Vous êtes sur la page 1sur 19

LA DISSEMINATION CANCEREUSE

(LES METASTASES)
LA DISSEMINATION CANCEREUSE
(LES METASTASES)
I-DEFINITION

La métastase cancéreuse ou tumeur maligne secondaire


correspond à la localisation de cellules cancéreuses
provenant d’une tumeur maligne pré-existante (tumeur
primitive) mais à distance de celle-ci et sans rapport avec elle.

Les métastases caractérisent la phase de généralisation d’un


cancer et en représentent un signe majeur de gravité.
LA DISSEMINATION CANCEREUSE
(LES METASTASES)
I-DEFINITION

C’est la seule caractéristique irréfutable de la malignité d’une tumeur.

Les métastases sont séparées de la tumeur mère par du tissu sain, ce

qui les distingue d’un envahissement par contiguïté.

Les métastases ont chacune leur croissance propre et sont susceptibles

d’essaimer dans d’autres territoires comme la tumeur primitive.

Le processus métastatique n’est pas propre au cancer.


LA DISSEMINATION CANCEREUSE
(LES METASTASES)
II – DISSEMINATION METASTATIQUE

Il existe un schéma général de production


métastatique et des particularités propres à
chaque cas
LA DISSEMINATION CANCEREUSE
(LES METASTASES)
II – DISSEMINATION METASTATIQUE
II.1 – LIBERATION DE CELLULES MALIGNES PAR LA TUMEUR
PRIMITIVE
I.1.1 – La dissémination lymphatique 

C’est la plus fréquente surtout pour les carcinomes. Elle est

facilitée par la grande densité lymphatique et par la

discontinuité des parois des vaisseaux lymphatiques

facilement franchissables.
LA DISSEMINATION CANCEREUSE
(LES METASTASES)
II – DISSEMINATION METASTATIQUE
II.1 – LIBERATION DE CELLULES MALIGNES PAR LA TUMEUR PRIMITIVE
I.1.1 – La dissémination lymphatique 

Les cellules cancéreuses sont transportées par la lymphe jusqu’au relais

ganglionnaire pour donner lieu à une métastase ou bien se fixer dans le ganglion à

l’état quiescent ou bien encore traverser le ganglion pour parvenir à d’autres relais

ganglionnaire au canal thoracique, puis se déverser dans la circulation sanguine.

Les cellules peuvent se propager par perméation (coulées compactes oblirérant les

vaisseaux) ; ou bien souvent par emboles.


LA DISSEMINATION CANCEREUSE
(LES METASTASES)
II – DISSEMINATION METASTATIQUE
II.1 – LIBERATION DE CELLULES MALIGNES PAR LA TUMEUR
PRIMITIVE
I.1.1 – La dissémination lymphatique 

La migration suit généralement le courant lymphatique ; mais lors


d’un obstacle en aval (métastases, compression), la migration
se fait à contre-courant par inversion de la circulation
lymphatique, aboutissant à des métastases rétrogrades.
LA DISSEMINATION CANCEREUSE
(LES METASTASES)
II – DISSEMINATION METASTATIQUE
II.1 – LIBERATION DE CELLULES MALIGNES PAR LA TUMEUR PRIMITIVE
I.1.2 – La dissémination sanguine:

La dissémination sanguine hématogène directe est le fait des sarcomes,

mais également des carcinomes notamment rectosigmoïdiens, broncho-

pulmonaires, gastrique, rénaux et endocriniens.

Les veines sont plus souvent envahies que les artères à paroi épaisse

musculaire et élastique.
LA DISSEMINATION CANCEREUSE
(LES METASTASES)
II – DISSEMINATION METASTATIQUE
II.1 – LIBERATION DE CELLULES MALIGNES PAR LA TUMEUR PRIMITIVE
I.1.2 – La dissémination sanguine:

La répartition des métastases hématogènes dépend du mode de drainage

veineux de l’organe siège de la tumeur et est fonction des organes filtres

(foie, poumons) greffés sur la circulation sanguine:

– Type I ou type pulmonaire : si cancer broncho-pulmonaire :

Cellule cancéreuse ---> veines pulmonaires ---> cœur gauche ---> grande

circulation métastases (reins, foie, encéphale, os, etc..).


LA DISSEMINATION CANCEREUSE
(LES METASTASES)
II – DISSEMINATION METASTATIQUE
II.1 – LIBERATION DE CELLULES MALIGNES PAR LA TUMEUR
PRIMITIVE
I.1.2 – La dissémination sanguine:

– Type II ou type hépatique : si cancer du foie :

Cellule cancéreuse ---> veines sus-hépatiques ---> syst. Cave inf. --->

cœur droit et les poumons (métastases) ---> type I (pulmonaire).

– Type III ou type Cave : si cancer utérus.


LA DISSEMINATION CANCEREUSE
(LES METASTASES)
II – DISSEMINATION METASTATIQUE
II.1 – LIBERATION DE CELLULES MALIGNES PAR LA TUMEUR PRIMITIVE
I.1.2 – La dissémination sanguine:

Les cancers prostatiques donnent volontiers des métastases osseuses vertébrales ;

les cellules migrent directement vers les plexus veineux para-vertébraux à

l’occasion d’une inversion du courant sanguin, lors d’efforts de tous ou de

défécation.

Les cancers du tube digestif peuvent se généraliser par voie lymphatique, puis par

voie sanguine par l’intermédiaire du canal thoracique (avec ganglion sus-

claviculaire gauche éventuellement : ganglion de Troisier).


LA DISSEMINATION CANCEREUSE
(LES METASTASES)
II – DISSEMINATION METASTATIQUE
II.1 – LIBERATION DE CELLULES MALIGNES PAR LA TUMEUR
PRIMITIVE
I.1.2 – La dissémination sanguine:

Les embolies rétrogrades surviennent lorsque l’écoulement

normal du sang veineux est bloqué : on rencontre ainsi des

métastases utéro-vagino-vulvaires dans certains cancers

du rein ou de l’ovaire.
LA DISSEMINATION CANCEREUSE
(LES METASTASES)
II – DISSEMINATION METASTATIQUE
II.1 – LIBERATION DE CELLULES MALIGNES PAR LA TUMEUR PRIMITIVE
II.1.3 – Les autres voies de dissémination

– La voie séreuse

Des cellules cancéreuses peuvent être libérées dans des cavités séreuses et se greffer à distance

(métastases péritonéales d’un cancer ovarien).

– La voie canalaire

Cette extension a été incriminée pour expliquer certains cancers à localisations multiples (cancer

du bassinet avec localisation vésicale).

En fait ces deux modes de dissémination sont actuellement remis en question, la dissémination par

voie lymphatique paraissant plus probable


LA DISSEMINATION CANCEREUSE
(LES METASTASES)
II – DISSEMINATION METASTATIQUE
II.2-LOCALISATION DES CELLULES CANCEREUSES
L’implantation peut être provoquée par un arrêt mécanique ou bien par une

immobilité prolongée. Au contact des cellules cancéreuses, il y a une

nécrose des cellules du voisinage, exsudation fibrineuse et réaction

inflammatoire du tissu conjonctif sous-jacent, puis pénétration de vaisseaux

et de tissu conjonctif dans l’amas cancéreux qui est ainsi fixé par un

néostroma. Le développement de la métastase dépend de la fertilité du

tissu.
LA DISSEMINATION CANCEREUSE
(LES METASTASES)
III – CARACTERES DES METASTASES
III.1 – MOMENT D’APPARITION DES METASTASES
L’âge d’un cancer primitif étant difficile à préciser, le début des métastases en

est de même.

Certains cancers font rapidement des métastases (chorio, mélanome, CPF).

D’autres cancers en font au bout de plusieurs années d’évolution.

Un certain nombre donne des métastases tardives même après ablation.

Parfois la métastase révèle la tumeur primitive.


LA DISSEMINATION CANCEREUSE
(LES METASTASES)
III – CARACTERES DES METASTASES
III.2 – ASPECT MACROSCOPIQUES
A – Les métastases ganglionnaires lymphatiques:
Les métastases par voie lymphatique correspondent aux métastases ganglionnaires. Un

aspect particulier est à noter : il est représenté par la lymphangite carcinomateuse ou

lymphangiose néoplasique. C’est l’extension massive de coulées néoplasiques dans les

vaisseaux lymphatiques situés sous le revêtement mésothélial des cavités séreuses

(plèvre, péritoine), ou dans les lymphatiques de certains parenchymes. A l’œil nu, elle

se présente comme un réseau blanchâtre anastomosé sous la plèvre ou le péritoine.


LA DISSEMINATION CANCEREUSE
(LES METASTASES)
III – CARACTERES DES METASTASES
III.2 – ASPECT MACROSCOPIQUES
B- Les métastases hématogènes donnant des métastases viscérales

Elles sont presque toujours nodulaires : formations arrondies uniques ou

multiples de taille variable, assez bien limitées.

Parfois leur aspect macro est particulier et rappelle la tumeur primitive :

pigmentation des métastases d’un mélanome, aspect mucoïde des

métastases d’un carcinome mucipare….


LA DISSEMINATION CANCEREUSE
(LES METASTASES)
III – CARACTERES DES METASTASES
III.2 – ASPECT MICROSCOPIQUES

La structure histologique est souvent voisine de celle de la tumeur primitive.

Par conséquent l’origine d’une tumeur primitive peut être recherchée à

partir de la structure de la métastase. Cependant le noyau métastatique

peut présenter :

- Une surdifférenciation : cancer glandulaire primitif peu différencié sans

structure acineuse et métastases avec des structures acineuses.


LA DISSEMINATION CANCEREUSE
(LES METASTASES)
III – CARACTERES DES METASTASES
III.2 – ASPECT MICROSCOPIQUES
- Une dédifférenciation tumorale : une tumeur primitive

bien différenciée donnant métastases moins

différenciées ou anaplasiques. Le caractère sécrétant

peut disparaître dans les métastases