nécessité de renforcer la coopération
Ph : Wafa E conomie 8 EL MOUDJAHID RENCONTRE D’AFFAIRES ALGÉRO-ITALIENNE Nécessité de renforcer la coopération
Ph : Wafa E conomie 8 EL MOUDJAHID RENCONTRE D’AFFAIRES ALGÉRO-ITALIENNE Nécessité de renforcer la coopération

EL MOUDJAHID

RENCONTRE D’AFFAIRES ALGÉRO-ITALIENNE

Nécessité de renforcer la coopération économique

« Aujourd’hui nous avons besoin de l’Algérie », souligne le vice-président de l’institut italien pour l’Asie et la Méditerranée (ISIAMED), M. Badinianto.

U ne rencontre d’affaire entre opérateurs algériens et italiens a été organisée hier à l’hôtel

El Djazaïr, en présence du ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement, M. Cherif Rahmani, l'ambassadeur d'Ita- lie à Alger, M. Michele Giacomelli, et le vice-président de l’Institut ita- lien pour l’Asie et la Méditerranée (ISIAMED), M. Badinianto. Lors de son intervention le ministre a ex- primé sa satisfaction quant au nom- bre important d’hommes d’affaires italiens présents à cette rencontre d’affaires, avançant que cette impor- tante participation des entreprises ita- liennes confirme, encore une fois, leur intérêt d’investir durablement dans notre pays et de créer un parte- nariat durable avec leurs homologues algériens. Il relèvera dans ce sens que « la coopération bilatérale entre les deux pays, notamment dans les domaines économiques date de plusieurs an- nées surtout dans le secteur de l’ha- bitat.» S’adressant aux hommes d’affaires italiens, le ministre a re- levé que le monde aujourd’hui vit une crise financière économico-so-

monde aujourd’hui vit une crise financière économico-so- ciale et nous ne voulons pas que cette crise

ciale et nous ne voulons pas que cette crise se transforme en une crise politique géostratégique. Et votre présence ici en Algérie atteste une forte volonté de dépasser les contin- gences et d’aller de l’avant avec au- dace et courage pour créer un partenariat durable avec vos collabo-

rateurs algériens. Le ministre a rap- pelé que « la dernière visite du pré- sident du Conseil italien, Romano Prodi, de deux jours en Algérie a confirmé cette volonté de renforcer la coopération avec l’Algérie.» Il a souligné par ailleurs, « qu’il y a eu une complémentarité entre les entre-

prises des deux pays ». Avant d’ajou- ter que « le marché algérien est por- teur, durable et est plus profitable que celui des pays voisins. » De son côté l'ambassadeur d'Italie à Alger, M. Michele Giacomelli, a confirmé la disponibilité des entreprises ita- liennes quant au transfert de leur sa- voir-faire et leur haut degré de professionnalisme. Il a précisé dans ce contexte que « ce partenariat entre les deux pays doit être gagnant-ga- gnant.» A une question sur les rela- tions bilatérales entre l’Algérie et l’Italie, il a indiqué que « les rela- tions entre nos deux pays sont excel- lentes et la qualité et l’ampleur des échanges bilatéraux ont augmenté de manière significative ces dernières années. » D’autre part, le vice-prési- dent de l’institut italien pour l’Asie et la méditerranée (ISIAMED) M. Badinianto a remercié de son côté, le gouvernement algérien d’avoir confirmé sa volonté de coopérer avec les Italiens. Il a souligné que « la pré- sence de notre délégation composée de 27 chefs d'entreprises membres de l'Institut italien pour l'Asie et la Mé- diterranée (ISIMED), à Alger, a pour objectif de nouer des relations d'af-

faires avec leurs homologues algé- riens.» Et de poursuivre que « notre visite entre dans le cadre du dévelop- pement du partenariat économique entre l'Algérie et l'Italie, qui a été re- lancé en particulier lors du Sommet de haut niveau entre les deux pays tenu en novembre dernier, à Alger. Mettant à profit cette occasion il a confirmé « Nous sommes au- jourd’hui ici en Algérie pour nous installer durablement, mais pas pour la commercialisation de nos pro- duits.» Il dira dans ce sillage « Nous avons aujourd’hui besoin de l’Algé- rie », selon lui cette rencontre est une occasion pour les opérateurs écono- miques des deux pays d'examiner les possibilités de lancer des projets dans différents secteurs d'activités à même de renforcer le partenariat entre les deux pays. Lors de cette séance plé- nière sous la présidence du ministère algérien de l'Industrie, les opérateurs économiques des deux pays ont as- sisté, à l’exposé sur les différentes fa- cettes du programme de développement du secteur industriel national pour la période 2010-2014. Makhlouf Aït Ziane

AGENCE NATIONALE DE SOUTIEN À L’EMPLOI DES JEUNES

210 projets financés à Illizi

Pas moins de 210 projets ont été financés en 2012 dans la wi- laya d’Illizi, par le biais de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ), dont 132 sont entrés en activité, a indi- qué le responsable de l’antenne lo- cale de l’Agence. Ces projets sont versés notamment dans les cré- neaux de transports de marchan- dises (87 projets), les services (69), le bâtiment et travaux publics (41), le transport de voyageurs (8),

l’industrie (2), en plus de trois pro- jets dans les professions libérales,

a précisé le responsable de l’an- tenne locale de l’ANSEJ, M. Mo- hamed Guâneb Mohamed. Selon

le même responsable, ce dispositif

d’emploi a connu un large engoue- ment à travers les différentes com- munes de la wilaya d’Illizi, surtout après les campagnes de sensibili-

sation sur les avantages préconisés en direction des porteurs de pro- jets. M. Guaâneb a relevé, par ail- leurs, un intérêt de la gent féminine, par comparaison aux an- nées précédentes, sur le dispositif de l’ANSEJ, notamment dans le segment des services.

MARCHÉS PUBLICS EN 2012

2.000 opérations de garantie de projets au niveau national

L Caisse de garantie des marchés publics

(CGMP) a enregistré en 2012 près de 2.000 opérations de garantie pour la réalisation de

projets dans divers secteurs au niveau national, a indiqué samedi à Mostaganem son directeur géné- ral. La valeur des crédits octroyés par la CGMP comme garanties aux projets a atteint 75 milliards de dinars, a précisé M. Omar Aït Larbi dans une déclaration à la presse en marge d’une journée d’information sur cette caisse. Des garanties ont été octroyées aux marchés dont l’enveloppe finan- cière a dépassé 8 millions de dinars dans divers secteurs, a-t-il indiqué. Il a rappelé que la mission de la CGMP consistait en l’octroi de garanties et

a

de cautions en vue d’assurer un équilibre entre l’évolution physique et financière des projets pour l’accompagnement des entreprises dans la concré- tisation d’une commande publique. Il a également souligné, lors de cette rencontre, à laquelle ont as- sisté des cadres de différentes directions de wi- layas et d’entreprises de réalisation, que la CGMP accordait une tarification préférentielle, une célé- rité dans le traitement des demandes de crédit et une possibilité de financement de la globalité du marché. La Caisse compte élargir à l’avenir sa part au marché, améliorer son organisation et consolider son système de gestion pour devenir un outil d’intervention de l’Etat dans le domaine éco-

nomique, conformément aux règles du marché, a ajouté le même responsable. Cette journée d’information a comporté des ex- plications des dispositions législatives et régle- mentaires de la loi sur les marchés publics et abordé les amendements intervenus dans cette loi, entre autres sujets. La CGMP est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), créée sous la tutelle du ministère des Fi- nances par décret exécutif du 21 février 1998, dans le cadre du programme des réformes économiques engagées par l’Etat, en vue de pallier aux difficul- tés rencontrées par les opérateurs économiques dé- tenteurs de marchés publics.

ENTREPRISE GÉNÉRALE DE PROMOTION IMMOBILIÈRE

Programme d’intégration des énergies renouvelables dans le bâtiment

U programme de généralisation de l’intégra-

timent vient d’être lancé par l’entreprise

générale de promotion immobilière (Geprim), fi- liale du groupe public Batenco-ouest, a-t-on appris samedi dernier auprès du directeur général de cette entreprise à Bechar. Le programme qui touchera l’ensemble des pro- jets de bâtiment, confiés actuellement à Geprim dans plusieurs régions du pays, a pour but l’utili- sation des énergies renouvelables, à l’exemple du solaire photovoltaïque pour l’éclairage des bâti- ments, a précisé M. Mohamed Cherif en marge d’une manifestation portes ouvertes sur son entre- prise. Cette masse énergétique sera également uti- lisée pour le chauffage et l’humidification des habitations et des bâtiments, « comme nous comp-

tion des énergies renouvelables dans le bâ-

n

tons le faire pour nos futurs projets dans la wilaya de Bechar », a-t-il expliqué. Geprim, qui vient de lancer les travaux de réalisation d’un programme pilote de 18 logements promotionnels haut stan- ding dans la région, entend devenir une entreprise publique pionnière en matière d’utilisation des énergies renouvelables dans le bâtiment, surtout l’habitat, pour permettre aux bénéficiaires de ses prestations d’évoluer dans un environnement sain, a-t-il soutenu. L’entreprise, dont le siège est à Oran, est présente actuellement à Bechar, Alger et Bejaia, et compte, avant la fin de l’année en cours, ouvrir de nouvelles agences dans d’autres wilayas du pays, a indiqué, de son côté, le responsable de la communication au niveau du groupe. Ce groupe public dispose d’un « plan de charges conséquent » dans la wilaya de Bechar, à

savoir la réalisation d’un hôpital de 120 lits dans la daïra d’Abadla, ainsi que d’une école des cadets de la Révolution, d’un théâtre et d’un hôpital psy- chiatrique à Bechar, a signalé M. Azzeddine Be- nyakoub. Les deux journées portes ouvertes sur ce groupe public constituent un moyen de faire connaître aux visiteurs, à travers plusieurs stands installés à la maison de la culture, les différentes réalisations du groupe et ses différentes activités. Celles-ci sont liées notamment à la réalisation d’ouvrages d’art et travaux publics, des infrastruc- tures socioéconomiques, des infrastructures de stockage des hydrocarbures, des céréales et agroa- limentaire, des travaux de maintenance et rénova- tion des installations industrielles, ainsi que des bâtiments à ossature métallique et de béton, a ex- pliqué M. Benyakoub.

Publicité

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE 5 e REGION MILITAIRE

AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL OUVERT

N° 22/2013/D2/T/5 e RM

Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert pour :

ACQUISITION DE PIECES DE RECHANGE POUR VEHICULES LEGERS ET MINI- BUS DES MARQUES HYUNDAI ET ISUZU Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au siège de la :

5 e REGION MILITAIRE

Sis à Plateau du Mansourah - Constantine

paiement de la somme de

(5.000,00 DA) Cinq mille dinars, pour les sociétés de droit algérien, au compte nº 008-25001-5250000288/93 ouvert auprès de Trésorerie Publique - wilaya de

Constantine.

Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :

pour

retirer

les

cahiers des charges, contre

- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité ;

- d’une lettre d’accréditation, délivrée par le candidat à la soumission ;

- d’une copie légalisée du registre du commerce de la société ;

- d’une copie du bon de versement de la somme citée ci-dessus.

El Moudjahid/Pub

Les offres, comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges, devront être scindées en deux (02) parties :

1- Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges ; 2- Une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des charges. Les offres (technique et financière), contenues dans deux (02) enveloppes distinctes, doivent parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :

DIRECTION RÉGIONALE DES FINANCES DE LA 5 e RÉGION MILITAIRE BUREAU D’ADMINISTRATION DES CAHIERS DES CHARGES BP 73 PLATEAU DU MANSOURAH - CONSTANTINE L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :

“Soumission” A ne pas ouvrir Avis d’Appel d’Offres National Ouvert Nº 22/2013/D2/T/5 e RM Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci- dessus avant la date limite de dépôt des offres fixée à 21 jours, à compter de la première date de publication. La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 120 jours égale à celle de préparation des offres fixée dans le cahier des charges.

ANEP 508926 du 04/03/2013

Economie

9

E conomie 9 EL MOUDJAHID PREMIER FORUM ALGÉRO-BRITANNIQUE SUR L’ÉNERGIE Un grand potentiel à valoriser Les
E conomie 9 EL MOUDJAHID PREMIER FORUM ALGÉRO-BRITANNIQUE SUR L’ÉNERGIE Un grand potentiel à valoriser Les

EL MOUDJAHID

PREMIER FORUM ALGÉRO-BRITANNIQUE SUR L’ÉNERGIE

Un grand potentiel à valoriser

Les travaux du premier forum algéro-britannique sur l’Energie débutent aujourd’hui, à l’hôtel Hilton d’Alger. Cette rencontre organisée à l’initiative de l’ambassade du Royaume-Uni en Algérie avec l’assistance technique du Bureau de Conseil et d’Assistance Technique pour les questions d’énergie Petrochem2000, sur le thème « le partenariat durable pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, la solution appropriée aux changements climatiques. »

E lle aura pour objectif d’ini- tier un débat algéro-britan- nique sur les défis à relever

afin d’assurer au mieux la transi- tion énergétique qu’implique le plan de développement national des énergies renouvelables, en liaison avec les organismes et ins- titutions concernés des deux pays, les producteurs d’énergie, les sec- teurs consommateurs d’énergie, les industriels des deux pays et les représentants de l’environnement. Prendront part à cet important rendez-vous d’une journée, pas moins de 150 participants repré- sentants des ministères et orga- nismes, agences ou institutions publics directement concernés, producteurs de technologie, asso- ciations professionnelles, univer- sités et centres de recherche. Le programme riche et varié compor- tera une dizaine de communica- tions qui seront présentées lors de cette journée. Ces communications seront suivies de débats autour des sujets liés aux données économiques du contexte mondial actuel, pro- grammes et stratégies énergé- tiques, enjeux pour l’économie algérienne, importance des pro- grammes d’Energies Renouvela- bles et d’économie d’énergie, programme de production natio- nale d’énergies renouvelables, in- vestissement en partenariat et intégration nationale et le cadre légal et réglementaire, souligne cette même source qui indique, d’autre part, que les conclusions et recommandations de cette rencon- tre seront rédigés par le Bureau de Conseil et d’assistance technique pour les questions d’énergie Petro- chem2000. Il convient de préciser que cette rencontre entre dans le cadre de la mise en œuvre du pro- gramme fixé par le Premier Minis- tre britannique, David Cameron, le Président Abdelaziz Bouteflika et le Premier ministre, Abdelma- lek Sellal, à la fin de janvier, qui a pour but d’approfondir davantage les relations de coopération entre

les deux pays. Le ministre britan- nique chargé de l'Afrique du Nord, Alistair Burt, qui effectue, depuis hier, une visite en Algérie, a fait état d’un nouveau départ dans les relations bilatérales qui ont été "incroyablement positives. Il y a lieu de rappeler que de nombreux responsables britan- niques ont souligné que les deux parties sont en train de mettre en place de "solides" fondements pour promouvoir de "façon remar- quable" les relations bilatérales dans tous les domaines. Il y a lieu de rappeler également dans ce même sillage qu’une délégation composée d'une vingtaine de com- pagnies britanniques spécialisées dans le domaine énergétique, a

britanniques spécialisées dans le domaine énergétique, a également effectué une visite de travail en Algérie

également effectué une visite de travail en Algérie début 2012. « Le programme algérien de dévelop- pement des énergies renouvela- bles représente un important levier pour renforcer la coopération

énergétique avec la Grande-Bre- tagne », a déclaré, à l'issue de cette visite, le directeur du Conseil bri- tannique des industries énergé- tiques (EIC), M. Terry Willis. Salima Ettouahria

La coopération économique incontournable

L L’Algérie recèle d’énormes opportunités d’investissement dans divers domaines pou- vant susciter l’intérêt des entreprises britan-

niques et de nombreux autres pays à la recherche de débouchées. La visite de deux jours en Algérie du ministre britannique chargé de l’Afrique du Nord, M. Alistair Burt, est destinée justement au renforce- ment de la coopération entre les deux pays. L’objec- tif de la visite, qui intervient peu de temps après celle du Premier Ministre britannique, David Ca- meron, en Algérie (30-31 janvier), portera sur les questions de sécurité bilatérales et régionales, y compris la formation d’un nouveau Partenariat stra- tégique de sécurité entre le Royaume-Uni et l’Algé- rie qui tiendra sa première réunion prochainement. Mais pas seulement, puisque il y a aussi et surtout le développement du partenariat économique avec l’Algérie, au regard de l’excellence des relations entre les deux pays, qui ont atteint un bon niveau de coopération par la qualité et l’ampleur des échanges bilatéraux, qui ont augmenté de manière significa- tive ces dernières années. Le climat favorable d’affaires fait de l’Algérie une plate-forme pour attirer les investissements étrangers, notamment européens. Le renforcement de la sécurité juridique pour garantir une meilleure implantation des entreprises étrangères, l’adoption d’un projet de loi sur le partenariat public-privé vi- sant à instaurer davantage de transparence concer- nant les marchés publics, la simplification de procédures administratives, ainsi qu’un autre projet sur la consolidation de la compétitivité entrepreneu- riale, sont autant d’atouts mis en avant pour pro- mouvoir l’investissement étranger. A cela vient s’ajouter la solidité du secteur financier algérien qui

a échappé à la crise économique internationale. Il

convient de rappeler également les avantages et les facilités accordés aux entreprises, dans la perspec-

tive de diversifier l’économie algérienne et accélérer

la dynamique de développement que connaît l’Al-

gérie. Les opérateurs économiques britanniques sont appelés à saisir le climat de stabilité économique et politique dont jouit le pays et les opportunités of- fertes. Les mégaprojets d’infrastructures lancés chaque année, offrent énormément d’opportunités pour ren- forcer la présence des entreprises britanniques en Algérie. la coopération entre l’Algérie et le Royaume-Uni est marquée ces dernières années par une hausse des échanges commerciaux entre les deux pays à la faveur d’une politique économique ambitieuse et une ouverture sur le marché interna- tional, ce qui constitue, une garantie pour les entre- prises des pays partenaires souhaitant d’investir en Algérie. De par sa situation géographique et ses ré- formes économiques, l’Algérie continue de consti- tuer une destination attractive pour les investisseurs

étrangers. Les efforts déployés par le gouvernement, visent à faciliter l’installation des entreprises dans

le pays et les réformes entreprises par l’Algérie ont

conforté la confiance des opérateurs dans l’écono- mie algérienne. Par ailleurs, l’engagement du gou- vernement en faveur de la transparence entrepreneuriale et la bonne gouvernance, conforte

le potentiel de croissance du marché algérien qui in-

téresse de plus en plus les investisseurs aussi bien locaux qu’étrangers. De quoi susciter l’appétit d’in- vestisseurs nationaux et étrangers dans un marché qui aspire à devenir plus compétitif. Farid B.

COOPÉRATION

Vers des "partenariats productifs" avec la Russie

L' Algérie souhaite développer des "parte- nariats productifs" avec la Russie, no- tamment dans les secteurs de

l'agriculture et de l'industrie, a indiqué, hier, à Alger, le co-président du Conseil d'affaires algéro- russe, M. Abdelkader Taieb Ezzraimi. "Nous sommes prêts à recevoir des opérateurs écono- miques russes pour discuter de partenariats pro- ductifs afin d'arriver à une coopération économique constructive, notamment dans le do- maine de l'agriculture et l'accompagnement dans le développement des PME et PMI", a souligné dans une déclaration à la presse M. Taieb Ezz- raimi, en marge d'une rencontre avec le co-prési- dent adjoint du Conseil d'affaires algéro-russe M. Victor Majoukhin. Etant le plus gros producteur de blé tendre dans le monde, la Russie est appelée à transférer à l'Algérie son expérience, d'autant que la réglementation algérienne offre des facili- tations "importantes" pour la production de blés et des céréales en général, a-t-il ajouté. Dans ce contexte, une délégation du conseil se rendra fin avril en Russie afin de visiter les exploitations agricoles russes et d'étudier la possibilité de nouer des partenariats entre opérateurs des deux pays. M. Majoukhin a estimé de son côté que sa visite a pour objectif d'identifier les points communs pour renforcer les relations économiques et préparer les entreprises des deux pays pour les travaux du pro- chain conseil d'affaires algéro-russe, qui devrait se tenir à Saint-petersbourg (Russie) au cours de cette année. En 2012, les importations algériennes de Russie ont atteint 644 millions de dollars alors que les exportations se sont établies à 3 millions de dollars "seulement", selon des chiffres communi- qués par M. Taieb Ezzraimi.

FOURNITURE DE MATÉRIELS ÉLECTRIQUES

Les offres de Siemens et de General Electric

déclarées recevables

L es offres techniques et financières de la compagnie américaine General Electric (GE) et celles du groupe allemand Siemens

ont été déclarées « recevables » à la suite de l’ou- verture publique des plis des offres relatives à la fourniture de matériels électriques, a indiqué sa- medi un communiqué du groupe Sonelgaz. L’ap- pel d’offres national et international, lancé par deux sociétés du groupe Sonelgaz (CEEG et SPE), portait sur « la fourniture d’îlots de puissance et un engagement à réaliser un complexe industriel de fabrication de turbines à gaz, turbines à vapeur et des alternateurs ainsi que leur systèmes de contrôle commande », a précisé la même source. « Eu égard aux conditions et critères d’attribution du marché figurant sur le cahier des charges ( ), le maître d’ouvrage attribuera provisoirement le

marché au candidat ayant le prix du kW/h actua-

lisé le plus bas », a ajouté le communiqué. La firme américaine a présenté la meilleure offre en matière de coût de l’investissement, en proposant un coût à hauteur de 1,868 milliard de dollars,

pour la partie devises, et 3,602 milliards de dinars,

pour la partie en monnaie nationale, ainsi qu’un tarif Kw/heure de 2,27 DA. Son concurrent l’Al- lemand Siemens a, quant à lui, avancé un coût de 1,931 milliard d’euros (environ 2,6 mds USD) et un tarif de Kw/heure de 2,41 DA.

Publicité

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE PREMIERE REGION MILITAIRE

AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL OUVERT

N° 25/2013/C2

Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert en vue de :

FOURNITURE ET POSE D’UN POSTE TRANSFORMATEUR + LOCAL Y/C TRAVAUX DE RACCORDEMENT À M’SILA Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au siège de la :

PREMIERE REGION MILITAIRE Sis à Blida pour retirer les cahiers des charges, contre paiement de la somme de CINQ MILLE DINARS ALGERIENS (5.000,00 DA), pour les sociétés de droit algérien au compte nº 227 ouvert auprès de trésorerie publique - Wilaya de Blida.

Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :

- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité ;

- d’une lettre d’accréditation, délivrée par le candidat à la soumission ;

- d’une copie légalisée du registre du commerce de la société ;

- d’une copie originale du bon de versement de la somme citée ci-dessus ;

- d’une copie légalisée du certificat de qualification et de classification

El Moudjahid/Pub

professionnelles (catégorie 01 et plus) entreprise spécialisée en électricité.

Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront être scindées en deux (02) parties :

1- Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges ; 2- Une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des charges. Les offres (technique et financière), contenues dans deux (02) enveloppes distinctes, doivent parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :

Direction Régionale des Finances de la Première Région Militaire Bureau d’Administration des Cahiers des Charges B.P Nº 64 A / Terre 01 / Blida L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que

la mention : Soumission à ne pas ouvrir Avis d’Appel d’Offres National Ouvert Nº 25/2013/C2 Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci- dessus avant la date limite de dépôt des offres fixée à 40 jours à compter de la première date de publication. La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 180 jours égale à celle de la préparation des offres fixée dans le cahier des charges.

ANEP 508873 du 04/03/2013

Régions

CAMPAGNE DE PRÉVENTION CONTRE LE SIDA

10

ANNABA
ANNABA
R égions CAMPAGNE DE PRÉVENTION CONTRE LE SIDA 10 ANNABA AEP Projet d’alimentation de la ville
R égions CAMPAGNE DE PRÉVENTION CONTRE LE SIDA 10 ANNABA AEP Projet d’alimentation de la ville
R égions CAMPAGNE DE PRÉVENTION CONTRE LE SIDA 10 ANNABA AEP Projet d’alimentation de la ville
AEP Projet d’alimentation de la ville à partir du barrage de Beni Haroun BISKRA
AEP
Projet d’alimentation
de la ville à partir du barrage
de Beni Haroun
BISKRA

Une étude technique vient d’être lancée à Biskra en vue du transfert d’eau vers cette ville à partir du barrage de Koudiet Medouar (Batna) qui sera lui-même alimenté par l’ouvrage géant de Beni-Haroun (Mila), apprend-on, samedi, auprès de la direction des ressources en eau. L’étude technique en question devra définir le tracé des canalisations de transfert ainsi que l’emplacement et la puissance des stations de pom- page et autres installations nécessaires à l'opération, a précisé M. Nou- reddine Hamidatou, responsable local du secteur de l'hydraulique. Ce transfert qui permettra, à terme, de renforcer l’AEP (alimentation en eau potable) et l'irrigation agricole, «donnera du répit» aux nappes phréatiques qui font actuellement l’objet d'une «surexploitation», a in- diqué le même responsable.

RESSOURCES HALIEUTIQUES Le bateau de recherche scientifique Grine Belkacem attendu à Cherchell Le bateau de
RESSOURCES
HALIEUTIQUES
Le bateau de recherche
scientifique Grine Belkacem
attendu à Cherchell
Le bateau de re-
cherche scientifique
«Grine Belkacem» est
attendu dans les pro-
chains jours au port de
Cherchell, dans la wi-
laya de Tipasa, pour
poursuivre sa mission
pour l'année 2013
consistant en l'évalua-
tion les ressources ha-
lieutiques pélagiques
(poisson bleu), a-t-on
appris auprès de la di-
TIPASA
rection du secteur. Ce
bateau, qui compte dans son effectif des chercheurs universitaires et
des spécialistes de la pêche, a entamé sa mission le 5 février dernier à
partir du port de Ghazaouat à l'ouest du pays et continuera en direction
des ports de l’est, en passant par le littoral des wilayas du centre. Cette
mission nationale devra s’achever le 15 mars courant au port d'An-
naba, a indiqué le directeur de la pêche et des ressources halieutiques
de Tipasa, M. Mohamed Yahiani. A Tipasa, le bateau «Grine Belka-
cem», devrait effectuer un travail de trois jours sur les 113 km de côte
que compte la wilaya afin de réaliser une évaluation exhaustive des
ressources halieutiques, a ajouté le même responsable, estimant que
l’arrivée de ce bateau pourrait être retardée en raison des mauvaises
conditions climatiques. Les conclusions des recherches qui seront réa-
lisées par les spécialistes serviront de repères pour les projets d’inves-
tissements qui seront lancés dans le secteur. «Une cellule de suivi a
été mise en place et tous les moyens nécessaires ont été mobilisés par
la direction du secteur afin de faciliter la tâche aux chercheurs», a, par
ailleurs, indiqué le même responsable.

SIDI AISSA

EL MOUDJAHID

AnisS cible les cités universitaires de l’Est

L’association AnisS par le biais de son réseau universitaire a investi une dizaine de jours durant le campus universitaire d’El Bouni pour donner le coup d’envoi d’une campagne de sensibilisation sur le VIH/Sida.

C ette campagne itinéraire a ciblé, les cités universi- taires de Annaba, Skikda

et El -Tarf, au cours de laquelle,

les étudiants ont été destinataires

de séances d’information, paral- lèlement à la diffusion de nou- velles brochures éducatives sur les modes de transmission et de

prévention. Selon le Coordinateur du Réseau universitaire de l’asso- ciation AnisS : «Cette campagne

a pour objectif de sillonner une

dizaine de cités universitaires et de cibler 2.000 étudiants » Durant cette campagne les étudiants ont eu droit à la projection du docu- mentaire «Ya Latif, entre quêtes de tolérance et sentences». Pro- duit par AnisS, réalisé par le col- lectif international «OH Group» et financé par le programme al- géro-français Joussour, le film documentaire d’une durée de 43 minutes, met en évidence le poids de la stigmatisation et la discrimi- nation dans les difficultés d’accès des personnes vivant avec le VIH aux services de santé de qualité (Dépistage, information sanitaire, prise en charge). Pour une autre animatrice du Réseau Universi- taire d’AnisS : « Changer le re- gard de la société envers les

: « Changer le re- gard de la société envers les malades encouragera donc les ac-

malades encouragera donc les ac- tions de dépistage et de préven- tion et facilitera l’accès des malades au traitement». En effet, le rapport de l’ONUSIDA 2012 explique qu’au moment où les nouvelles infections diminuent à travers le monde, elles ont aug- menté de 35 % dans la région du Moyen-Orient et en Afrique du

Nord (MENA) en raison du tabou et de la stigmatisation. Le Réseau Universitaire de l’association AnisS est un regroupement des clubs universitaires de différentes disciplines et dont les membres se sont engagés à lutter contre le Sida dans les milieux des étu- diants.

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

Projet de création d’une deuxième université

prévu au nouveau pôle universi- taire d’El Bouni, a-t-il encore pré- cisé, estimant que «l’évolution formidable» de l’université Badji- Mokhtar qui accueille actuelle- ment 45.000 étudiants, «a rendu nécessaire l’engagement d’une ré- flexion pour la création d’une deuxième université à Annaba». Créée en 1975 dans les locaux de l’ex-Institut des mines et de la mé- tallurgie, l’université d’Annaba compte actuellement sept facultés et plus de 2.500 enseignants et chercheurs. Elle a bénéficié durant la dernière décennie de 24.000 postes pédagogiques et autant de lits d’hébergement ainsi que d’un ensemble d’équipements de sports, de culture et d’œuvres uni-

U n dossier portant proposi- tion de création d’une deuxième université à An-

naba a été ficelé et transmis au mi- nistère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a indiqué dimanche le recteur de l’université Badji- Mokhtar d’Annaba. Ce projet dé- nommé «Université Annaba-2» a été examiné et approuvé en février dernier lors du Conseil scienti- fique de cette université, a ajouté M. Abdelkrim Kadi, soutenant que ledit projet «vise à maîtriser la gestion des affaires pédagogiques et scientifiques et à promouvoir l’ensemble des fonctions pluridis- ciplinaires». La localisation de la future Université Annaba-2 est

versitaires multiples. L'infrastruc- ture compte également 80 labora- toires permettant de conduire des projets de recherche pour le déve- loppement économique et la re- cherche académique.

M’SILA
M’SILA

Un total de 1.500 foyers de la cité Ouled Bouzid, dans la com- mune de Sidi-Aïssa (100 km au nord de M’sila), vient d’être rac- cordé au réseau de gaz naturel, a-t- on appris, samedi, auprès de la direction de l’énergie et des mines (DEM). Ce raccordement, pris en charge par le budget de la wilaya, a

Le gaz naturel au profit de 1.500 foyers

été effectuée dans le cadre d’un «programme de rattrapage», a pré- cisé la même source, signalant que l’opération, réalisée au moment où les rigueurs de l’hiver sont de mise, a suscité une grande joie auprès des résidents de ce quartier. Selon les services de la DEM, plusieurs au- tres groupements d’habitations,

non encore raccordés au réseau de gaz naturel, bénéficieront «prochai- nement» de cette énergie au titre de ce même programme de rattrapage. Le taux de couverture de la wilaya de M’sila en matière de gaz naturel est actuellement de l’ordre de 47 %, a-t-on fait savoir de même source.

Publicité

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE PREMIERE REGION MILITAIRE

AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL OUVERT

N° 30/2013/C2

Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert en vue de :

L’APPROVISIONNEMENT DES UNITES DU PREMIER COMMANDEMENT REGIONAL DE LA GENDARMERIE NATIONALE EN ARTICLES D’ENTRETIEN DES LOCAUX Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au

siège de la : PREMIERE REGION MILITAIRE Sise à Blida

pour retirer les cahiers des charges, contre paiement de la somme de CINQ MILLE DINARS ALGERIENS (5.000,00 DA), pour les sociétés de droit algérien au compte nº 227 ouvert auprès de trésorerie publique - Wilaya de Blida.

Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :

- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité ;

- d’une lettre d’accréditation, délivrée par le candidat à la soumission ;

- d’une copie légalisée du registre du commerce de la société ;

- d’une copie originale du bon de versement de la somme citée ci-dessus.

El Moudjahid/Pub

Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront être scindées en deux (02) parties :

1- Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges ; 2- Une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des charges. Les offres (technique et financière), contenues dans deux (02) enveloppes distinctes, doivent parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :

Direction Régionale des Finances de la Première Région Militaire Bureau d’Administration des Cahiers des Charges B.P Nº 64 A / Terre 01 / Blida L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :

Soumission à ne pas ouvrir Appel d’Offres National Ouvert Nº 30/2013/C2 Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci- dessus avant la date limite de dépôt des offres fixée à 30 jours à compter de la première date de publication. La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 90 jours, égale à celle de la préparation des offres fixée dans le cahier des charges.

ANEP 508877 du 04/03/2013

Lundi 4 Mars 2013

Monde

EL MOUDJAHID

11

SYRIE

Bachar El-Assad prêt à discuter avec l’opposition

L e président syrien Bachar El-Assad s'est dit prêt à dis- cuter avec l'opposition non

armée, mais a exclu de démission- ner, dans une interview au Sunday Times publiée hier. "Nous sommes prêts à négocier avec tout le monde, y compris des militants qui déposent les armes", assure Bachar El-Assad lors de cette interview, enregistrée la semaine dernière à sa résidence à Damas. "Nous pouvons engager un dialogue avec l'opposi- tion, mais nous ne pouvons pas en- gager de dialogue avec les terroristes". "Aucun patriote ne peut penser à vivre en dehors de son pays. Je suis comme tous les patriotes syriens", explique-t-il à l'hebdomadaire dominical, dans un entretien enregistré en vidéo. Quit- ter le pouvoir ne résoudrait pas la

crise actuelle en Syrie, estime le président, qui a toujours rejeté les appels en ce sens lancés par les Oc- cidentaux et de nombreux pays arabes. "Si cet argument est correct, alors mon départ mettra fin aux af- frontements. C'est clairement ab- surde, comme en témoignent les récents précédents en Libye, au Yémen et en Égypte", fait-il valoir. Au moins 34 membres des forces régulières syriennes ont été tués hier dans une attaque rebelle contre une académie de police, à Alep, dans le nord de la Syrie, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Plus au nord, des rebelles ont pris le contrôle d'une prison dans la province de Raqa, libérant "des centaines" de détenus, a affirmé l'OSDH.

"des centaines" de détenus, a affirmé l'OSDH. MALI 50 terroristes du MUJAO tués près de Gao

MALI

50 terroristes du MUJAO tués près de Gao

l'OSDH. MALI 50 terroristes du MUJAO tués près de Gao A u moins 50 islamistes du

Au moins 50 islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO), un des groupes armés dans le nord du Mali, ont été tués depuis vendredi dans des combats contre des sol- dats tchadiens et français près de Gao, a-t-on appris hier de source militaire malienne. "Les combats se poursuivent dimanche matin à 60 km au nord de Gao entre islamistes et troupes maliennes appuyées par l'armée française. Nous avons la situation en main. Au moins 50 islamistes du MUJAO ont été tués depuis avant-hier" vendredi, a af- firmé à l'AFP une source militaire malienne contactée au téléphone depuis Bamako. Par ailleurs, un soldat français est mort au combat samedi dans le nord du Mali, a annoncé dimanche la présidence fran- çaise, ce qui porte à trois le nombre de militaires français tués depuis le début de l'offensive déclenchée le 11 janvier contre les groupes terroristes armés.

DU 4 AU 15 MARS À NEW YORK

57 e session de la Commission de la condition de la femme

La 57 e session de la Commission de la condition de la femme (CSW57) se réunira du 4 au 15 mars à New York sur le thème :

"Elimination et prévention de toutes les formes de violence contre les femmes et les filles". La Commission tient compte des recommandations formulées par les rapports du secrétaire général de l'ONU, notamment celles re- latives à la "Prévention de la vio- lence à l'égard des femmes et des

filles et aux Services et réponses multilatéraux à l'intention des femmes et des filles victimes de violence". Pendant cette mani- festation, "ONU Femmes" de- mandera aux États Membres de renforcer les normes et standards mondiaux et de renforcer l'enga- gement et l'action politiques pour mettre fin à la violence à l'encontre des femmes et des filles.

TORTURE DE PRISONNIERS SAHRAOUIS

Le rapporteur onusien appelle le Maroc à ouvrir une enquête "impartiale"

Le rapporteur onusien sur la torture, Juan Mendez a appelé le gouvernement maro- cain à ouvrir une enquête "sérieuse et im- partiale" sur les plaintes déposées pour tortures et mauvais traitements contre des détenus sahraouis. Dans son rapport présenté devant le Conseil des droits de l'Homme à Genève, M. Mendez a plaidé pour une révision du procès militaires des détenus sahraouis emprisonnés à Salé en vue de leur jugement par un tri- bunal civil. Il a souligné, dans ce contexte, la nécessité de définir les moyens à même de renforcer et de pro- téger les droits de l'Homme conformé- ment aux normes internationales à

travers l'application des mécanismes et résolutions des Nations unies y affé-

rentes. Par ailleurs, le rapporteur onusien

a indiqué avoir reçu plusieurs témoi-

gnages et rapports sur la situation légale

et politique du Sahara occidental occupé

et des "plaintes concernant un grand nombre de violations des droits de l'Homme outre les cas de torture et de mauvais traitements". Le rapporteur de l'Onu a précisé "avoir reçu des témoi- gnages affirmant que les prisonniers sah-

raouis ont subi des tortures, des sévices

et des viols et que leur état de santé s'est

dégradé en raison des conditions de dé-

tention".

PRÉPARATIFS DU SOMMET ARABE

Une délégation de la Ligue arabe à Doha

DU SOMMET ARABE Une délégation de la Ligue arabe à Doha Une délégation de la Ligue

Une délégation de la Ligue arabe conduite par son secrétaire général, Nabil El- Arabi, s'est rendue samedi à Doha (Qatar) pour examiner les préparatifs du som- met arabe prévu fin mars. La délégation aura des entretiens avec l'émir du Qatar, Cheikh Hamad Ben Khalifa Al-Thani sur les questions arabes de l'heure et les idées relatives à l'ordre du jour du sommet arabe, a déclaré le secrétaire général adjoint de la Ligue, Ahmed Ben Helli. Le secrétariat général de la Ligue arabe devrait transférer ses réunions à Doha le 22 mars pour préparer le sommet au niveau des hauts responsables prévu les 27 et 28 mars, a-t-il indiqué.

Brèves

ÉTATS-UNIS

Nouveau conseiller pour la région MENA

La Maison-Blanche a an- noncé samedi la nomination de Philip Gordon au poste de Coordinateur pour la région du Moyen-Orient, Afrique du

Nord et du Golfe auprès du président Barack Obama. Le conseiller en sécurité natio- nale auprès de la présidence américaine, M. Tom Donilon,

a

indiqué que M. Gordon, ti-

tulaire d’un doctorat de l'uni- versité Johns Hopkins, se

joindra ainsi à l'équipe de sé- curité nationale de la Maison- Blanche à compter du 11 mars en cours.

PALESTINE

Démission

du ministre

des Finances

Le ministre palestinien des Finances Nabil Qassis a dé-

missionné samedi, a-t-on in-

diqué de sources

gouvernementales. La porte-

parole du gouvernement du Premier ministre Salam Fayyad, Nour Odeh, a confirmé la démission de M. Qassis, sans autre indication. Nabil Qassis, ancien président de l'université de Bir Zeit,

près de Ramallah, en Cisjor- danie, était entré en mai 2012 dans le nouveau gouverne- ment formé par Salam Fayyad.

ÉGYPTE

Kerry appelle les différentes parties à faire des "compromis significatifs"

Le secrétaire d'État américain John Kerry a appelé samedi le gouvernement égyptien et l'opposition à faire des "com- promis significatifs", lors d'une visite en Égypte visant

à

les convaincre de sortir leur

pays de l'impasse politique. "Il doit y avoir une volonté de

la

part de toutes les parties

pour faire des compromis si- gnificatifs sur les sujets qui comptent le plus pour le peu- ple égyptien", a-t-il dit lors d'une conférence de presse avec son homologue égyptien Mohammed Kamel Amr.

Publicité

dit lors d'une conférence de presse avec son homologue égyptien Mohammed Kamel Amr. P ublicité Lundi

Société

EL MOUDJAHID

15

S ociété EL MOUDJAHID 15 RÉGIME ALIMENTAIRE Trop de sel peut nuire à la santé Engendrant
S ociété EL MOUDJAHID 15 RÉGIME ALIMENTAIRE Trop de sel peut nuire à la santé Engendrant
S ociété EL MOUDJAHID 15 RÉGIME ALIMENTAIRE Trop de sel peut nuire à la santé Engendrant

RÉGIME ALIMENTAIRE

Trop de sel peut nuire à la santé

Engendrant une multitude de la surconsommation de sel peut nuire gravement à la santé. Rétention d’eau, risque d’ostéoporose, hypertension artérielle, troubles du rythme cardiaque (ainsi que des insuffisances cardiaques), une mortalité due à des accidents cérébraux peuvent être des conséquences d’une surconsommation de sel.

E n effet, un lien a été établi entre une consommation excessive de sel et les

complications d'ordre vasculaire, notamment chez les personnes souffrant déjà d'hypertension. L’addition de notre alimentation est beaucoup trop salée. On mange n’importe quoi sans se soucier de l’apport de sel dans les plats préparés. Plus de 70% du sel consommé provient des plats industriels et de ceux consommés dans les restaurants ou les fast-foods. Les autres ali- ments en cause sont le pain, les céréales, les conserves, charcu- teries et fromages. Les résultats d’une étude réa- lisée, par l'organisation mondiale de la Santé (OMS) portant sur la charge mondiale de morbidité, révèlent que les maladies cardio- vasculaires concourent à 42 % des décès, et constituent donc la principale cause de mortalité dans le monde. La surconsommation de sel est considérée comme l'une des principales causes des maladies cardiovasculaires, et contribue à l'incidence et à l'aggravation de plusieurs autres maladies non transmissibles en raison de l'hy- pertension artérielle. Néanmoins, la consommation de sel reste éle- vée due à sa présence sous les formes dites discrétionnaires et non discrétionnaires. Dans ce premier cas, il s'agit du sel ajouté aux aliments lors de la prépara- tion ou de la consommation. Il représente en moyenne en- viron un cinquième de la consommation journalière. Le sel non discrétionnaire représente le reste, et provient de denrées pro- duites avec du sel ou contenant naturellement du sel. En d'autres termes, les consommateurs doi- vent être conscients de la teneur nutritionnelle des produits ali- mentaires et des boissons. Selon les nouvelles lignes di- rectrices publiées par l’OMS, les adultes devraient consommer moins de 2000 mg de sodium,

les adultes devraient consommer moins de 2000 mg de sodium, soit 5 grammes de sel, et

soit 5 grammes de sel, et au moins 3510 mg de potassium par jour. Les mesures de santé pu- blique pour diminuer la consom- mation de sodium, augmenter celle de potassium prévoient la réduction des risques d’hyperten- sion artérielle en particulier et autres pathologiques non-trans- missible. Autre mesure, il faut songer à ne pas introduire le sel trop tôt dans alimentation des enfants. La raison de cette précaution est simple : les reins des enfants ne peuvent pas encore éliminer les excès de sel de leur organisme pendant les trois premières an- nées de leur vie. Il est donc important d’adop- ter des réflexes pour limiter la consommation de sel au quoti- dien. Tout est une question d’ ha- bitude et d’hygiène alimentaire. Réduire la consommation de sel, une priorité de la Journée mondiale de la santé qui sera cé- lébrée le 7 Avril.

L'hypertension est le thème de la Journée mondiale de la Santé pour l’année 2013. À cette occasion, l'OMS met l'accent sur les mesures visant à prévenir l'hypertension artérielle : dimi- nuer la consommation de sel, éviter l'usage nocif de l'alcool et du tabac, respecter une alimenta- tion équilibrée, s'adonner à une activité physique régulière et maintenir un poids corporel sain. Les mesures prises pour atté- nuer l'hypertension aideront à ré-

duire les autres maladies non transmissibles. Les études menées au niveau mondial à ce sujet indiquent en effet que la diminution de la consommation de sel de 10 g par jour à la quantité recommandée de 5 g par jour, par exemple, en- traînerait une réduction de 24 % des accidents vasculaires céré- braux et de 18 % des maladies coronariennes. Kamélia H.

FÊTE DES GRANDS- MÈRES

Une occasion de leur exprimer notre amour

«M émé», «Yaya», «Manou» , «grand-mère», Des mots qui évoquent douceurs et

gâteries pour les uns, odeur de cannelle et de miel pour les autres, rigueur pour cer- tains et récits enjolivés pour celles que l'on n'a pas connues… La fête des grands- mères célébrée chaque premier dimanche du mois de mars, Bien qu’elle soit d'ori- gine commerciale et pas très de chez nous, c'est tout de même l'occasion de dire à nos grand-mères combien nous les aimons et permettre à un enfant de témoigner son af- fection et son amour à sa «Manou». De- puis quelques années, on remarque chez nous, qu’au niveau des maternelles et des crèches on veut impliquer les enfants dans la confection de petits cadeaux pour célé- brer les grands-mères. «Quoi de mieux pour dire à notre grand-mère que nous l'ai- mons que de lui fabriquer soi-même un amour de cadeau » nous dira Malika édu- catrice dans une maternelle. Une rose en papier un coffret en coquillage, une carte postale, un poème écrit par les mains mal- adroites d’un enfant de quatre ans , « c’est le plus beau cadeau que je puisse recevoir, ça me touche et me remue » nous dira fatma Zohra une grand-mère comblée par les cadeaux de ses petits-enfants. « C’est l’occasion de les remercier de leur ten- dresse et de leur présence dans notre quo- tidien et les gâter a notre tour » affirme Souad 23 ans consciente de l’importance de la place de grand-mère. En effet les couples d’aujourd’hui pris dans un emploi du temps contraignant et prenant font souvent appel aux grands-mères pour les remplacer auprès de leurs enfants. « Ma mère intervient directement dans la vie de mes deux enfants, elle sait ce qui est bien et à ce recul qui me manque souvent et ses remontrances quelques fois n’empêche pas les petits de l’aimer très fort » dira une maman qui reconnaît n’avoir pas beau- coup de temps pour ses enfants. « C’est incroyable la différence qu’on constate dans l’attitude de ma mère avec nous même quand on était petits et son compor- tement avec nos propres enfants, elle ex- prime plus ouvertement sa tendresse et met de côté sa rigueur et sa sévérité avec ses petits-enfants» constate houria heu- reuse de combler en même temps ses en- fants et sa mère. Les grands-mères sont mobilisées pendant les vacances, pendant les nouvelles naissances pour s’occuper des autres petits, pendant les week-end, pendant les maladies des enfants, elles sont présentes et très efficaces alors té- moignons leur notre reconnaissance et rendons leur hommage de manière parti- culière en cette journée. Farida Larbi

LES GENDARMES SUR TOUS LES FRONTS

Corruption, fausse identité, proxénétisme…

P lusieurs affaires criminelles constatées dans certaines wi- layas ces deux derniers jours, ont été élucidées par les uni- tés de la gendarmerie nationale.

Ces derniers sont réellement sur tous les fronts. Résolues avec la collaboration des citoyens qui s’impliquent de plus en plus dans la lutte contre la criminalité, les gendarmes ont interpellé quatre personnes impliquées dans la corruption en flagrant délit, usurpation d’identité d’un gradé de la gendarmerie nationale, et

incitation d'une étudiante à la débauche. Une mineure qui s’est évadée du centre de rééducation des mineurs de Batna a été appréhendée à l’issue d’une cavale qui a duré plus de 6 mois, a-t-on appris auprès de la Cellule de com- munication du Commandement de la Gendarmerie nationale.

Elle s’évade du centre de rééducation des mineurs

Les gendarmes de l’escadron de sécurité routière de Blida ont remis à la brigade de Gendarmerie Nationale de Beni-Mered, une jeune fille de 17 ans, originaire d'Akbou (Bejaïa), appréhen- dée le même jour, en soirée, après avoir été déposée par un ca- mionneur près du barrage de sécurité permanent dressé sur l’autoroute Est Ouest, à hauteur de l’échangeur de Beni-Mered. La jeune mineure impliquée dans un acte criminel voulait à tous prix rejoindre son domicile parental afin de se faire oublier une fois pour toute. Cette dernière qui s'était évadée du centre de rééducation des mineurs de Batna depuis le 24 septembre de l’année dernière, a été placée au centre pénitencier de Blida sur instructions du pro- cureur de la République près le tribunal de Blida, en attendant son jugement.

près le tribunal de Blida, en attendant son jugement. Flagrant délit de corruption Par ailleurs les

Flagrant délit de corruption

Par ailleurs les gendarmes ont mis hors d’état de nuire le re- ceveur des contributions diverses de la ville de Boudouaou (Bou- merdès). Agissant sur la base d'une plainte déposée par un entrepreneur demeurant au centre ville de Boudouaou, qui a indiqué que le receveur des contributions diverses de Boudouaou, lui avait exigé la somme de cinq (millions de centimes), en contrepartie d'un dégrèvement d'impôts, les gendarmes de la section de Re- cherches de Boumerdès ont tendu une souricière au mis en cause qui a été surpris à bord de son véhicule de marque Peugeot 308, à hauteur de la cité universitaire de Boudouaou, en flagrant délit de perception de la ladite somme. Les gendarmes poursuivent

leurs investigations pour vérifier s’il a des antécédents judi- ciaires.

Un professeur universitaire proxénète

Une jeune étudiante s'est présentée à la section de recherches d'Annaba pour porter plainte contre un enseignant à l'université de Sidi Achour, qui lui avait exigé une relation sexuelle en contrepartie d'une bonne note dans la matière de langue fran- çaise. Et suite à une souricière tendue avec la collaboration de la victime, le mis cause à été interpellé à l'intérieur de son domicile à Annaba, en compagnie de la jeune fille. Présenté devant le procureur de la République près le tribunal local, pour incitation d'une étudiante à la débauche. Il a été placé sous mandat de dépôt.

Un faux capitaine de gendarmerie épinglé

Les gendarmes de la brigade de Chellal (M’sila) ont présenté devant le parquet de M’Sila, une personne pour fausse déclara- tion et usurpation d’identité qui se faisait passer pour un capi- taine de la gendarmerie nationale. Il a été placé sous mandat dépôt. En effet, les gendarmes de l'escadron de la sécurité routière de M’Sila, en dispositif de barrage à la commune de Chellal, ont immobilisé aux fins de contrôle un véhicule de marque Peugeot 406 ayant à son bord trois personnes. Lors des vérifications d'usage, le mis en cause a tenté d’intimider les gendarmes en se faisant passer pour un officier au grade de capitaine de la gen- darmerie nationale.

M. Mendaci

16 EL MOUDJAHID

CLÔTURE DU 23 e FESTIVAL PANAFRICAIN DU CINÉMA DE OUAGADOUGOU (FESPACO)

Belle moisson pour le cinéma algérien

L’Algérie a obtenu 5 prix dont l’Etalon d’argent pour Yema de Djamila Sahraoui. l’Etalon d’or de Yennenga, la distinction la plus courue du Fespaco est revenu au Franco-sénégalais Alain Gomis pour son film Aujourd'hui

L a production cinéma- tographique algé-

a distinguée, samedi soir à Ouagadougou, de cinq prix différents lors de la cérémo- nie de remise des prix du 23 e Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (Fespaco). Alors que l’Eta- lon d’or de Yennenga, la distinction la plus courue du Fespaco est revenu au Franco-sénégalais Alain Gomis pour son film Au- jourd'hui (Tey), Yema de la réalisatrice algérienne Dja- mila Sahraoui, a reçu l’Eta- lon d’argent de Yennenga récompensant le second

été

rienne

meilleur long métrage de fiction du 23 e Fespaco. Réa- lisé 2012, Yema met en scène l'histoire de Ouardia, interprétée par la cinéaste, une mère qui tente de re- prendre une vie normale dans une maison isolée dans la campagne après la mort de son fils Tarik, un mili- taire probablement tué par son frère Ali, dirigeant d'un maquis islamiste. Le film met l'accent sur la souf- france de cette mère qui, pour surmonter ses peines, s'occupe de son jardin et d'un petit garçon, orphelin à sa naissance. Outre le Yen- nenga d'argent, Djamila

Sahraoui a reçu le Prix de la meilleure image et la men- tion spéciale du jury pour également Yema. Concou- rant dans la même catégo- rie, la fiction historique Zabana ! de Said Ould Khe- lifa, a obtenu le Prix du meilleur décor et celui de la meilleure musique. L’Eta- lon d’or de Yennenga a été disputé au 23 e Fespaco par 20 films, dont Yema, El Taib (Le repenti) de Merzak Al- louache et Zabana !, en pro- venance de 14 pays. Outre l'or et l'argent, l'Etalon de bronze de Yennenga a été attribué à Moussa Touré pour La pirogue, un film qui

a reçu le Tanit d'or aux 24 es Journées cinématogra- phiques de Carthage (Jcc 2012). Une centaine d’œu- vres cinématographiques de

35 pays africains étaient en

compétition officielle du 23 e Fespaco, clos samedi, après

8 jours de compétition.

Outre les 20 longs métrages de fiction en lice, 20 courts métrages, 17 documen- taires, 17 œuvres en vidéo- numérique, 8 séries télévisuelles, 6 films de la diaspora et 13 films des écoles africaines de cinéma, ont concouru dans six autres catégories.

Culture

cinéma, ont concouru dans six autres catégories. C ulture PALMARÈS DU 23 e FESPACO Etalon d’Or

PALMARÈS DU 23 e FESPACO

Etalon d’Or pour

Aujourd’hui (Tey)

d’Alain Gomis

Etalon d’Or pour Aujourd’hui (Tey) d’Alain Gomis Le long métrage de fiction Tey (Aujourd’hui) du

Le long métrage de fiction Tey (Aujourd’hui) du cinéaste franco-sénégalais Alain Gomis, une réflexion philosophique sur la vie et la mort, a remporté samedi à Ouagadougou (Burkina Faso) le premier prix du 23 e Fespaco, le prestigieux Etalon d’Or d Yennega, lors d’une cérémonie où l’Algérie à remporté le plus grand nombre de prix (cinq) dont celui de l’Etalon d’argent, revenu à Djamila Sahraoui pour son film Yema. Le troisième prix du meilleur long métrage de fiction, l’Etalon de bronze a, quant à lui, été attribué au Sénégalais Moussa Touré pour La pirogue, un film sur le thème de l’émigration clandestine qui a, par ailleurs, reçu les prix spéciaux des Etats-Unis et de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest. Dans la catégorie documentaire, Même pas mal de la Tunisienne Nadia El Fani a remporté le premier prix, tandis que Calypso rose de Pascal Obolo (Cameroun) et Président Dia de Ousmane W. Mbaye ont respectivement remportés les deuxième et troisième prix. Côté court métrage, c’est au Tunisien Anis Lasoued que le Poulain d’Or a été décerné pour Les souliers de l’Aïd alors que les Poulains d’argent et de bronze sont successivement revenus au Malgache David Randriamanana pour Photographies et à la Gabonaise Nadine Ostobogo pour Dialemi. Dans la section des prix techniques, le Marocain Nabil Ayouch a reçu le prix du meilleur scénario pour Les cheveux de dieu, tandis que la fiction historique Zabana ! de Saïd Ould Khelifa, a remporté les prix du meilleur décor et de la meilleure musique, le prix de la meilleure image ayant été décerné à Yema de Djamila Sahraoui en plus d’une mention spéciale du jury.

AVEC PLUS DE 690 FILMS DONT 101 EN COMPÉTITION

Regards multiples sur une Afrique au carrefour de son histoire

L a 23 e édition du Fespaco, qui a pris fin samedi, aura proposé un regard multiple sur un conti-

nent africain au carrefour de son his- toire, avec des questionnements forts sur la place des femmes, la mémoire douloureuse des conflits politiques et une interpellation des pouvoirs pu- blics pour mieux accompagner le ci- néma africain face aux défis de la mondialisation. Avec plus de 690 œu- vres, dont 101 en compétition dans les différentes catégories et un jury pré- sidé par des femmes, la biennale du cinéma de Ouagadougou aura été marquée par la projection de fictions et de documentaires mettant en scène des Africaines en lutte pour leur émancipation (au Maroc, en Tunisie, au Mali ou au Burkina Faso), alors que d’autres films ont opéré un retour sur des épisodes tragiques de l’his- toire de pays comme l’Algérie, l’An- gola ou encore le Mozambique. Les archaïsmes qui pèsent sur les femmes en Afrique ont été mis en évidence par le Malien Ibrahima Touré dans Toiles d’araignées, déjà primé par le festi- val, vendredi, à travers l’histoire de la jeune Mariama Ba, emprisonnée dans des conditions inhumaines pour avoir refusé le mariage forcé. Cette théma- tique se retrouve également dans Moi Zaphira, de la réalisatrice burkinabé Apoline Traoré, et Andromane du ma- rocain Alaoui Lamzhari. Dans son do- cumentaire intitulé Même pas mal, la Tunisienne Nadia El Fani a choisi de raconter les menaces de mort dont elle fait l'objet depuis la prise de parole publique pour exprimer ses convic- tions philosophiques, mettant en pa- rallèle la montée de l'extrémisme religieux dans son pays avec sa propre lutte contre la maladie. Le danger de l'islamisme est aussi évoqué par les ci- néastes, comme les Marocains Nabil Ayouch dans Les chevaux de dieu Ab- delhaï Araki dans Love at the Médina, tous deux en compétition. L'histoire

at the Médina , tous deux en compétition. L'histoire lointaine et actuelle interrogée. Par ailleurs, des

lointaine et actuelle interrogée. Par ailleurs, des épisodes historiques dou- loureux de l'Afrique des quarante der- nières années sont diversement relatés. Par le silence et des images épurées, Djamila Sahraoui revient dans Yema sur les années de violence

terroriste en Algérie, cependant que Ibrahima Touré, dans une facture plus classique et d’inspiration littéraire, restitue dans Toiles d’araignées le cli- mat politique dans le Mali des années 1970 dirigé par Moussa Traoré. Avec O Grande Kilapy, l’Angolais Gamboe

Zeze met en évidence l’ironie de l’his- toire à travers le parcours d’un bri- gand séducteur, devenu héros de

Le

questionnement de l'histoire transpa- raît, également, à travers la participa- tion algérienne au 23 e Fespaco, avec Zabana ! de Saïd Ould Khelifa, por- trait du premier martyr guillotiné de la guerre de libération, ou encore Bouts de vie, bouts de rêve, un docu- mentaire où Hamid Benamara inter- roge l'histoire dans une démarche universaliste et plus artistique. Ces deux dernières œuvres ont vivement interpellé des spectateurs du Fespaco qui y ont vu un rappel à la «nécessaire protection des acquis des indépen- dances» dans un contexte national et régional troublé, comme dans le nord du Mali ou en République démocra- tique du Congo. En marge du festival, les professionnels africains ont dressé un état des lieux du cinéma dans le continent, à la faveur d'une rencontre sur «cinéma africain et politiques pu- bliques en Afrique», thème de l'édi- tion 2013 du Fespaco, sanctionnée par une déclaration. La déclaration de Ouagadougou remise solennellement au président burkinabé, Blaise Com- paoré, appelle les pouvoirs publics en Afrique à «passer de la volonté poli- tique à la décision politique» par la «mise en place d’un fonds de re- cettes» au niveau de chaque Etat, pour «accroître la production» et «mettre en application les instruments juri- diques contenus dans les politiques culturelles nationales existantes», en favorisant la coopération régionale, sous-régionale et continentale. Lors d’un discours prononcé à l’occasion de la réception, organisée vendredi dernier, à l'honneur des festivaliers, le président burkinabé a promis de se faire le «porte-parole des profession- nels du cinéma» auprès de ses pairs africains et des plus hautes instances du continent.

l’indépendance de son pays

Lundi 4 Mars 2013

EL MOUDJAHID

17

POUR SON LONG PARCOURS ET SA RICHE CARRIÈRE

Hommage appuyé à Abdelkader Chaou par ses pairs

CARRIÈRE Hommage appuyé à Abdelkader Chaou par ses pairs L e chanteur châabi, Abdelkader Chaou a

L e chanteur châabi, Abdelkader Chaou a reçu samedi lors d'un spectacle en son honneur à la salle

Ibn-Khaldoun à Alger un hommage appuyé de ses pairs pour l'ensemble de sa riche carrière. Le spectacle, organisé par l'Office national des droits d'auteurs (Onda), l'Etablissement Arts et Culture et l'Association culturelle 3 e Millénaire et mené de main de maître par le chef d'orchestre Hammadi Mabrouk, a réuni des chanteurs, des acteurs et des musiciens. «Je ne m'attendais pas à cette initiative qui m'émeut au plus haut point. Je suis très content de la présence de ce public. C'est un moment heureux de ma vie», a déclaré à l'APS, Abdelkader Chaou. Celui qui a consacré toute sa vie artistique au style châabi (genre musical algérois) et y a excellé espère que le flambeau sera judicieusement repris par la jeune génération pour peu que celle-ci, tient-il à relever, fasse montre de «persévérance et d'assiduité». Première voix à se produire sur scène, Abdelkader Chercham, chanteur de châabi et ami de Chaou, suivi de Hamidou qui a tenu, au terme de sa prestation, à souhaiter longue vie à celui qui a réuni une pléiade d'artistes à l'occasion de cet hommage. «J'espère qu’ un autre hommage te seras rendu dans dix, puis dans vingt ans», dira-t-il à l'adresse de celui qu'il considère comme étant un «frère» et un «ami». Le maître du Malouf (un genre andalou de l'Est algérien) Hamdi Bennani en dira autant de celui avec qui il a représenté l'Algérie dans des manifestations internationales et avec qui il a «partagé des moments heureux et d'autres qui l'étaient moins» durant leur longue carrière artistique. Mohamed El- Aâmari, Hassiba Abderraouf et Nadia Benyoucef se succéderont par la suite pour témoigner leur respect et leur amitié pour l'œuvre et la personne de Chaou. Avec Nadia Benyoucef, Chaou chantera l'un des duos les plus marquants de l'histoire de la chanson algérienne moderne Taâicheli ya baba!, taâichili ya yemma !, (longue vie ô père, longue vie ô mère !) dédiée aux parents. Né le 10 novembre 1941 à Bab Ejedid, sur les hauteurs d'Alger, Abdelkader Chaou est issu d'une famille kabyle originaire de Tigzirt. Il a étudié au Conservatoire d'Alger dirigé à l'époque par Hadj M'Hamed El Anka, puis il poursuivra sa formation sous la houlette de Mahboub Bati. C'est durant les années 1970, que Chaou est rendu célèbre grâce à un répertoire prolifique et une production qui n'avait pas manqué d'apporter une touche de modernité au style châabi. Du haut de ses 72 ans, Abdelkader Chaou continue à composer et à se produire sur scène aussi bien en Algérie qu'à l'étranger, notamment en France.

LECTURE
LECTURE

SARAH HADJARI SIGNE SON RECUEIL DE NOUVELLES AU-DELÀ DES CŒURS

Au plus près des sentiments

Licenciée en traduction de la faculté d’Alger, notre auteure, la trentaine à peine entamée exerce aujourd’hui, en tant que cadre commercial dans une société privée. D’allure fine et discrète derrière son foulard, elle donne l’impression de porter de lourdes certitudes et des idées de progrès avec un regard profond sur tout ce qui a trait à la société dans laquelle elle vit.

Ph. Nacéra
Ph. Nacéra

R encontrée à la librairie gé- nérale d’El-Biar où elle dédicaçait son premier re-

cueil de quatre nouvelles roman- tiques écrite en langue arabe, la langue qu’elle affectionne tout particulièrement, elle semblait heureuse d’avoir pu réaliser son souhait le plus cher avec cette pu- blication dont elle a assuré toutes les étapes de production en confiant le travail d’impression à la maison d’édition El Aourassia mais dont elle a choisi elle-même la photo de couverture du livre et s’occupe actuellement de la dis- tribution et la publicité faute bien sûr d’éditeurs qui ne font guère confiance aujourd’hui aux projets d’écriture des jeunes. Nous avons bien entendu parcouru avec une curieuse attention cet ouvrage écrit dans un style simple et ac- cessible pour cette auteure pour- tant féru des lectures d’Ihssan Abdelkadouss, Nadjib Mahfouz, Djabran Khalil Djabran et Taha Houssein en découvrant dans la narration des échappées lyriques et un symbolisme lié à la beauté

que renferment les paysages na- turels. Le contenu des nouvelles reste cependant très fluide faisant la part belle aux dialogues des personnages avec pour seules in- dications le temps. La toute pre- mière nouvelle — les deux premières comportant un texte plus long — La nuit d’hier est plutôt singulière dans la mesure où l’auteure a choisi un couple de personnages aux prénoms occi- dentaux mais aux valeurs mo- rales typiquement maghrébines. Hélène et Georges se côtoient tous les jours et autour d’eux va se cristalliser une relation d’amour non réciproque. Georges est le chauffeur de l’en- treprise et Hélène une fonction- naire amoureuse d’un certain Philippe qui la quitte pour s’exi- ler en Espagne. Dans ce texte l’auteur aborde le problème des classes sociales qui restent incon- ciliables malgré tout l’amour que peuvent éprouver les protago- nistes de l’histoire, les barrières de société demeurant infranchis- sables. Dans la seconde nouvelle

intitulée N’éteins pas la lumière, l’auteure s’aventure toujours dans la compréhension des diffi- cultés sociales liées à toutes les péripéties malheureuses du per- sonnage de Nour dont les parents deviennent du jour au lendemain pauvres après que le père, un riche directeur d’une entreprise florissante ait été accusé de mal- versations et sombre dans la dé- chéance de l’alcool. Dans Sacrifice suprême, il est aussi question d’amour à l’algérienne, du chômage des jeunes filles di- plômées des universités qui se re- trouvent après leurs études cloitrées entre quatre murs à l’instar de Kawthar qui va aimer son voisin de pallier en scrutant ses moindres faits et gestes à tra- vers la fenêtre de sa chambre. N’était-ce la persistance des tra- ditions qui ont la dent dure, le personnage féminin de cette nou- velle pouvait bien avouer ses sen- timents à l’homme qu’elle aime mais l’éducation rigide qu’elle a reçue l’en empêche. Cette der- nière qui vit sa relation d’amour

empêche. Cette der- nière qui vit sa relation d’amour dans le plus grand secret finit par

dans le plus grand secret finit par manque de communication par se marier avec un prétendant pour lequel elle ne ressent aucune af- fection. Autre nouvelle singulière est celle qui clôt ce livre et qui est intitulée Sur le complexe por- tuaire qui met en scène toujours dans la même thématique un cou- ple de personnages qui vont s’ai- mer au terme de leurs entrevues dans un cabinet psychiatrique où Souad se fait soigner pour des troubles psychiques liées à une tragédie familiale par le médecin «Nezar». Ce dernier qui veut la guérir de sa haine des hommes tente d’abord de la faire parler dans de longues séances de psy- chanalyse pour comprendre son refus d’aimer, il constate à ses dépends puisqu’il va finalement tomber amoureux de sa patiente, que Souad a assisté impuissante au meurtre se sa mère par son père. Pour une première publica- tion Sarah Hadjari aura fait preuve d’une certaine ingéniosité à mettre en lumière la complexité des rapports sociaux particulière- ment celui des hommes et des femmes qui reste souvent enta- ché d’incompréhension et d’in-

terdits. Lynda Graba

Publicité

ché d’incompréhension et d’in- t e r d i t s . Lynda Graba P ublicité

24

Sélection

Télévision

EL MOUDJAHID

24 Sélection T élévision EL MOUDJAHID 19h30 NERA, OMBRE ET LUMIERE Un documentaire d'Eric Tamundele et
19h30
19h30

NERA, OMBRE ET LUMIERE

Un documentaire d'Eric Tamundele et Isabelle Masson-Loodts Elle nous offre l'air qui circule dans nos poumons, la beauté qui émerveille nos yeux, les balades qui marquent nos souvenirs, la tendresse d'un feu de bois en hiver et les légendes qui nous étaient contées enfants. Et si la forêt était un livre ouvert ? Un livre dans les pages duquel on pourrait découvrir les secrets d'un développement de l'humanité en harmonie avec la planète qui l'accueille Les dernières forêts vierges d'Europe nous racontent à leur manière cette histoire. En Roumanie, dans le Sud-ouest des Carpates, la forêt de Néra livre les pistes d'une gestion sylvicole équilibrée à ceux qui savent lire entre les cernes de ses hêtres centenaires

23h00
23h00
lire entre les cernes de ses hêtres centenaires 23h00 CERVANTÈS, LE CAPTIF D'ALGER Miguel de Cervantès

CERVANTÈS, LE CAPTIF D'ALGER

Miguel de Cervantès Saavedra est un romancier, poète et dramaturge espagnol. Il est célèbre pour son roman L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, publié en 1605 et reconnu comme le premier roman moderne. Le 20 septembre 1575, Cervantès s'embarqua de Naples pour l'Espagne. Mais au large des Saintes-Maries-de-la- Mer, et alors qu'il naviguait à bord de la galère espagnole El Sol, le bateau fut attaqué par trois navires turcs, le 26 septembre 1575. Miguel et son frère Rodrigo furent emmenés à Alger. Il fit le récit de sa mésaventure dans L'Espagnole-Anglaise, qui fait partie des Nouvelles exemplaires.

qui fait partie des Nouvelles exemplaires. Aujourd’hui Canal Algérie 09h30 : Le soleil et la
qui fait partie des Nouvelles exemplaires. Aujourd’hui Canal Algérie 09h30 : Le soleil et la
qui fait partie des Nouvelles exemplaires. Aujourd’hui Canal Algérie 09h30 : Le soleil et la

Aujourd’hui

Canal Algérie

09h30 : Le soleil et la vérité

10h00 : El ardh el haya (06)

10h30 : Loulou (07)

11h00 : Canal foot «rediff»

12h00 : Journal en

français+météo

12h25 : Yakoute (12)

13h45 : El teb el cherqi (02)

14h30 : Yaoumiyate moudir

ame (21)

15h15 : A cœur ouvert (rediff)

17h05 : 52' chrono

18h00 : Journal en tamazight

18h30 : Le soleil et la vérité

19h00 : Journal en

français+météo

19h30 : Néra, ombre et

lumière

20h00 : Journal en arabe

20h45 : Questions d'actu

22h00 : Zahoua

23h00 : CERVANTÈS LE

CAPTIF D'ALGER

00h00 : Journal en arabe

Publicité

  Avis aux entreprises     Toutes les entreprises sous-traitantes, travaillant pour le compte de
 

Avis aux entreprises

   

Toutes les entreprises sous-traitantes, travaillant pour le compte de la Direction de Distribution de Gué de Constantine, ayant réalisé au 31 Décembre 2012 des travaux électricité & gaz :

 

Raccordement clientèle nouvelle.

 

Programme propre.

 

Programme public (DP & ER)

 

Intervention sur incidents.

 

Réalisation branchements.

Travaux de prestation commerciale.

 

sont invitées à présenter leurs factures et le dossier à fournir (Marché, Commande, Bon de Travaux, Ordre de Service, PV de Réception, Fiche de Matériel, attachement) et ce, avant le 15 avril 2013. Passé ce délai, toute réclamation ne sera pas prise en considération.

 

NB

:

POUR

TOUTE

FAUSSE

DECLARATION,

LA

DIRECTION

DE

GUE

DE

CONSTANTINE

SERA DANS

 

L’OBLIGATION D’ENTAMER LA PROCEDURE JUDICIAIRE.

 

Le Directeur de Distribution

El Moudjahid/Pub

 

ANEP 510307 du 04/03/2013

 
El Moudjahid/Pub ANEP 510078 du 04/03/2013
El Moudjahid/Pub
ANEP 510078 du 04/03/2013

Lundi 4 Mars 2013

Détente

25

D étente 25 EL MOUDJAHID Page animée par Mourad Bouchemla Mots CROISÉS Nº 3923 1 2
D étente 25 EL MOUDJAHID Page animée par Mourad Bouchemla Mots CROISÉS Nº 3923 1 2
D étente 25 EL MOUDJAHID Page animée par Mourad Bouchemla Mots CROISÉS Nº 3923 1 2

EL MOUDJAHID

Page animée par Mourad Bouchemla Mots CROISÉS Nº 3923 1 2 3 4 5 6
Page animée par Mourad Bouchemla
Mots CROISÉS
Nº 3923
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X

Définitions

HORIZONTALEMENT

I-Faire un choix-Tête. II-Recueils plaisants-Mit du coton. III-Tester-Garçon en box. IV-D’un empereur. V-Confiture de moût de raisin-Tout le monde.VI-En tonne-Course de motos. VII-Cours en Italie-Sont à l’intérieur. VIII- Araignée-Poil à l’oeil. IX-Monstre d’un lac-Appréciée. X-Nettoyage.

VERTICALEMENT

1-Le faire à l’étable. 2-Qui rappelle un son. 3-Insecte nuisible-L’orient. 4-Intentes-Paria.5-Montre. 6-Cable d’ancrage-Mou.7-Cuire-Poète-Richesse. 8-Pièces d’accueil- Direct.9-Organisation armée-Personne de grand Sud. 10-Silence de radio-Entendu au court.

SOLUTION DES MOTS CROISÉS

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

1

V
V

O

T

E

R

     

E

F

2

A

N

A

S

   
C H U A O R L
C
H
U
A
O
R
L
 

T

A

3

G

O

U

T

E

     

A

D

4

I

M

P

E

R

I

A

L

 

I

5

R

A

I

S

I

N

E

 

O

N

6

6 T N   G   D R A G

T

N

 

G

 

D

R

A

G

7

P

O

 

M

E

L

E

E

S

 

8

E

P

E

I

R

E

 

C

I

S

9

N

E

S
S

S

 

N

O
O

T

E

E

10

D

E

T

A

R

T

R

A

N

T

 

SOLUTION

DES MOTS FLÉCHÉS

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

1

T

O

R

I

L

 
R
R

O

B

A

2

A
A
P
P

A

N

A

G

E

 

A

B
B

3

B

E

 

I

C

O

N

E

 
C
C

4

E
E

R

G

O

 

B

O

N

I

 

5

S

A

I

N

T

E

M

E

N

T
T

6

 

T

N

6   T N I R M   S E

I

R

M

 

S

E

7

S

O

 

R

P

 

E

M

E

T

8

N

   

A

U

D

 

I

C

E

9

O

 
I G R E E L
I
G
R
E
E
L

I

L

L

E

T

T

E

10

B

 

L

E

10 B   L E N E E S

N

E

E

S

Mots FLÉCHÉS Nº 3 923 ENCLOS À TAUREAU ————————— ÉTENDUE D’EAU —————————
Mots FLÉCHÉS
Nº 3
923
ENCLOS
À TAUREAU
—————————
ÉTENDUE D’EAU
—————————
CROIRE TOUT
PRÉPARA
DES CIGARES
———————————
PROPRE
DE QUEL’UN
———————————
DANS L’AUBE
EN TRAME
—————————
EN BERNE
—————————
D’UNE SALLE
DANS LE BAIN
—————————
UNE SAINTE
—————————
DIRECTION
D’UN OS
———————————
DU GREC FORCE
—————————————
SURPLUS D’UNE RECETTE
———————————————
AVEC BONTÉ
BASE DE
CONNAISSANCE
—————————
PETITE BÊTE
—————————
REPAS DE BÉBÉ
MAL
DE LA SYPHILIS
————————
DANS LE TON
————————
MANIÈRÉ
ALCOOL
—————————
RADIOGRAHIE
—————————
CHEMIN DE FER
CÉLÈBRE
——————————
PERSONNEL
—————————
QUI TROUE TOUT
EN REPOS
DIFFUSE
—————————
————————
DIRECTION
INSECTE
—————————
————————
GRAND FROID
EN DUEL
GLACE ANGLAISE
——————————
BÊTE
——————————
PRÈFIXE
C’EST UN PALMIER
EN PÂTISSERIE
——————————
BEAUTÉ
———————————
ISSUES
Nº 3 923 Mot CACHÉ Grille 3. Manivelle 33. Améthyste 15 . Assureur C D
Nº 3 923
Mot CACHÉ
Grille
3.
Manivelle
33.
Améthyste
15
. Assureur
C
D
E
C
A
M
E
T
R
E
A
E
R
O
N
A
U
T
E
O
6.
Gravement
34.
Salissant
20
. Cymbalier
M
A
B
S
O
R
B
A
N
T
C
H
O
C
O
T
T
E
S
G
11.
Intercaler
35.
Froissant
A
G
R
A
P
H
I
T
E
H
A
V
A
I
G
R
A
G
E
R
22
. Epouvante
12
. Fauconneau
36
. Commercer
N
A
N
G
E
L
I
Q
U
E
M
I
S
T
O
U
F
L
E
A
23
. Empirique
13.Entournure
37.
Demi arbre
I
I
F
E
D
B
A
S
S
U
R
E
U
R
I
C
S
P
A
V
24
. Détention
V
N
A
N
R
C
Y
M
B
A
L
I
E
R
F
R
A
E
R
E
14.
Drolatique
38
. Graillon
E
T
U
T
O
E
P
O
U
V
A
N
T
E
A
I
T
R
B
M
25
. Sommation
16.
Critiqueur
39.
Patriote
L
E
C
O
L
E
M
P
I
R
I
Q
U
E
R
T
U
S
O
E
17.
Saturnales
40. Horticole
27
. Massepain
L
R
O
U
A
D
E
T
E
N
T
I
O
N
O
I
R
P
R
N
18
. Perspicace
41. Enfaîteau
29
. Rétenteur
E
C
N
R
T
S
O
M
M
A
T
I
O
N
U
Q
N
I
I
T
19.
Arboricole
42
. Décrypter
C
A
N
N
I
M
A
S
S
E
P
A
I
N
C
U
A
C
C
C
30
. Barbillon
21.
Farouche
43.
Tourillon
O
L
E
U
Q
R
E
T
E
N
T
E
U
R
H
E
L
A
O
O
1.
Décamètre
R
E
A
R
U
B
A
R
B
26.
Corbeille
L
O
E
U
7. Graphite
I
L
N
E
C
L
R
8. 2 . Aéronaute
B
R
U
E
E
T
S
Y
N
O
P
S
I
S
A
R
S
E
E
S
28.
Corsetier
Vaigrage
E
N
O
I
T
A
N
O
H
P
E
T
S
Y
H
T
E
M
A
E
4. Absorbant
31.
Synopsis
9. Angélique
I
T
N
A
S
S
I
L
A
S
T
N
A
S
S
I
O
R
F
T
32
. Phonation
10.
Mistoufle
5. Chocottes
L
R
E
C
R
E
M
M
O
C
E
R
B
R
A
I
M
E
D
I
HABITER
L
N
O
L
L
I
A
R
G
T
I
E
T
O
I
R
T
A
P
E
UN MÊME LOGEMENT
E
E
L
O
C
I
T
R
O
H
U
A
E
T
I
A
F
N
E
R
O
R
E
T
P
Y
R
C
E
D
N
O
L
L
I
R
U
O
N
SOLUTIONPRÉCÉDENTE: CHOREGRAPHIE
T

Publicité

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE PREMIERE REGION MILITAIRE

AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL OUVERT N° 33/2013/C2
AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL OUVERT
N° 33/2013/C2

Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert en vue de :

L’APPROVISIONNEMENT DES UNITES DU PREMIER COMMANDEMENT REGIONAL DE LA GENDARMERIE NATIONALE EN ARTICLES DE QUINCAILLERIE GENERALE Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au siège de la :

PREMIERE REGION MILITAIRE Sis à : Blida pour retirer les cahiers des charges, contre paiement de la somme de cinq mille dinars

algériens (5.000,00 DA), pour les sociétés de droit algérien au compte nº 227 ouvert auprès de la trésorerie publique - Wilaya de Blida.

2- Une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des charges. Les offres (technique et financière), contenues dans deux (02) enveloppes distinctes, doivent parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :

Direction Régionale des Finances de la Première Région Militaire Bureau d’Administration des Cahiers des Charges BP Nº 64 A / Terre 01 / Blida L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :

Soumission à ne pas ouvrir Avis d’appel d’offres national ouvert Nº 33/2013/C2 Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus avant la date limite de dépôt des offres fixée à 30 jours, à compter de la première date de publication. La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 90 jours, égale à celle de la préparation des offres fixée dans le cahier des charges.

ANEP 508895 du 04/03/2013

Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :

- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité ;

- d’une lettre d’accréditation, délivrée par le candidat à la soumission ;

- d’une copie légalisée du registre du commerce de la société ;

- d’une copie originale du bon de versement de la somme citée ci-dessus.

Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront

être scindées en deux (02) parties :

1- Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges ;

El Moudjahid/Pub

Sports

30

EL MOUDJAHID

ESS

L’Entente veut rééditer le coup de la saison passée

Titillé par l’USMA (1-0) lors du choc de la 20 e journée, l’Entente de Sétif n’a pas tardé à démontrer que ce n’était qu’un accident de parcours.

CHAMPIONNAT DE TUNISIE (11 e JOURNÉE)

Djabou offre la victoire au Club Africain

L 'international Abdelmou- men Djabou a offert les

trois points de la victoire au Club Africain contre l'AS Marsa (1-0) grâce à un but inscrit à la toute fin du match avancé de la 11 e journée du

championnat de Tunisie de Ligue I, disputé samedi. Grâce

à cette réalisation, réussie à

deux minutes de la fin de la partie, le meneur de jeu du Club Africain permet à son équipe de rejoindre provisoi- rement en tête du classement, l'ES Tunis avec 22 points, en attendant la mise à jour du calendrier avec le match en retard entre les Sang et Or et le CA Bizertin, prévu le 27 mars à Radès. C'est la sixième réalisation de l'ancien joueur

de l'ES Sétif depuis le début de la saison. Djabou a rejoint les rangs du Club Africain lors du mercato d'été en prove- nance de l'ES Sétif. Absent lors de la CAN-2013 en Afrique du Sud, Djabou pourrait effectuer son retour chez les Verts,

à l'occasion de la prochaine sortie prévue face au Bénin, le

26 mars prochain à Blida, comptant pour la 3 e journée (Gr

8) des éliminatoires de la Coupe du monde 2014.

CHAMPIONNAT D'ESPAGNE (26 e JOURNÉE)

Victoire du Real Madrid devant le Barça (2-1)

L Real Madrid a battu le FC Barcelone (2-1), samedi

Madrid, grâce à un but de Ramos répondant aux Bar-

celonais qui ont égalisé par Messi après l'ouverture du score de Benzema, pour la 26 e journée du Championnat d'Espagne de football. Les Catalans, battus pour la deuxième fois en une semaine par les Madrilènes, après leur élimination mardi en demi-finale retour de Coupe du Roi (3-1), sortent ainsi touchés de cette double confronta- tion. Au classement, ils maintiennent un avantage consé- quent de 13 points sur le Real Madrid, toujours 3 e , mais la

dynamique est désormais largement favorable aux Blancs. Messi, qui a grâce à son but rejoint l'ancien Madrilène Al- fredo Di Stefano comme meilleur buteur de l'histoire des clasicos (18 buts), a répondu à un but précoce de Benzema.

(18 buts), a répondu à un but précoce de Benzema. U n match comme on peut

U n match comme on peut en perdre durant la saison, eu égard au contexte et aux sensibilités qui

existent entre les deux clubs, rivaux à dis- tance pour la course au titre depuis quelques saisons déjà. Vainqueur facile de la JSMC en Coupe d’Algérie (3-0), le champion d’Algérie en titre a enchaîné là avec sa deuxième victoire de suite. La se- maine d’avant, la bande à Velud n’a pas tremblé devant un MCO qui cherche à se maintenir en lui infligeant une volée de bois vert. Un net 4-1 qui renseigne, si be- soin est, sur le potentiel de cette équipe de l’Entente de Sétif, capable de nous refaire le même coup de la saison dernière. Si ! Si ! L’ESS a tous les atouts pour viser le doublé, (Coupe-championnat), comme ce fut le cas la saison dernière. Le groupe a démontré au fil des matchs qu’il n’a pas pris une ride, en dépit du départ en masse de la plus part des ca- dres cet été. L’effectif a été remanié dans ses trois quarts, mais à l’arrivée, l’effica- cité, le jeu et l’envie ont été préservé. La stabilité de la direction, sa fermeté devant certains cas épineux, sa politique écono- mique (on ne jette pas l’argent par la fe- nêtre) a emmené l’Entente à baisser les salaires de certains, résilier les contrats de d’autres, comme pour dire que l’ESS n’est pas seulement une vache à traire.

dire que l’ESS n’est pas seulement une vache à traire. Cette politique a fait comprendre aux

Cette politique a fait comprendre aux joueurs qu’ils ont effectivement des droits, mais aussi des devoirs dont il fau- dra s’acquitter sous peine d’être carré- ment renvoyé. « Nous avons des objectifs à atteindre. Je n’ai pas la prétention de dire au- jourd’hui qu’on vise le doublé, mais on voudrait terminer au moins la saison avec

un titre », a dit Hammar récemment en ré- ponse à une déclaration collective des joueurs qui lui promettait la Coupe et le Championnat sur les ondes de radio El Hi- dhab au lendemain de la défaite face à l’USMA. Conséquence directe : le groupe a muré et pris conscience de ses capacités. On l’écrivait ci-dessus, cette Entente de Sétif est capable de remporter le doublé. Et si tel serait le cas, ce serait une pre- mière dans l’histoire du football algérien. Amar Benrabah

e

à

Hommage à l’ex-joueur de l’équipe du FLN Kaddour Bekhloufi à Oran

U n hommage a été rendu à l’ex-joueur de la glorieuse équipe de football du Front de li- bération nationale (FLN) Kaddour Bekhloufi,

samedi à Oran à l’occasion de l’ouverture de la cin- quième édition de la manifestation "Semaine de la sécurité et de l’environnement". Ce légendaire foot- balleur a été honoré dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance nationale, en présence de figures sportives et culturelles. Dans une déclaration à l’APS, M. Bekhloufi a exprimé sa joie et sa fierté des réalisations concrétisées en l’Al- gérie durant 50 ans d’indépendance, rappelant que l’équipe du FLN a représenté la patrie dans de nom- breux pays jouant 91 matchs en cinq ans et faisant connaître la cause algérienne en lutte pour l'indépendance. Kaddour Bekhloufi a été parmi ceux qui ont répondu à l’appel du FLN pour la constitution d’une équipe de football pour défendre la cause nationale durant la guerre de libération nationale. Après une carrière pro- fessionnelle au sein de l’équipe de l’AS Monaco, l'enfant de Medina Jdida (Oran) eut rallié l’équipe du FLN en 1958 à Tunis. Après l’indépendance, il a joué à l’USM Bel-Abbès puis à l’ASM Oran et a terminé son parcours comme joueur à l’union sportive de Sétif (USMS) avant de devenir entraîneur de l’ASMO. Ce joueur mythique est resté ensuite toujours au service du mouvement sportif à tra- vers sa contribution aux mémoriaux de ses pairs qui ont fait la gloire du football en Algérie.

mouvement sportif à tra- vers sa contribution aux mémoriaux de ses pairs qui ont fait la

CHAMPIONNAT DU MAROC

Azzedine Ait-Djoudi et le MAS de Fès jouent les outsiders

L’ équipe du Moghreb de Fès (MAS) entraînée par

l’Algérien Azzedine Aït- Djoudi a obtenu samedi son 11 e match nul de la saison face à la formation de la Renaissance de Berkane (1-1) sur le terrain de cette dernière en match comp- tant pour la 19 e journée du championnat marocain de pre- mière division de football. Les Fassis étaient les premiers à ou- vrir le score par l'attaquant Ab- delhadi Halhoul (20 e ) avant que le défenseur Anas Azim (50 e ) n’égalise pour les locaux. A la faveur de ce match nul les Fassis qui comptent 7 victoires, 11 nuls et une défaite gardent la 4 e position au classement

et une défaite gardent la 4 e position au classement avec 32 points tandis. Le tech-

avec 32 points tandis. Le tech- nicien algérien est en train de réaliser de bonnes choses et un bon parcours avec sa nouvelle équipe qui se maintient en haut du tableau et qui aspire à bous- culer les équipes qui occupent

les trois place du podium avec le Raja (1 er ), les FAR (2 e ) et le WAC (3 e ). Le MAS d’Aït- Djoudi qui joue les outsiders se trouve en 4 e position donc, à sept points du leader radjaoui. Cela prouve qu’il fait partie des meilleures équipes du cham- pionnat marocain cette saison. La touche de l’ex-driver du NAHD n’y est certainement pas étrangère. D’ailleurs les di- rigeants du Moghrib de Fès ont tapé à la bonne porte en lui fai- sant confiance et se disent d’ailleurs très satisfaits de son apport à l’équipe avec laquelle il est en train de réussir un par- cours des plus satisfaisants. APS et M.-A.A.

Publicité

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE PREMIERE REGION MILITAIRE

AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL OUVERT

N° 32/2013/C2

Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert en vue de :

L’APPROVISIONNEMENT DES UNITES DU PREMIER COMMANDEMENT REGIONAL DE LA GENDARMERIE NATIONALE EN ARTICLES DES ACTIVITES SPORTIVES ET CULTURELLES Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au siège de la :

PREMIERE REGION MILITAIRE Sis à : Blida pour retirer les cahiers des charges, contre paiement de la somme de CINQ MILLE DINARS ALGERIENS (5.000,00 DA), pour les sociétés de droit algérien au compte nº 227 ouvert auprès de trésorerie publique - Wilaya de Blida.

Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :

- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité ;

- d’une lettre d’accréditation, délivrée par le candidat à la soumission ;

- d’une copie légalisée du registre du commerce de la société ;

El Moudjahid/Pub

- d’une copie originale du bon de versement de la somme citée ci-dessus. Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront être scindées en deux (02) parties :

1- Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges

;

2- Une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des charges. Les offres (technique et financière), contenues dans deux (02) enveloppes distinctes, doivent parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :

Direction Régionale des Finances de la Première Région Militaire Bureau d’Administration des Cahiers des Charges B.P Nº 64 A / Terre 01 / Blida L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :

Soumission à ne pas ouvrir Appel d’Offres National Ouvert Nº 32/2013/C2 Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus avant la date limite de dépôt des offres fixée à 30 jours, à compter de la première date de publication. La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 90 jours, égale à celle de la préparation des offres fixée dans le cahier des charges.

ANEP 508917 du 04/03/2013

Lundi 4 Mars 2013

Sports

EL MOUDJAHID

31

LIGUE1 : MCA DEVANT LA MONTÉE AU CRÉNEAU DE CERTAINS JOUEURS

Menad indifférent aux ragots

De toutes les manières, quoi qu'on fasse, il y aura toujours des mécontents, apparemment.

A lors que tout se passe bien entre le coach mouloudéen et les diri- geants du club, du moment qu'il

effectue du bon boulot en compagnie des membres de son staff technique, des voix s'élèvent pour remettre en question ses choix. Il y a aussi cette manie de faire réa- gir les remplaçants pour les amener à af- firmer qu'ils sont marginalisés par leur coach et se disent victimes de soi-disant ''hogra''. Il est normal que celui qui ne joue pas souvent ne puisse se réjouir de son statut de remplaçant. C'est une réac- tion normale et naturelle de tout joueur ambitieux qui aspire à réussir sa carrière. Seulement, faudrait-il qu'il soit perfor- mant sur le terrain et meilleur que celui qui occupe le poste de titulaire à sa place pour se permettre une telle attitude. Par

ailleurs, dans le football moderne, ce n'est pas parce qu'on se retrouve sur le banc des remplaçants que cela veut dire auto- matiquement qu'on n'est pas bon. Les choix de l'entraîneur et de son staff répon- dent à une stratégie de jeu préconisée par leurs soins. Il y a, par exemple, des joueurs qui ne sont rentables et perfor- mants qu'à certains moments de la partie. Peut-on par ailleurs contenter l'ensemble des joueurs au sein d'un effectif composé de 25 joueurs ? Le football se joue à onze contre onze, et aucun ne signe une licence de titulaire au préalable ! Le dernier mot revient à l'entraîneur quant aux choix de l'équipe rentrante et à personne d'autre. C'est à lui qu'incombe la décision finale de faire jouer tel ou tel joueur. N'est-ce- pas là l'une de ses plus importantes pré- rogatives ? De toutes les manières, quoi qu'il fasse, certains trouveront toujours à redire. Chacun à son équipe dans sa tête. Sans vouloir défendre Djamel Menad, parce qu'on n’est les avocats de personne, disons que nous voulons apporter une simple analyse que nous espérons objec- tive par rapport à ce sujet. En quoi l'ex- baroudeur de l'EN est-il en train de faillir dans ses choix ? Prenons des exemples concrets. Pour Zeddam, à titre illustratif, ce dernier ne comprend pas pourquoi il n'est plus titulaire et monte au créneau pour expliquer qu'il est victime d'injustice de la part de Menad, affirmant qu'il mé- rite de jouer. À son poste, c'est Djeghbala que le coach fait jouer. Jusque-là et de l'avis de connaisseurs, l'ex-Harrachi a un rendement positif et il n'a nullement usurpé sa place au sein du onze moulou- déen. Pour l'esprit du groupe, ce n'est pas vraiment indiqué ni souhaitable de ne pas être solidaire et fair-play les uns par rap- port aux autres. C'est la règle élémentaire du football qui dicte qu'il doit y avoir des titulaires et des remplaçants. On se de- mande, par exemple, si Meklouche un autre joueur contestataire de son statut ac- tuel, puisque parfois il n'est même pas convoqué, fait bien d'étaler ses états d'âme dans la presse. Cela va-t-il vrai- ment faire évoluer les choses pour lui, sa- chant que cette attitude lui a déjà valu d'être libéré par son ancien club, l'USM Alger ? Daoud aussi n'est pas content et ne manque pas de le faire savoir via mé- dias interposés. Tous ces joueurs doivent

Alors que le Mouloudia Club d'Alger réalise de bons résultats et un bon parcours jusque-là,
Alors que le
Mouloudia
Club d'Alger
réalise de bons
résultats et un
bon parcours
jusque-là, avec
une troisième
place au
classement en
championnat
et une
qualification
aux quarts de
finale de la
coupe
d'Algérie, il se
trouve des voix
qui critiquent
et remettent en
doute les choix
de l'entraîneur
Djamel Menad.

comprendre que si chacun n’en faisait qu’à sa tête, on ne pourra plus composer une équipe de onze joueurs mais de vingt- cinq ! Si l'on inverse les rôles, comment se sentira par exemple Zeddam en cas de sa titularisation si, à chaque fois, l'actuel titulaire Djeghbala déclare qu'il mérite de jouer ?

Besseghier, Attafen, Sayah, Yalaoui… de bons exemples

Yalaoui aussi se dit lésé en passant le plus gros de son temps sur le banc, lors des dernières rencontres disputées par son équipe. Seulement, il préfère ne pas le crier sur tous les toits, afin de ne pas être taxé de fauteur de troubles au sein du groupe. Autre cas, celui de Sayah qui ne joue que des bribes de matches cette sai- son. Pour sa part, il a aussi une bonne at- titude puisqu'il prend son mal en patience et préfère rester discret. Il faut savoir que son plus grand défaut et de ne pas défen- dre lorsque l'équipe adverse récupère le ballon, alors que Menad veut des atta- quants qui participent à la reconquête du ballon lorsque son équipe le perd. C'est l'une des raisons techniques de sa non-ti- tularisation, même s'il dispose de qualités certaines. C'est pourquoi il doit travailler davantage cet aspect-là pour espérer s'im- poser à l'avenir et gagner sa place dans l'équipe type. Pour ce qui est de Besse- ghier et Attafen, ces deux joueurs qui sont les plus proches d'une place de titulaires au vue de leur belle forme ont eu jusque- là un comportement exemplaire, en ac- ceptant tout simplement les choix de leur coach sans broncher, d'autant plus que l'équipe enregistre de bons résultats en ce moment. Ils se disent à la disposition du coach et se plient à la discipline de groupe, tout simplement. Ils agissent en

vrais pros. Cela est entièrement à leur honneur. Un entraîneur, quel qu'il soit, n'est pas fou pour se priver dans un match de joueurs qui peuvent conduire l'équipe vers la victoire. Il peut certes se tromper ou ne pas faire un bon jugement parfois, mais souvent, il est logique dans ses choix. Parce qu'on se rend compte, dans la plupart des cas, que ceux qui critiquent les décisions de l'entraîneur ne font rien une fois qu'ils se retrouvent sur le rectan- gle vert. Beaucoup de joueurs du cham- pionnat national manquent de culture footballistique et sont surtout souvent mal conseillés, en l'absence de managers dignes de ce nom autour d'eux. La com- munication avec les médias est un aspect important qui doit être inculqué aux foot- balleurs dits professionnels. Cela leur permettra de gérer à bon escient leur car- rière via une communication judicieuse et réfléchie avec la presse. Parce que par- fois, il suffit d'un mot déplacé et mala- droit sorti de la bouche d'un joueur pour lui gâcher toute sa carrière et le griller, sauf s'il a un immense talent que personne ne peut lui contester, et encore… Au Mouloudia, qui se dirige droit vers le vrai professionnalisme avec sa prise en main par la Sonatrach, on doit soumettre les joueurs à une ligne de conduite qui laisse certes les joueurs libres de tenir les propos qu'ils souhaitent, mais sans pour autant déstabiliser la quiétude et l'homo- généité du groupe. L'égoïsme n'a pas lieu d'être en football qui est un sport collectif où tout le monde doit tirer la couverture dans le même sens si l'on veut réussir et aller loin. Pour revenir à Djamel Menad qui est confronté à ce genre de situation, il a fait savoir qu'il préférait rester concentré sur son travail et sa mission. Il ne prête plus attention aux ragots qui se disent à droite et à gauche qui ne feront aucunement avancer son équipe. Mohamed-Amine Azzouz

FÉDÉRATION ALGÉRIENNE DE HANDBALL

Les membres du bureau fédéral suspendus n’ont pas été réhabilités

Les membres du bureau fédéral de la Fédération algérienne de handball (FAHB), suspendus lors du mandat olym- pique 2009-2012, n'ont pas été réhabilités et ne pourront donc pas assister aux tra- vaux de l'assemblée générale ordinaire (AGO), prévue lundi au siège du Comité

olympique algérien à Alger, a-t-on appris hier auprès de la cellule de communica- tion de l'instance fédérale. La compo- sante de cette AGO, arrêtée à 84 personnes, a été officialisée lors de dis- cussions qui se sont déroulées la semaine dernière au ministère de la Jeunesse et des

Sports (MJS) entre les représentants de la FAHB et ceux de la Direction générale des sports de la tutelle, précise-t-on de même source. La première division mas- culine sera représentée par 18 membres, tandis que 11 membres représenteront la première division féminine.

ÉQUIPE NATIONALE

Halilhodzic réfléchit au rappel de Rafik Djebbour

Halilhodzic réfléchit au rappel de Rafik Djebbour O n croit savoir, selon certaines de nos infor-

O n croit savoir, selon certaines de nos infor- mations, que le goléador de l'équipe grecque, l'Olympiakos Le Pirée, a de

fortes chances d'être rappelé par le sélectionneur national, Vahid Halilhodzic, au prochain stage de l'équipe nationale, qui aura lieu à partir du 7 mars au Centre technique nationale de la FAF de Sidi Moussa. En effet, Rafik Djebbour affiche cette sai- son la grande forme avec 20 buts à son compteur en 20 matches joués de championnat. Même s'il ne l'a pas retenu pour la CAN-2013 en Afrique du Sud, le manque d'efficacité durant le tournoi conti- nental des Verts lui a donné à réfléchir, croit-on sa- voir. Avec la venue de joueurs de talent prochainement au sein de la sélection, tels Bra- himi, Belfodil et Taïder, le coach national pourrait trancher en faveur de Djebbour en raison de sa riche expérience avec l'EN pour trouver en lui le buteur qui manque aux Fennecs du désert, même si Islam Slimani et Soudani sont sur la bonne voie, et que Belfodil une fois qu'il rejoindra la sélection lui sera certainement des plus profitables sur le plan de l'efficacité offensive. L'argument prétex- tant que Djebbour durant les temps où il jouait en équipe nationale ne marquait pas beaucoup de buts

est certes vrai, surtout que les Verts jouaient trop la défensive du temps de Rabah Saâdane. Seule- ment, la donne a changé avec Halilhodzic qui lui opte pour un jeu beaucoup plus porté vers l'attaque où c'est son équipe qui fait le jeu. L'organisation de jeu préconisée par l'actuel driver des Verts fa- vorisera l'opportunisme offensif à l'Olympiakos de Djebbour. D'où l'éventualité de le voir de retour en équipe nationale incessamment. Halilhodzic tran- chera-t-il au final pour son rappel en sélection ? Les prochains jours le diront, d'autant plus qu'il n'est pas normal de priver l'EN d'un joueur qui à chaque match de son équipe marque, avec à son compteur 20 buts ! Ce qui ne laisse pas coach Vahid indifférent d'ailleurs. Que fera-t-il ? On le saura très bientôt.

M.-A. A.

BLESSÉ AU GENOU

Hassan Yebda toujours au repos

M.-A. A. BLESSÉ AU GENOU Hassan Yebda toujours au repos Le milieu international du FC Grenade

Le milieu international du FC Grenade (Liga espagnole de football), Hassan Yebda, blessé, n'a toujours pas repris les entraînements avec son club, rapporte hier le site officiel du club andalou. Yebda, qui a ressenti des douleurs au niveau de son genou droit, a brillé par son absence lors de la séance d'entraînement qui s'est déroulée samedi, à la veille du match à domicile face à Majorque, prévu pour hier, pour le compte de la 26 e journée du championnat d'Espagne. Le milieu défensif des Verts n'a joué que 43 minutes depuis son retour, avant de se blesser à nouveau.