Vous êtes sur la page 1sur 52

Mapping des interventions des Partenaires Techniques et 

Financiers en faveur du Secteur Privé à Madagascar 
 
Etude au Niveau National 
 
Décembre 2009 
 
 
Rapport du Groupe Sectoriel des Partenaires Techniques 
et Financiers (PTF) Secteur Privé (GS – SP) 
 
 

M. Brice RANDRIANASOLO  
Consultant 
 
Sous la direction de  M. Patrick J. GILABERT, 
Représentant de l’ONUDI à Madagascar, Maurice, Seychelles et Comores 
 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 1 


SOMMAIRE 
 
INTRODUCTION .................................................................................................................................................. 3 
 
I. CONTEXTE SOCIO ECONOMIQUE ............................................................................................................ 5 
 
II. PRESENTATION DES DIFFERENTS PROJETS / INITIATIVES ..................................................... 6 
 
1‐ Le secteur du Commerce et de l’exportation ..................................................................................... 6 
 
2‐ Secteur agrobusiness et agro industries ............................................................................................. 9 
 
3‐ Secteur de l’industrie et du tourisme ................................................................................................. 13 
 
4‐ Secteur des Télécommunications et de la Communication ...................................................... 15 
 
5‐ Secteur de la finance et microfinance ................................................................................................ 16 
 
6‐ Les interventions multisectorielles .................................................................................................... 19 
 
7‐ Secteurs des mines et infrastructures ............................................................................................... 25 
 
8‐Les autres secteurs ..................................................................................................................................... 27 
 
III. ANALYSES ET RECOMMANDATIONS ............................................................................................... 30 
 
   1. Aspects globaux………………………………………………………………………………………………………30 
 
   2. Analyse par secteur ..................................................................................................................................... 32 
 
 
ANNEXES ............................................................................................................................................................. 36 
 
Annexe 1 : TDR des experts en charge du mapping .......................................................................... 36 

Annexe 2 : Tableau des actions .................................................................................................................. 37 

Annexe 3 : Liste des programmes et projets du PADECI 2009 ..................................................... 48 

Annexe 4 : Liste des documents consultés ............................................................................................ 50 

Annexe 5 : Références des PTF Membres du GS SP ........................................................................... 51 
 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 2 


INTRODUCTION 

1. Contexte et historique 
Dans  le  cadre  du  soutien  apporté  au  développement  socio  économique  de  Madagascar,  et  à 
l’appui au Gouvernement pour la poursuite des Objectifs du Millénaire pour le Développement 
(OMD), la Communauté des Partenaires Techniques et Financiers (PTF) à Madagascar a, depuis 
l’année  2003,  commencé  les  réflexions  sur  la  mise  en  place  de  la  première  génération  du 
processus  UNDAF  (Plan  Cadre  des  Nations  Unies  pour  l’Assistance  au  Développement),  après 
avoir acquis l’établissement du CCA en juin 2003. 
Ces  réflexions  ont  abouti  à  la  formulation  du  CPAP  (Country  Program  Action  Plan  ou  Plan 
d’Action du Programme Pays) vers la fin de l’année 2004. Dans le cadre de ces programmes pays, 
le  rôle  accru  que  devrait  assurer  le  secteur  privé  en  tant  que  élément  moteur  du  système 
productif d’un pays a été largement reconnu et valorisé, et ce à plusieurs titres : 
- la tendance vers « la prise en main du secteur productif » par le secteur privé, constituant un 
impératif pour la lutte contre la pauvreté et la faim, s’affirme de plus en plus dans le pays, 
- la participation du secteur à tous les processus ayant une incidence sur son développement 
et son cadre d’action, était déjà acquise, 
- la  promotion  de  politiques  et  d’outils  de  gestions  économiques  visant  à  l’amélioration  du 
cadre légal et institutionnel de gestion économique et de développement du secteur privé, a 
déjà commencé de manière encourageante ; 
Aussi, les programmes et cadres formulés sous l’impulsion des PTF, ont tous connu une entière 
collaboration  de  toutes  les  parties  prenantes :  le  Gouvernement,  le  secteur  privé  et  la  société 
civile. 

2. Engagement de Madagascar pour la poursuite des OMD 
Du  côté  national,  Madagascar  poursuivait  la  mise  en  œuvre  de  son  Document  de  Stratégie  de 
Réduction de la Pauvreté depuis la fin de l’année 2001. En octobre 2004, le Pays a atteint le point 
d’achèvement  de  l’initiative  Pays  Pauvre  Très  Endettés  (PPTE),  ce  qui  a  permis  au  pays  de 
bénéficier d’un effacement de la dette de 2, 213 milliards de dollars, selon la Banque Mondiale. 
Cet effacement de dette a certainement pu permettre au pays de disposer de fonds additionnel 
pour mieux faire face aux différents défis que présentaient les OMD, dont un premier rapport de 
suivi a été élaboré en 2004. 
Faisant suite aux travaux du Projet du Millénaire et les recommandations de son rapport sur le 
plan  pratique,  la  Communauté  des  PTF  à  Madagascar  envisage  d'appuyer  le  Gouvernement  à 
réaliser  l'étude  d'évaluation  des  besoins  sur  les  OMD.  Les  résultats  de  cette  étude  pourraient 
servir  à  l'élaboration  du  Document  de  Stratégie  pour  la  Réduction  de  la  Pauvreté  (DSRP)  de 
"deuxième génération" prévue pour la fin 2006. 
Les  domaines  de  coopération  retenus  dans  le  cadre  de  référence  des  interventions 
opérationnelles, le Plan Cadre des Nations Unies pour l'Assistance au Développement (UNDAF), 
couvrant  la  période  2005‐2009,  cadrent  parfaitement  avec  le  DSRP  qui  était  lui‐même  élaboré 
en tenant compte des engagements du Gouvernement à réaliser les OMD. 
A la fin de l’année 2005, dans le cadre de cette perspective d’élaboration du DSRP de "deuxième 
génération", le Gouvernement de Madagascar a commencé la formulation du Madagascar Action 
Plan  (MAP),  ou  Plan  d’Action  pour  Madagascar,  un  nouveau  cadre  à  établir  dans  le  souci  de 
permettre  au  développement  socio  économique  du  Pays,  de  connaître  des  « sauts  qualitatifs », 
devant se concrétiser par des avancées importantes et rapides en matière de poursuite des OMD. 
Durant les phases préparatoires de la formulation de ce Plan, le Gouvernement a pris soins de 
« ne  consulter  que  la  partie  nationale »,  afin  que  le  document  produit  pouvait  mieux  tenir 
compte  des  aspirations  et  des  besoins  exprimés  par  la  partie  nationale.  Toutefois,  par  la  suite, 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 3 


lorsque  les  questions  liées  au  financement  du  Plan  d’Action  commençaient  à  émerger, 
l’association  des  PTF  au  processus  était  rendue  incontournable.  Pour  que,  finalement,  l’entière 
adhésion  des  Nations  Unies  ainsi  que  toute  la  communauté  des  PTF  dans  le  processus  a  été 
formelle en 2007. 
Ainsi,  depuis  l’année  2007,  le  MAP  a  effectivement  pris  le  relais  du  DSRP.  En  conséquence,  la 
révision de certaines dispositions inscrites dans les cadres globaux d’intervention des PTF était 
nécessaire. A cela s’ajoute la recherche incessante d’une meilleure formule de coordination des 
interventions des différents PTF dans le Pays. 

3. Coordination des aides : la recherche de la meilleure approche 
A ce niveau, plusieurs initiatives ont été déjà enclenchées, sans avoir produit de résultat notoire. 
Par contre, à partir de l’année 2005, durant laquelle la « Déclaration de Paris sur l’efficacité des 
aides »  a  été  signée,  les  débats  sur  l’effectivité  de  la  coordination  des  aides  ont  pris  une  allure 
plus  hardie.  Car  à  cette  époque,  les  normes  et  indicateurs  définissant  la  qualité  de  cette 
« efficacité des aides » ont commencé à se formaliser. 
En  2006  et  en  2008,  le  Gouvernement  Malgache  a  participé  à  l’évaluation  des  avancées  de 
chaque pays dans la mise en œuvre de la Déclaration de Paris, évaluation qui se réalise tous les 
deux ans avec l’OCDE. 

4. Les Groupes sectoriels 
La crise sociopolitique actuelle qui sévit depuis la fin du mois de janvier 2009 a plongé le secteur 
privé  malgache  dans  une  situation  grave.  Mais  elle  a  aussi  mis  en  évidence  la  nécessité  de 
concertation  et  de  coordination  entre  les  Partenaires  Techniques  et  Financiers  –  PTF 
(organismes d’aides au développement, bailleurs de fonds) appuyant ce secteur. C’est pourquoi 
la  mise  en  place  d’un  Groupe  Thématique  informel  Commerce,  Industrie,  Secteur  Privé  (GT‐
CISP) a été proposée et décidée par l’Agence Française de Développement (AFD), la Délégation 
de la Commission Européenne (DCE) et l’Organisation des Nations Unies pour le Développement 
Industriel  (ONUDI).  Il  est  devenu  plus  tard  le  Groupe  Sectoriel  Secteur  Privé  (GS‐SP)  pour 
regrouper  les  principaux  bailleurs  de  fonds  bilatéraux  et  multilatéraux  représentés  à 
Madagascar et travaillant dans les domaines du commerce, de l’industrie et du secteur privé. Il 
constitue  à  la  fois  un  forum  de  réflexion  et  de  dialogue,  un  mécanisme  de  concertation  et  un 
cadre d’échange d’informations. Ainsi, il est un mécanisme de soutien aux autorités et au secteur 
privé dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques et des stratégies mais également, un  
lieu d’échange d’expérience et de promotion de synergies et de complémentarités entre bailleurs 
de fonds.  
Un des premiers outils indispensables au bon fonctionnement du  GS‐SP est l’inventaire de tous 
les projets/programmes exécutés ou envisagés dans un futur proche à Madagascar par les PTF 
dans les domaines du commerce, de l’industrie  et du secteur privé. Le principal objectif est de 
mieux  appréhender  l’ensemble  des  opérations  entreprises  dans  ces  domaines  et  identifier  les 
besoins dans le contexte de la crise actuelle. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 4 


I. CONTEXTE SOCIO ECONOMIQUE 

1. Une croissance économique mainte fois compromise 
La croissance de Madagascar suivait déjà une allure constante depuis 1998. Gravitant autours de 
4%  et  5%  du  PIB,  le  taux  de  croissance  était  sur  le  point  de  décoller  à  la  fin  de  l’année  2001, 
lorsque la crise politique post électorale s’éclatait et n’a pas manqué de mettre à mal la situation 
socio économique du Pays. 
Partant  d’un  taux  de  croissance  négative  à  la  fin  de  l’année  2002,  le  Pays  a  enregistré  une 
croissance assez forte dès la fin de 2003 (environ 9% du PIB). Ce gain de croissance était surtout 
dû  à  la  reprise  des  activités  de  production,  à  la  remise  sur  les  rails  des  industries  nationale,  et 
surtout à l’espoir de retrouver un environnement propice aux investissements avec un nouveau 
Régime politique, encore en quête de reconnaissance et de notoriété aussi bien sur le plan interne 
que sur le plan international. 
De  2004  à  2008,  le  taux  de  croissance  du  pays  grimpait  assez  lentement  mais  de  manière 
régulière, allant de 4 à 5% en 2004, jusqu’à une performance de 7,0% à la fin de l’année 2008.  
Plusieurs facteurs compromettants peuvent expliquer cette lente évolution de la croissance :* 
• La hausse des prix du carburant, déclenchée depuis 2004 ; 
• Le passage régulier de cyclones dans le pays, entraînant des ravages considérables au niveau 
des cultures et des infrastructures ; 
• La crise financière qui couvait dans les pays développés en 2008, et qui malheureusement n’a 
pas tardé à secouer la stabilité du secteur réel à Madagascar ; 
• Parallèlement  à  cela,  la  question  de  la  gouvernance  et  de  la  gestion  économique  du  pays 
durant  cette  période  semble  avoir  été  occultée,  car  les  premiers  responsables  du 
Gouvernement malgache avaient souvent tendance à confondre l’intérêt public et les intérêts 
personnels. 

2. La crise de 2009 et le Régime de la Transition 
Il  régnait  alors  durant  le  deuxième  semestre  de  l’année  2008,  une  ambiance  de  stagnation  des 
activités,  accentuée  par  les  difficultés  vécues  par  les  industriels.  Cette  situation  s’est  soldé  par 
l’éclatement  des  crises  en  février  2009.  Le  mouvement  dirigé  par  Monsieur  Andry  RAJOELINA 
investi la Place du 13 mai à Analakely pour y tenir des manifestations de protestation, devenues 
très vite un mouvement de renversement du pouvoir. 
Ces évènements ont été suivis par la mise en place du Gouvernement de la Transition et la Haute 
Autorité  de  la  Transition.  Vu  le  procédé  non  démocratique  de  l’accession  au  pouvoir  de  Andry 
RAJOELINA, la Communauté internationale a refusé de reconnaître le régime de la HAT. 
Plusieurs tentatives de réconciliation ont été déjà entamées jusqu’à présent (Maputo I et Maputo 
II,  consultations  des  mouvances  au  niveau  national),  par  un  Groupe  International  de  Contact, 
mandaté  par  la  SADC  et  l’Union  Africaine.  Toutefois,  le  retour  du  pays  vers  un  régime 
démocratique et une situation pacifique est plus que jamais attendu, afin de relancer les activités 
économiques garant du développement et de la lutte contre la pauvreté. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 5 


II. PRESENTATION DES DIFFERENTS PROJETS / INITIATIVES 
 
1­ Le secteur du Commerce et de l’exportation 

1.0. Contexte des stratégies et politiques en cours 
Madagascar  se  trouve  dans  la  catégorie  des  pays  où  les  produits  traditionnels  représentent 
encore une très large partie du commerce international. Cette situation l’expose à plusieurs types 
de  vulnérabilité  allant  des  aléas  climatiques  pouvant  affecter  le  volume  de  la  production, 
jusqu’aux fluctuations des cours des produits au niveau international. 
Le manque de conformité des produits exportés limite également l’expansion de l’exportation. 
Toutefois, il toujours été admis que les secteurs du commerce et de l’exportation constituent des 
opportunités  majeures  pour  le  développement  économique  de  Madagascar,  parce  que,  à  leur 
niveau,  une  amélioration  du  climat  des  affaires  encourage  directement  le  secteur  en  amont,  qui 
est la production. 
Cet  effet  sur  l’amélioration  du  secteur  productif  en  général  peut  se  renforcer,  pour  le  cas  de 
Madagascar,  non  seulement  par  les  possibilités  dont  les  différents  climats  des  régions  offrent  à 
l’agriculture, à l’élevage, et au secteur primaire en général, mais aussi, par la mise en valeur d’une 
main d’œuvre locale se trouvant en abondance et de très bon marché. Si la qualité de cette main 
d’œuvre  n’est  pas  très  élevée,  force  est  de  constater  qu’elle  est  très  facilement  « adaptée »  aux 
qualifications nouvelles qu’exigeraient les tâches dans les industries modernes. 
Deuxièmement,  la  qualité  de  l’environnement  du  commerce  et  de  l’exportation  permet  aux 
opérateurs  des  différents  niveaux  d’améliorer  leur  marge  bénéficiaire,  tout  en  améliorant  leur 
capacité  d’exploitation,  et  détecter  facilement  les  avantages  comparatifs  liés  à  leurs  activités 
respectifs. 
Finalement,  à  l’échelle  nationale,  l’amélioration  de  ces  deux  secteurs  de  l’activité  économique 
constitue  un  gage  de  la  pérennité  des  activités  de  production  de  biens  et  services  au  sein  des 
multiples secteurs de l’industrie et de l’artisanat. 
Le  Gouvernement  malgache,  conscient  de  ces  opportunités  qu’offre  l’amélioration  du  climat  du 
commerce et de l’exportation dans le pays, a accordé une place importante à ces secteurs dans la 
planification de sa politique de développement à moyen et long termes. 
(Quelques repères dans le MAP et aux Politiques commerciales récemment sorties) 
Du côté des PTF, plusieurs projets rentrent dans ce cadre, en réponse aux besoins que la partie 
nationale a exprimé. Trois groupes de programme sont mis en place jusqu’alors : 
‐ Le cadre intégré du PNUD, 
‐ La promotion des exportations des PME Malgaches par l’IFC ; 
‐  Et  le  Programme  de  renforcement  des  capacités  commerciales  qui  vise  l’augmentation  des 
exportations,  l’amélioration  de  la  compétitivité  dans  le  secteur  textile  et  le  tourisme  à 
Madagascar, par l’AFD. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 6 


 

1.1. Le Cadre intégré (Programme d’appui aux exportations) 
(Programme des Nations Unies pour le Développement ­ PNUD) 
Le programme Cadre intégré vise l’augmentation de manière durable des exportations des biens 
et  services  dans  les  marchés  nouveaux  et  /  ou  dans  les  marchés  traditionnels.  Son  processus 
devrait aboutir à la création et la mise en place de cadre favorable aux exportations, ainsi qu’à la 
dynamisation des exportations vers les marchés internationaux cibles. 
Ce programme cible également les produits artisanaux, pour lesquels on cherche la valorisation à 
l’échelle nationale, et surtout régionale et internationale. 
Financé par une enveloppe de 120 000 USD, le programme planifiait l’animation du task force sur 
le commerce, la conduite d’une étude  sur l’APEX, la mise en place d’un centre de ressource sur le 
commerce  international,  l’élaboration  de  stratégie  de  pénétration  de  marché  et  développement 
d’outils,  la  renforcement  des  capacités  des  entreprises  exportatrices  des  filières  retenues,  et  la 
réalisation de missions de prospection de marché. 
Au  titre  de  ce  programme,  les  différentes  études  nécessaires  à  la  concrétisation  des  actions  ont 
été réalisées. Les contextes d’avant et durant la crise n’ont finalement pas permis de faire avancer 
assez rapidement l’ensemble des actions planifiées. 
Réalisée durant la période allant de 2007 à 2009, ce programme sera renouvelé pour les périodes 
futures, et la formulation pour la mise en place d’un « Cadre intégré renforcé » est en cours, afin 
de  mieux  tenir  compte  des  nouvelles  priorités  engendrées  par  le  changement  de  climat  des 
affaires dû à la crise politique et économique que le pays a souffert durant ces dix derniers mois, 
zainsi que les nouvelles donnes au niveau des marchés régionaux et internationaux. 
Le  renouvellement  de  ce  programme  s’avère  très  important,  car  il  permettrait  d’aider  la  partie 
nationale pour une meilleure prise en compte et une appropriation des politiques d’augmentation 
des  exportations  et  l’intensification  de  leur  diversification,  ainsi  que  l’adoption  d’une  nouvelle 
stratégie industrielle pour pénétrer le marché avec des produits à haute valeur ajoutée. 

1.2. Programme de promotion des exportations des PME Malgaches (PEP 
Exportation) 
(International Financial Corporation ­ IFC) 
Le principal objectif de ce projet est de promouvoir les exportations des PME Malgaches, afin de 
mieux tirer profit des opportunités qu’offrent les marchés régionaux et internationaux. 
Pour ce faire, le Projet PEP Exportation aide à faciliter l’accès du marché international aux PME, 
par le biais de la mise aux normes des produits fournis par ces PME nationaux et le renforcement 
de la compétitivité des entreprises exportatrices malgaches. 
Dans ce cadre, trois principaux partenariats ont été établis : 
a‐ Appui au cluster Text’Ile Mada :  
b‐ Mise en place d’un cluster Artisanat :  
c‐ Création Guichet Export 
Par ailleurs, depuis sa mise en place en 2005, le projet a permis : 
- La réalisation de 12 modules de formation ; 
- La signature de contrats acheteurs / vendeurs pour un montant total de USD 2 500 000 ; 
- La réalisation du Site Web exportation et annuaire des exportateurs, en collaboration 
avec les groupements concernés ; 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 7 


- La certification bio de 17 entreprises malgaches. 
Les principaux points forts de ce programme résident dans les faits que non seulement prévoit il 
des  renforcements  des  capacités  des  entreprises,  leur  promotion,  et  leur  accès  à  l’information, 
mais aussi leur accompagnement jusqu’à la conclusion des premiers contrats que les entreprises 
partenaires ont à passer. 

1.3. Le programme de renforcement des capacités commerciales (PRCC)  
(Agence Française de Développement – AFD) 
Ce programme appuie le secteur privé national afin de renforcer les exportations et d’augmenter 
la  compétitivité  des  entreprises.  L’accent  a  été  porté  sur  deux  secteurs  moteurs  des  économies 
nationales : le secteur textile et le tourisme. 
L’AFD  a  signé  trois  conventions  de  financement  au  mois  de  septembre  2009  en  direct  avec  les 
trois bénéficiaires : Cap export, Text’île Mada et l’Office National du Tourisme Malgache (ONTM). 

1.4. Appui au processus de négociation des APE et à la normalisation / qualité des 
principaux produits agricoles d’exportation 
(Commission Européenne – CE) 
Ce programme contribue au développement à travers le commerce et à une meilleure intégration 
de  Madagascar  dans  l’économie  mondiale  et  améliorer  la  compétitivité  des  principales  filières 
d’exportation. 
Il  vise  particulièrement  une  meilleure  participation  de  la  partie  nationale  aux  négociations 
internationales,  et  mise  en  fonction  du  système  de  gestion  de  la  qualité  (BNM,  réalisation 
d’inspections,…). 
Les  actions  planifiées  et  réalisées  concernent  entre  autres  des  formations  en  négociation,  des 
appuis  au  secteur  privé  orientés  vers  les  exportations,  secrétariat  technique  des  comités  de 
normalisation,  élaboration  des  modalités  opérationnelles  pour  la  certification,  formation  des 
services techniques des régions sur les procédures d’inspection. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 8 


2­ Secteur agrobusiness et agro industries 

2.0 Contexte des stratégies et politiques en cours 
Madagascar a été engagé dans depuis longtemps dans le sentier du développement rural. 
Avec la formalisation du Plan d’Action de Développement Rural (PADR), la politique en matière 
de développement du monde rural a pris dans le pays une existence formelle. 
Le Programme National de Développement rural (PNDR) a été aligné au MAP dans le courant de 
l’année 2008, et devait continuer l’approche globale à l’intérieur de ce secteur. 
Plusieurs stratégies inscrites dans ce PNDR intéressent le secteur privé : 
• la  sécurisation  de  la  propriété  foncière,  un  facteur  important  pour  la  qualité  du  climat 
d’investissement en agro industrie ; 
• l’amélioration  de  l’accès  au  financement  rural,  condition  de  pérennisation  des  activités  de 
production des unités en milieu rural ; 
• le  lancement  de  la  « Révolution  verte »,  efforts  d’accroissement  substantiel  de  la  production 
alimentaire,  en  améliorant  le  rendement  (utilisation  de  semence  de  qualité,  d’engrais,  et 
d’équipements agricoles performants) ; 
• la promotion des activités orientées vers le marché ; 
• la diversification des activités agricoles ; 
• l’accroissement de la valeur ajouté agricole et promotion de l’agrobusiness ; 
En  ce  qui  concerne  les  PTF,  plusieurs  initiatives  ont  été  proposées  dans  ce  secteur  pour 
accompagner la politique de développement rural du pays. 

2.1. Fonds d’Investissement pour l’Agriculture en Afrique (FAA) 
(Agence Française de Développement – AFD) 
Le Fonds d’Investissement pour l’Agriculture en Afrique (FAA) est un programme qui vise la prise 
de participation dans des entreprises liées à l’agrobusiness en Afrique. 
Dans le contexte de crises alimentaires récurrentes en Afrique, la mis en place de ce fonds a pour 
objectifs  de  favoriser  la  production  agricole  en  Afrique,  et  de  ce  fait,  améliorer  la  disponibilité 
alimentaire dans le continent. 
L’augmentation de la production agricole en Afrique en constitue le principal résultat attendu  
Dans  le  cadre  de  la  mise  en  place  du  fonds  à  Madagascar,  des  activités  de  prospection  sont 
réalisées en 2009, et le premier investissement en 2010. 
Le fonds projette d’investir 200 Millions d’euros en 4 ans sur tout le continent africain. Tandis que 
sur  le  plan  local,  le  montant  de  l’investissement  par  opération  peut  aller  de  1  à  10  Millions 
d’euros. 
Les actions menées se trouvent à l’heure actuelle au stade de la diffusion de l’information sur la 
création  et  les  caractéristiques  du  fonds,  et  les  étapes  futures  incluent  l’identification 
d’investissements potentiels et la réalisation de la première opération. 

2.2. Madagascar 2006 – Mesures d’accompagnements en faveur des pays 
signataires du protocole sur le sucre 
(Commission Européenne ­ CE) 
Ce  projet  vise  à  faciliter  l’investissement  et  appuyer  le  renforcement  de  la  filière  canne  pour  le 
secteur  privé  des  pays  signataires  du  Protocole  sucre.  Les  partenaires  identifiés  sont  le  Centre 
malgache  de  la  Canne  et  du  Sucre  (CMCS),  la  SIRAMA,  la  SUCOCOMA.  La  consistance  du  projet 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 9 


porte sur des études‐ Facilitation investissements, réalisé dans deux Régions identifiées : DIANA 
et ATSINANANA. 
Le projet trouve son origine dans le cadre de la réforme du régime de l'Union européenne dans le 
secteur  du  sucre.  Madagascar  bénéficie  des  mesures  d’accompagnement  prévues  par  le 
Règlement (CE), selon lequel la Commission a adopté un document de stratégie  pluriannuelle CE, 
indiquant  sa  logique  d’intervention  pour  contribuer  à  la  stratégie  nationale  d’adaptation  de  la 
filière sucre présentée par le Gouvernement Malgache. 
La contribution de la CE, repartie en trois phases 2006, 2007‐2010,et 2011‐2013 vise à faciliter 
les investissements en restaurant les infrastructures rurales nécessaires à l’approvisionnement et 
à l’écoulement des produits des usines. Les bénéficiaires sont les petites exploitations familiales, 
compétitives  pour  assurer  la  production  de  canne  à  sucre  à  livrer  aux  unités  industrielles 
existantes.  Elles  pourront  bénéficier  de  formations  et  de  facilités  pour  développer  leurs 
plantations. 
Pour  la  phase  de  2006,  financé  par  une  enveloppe  de  567 000  Euro,  les  principaux  résultats 
attendus portent sur un certain nombre d’aspects : 
• Dimensionner  et  planifier  la  mise  en  œuvre  du  plan  d’action  de  la  stratégie  CE  (réorienter 
celle‐ci  dans  l’objectif  d’atténuer  l’impact  social  de  la  réforme  de  l’union  Européenne  du 
secteur sucre) 
• Diversifier l’économie des zones dépendantes du sucre, 
• Restructurer le CMCS, 
• Renforcement des capacités opérationnelles du CMCS, 
Mis en œuvre durant la période de 2007 à 2009, ce programme a permis de réaliser : 
• La  préparation  des  dossiers  d’appel  d’offres  pour  la  réhabilitation  des  infrastructures 
(amélioration de la production et évacuation des produits) et le suivi / contrôle des travaux. 
• La préparation d’un devis programme pour fournir appui et conseil aux paysans (itinéraires 
techniques et diffusion des variétés améliorées) 
• Un  audit  technique  et  recommandations  pour  améliorer  le  fonctionnement  et  planifier 
l’augmentation  des  capacités  de  traitement  des  usines  existantes  (économie  et  production 
d’énergie, cogénération, augmentation de capacités). 
• Des études de faisabilité pour diversifier la production des usines, concevoir la reconversion 
de l’usine de Nosy Be, prévoir l’augmentation des capacités de traitement et le traitement des 
effluents 
Quant  aux  étapes  restantes  pour  le  projet,  des  analyses  et  recommandations  pour 
l’externalisation  et  la  prise  en  charge  des  services  sociaux  et  services  de  vulgarisation  agricole 
sont  prévues.  Par  contre,  les  dispositions  prises  par  les  locataires  actuels  pour  assurer 
directement ou indirectement ces services d’une part, et l'absence d'interlocuteurs au niveau des 
2  autres  sites  en  recherche  de  locataires  de  l’autre,  risquent  d’entraîner  l’annulation  de  l’étude 
correspondante. 
La réalisation de l’étude de faisabilité de l’extension des sites de production est également prévue. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 10 


2.3. Madagascar 2007 ­ Mesures d'accompagnements en faveur des pays 
signataires du protocole sur le sucre 
(Commission Européenne ­ CE) 
Le  principal  objectif  de  cette  phase,  quant  à  elle,  consiste  à  améliorer  les  revenus  agricoles  des 
paysans cultivateurs de canne autour des complexes sucriers par la relance de la production de 
sucre  
Elle  vise  plus  spécifiquement  la  remise  en  culture  des  cannes  dans  les  zones  des  sites  sucriers 
existants permettant la production de 28 000 Tonnes de sucre. 
Prévue se réaliser sur la période de 2008 à 2011, elle se réfère aux mêmes Régions et partenaires 
que précédemment. Après leur mise en location gérance, les établissements industriels redevenus 
opérationnels  assureront  des  approvisionnements  soutenus  par  des  productions  issues  des 
paysans  producteurs,  lesquels  recevront  l’appui  et  le  renforcement  prévus  dans  le  cadre  du 
projet. 
Un  volume  de  financement  de  1 528 000 euros  a  été  prévu  pour  la  réhabilitation  des 
infrastructures  productives  agricoles  en  périphérie  des  complexes  sucriers  d’Ambilobe  et 
Brickaville, pour un appui à la replantation et à l’entretien de la canne à sucre en milieu paysan, et 
finalement pour le renforcement des services du CMCS aux petits planteurs. 

2.4. Programme de diversification horticole 
(Commission Européenne ­ CE) 
Ce  programme  ambitionne  d’améliorer  la  compétitivité  en  quantité  et  en  qualité  l’offre  en 
produits  horticoles  de  Madagascar  (amélioration  du  matériel  végétal,  la  technicité  des  paysans, 
diversification  des  produits  transformés,  valorisation  des  sous‐produits  issus  de  l’agriculture). 
Les filières d’exportation retenu dans son cadre sont : les palmiers, la baie rosa et les fruits. 
Réalisé  durant  la  période  de  décembre  2008  à  décembre  2011,  il  vise  particulièrement 
l’amélioration  des  revenus  des  producteurs  de  la  région  de  Vatovavy  Fitovinany  par  la 
diversification  horticole  et  la  maîtrise  des  pratiques  culturales  améliorées.  Dans  ce  cadre, 
plusieurs aspects sont pris en compte : 
• le  développement  de  cultures  innovantes  en  paysannat  pour  répondre  aux  besoins  des 
professionnels de transformation, 
• la  diversification  des  gammes  des  produits  transformés  (acquisition  des  nouveaux  pilotes, 
mise au point de nouveaux process de transformation), 
• l’amélioration de l’accessibilité aux bassins de production, 
• l’amélioration  des  bananes  commercialisées  sur  les  marchés  locaux  (amélioration  en 
quantités et en qualité). 
Avec un volume de financement de 2 000 000 euros, la situation du projet montre les réalisations 
ci après : 
• production de 205 000 plants, dont 80% ont été diffusés en milieu paysans de 12 communes 
rurales ; 
• acclimatation  et  diffusion  en  milieu  paysan  d’environ  12 000  vitro  plants  de  deux  variétés 
introduites de banane, 
• traitement  et  conditionnement  des  produits  (épices  ou  cœur  de  pejybaie)    avec  ou  sans 
séchage, 
• le développement de la transformation des produits par la fabrication de confiture ou fruits 
confits,  jus,  nectar;  les  prestations  de  services  selon  les  demandes  des  opérateurs  ou  des 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 11 


paysans (analyse des huiles essentielles, formation sur la qualité et hygiène, la traçabilité et 
normes et l'accompagnement pour la certification commerciale. 
• Tests pour la production des fruits séchés, des pâtes de fruits, des chips de fruits et légumes 
(tomate,  carotte,  banane)  dans  le  CTCP  Centre  de  transformation  et  de  conservation  des 
produits.   
Ce programme est très important pour le développement du secteur productif du milieu rural 
ainsi  que  pour  l’augmentation  de  revenus  des  paysans.  Le  programme  tire  effectivement  ces 
derniers vers des activités de production agricole plus diversifiées et mieux rémunératrices par 
rapport  à  la  culture  traditionnelle  du  riz  et  des  céréales,  dont  la  rentabilité  dans  cette  région 
mentionnée n’est plus du tout assurée. 

2.5. Appui aux communautés de pêcheurs artisanaux de Toliary 
(Banque Africaine pour le Développement – BAD) 
La  BAD  initie  différents  programmes,  au  sein  desquels,  des  volets  spécifiques  rentrent  dans  le 
cadre  de  l’appui  au  secteur  privé.  Ce  projet  d’appui  aux  pêcheurs  artisanaux  de  Toliary  en  fait 
partie. 
Ce  projet  est  mis  en  œuvre  en  partenariat  avec  une  ONG  intervenant  dans  le  cadre  de  la 
préservation de l’environnement à l’intérieur des périmètres des « réserves marines ». 
Les  principales  actions  portent  sur  des  renforcements  de  capacité.  Il  s’agit  essentiellement 
d’efforts  de  mise  à  niveau  des  pêcheurs  afin  qu’ils  puissent  développer  des  réflexes 
environnementaux pour l’entretien et la préservation des aires marins sous préservation, tout en 
assurant la pérennisation de leur activité de pêche. 
Ce projet est financé avec un budget de 6 millions d’unité de compte, dont environ 60% est affecté 
directement à cette partie d’activité qui vient d’être exposée. 
 

2.6. Projet de réhabilitation et d'extension du périmètre irrigué de bas Mangoky­ 
Phase II 
(Banque Africaine pour le Développement – BAD) 
L'objectif du projet est de contribuer à la réduction de la pauvreté en milieu rural à Madagascar. 
L'objectif  spécifique  de  la  Phase  II  est  l'augmentation  de  la  production  agricole  à  travers  le 
développement  des  infrastructures  d'irrigation  collectives  et  le  renforcement  des  organisations 
des producteurs. 
Cofinancé par l’OPEP, le fonds utilisé dans le cadre de ce projet est pour le moment puisé dans les 
lignes de « Facilité de préparation de Projet ». Le démarrage n’en sera effectif qu’après la crise. 

2.7. Projet Manombo 
(Banque Africaine pour le Développement – BAD) 
L'objectif  du  Projet  est  d’assurer  l’augmentation  de  la  production  agricole  (riz)  et  de  l’élevage 
dans la région avoisinant Manombo. 
Evalué  en  en  cours  depuis  2008,  ce  projet  appuie  dans  le  maintien  en  état  des  infrastructures 
d’irrigation, assure des renforcements de capacité en matière d’élevage et de vaccination. 
Un autre volet du projet consiste à appuyer des IMF (dont Volamahasoa) afin d’assurer le soutien 
financiers des agriculteurs et éleveurs locaux. 
Le budget global du Projet s’évalue à 9 millions d’Unités de Compte, dont une proportion de 70% 
est  destinée  à  financer  les  volets  ci‐dessus  mentionnés,  en  appui  au  secteur  productif  de  la 
localité. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 12 


2.8. Programme SAHA 
(INTERCOOPERATION SUISSE) 
SAHA, en tant que programme de développement rural, n’a pas de volet spécifique secteur privé. 
Toutefois,  il  s’attache  à  développer  quelques  secteurs  importants  pour  la  stratégie  du  secteur 
privé : agrobusiness, artisanat, tourisme. 
De plus, il touche beaucoup d’éléments correspondant au besoin du secteur (développement des 
capacités des entrepreneurs, marketing, normes et régulations, barrières non‐tarifaires à l’export 
etc.).  Avec  une  forte  composante  terrain  et  un  partenariat  direct  avec  les  entreprises,  le 
Programme SAHA offre un complément intéressant pour les programmes plus systématiques des 
autres bailleurs et à leurs instruments. 
Ayant pour objectif le développement de l’économie rurale et intervenant dans un certain nombre 
de régions (Analamanga, Itasy, Vakinakaratra, Amoron’i Mania, Matsautra Ambony, et Menabe…), 
le programme est en cours depuis 2001 et est prévue s’achever en 2011. Son financement s’élève 
à CHF 13 millions. 
 
3­ Secteur de l’industrie et du tourisme 

3.0. Contexte des stratégies et politiques en cours 
La  politique  générale  du  Gouvernement,  révisée  chaque  année  accorde  une  importance  capitale 
au développement et au soutien de l’industrie en général, et du textile en particulier. 
Les stratégies priorisées dans ce cadre concernent, entre autres, la création de zones industrielles 
pour faciliter et accélérer les investissements dans des activités tournées vers l’exportation. 
Une  stratégie  principale  à  l’avantage  de  l’économie  nationale  consiste  à  stimuler  les  secteurs 
générateurs d’emplois, dont le textile et le tourisme. 

3.1. Appui au secteur touristique 
(Millennium Challenge Account – MCA) 
Cet  appui  s’oriente  principalement  vers  l’organisation  de  manifestations  technologiques  et 
commerciales  dans  les  régions  d’intervention,  ayant  comme  objectif  la  promotion  du  secteur 
agricole, artisanal et touristique au niveau de la Région. 
Les  manifestations  «  FANAINGA  2006  »  et  «  HAOGNAN’I  MANIA  2006  »  sont  les  exemples  de 
succès, qui constituent des occasions pour inciter les artisans, les agriculteurs et les producteurs 
locaux à s’orienter vers le professionnalisme, la créativité et la qualité. 
Plusieurs thèmes sont traités lors de ces manifestations : L’apiculture, la sériciculture, les huiles 
essentielles, le tourisme et l’artisanat. 

3.2. Projet EDUCTOUR : Promotion du Tourisme 
(Millennium Challenge Account – MCA) 
Ce projet favorise la promotion des activités touristiques et apporte des appuis en renforcement 
capacité aux artisans des régions d’intervention. 
Depuis sa mise en place, le projet a permis de réaliser : 
• des découvertes de sites touristiques de la Région : Andina, Rova, Village de Maharivo, 
Soatanana, Imady … 
• promotions de sites par des groupes de personnes ou des entités (dont 13 Tour 
Operators et 3 journalistes spécialisés) 
•  Workshop sur les stratégies d’amélioration de l’offre touristique de la Région 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 13 


Dans  le  cadre  du  renforcement  de  capacité,  des  formations  sur  la  sculpture  sur  pierre  et  l’Art 
Zafimaniry  ont  été  réalisées.  Il  en  est  de  même  pour  des  Ateliers  de  design  et  des  Ateliers  de 
création. 
Des activités d’échange ont été également réalisés : sur la rizipisciculture et sur la structuration 
paysanne. 
A l’heure actuelle, le projet a déjà enregistré un certain nombre de résultats, à savoir : 
• un montant total de 100.000.000 Ar de ventes et de commandes spontanées ; 
• 3 intentions de partenariat technique, commercial ou financier ; 
• Une diversification des produits de l’artisanat ; 
• Une tendance vers l’amélioration de la qualité : « Produits Label » ; 
• Un carnaval ayant mobilisé la population qui a participé aux manifestations. 

3.3. Programme de mise à niveau et de modernisation des industries de 
Madagascar 
(Organisation des Nations Unies pour le Développement de l’Industrie – UNIDO) 
Dans le contexte de la faible compétitivité des entreprises malgaches, la politique Industrielle en 
cours vise l’effectivité des rôles du secteur privé dans le développement économique. 
Ce programme a pour objectif de rendre les produits industriels malgaches compétitifs au niveau 
national, régional et international, ce à travers : 
• Le  renforcement  des  capacités  nationales  de  promotion,  de  gestion  et  de  suivi  du 
« Programme de mise à niveau et modernisation des industries de Madagascar » 
• Le renforcement des capacités du dispositif d’appui aux entreprises de transformation 
• La mise en place de la normalisation, certification et métrologie 
• L’amélioration de l’environnement financier et l’appui direct aux industries 
Le  démarrage  du  programme  est  prévu  pour  2010,  pour  un  budget  global  de  15,1  Millions 
d’Euros, lequel reste encore à rechercher. 
La principale pertinence de ce programme réside dans le fait qu’il prévoit la mise en place d’un 
cadre  de  normalisation  et  d’en  fournir  les  circuits  à  suivre,  afin  que  les  produits  industriels 
malgaches  deviennent  assez  faciles  à  certifier,  pour  assurer  leur  compétitivité  sur  les  marchés 
extérieurs. La disponibilité de ce circuit sur le plan local constitue un atout quant à la réduction 
du coût de certification de produit. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 14 


4­ Secteur des Télécommunications et de la Communication 

4.0. Contexte des stratégies et politiques en cours 
La politique publique en matière de télécommunication vise la couverture de toutes les zones en 
un  système  de  communication  fiable  et  à  un  coût  abordable.  L’amélioration  de  l’accès  à  la 
communication  constitue  une  opportunité  pour  les  opérateurs  économiques  à  disposer  des 
informations à temps. 
Cette  démarche  favorise  le  partenariat  public  privé  pour  la  mise  en  place  de  nouvelles 
infrastructures. 

4.1. Projet « Village Phone » 
(International Financial Corporation ­ IFC) 
L’objectif principal du projet est de fournir des services aux  communautés rurales qui n’ont pas 
encore  l’accès à la communication. Le service fourni est basé sur le concept d’accès partagé. Dans 
ce  cadre,  il  vise  la  mise  en  place  de  micros  entreprises  viables  appelées  « Village  Phone 
Operators » ou VPO. 
Réalisé sur la période allant de février 2008 à juin 2010, le projet prévoit : 
• De cibler en première année 500.000 personnes qui doivent avoir accès au service 
téléphonique, avec un effectif de 750.000 personnes supplémentaires en deuxième 
année ; 
• Création de 2000 propriétaires de VPO en première année, et 4000 propriétaires durant 
la deuxième année. 
Le Projet prévoit l’accessibilité au financement à tous les propriétaires de VPO dans le cadre du 
programme. Actuellement, les réalisations ci après rentre dans les actifs du Projet : 
• Identification de région en difficulté, Identification de candidat de VPO  
 Renforcement des capacités des candidats au VPOs (formation, conduite de la cession)  
• Déploiement de VPOs sur le marché local 
• Mise en place d’un processus d’examen et d’évaluation (effectuer l'examen et 
l'évaluation des données et de champ d’intervention) 
Financé avec une enveloppe multi bailleurs de 166 262 USD, le projet vise la concrétisation de 
l’accroissement de la pénétration de la téléphonie rurale. A terme, il vise même l’amélioration de 
l’accès aux informations de base, des finances et des services de téléphonie dans les zones 
rurales, en mettant en place le minimum requis en terme d’infrastructure. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 15 


5­ Secteur de la finance et micro­finance 

5.0. Contexte des stratégies et politiques en cours 
A  Madagascar,  le  principal  objectif  de  la  politique  publique  en  matière  de  développement  du 
système financier, est de le rendre capable de répondre aux besoins de financement à court et à 
long terme du secteur privé à un taux d’intérêt abordable et fournir une vaste gamme de produits 
financiers accessibles à une large proportion de la population. 
Cette politique préconise la mise en œuvre d’une réforme du système bancaire et financier, dont 
les principales stratégies consistent à : (Défi4 du MAP) 
• Appuyer le développement des marchés financiers, y compris le marché boursier, et de 
nouveaux  produits  financiers  (fonds  de  garantie,  fonds  de  participation,  fonds 
d’investissement), 
• Encourager le développement du réseau de micro finance dans tous le pays, et mettre en 
place un système de refinancement des institutions de micro finance. 
• Développer des services financiers comme le crédit bail et l’affacturage 
• Réformer le système d’assurance pour pourvoir aux besoins des activités productives 

5.1. Programme Garantie Partielle de Portefeuille ARIZ 
(Agence Française de Développement ­ AFD) 
L’objectif de la garantie partielle de portefeuille ARIZ vise à faciliter l’octroi des crédits aux Petites 
et Moyennes Entreprises et à développer le secteur financier. 
Les  opérations  prévues  dans  le  cadre  de  ce  programme  consistent  à  apporter  une  garantie 
partielle  au  portefeuille  d’une  institution  financière  locale,  laquelle,  compte  tenu  des  aléas 
associés au climat des affaires, souvent défavorables à la réussite des activités économiques, n’ose 
pas prendre de risques. Cette garantie apportée est ainsi de nature à réduire les risques que les 
banques et autres institutions financières locales prendraient en finançant les activités des PME. 
A  l’heure  actuelle,  des  activités  de  prospection  et  de  négociation  sont  en  cours  auprès  de 
plusieurs banques, afin de pouvoir arrêter avec elles les termes des conventions de financement 
ainsi  que  les  critères  à  utiliser  pour  le  déclenchement  des  garanties  dans  le  cadre  de  ce 
programme. 
Le volume de l’enveloppe garantie peut se chiffrer à des montants qui vont au delà de 1 million 
d’Euro. 

5.2. Octroi de prêts concessionnels aux IMF CECAM et ACEP Madagascar 
(Agence Française de Développement ­ AFD) 
Deux  prêts  concessionnels  ont  été  octroyés  à  ACEP  Madagascar  et  au  réseau  CECAM,  afin  de 
renforcer leur portefeuille de crédits et d’accompagner sa croissance.  
La convention de financement avec ACEP Madagascar d’un prêt d’un montant de 1 650 000 Euros 
a été signée au mois d’octobre 2009. La signature de la convention de prêt pour un montant de 
2 000 000 Euros avec le réseau CECAM devrait intervenir courant 2010.   

5.3. Programme de création d’une mutuelle de santé 
(Agence Française de Développement ­ AFD) 
Octroyé  sous  forme  de  subvention  d’exploitation  et  de  fonds  de  garantie,  un  financement  de 
350 000 Euros a été accordé pour la mise en place d’une mutuelle de santé au sein d’ADEFI. 
Cette  mutuelle  de  santé  permettra  de  réduire  les  défauts  des  emprunteurs,  leurs  problèmes  de 
santé représentant une cause importante de défaut de paiement.  

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 16 


La mutuelle de santé devrait voir le jour courant 2010.  

5.4. Projet Finance 
(Millenium Challenge Account ­ MCA) 
En  intervenant  dans  la  réforme  du  secteur  financier,  M  C  A  ‐  Madagascar  cherchera  à  faciliter 
l'accès aux financements des activités productives, notamment dans le monde rural. 
Grâce à la modernisation des lois et réglementations bancaires, accompagnée par la promotion de 
la  culture  de  crédit  ainsi que  par  la  mise  en  place  des  infrastructures  financières  adéquates,  les 
activités de M C A ‐ Madagascar contribueront à : 
• L'amélioration de l'offre des Institutions Financières ;  
• Une plus grande mobilisation de l'épargne ;  
• Faciliter l'accès aux crédits pour le monde rural ;  
• L'opérationnalisation d'un système sécurisé rapide et efficace favorisant l'intégration du 
monde rural. 
 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 17 


Partenariat MCA – Caisse d’Epargne de Madagascar 
Dans le cadre de sa mis en œuvre, le Projet Finance de MCA ‐ Madagascar veut mettre en place un système 
financier  moderne,  sûr,  compétitif  et  améliorer  ainsi  le  rôle  du  système,  notamment  en  intégrant  la 
communauté rurale et en promouvant les investissements.  
Grâce à l’appui de MCA ‐ Madagascar matérialisé par un protocole d’accord signé en date du 21 Juillet 2006, 
la  Caisse  d’Epargne  de  Madagascar,  une  des  agences  d’exécution  du  Projet  Finance,  pourra  encore  mieux 
s’impliquer dans la lutte contre la pauvreté. En effet la clientèle de la caisse d’épargne est déjà inscrite dans le 
circuit de l’épargne et pourra devenir, grâce à une gamme plus élargie de services financiers et à l’extension 
des offres financiers, de vrais entrepreneurs, de vrais acteurs économiques … 
Pour  répondre  aux  besoins  de  financements  exprimés  par  les  opérateurs,  et  pour  maximiser  l’accès  à  un 
financement productif, MCA ‐ Madagascar a choisi de renforcer l’offre en services financiers. 
C’est dans cet objectif que MCA ‐ Madagascar appuie la CEM en soutenant sa vision du développement. 
Une  modernisation  du  Système  d’Information  à  travers  l’acquisition  de  nouveaux  Matériels  et  Logiciels 
système informatique  
• La création de nouvelles branches dans les zones cibles du Programme;  
• L’Analyse du Marché de l’Epargne, la Conception et le lancement de nouveaux produits ;  
• La restructuration organisationnelle ;  
• Le renforcement des Compétences par la mise en œuvre de plan de formation adéquat, notamment 
sur les Nouvelles Technologies. 
A terme, la CEM constituera une caisse capable de pourvoir des crédits aux exploitants ruraux et de financer 
les  investissements  productifs  dans  les  Zones  d’Intervention.  De  19  agences,  l’on  aboutira  dans  quelques 
années à 25 caisses à partir des 6 nouvelles caisses 
Ainsi, à travers la modernisation de la CEM, MCA‐Madagascar s’approche de son objectif. 
MCA‐Madagascar  a  d’abord  financé  pour  un  montant  de  126.000  USD,  une  assistance  technique  visant  à 
disposer d’outils d’analyses et de décision quant au marché, aux moyens nécessaires dans la mise en œuvre 
de  la  restructuration,  aux  offres.  Ainsi  qu’un  soutien  financier  dans  la  mise  en  place  du  schéma  Directeur 
Informatique. 
Par ailleurs, MCA‐Madagascar a aussi financé une assistance technique pour le développement d’applications 
informatiques spécifiques, et pour la formation en informatique du Staff et le personnel. 
En conclusion, ce partenariat s’inscrit dans la philosophie du  MAP et contribue à l’atteinte de l’engagement 
celui relatif à l’économie à forte croissance dont les défis sont :  
• l’assurance d’un environnement macroéconomique stable ;  
• l’accroissement de l’investissement direct étranger ;  
• la promotion du plein emploi, la réforme du système bancaire et financier ;  
• le renforcement des entreprises locales dont les PME et l’artisanat ;  
• le renforcement de la compétitivité commerciale internationale ;  
• le développement du secteur minier, la promotion du secteur tourisme ;  
• l’exploitation intensive des opportunités régionales ;  
• le développement des synergies économiques à travers la diplomatie. 
 
 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 18 


6­ Les interventions multisectorielles 

6.0. Contexte des stratégies et politiques en cours 
Dans  le  cadre  de  sa  vision  pour  le  développement,  Madagascar  s’accorde  le  statut  d’un  pays 
ambitionne  d’assurer  son  émergence  grâce  à  la  valorisation  de  ses  ressources  naturelles,  et 
cherche dans ses stratégies les meilleures formulations pour assurer le soutien au développement 
des  industries  d’exploitation  de  ces  ressources,  afin  de  s’assurer  une  place  dans  la  concurrence 
régionale  et  internationale  grâce  à  l’amélioration  de  la  qualité  de  ses  produits.  La  politique 
publique en matière de renforcement des entreprises locales, des PME et de l’Artisanat a été alors 
mise en avant afin de concrétiser ces ambitions. 
Toutes  les  stratégies  précédemment  citées  peuvent  rentrer  dans  ce  cadre,  car  les  défis  du 
développement, du soutien à la croissance et de la lutte contre la pauvreté par l’amélioration de 
revenu et de la condition de vie de la population, sont de taille. 
Partant d’un taux de pauvreté de 81,5% en 2003, Madagascar ambitionne de le réduire à 50,0% 
en  2012,  condition  importante  pour  la  réduction  de  moitié  du  nombre  de  population  vivant  en 
dessous de la pauvreté en 2015. 
De même, le taux de croissance économique de 4,6% en 2005 serait porté à 8 ou 10% en 2012, 
soit un taux de croissance économique à 2 chiffres. 
Finalement,  à  titre  d’exemple  indicatif,  le  volume  du  PIB  de  5  Milliards  de  USD  en  2005  serait 
poussé  à  un  record  de  12  Milliards  USD  en  2012 ;  ce  qui  devrait  occasionner  un  relèvement  du 
PIB par tête de 309 USD en 2005 à 476 en 2012. 
Ainsi,  plusieurs  stratégies  ont  été  conçues  pour  permettre  le  développement  des  entreprises 
locales, des PME, et de l’Artisanat afin d’améliorer leur contribution à la croissance économique. 
• en s’intégrant de plus en plus à l’économie nationale, 
• en  augmentant  l’utilisation  de  leurs  capacités  de  production  à  travers  l’adoption  de 
technologies et d’outils de gestion modernes 
Les lignes directrices de ces stratégies consistent à : 
• Encourager la création de centres de soutien à la productivité, 
• Assurer la transition du secteur informel vers le secteur formel. 
• Promouvoir la politique de renforcement de la compétitivité commerciale internationale , afin 
de permettre l’augmentation des exportions des produits de hautes valeur ajoutée. 
Du côté des partenaires  de Madagascar au développement, plusieurs initiatives ont été menées, 
ou sont prévues à être mise en place, dans le but d’accompagne le pays à affronter ces défis. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 19 


6.1. Pôles Intégrés de Croissance 
Banque Mondiale 
L’objectif  global  du  Projet  PIC  est  de  contribuer  à  la  création  d’un  environnement  des  affaires 
propice à la promotion d’une croissance économique à base élargie dans 3 pôles de croissance 
identifiés : il s’agit des régions Analamanga – Vakinankaratra – Anosy et Diana. 
Le projet est réalisé sur la période allant de septembre 2005 à la fin de l’année 2012, à travers 
quatre composantes qui ont été définies pour structurer les interventions. 
Financé  par  un  crédit  initial  de  130  millions  USD,  auquel  a  été  ajouté  un  crédit  additionnel  de 
40  millions USD, le projet permet de mettre en œuvre une multitude d’activités et d’initiatives à 
travers  les  différentes  composantes.  Ci  après  la  liste  des  types  d’intervention  dans  chaque 
composante : 
Composante A : Améliorer le cadre d’activités des entreprises 
• Développement des activités de crédit‐bail et d’affacturage 
• Renforcement des capacités professionnelles dans les Pôles 
• Appui à des initiatives de développement du tourisme 
• Amélioration de l’environnement des affaires et du climat des investissements 
Composante B : Encourager la croissance par les exportations à Antananarivo et Antsirabe 
• Renforcement de la compétitivité des zones franches du secteur manufacturier 
• Mise en place d’un parc d’affaires spécialisé dans les TIC à Antanetibe 
• Renforcement  des  capacités  de  la  municipalité  d’Antsirabe  et  de  la  Région 
Vakinankaratra 
Composante C : Encourager la croissance par le tourisme à Nosy Be 
• Appui aux CTD pour élaborer et adopter les plans d’aménagement territoriaux 
• Appui à la mise en place des plans d’aménagement et de développement 
• Amélioration du réseau routier sur le territoire de la municipalité de Nosy Be 
• Appui à la modernisation des ports de Helville et d’Ankify 
• Appui à l’amélioration de certaines structures urbaines 
• Modernisation du réseau d’eau potable et assainissement 
• Renforcement  des  capacités  des  autorités  de  la  région  Diana  et  de  la  municipalité  de 
Nosy Be 
• Appui à l’ORTNB et le MTC à Nosy Be 
Composante C : Encourager la croissance par le secteur minier et le tourisme à Tolagnaro 
• Appui à l’aménagement d’un nouveau port public d’Ehoala 
• Appui  à  la  rénovation  du  réseau  routier  en  vue  d’améliorer  le  flux  de  circulation  entre 
sites touristiques et zones rurales 
• Appui aux CTD pour élaborer et adopter les plans d’aménagement territoriaux 
• Appui au renforcement du réseau électrique 
• Appui à la modernisation du réseau d’adduction d’eau et d’assainissement 
• Appui à l’amélioration de certaines routes urbaines 
• Appui à l’amélioration du système de gestion de la santé 
• Renforcement  des  capacités  des  autorités  de  la  région  Anosy  et  de  la  municipalité  de 
Tolagnaro 
• Appui au MTC et l’ORTFD 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 20 


6.2. Second Projet de Développement du Secteur Privé 
Banque Mondiale 
Le Second Projet de Développement du Secteur Privé a un triple objectif : 
• Améliorer l’accès aux principaux services publics, accroître leur fiabilité et réduire leurs 
coûts  à  travers  l’exécution  du  programme  de  désengagement  de  l’Etat  des  entreprises 
publiques clés et la réalisation des initiatives de renforcement des capacités des agences 
de régulation et de privatisation ; 
• Faciliter l’accès de nouveaux opérateurs dans les secteurs déréglementés ; 
• Améliorer la compétitivité des entreprises malagasy. 
Les actions du projet ont été structurées en deux volets : 
I. Volet Réglementation et Transactions de privatisation 
1‐ Réformes réglementaires et Renforcement des capacités : 
a‐) Secteur pétrolier ; 
b‐) Secteur des télécommunications. 
2‐ Support Transaction de privatisation 
a‐) Appui au processus de privatisation 
1. Secrétariat Technique à la Privatisation 
2. Fonds de Portage et de Privatisation 
3. Programme d’Action Sociale et Economique pour la Réinsertion 
Professionnelle 
b‐) Programme de liquidation des entreprises publiques 
II. Volet Appui au Développement du Secteur Privé 
1‐Guichet  Unique  des  Investissements  et  du  Développement  de  l’Entreprise 
(GUIDE)/EDBM 
2‐Zone industrielle de Tsarakofafa 
3‐ Promotion des Investissements Directs Etrangers 
4‐ Tourisme 
5‐ Renforcement du Partenariat et du dialogue entre l’administration et le privé 
6‐ Sécurisation des investissements (African Trade Insurance) 
7‐ Assistance Technique aux PME (avec Business Partners International et IFC) 
Réalisé sur la période de 2002 à 2009, avec un volume de financement de 19 millions de DTS, la 
destination de l’ensemble des interventions de ce projet se répartit comme suit : 
• Administration centrale : 95% ; 
• Micro et PME : 1% ; 
• Secteur financier 2% ; 
• Industrie/commerce : 1%. 

6.3. Programme d’intensification et de structuration des principales filières 
d’exportation : vanille, girofle, café, poivre, cacao 
(Commission Européenne ­ CE) 
Compte  tenu  de  problèmes  d'ordre  conjoncturel  et  structurel  liés  aux  filières  d'exportation 
malgache, ce programme a pour but de promouvoir les activités de production orientées vers le 
marché, dans le cadre de la composante Développement rural du Madagascar Action Plan. 
L’objectif  spécifique  est  d’assurer  la  régulation  par  des  mécanismes  de  marché  de  l'adéquation 
entre  l'offre  intérieure  et  la  demande  extérieure  en  produits  d'exportation,  dont  la  vanille,  le 
girofle, le café, le poivre et le cacao. Cette régulation devant conduire à un accroissement de l'offre 
de produits de qualité et l'augmentation des revenus des producteurs pour ces produits. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 21 


Le programme touche six (06) Régions productrices de Madagascar : Atsinanana – Analanjirofo – 
Diana‐ Vatovavy Fitovinany – Atsimo Atsinanana et SAVA  
Réalisé durant la période de septembre 2008 à décembre 2010, ce programme a mis en place des 
partenariats avec le secteur privé, pour la mise ne œuvre des contrats de subvention, à savoir : le 
Comité  national  de  commercialisation  de  café  CNCC,  le  centre  technique  horticole  de  tamatave 
CTHT, l’Association Inter‐coopération Madagascar AIM, AFDI, CARE. 
Trois principaux résultats sont attendus de programme : 
• l'augmentation des capacités productives des exploitations et des terroirs villageois. 
• l'amélioration de la qualité des produits commercialisés. 
• l'organisation  des  marchés  intérieurs  pour  la  commercialisation  des  produits  agricoles 
d'exportations. 
Ainsi, pour la mise en œuvre du programme, chaque projet formulé se réfère à ces trois grands 
résultats.  Et  à  l’heure  actuelle,  les  différents  projets  en  place  sont  sur  pied  d’œuvre  pour 
fonctionner selon le plan de travail arrêté et convenus à leur niveau. 
Le budget total du programme est s’élève à 5.000.000 d’euros. 

6.4. Appui au Secteur Privé 
(Programme des Nations Unies pour le Développement – PNUD) 
L’objectif principal du programme est de promouvoir à Madagascar un secteur privé compétitif, 
contribuant à la lutte contre la pauvreté. Dans le contexte de la poursuite des OMD en matière de 
lutte contre la pauvreté et la faim, les stratégies s’engagent de plus en plus vers la libéralisation et 
le  renforcement  de  l’entreprenariat  au  sein  du  secteur  privé,  afin  que  ce  dernier,  en  tant  que 
moteur  du  développement  puisse  jouer  pleinement  son  rôle,  et  que  le  pays  puisse  accélérer 
l’atteinte des objectifs fixés. 
Dans  le  cadre  de  ce  programme  d’appui  au  secteur  privé,  la  conception  et  la  mis  en  place  d’un 
cadre  favorable  à  l'amélioration  de  la  compétitivité  du  secteur  privé  constituent  les  résultats 
recherchés. 
Ce  projet  est  prévu  se  réaliser  de  2008  à  2011  (estimé).  Malheureusement,  la  période 
d’éclatement des crises en début de l’année 2009 coïncidait avec la période démarrage du projet. 
A  défaut  de  reconnaissance  internationale  vis‐à‐vis  du  Gouvernement  local  en  place,  plusieurs 
mesures ont été prises afin de maintenir le minimum d’appui nécessaire aux populations les plus 
vulnérables  et  les  plus  démunies  leur  permettant  de  créer  les  conditions  pérennes  d’auto 
développement. Ces mesures portent sur : 
• la  continuation  des  activités  à  caractère  technique  en  2009,  et  le  report  à  une  période 
ultérieure  de  toute  activité  requérant  des  décisions  politiques  et  dépendant  de  facteurs 
institutionnels ; 
• le renforcement des appuis directs au secteur privé ; 
• le développement d’outils utilisables indépendamment de l’autorité politique en place ; 
• le retour à la mise en place de structure de projet située hors des ministères. 
Ainsi,  la  crise  de  2009  avait  pour  conséquence  directe,  non  seulement  la  considération  de  ces 
mesures, mais aussi le retard considérable dans la mis en œuvre du Programme. Compte tenu de 
ce retard, une reformulation du produit visé a été réalisée : au lieu de mettre en place directement 
un  cadre  favorable  à  l’amélioration  de  la  compétitivité  du  secteur  privé,  les  actions  ont  été 
réorientées vers le renforcement de capacités prévus dans le CPAP. 
Pour  le  financement  de  l’appui,  l’allocation  budgétaire  annuelle  de  250 000  USD  du  PNUD  ne 
serait pas consommée durant cette année en cours. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 22 


6.5. Le Centre de Solution pour les PME (SSC) 
(International Financial Corporation ­ IFC) 
Dans le cadre de la promotion du développement durable du secteur privé, le Centre de Solution 
pour  les  PME  a  pour  objectifs  de  proposer  aux  PME  malgaches  une  nouvelle  approche  visant  à 
mettre à leur disposition en un seul lieu un package de solutions adapté à leurs besoins. 
Ces  solutions  peuvent  prendre  la  forme  d’assistance  et  de  services  aux  PME :  assistance 
technique,  renforcement  des  capacités,  financement  des  PME.  Ces  actions  visent  en  aval 
l’amélioration de l’environnement des affaires, des opportunités de marché, des partenariats, des 
documents et des services d’appuis, et la facilité de l’accès au financement. 
Démarré en juin 2004, ce projet est prévu prendre fin en juin 2010.  
A  l’actif  de  ce  centre,  un  certain  nombre  d’activité  ont  tété  réalisées  pour  le  soutien  des  PME : 
Elaboration de business plan, diagnostic d’entreprise, organisations ateliers, et renforcement de 
capacités. 
Comparé  au  niveau  atteint  durant  les  années  précédentes,  les  activités  durant  2009  a 
considérablement  chuté,  parce  que  le  centre  recevait  depuis  le  début  de  la  crise  de  moins  en 
moins de  demande ou de consultation. 

6.6. Programme Garantie ARIZ Fonds Propres 
(Agence Française de Développement – AFD) 
L’émission  de  garanties  partielles  sur  des  prises  de  participation  dans  des  entreprises  par  des 
fonds d’investissement ou des maisons mères permet d’encourager l’investissement dans les pays 
en développement.  
Une  campagne  de  prospection  a  été  réalisée  durant  l’année  2009  auprès  des  principaux  fonds 
d’investissement  présents  à  Madagascar,  afin  que  courant  2010,  la  première  garantie  soit 
apportée. 
Les garanties apportées pourront atteindre un million d’Euros par opération. 

6.7. Garantie ARIZ Individuelle 
(Agence Française de Développement ­ AFD) 
L’émission  de  garanties  individuelles  sur  des  prêts  accordés  par  les  banques  locales  à  des 
entreprises  ou  à  des  institutions  de  micro‐finance  permet  de  faciliter  l’accès  au  financement 
bancaire et de renforcer le secteur financier local. 
Au titre de l’année 2009, l’octroi d’un volume de 10 millions d’euros de garanties a été prévu. 
Le volume de l’enveloppe garantie peut se chiffrer de 50 000 € à 2 Millions d’€ par opération. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 23 


6.8.. Fonds d’Investissement et de Soutien aux Entreprises en Afrique (FISEA) 
(Agence Française de Développement – AFD) 
Ce fonds rentre dans le cadre d’un programme global pour toute l’Afrique, pour assurer des prises 
de participation dans des entreprises et des fonds d’investissement. 
Afin de pallier à la faiblesse des investissements dans le continent, la mise en place de ce fonds 
vise à favoriser le développement des entreprises en Afrique. 
Trois principaux résultats sont visés : 
• L’augmentation du PIB Africain 
• La baisse du chômage en Afrique 
• La création de 100 000 emplois 
Dans le cadre de la mise en place des fonds, des activités de prospection sont réalisées en 2009, 
afin de pouvoir déclencher le premier investissement en 2010. 
Il est prévu d’investir 250 Millions d’euros en 4 ans sur tout le continent africain. Sur le plan local, 
le montant de l’investissement par opération peut aller de 1 à 10 Millions d’euros. 
Actuellement, l’AFD travaille à la diffusion de l’information sur la création et les caractéristiques 
du  fonds  afin  d’identifier  les  investissements  potentiels  pouvant  aboutir  à  la  réalisation  de  la 
première opération. 
 

6.9. Programme PROSRERER : Soutien aux micro­entreprises rurales et aux 
économies régionales 
(Fonds d’Intervention pour le Développement Agricole – FIDA) 
Le  Programme  PROSPERER  a  pour  objectif  d’apporter  des  soutiens  à  plusieurs  niveaux  aux 
micro‐ entreprises rurales et aux petits producteurs individuels dans les régions d’intervention. 
Les bénéficiaires sont des opérateurs issus du secteur privé du monde rural, souvent informels. 
La  mise  en  œuvre  du  programme  est  parfaitement  insérée  dans  le  cadre  des  processus  de 
développement rural du pays, ainsi  qu’aux efforts de mise  en place et d’opérationnalisation des 
Chambres de Commerce et d’Industrie dans les régions d’intervention dont : Analamanga, Haute 
Matsiatra, Itasy, Sofia, et Vatovavy Fitovinany. 
Le  Programme  se  trouve  sous  la  tutelle  du  Ministère  en  charge  de  l’Agriculture  et  de  l’Elevage, 
tandis que les actions sont menées avec le partenariat conjoint entre le Ministère de l’Economie et 
de l’Industrie d’une part, et le Ministère du Commerce de l’autre. 
Ces  actions  portent  sur  des  formations,  des  renforcements  de  capacité  (capacité  en 
entreprenariat ; technique, gestion, culture entreprenariale, …), des accompagnements en terme 
de  facilitation  d’accès  au  crédit  et  au  marché,  et  finalement  le  processus  de  formalisation  des 
entreprises rurales informelles. 
Une  modalité  d’intervention  du  programme  porte  sur  le  modèle  de  « cluster » :  une 
contractualisation  est  établie  entre  une  grande  entreprise  avec  une  multitude  de  petits 
producteurs autours d’une filière donnée. 
Le programme est financé par un budget de USD 30 300 000 pour une période de 2008 à 2015. Sa 
mise  en  œuvre  a  été  ralentie  par  la  crise.  La  situation  de  la  sécurité  en  milieu  rural,  devenue 
critique, avait pour conséquence la chute de la production dans les secteurs moteurs des régions : 
le tourisme, suivi de l’artisanat, pour défaut de débouché. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 24 


7­ Secteur des mines et infrastructures 

7.0. Contexte des stratégies et politiques en cours 
Dans l’Engagement II du MAP sur le développement des infrastructures, une grande priorité est 
accordée aux infrastructures de développement pour accompagner les pôles de croissance. 
Une  des  plus  importantes  stratégies  concerne  ainsi  le  développement  et  l’augmentation  de 
capacité de des réseaux d’interface tels que le Port Autonome de Tamatave et l’Aéroport d’Ivato, à 
la connexion des différents zones voisines de développement économique tout en s’assurant que 
les besoins locaux sont satisfaits. 
La deuxième stratégie centrale concerne la priorité accordée au développement des corridors et 
réseaux  de  transport  liés  avec  les  moteurs  de  croissance  économique  tels  que  le  tourisme,  les 
mines et l’agriculture. 

7.1. Projet de Cartographie Géologique et de Système d’Information Minière pour 
la Promotion de l’Industrie Minière dans la République de Madagascar 
(Japan International Cooperation Agency – JICA) 
Suite  aux  requêtes  du  Gouvernement  de  Madagascar,  adressées  au  Gouvernement  Japonais  en 
Juillet 2007, ce Projet est en cours d’étude afin de : 
• Réviser et améliorer la cartographie géologique existante à l’échelle de 1 : 100 000 ; 
• Renforcer les activités de Télédétection et de SIG liées à l’activité de cartographie ; 
• Renforcer les capacités Malagasy dans le domaine des deux activités sus mentionnées. 
Les  actions  réalisées  dans  ce  projet  se  présentent  forme  de  coopération  Technique  et  de 
renforcement  de  capacité  dans  le  domaine.  Les  Régions  dans  la  partie  sud  de  Madagascar 
constituent les localités intéressant le Projet. 
Le budget du projet s’élevant à 220 Millions Yen, est entièrement financé par le Gouvernement du 
Japon. 
Les activités réalisées sont les missions d’étude préliminaire  du 15 au 24 Juillet 2008, et l’étude 
du commencement du projet. Tandis que les principales étapes restantes concernent la mise en 
œuvre du projet en fonction des résultats des études préliminaires effectuées. 

7.2. Programme de Gouvernance des Ressources Minières (PRGM) 
(Banque Mondiale) 
Le  Programme  de  Gouvernance  des  Ressources  Minières  a  pour  objectif  d’améliorer  la 
transparence et la gouvernance dans la gestion du secteur minier, en accordant une importance 
particulière aux activités minière de petite taille et artisanales. 
A travers les composantes du projet, ces objectifs seront visés en assurant : 
• La réforme de l’environnement juridique et réglementaire du secteur, suivi de la conception 
et  la  mise  en  œuvre  d’un  plan  régulateur  du  secteur,  accompagné  d’appuis  spécifiques  aux 
administrations locales près des sites, afin de permettre la création d’établissement d’échange 
et  d’exportation  de  pierre  précieuses,  avec  une  entière  implication  d’associations  et 
groupements du secteur privé ; 
•  L’appui  aux  réformes  institutionnelles  de  la  gestion  décentralisée  des  ressources  minières, 
telles que l’accès des Communes aux informations cadastrales de leur niveau, la collecte des 
impôts  et  taxes  dans  le  secteur,  et  les  opérations  menées  par  la  Direction  des  Ressources 
Minières. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 25 


• Finalement, l’appui à l’établissement de l’Agence de Promotion  du Secteur Minier, et la mise 
en place des infrastructures pour l’amélioration des informations géo scientifiques, à travers 
le  renforcement  de  capacité  pour  attirer  et  promouvoir  les  investissements  privés  dans  le 
secteur. 
Le PRGM est un programme mené dans tous les pays Africains. La date de son approbation était le 
13 mai 2003, et sa clôture est prévue pour le 31 décembre 2010. 
Quant à sa mise en œuvre à Madagascar, la focalisation des appuis sur les activités de petite taille 
et  artisanales,  ainsi  que  sur  les  renforcement  de  capacité  incluant  des  entités  de  base  jusqu’au 
niveau des communes constitue des atouts majeurs pour une multitude d’emplois générés sur le 
plan  local.  Les  appuis  spécifiques  aux  administrations  locales  près  des  sites  concourent 
éventuellement à l’amélioration de leurs recettes fiscales. 

7.3. Projet de Développement du Port de Toamasina 
(Japan International Cooperation Agency – JICA) 
Se basant sur la requête du Gouvernement de Madagascar par le biais du Ministère de transport 
au mois de Juin 2008, ce projet a pour objectif de : 
‐ Conduire l’étude de faisabilité sur le projet de développement du port de Toamasina 
‐ Transférer les compétences et les technologies adéquates au personnel concerné par l’Etude.  
L’augmentation  de  la  capacité  d’accueil  des  navires  et  des  marchandises  dans  le  Port  de 
Toamasina est ainsi le principal résultat auquel le projet ambitionne. Et ce projet rentre dans les 
stratégies des politiques publiques à Madagascar en matière d’infrastructure (Engagement II du 
MAP sur l’Infrastructure relié) 
Planifié en trois phases successives, les actions du projet se présentent comme suit : 
• Phase  I :  collecte  d’information,  enquête  sur  terrain  et  projection  de  la  demande.  (Février 
2009‐ Mai 2009) ; 
• Phase  II :  Etablissement  de  développement  à  moyen  terme,  étude  de  faisabilité  de  plan 
d’urgence, étude d’impact environnementale (juin 2009‐Août 2009) ; 
•  Phase III : Evaluation du projet et recommandation (Septembre 2009‐Décembre 2009). 
Dans le contexte actuel d’instabilité socio politique, seule la phase 1 sur la collecte d’information 
et  l’enquête  sur  terrain  ainsi  que  la  projection  de  la  demande  ait  pu  être  réalisée  à  temps.  Les 
deux autres phases sont en cours de réalisation. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 26 


8 ­ Les autres secteurs 

8.1. Programme PROPARCO 
(Agence Française de Développement – AFD) 
Dans le cadre du soutien à la croissance des pays en développement et émergents, ce programme 
a  pour  objectif  de  favoriser  la  création  de  valeur  ajoutée  et  d’emplois  dans  les  pays  en 
développement  et  pays  émergents.  Dans  ce  cadre,  il  propose  des  garanties,  des  prises  de 
participation,  et  des  prêts,  ce  à  travers  le  partenariat  avec  des  banques,  des  entreprises  et  des 
fonds d’investissement, pour pallier au manque d’investissement dans ces pays. 
L’élévation  du  PIB  et  la  baisse  du  chômage  constituent  les  principaux  résultats  escomptés  du 
programme. 
Depuis sa mise en œuvre en 1998 à Madagascar, ce programme a permis financer 9 Millions d’€ 
en Fonds Propres,  3 Millions d’€ en Garanties, et 18 Millions d’€ de prêts. 

8.2. Projet SOLIDIS : Société de cautionnement mutuel 
(Agence Française de Développement – AFD) 
Ce  projet  s’adresse  aux  jeunes  entrepreneurs  qui  ont  des  difficultés  pour  accéder  au  crédit 
bancaire. L’objectif est de les aider à avoir accès au crédit bancaire, en mettant à leur disposition 
des services non financiers ainsi que des garanties de prêts bancaires. 
SOLIDIS  escompte  au  terme  de  sa  quatrième  année  de  mise  en  œuvre,  avoir  aidé  300 
entrepreneurs et financé un encours de 4 Millions d’€ de crédits garantis. 
De même, dans le cadre de ses activités, le projet pourvoira : 
• des services non – financiers, telles que les aides  à la définition du projet d’entreprise  et au 
montage du dossier de crédit ; 
• des services financiers, comme le cautionnement partiel (50%) du prêt bancaire. 
Les  étapes  suivantes  concernent  le  recrutement  de  l’équipe,  ainsi  que  le  démarrage  effectif  des 
opérations. 
Le budget global prévu s’élève 1 600 000 Euros, dont 1 500 000 Euros par l’AFD et 100 000 Euro 
par les actionnaires. 

8.3. Renforcement de capacité de l’EDBM en matière de promotion des 
investissements et du partenariat 
(Organisation des Nations Unies pour le Développement de l’Industrie – UNIDO) 
Le  projet  a  pour  objectif,  à  travers  une  assistance  au  Gouvernement,  de  moderniser 
l’environnement des affaires afin d’attirer les investissements et favoriser les partenariats. 
En particulier, au niveau de l’EDBM comme agence de promotion des investissements, des actions 
de  renforcement  en  identification  des  projets  d’investissements,  en  promotion  des 
investissements  intéressés  par  Madagascar,  en  préparation  et  implantation  de  projets,  en 
organisation de campagnes internationales de promotion etc … ont été réalisées. 
Ces  actions  ont  été  concrétisées  afin  que  l’image  du  pays  soit  perçue  comme  favorable  aux 
investissements, sue le pays soit ouvert aux nouvelles technologies venant de l’extérieur, que le 
pays fasse partie du réseau des agences de promotion etc … 
Les  actions  du  projet  sont  prévues  se  réaliser  sur  la  période  de  2009  à  2011,  et  se  dérouler 
suivant les quatre phases suivantes : 
• Phase 1 : Renforcement de capacité en identification et en évaluation de projets, notamment 
en agro‐industrie 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 27 


• Phase 2 : Formation pour l’organisation de la promotion d’investissement spécifique dans les 
secteurs  prioritaires  et  haute  potentialités,  y  compris  la  préparation  de  la  campagne  de 
marketing. Rôle central des « Investment and Technical Promotion Offices ‐ ITPO » de l’ONUDI 
à travers le monde. 
• Phase  3 :  « :  Organisation  de  conférence  internationale  en  faveur  des  investissements  à 
Madagascar, de meetings business to business … 
• Phase 4 : Evaluation et suivi … 
Le  budget  global  du  projet  s’élève  à  188 700  USD  financé  par  l’Osec  (Business  Network 
Switzerland) et l’ONUDI. 

8.4. Gestion d’élimination des gaz appauvrissant la couche d’ozone 
(Organisation des Nations Unies pour le Développement de l’Industrie – UNIDO) 
Madagascar a ratifié le protocole de Montréal pour l’élimination des gaz appauvrissant la couche 
d’ozone.  Le  projet  a  pour  objectif  d’aider  le  pays  à  assurer  son  obligation  d’éliminer  les  gaz 
appauvrissant la couche d’ozone, CFC d’ici 2010. 
Les  bénéficiaires  directs  sont  les  membres  de  l’Union  des  frigoristes  de  Madagascar  et  les 
opérateurs en réfrigération. 
Plusieurs résultats sont visés par ces démarches : 
• Formation  des  techniciens  frigoristes  dans  la  bonne  pratique  frigorifique  et  la  récupération 
des CFC ; 
• Machines de récupération des gaz à la disposition des techniciens ; 
• Outils et matériels nécessaires pour la récupération sont disponibles aux techniciens ; 
• Les gaz alternatifs sont disponibles sur le marché local. 
Les  actions  réalisées  en  2009  sont  de  nature  à  assurer  la  continuation  du  projet.  Elles 
comprennent : 
• Formation  des  techniciens  frigoristes  dans  la  bonne  pratique  frigorifique  et  la  récupération 
des CFC 
• Achat et subvention des Machines de récupération des gaz à la disposition des techniciens 
• Achat et subvention des gaz alternatifs, assurer leur disponibilité sur le marché local 
Mis  en  œuvre  depuis  2008,  le  Budget  global  du  projet  est  de  47 000  USD,  financé  par  un  fonds 
multilatéral. Le projet est prévu s’achever en 2010. 

8.5. Energie rurale par microcentrales hydroélectriques 
(Organisation des Nations Unies pour le Développement de l’Industrie – UNIDO) 
Madagascar a une énorme potentielle hydroélectrique alors que 4% seulement de la population 
dans  la  zone  ont  accès  à  l’électricité.  Madagascar  est  caractérisé  par  une  consommation 
importante  de  charbon  et  d’importation  en  grande  quantité  de  pétrole.  Cette  situation  est  très 
préjudiciable à l’environnement. 
Ainsi,  le  Gouvernement  Malagasy  a  fait  appel  à  l’ONUDI  pour  apporter  son  expertise  et  son 
assistance technique pour la réalisation de quelques centrales hydroélectriques. 
Le  principal  objectif  de  ce  projet  est  de  permettre  à  la  communauté  rurale  d’avoir  accès  à 
l’électricité propre et à des coûts abordables. 
A travers ce projet sur l’énergie rurale, l’ONUDI compte apporter : 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 28 


• Renforcement des capacités  (humaines et institutionnelles) en  développement de projet de 
petites centrales hydroélectriques ; 
• Réalisation de 12 centrales hydroélectriques de 14 Kw à 1200Kw ; 
• Mise en place d’une unité de fabrication de petites turbines hydroélectriques 
• 12  centrales hydroélectriques installées 
• 12 communes rurales électrifiées ; 
• Unité de fabrication de turbines installée 
A l’heure actuelle, le projet a permis de réaliser : 
• Les études de préfaisabilité de 12 centrales hydroélectriques ; 
• L’établissement du document de projet ; 
Les  prochaines  étapes  du  projet  concerneront  la  recherche  de  financement,  la  validation  du 
projet,  l’étude  de  faisabilité,  la  réalisation  des  12  centrales  hydroélectriques,  des  formations 
(Renforcement  de  capacité)  en  développement  du  projet  hydroélectrique  et  le  transfert  de 
technologie en fabrication des turbines 
Pour  un  budget  global  de  9 400 000  USD,  seul  une  partie  de  1  500  000  USD  a  été  acquise,  et  le 
reste est encore à trouver. Le projet se réalise de 2009 à 2012. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 29 


III. ANALYSES ET RECOMMANDATIONS 

1. Aspects globaux 
D’après la précédente partie, les PTF s’attèlent à la mise en œuvre de différents programmes et 
projets selon leurs spécialités ou selon les thématiques dans lesquelles ils interviennent. 
La variété et la diversité de ces types d’interventions en appui au secteur privé montrent que la 
présence des PTF à Madagascar constitue un soutien certain pour les objectifs de développement 
et de croissance du pays à travers la contribution du secteur privé. Les différentes interventions 
des PTF viennent renforcer et accompagner le pays dans la mise en œuvre de son programme de 
développement en général, et ses efforts vers la poursuite des OMD en particulier. 
La  pertinence  des  différents  programmes  et  projets  présentés  dans  ce  document  n’est  plus  à 
démontrer, car leur insertion, leur contribution et leur articulation aux cadres du développement 
de Madagascar sont suffisamment explicites. 
A la lecture des différentes initiatives présentées, quelques points peuvent être proposés, afin de 
leur permettre d’améliorer leurs réponses face à la situation actuelle à Madagascar. 

1.1. Une meilleure prise en compte des effets des crises 
‐ en ce qui concerne les projets ou programmes qui sont mis en  place antérieurement à la crise 
politique  nationale :  suite  au  refus  de  la  reconnaissance  du  Gouvernement  de  la  HAT,  chaque 
partenaire  a  pris  position,  soit  d’arrêter  les  projets,  soit  de  rechercher  d’autres  formules  de 
partenariat,  afin  de  pouvoir  continuer  à  intervenir,  ce  avec  comme  esprit  de  continuer  la 
réalisation avec les possibilités qui restent. 
‐ quant aux projets futurs, pour la plupart, les cadres de leur formulation ne tiennent pas compte 
des changements de climat interne à la suite de la crise politique. 
Or  les  effets  de  la  crise  politique  nationale,  accentués  par  l’existence  d’autres  crises  d’origine 
extérieure, ayant totalement détérioré le climat des affaires, constituent des facteurs capitaux qui 
doivent  être  pris  en  compte  pour  une  meilleure  approche  de  formulation  des  programmes  et 
projets.  Cela  pourrait  devenir  impératif,  parce  que  le  mécanisme  de  détérioration  de  la  vie 
économique de Madagascar était beaucoup plus profond que l’on pensait. 
Nous allons monter brièvement ce mécanisme de détérioration : 
A l’heure actuelle, Madagascar se trouve dans une situation socio économique en nette régression 
par rapport aux années antérieures, après avoir essuyé deux types de crises, dont la première, la 
crise  financière,  répercutée  à  l’échelle  mondiale,  et  la  deuxième,  la  crise  politique  dont  la 
résorption  commence  juste  à  prendre  forme,  après  de  multiples  tentatives  de  négociation  et  de 
rapprochement. 
La crise financière internationale, déclenchée aux Etats‐Unis à la suite d’une bulle spéculative des 
crédits immobiliers, s’est répandue à tout le système financier mondial, et s’est transmise sur la 
sphère  réelle  de  l’économie  des  pays  développés  ainsi  que  celle  des  pays  en  développement.  A 
Madagascar, on estime que cette crise financière a entraîné au niveau de l’économie nationale, la 
baisse  de  13,2%  du  volume  des  exportations  en  2008,  suite  à  la  chute  de  la  demande 
internationale, conjuguée avec le fléchissement des flux touristiques et l’effondrement des cours 
des  produits,  ayant  entraîné  la  baisse  des  recettes  d’exportations.  La  dépréciation  du  taux  de 
change,  la  détérioration  des  termes  de  l’échange  combinée  avec  le  fléchissement  des  flux  des 
capitaux  pourraient  amener  ainsi  à  un  déficit  de  la  balance  des  paiements  et  un  risque 
inflationniste. 
Quant aux effets de la crise politique interne, on peut citer les pertes directement subies par les 
victimes des actes de vandalisme. Le commerce est le secteur le plus touché, suite à la destruction 
des  infrastructures  et  le  saccage  des  magasins  de  stockage,  des  centres  commerciaux  et  des 
supermarchés. En plus, cette dégradation de la sécurité, en milieu urbain comme en milieu rural, 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 30 


avait  entraîné  indirectement  le  ralentissement,  voire  l’arrêt  des  activités  au  niveau  d’autres 
secteurs,  tels  que  le  tourisme  et  les  branches  d’activités  y  afférentes  (hôtellerie,  restauration, 
agences de voyage, et location de voiture). 
Pour  faire  face  à  cette  situation,  il  y  a  lieu  de  prendre  de  prendre  des  mesures  d’urgence  pour 
relancer  et  soutenir  les  activités  économiques,  afin  de  soutenir  et  redynamiser  à  moyen  terme 
l’économie pour parvenir au plus vite à une croissance viable. 

1.2. Une priorité à accorder à l’appui direct du secteur productif 
Les  leçons  apprises  durant  la  traversée  de  la  crise  peuvent  inspirer  chaque  PTF  à  prendre  les 
précautions nécessaires afin de limiter le blocage des actions durant de tels évènements. En effet, 
quelques faits marquants ont été observés durant cette période : les PTF dont les actions d’appui 
passent en grande partie par des canaux administratifs et ministériels ont le plus souffert durant 
la crise, vue la rupture des dialogues. Par contre les PTF dont les appuis s’en vont directement à 
des entités ou groupements du secteur privé n’ont pas connu les mêmes difficultés. 
A  l’heure  où  l’effectivité  de  la  paix  à  Madagascar  n’est  encore  totalement  acquise,  il  serait 
vivement  recommandé,  en  principe  général,  d’orienter  les  appuis  vers  des  partenariats  directs 
avec le privé, et de limiter les actions sur des réalisations d’ordre technique requérant peu ou pas 
de décisions politiques. 
En conséquence, une priorité devrait être accordée à l’appui direct au secteur privé productif, afin 
d’endiguer la contraction de la production nationale, de limiter la détérioration de la disponibilité 
des  produits  alimentaires  et  finalement  de  relancer  le  volume  de  la  production,  l’emploi  et  les 
activités  génératrices  de  revenus,  afin  d’éviter  une  chute  brutale  du  pouvoir  d’achat  de  la 
population active. 
Cette priorité accordée au secteur productif permettrait ainsi de maintenir le niveau du PIB. Or, le 
taux  de  croissance  du  PIB,  considéré  comme  une  indication  du  niveau  de  la  demande,  influe 
positivement les investissements privés. 

1.3. Relancer la production et de la consommation 
La  relance  de  la  production  sera  également  de  nature  à  assurer  l’amélioration  de 
l’approvisionnement  en  produits  des  circuits  de  commercialisation,  ainsi  que  des  réseaux 
d’exportation. Cette relance de la production constitue un gage pour la consommation de biens et 
service, car une atmosphère de pénurie qui plane en permanence  est très préjudiciable, même à 
court  terme,  à  la  consommation  sur  le  plan  local,  et  au  volume  d’exportation  sur  le  plan  du 
commerce extérieur. 
En  réponse  aux  stratégies  nationales,  un  certain  nombre  de  programmes  et  projets  figure  déjà 
dans  le  Programme  d’Appui  au  Développement  de  l’Economie,  du  Commerce  et  de  l’Industrie 
(PADECI 2009) (Voir Annexe 3, page 53). Le plan de mise en œuvre de ce programme ambitionne 
d’apporter des appuis spécifiques au secteur privé, afin de mieux faire face aux crises financières 
et économiques. 
Les recommandations s’en iraient vers la concrétisation et l’accélération de la mise en œuvre de 
tous  les  programmes  y  figurant,  afin  de  rétablir  dans  les  meilleurs  délais  les  performances 
économiques du pays à travers la relance de la production. 

1.4. Renforcer la coordination des actions 
Un  renforcement  de  la  coordination  des  actions  permettra  sûrement  une  meilleure  prise  en 
compte  des  chaînes  de  valeur  de  l’ensemble  des  secteurs  de  production  dans  le  pays,  afin 
d’améliorer la capacité de création de valeur ajoutée, en particulier, de pouvoir desceller, mettre 
en valeur et exploiter les activités à forte valeur ajoutée. 
La coordination des actions est d’autant plus nécessaire que, en cette période de sortie de crise, le 
développement risque de revenir à la même situation qu’il y a trois ou quatre ans plus tôt. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 31 


En conséquence, les phases d’actions  et de réalisations successives méritent d’être révisées, car 
certains de leurs acquis risquent d’être perturbés ou tout simplement inhibés par la persistance 
de la situation de crise. 

1.5. Une prise en compte des spécificités régionales 
Dans le cadre des appuis au secteur privé, on a également remarqué la présence de partenaires 
spécifiques  dans  telle  ou  telle  région,  et  le  choix  des  régions  d’intervention  n’est  pas  forcément 
expliqué.  Dans  la  perspective  de  mise  en  place  d’une  meilleure  coordination,  les  PTF  peuvent 
orienter  le  choix  des  localités  d’intervention  en  fonction  des  différentes  opportunités  présentes 
dans les régions, sinon des besoins les plus ressentis au niveau local. 
Ces  exercices  peuvent  être  entamés  en  exploitant  les  différents  Programmes  Régionaux  de 
Développement (PRD), qui, malgré la diversité de leur qualité, offrent tout de même des aperçus 
suffisants pour commencer la prise en compte de ces spécificités régionales. 

1.6. La stratégie d’extension au niveau national 
De l’autre côté, les interventions spécifiques réalisées sur le plan local ne semblent pas se prêter à 
une  extension  au  niveau  national.  Les  différentes  leçons  tirées  des  premiers  pas  réalisés 
localement devraient être capitalisées et valorisées pour accompagner une stratégie de « mise à 
l’échelle nationale », autrement dit, la démultiplication des mêmes types d’appui dans un nombre 
suffisant  de  localités  est  nécessaire  pour  aboutir  à  une  contribution  réelle  des  secteurs  à 
l’amélioration  des  conditions  de  vie  des  populations  et  à  la  croissance  économique  au  niveau 
national. 
 

2. Analyse par secteur 

2.1. Le secteur du Commerce et de l’exportation 
Faisant  suite  à  la  recommandation  pour  une  meilleure  prise  en  compte  des  effets  de  la  crise 
nationale, ce secteur attend vivement l’effectivité de la mise en œuvre des projets figurant dans le 
PADECI 2009, notamment la mise en place de l’Agence de Promotion des Exportations (APEX), le 
Projet sur l’appui aux filières d’exportation, et le Projet pour l’intégration verticale. La perspective 
de leur mise en œuvre est effectivement de nature à pouvoir transformer les opportunités issues 
des crises en résultats positifs pour le pays avec : 
• un engagement immédiat et  entier du gouvernement et des  parties prenantes pour 
un programme commun d’accompagnement de l’exportation vers une réussite totale 
pour l’économie du pays ; 
• une  capitalisation  effective  des  acquis  actuels  pour  une  nouvelle  dynamique  de 
l’exportation ; 
• une  optimisation  intégrée  du  système  stratégique  national  pour  doubler  ou 
multiplier les bons résultats des exportations ; 
• une fédération de toutes les initiatives en faveur de l’export vers la mise en synergie 
active des efforts pour encore plus de résultats ; 
Par  ailleurs,  le  Secteur  privé  devrait  participer  plus  activement  dans  les  sphères  de  décision  au 
sein des différents programmes, en vue de leur permettre de maintenir le niveau de des activités 
et  de  l’emploi  dans  les  entreprises.  Le  Projet  Cadre  Intégré  financé  par  le  PNUD,  constitue  à  ce 
titre  une  opportunité  pour  faciliter  l’accès  au  marché  régional  et  international  et  pour  une 
amélioration de la qualité des produits malgaches. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 32 


2.2. Le secteur agrobusiness et agro industries 
Ce secteur est mis en avant dans la lutte contre la crise alimentaire qui sévit à l’échelle mondiale. 
Les  PTF  avancent  des  programmes  fort  intéressants,  tels  que  le  Fonds  d’Investissement  pour 
l’Agriculture en Afrique de l’AFD, et les programme d’appui aux producteurs de sucre avec l’Union 
Européenne. 
Deux types d’obstacles peuvent se peser sur la bonne marche de ces approches : 
‐ le premier est l’accès à l’information, associée à la prédominance de l’informel et de la ruralité 
des unités actives, 
‐ le deuxième la limitation des produits et sous secteurs ciblés (sucre, riz, poisson, …) 
Dans une approche coordonnée des actions, il serait judicieux d’associer à chaque programme ou 
projet  des  localités  d’intervention  concertées,  ainsi  qu’une  stratégie  de  communication  plus 
globale et plus intégrative, afin que le secteur privé susceptible de s’y intéresser puisse facilement 
aller à la pêche aux informations. 
Il  va  sans  dire  que  les  gros  investissements  dans  ce  secteur  intéresseront  particulièrement  les 
unités industrielles de grande taille, pour lesquelles le climat des affaires et la qualité des circuits 
de  commerce  et  d’exportation  constituent  des  conditions  majeures  pour  la  réussite  de  leurs 
activités. 

2.3. Le secteur de l’industrie et du tourisme 
Ce  secteur,  figurant  parmi  les  plus  atteints  durant  la  crise  mérite  une  prise  en  main  sérieuse 
quant  à  sa  relance.  Ainsi,  le  programme  d’appui  aux  industries  textiles  mérite  d’être  continué 
dans  les  actions  de  renforcement  de  capacité,  et  au  delà  des  crises,  une  extension  vers  d’autres 
branches  de  l’industrie  (autre  que  textile)  devrait  être  envisagée,  pour  que  le  programme 
contribue davantage à l’élargissement de taille des activités des unités industrielles. 

2.4. Secteur des Télécommunications et de la Communication 
en accompagnant la politique publique en la matière, visant la couverture de toutes les zones en 
un  système  de  communication  fiable  et  à  un  coût  abordable,  le  projet  « Village  Phone »  de  l’IFC 
offre une stratégie avancée pour l’atteinte de cet objectif. La mise en place de micros entreprises 
dites  « Village  Phone  Operators »  ou  VPO  permet  effectivement  un  accès  collectif  des  habitants 
des villages à des infrastructures de communication. 
Ce projet peut être étendu éventuellement à l’accès à des infrastructures de TIC, permettant des 
échanges plus consistantes que de simples appels téléphoniques. 
Toutefois,  l’existence  d’un  grand  nombre  de  personnes  encore  analphabètes  dans  les  zones 
reculées pourrait limiter l’exploitation effective par les usagers de ces téléphones dans les zones 
rurales  reculées.  Cette  réflexion  peut  ouvrir  la  voie  à  un  dialogue  avec  le  thématique  de 
l’éducation. 

2.5. Le secteur de la finance et micro­finance 
L’accès au financement constitue un paramètre important pour le développement des activités du 
secteur  privé.  Si  la  finance  classique  (banque  et  autres  prêts  contractuels)  s’adresse 
principalement  aux  grandes  entreprises,  et  ceux  du  secteur  formel  de  l’économie  nationale,  la 
micro finance et le micro crédit s’orientent plutôt aux entreprises de petite taille, notamment du 
secteur informel. 
Ces  deux  types  de  financement  se  complètent  dans  la  mesure  où  la  grande  partie  de  la  valeur 
ajoutée nationale provient du secteur formel, tandis qu’une grande partie de l’emploi est pourvue 
grâce à la présence des unités du secteur informel. 
Si  la  tendance  actuelle  est  d’accorder  une  importance  à  la  « formalisation »  de  toutes  les 
entreprises, on se rend compte que le chemin reste encore très long pour y parvenir. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 33 


Le  secteur  de  la  finance  et  de  la  micro  finance  peut  offrir  des  opportunités  considérables  aux 
entreprises  et  promoteurs  d’investissement  notamment  durant  cette  période  de  relance  de 
l’économie. Madagascar est très dépendante des capitaux étrangers, des apports des partenaires 
financiers  pour  les  projets  à  réaliser.  De  plus,  les  prêts  à  taux  concessionnel  et  aides  non 
remboursables sont indispensables  pour les Fonds à créer, afin de financer les diverses activités. 

2.6. Les autres interventions sur des secteurs moteurs de l’économie nationale 
Dans  le  cadre  de  la  relance  économique  actuelle,  l’objectif  est  de  retrouver  la  performance 
antérieure des entreprises, de renforcer la compétitivité des produits malgaches, de promouvoir 
les activités orientées vers le marché, et de  mettre en place un assouplissement des dispositions 
fiscales pour les entreprises, cela, afin de stabiliser la situation macroéconomique. 
Le  premier  type  d’intervention  requis  concerne  le  renforcement  de  capacité  en  matière  de 
promotion  des  investissements  et  du  partenariat.  Déjà  menée  avec  l’EDBM,  la  principale 
intervention  de  ce  type  vise  la  modernisation  de  l’environnement  des  affaires  afin  d’attirer  les 
investissements  et  favoriser  les  partenariats.  Cet  environnement  des  affaires  constitue 
effectivement  un  gage  de  la  facilitation  des  opérations  aussi  bien  pour  le  secteur  privé  national 
que pour les investisseurs internationaux. 
Le  deuxième  concerne  le  soutien  à  l’accès  au  financement  pour  les  PMI  /  PME  ainsi  que  les 
entreprises  de  l’agrobusiness.  Les  PTF  proposent  plusieurs  formules  dans  ce  cadre,  et  les  plus 
ambitieux sont certainement ceux de l’AFD (Fonds d’Investissement et de Soutien aux Entreprises 
en Afrique, Programme PROPARCO, et Société SOLIDIS). Ces formules de soutien au financement 
sont nécessaires à que ce soit pour financer des opérations ponctuelles, ou pour une élévation de 
l’échelle de production des entreprises. 
Un  autre  volet  d’appui  au  secteur  privé  concerne  la  mise  à  niveau  et  la  modernisation  des 
moyens  de  production.  L’amélioration  des  outils  de  production  industrielle  va  augmenter  la 
capacité  de  production  des  entreprises  en  augmentant  le  rendement  et  diminuant  les  pertes.  
L’enrichissement  de  la  compétence  et  la  performance  des  ressources  humaines  élèveront  leurs 
rentabilités ainsi que l’offre des produits sur le marché. 
Ce  type  de  programme  vient  compléter  le  précédent.  L’UNIDO  mène  le  programme  pour 
redresser  la  faible  compétitivité  des  entreprises  malgaches,  et  accompagner  la  politique 
Industrielle en cours, laquelle vise l’effectivité des rôles du secteur privé dans le développement 
économique. 
Un  des  besoins  les  plus  exprimés  concerne  la  valorisation  des  produits  malgaches,  Le 
renforcement du système de mise aux normes des produits industriels et de la démarche qualité 
améliorera  la  compétitivité  face  à  la  concurrence  internationale.  La  création  et  la  mise  en  place 
d’un  label « Malagasy»  vont  faire  connaître  les  produits  malgaches  sur  le  marché  mondial.  La  
promotion  des  exportations  du  secteur  industriel  malgache  entraînera  l’amélioration  de  la 
balance commerciale et accroîtra la rentrée des devises. 
Dans  le  cadre  de  la  facilitation  de  l’accès  au  marché  régional  et  international,  le  Projet 
« Cadre  intégré »  du  PNUD  met  en  place  des  modalités  qui  visent  l’augmentation  de  manière 
durable  des  exportations  des  biens  et  services  dans  les  marchés  nouveaux  et  /  ou  dans  les 
marchés  traditionnels.  Si  le  projet  vise  la  création  et  la  mise  en  place  de  cadre  favorable  aux 
exportations, ainsi qu’à la dynamisation des exportations vers les marchés internationaux cibles, 
la facilitation de la participation des industriels aux salons internationaux, constitue toujours des 
moyens  sûrs  pour  augmenter  la  reconnaissance  des  entreprises  et  produits  malgaches  et 
amplifier le volume des produits écoulés sur le marché international. 
De  plus,  la  mise  en  place  d’un  organisme  de  certification  des  produits  en  collaboration  avec  les 
organismes  reconnus  au  niveau  régional  et  international,  est  également  nécessaire  en  vue 
d’assurer la reconnaissance des produits malgaches à l’étranger. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 34 


En ce  qui concerne les  secteurs mine et infrastructure, l’existence des  grands projets miniers 
tels que SHERITT, et QMM concoure à assurer des revenus permanents en devise pour le pays, et 
les  activités  connexes  générées  autours  des  sites  d’exploitation  sont  destinées  à  enclencher  des 
effets  multiplicateurs  d’investissement.  Mais  l’aspect  le  plus  important  de  leur  présence  est 
sûrement la création d’infrastructures pour leur exploitation, lesquels sont également ouverts au 
public. 
Toutefois, le projet minier le plus intéressant pour une multitude d’opérateurs de petite taille et 
artisanaux,  est  celle  qui  collabore  directement  avec  eux  ainsi  que  les  entités  décentralisées 
comme  les  communes  rurales.  Le  Programme  PRGM  de  la  Banque  Mondiale,  en  cours  depuis 
2003, peut en proposer des réponses appropriées. 
Le  projet  d’amélioration  de  la  cartographie  Géologique  et  du  Système  d’Information  Minière, 
mené avec la JICA, contribue au développement durable du secteur intéressant à la fois les grands 
investisseurs miniers et les exploitants de petite taille. 
En ce qui concerne les infrastructures, le Projet de Développement du Port de Toamasina (JICA) 
contribue,  outre  à  l’augmentation  de  la  capacité  d’accueil,  à  l’amélioration  des  circuits  du 
commerce international du pays. 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 35 


ANNEXES 
 
Annexe 1 : TDR des experts en charge du mapping 
 
Missions : 
• Présenter  les  programmes  et  projets  existant  en  lien  avec  le  secteur  privé,  tant  au  niveau 
national (Madagascar,) que régional (COI, SADC, COMESA), et international. Les informations 
fournies  devront  permettre  d’avoir  une  bonne  appréciation  de  la  situation  du  projet  ou 
programme ; 
• Trouver  les  synergies  existantes  entre  tous  les  programmes  en  cours,  et  venir  des  PTF  en 
matière  d’appui  au  secteur  privé  ainsi  qu’avec  les  stratégies  nationales  ou  régionales 
sectorielles existante ; 
• Identifier les programmes projets et activités prioritaires complémentaires pertinents ainsi 
que les ressources additionnelles  nécessaires pour atteindre les objectifs fixés (Gap et plan 
de financement, coût des activités) ; 
• Analyser les mécanismes de financement existants 
Taches spécifiques à réaliser 
• Recenser  les  programmes  et  projets  déjà  formulés  au  niveau  national,  régional  et 
international 
• Recenser  et  analyser  de  façon  exhaustives  les  principales  actions  (en  cours  et  à  venir)  des 
PTF  dans  le  domaine  de  l’appui  au  secteur  privé,  les  modalités  de  mise  en  œuvre  seront 
inscrites de façon cohérente dans une matrice d’action ; 
• Faire  le  point  d’exécution  physique  de  ces  programmes  et  projets,  en  faisant  ressortir  les 
activités déjà réalisées, le reste à exécuter et les difficultés rencontrées ; 
• Justifier leur pertinence par rapport aux impacts négatifs et positifs de la crise actuelle et aux 
principales contraintes et opportunités existantes ; 
• Proposer au besoin les ajustements nécessaires à apporter à ces programmes et projets en 
vue d’atteindre les objectifs visés ; 
• Faire  le  point  sur  leur  niveau  d’exécution  financière  et  dégager  les  fonds  complémentaires 
ou additionnels nécessaires pour leur achèvement ; 
Un  atelier  national  d’une  demi‐journée  est  prévu  pour  présenter  les  conclusions  et 
recommandations issues de l’étude. 
 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 36 


 
Annexe 2 : Tableau des actions 
Dans le cadre des projets sur le commerce, l’industrie, et le secteur privé au niveau national 
A  Madagascar 
PTF  Financements 
Début et Fin du  Observations / 
Titre du Projet /  Objectifs / Résultats attendus  Réalisations majeures  Enveloppe Prévues / 
Projet / Initiative  perspectives 
initiative  Montant acquis 
COMMERCE ET EXPORTATION 

PNUD  Augmenter durablement les    USD 120 000  2007 ‐ 2009 


exportations des biens et services dans  (estimé) 
Cadre Intégré :  (Financement acquis) 
les marchés nouveaux et/ou dans les 
Programme d’appui 
marchés traditionnels 
aux exportations 
• Un cadre favorable aux exportations 
est mis en place 
Les exportations vers les marchés 
internationaux cibles sont dynamisées 
(Produits : artisanat) 
IFC  Promouvoir des exportations des PMEs   Réalisation de 12 modules de  USD 2 215 274  2005 ‐ 2009 
Assurer la 
Malgaches (appui au cluster Text’Ile  formation   (Juin) 
PEP Exportation  (Financement acquis)  représentativité et la 
Mada, mise en place d’un cluster 
Signature de contrats acheteurs/  compétitivité des 
Artisanat, création d’un Guichet Export), 
vendeurs  (USD 2 500 000)  entreprises Malgaches sur 
Faciliter l’accès du marché international  le marché mondial 
Réalisation site Web exportation 
aux PMEs  (mise aux normes des 
et annuaire des exportateurs 
produits malgaches)  Promouvoir l’exportation  
Certification bio de 17 entreprises 
 Renforcement de la compétitivité des 
entreprises exportatrices Malgaches) 

Rapport du GS – SP Madagascar Page 37 
PTF  Financements 
Début et Fin du  Observations / 
Titre du Projet /  Objectifs / Résultats attendus  Réalisations majeures  Enveloppe Prévues / 
Projet / Initiative  perspectives 
initiative  Montant acquis 
AFD  Signature de la convention de  Euro 1 500 000  2009 ‐ 2012   
Augmenter les exportations, 
Programme de  Augmenter la compétitivité dans le  financement avec les 3 
(Financement acquis) 
renforcement des  secteur textile et le tourisme à  bénéficiaires au mois de 
capacités  Madagascar  septembre 2009. Les premiers 
commerciales :   décaissements ont eu lieu.  
‐ CAP EXPORT 
 
‐ Text’Ile Mada  
‐ ONTM 
 
Contribution  au  développement  par  le Formations en négociation,
CE  PS de Ar 293 600 000  Déc 08 ‐ Déc.   
commerce  et  l’amélioration  de Appuis au secteur privé orientés 
Processus  09 
l’intégration  de  Madagascar  dans vers les exportations,   
négociation APE / 
l’économie mondiale  Secrétariat technique des comités 
Normalisation  AT de Ar 686 248 000 
Améliorer la compétitivité des  de normalisation, 
produits agricoles 
principales filières d’exportation.  Modalités opérationnelles pour la 
d’exportation 
certification, 
Formation des services 
techniques des régions sur les 
procédures d’inspection. 
 
INDUSTRIE ET TOURISME 
MCA 
Appui à l’organisation de manifestations         
Appui au secteur 
visant la promotion du secteur agricole, 
touristique 
artisanal et touristique 
Et Projet 
EDUCTOUR 
 
   
   
   
   
   
   
   

Rapport du GS – SP Madagascar Page 38 
PTF  Financements 
Début et Fin du  Observations / 
Titre du Projet /  Objectifs / Résultats attendus  Réalisations majeures  Enveloppe Prévues / 
Projet / Initiative  perspectives 
initiative  Montant acquis 
INFRASTRUCTURE ET MINE 
Réviser et améliorer la cartographie 
JICA  Réalisation de mission d’étude  YEN 220 Millions  2 ans  Promouvoir 
géologique existante (échelle de  
préliminaire (du 15 au 24/ O7/2008 et  l’Industrie 
Cartographie  1 : 1000 000  (Financement acquis) 
du 19 au 31/05/2009  Minière sur base 
géographique et   Renforcer les activités de Télédétection et de 
de nouvelles 
système. d’info.  SIG liées à l’activité de cartographie 
informations  
Minière  Renforcer les capacités Malagasy  
(télédétection et SIG)  Configurer des 
Obtenir des nouvelles cartes géologiques dans  cordonnées 
la zone cible (échelle 1 : 100 000)  cartographiques 
Développement de capacité en Télédétection  et géologiques  
(interprétation d’image RADAR) 
BANQUE  Améliorer la transparence et la gouvernance         
MONDIALE  dans la gestion du secteur minier, 
Projet de  importance particulière aux activités minière 
Gouvernance des  de petite taille et artisanales 
Ressources 
Miniers (PGRM) 
 
JICA  Conduire l’étude de faisabilité sur le projet de  Phase I :  2009 ‐2009  Renforcer le 
développement du port de Toamasina  YEN 280 Millions 
Développement  (Décembre)  transport des 
Collecte d’information  (Financement acquis) 
du Port de  Transférer les compétences et les technologies  Enquête sur terrain et projection de la  marchandises à 
Tamatave  adéquates au personnel concerné par l’étude  demande (Février 2009‐Mai 2009)  travers des 
nouvelles 
Augmentation de la capacité d’accueil des 
infrastructures 
navires et des marchandises 

     
     
     
     
     
     
     

Rapport du GS – SP Madagascar Page 39 
PTF  Financements 
Début et Fin du  Observations / 
Titre du Projet /  Objectifs / Résultats attendus  Réalisations majeures  Enveloppe Prévues / 
Projet / Initiative  perspectives 
initiative  Montant acquis 
FINANCE ET MICROFINANCE 

AFD  Favoriser l’investissement en fonds propres  Prospection auprès des principaux fonds  Jusqu’à EURO 1 Million de  Prospection en  Etape suivante : 


(augmentation de l’investissement)  d’investissements présents à  garantie par opération  2009 et  finalisation de la 
ARIZ Garantie 
Madagascar  (Financement acquis)  première  convention type, 
Fonds propres 
garantie en  et réalisation de la 
2010  première garantie 
MCA  Faciliter l'accès aux financements des activités         
productives, notamment dans le monde rural 
Projet Finance 
AFD  Réduire la proportion de défauts des  Création d’ACEP Madagascar SA  Euro 350 000  2010 ‐ 2012   Réduire les 
emprunteurs liée à des problèmes de santé  problèmes liés au 
Micro finance :  (Financement acquis) 
Réduction du taux d’impayés d’ACEP  défaut de 
mutuel santé 
Madagascar  remboursement 
dans le 
microcrédit 
AFD  Faciliter l’octroi des crédits aux Petites et  Prospection auprès des banques  A partir de   2  ans  Développer le 
Moyennes Entreprises  (négociation en cours  avec l’une d’entre  Euro 1 million  secteur financier 
Garantie 
Développer le secteur financier  elles) 
partielle de  (Financement acquis)  Favoriser l’accès 
portefeuille ARIZ  des crédits aux 
PMEs 
AFD  Aider les deux institutions de microfinance à  Prêt concessionnel octroyé par l’AFD  Euro 2 000 000 (CECAM)  2010 ‐2020  Renforcer la 
proposer renforcer leur portefeuille de crédit  situation 
Refinancement   et contribuer à sa croissance.   Euro 1 650 000 (ACEP SA)
financière des IMF 
de CECAM et 
  (Financement acquis) 
ACEP 
Madagascar 
 
 
 
 
 

Rapport du GS – SP Madagascar Page 40 
PTF  Financements 
Début et Fin du  Observations / 
Titre du Projet /  Objectifs / Résultats attendus  Réalisations majeures  Enveloppe Prévues / 
Projet / Initiative  perspectives 
initiative  Montant acquis 
INTERVENTIONS MULTISECTORIELLES (SECTEUR PRIVE EN GENERAL, Y COMPRIS PME) 
IFC  Proposer aux PME Malgaches une nouvelle  Elaboration de business plan    2004 ‐2011  Promouvoir un 
approche (mettre un package de solutions  Diagnostic d’entreprise  développement 
Centre  de  (Financement acquis) 
adapté aux besoins des PMEs)  Organisations des ateliers  durable du 
Solutions pour les 
Renforcement des capacités  Renforcement des capacités  secteur privé 
PEM 
Amélioration de l’environnement des 
(SSC)  affaires 
Opportunités de marché 
Mise en place de travail en réseaux 
(partenariat) 
Documentations et services d’appuis aux 
PME, Financement 
Prospection auprès des principaux  Jusqu’à EURO 1 Million de 
AFD  Favoriser l’investissement en fonds  Prospection en 2009  Etape suivante : 
propres (augmentation de  fonds d’investissements présents à  garantie par opération 
et première garantie  finalisation de la 
ARIZ Garantie  l’investissement)  Madagascar  (Financement acquis) 
en 2010  convention type, 
Fonds propres 
et réalisation de la 
première garantie 
AFD  Faciliter les octrois de crédit aux  Octroi de 5 millions d’Euros de  De Euros 50 000 à Euro  De 1 à 12 ans   
entreprises  garantie (donnée en date du 31  2 000 000 de (garantie 
Garantie ARIZ 
Contribuer au développement du secteur  octobre 2009)  par opération) 
Individuelle) 
financier 

FIDA  Soutien à plusieurs niveaux aux micros    USD 30 300 000  2008 ‐ 2015   


entreprises rurales et aux économies 
Programme  régionales (petits producteurs individuels,  (Financement acquis) 
PROSRERER  des opérateurs issus du secteur privé du 
monde rural, souvent informels) 

Rapport du GS – SP Madagascar Page 41 
PTF  Financements 
Début et Fin du  Observations / 
Titre du Projet /  Objectifs / Résultats attendus  Réalisations majeures  Enveloppe Prévues / 
Projet / Initiative  perspectives 
initiative  Montant acquis 
ONUDI  Rendre les produits industriels    EURO 15,1 Millions  2009–2014?   
malgaches compétitifs au niveau national, 
Programme de  Financement à mettre en 
régional et international 
mise à niveau et de  place (acquis : 0) 
modernisation des 
industries de 
Madagascar 
PNUD  Promouvoir un secteur privé compétitif,    USD 250 000  2008 à 2011  Démarrage en 
contribuant à la lutte contre la pauvreté  cours 
Appui au secteur  (Financement acquis) 
privé  Un cadre favorable à l'amélioration de la 
compétitivité du secteur privé est mis en 
place 

BANQUE  Améliorer l’accès aux principaux services     DTS 19 millions  12/11/2002   


MONDIALE  publics (fiabilité, réduction des coûts, et 
(Financement acquis)  au 
faciliter l’accès de nouveaux opérateurs 
Second Projet de 
dans les secteurs déréglementés,  31/12/2009 
Développement du 
amélioration de la compétitivité 
Secteur Privé 
BANQUE  Contribuer à la création d’un    USD 130 millions (crédit  Du 28/09/2005   
MONDIALE  environnement des affaires propice à la  initial) 
promotion d’une croissance économique à  Au 31/12/2012 
Pole Intégré de  base élargie dans 3 pôles de croissance  USD 40 millions (crédit 
Croissance (PIC)  additionnel) 
(Financement acquis)
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Rapport du GS – SP Madagascar Page 42 
PTF  Financements 
Début et Fin du  Observations / 
Titre du Projet /  Objectifs / Résultats attendus  Réalisations majeures  Enveloppe Prévues / 
Projet / Initiative  perspectives 
initiative  Montant acquis 
TELECOMMUNICATION / COMMUNICATION 

IFC  Fournir des services aux communautés  Identification de région en difficulté,  USD 166 262  2008 ‐ 2010  Accroître la 


rurales qui n’ont pas encore  l’accès à la  Identification de candidat de VPO   pénétration de la 
Village Phone  (Financement acquis) 
communication (service basé sur le concept   Renforcement des capacités des candidats  téléphonie rurale 
d’accès partagé);   au VPOs (formation, conduite de la cession)  (accès aux 
Mettre en place des micros entreprises viable  Déploiement de VPOs sur le marché local  informations de 
ou the"Village Phone Operators»    Mise en place d’un processus d’examen et  base, des finances et 
En  Y1 : cibles (500.000 personnes qui  d’évaluation (effectuer l'examen et  des services de 
doivent avoir accès au service téléphonique)  l'évaluation des données et de champ  téléphonie dans les 
En Y2 : 750.000 personnes supplémentaires;  d’intervention)  zones rurales) 
En Y1 : Création de (2000 propriétaires de  Formation, 
VPOs   techniques et de 
En Y1 : Création de (4000 propriétaires dans  soutien aux 
Y2)  opérateurs 
Accessibilité au financement à tous les  téléphoniques 
propriétaires de VPOs du programme. 
AGRI BUSINESS / AGRO INDUSTRIE 
AFD  Favoriser le développement agricole en  Diffusion de l’information sur la création  Enveloppe financière allant  2009 ‐ 2013   
Afrique  et les caractéristiques du fonds   de Euro 1 million à Euro 10 
Fonds  Augmentation de la production agricole en  Millions par Opération 
d’Investissement  Afrique 
pour l’Agriculture 
en Afrique 
BAD  réduction de la pauvreté en milieu rural à  Démarrage après la 
Projet de  Madagascar.  crise 
réhabilitation et   
d'extension du  augmentation de la production agricole à 
périmètre irrigué  travers le développement des 
de bas Mangoky‐ infrastructures d'irrigation collectives et le 
PhaseII  renforcement des organisations des 
producteurs. 

Rapport du GS – SP Madagascar Page 43 
PTF  Financements 
Début et Fin du  Observations / 
Titre du Projet /  Objectifs / Résultats attendus  Réalisations majeures  Enveloppe Prévues / 
Projet / Initiative  perspectives 
initiative  Montant acquis 
BAD  augmentation de la production agricole (riz)  9 millions d’Unités de     
et de l’élevage dans la région avoisinant  Compte 
Projet MANOMBO  Manombo 

UNION   
Faciliter l’investissement et appuyer le  • Préparation des dossiers d’appel  Euro 567 000  2007 ‐ 2009 
EUROPEENNE  renforcement de la filière canne  d’offres pour la réhabilitation des 
  (Financement acquis) 
infrastructures (amélioration 
Madagascar 2006 
de la production et évacuation des 
– Mesures 
produits) 
d’accompagnemen
ts en faveur des  • Préparation d’un devis programme 
pays signataires du  pour fournir appui et conseil aux 
protocole sur le  paysans (itinéraires techniques  et 
sucre  diffusion des variétés améliorées) 
• Audit technique et recommandations 
pour améliorer le fonctionnement et 
planifier 
L’augmentation des capacités de 
traitement des usines existantes 
• Etudes de faisabilité pour diversifier la 
production des usines 
UNION 
Promouvoir les activités de production  Avancement dans l’achat de matériels et  Euro 5 Millions  Septembre   
EUROPEENNE  orientées vers le marché  fournitures  2008 – 
  (Financement acquis) 
(cadre : développement rural du MAP)  décembre 
Filière  Démarrage des activités sur la mise en 
2010 
d’exportation  place des pépinières 
Début des activités de formations 
thématiques pour les producteurs 

Rapport du GS – SP Madagascar Page 44 
PTF  Financements 
Début et Fin du  Observations / 
Titre du Projet /  Objectifs / Résultats attendus  Réalisations majeures  Enveloppe Prévues / 
Projet / Initiative  perspectives 
initiative  Montant acquis 
INTER  ‐ Soutien d’Organisation Paysannes  CHF 13 millions  Planification de la 
Développer l’économie rurale   
COOPERATION  Faîtières et de leurs  partenaires dans 9    Phase 4 du 
SUISSE  Un secteur privé dynamique et compétitif  filières  (Financement acquis)  programme 
Programme SAHA  favorise le développement des filières  ‐ Etudes de marché  
rurales en aval  ‐ Soutien aux institutions (TT, Fenapi, 
réseau Soa…) 
‐ Développement de normes et textes 
(filière miel…) 
UNION 
Améliorer la compétitivité en quantité et en  Diffusion de 205 000 plants ont été  Euro 2 000 000  Déc. 2008 –   
EUROPEENNE  qualité de l’offre en produits horticoles de  produits dont 80% ont été diffusés en  Déc. 2011 
Filières  Madagascar (amélioration du matériel  (Financement acquis) 
milieu paysans de 12 communes 
d’exportation :  végétal, la technicité des paysans,  rurales ; environ 12 000 vitro plants de 
palmiers, baie  diversification des produits transformés, 
valorisation des sous‐produits issus de  deux variétés introduites de banane, 
rosa, fruits 
l’agriculture)  acclimatées et diffusées en paysan. 

AUTRES TYPES D’INTERVENTION 
AFD / 
Favoriser la création de valeur ajoutée et  Depuis 1998 : 9 M € en Fonds Propres    1998  Investir dans les 
PROPARCO  d’emplois dans les pays en développement et  pays en 
  pays émergents,  9 M € en Garanties 
développement et 
Garanties 
Elévation du PIB, baisse du chômage  18 M € de prêts  émergents suivant 
participations, 
le principe de (s) : 
Prêts 
Garanties, 
Participations, Prêts 
AFD  Aider  les jeunes entrepreneurs à accéder au  Création de la structure juridique  Euro 1 500 000  Début 2009   
crédit bancaire  (agrément provisoire de CSBF) 
Projet Solidis :  En année quatre (300 entrepreneurs ont été  (Financement acquis) 
Société de  aidés) 
cautionnement 
En cours de 4 M € de crédits garantis 
mutuel 

Rapport du GS – SP Madagascar Page 45 
PTF  Financements 
Début et Fin du  Observations / 
Titre du Projet /  Objectifs / Résultats attendus  Réalisations majeures  Enveloppe Prévues / 
Projet / Initiative  perspectives 
initiative  Montant acquis 
ONUDI 
Assurer son obligation d’éliminer les gaz  • Formation des techniciens  USD 47 000  2008‐2010   
 
appauvrissant la couche d’ozone, CFC en  frigoristes dans la bonne 
Gestion  (Financement acquis) 
2010 ;  pratique frigorifique et la 
d’élimination des 
récupération des CFC 
gaz appauvrissant la  • Formation des techniciens frigoristes 
couche d’ozone  dans la bonne pratique frigorifique et la  • Achat et subvention des 
récupération des CFC  Machines de récupération des 
gaz à la disposition des 
• Machines de récupération des gaz à la 
techniciens 
disposition des techniciens 
• Achat et subvention des Le gaz 
• Outils et matériels nécessaires pour la 
alternatifs sont disponibles sur 
récupération sont disponibles aux 
le marché local 
techniciens 
• Le gaz alternatifs sont disponibles sur le 
marché local 
ONUDI 
• Assister le gouvernement pour  USD 188 700  2009 ‐ 2011   
 
moderniser l’environnement des 
Renforcement des  (Financement acquis) 
affaires afin d’attirer les 
capacités de l’EDBM 
investissements et favoriser les 
en matière de 
partenariats (au niveau de l’agence de 
promotion des 
promotion des investissements) 
investissements et 
du partenariat  • Renforcement en identification des 
projets d’investissements, en 
promotion des investissements 
intéressés par Madagascar, en 
préparation et implantation de projets 
en organisation de campagnes 
internationales de promotion. 
• Renforcement de la capacité d’agence 
(amélioration de l’image du pays en 
matière d’investissement et des 
nouvelles technologies) 

Rapport du GS – SP Madagascar Page 46 
PTF  Financements 
Début et Fin du  Observations / 
Titre du Projet /  Objectifs / Résultats attendus  Réalisations majeures  Enveloppe Prévues / 
Projet / Initiative  perspectives 
initiative  Montant acquis 
ONUDI 
Les communautés rurales ont accès à  • Etude de pré faisabilité de 12  USD 9 400 000  2009 ‐ 2011  Recherche de 
 
l’électricité propre et abordable  centrales hydroélectriques ;  financement 
Accès à l’énergie   Acquis : USD 1 500 000 
• Renforcement des capacités     • Etablissement du document de  Validation du projet 
rurale par le 
(humaines et institutionnelles) en  projet ;  Etude de faisabilité ; 
développement de 
développement de projet de petites  Réalisation des 12 
petite centrale 
centrales hydro électriques ;  centrales 
hydroélectrique à 
• Réalisation de 12 centrales  hydroélectriques ; 
Madagascar 
hydroélectriques de 14 Kw à 1200Kw ;  Transfert de technologie 
• Mise en place d’une unité de fabrication  en fabrication des 
de petites turbines hydroélectriques  turbines 
 
 

Rapport du GS – SP Madagascar Page 47 
Annexe 3 : Liste des programmes et projets du PADECI 2009 
 
Programmes et Projets  Objectifs 
Projet sur l’amélioration de  Fournir un environnement incitatif pratique et  transparent  pour toutes les 
l’environnement des affaires  activités d’investissement à Madagascar 

(Engagement  6,  défi  2 du  MAP :  approche  « guillotine »  des  procédures


administratives, application des nouvelles lois  sur les investissements et sur
les zones et entreprises franches, et harmonisation des textes en vigueur) 
Projet sur l’Agence de Promotion 
‐ Promouvoir les activités orientées vers le marché (Défi 4) 
des Exportations (APEX) 
‐ Accroître la valeur ajoutée agricole et promouvoir l’Agri business (Défi 6) 

‐  mettre  en  place  une  Agence  de  Promotion  de  l’exportation  dénommée
APEX 
Projet sur l’appui aux filières  Améliorer la compétitivité des produits agricoles d’exportation sur le 
d’exportation  marché international par l’appui des entreprises exportatrices ou des 
groupements des producteurs en matière de qualité, de traitement ou de 
conditionnement de ces produits. 
Projet sur le village de l’Artisanat  Contribuer à une meilleure intégration du secteur Artisanat dans l’économie 
nationale et assurer la valorisation du patrimoine culturel et traditionnel du 
savoir faire malgache 
Projet pour l’accès au crédit des  ‐ Promouvoir  une croissance forte à base sociale très élargie 
PME  ‐ Renforcer la compétitivité de Madagascar et son intégration dans 
l’économie mondiale 
Projet sur le Programme de mise à  La relance de la production industrielle, la promotion de l’investissement, de 
niveau des industries locales  l’emploi et l’amélioration de la compétitivité de l’économie malgache à 
l’échelle locale, sous régionale et internationale 
Projet sur le développement de  Engagement N°4 : Développement rural 
« cluster »  Défi 6 : Accroissement de la valeur ajoutée et la promotion de l’agrobusiness 
en organisant les acteurs et la production en vue de fournir aux marchés des 
produits plus élaborés et répondant aux besoins des consommateurs finaux, 
marchés local et extérieur. 
Engagement N°6 : Economie à forte croissance 
Défi 5 : Le renforcement, voire la dynamisation des entreprises locales, des 
PME et de l’Artisanat ; 
Défi 6 : le renforcement de la compétitivité commerciale internationale de 
par l’intensification et la diversification des exportations 
PADECI 
‐ Entreprises locales, PME et artisanat restructurés et mis à niveaux ; 
‐ Secteurs à haute valeur ajoutée et à fort effet d’entraînement développés ; 
‐ Part des entreprises malgaches sur le marché extérieur en augmentation ; 
‐ La marque Madagascar valorisée 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 48 


Programmes et Projets  Objectifs 
Projet sur l’incubation des et la 
‐ Modernisation du système de formation, de diffusion des informations aux 
modernisation des PME/PMI 
PME ; 

‐ Mise en cohérence de la politique de formation professionnelle avec la 
politique économique ; 

‐ Maîtrise par les PME des processus de fabrication liés aux nouvelles 
technologies exigés par les marchés ; 

‐ Application des notions de qualité et normes 
Projet sur la mise en place  Renforcement du tissu économique à travers la mise en place 
d’infrastructure industrielle  d’infrastructures industrielles de base (centres techniques dans les 
d’appui  domaines d’activité) 
Projet sur l’intégration verticale  Renforcer le niveau de l’intégration verticale actuel avec les grands 
investissements en particulier miniers qui sont à la fois des investissements 
durables, réservoirs d’emploi et sources potentielles de création  et  de 
promotion d’entreprise. 

 
Le budget total du PADECI est estimé à 35 440 000 Euros. 
 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 49 


Annexe 4 : Liste des documents consultés 
 

• Les Fiches par Projet des différents PTF ; 

• Etude  sur  la  promotion  des  investissements  à  Madagascar,  CREAM,  Cahier  de  recherche 
en analyse économique N°12/2008 ; 

• Rapport  d’activité  quadrimestriel  dans  le  cadre  de  la  mise  en  œuvre  de  la  Politique 
Générale de l’Etat, septembre 2008 ; 

• Programme  d’Appui  au  Développement  de  l’Economie,  du  Commerce  et  de  l’Industrie 
(PADECI 2009) ; 

• Politique Générale de l’Etat 2006, 2007 et 2008, Gouvernement de Madagascar, Primature 
Mahazoarivo ; 

• Madagascar  Action  Plan :  Plan  d’action  pour  le  développement  de  Madagascar  durant  la 
période de 2007 à 2012 ; 

• Etude sur les initiatives d’appui au secteur privé, Ministère de l’Economie, du Commerce 
et de l’Industrie (MECI) 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 50 


Annexe 5 : Références des PTF Membres du GS SP 
 
Nom des représentants 
Partenaires techniques et financiers  Contacts 
au sein du GS SP 
Olivier Pezet  pezeto@afd.fr 
AFD ‐ Agence Française de 
Cédric Boulanger  boulangerc@afd.fr 
Développement 
Camille Laurens  laurensc@afd.fr 
BAD – Banque Africaine pour le 
Mélanie Xuereb de Prunelé m.xuereb‐de‐prunele@afdb.org 
Développement 
BIT – Bureau International du Travail  Rakotoarinia  hfr@ilo.org 

BM – Banque Mondiale  Josiane Raveloarison  jraveloarison@worldbank.org 

Monca Pambianco  monica.pambianco@ec.europa.eu 
CE ‐ Commission Européenne 
Joëlle Rajaonarison  joelle.rajaonarison@ec.europa.eu 

Haingo Rakotondratsima   h.rakotondratsima@ifad.org 
FIDA – Fonds international pour le 
Développement Agricole 
Njaka Rajaonarison  prosperer@prosperer.mg 

GTZ – Coopération Allemande  Helmut Burmeister  Helmut.Burmeister@gtz.de 


INTERCOOPERATION SUISSE 
Raharinaivosoa Estelle   saha.natdir@iris.mg 
Programme SAHA 
JICA – Agence de Coopération 
Manoela Razafimahefa  RazafimahefaManoela.MR@jica.go.jp 
Internationale Japonaise 
Patrick Gilabert  p.gilabert@unido.org 
ONUDI ‐ Organisation des Nations Unies 
pour le Développement de l’Industrie 
Xavier Rakotonirina  xr.unidomadagascar@hotmail.com 

Nicolas Kazadi  nicolas.kazadi@undp.org 
PNUD – Programme des Nations Unies 
pour le Développement 
Hasina Ramarson  hasina.ramarson@undp.org 

Johane Rajaobelina  jrajaobelina@ifc.org 
SFI – Société Financière Internationale 
Andry Rasoanaivo  arasoanaivo@ifc.org 
 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 51 


Contact :  

Secrétariat du GS­SP Madagascar, c/o Représentation de l’ONUDI à Antananarivo pour l’Océan Indien, 
(Comores, Madagascar, Maurice, Seychelles), Bâtiment Ariane 5, Zone Galaxy Andraharo, rue du Dr Raseta, 
route de Majunga, BP 1348, Antananarivo 101, Madagascar  
Téléphone : (261) 20 23 365 40/43 ‐ Télécopie : (261) 20 23 365 45 

Rapport du GS – SP Madagascar  Page 52