Vous êtes sur la page 1sur 28

DK NEWS

 
MÉTÉO 09° : ALGER 20° : TAMANRASSET p. 2
MÉTÉO
09°
: ALGER
20° : TAMANRASSET
p. 2
 

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

 

Jeudi

22 Janvier 2015

- 1

er

Rabie

El Thani 1436 -

N° 847

- Troisième année

- Prix : Algérie

:

  • 10 DA. France

:

1€

www.dknews-dz.com

RÈGLEMENT DE LA QUESTION DU SAHARA OCCIDENTAL

L'Algérie et l'Egypte

affirment la nécessité de parachever le processus onusien

P a g e 2 8

YÉMEN

L'Algérie

appelle les antagonistes à privilégier la voie du dialogue

P a g e 2 8

Abnégation et loyauté

«L'ANP réaffirme son attachement à ses missions contitutionnelles et sa détermination à éradiquer le terrorisme» L'Armée
«L'ANP réaffirme son attachement
à ses missions contitutionnelles et sa
détermination à éradiquer le terrorisme»
L'Armée nationale populaire (ANP) a réaffirmé son
attachement à l'accomplissement de ses missions
constitutionnelles «avec abnégation et loyauté», ainsi
que la poursuite de son combat contre le terrorisme
«avec rigueur et détermination jusqu'à son
éradication».
P .p 3 -10
LA PROFESSEURE ARRADA ZAKIA, CHEF DE SERVICE PÉDIATRIE AU CHU NAFISSA-HAMOUD (EX-PARNET), INVITÉE HIER DU FORUM
LA PROFESSEURE ARRADA ZAKIA, CHEF DE SERVICE PÉDIATRIE AU CHU
NAFISSA-HAMOUD (EX-PARNET), INVITÉE HIER DU FORUM DE DK NEWS
Le contrôle
«Créer des services
de néonatalogie»
Le FCE
Il
Il
Il yyy aaa urgence
urgence urgence
douanier va cibler
en priorité les gros
importateurs
P a g e 7
déterminé à ériger
l'Entreprise nationale
en locomotive
du développement
P a g e 7
SANTÉ
LE GESTE NOBLE
DES POLICIERS
FOOTBALL
DEMAIN À 17 HEURES
À MONGOMO,
ALGÉRIE-GHANA
Il tue
Diabète de type 2
LA CARENCE
EN VITAMINE A
POURRAIT
LE CAUSER
LA SÛRETÉ DE
WILAYA D’ALGER
CONTINUE DE
DISTRIBUER DES
REPAS CHAUDS
AUX SANS-ABRI
ALGER
Gourcuff effectue
les dernières
retouches dans
ses plans
froidement
sa mère
20 ans de réclusion
criminelle
P a g e 2 6
P .p 14 -1 5
P a g e 1 2
P a g e 1 2
P .p 8 -9
CAN-2015
2 DK NEWS D’ EIL Jeudi 22 Janvier 2015 Régions Nord : 09° à Alger CLIN
2
DK NEWS
D’
EIL
Jeudi 22 Janvier 2015
Régions Nord : 09° à Alger
CLIN
CLIN
Horaires des prières
Jeudi 1 er Rabih El-Thani 1436
Temps froid et nuageux avec averses de pluies orageuses lo-
calement assez marquées notamment vers le littoral Ouest et Cen-
tre. Chutes de neige sur les reliefs dépassant 700/800 mètres d'al-
titude notamment de l'Ouest et du Centre en cours de journée et
soirée. Les vents seront modérés notamment près des côtes. La
mer sera agitée.
Max
M i n
Alger
09°
07°
Fajr
06:21
Oran
12°
08°
Dohr
12:58
Asr
15:36
Annaba
13°
09°
Régions Sud : 20° à Tamanrasset
Maghreb
18:00
Béjaïa
13°
09°
Isha
19:24
Temps voilé à nuageux sur le Nord Saoura, le Nord Sahara
et les Oasis avec quelques pluies locales. Ailleurs, temps en-
soleillé. Les vents seront modérés avec soulèvements de sa-
ble locaux.
Tamanrasset
20°
05°
Météo

APN

Session plénière ce matin consacrée aux questions orales

SAMEDI 24 JANVIER AU FORUM DE DK NEWS Conférence sur le traitement du cancer par des
SAMEDI 24 JANVIER
AU FORUM DE DK NEWS
Conférence sur
le traitement du cancer
par des méga doses
de vitamine C
Le Forum de DK
News reçoit samedi 24
janvier à 10h30, des spé-
cialistes pluridiscipli-
naires qui s’exprime-
ront sur le traitement
du cancer par des méga
doses de vitamine C. les
intervenant sont : le pré-
sident de la Société algé-
rienne de nutrition
(SANMO) D r Lyes Baghli,
le président de la So-
ciété mondiale de nutri-
tion P r Atsuo Yanagi-
sawa, le professeur en
SPORTS
immunologie Mustapha
Oumouna et le vice-pré-
sident de la SANMO D r
Tahar Naïli. La rencon-
tre aura lieu au centre de
presse de notre publica-
tion, 3, rue du Djurd-
jura, Ben Aknoun, Al-
ger.
SAMEDI 24 JANVIER À 10H
Le P-DG de Condor
Abderrahmane
Benhamadi invité
du Chiffre d’affaires
Le Forum écono-
mique du quotidien Le
Chiffre d’affaires , re-
çoit samedi 24 janvier à
10h au siège du jour-
nal sis, 92 rue Sylvain
Fourastier (El Moura-
dia, Alger), le président directeur général du
groupe Condor, M. Abderrahmane Benhamadi,
pour une conférence-débat qui portera sur
«L’investissement privé en Algérie et son apport
au développement économique : cas de
Condor».
SAMEDI AU CENTRE CULTUREL
MUSTAPHA KATEB
Rencontre avec
Hassani M’hamed
L’Etablissement Arts et Culture de la wilaya d’Al-
ger organise samedi 24 janvier à 13h au Centre cul-
turel Mustapha Kateb, une rencontre poétique avec

CE MATIN À 11H

Yousfi entendu à l’APN sur l’exploitation du gaz de schiste

Le ministre de l’Energie, M. Youcef Yousfi, sera entendu ce matin à 11h par la Commis- sion des Affaires économiques, du développement, de l'indus- trie, du commerce et de la pla- nification de l'APN. Le minis- tre présentera un exposé sur l’état des lieux du secteur notamment sur la question de l’exploitation du gaz de schiste.

2 DK NEWS D’ EIL Jeudi 22 Janvier 2015 Régions Nord : 09° à Alger CLIN

L'Assemblée po- pulaire nationale (APN) reprendra, ce matin, ses travaux en séance plénière consacrée aux ques- tions orales, a indi- qué hier un commu- niqué de l'Assem- blée. Une (01) ques- tion orale sera po- sée au Premier mi- nistre, une (01) au ministre de l'Agriculture et du dévelop- pement rural, deux (02) au ministre des Affaires reli- gieuses et des Wakfs, trois (03) au ministre de l'Habitat, deux (02) à la ministre de la Solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme et deux (02) questions au mi- nistre de la Communication, précise la même source.

2 DK NEWS D’ EIL Jeudi 22 Janvier 2015 Régions Nord : 09° à Alger CLIN

CENTRE CULTUREL OUED KORICHE

Soirée chaâbi

2 DK NEWS D’ EIL Jeudi 22 Janvier 2015 Régions Nord : 09° à Alger CLIN

Tahmi à Oran

2 DK NEWS D’ EIL Jeudi 22 Janvier 2015 Régions Nord : 09° à Alger CLIN

Le ministre des Sports, Mohamed Tahmi, effectuera aujourd’hui une visite de travail et d’inspection dans la wilaya d’Oran. Le ministre inspec- tera entre autres le projet de réali-

sation du stade olympique d’Oran.

MOUDJAHIDINE

Zitouni samedi 24 janvier à Tlemcen

Le Centre culturel de Oued Koriche organise ce soir à partir de 20h, une soirée chaâbi qui sera ani- mée par l’ar- tiste Rachid Boudjelab.

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, ef- fectuera samedi 24 janvier, une visite de travail et
Le ministre des
Moudjahidine,
Tayeb Zitouni, ef-
fectuera samedi 24
janvier, une visite de
travail et d’inspec-
tion des projets du
secteur dans la wi-
laya de Tlemcen.

GROUPEMENT DE LA GENDARMERIE DE BÉJAÏA

AVEC 35 WILAYAS COUVERTES

Mobilis: le Plus Grand Réseau 3G en Algérie

Présentation ce matin du bilan 2014

C’est officiel ! pour la seconde an- née consécutive Mo- bilis confirme sa po- sition de numéro 1 de la 3G++ en Algé- rie, en passant avec succès les tests de conformité à ses obligations de cou- verture et de qua- lité de service dans les six (06) wilayas obligatoires. Ainsi, Mobilis détient le plus grand réseau 3G++ en Algérie, et de- vient le seul et unique opérateur à couvrir 35 wilayas,

2 DK NEWS D’ EIL Jeudi 22 Janvier 2015 Régions Nord : 09° à Alger CLIN

Le groupement régional de gendarmerie nationale de la wi- laya de Béjaïa, organise une conférence de presse consacrée à la présentation du bilan 2014 des unités du groupe ce ma- tin à 10h.

CE MATIN À 11H

Conférence de l’Ugcaa

En marge de la réunion du Bureau exécutif national, l’Union générale des commerçants et artisans algériens (Ug- caa), organise ce matin à 11h une conférence de presse en son siège sis 18, rue Mohamed Bouldoum, Belouizdad, Alger.

suite à l’obtention aujourd’hui de l’autorisation de l’Auto-

rité de Régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT), pour étendre sa couverture sur les dix (10) wilayas supplémentaires au titre de la deuxième année. A cet effet, Mobilis procédera à la commercialisation de ses produits 3G dès aujourd’hui à travers les wilayas de Béjaia, Adrar, Chlef, Oum El-Bouaghi, Béchar, Bouira, Skikda, Guelma, Ghardaïa et Relizane. Mobilis qui a déjà le plus grand nom- bre d’abonnés 3G en Algérie, va pouvoir continuer à offrir les meilleures offres 3G++ à tous les Algériens. Par le biais de ce positionnement, Mobilis confirme son leadership déjà prouvé lors du lancement de la 3G, et la qualité des produits, offres et services proposés à ses clients.

LE 24 JANVIER À L’HÔTEL EL DJAZAÏR

Congrès national des médecins généralistes

Le Syndicat national des médecins généralistes de santé pu- blique (Snmgsp) tiendra son congrès samedi 24 janvier à l’hô- tel El Djazaïr.

Jeudi 22 Janvier 2015

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

LA REVUE «EL DJEICH» DANS SA DERNIÈRE ÉDITION

«L'ANP réaffirme son attachement à ses missions contitutionnelles et sa détermination à éradiquer le terrorisme»

L'Armée nationale populaire (ANP) a réaffirmé son attachement à l'accomplissement de ses missions constitutionnelles «avec abnégation et loyauté», ainsi que la poursuite de son combat contre le terrorisme «avec rigueur et détermination jusqu'à son éradication».

«L'Armée nationale populaire res- tera attachée à l'accomplissement de

ses missions constitutionnelles avec ab-

pleinement leurs missions et dans les meilleures conditions». L'ANP, ajoute El-Djeich, «a déployé des efforts consé- quents sur le plan de lutte contre le ter- rorisme, couronnés par l'élimination de nombreux criminels dangereux et la mise en échec des activités de nom- breuses filières de contrebande et de ré- seaux du crime organisé qui s'adon- naient au pillage de l'économie nationale et représentaient une menace pour la sé- curité du pays». En cela, les éléments de l'ANP «ont fait montre, en de nom- breuses circonstance, de leur disponibi- lité permanente à défendre la partie et à préserver sa souveraineté, ainsi que sa stabilité», relève la revue El-Djeich dans son éditorial. L'ANP «poursuivra l'œuvre de développement et de modernisation de son système de formation dans les écoles et les centres d'instruction, ainsi que le développement des actions d'in-

dustrialisation et leur élargissement à de nouveaux domaines à travers le territoire national», a-t-on souligné. Pour la revue El-Djeich, «le niveau de compétence que l'ANP cherche à attein- dre, est étroitement tributaire du déve- loppement d'une industrie militaire moderne, adaptée à nos besoins mili- taires et civils effectifs»,. Revenant, d'autre part, sur la réu- nion du Conseil des chefs d'état-major des pays membres du Comité d'état- major opérationnel conjoint-Cemoc (Al- gérie, Mali, Mauritanie, Niger) tenue dernièrement à Tamanrasset, El-Djeich note que cette réunion s'est penchée sur les questions relatives à la coordina- tion régionale dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et le crime or- ganisé, en se focalisant sur «l'échange d'informations, l'analyse et l'évaluation de façon efficace».

négation et loyauté (

).

Ses éléments

 

fourniront davantage d'efforts, redouble- ront de vigilance et continueront le com- bat contre le terrorisme, le crime orga- nisé ainsi que la défense des frontières nationales avec rigueur et détermination jusqu'à l'éradication totale de ce fléau étranger à notre société», souligne la revue «El Djeich» dans son édition de jan- vier. Elle a rappelle que lors de ses visites dans les différentes régions militaires, le vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah «n'a eu de cesse de mettre l'accent sur la nécessité d'améliorer et de déve- lopper les programmes d'instruction et de préparer les forces de manière à ce qu'elles soient en mesure d'exécuter

Abnégation et loyauté

Boualem Branki

Boualem Branki veloppement et le progrès so- cial. La revue médiatique de référence de l'ANP souligne

veloppement et le progrès so- cial. La revue médiatique de référence de l'ANP souligne

L'Armée nationale popu- laire, digne héritière de la glorieuse armée de libéra- tion nationale, reste un rem- part infranchissable pour tous ceux qui veulent nuire à la sé- curité, l'intégrité et la prospé- rité de l'Algérie. L'ANP, une ar- mée de professionnels, est devenue ces dernières an- nées un des boucliers contre le terrorisme, mais, en pa- rallèle, un puissant creuset du

fort à propos que l'armée na- tionale populaire «a déployé des efforts conséquents sur le plan de la lutte contre le ter- rorisme, couronnés par l'éli- mination de nombreux crimi- nels dangereux et la mise en échec des activités de nom- breuses filières de contre- bande et de réseaux du crime organisé qui s'adonnaient au pillage de l'économie natio- nale et représentaient une

développement économique et social du pays. Les fabrications militaires englobent aujourd'hui une puissante industrie de construction de véhicules, et de poids lourds, qui iriguent le tissu industriel national. C'est un peu le message de la revue El-Djeich, qui a consa- cré dans son dernier numéro aux missions de défense du pays contre le fléau du terro- risme. «L'Armée nationale popu- laire restera attachée à l'ac- complissement de ses mis- sions constitutionnelles avec abnégation et loyauté. Ses éléments fourniront davan- tage d'efforts, redoubleront de

vigilance et continueront le combat contre le terrorisme, le crime organisé ainsi que la défense des frontières natio- nales avec rigueur et détermi- nation jusqu'à l'éradication totale de ce fléau étranger à notre société», souligne la re- vue El-Djeich dans son édition de janvier. La revue militaire revient également sur les récentes sorties sur les différentes ré- gions militaires du vice-mi- nistre de la Défense natio- nale, chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaid Salah. Et d'affirmer que celui-ci n'a eu de cesses de «mettre l'accent sur la nécessité d'améliorer et de développer les pro-

grammes d'instruction et de préparer les forces de ma- nière à ce qu'elles soient en mesure d'exécuter pleine- ment leurs missions et dans les meilleures conditions». D'autant que l'ANP a été un puissant et dissuasif rempart contre les velléités terroristes, mais également contre les réseaux maffieux et de trafic de drogue, d'armes de guerre et contre les réseaux alimen- tant l'immigration clandes- tine. Dans le même temps, les éléments de l'ANP ont été pleinement impliqués dans la défense des frontières natio- nales contre toute menace qui viendrait à déséquilibrer l'élan de la Nation vers le dé-

menace pour la sécurité du pays». Et c'est à ce niveau que l'on peut relever le profes- sionnalisme de l'armée algé- rienne, en ce que ses mis- sions se sont étendues à d'au- tres domaines, mais directe- ment liés à la protection de l'économie nationale, la dé- fense de ses intérêts géostra- tégiques et de ses objectifs sécuritaires. Une armée républicaine au service de l'économie na- tionale, professionnelle, au «top» de la technologie et du modernisme. Une armée de métier, au service de la Na- tion, de l'Algérie, la patrie.

SÉCURISATION DES FRONTIÈRES ET LUTTE CONTRE LA CONTREBANDE ET LE CRIME ORGANISÉ

12 contrebandiers de différentes nationalités arrêtés dans l'extrême sud du pays

Douze contrebandiers de diffé- rentes nationalités ont été arrêtés et des véhicules et des camions ainsi que des denrées alimentaires saisis les 19 et 20 janvier courant par des déta- chements de l'Armée nationale popu- laire (ANP) dans l'extrême sud du pays, a indiqué mercredi un commu- niqué du ministère de la Défense na- tionale (MDN). «Dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte contre la contrebande et le crime organisé, des

détachements des forces de l'ANP, re- levant des secteurs opérationnels de Tamanrasset, de Bordj Badji Mokhtar et d'In Guezzam (6 e Région militaire), au cours de plusieurs opérations me- nées les 19 et 20 janvier 2015, ont arrêté douze (12) contrebandiers, dont cinq (5) Algériens, cinq (5) Soudanais et deux (2) Nigériens», a précisé la même source. Deux (2) véhicules tout-terrain, deux (2) camions, douze (12) détecteurs de métaux, (28,28) tonnes de denrées alimentaires, une quantité de 6 000 li-

tres de carburant et une somme d'ar- gent s'élevant à 30 000 CFA ont été éga- lement saisis lors de ces opérations, a ajouté le communiqué. Par ailleurs et au niveau de la 3 e Ré- gion militaire, un détachement rele- vant du secteur opérationnel de Tin- douf, lors d'une embuscade près de la localité de Hassi Khébi a appréhendé mardi un narcotrafiquant et a saisi 72 kilogrammes de drogue, un véhicule tout-terrain et deux téléphones, a in- diqué la même source.

Pour le développement d’une industrie militaire moderne

Walid. B

L'ANP vient de réaffirmer,une fois de plus, son attachement à l'accomplissement de ses missions constitutionnelles avec « abnéga- tion et loyauté », ainsi que la poursuite de son combat contre le terrorisme avec « rigueur et détermination » jusqu'à son éradication totale. Pour ce faire, les éléments de l'ANP fourni- ront davantage d'efforts, redoubleront de vigi- lance et continueront le combat contre le ter- rorisme, le crime organisé ainsi que la défense des frontières nationales avec rigueur et déter- mination jusqu'à l'éradication totale de ce fléau étranger à notre société. Lors de ses visites dans les différentes régions militaires, le vice-ministre de la Défense natio- nale, chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah n'a eu de cesse de mettre l'accent sur la nécessité « d'améliorer et de développer les pro- grammes d'instruction et de préparer les forces de manière à ce qu'elles soient en me- sure d'exécuter pleinement leurs missions et dans les meilleures conditions ». L'ANP a déployé des efforts conséquents sur le plan de lutte contre le terrorisme, couron- nés par l'élimination de nombreux criminels dangereux et la mise en échec des activités de nombreuses filières de contrebande et de ré- seaux du crime organisé qui s'adonnaient au pillage de l'économie nationale et représen- taient une menace pour la sécurité du pays. En cela, les éléments de l'ANP ont fait mon- tre, en de nombreuses circonstances, de leur disponibilité permanente à défendre la partie et à préserver sa souveraineté, ainsi que sa sta- bilité. De ce fait, l'ANP poursuivra l'œuvre de dé- veloppement et de modernisation de son sys- tème de formation dans les écoles et les centres d'instruction, ainsi que le développement des actions d'industrialisation et leur élargissement à de nouveaux domaines à travers le territoire national. Le niveau de compétence que l'ANP cherche à atteindre, est étroitement tributaire du déve- loppement d'une industrie militaire moderne, adaptée à nos besoins militaires et civils effec- tifs. La réunion du Conseil des chefs d'état- major des pays membres du Comité d'état-ma- jor opérationnel conjoint-Cemoc (Algérie, Mali, Mauritanie, Niger) tenue dernièrement à Tamanrasset, s'est penchée sur les questions relatives à la coordination régionale dans le do- maine de la lutte contre le terrorisme et le crime organisé, en se focalisant sur l'échange d'infor- mations, l'analyse et l'évaluation de façon effi- cace. Les forces de l'ANP ont multiplié, ces der- niers temps, leurs efforts dans le cadre de la stra- tégie tracée par l'état-major de l'Armée et visant à sécuriser les frontières du pays contre toutes les tentatives d'atteinte à la stabilité du territoire national. C'est dans ce sens que plusieurs opé- rations ont été menées et se sont soldées par l'ar- restation d'un nombre important de contreban- diers, ainsi que des produits destinés à la contrebande. Il s'agit, en fait, d'un véritable coup de filet qui renseigne, on ne peut mieux, sur le degré de vigilance des éléments de l'ANP, comme cela a été recommandé maintes fois par le général de corps d'Armée, Ahmed Gaïd Sa- lah, vice-ministre de la défense nationale, chef d'état-major de l'ANP. Cela démontre également tout l'intérêt ac- cordé par les autorités au plus haut sommet de l'Etat et de la hiérarchie militaire, à la stabilité du pays et sa préservation contre toutes les ten- tatives visant sa sécurité. Agissant sous les orientations du président de la république, chef suprême des forces armées, ministre de la Dé- fense nationale, Gaïd Salah s'est rendu dans plu- sieurs régions militaires pour s'enquérir de la disponibilité opérationnelle des unités de l'ANP, notamment aux frontières sud du pays, où la vigilance reste de mise, du fait de la dégra- dation de la situation sécuritaire dans les pays voisins comme la Libye et le Mali et à laquelle il faudra ajouter la propagation du trafic lié à la contrebande.

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Jeudi 22 Janvier 2015

SANTÉ :

LE TRAITEMENT

DE CHOC DE BOUDIAF :

14 CHU seront réhabilités en vue

de leur adaptation aux normes internationales

SANTÉ : LE TRAITEMENT DE CHOC DE BOUDIAF : 14 CHU seront réhabilités en vue de

Les centres hospitalo-universitaires (CHU), au nombre de 14 à l'échelle nationale, seront réhabilités en 2015 afin qu'ils répondent aux normes internationales, a affirmé mardi à Al- ger le ministre de la Santé, de la Population et

de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Bou- diaf. M. Boudiaf qui a inauguré quatre nou- veaux services au niveau du CHU de Beni Messous a précisé que la «réhabilitation des CHU passe par la réalisation de structures in- dépendantes de haut niveau encadrées par des spécialistes jouissant d'une grande expé- rience afin qu'elles répondent aux normes in- ternationales». «Ces structures à l'instar de celles inaugu- rées mardi, seront dotées d'équipements de pointe au service du citoyen», a-t-il ajouté. Le ministre avait inauguré un service d'ur- gences chirurgicales, un service d'urgences et d'auscultation ORL, un service d'immunolo- gie et une unité d'imagerie à résonance magné- tique (IRM) au sein de CHU de Beni Messous. «Ces services sont dotés d'appareils de pointe et indépendants administrativement du CHU», a souligné M. Boudiaf affirmant que «tous les CHU à travers le pays verront le réa- lisation en 2015 de ce type de services hospi- taliers en vue d'atténuer la charge sur les CHU». S'agissant de l'unité d'IRM de Beni Messous, le ministre a rappelé qu'elle disposait d'un ma- tériel de haute technologie saluant le rôle important des médecins de cette structure. Il a indiqué dans le même contexte que 2015 sera l'année «des greffes d'organes» ajoutant que le matériel médical de pointe a été acquis pour atteindre cet objectif. Il a par ailleurs rappelé que 153 opérations de greffe d'organes (à partir de donneurs vi- vants), avaient été effectuées en 2014 ajoutant que ce genre d'opérations «pourraient at- teindre 250 greffes». Le ministre a également annoncé que la question de greffe d'organes sera l'un des principaux dossiers inscrits à l'ordre du jour de la rencontre des responsables du secteur de la santé prévue le 25 janvier». Il a indiqué, dans le même contexte, que le nouveau directeur de l'agence nationale de la greffe d'organes dont le siège sera à Alger, sera installé prochaine- ment». M. Boudiaf a également effectué une visite d'inspection au CHU Mustapha-Pacha no- tamment le service de premiers soins de pré- vention contre Ebola au niveau des urgences. A cette occasion, les responsables de ce ser- vice ont affirmé n'avoir encore admis aucun malade atteint d'Ebola soulignant que cette structure est dotée des moyens nécessaires pour la lutte contre les maladies contagieuses. Le ministre a quant à lui indiqué en marge de cette visite qu'aucun cas de grippe aviaire n'a été enregistré précisant que certains cas en- registrés concernent la grippe saisonnière. Après s'être rendu aux services de chirur- gie dentaire et le laboratoire de parasitologie, M. Boudiaf a affirmé que l'Algérie compte at- teindre l'objectif de 70% de production natio- nale du médicament ajoutant que les 160 unités de production devraient augmenter en

2016.

PARLEMENT - JUSTICE

Lutte contre le financement du terrorisme :

trois amendements fondamentaux dans le nouveau texte

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh a affirmé que le projet de loi amendant et

complétant la loi relative à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme «tient compte de l'équilibre entre le régime constitutionnel algérien et les engagements internationaux du pays», a indiqué mardi un communiqué de

l'Assemblée populaire nationale.

4 DK NEWS ACTUALITÉ Jeudi 22 Janvier 2015 SANTÉ : LE TRAITEMENT DE CHOC DE BOUDIAF

Présentant le projet de loi devant les membres de la commission des Af- faires juridiques, administratives et des libertés de l'APN, le ministre a pré- cisé que le nouveau texte proposait trois amendements fondamentaux. Le premier concerne la définition «précise et globale» du crime de fi- nancement du terrorisme, a-t-il ex- pliqué, précisant que l'amendement proposé à l'article 3 «considère le finan- cement du terrorisme comme étant un crime, que l'auteur et le commanditaire se trouvent en Algérie ou à l'étran- ger». Il s'agit également de l'élargisse-

ment de la compétence des tribunaux lorsqu'il s'agit d'actes terroristes vi- sant les intérêts de l'Algérie à l'étranger ou lorsque la victime est de nationalité algérienne, a-t-il ajouté. Le deuxième amendement, qui concerne la définition des procédures juridiques et administratives relatives au gel ou de saisie des avoirs, propose que le président du tribunal d'Alger soit habilité à prendre cette décision. Quant au troisième amendement, il porte sur le «parachèvement des pro- cédures de prévention relatives au de- voir de vigilance concernant les trans- actions financières suspectes. Pour sa

part, le président de la commission, Amar Djilani a affirmé que le projet de loi visait «la transposition, dans le droit interne, des mesures préconisées par les conventions internationales et les ré- solutions du Conseil de sécurité, par- ticulièrement les résolutions 1267 et

1373».

L'interlocuteur a salué à l'occasion les efforts de l'Algérie dans la mise en place des dispositifs de prévention de blanchiment d'argent et de finance- ment du terrorisme d'autant qu'elle a été «la première à appeler au tarisse- ment des sources de financement de ce fléau».

APN

Examen du projet de loi sur le blanchiment d'argent

La commission des Affaires juridiques, administratives et des libertés de l'Assemblée populaire nationale (APN) a tenu hier une réunion consacrée à l'examen des dispositions du projet de loi amendant et complétant l'ordonnance 01- 05 du 6 février 2005 relative à la prévention et à la lutte contre

le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, a indiqué un communiqué de l'APN. La réunion, présidée par Amar Djilani, président de la commission s'est déroulée en présence de représentants du ministère de la Justice, précise le communiqué.

NADIA LAÂBIDI, À ILLIZI

Vers le classement des ksour de Djanet comme secteurs sauvegardés

Le ministère de la Culture entend œu- vrer pour le classement des ksour de la ville de Djanet (Illuii) «comme secteurs sauvegardés au Patrimoine national», a indiqué, hier, la première responsable du secteur, Nadia Laâbidi, avant d'an- noncer la mise en place prochaine d’un groupe de travail pour la concrétisation d’actions destinées à la préservation de ces sites. «Le ministère de la Culture s’em- ploiera à lever les réserves sur la nature de la propriété des bâtisses des ksour de Djanet, dans la perspective de leur clas- sement, comme secteurs sauvegardés, au Patrimoine national», a affirmé la mi- nistre lors de sa visite du ksar de Ta- ghourfit, au quartier El-Mihane, au centre-ville de Djanet. «L’opération permettra d’inscrire des opérations de restauration de ces sites patrimoniaux à haute valeur histo- rique», a précisé Mme Laâbidi, qui effec- tue une visite de travail dans la wilaya d'Il- lizi, Signalant que la valorisation du patrimoine culturel figure parmi les priorités de l’action du gouvernement, la ministre a mis l’accent sur «la néces- sité d’associer les habitants de ces vieux ksour et des parties s’intéressant au patrimoine culturel dans l’élaboration de l’étude de sa restauration, afin de pré- server le cachet traditionnel et originel de ces espaces urbanistiques anciens». Elle a annoncé, dans ce contexte, la mise en place prochaine d’un groupe de

travail, en coordination avec d’autres dé-

4 DK NEWS ACTUALITÉ Jeudi 22 Janvier 2015 SANTÉ : LE TRAITEMENT DE CHOC DE BOUDIAF

partements ministériels concernés, pour la concrétisation d’actions desti- nées, dans leur ensemble, à la préserva- tion de ces sites, témoignant de l’histoire ancienne de la région. S’enquérant de vieux manuscrits à la zaouia du quartier El-Mihane, la minis- tre a annoncé leur numérisation pro- chaine à l’effet de les sauvegarder, en plus de la valorisation des musiques et textes poétiques locaux pour les mettre à la dis- position du public, et contribuer ainsi à la préservation de la mémoire nationale. Au ksar Agherm, dans le quartier Zelouaz, une présentation a été faite à M me Laâbidi sur la S’beiba de Djanet, un

patrimoine culturel immatériel classé dernièrement par l’Unesco parmi le patrimoine de l’Humanité. La ministre a, dans le même quartier, inspecté le chantier de réalisation d’un théâtre en plein air de 1.500 places, pour lequel a été réservée une enveloppe de 185 mil- lions DA au titre du programme complé- mentaire du soutien à la croissance, et actuellement à 80% d’avancement de ses travaux. Sur site, elle a insisté auprès des par- ties en charge du projet sur la nécessité de prévoir des espaces aux personnes aux besoins spécifiques, afin de leur permet- tre d’assister aux diverses activités que cette structure accueillera. La tournée de la délégation ministé- rielle s’est poursuivie par une visite de la salle de cinéma Tassili, au centre-ville de Djanet, qui devrait bénéficier d’une opération de réhabilitation et d’équipe- ment, avant de visiter la bibliothèque communale, sise au quartier Tin- Khatma. Concernant cette structure de lecture, M me Laâbidi a appelé à faire en sorte qu’elle reste ouverte, aux jeunes et aux élèves, en dehors des heures admi- nistratives et durant le week-end pour y assurer le service public. La visite de la ministre doit se pour- suivre par la visite des expositions de l’ar- tisanat traditionnel, organisées dans le cadre du festival national des arts tradi- tionnels, dont elle présidera ce soir la cé- rémonie de clôture.

APS

Jeudi 22 Janvier 2015

ACTUALITÉ

DK NEWS 5

Consolider la formation pour conférer un professionnalisme à la performance des services de la police

Le directeur de l'Ecole supérieure de la police Ali Tounsi, inspecteur de la police, Arezki Haj Said, a estimé mardi à Alger, nécessaire de «consolider la formation pour enrichir les connaissances et conférer un professionnalisme à la performance des services de la police».

Dans une allocution lors de la cérémo- nie de sortie de la 25 e promotion des lieutenants de la police et la 9e promotion des femmes lieutenants, le directeur de l'école a indiqué que les diplômés, au nombre de 478 éléments dont 392 hommes et 86 femmes, ont reçu une formation de base d'une durée de 24 mois englobant les connaissances profes- sionnelles et juridiques. Les deux promotions, baptisées du nom de l'ancien directeur général de la sûreté nationale, le défunt Moudjahid Mo- hamed Ouadeh, ont bénéficié de ses- sions pratiques et de visites informa- tives aux différents services informa- tiques de la sûreté nationale ainsi qu'un entraînement sportif pour améliorer leur condition physique et les techniques d'autodéfense. 7% du nombre des diplômés ont béné- ficié également d'une «formation, de base à l'Académie militaire de Cherchell d'une durée de 9 mois en consolidation de la formation destinée aux éléments de la police pour assurer une préparation leur permettant d'assumer les fonctions

Jeudi 22 Janvier 2015 Consolider la formation pour conférer un professionnalisme à la performance des services

sur le terrain». A cette occasion, le direc- teur de l'école a salué «les efforts des per- sonnels de l'école, tous grades confondus, et visant à garantir le succès de la forma- tion de ces deux promotions», appelant les diplômés à «assumer leurs responsa- bilités à l'égard du pays et du citoyen, à respecter la loi en faisant montre de dis- cipline, de bonne conduite et de loyauté et à placer l'intérêt du pays au-dessus de toute considération». La cérémonie présidée par le directeur général de la sûreté nationale, le général major Abdelghani Hamel, en présence de cadres de différents secteurs et de repré- sentants de la société civile, a été marquée par la remise des grades et diplômes et la passation de l'emblème national des promotions sortantes aux promotions prochaines outre des exhibitions spor-

tives en matière de techniques de défense et de lutte contre le crime. Le défunt moudjahid ancien directeur général de la sûreté nationale, Mohamed Ouadeh, né le 26 novembre 1942 à Akbou wilaya de Bé- jaïa, s'est distingué par sa loyauté et son sens patriotique en répondant à l'appel de la lutte de libération nationale. Au lendemain de l'indépendance, il a apporté une précieuse contribution à l'édification du pays en rejoignant les rangs de la sûreté nationale le 19 mai 1962 au niveau de la sûreté de la wilaya d'Alger. Décédé le 31 mai 2014, le défunt a oc- cupé plusieurs postes de responsabilité au sein de la sûreté nationale dont celui de directeur général de la sûreté nationale de 1994 à 1995 et assumé une haute fonc- tion au ministère de l'Intérieur et des col- lectivités locales jusqu'à la retraite.

GHARDAÏA, ÉCHAUFFOURÉES DE BERRIANE :

Quatre présumés impliqués dans un meurtre écroués

Quatre individus présumés impli- qués dans un meurtre, lors des échauf- fourées de Berriane (45 km au nord de Ghardaïa) en octobre dernier, ont été écroués mardi par le procureur de la Ré- publique près le tribunal de Berriane, a- t-on appris mercredi auprès d’une source judiciaire près la Cour de Ghar- daïa. Ces quatre individus ont été inculpés pour «création d’une bande de malfai- teurs», «attroupement armé sur la voie

publique», tandis qu’un membre de cette bande a été accusé en plus «d’ho- micide volontaire», a précisé la même source à l’APS. L’arrestation de ces individus est sur- venue suite à une enquête diligentée par les éléments de la sûreté urbaine de Berriane, sur la base des résultats de la police scientifique, suite au décès d’un jeune d’une vingtaine d’années, après avoir reçu un projectile, souligne la même source. Des échauffourées ré-

currentes, émaillées d’actes de vanda- lisme, de saccage et d’incendie de locaux commerciaux et à usage d’habitation, avaient éclaté, en octobre dernier, entre groupes de jeunes dans la localité de Ber- riane. Ces heurts avaient causé le décès de trois jeunes et fait plus d’une centaine de blessés, pour la plupart des éléments des forces de sécurité déployées pour sécu- riser les personnes et leurs biens, ainsi que des agents de la Protection civile.

SETIF : LE WALI RÉUNIT LE CALPIRED:

De nouvelles zones d'activités en vue

Azzedine Tiouri

C'est sous la présidence de M. Bouder- bali Mohamed, wali de Sétif, que se sont réunis, hier, à la salle de conférences de la wilaya, tous les membres du Calpired. Au cours de cette rencontre, plu- sieurs points inscrits à l'ordre du jour, ont été débattus. Les membres du Calpired ont entamé cette réunion en évoquant la nouvelle zone d'activités d'El Ouricia désignée exclusivement pour abriter les artisans en menuiserie ainsi que les re- vendeurs de bois et dérivés. C'est ainsi que le wali de Sétif a instruit les respon- sables de la commission de prendre contact dans les brefs délais avec les fu- turs bénéficiaires afin de leur fixer des délais pour l'implantation de leurs entre- prises ,après avoir finalisé le recensement des artisans activant au niveau des limites territoriales de la commune d'El Ouricia. Par la même occasion, il a tenu à rappe- ler l'importance de ces micros entre- prises qui constituent comme une force de frappe pour le développement local et national. Il a tenu à préciser que cette nouvelle zone comprend 217 lots et que le premier recensement effectué de ces artisans a donné lieu à un résultat de près de 200 artisans. Le deuxième dossier étudié et soulevé

par la commission est lié à l'alimentation

énergétique de ces nouvelles zones d'ac- tivités. Une première enveloppe de 150 milliards de centimes a été consacrée pour le raccordement de 4 zones en électricité et en gaz naturel. Il est à signa- ler que ces zones sont déjà pourvues de viabilisation, d'alimentation en eau po- table et de l'assainissement et sont fin prêtes pour être opérationnelles, comme celles : d'Aïn S'fiha, Ouled Saber et Guelta Zerga pour l'agroalimentaire et Aïn Oulmène. La commission a aussi traité d'autres points relevant du changement d'activi- tés pour certains investisseurs et aussi des extensions dans d'autres lotissements au niveau de certaines zones.

MOSTAGANEM

Peines de 2 mois avec sursis à 6 mois de prison ferme à l’encontre de 20 candidats à l’émigration clandestine

Le tribunal de Sidi Ali (Mos- taganem) a prononcé, mardi soir, des peines de deux mois avec sursis à six mois de prison ferme à l’encontre de 20 candi- dats à l’émigration clandes- tine, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Le meneur du groupe a écopé de six mois de prison ferme et les 19 autres de deux mois de prison ferme. L’orga- nisateur de cette traversée clan- destine, originaire de la com- mune de Hadjadj (32 ans) étant en fuite, a-t-on indiqué. Le parquet avait requis une peine d’un an de prison ferme à l’encontre de tous les élé-

ments de ce groupe de candi- dats à l'émigration clandes- tine. Dans la nuit du 9 au 10 jan- vier en cours, les éléments du groupement territorial des gardes-côtes de Mostaganem avaient réussi, au large de Mos- taganem, à 15 miles au nord de Cap Ivy sur le littoral-est de la wilaya, à sauver ces «harragas» qui se trouvaient à bord d'une embarcation dont le moteur est tombé en panne. Ces jeunes, âgés entre 18 et 32 ans, originaires de la com- mune de Sidi Ali (50 km à l’est de Mostaganem) avaient pris le départ de la plage de Hadjadj.

WILAYAS DU CENTRE : SELON UN BILAN DE LA SURETÉ NATIONALE

La criminalité en hausse de 19 % en 2014

La criminalité sous toutes ses formes a enregis- tré une hausse de 19 %, au niveau des wilayas du cen- tre du pays, en 2014, a indiqué mercredi à Blida l’ins- pecteur régional de la police du Centre, le contrô- leur de police Rabah Mahmoud. «Il a été enregistré 73 370 affaires en 2014, contre 61.886 affaires en 2013, soit une hausse de 19%», a- t-il précisé dans un exposé du bilan d’activités des services de la police du Centre, pour 2014, présenté à la presse, à l’Ecole d’application de la police de Sou- maa. La wilaya d’Alger est en tête de liste de la ré- gion centre, avec 33.174 affaires enregistrées, suivie des wilayas de Chlef avec 6.803 et Blida avec 6.330, a-t-il observé. Explicitant cette hausse, il a mis en cause «des si- tuations sociales et des comportements sociaux en vogue», tout en louant les «efforts des services de la police pour la sécurisation du citoyen et la répres- sion du crime, par la sensibilisation, l’information, et la prévention», a t-il souligné. M. Mahmoud a, également, signalé une «hausse considérable estimée à 159%» dans les atteintes à la chose publique (port d’armes prohibée, émigration

clandestine, atteinte à l’ordre publique, attroupe- ments). L’année 2014 a vu l’enregistrement de 3903 affaires de ce type (contre 1507 affaires en 2013), dont plus de la moitié (2722 affaires) recensées dans la seule wilaya d’Alger.

Même constat dans les affaires de trafic de drogue, qui ont enregistré une hausse de 48%, avec 5851 affaires traitées en 2014, contre 3963 en 2013, avec toutefois un recul des quantités saisies. Celles-

  • ci ont été de 1301 kg en 2014, contre 2331kg en 2013,

soit une tonne environ en moins. «Cet indice reflète l’importance des efforts consacrés par les forces de sécurité activant au niveau des frontières notam- ment», a affirmé ce responsable. L’Inspection régionale centre englobe les wilayas d’Alger, Chlef, Blida, Tipasa, Tizi-Ouzou, Msila, Djelfa, Médéa, Bouira, Aïn Defla et Boumerdès, rappelle-t-on. La couverture sécuritaire au niveau de ces régions est estimée à 84%, soit un policier pour 261 habitants, un taux au-delà de la moyenne nationale, estimée à 74 % (un policier pour 350 habitants).

APS

6

DK NEWS

ECONOMIE

Jeudi 22 Janvier 2015

Amar Ghoul «Renforcer le rail pour réduire la pression sur le réseau routier» Le ministre des

Amar Ghoul

«Renforcer le rail pour réduire la pression sur le réseau routier»

Le ministre des Transports, Amar Ghoul, a souligné mardi à Biskra que le renforcement du rail, afin de réduire la pression sur le réseau routier, mis à mal par le transport de marchandises et de voyageurs, est «un des objectifs principaux du gouvernement». Dans une déclaration à la presse, en marge d'une visite de travail dans cette wilaya, le ministre a indiqué que 97% du mouvement de voyageurs et de marchandises se fait par route d’où, se- lon lui, la nécessité de promouvoir «rapidement» le transport par rail. La pression sur le réseau routier «ne doit pas se poursuivre car elle sera ex- trêmement onéreuse pour le secteur en termes de coûts d’entretien et mainte- nance des différents axes routiers du pays», a estimé M. Ghoul au cours de l’inspection du projet de déplacement de la voie ferrée du centre-ville vers la périphérie. Pour remédier à la saturation du ré- seau routier national, le gouverne- ment, a encore fait savoir le ministre, a conçu un programme de réalisation de 12.500 km de voies ferroviaires dans les régions du Nord, du Sud et des Hauts plateaux. Des projets, a-t-il souligné, dont l’exécution permettra de développer ce mode de transport et de contribuer au développement socioéconomique de ces régions. M. Ghoul, qui a également fait état de plusieurs mesures destinées à ré- duire les accidents de la circulation, a cité «plus de fermeté à l’égard des conducteurs inconscients» et l’adoption d’un «permis de conduire profession- nel» pour les poids-lourds dont l’obten- tion sera soumise à de nouvelles condi- tions visant à assurer un respect total du code de la route. Le ministre a inauguré, au cours de sa tournée, une gare routière à Tolga et inspecté le projet de transfert de la voie ferroviaire en dehors de la ville de Biskra et le chantier d’une nouvelle aé- rogare à l’aéroport Mohamed-Khider. Profitant de sa présence dans l’en- ceinte aéroportuaire, le ministre s’est enquis de la situation d’une famille ar- rivée de Paris (France) sur un vol d’Air Algérie mais dont les bagages, partiel- lement détériorés, sont arrivés sur un autre vol. Cet incident lui a donné l’occasion d’instruire sur place les responsables concernés à l’effet d’éviter de tels dés- agréments aux voyageurs. Le ministre a insisté, à chacune des étapes de sa visite, sur l’importance de la qualité du service et sur la nécessité de prévoir, dans les différentes infra- structures de transport, tous modes confondus, des espaces d’accueil, de traitement des bagages, une poste et une pharmacie.

EXPLOITATION DU GAZ DE SCHISTE : YOUCEF YOUSFI PRÉCISE :

«Le projet est en phase d’évaluation technique et économique»

Le ministre de l’Energie, Youcef Yousfi a affirmé, mardi à Mascara, que le gouvernement est actuellement en phase d’évaluation et d’étude technico- économique du projet d’exploitation du gaz de schiste.

«Le gouvernement n’a pris à ce jour au- cune décision définitive concernant l’exploi- tation du gaz de schiste et effectue actuelle- ment une évaluation technico-économique de ce projet», a souligné le ministre dans une déclaration à la presse à l'occasion de sa vi- site d’inspection dans la wilaya. D'autre part, il a valorisé les efforts consentis par l’Etat et les autorités de la wi- laya de Mascara en matière de programma- tion et de suivi des projets de raccordement aux réseaux d’électricité et du gaz naturel

pour atteindre en fin d’année en cours un taux de couverture en gaz naturel de 75% et jusqu’à 100% d’ici fin 2016 ou au début

6 DK NEWS ECONOMIE Jeudi 22 Janvier 2015 Amar Ghoul «Renforcer le rail pour réduire la

raux, au village de Menaouar (commune de Sidi Abdelmoumen) en faveur de 291 foyers, au village de Kerarma dans la commune d'El Bordj (227 foyers) et dans la commune de Ma- temore (1 275 foyers). Il a également mis en service deux relais sur l’autoroute est-ouest au niveau de la

  • 2017. commune de Mactaa Douz. Avec cet ac- quis, le nombre de ce genre de structures est de 21 relais sur cette autoroute, selon les ex- plications fournies au ministre soulignant que ces stations peuvent offrir des presta-

Le ministre de l’Energie a procédé, lors de cette visite, à la mise en service de réseaux

d’alimentation en gaz naturel dans la com- mune de Oggaz au profit de 891 foyers ru-

tions de services à 44.000 véhicules par jour et que les travaux sont en cours pour la réalisation de dix autres structures simi- laires. Dans la commune de Mohammadia, Youcef Yousfi a procédé à la mise en service d'un transformateur électrique mobile d’un coût de 150 millions DA qui renforce l'ali- mentation électrique au profit des habitants du nord de la wilaya, notamment avec la ré- ception de 5.000 logements et de struc- tures d'accompagnement au nouveau pôle urbain de Mohammadia. Le ministre a inspecté également le pro- jet de réalisation d’un transformateur élec- trique à caractère régional dans la commune d’Oued El Abtal pour un investissement de 5,5 milliards DA, qui couvrira les wilayas de Saida, Tiaret, Relizane et Mascara, ainsi qu'un autre transformateur dans la com- mune de Sidi Kada d'un coût de 800 millions DA devant alimenter les habitants du sud de la wilaya en électricité. Cette région a enregistré des coupures et des délestages avant l’entrée en

service d'un transformateur fin 2013, a-t-on rappelé. A Mascara, Youcef Yousfi a inauguré une station de service relevant de la société Naftal qui a été rénovée.

LOUISA HANOUNE

«Le gaz de schiste, une des alternatives sur lesquelles l'Etat doit compter»

La secrétaire générale du Parti des tra- vailleurs (PT), Louisa Hanoune a plaidé mardi à Alger en faveur de l'exploitation du gaz de schiste qu'elle considère comme l'une des alternatives sur lesquelles doit compter l'Etat pour le développement du pays, notamment avec «le recul de la produc- tion du gaz naturel et la chute des prix du pé- trole». Dans une conférence de presse sur le gaz de schiste, Mme Hanoune a souligné que la position de son parti à ce sujet «ne changera pas car c'est une position de prin- cipe qui tient compte des intérêts de la Na- tion algérienne», précisant qu'elle s'est en- tretenu dimanche dernier avec le ministre de l'Energie Youcef Yousfi qui lui a assuré, une nouvelle fois, que l'exploitation du gaz de schiste ne constitue aucun danger sur les eaux souterraines». M me Hanoune a rappelé que son parti avait voté en 2013 le projet de loi relatif aux hydro- carbures, après avoir noté que ce dernier prévoyait assez de garanties pour permet- tre l'exploitation du gaz de schiste.

«Nous avons voté en faveur de cette loi car cela concerne l'avenir du pays. Nous pensons que le gouvernement doit assurer la pour- suite du développement», a-t-elle indiqué, insistant sur le fait qu'il n'est pas possible de compter uniquement sur le gaz tradition- nel qui est en régression». Concernant les manifestations de la population de Aïn Sa- lah pour exprimer leur refus de l'exploita- tion du gaz de schiste, la porte-parole du PT a souligné qu'il est du droit de tout citoyen de demander des garanties, ce qui est, selon elle, une réaction normale «même si toutes les explications ont été données en 2012 avant le vote de la loi sur les hydrocarbures». M me Hanoune s'est interrogé à ce propos sur le déplacement à Aïn Salah de certains responsables qui n'ont pas de rapport avec la question et sur l'apparition de certains groupes non identifiés dans cette ville, met- tant en garde contre «les dérapages qui n'ont aucun lien avec le gaz de schiste». La secrétaire générale du PT a en outre rappelé que le gaz de schiste n'est pas spé-

6 DK NEWS ECONOMIE Jeudi 22 Janvier 2015 Amar Ghoul «Renforcer le rail pour réduire la

cifique au sud algérien mais on en trouve aussi au nord et en mer ajoutant que cette énergie est la responsabilité de tous». La même responsable a déploré, par ailleurs, «la campagne» menée contre la so- ciété nationale des hydrocarbures (Sona- trach) et le ministre de l'Energie, affirmant que son parti défend ces derniers de manière «inconditionnelle», car il s'agit, a-t-elle souligné, d'une question de souveraineté na- tionale».

6 DK NEWS ECONOMIE Jeudi 22 Janvier 2015 Amar Ghoul «Renforcer le rail pour réduire la

La loi actuelle sur la promotion immobi- lière sera révisée prochainement, a affirmé mardi à Alger le ministre de l'Habitat, de l'ur- banisme et de la ville, Abdelmadjid Teb- boune. Lors d'une rencontre avec le président du Forum des chefs d'entreprises (FCE), Ali Haddad, le ministre s'est dit d'accord pour ré- viser la loi actuelle sur la promotion immo- bilière en réponse à des sollicitations des pro- fessionnels du secteur. En outre, un projet de loi régissant l'acti- vité des bureaux d'études en Algérie «sera in- cessamment présenté au Conseil des minis- tres», a annoncé le ministre, ajoutant que le nouveau texte portera notamment sur les mo- dalités de fonctionnement et sur la classifi-

HABITAT : TEBBOUNE L’A ANNONCÉ

«Révision prochaine de la loi sur la promotion immobilière»

cation des bureaux d'études opérant en Algé-

rie. D'autre part, et dans un souci de favori- ser et d'encourager la production nationale, les entreprises de réalisation dans le secteur du bâtiment seront interdites d'importer tout matériau de construction produit loca- lement. Cette interdiction sera appliquée graduellement, selon M. Tebboune, rappe- lant qu'une instruction a été récemment promulguée dans ce sens. «Mais en contre partie, les producteurs nationaux doivent s'en- gager à améliorer la qualité de ces matériaux», a-t-il souligné. D'après des chiffres présentés lors de la rencontre tenue en fin de journée, la produc- tion nationale de céramique, un matériau très utilisé dans le secteur du bâtiment, s'élève à 80 millions de mètres carrés (m²) par an, alors que les importations en la matière sont esti- mées à quelque 70 millions m². S'agissant du volet formation, le ministre a invité les entreprises de construction à ouvrir des centres de formation dans les métiers du bâtiment (maçons, carreleurs,

plombiers

...

)

au niveau de chaque chantier

afin de répondre à la demande de main d'œuvre. Dans ce sens, un membre du FCE a proposé d'accorder aux jeunes ayant un ni- veau scolaire très bas l'opportunité de béné- ficier de formation dans ces métiers qui ne nécessitent pas une grande qualification. Par ailleurs, le président du FCE a mis l'ac- cent sur la nécessité de «prioriser, encoura- ger et aussi améliorer la qualité du produit national pour diversifier l'économie nationale et réduire la facture d'importation de bien et services». La rencontre regroupant le minis-

tère de l'Habitat et le FCE est la deuxième du genre après celle tenue la veille entre le mi- nistre du Commerce, Amara Benyounes, et l'organisation patronale. Au total, 27 rencontres avec d'autres dépar- tements sont prévues et à l'issue desquelles des commissions mixtes seront créées pour examiner les contraintes que font face les pro- ducteurs nationaux et identifier des solutions à ces contraintes, a expliqué M. Haddad, ajoutant que les résultats de travail de chacune de ces commissions seront soumis au Premier

ministre.

AAPS

Jeudi 22 Janvier 2015

ECONOMIE

DK NEWS 7

Le contrôle douanier va cibler en priorité les gros importateurs

Le contrôle douanier des opérations de commerce extérieur va cibler priori- t a i r e m e n t, e n 2 0 1 5 , l e s g r o s i m p o r t a t e u r s d a n s l’objectif de s'attaquer à la f u it e d e s c a p it a u x v e r s l’ét ranger , a révélé hier un haut responsable des Douanes dans un entre- tien accordé à l'APS.

En 2015, «nous allons ren- forcer prioritairement le contrôle des opérateurs (qui détiennent) un volume d’im- portation important», affirme le directeur du contrôle à pos- teriori auprès de la Direction générale des Douanes, Benam- mar Regue. Dans une première étape, un contrôle douanier en ma- tière de conformité des opéra- tions d’importation à la légis- lation de change sera renforcé pour les entreprises privées qui importent des produits agroalimentaires, des médi- caments, des véhicules, des matières premières et des lo- giciels, précise-t-il. Le ciblage de ces entre- prises n’est pas fortuit, puisqu’elles sont considérées comme un «secteur à risque» pouvant constituer une source importante de fuite de capi- taux, observe-t-il, rappelant, à ce titre, l’affaire édifiante du la- boratoire français Sanofi Aven- tis, condamné en 2012 par la justice algérienne pour surfac- turation de ses importations. A titre d'exemple, il cite aussi la facture d’importation des logi- ciels qui a coûté plus de 350 millions de dollars durant les quatre dernières années, un

Jeudi 22 Janvier 2015 Le contrôle douanier va cibler en priorité les gros importateurs Le contrôle

montant que les douanes ju- gent «exagéré» mais qu'elles ne peuvent contester en l’absence de moyens de contrôle de l’au- thenticité des produits et des marques importées (contrefa- çon).

Ouverture systématique des conteneurs abandonnés

M. Regue relève que les transferts illicites des capi- taux à travers le procédé de majoration des factures (sur- facturation) a pris des propor- tions énormes ces dernières années, tout en avouant que «ce qui échappe du contrôle douanier reste aussi impor- tant». Sur un montant global de 73,4 milliards de DA de péna- lités infligées en 2014 aux im- portateurs fraudeurs, 52 mil- liards de DA sont des pénalités liées aux infractions de change, soit 71%. A ce propos, le même responsable lève le voile de plusieurs affaires débusquées par ses services l'année der- nière. L'une concerne quatre sociétés spécialisées dans l’im- portation de produits alimen- taires, qui avaient été épin- glées pour surfacturation et

dont les montants de pénalités encourues ont été de 18 mds de DA. Une autre affaire de trans- fert illicite de capitaux a concerné une entreprise de production mixte entre deux opérateurs algérien et étranger auxquels il a été infligé des pénalités de 9 milliards de DA, ainsi que deux autres cas d'in- fractions de change commises, respectivement, par une so- ciété spécialisée dans la sidé- rurgie et une autre dans l’im- portation de bétail et dont les montants de pénalités encou- rues se sont chiffrées, respec- tivement, à 4,5 et 8,7 milliards de DA. Globalement, les impor- tations majorées sont souvent celles réalisées dans le cadre des régimes douaniers préfé- rentiels accordés par l’accord d’association avec l’Union eu- ropéenne, la Grande zone arabe de libre-échange (Gzale) ainsi que dans cadre du dispo- sitif de l’ANDI, constate-t-il. La majoration de valeur touche autant de produits comme le ciment, les céréales, la poudre de lait, le riz, les produits sidérurgiques et les biens d’équipements destinés au secteur du BTPH comme les

centrales à béton. «Le phéno- mène de la surfacturation concerne l’ensemble des sec- teurs d’activités liés au com- merce extérieur», poursuit-il. Le phénomène concerne également les exportateurs qui recourent, eux, à la mino- ration de la valeur de leurs exportations afin d’éviter le rapatriement des devises. Les «pseudo-importateurs» n’hésitent pas à utiliser des registres du commerce prête- nom pour importer des mar- chandises à des prix très élevés mais, en réalité, sans valeur réelle et qu’ils abandonnent ensuite dans les enceintes por- tuaires. «Dans un grand nombre de conteneurs abandonnés, ouverts par nos services, nous découvrons du sable, du par- paing et des machines usa- gées destinées à la casse, et pour lesquels des sommes im- portantes de devises ont été transférées vers l’étranger au titre du payement de ces im- portations», affirme-t-il en- core. En conséquence, en raison de l’ampleur des marchan- dises abandonnées, une ins- truction a été adressée à tous les services des Douanes à tra- vers le pays afin de procéder à l’ouverture systématique des conteneurs dont l'entreposage au niveau des ports et des ports secs a dépassé le délai légal de deux mois et 21 jours. Pour M. Regue, les fuites de capitaux commises à travers des opérations de commerce extérieur sont «une dilapida- tion à outrance des réserves de change du pays».

LE FCE DÉTERMINÉ À ÉRIGER L'ENTREPRISE NATIONALE EN LOCOMOTIVE DU DÉVELOPPEMENT

Le Forum des chefs d'entreprises (FCE) a affirmé, hier à Alger, sa «déter- mination» à ériger l'Entreprise natio- nale en «locomotive» du développe- ment, indique un communiqué du Conseil de la nation. Des membres du FCE, conduits par son président Ali Haddad, ont affirmé lors de l'audience que leur a accordée le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensa- lah, la détermination du Forum d'ériger l'Entreprise nationale économique et

commerciale «en locomotive du déve- loppement, à travers le dialogue, la concertation et l'action complémen- taire entre tous les secteurs gouverne- mentaux et les entreprises nationales». Ces efforts «profiteront à l'économie nationale à travers le rapprochement, la coordination entre différents acteurs économiques et l'action commune afin de se libérer progressivement de la dé- pendance aux hydrocarbures et aux fluctuations de leurs cours sur les mar-

chés internationaux», précise la même source. Lors de cette rencontre, il a été également question du rôle du Conseil de la nation en termes de promulgation de législations et de lois visant à «amé- liorer les performances des entreprises nationales privées et publiques». Cette rencontre s'inscrit dans le cadre d'une série de rencontres initiées par le FCE, après son dernier congrès, pour se faire connaître et présenter son futur pro- gramme d'action.

CONTRÔLE DOUANIER

Hausse

des pénalités des importateurs fraudeurs en 2014

Les services des Douanes ont infligé, en 2014, plus de 73 milliards (mds) de DA de pénalités à des importateurs pour un grand nombre d'infractions de change et autres fraudes douanières, a confié hier à l’APS un haut responsable des douanes. En 2014, «la fraude dans le commerce extérieur a pris un tournant assez inquié- tant», avise le directeur du contrôle à pos- teriori auprès de la Direction générale des Douanes, Benammar Regue. Selon lui, le taux d’évolution des pénalités encou- rues en matière d’infractions de change et d’infractions douanières a été de 104%, en passant de 36 mds de DA en 2013 à 73,4 mds de DA en 2014. Quant au nombre des infractions constatées en 2014, elles se sont élevées à 1.111 dont 134 représentent des infra- ctions de change, tandis que le reste comprend des infractions douanières di- verses, précise le responsable de la direc- tion du contrôle a posteriori qui avait été créée en 2010 dans le cadre de la restruc- turation des services de lutte contre la fraude. A ce propos, M. Regue fait état d'une hausse fulgurante des infractions de change commises par des importa- teurs fraudeurs en 2014. Les pénalités in- fligées pour cette catégorie d'infraction ont avoisiné les 52 mds de DA en 2014 contre 21,8 mds de DA en 2013, soit une hausse de 147%. Elles ont, d'ailleurs, re- présenté 71% du montant global des pé- nalités douanières enregistrées en 2014. Expliquant la nature des infractions de change constatées par ses services, le même responsable indique qu'il s'agit, notamment, de la majoration de la valeur des marchandises importées à travers la surfacturation, qui a pris pris, prévient- il, des «proportions alarmantes» depuis ces dernières années. Pour ce qui concerne les infractions douanières (hors infractions de change), les pénalités encourues se sont élevées à 21,4 mds de DA en 2014 contre 14,1 mds de DA en 2013, selon les chiffres four- nis par ce haut cadre douanier. Ces infra- ctions douanières portent sur la fraude commerciale constatée lors des fausses déclarations d’espèce, de valeur et d’ori- gine, les détournements des avantages fiscaux ainsi que le dédouanement à l’aide de faux documents. M. Regue fait état, dans ce sens, de l’ouverture de 1.586 enquêtes par ses ser- vices en 2014 dans le cadre du contrôle des opérations du commerce extérieur qui ont donné lieu à l’établissement de 1.082 dossiers de contentieux transmis à la justice. Au niveau national, le plus gros des infractions a été enregistré dans la wi- laya d’Alger où les pénalités encourues ont atteint 29,6 mds de DA, suivie de Tlemcen avec 15,9 mds de DA, d'Oran avec 8,8 mds de DA et de Ouargla avec 6 mds de DA.

COUR DES

COUR DES Programme de modernisation pour combler certaines

Programme de modernisation pour combler certaines

COMPTES

lacunes en matière de contrôle a posteriori

Le président de la Cour des comptes, Ab- delkader Benmarouf, a annoncé mardi un programme de modernisation et de dévelop- pement des mécanismes de fonctionne- ment de cette institution chargée du contrôle des conditions d'utilisation et de gestion des deniers publics pour combler certaines la- cunes en la matière. Ce programme «ambitieux» porte sur l'amélioration des ressources et moyens matériels et humains par l'introduction de mécanismes modernes, a précisé M. Benma- rouf lors de la visite d'une délégation de la commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN) au siège de la Cour des comptes. Il est également question d'accroître le nombre de magistrats et de cadres qualifiés

et de former les nouvelles recrues pour promouvoir l'efficience de cette institution de contrôle. Quarante (40) personnes ont d'ores et déjà été recrutées depuis le début de l'année pour renforcer les effectifs des dif- férentes chambres nationales et régionales de la Cour des comptes au terme d'une for- mation. La Cour des comptes compte, par ailleurs, lancer en 2015 un projet de jumelage avec plusieurs cours européennes similaires au titre du programme d'appui à la mise en œu- vre de l'accord d'association Algérie-Union européenne (P3A) en vue de renforcer les ca- pacités institutionnelles d'exercice du contrôle a posteriori. Le programme arrêté vise à améliorer la qualité du contrôle à tra- vers l'application des normes internationales

et à combler certaines lacunes, a-t-il dit, sans donner plus de précisions. Le ministère des Finances avait entamé en 2010 -suite à des observations de la Cour des comptes- une opération d'assainisse- ment des comptes spéciaux de 75 à 68 actuel- lement. Il envisage de les réduire à 55 à la fin 2015 avant un assainissement de tous les comptes à l'horizon 2018. Pour examiner la loi portant règlement budgétaire au Parle- ment avant la loi de finances, le président de la commission des finances et du budget de l'APN, Berrabah Zabbar a proposé une expé- rience pilote entre la Cour des comptes et le ministère de la Justice afin de faire parvenir à la Cour les informations en temps réel avant de la généraliser à tous les départe- ments ministériels. Cette démarche a pour

objectif de réduire les délais d'élaboration du rapport annuel de la Cour des comptes sur l'exécution du budget de l'Etat qui est, gé- néralement, assorti du projet de loi portant règlement budgétaire afin de proposer une date pour la présentation du projet de loi à l'APN. M. Zabbar a salué le fait que le rapport de la Cour des comptes soit assorti, pour la première fois, des réponses des différents secteurs sur les observations de la Cour sur la gestion de leurs budgets ce qui permet, a-t-il dit, de consolider la transparence. La visite des membres de la commission des fi- nances et du budget de l'APN à la Cour des comptes vise à leur faire découvrir les moyens dont dispose cette dernière pour ac- complir sa mission.

APS

Ph. : M. Naït Kaci

8 DK NEWS

FORUM

Jeudi 22 Janvier 2015

LA PROFESSEURE ARRADA ZAKIA, CHEF DE SERVICE PÉDIATRIE AU CHU NAFISSA-HAMOUD (EX-PARNET), INVITÉE HIER DU FORUM DE DKNEWS

COMMENT IMMUNISER LES ENFANTS CONTRE LES HANDICAPS ÉVITABLES,

OUI, C’EST POSSIBLE !

Il est vraiment tragique le constat qu’un enfant voit sa vie bousillée par un handicap physique ou mental. Ça l’est encore plus quand il s’agit d’un handicap lourd. C’est pire s’il s’agit d’un handicap évitable. Les adultes en sont responsables et coupables. Quels sont les moyens de la prévention ? Ceux ci existent-ils vraiment ? Peut on les inventorier très simplement de façon à ce que la prévention dans son mode d’emploi soit accessible aux parents ?

Ph. : M. Naït Kaci DK NEWS Jeudi 22 Janvier 2015 LA PROFESSEURE ARRADA ZAKIA, CHEF

différencier entre les étapes de prise en charge dans le ca-

Saïd Abjaoui

C’est pour relever ce défi que le Forum de DK News a invité M me la professeure Arrada Zakia , chef du service de pédiatrie au CHU Nafissa-Hamoud à une conférence dé- bat avec la presse. De l’avis de tous les journalistes parti- cipants, le défi est hautement gagné . Jugez-en plutôt. Il est important, dira-t-elle en ouvrant le débat, que les populations reçoivent le message très correctement et très compris de ce que peut être la prévention des handicaps évitables. Malheureusement , nous ne pourrons pas nous appuyer sur des chiffres mais en tout cas, nous pouvons dire qu’il y a beaucoup trop d’enfants qui présentent des handicaps dont nombre d’entre eux pourraient être évi- tés. Ce sont des cas de plus en plus nombreux. Nous de- vons réduire ce nombre et il est plus important d’en par- ler par rapport aux handicaps survenus car dans ce cas, c’est trop tard. La conférence-débat est structurée en trois parties, pour

dre de la prévention en question.

La première partie concerne la période de pré-concep-

tion. Quels en sont les facteurs de risque ? Ceux-là sont nombreux. Il y a l’âge de la maman qui est très important. Si celle-ci est âgée de plus de 38 ans,le risque est grand que l’enfant naisse mongolien. Les statistiques internationales valables pour l’Algérie indiquent que dans le cas cité, une naissance sur 700 (1/700) est trisomique (mongolienne). Lorsque le mariage est consanguin, la probabilité est grande que l’enfant naisse handicapé. 22 % de mariages sont consanguins en Algérie. Ce taux est seulement de 2% en Grande-Bretagne. Le mariage consanguin favorise la thalassémie. Un autre facteur de risque est le déficit en vitamine B9. Une telle carence implique que le bébé soit atteint dans la moelle épinière et le cerveau. Une note du ministère de la Santé recommande la B9 avant la procréation. Les textes existent. La deuxième partie concerne la période de grossesse. Il faut obligatoirement 3 ou 4 contrôles par le médecin. Me-

sure de la glycémie, vérifier l’analyse sanguine, vaccin contre la rubéole , ne pas approcher les chats, bien laver les mains ,risque de naissance de prématurés, (10% de nais- sances), handicap cérébral (pas de prévention possible), risque de groupage sanguin (parents rhésus négatif rhé- sus positif, et naissance sur rhésus positif enfant, ce qui est grave) La troisième partie concerne le moment de la grossesse. Le danger de l’asphyxie périnatale guette, le sang n’arrive pas au cerveau. Chaque spécialiste, médecin, in- firmier présents au bloc doit savoir réanimer. Après la naissance, le lait maternel assure la meilleure protection contre les types d’infection, il faut allaiter jusqu’à au moins six mois le bébé. Quant à l’hygiène, la mère doit se laver les mains avant de s’occuper du bébé. Le vaccin doit être administré le premier jour. Attention le bébé touche à tout : brûlure, produits caustiques, noyade (il suffit d’une hauteur d’eau de 20 cm pour que le bébé risque la noyade dans la bassine). Attention éga- lement à la voie publique. L’attention des journalistes a été très grande, d’autant que le côté pratique a été facilement compris.

Ph. : M. Naït Kaci DK NEWS Jeudi 22 Janvier 2015 LA PROFESSEURE ARRADA ZAKIA, CHEF
Ph. : M. Naït Kaci DK NEWS Jeudi 22 Janvier 2015 LA PROFESSEURE ARRADA ZAKIA, CHEF

Jeudi 22 Janvier 2015

FORUM

DK NEWS 9

« CRÉER DES SERVICES DE NÉONATALOGIE »

UNE URGENCE

O.Larbi

Professeure-chef de service pé- diatrie au CHU Nafissa-Hamoud (ex-Parnet) d’Hussein Dey, Ar- rada Zakia a privilégié le style mise en garde des femmes en âge de procréer quant aux risques qui accompagnent chaque grossesse :

Avant la conception, « le princi- pal risque est pour la femme âgée de plus de 38 ans, qui pourrait mettre au monde un bébé atteint de trisomie 21(1 cas pour 700 nais- sances en Algérie et dans le monde). La consanguinité des conjoints (le taux en Algérie est de 22% et de 2% en Angleterre) favo- rise l’éclosion de maladies géné- tiques comme la thalassémie. » Les anomalies du cerveau et de la moelle épinière apparais- sent chez les enfants « dont les

mères ont des carences en vita- mine B9. Il faut savoir que le minis- tère de la Santé a produit une note pour que la vitamine B9 soit dispo- nible, mais son application tarde…La vitamine B9 doit être assimilée 3 mois avant la gros- sesse». La professeure tient à respon- sabiliser les époux pour agir en connaissance de cause. La grossesse est le deuxième moment très important : «Sachant qu’il y a 3 ou 4 contrôles obliga- toires pour déceler un diabète, une glycémie, de l’hypertension ar- térielle, l’échographie pour voir s’il n’y a pas de malformation et des analyses de sang pour éviter la rubéole sont recommandées » sou-

ligne la professeure. «Le risque de

toxoplasmose exige de ne pas ap- procher les chats, de consommer des viandes bien cuites, de bien la- ver les légumes et de ne pas faire de travaux de jardinage pendant la grossesse». «Le risque de prématurité est très fréquent (10% de l’ensemble des naissances soit 1 million de

Jeudi 22 Janvier 2015 « CRÉER DES SERVICES DE NÉONATALOGIE » UNE URGENCE O.Larbi Professeure-chef de

naissances par an), il peut être accompagné d’hémorragies céré- brales et de détresse respiratoire et ce, à la suite d’infections urinaires ou génitales, de la pénibilité de la vie de la femme enceinte (travail et corvées familiales). Pendant le «travail» en salle d’accouchement, le médecin, la sage-femme, le pédiatre doivent absolument connaître le groupe sanguin des conjoints afin d’éviter l’ictère à la naissance qui peut provoquer un handicap définitif pour l’enfant si des mesures ne sont pas prises. Après la naissance enfin, mo- ment très important et attendu par la famille : les premières mi- nutes doivent être marquées par le cri de l’enfant, sinon le cerveau n’est pas irrigué ; l’asphyxie post- natale est suivie d’un handicap irréversible. L’allaitement pen- dant au moins 6 mois est le garant d’une croissance optimale «mais seulement 6% des mères le prati- quent» se confie M me Arrada Zakia, insistant sur l’hygiène entourant le bébé et son évolution dans son environnement. Rappelant que la protection de l’enfant à la naissance contre les maladies est assurée par l’adminis- tration de 8 vaccins, la profes- seure a répondu aux questions des présents, notamment, celles re-

latives à la formation des sages- femmes, des pédiatres et obstétri- ciens, des médecins généralistes accoucheurs « qui ne connaissent pas les gestes qu’il faut pour assis- ter un bébé qui naît avec le cordon ombilical entourant son cou ; qui n’ont pas su ou voulu alerter sur des malformations apparues sur les échographies… Comment peut- on travailler avec 3 femmes atten- dant d’accoucher et partageant la même chambre ? » La professeure na pas éludé les questions : « Il y a eu des forma- tions pour tous les personnels in- tervenant dans la salle du «tra- vail» d’accouchement. N’y entrent dorénavant que ceux qui maîtri- sent les gestes thérapeutiques. Le programme des études de pédia- trie a été modifié, il est fait obliga- tion à tout étudiant de passer un stage de 6 mois dans un service de maternité. S’agissant des obsté- triciens, il en est qui reconnaissent avoir «vu une malformation possi- ble, mais n’étaient pas sûrs », la professeure espère que la généra- lisation de l’IRM fœtale sera «pour bientôt ». La chef de service déplore les re- tards dans la création de service de néonatalogie et à propos de la sur- population en maternité, elle in- voque l’interdiction de refuser les femmes sur le point d’accoucher…

MORTALITÉ INFANTILE

22 bébés sur 1000 meurent avant d’atteindre un mois en Algérie

En dépit des moyens mis en place par les autori- tés sanitaires, la mortalité néonatale et infantile demeure un problème majeur en Algérie. 22 bébés sur 1000 meurent dans le mois qui suit leur naissance. En Europe, le taux de mortalité infantile est inférieur à 2%. Les infections et les asphyxies prénatales sont les principales causes de mortalité néonatale en Algérie.

CONSÉQUENCE DU SURMENAGE ET DES INFECTIONS CHEZ LA MÈRE

10% des nouveau-nés sont prématurés

L’accouchement prématuré représente 10% des naissances en Algérie. L’effort physique et les infec- tions chez la mère augmentent le risque d’accoucher prématurément notamment durant les derniers mois de grossesse. « L’accouchement prématuré ac- croît la morbidité et les séquelles neurologiques chez l’enfant (hémorragies cérébrales et malformations). Une bonne alimentation et du repos, suffisent tou- tefois à prévenir un accouchement prématuré», in- dique M me Arrada.

HYPOTHYROÏDIE CONGÉNITALE ET PHÉNYLCÉTONURIE

A quand le dépistage néonatal ?

Dans les pays développés et même en Egypte, le dépistage néonatal est systématiquement fait par les médecins trois (3) jours après la naissance du bébé. «Même si l’enfant ne présente aucun signe de mala- die, les médecins prélèvent deux gouttes de sang du talon et les envoient directement au labo pour dépis- ter l'hypothyroïdie congénitale et la phénylcétonu- rie. Ces testent permettent d’éviter à l’enfant des ma- ladies métaboliques. Tout comme la prescription de la vitamine B9 aux femmes enceintes, le dépistage néonatal ne semble malheureusement pas faire partie des priorités des autorités sanitaires algériennes pour le moment», a relevé la P re Arrada.

CONSANGUINITÉ

22% des mariages se font entre cousins

Malgré les multiples mises en garde des spécia- listes, les mariages consanguins enregistrent toujours un taux élevé en Algérie. «22% des mariages célébrés dans le pays se font entre cousins. La consanguinité augmente le risque de cardiopathies, d’hémophilie, de surdité, de trisomie et bien d’autres pathologies. Les nouveaux mariés doivent être informés des risques qu’ils encourent s’ils choisissent malgré tout de s’unir et de donner naissance à un enfant qui a de grandes chances d’être atteint d’une maladie hé- réditaire».

R.R

Jeudi 22 Janvier 2015 « CRÉER DES SERVICES DE NÉONATALOGIE » UNE URGENCE O.Larbi Professeure-chef de
Jeudi 22 Janvier 2015 « CRÉER DES SERVICES DE NÉONATALOGIE » UNE URGENCE O.Larbi Professeure-chef de
Jeudi 22 Janvier 2015 « CRÉER DES SERVICES DE NÉONATALOGIE » UNE URGENCE O.Larbi Professeure-chef de
Jeudi 22 Janvier 2015 « CRÉER DES SERVICES DE NÉONATALOGIE » UNE URGENCE O.Larbi Professeure-chef de
Jeudi 22 Janvier 2015 « CRÉER DES SERVICES DE NÉONATALOGIE » UNE URGENCE O.Larbi Professeure-chef de

10 DK NEWS

RÉGIONS

Jeudi 22 Janvier 2015

AÏN TÉMOUCHENT

Vers la création d’une coopérative mellifère régionale à Saïda

AÏN TÉMOUCHENT Vers la création d’une coopérative mellifère régionale à Saïda Une coopérative mellifère régionale sera

Une coopérative mellifère régionale sera créée prochainement à Saïda pour la commercialisation du miel, a annoncé, hier à Aïn Témouchent, un responsable à la Fédération nationale des apicul- teurs. Cette coopérative, qui s’étendra sur une super- ficie de 10.000 mètres carrés, prendra en charge la collecte du miel des wilayas de l’ouest du pays, avant d’assurer sa commercialisation, a indiqué Ali Amara, qui est aussi secrétaire régional de la Fédération des apiculteurs de l’Ouest, en marge du deuxième salon régional du miel, qui se tient du 19 au 25 janvier à Aïn Témouchent. M. Amara a expliqué également que cette coo- pérative aura un rôle important à jouer pour la ré- gulation du métier d'apiculteur et la commercialisation rationnelle du miel sur le mar- ché. Le deuxième salon régional du miel, ouvert lundi dernier se poursuit à travers une exposition- vente du miel qui enregistre la participation de 21 apiculteurs venus de cinq wilayas dans l’Ouest, à savoir Mascara, Saïda, Sidi Bel-Abbès, Chlef et Aïn Témouchent. Divers produits liés à l’apiculture sont mis en relief par les participants attirant de nombreux vi- siteurs. Après une visite guidée réservée mardi aux élèves d’établissements scolaires et la remise de prix aux lauréats d’un concours de dessin, les organisateurs du salon ont programmé la présen- tation de plusieurs communications abordant, entre autres, «La valeur de l’abeille et du miel en Islam», «L’effet de l’apithérapie sur la santé hu- maine» et «La réglementation sur la commercia- lisation des produits phytosanitaires». La wilaya d’Aïn Témouchent a enregistré, en 2014, une production de 397 quintaux de miel, soit une hausse de 39 quintaux par rapport à l’année 2013 (358 quintaux).

LE COMPLEXE HABILLEMENT ET COUCHAGE DE L’ANP À BOUCHEGOUF (GUELMA)

Le professionnalisme en soutien

à la démarche qualité

Les gestionnaires du complexe habillement et couchage de Bouchegouf (Guelma) font du professionnalisme un leitmotiv pour assurer une qualité irréprochable aux produits destinés à l’Armée nationale populaire.

DK NEWS RÉGIONS Jeudi 22 Janvier 2015 AÏN TÉMOUCHENT Vers la création d’une coopérative mellifère

Dans cette unité où professionna- lisme, engagement et esprit d’équipe animent l’ensemble des travailleurs, civils en majorité, la dé- marche qualité est soutenue par la

valorisation des ressources hu-

maine, la modernisation des outils de production et le contrôle rigou- reux des process de production et d’approvisionnement en matières premières, de cet établissement. Ce dernier a été créé dans cette lo- calité distante de 35 km à l’Est de Guelma en 1983. Entrée en activité en 1987, il est une des plus impor- tantes filiales de l’Etablissement d’habillement et de couchage (EHC), un établissement à caractère indus- triel et commercial (EPIC) dont le siège est à Alger et relève de la Direc- tion des industries militaires du mi- nistère de la Défense nationale. Le directeur du complexe, le colo- nel Nabil Magherbi, met l’accent sur les efforts déployés par les travail- leurs pour concrétiser les objectifs assignés par l’EHC à ce complexe «d’importance socioéconomique lo- cale et nationale».

Relever le défi de satisfaire les besoins militaires nationaux

Ce complexe est composé de trois unités de production d’articles de protection balistique (casques et plaques), d’uniformes militaires (pour tous les corps d’armée et les grades) et de chaussures militaires de sport. La fabrication des casques et plaques balistiques est soumise à un contrôle minutieux, depuis l’acqui- sition de matières premières, no- tamment le kevlar (polymère thermoplastique particulièrement

résistant) importé, la résine et la cé-

ramique, et à des tests techniques de résistance par armes réelles. Tout le processus est contrôlé par des experts dans un laboratoire et un stand de tir où l’évaluation est assis- tée par ordinateur. Ces experts éta- blissent trois certificats : conformité de la matière première, validité de chaque lot de 1.000 unités et confor- mité du produit fini dont un échan- tillon-témoin est conservé. L’utilisation de la fibre kevlar dans la production du casque mili- taire est une technologie relative- ment nouvelle introduite dans ce complexe en 2001. Elle offre l’avan- tage de rendre le casque plus léger, plus résistant aux aléas naturels et offre une plus grande protection contre les éclats de projectiles de toute nature, affirme le colonel Ma- gherbi. Le casque est fabriqué dans trois modèles de tailles selon un pro- cessus recourant à des technologies modernes dont une machine de pression d’une puissance de 600 tonnes et une autre de coupe à pres- sion hydraulique de 3.600 bars. La même précision et la même technologie président à la fabrica- tion des plaques balistiques (dont l’un des intrants premiers est la cé- ramique) destinées à d’autres unités de l’EHC spécialisées dans la fabrica- tion de gilets pare-balles. L’unité de confection du com- plexe ressemble à une véritable ruche où chaque travailleur est af- fairé à une tâche particulière. Quelque 400 uniformes de diffé- rentes tailles y sont confectionnés quotidiennement pour tous les corps d’armée et grades, souligne Abdelghani Boudraâ, technicien dans cette unité, qui ajoute que la production fait appel à des installa-

tions fonctionnant avec des logiciels informatiques garantissant une uti- lisation optimale des tissus. Le commandant Abderrezak Der- noune, chef du service du contrôle de la qualité, affirme quant à lui qu’un processus de contrôle intégré assure la haute qualité du produit, en conformité avec les normes pro- fessionnelles requises.

Près de 800 travailleurs et perspectives sociales prometteuses

Le complexe emploie 780 travail- leurs, dont une moitié de femmes, répartis sur les trois catégories de l’encadrement, de la maîtrise et de l’exécution, indique le colonel Nabil Magherbi, notant que le complexe occupe une main-d’œuvre issue de la wilaya de Guelma, mais aussi des wilayas de Souk Ahras, d’Annaba et d’El Tarf. Parmi les travailleurs figurent des diplômés de l’université et des cen- tres de formation professionnelle, des personnes aux besoins spéci- fiques ainsi que de nombreux jeunes recrutés dans le cadre du dispositif du pré-emploi. Le complexe, doté d’une cantine, assure le transport des personnels vers les wilayas où ils résident et leur accorde des aides et des prêts dans une perspective d’amélioration des conditions de tra- vail et de rentabilité, souligne son di- recteur. Recruté en 1989 par le complexe, Amar Khemissi, handi- capé moteur, affirme que le com- plexe habillement et couchage de Bouchegouf lui a «tout donné» en l’extirpant, d’abord, du chômage et en lui offrant un emploi fixe qui lui a permis de fonder une famille, d’ac- quérir un véhicule et de bénéficier d’une formation.

NAÂMA

237 projets avalisés durant les trois dernières années

Quelque 237 projets ont été avalisés, durant les trois dernières années, par le Comité d'assistance à la locali- sation et à la promotion des investissements et de la ré- gulation du foncier( Calpiref ) de la wilaya de Naâma, a-t-on appris hier auprès de la direction locale de l’in- dustrie. Ces projets, devant générer près de 6.500 em- plois, durant les phases de réalisation et d’exploitation, sont répartis entre divers secteurs, à leur tête les unités de transformation avec 92 projets, soit 39% de l’ensem- ble des projets avalisés. En outre, 47 projets (19% des dossiers approuvés) concernent les services, 41 projets le tourisme (17%) et 42 projets pour le bâtiment et 13 autres dans le com- merce. Durant l’année écoulée, 43 projets d’investissement ont été approuvés pour la création de petites et moyennes entreprises, sur 110 dossiers déposés auprès du Calpiref. De l’ensemble de ces projets, 94 promoteurs obtenu des titres de concession et des assiettes foncières pour abriter leurs projets, tandis que 57 permis de construire ont été délivrés pour entamer les travaux. La sous-commission de wilaya de suivi et d’évaluation des

NAÂMA 237 projets avalisés durant les trois dernières années Quelque 237 projets ont été avalisés, durant

projets d’investissement a procédé, pour sa part, à une opération d’assainissement qui s’est soldée par l’annu- lation de 23 projets après avoir adressé à leurs promo- teurs des mises en demeure pour non-respect du cahier des charges et retard dans la concrétisation des projets, selon la même source. La wilaya de Naâma souffre de l’absence d’un tissu industriel, puisque le secteur contri- bue actuellement avec 220 emplois seulement, soit 2,45% de l’ensemble des PME existantes, et en dépit de l’exis- tence dans la wilaya de trois zones d’activités d’une sur- face totale de 157 hectares, selon les mêmes services. Dans le but de créer une plateforme industrielle à tra- vers la wilaya, de nouvelles zones d’activités sont en cours d’aménagement, avec un montant de 882 millions DA. La wilaya a ainsi bénéficié d’un projet de parc indus- triel de 300 hectares, dont l’aménagement a été confié à l’agence nationale d'intermédiation et de régulation fon- cière (ANIREF ), et ce en plus de la finalisation des études concernant la création de trois nouvelles zones d’activi- tés à Mekmène Benamar, Moghrar et Sfissifa, a-t-on fait savoir.

APS

Jeudi 22 Janvier 2015

RÉGIONS

DK NEWS 11

EL TARF

Emploi : le nombre de placements en hausse dans la wilaya

Le nombre de placements de jeunes demandeurs d’emploi a enregistré une hausse «importante» en 2014 comparativement à l’exercice précédent, a-t-on appris, hier, auprès de la direction de l’Emploi.

Jeudi 22 Janvier 2015 RÉGIONS EL TARF Emploi : le nombre de placements en hausse dans

Pas moins de 2.299 jeunes chômeurs, hors DAIP (dispositif d’aide à l’insertion professionnelle) ont été placés durant l’exercice 2014, contre 1.752 en 2013, a-t- on ajouté de même source, précisant que 31.604 demandeurs d’emploi ont été enregistrés l’année dernière contre 37.610 en 2013. S’agissant des opportunités d’emploi,

les services de la direction en charge du secteur, relevant «une amélioration de la situation d’année en année», ont fait état de 3.602 offres en 2014 contre 2.436 en

térêt» des chercheurs d’emploi pour les contrats d’insertion professionnelle (CIP) au détriment des autres dispositifs d’aide comme les contrats d’insertion

  • 2013. des diplômés (CID), de formation-inser- tion (CFI) et de travail aidé (CTA). Le taux de chômage est actuellement de 10,78% dans la wilaya d’El Tarf, a-t-on encore fait savoir.

Au total, 2.437 personnes ont bénéfi- cié, en 2014, d’un poste de travail au titre du DAIP, contre 8.082 en 2013, selon cette même source qui a noté un «vif in-

ORAN

Réouverture prochaine de l’Office local du tourisme

L’Office local du Tourisme d’Oran, fermé depuis 2006, sera rouvert «très prochainement», a annoncé hier le directeur du tourisme et de l’artisanat de la wilaya. «Nous avons tenu lundi une séance de travail avec les mem- bres du nouveau bureau de l’association pour faire connaître le fonctionnement organique de l’Office, définir son rôle et élaborer un plan d’actions afin de relancer ses activités», a dé- claré à l’APS Kaïm Benamar Bel-Abbes. «Le local abritant le siège de l’OLT, sis au centre-ville, squatté auparavant, a été af- fecté à la direction du tourisme», a-t-il expliqué, ajoutant que «la direction du tourisme a récupéré les clefs du local, objet d’un cas litigieux, après une procédure judiciaire légale». «L’association, nouvellement créée, est appelée à dynami- ser les activités de l’Office dans la ville d’Oran», a fait observer

le même interlocuteur, ajoutant que l’établissement sera une «véritable vitrine» pour la promotion du tourisme et de l’arti- sanat au niveau de la ville d’Oran. Cet espace dédié à la promo- tion du tourisme local sera également un point focal de tous les touristes pour disposer de toutes les informations rensei- gnant sur la ville, son histoire, son patrimoine culturel, sa géo- graphie, ses sites et monuments historiques, ses galeries, ses restaurants, ses moyens de déplacements et autres données dont a besoin un touriste. Le même responsable a, par ailleurs, annoncé le lancement prochain des études des plans d'amé- nagement des zones d’expansion touristique de Madagh, Ma- dagh (2), Cap Blanc, Kristel, Cap Falcon, Les Andalouses. Les études ont été confiées à l’Agence nationale de développement touristique ( ANDT), a-t-il assuré.

RELIZANE

Production de 7.400 bonbonnes de gaz butane par jour

Le centre enfûteur de gaz butane de la wilaya de Relizane a augmenté, au mois de janvier en cours, sa production de 6.000 à 7.400 bonbonnes/jour, a-t-on appris mardi de l’inspecteur de sécurité industrielle à la circonscription de gaz de pétrole liquéfié (GPL) de Chlef rele- vant de Naftal. L'augmentation de la production ré- pond à la forte demande surtout avec la vague de froid qui sévit dans la région, a indiqué M. Hadj Benyamina à l’APS, en

marge d’une campagne de sensibilisa- tion sur la bonne utilisation des bon- bonnes de gaz. Le même responsable a ajouté que la quantité précitée est distri- buée dans de «bonnes conditions et sa- tisfait actuellement tous les besoins», ajoutant que des mesures ont été prises pour accroître la capacité de production à 10.000 bonbonnes/jour si la nécessité l’exige. Les bouteilles de gaz sont distri- buées au niveau de la wilaya à partir du centre enfûteur de Relizane et le dépôt

de stockage et distribution de Oued Rhiou, a-t-on signalé. Naftal mobilise 15 camions de transport des bouteilles de gaz butane vers les villages et les zones éloignées de la wilaya. La caravane de sensibilisation sur le bon usage du gaz butane, lancée par la section GPL de Chlef, est arrivée mardi à Relizane. La campagne de sensibilisa- tion poursuivra son périple mercredi dans la wilaya de Aïn Defla, a-t-on souli- gné.

OUARGLA

6.095 nouvelles places pédagogiques pour la prochaine rentrée de la formation

Quelque 6.095 places pédagogiques sont prévues à Ouargla pour la pro- chaine session de la formation profes- sionnelle (mars 2015), a-t-on appris hier auprès de la direction locale du secteur. Les postes de formation programmés sont de différents types, dont la forma- tion résidentielle, les cours du soir, la formation passerelle et la formation qualifiante, a déclaré le directeur du sec- teur, Abderrazak Zekour. Il a été décidé de réserver également quelque 1800 places pour la formation de la femme au foyer, une formation qui a connu ces dernières années un engouement «cer- tain», en zones urbaines et rurales, grâce à l’aide octroyée par l’état afin de per- mettre à la femme d’obtenir un métier et de renforcer ses chances de créer un foyer productif appelé à contribuer à son tour au développement de l’économie nationalel, a-t-il indiqué.

Jeudi 22 Janvier 2015 RÉGIONS EL TARF Emploi : le nombre de placements en hausse dans

Ce responsable a révélé que plusieurs spécialités ont été ouvertes, depuis sep- tembre 2013 dans le domaine des hydro- carbures, permettant aux entreprises nationales activant dans le domaine d’accueillir des centaines de jeunes ap- prentis. Le secteur compte dans la wilaya quinze (15) centres de formation, quatre (4) instituts nationaux spécialisés de la formation professionnelle, un (1) insti- tut de la formation et de l’enseignement professionnels, onze (11) établissements privés agréés, totalisant une capacité d’accueil de 6.900 places pédagogiques. Il compte aussi un centre régional d’enseignement professionnel à dis- tance et 9 internats d’une capacité glo- bale de 900 lits, selon les statistiques du secteur.

APS

SOUK AHRAS

695 céréaliculteurs ont bénéficié du crédit R’fig

SOUK AHRAS 695 céréaliculteurs ont bénéficié du crédit R’fig Au moins 695 céréaliculteurs exerçant à Souk

Au moins 695 céréaliculteurs exerçant à Souk Ahras ont bénéficié, pour la saison agricole en cours, d’un montant global de 500 millions de dinars au titre du crédit R’fig, a-t-on appris hier auprès de la direc- tion régionale de la Banque de l’agricul- ture et de développement rural (BADR). Ces financements ont notamment per-

mis aux agriculteurs concernés d’acqué- rir des semences et des engrais dans le cadre du développement de leur activité, a précisé à l’APS Mohamed Meddour, chef de service au sein de cette direction basée à Guelma et qui couvre également la wi- laya de Souk Ahras. Il reste toutefois, selon ce responsable, que l’engouement des agriculteurs pour ce crédit reste «insuffi- sant» au regard des importantes superfi- cies céréalières de la wilaya de Souk Ahras (136.000 hectares). De son côté, le chef du service organisation de la production et soutien technique à la direction des ser- vices agricoles, Mohamed-Kamel Hamza, a précisé que 64.000 hectares sont réser- vés au blé dur, 34.000 au blé tendre, 34.000 à l’orge et 2.000 hectares à l’avoine. Les services agricoles tablent, cette année, sur une production record qui devrait at- teindre plus de 1,8 million de quintaux, au vu des conditions climatiques favorables marquées par de fortes chutes de neige et de pluie au début du mois de janvier en cours, selon le même responsable.

OUM EL-BOUAGHI

400 foyers raccordés au réseau de gaz naturel à El Harmlia

Près de 400 foyers de la commune d’El Harmlia, dans la wilaya d’Oum El-Boua- ghi, ont été raccordés, hier, au réseau de distribution publique du gaz naturel, a-t- on constaté. Cette mise en gaz qui a néces- sité un investissement public de 61,9 millions de dinars dans le cadre du pro- gramme quinquennal 2010-2014, a donné lieu à une cérémonie présidée par les au- torités locales, dans une ambiance de fête créée par les familles bénéficiaires (395 foyers). Selon le directeur de l’Energie, 26 communes sur les 29 que compte la wilaya d'Oum El-Bouaghi sont aujourd’hui rac- cordés au réseau de distribution publique de gaz, ce qui porte le taux de couverture par le gaz naturel à près de 80%. Les com- munes d’Ouled Zouai, de Rahba et Bhir Chergui seront raccordées à leur tour «dans le courant du mois de février 2015», a annoncé, de son côté, le wali Mohamed- Salah Manaâ, avant de préciser que des travaux étaient également en cours en vue du raccordement des communes de Aïn Eddis et de Bellala. Ces raccordements bénéficieront à quelque 4.500 foyers dans les cinq com- munes citées, le tout pour un coût de l’or- dre de 3,5 milliards de dinars.

APS

12 DK NEWS

SOCIÉTÉ

 

Jeudi 22 Janvier 2015

 
   

Alger

Alger

Il tue froidement sa mère

20 ans de reclusion criminelle

Une lourde condamnation a été prononcé au tribunal d’Alger, à l’encontre de Kamel âgé de 35 ans. Ce jeune homme est accusé de meurtre sur la personne de sa mère âgé de 58 ans.

 

reuse est morte sur place. Arrêté

quelques moments après par les élé-

 

qui dans, un long réquisitoire, met en

 

A.Ferrag

 

exergue la gravité des faits, requiert une

ments de la police judiciaire puis audi-

peine de 20 ans de prison à l’encontre

 
 

Baya, vivait seule avec son fils unique depuis qu’elle a divorcé. Un jour son voisin lui annonce que sa mère s’adonne à la prostitution. En ce jour fatidique Kamel rentre ivre mort à la maison, une vulgaire dis- pute éclate entre eux, il s’empare d’un couteau de cuisine et porte ainsi à sa mère des coups mortels, la malheu-

tionné et pressé de questions, il avoue être l’auteur du crime. Le jour du procès, en ce mois de jan- vier 2014, répond du meurtre sur la per- sonne de sa mère. Présenté à la barre, l’accusé Kamel reconnaît avoir tué sa mère, et déclare : « Je ne suis pas un assassin, je ne me rendais pas compte de ce que je faisais». Le représentant du ministère public,

de l’accusé. N’ayant pas d’avocat, le barreau lui en a désigné un d’office, mais ce der- nier sera absent le jour du procès. Après de longues délibérations, la peine prononcée par le représentant du ministère public fut maintenue à savoir 20 ans de réclusion criminelle, en vertu des articles 30, 254 et 263 alinéa 3 du code pénal.

BÉJAÏA

   

PORT D'ALGER:

 

Grâce à la police, les sans-abri mangeront chaud…

Après en avoir sou- mis l’idée au Directeur général de la Sûreté na- tionale et obtenu le feu vert, cette heureuse et fort louable initiative de la Sûreté de wilaya de Béjaia consistera en la distribution, dès au- jourd’hui 22 janvier 2015 à partir de 19 h, de packs alimentaires composés d’une soupe chaude, un pain, un fromage, un fruit et une bouteille d’eau minérale. Une ini-

le cadre d’un pro- gramme tracé pour la saison hivernale, fait-on savoir, avec la participa- tion de la DAS (direction de l’action sociale), de la Protection civile et du Croissant-Rouge algé- rien. Une caravane «Repas chauds pour les sans- abri» sillonnera donc les artères de la ville et pénè- trera même dans les quartiers où sont sus- ceptibles de se trouver

SDF, sans-abri, afin de leur remettre de quoi se restaurer et « résister au froid ». Ce n’est pas « le gîte et le couvert » mais c’est toujours…ça, en at- tendant une autre ini- tiative, à savoir offrir à ces pauvres créatures, au moins durant l’hiver ri- goureux, un abri chauffé…Pour l’instant, les sans-abri mangeront, certes, grâce à la police mais…dehors…

A. B.

Reprise du travail, fin du débrayage des capitaines de remorqueurs

Le trafic maritime au port d'Alger a ''re- pris normalement'' hier après la grève déclenchée lundi par des capitaines de re- morqueurs, qui avaient demandé la des- titution de l'un de leurs délégués syndicaux, a-t-on appris de source proche de l'entre- prise portuaire d'Alger (EPAL). ''Je vous confirme que le travail a repris normale- ment au port d'Alger, et que tous les gré-

diqué à l'APS Abderahmane Timizar, res-

tiative s’inscrivant dans

des personnes démunies

vistes, c'est à dire les capitaines de remor- queurs, sont à leur poste de travail'', a in-

M'SILA :

ponsable de la communication à l'EPAL. Des capitaines de remorqueurs, sur les 15

Des habitants d'Ouled Mansour bloquent le siège de l'APC

que compte l'entreprise, avaient débrayé pour la destitution de l'un de leurs deux dé- légués syndicaux. Dans la journée de mardi, le délégué syndical concerné avait déposé sa démission, qu'il a affichée, avait

Les habitants de la commune d'Ouled Mansour, à une quinzaine de kilo- mètres de M'sila ont bloqué le siège de leur APC hier, pour réclamer l'amélio- ration de leur cadre de vie. Ils étaient en effet, des centaines à prendre d'as- saut le siège de la mairie qu'ils occupèrent pendant une la journée d'hier. «Les villageois ont décidé d'observer un sit- in devant le siège de l'APC, en guise de protestation face au mépris affiché par cette structure dont l'inertie semble être un modèle de gestion», dira un des manifestants. « Les habitants attendent depuis toujours l'arrivée du gaz naturel à leurs foyers mais en vain»,

expliqué de son côté le SG de la section syn- dicale de l'EPAL, Bourouba Derradji. Mais, dans la même journée, le tribunal de Sidi M'hamed avait condamné les grévistes à re- prendre le travail. L'EPAL avait engagé deux actions en justice pour amener les gré- vistes à reprendre le travail, rappelle t-on, dont une plainte pour ''grève illégale''. Par ailleurs, ''à la demande des grévistes,

ajouta-t-il.

 

MM.B.

la direction de l'EPAL a retiré sa plainte'' en-

 

gagée devant le tribunal pénal pour ''grève

ACCIDENTS DE LA ROUTE :

illégale ayant donné lieu à la prise d'otages de bateaux en entrée et sortie'', a ajouté M.

4 morts et 4 blessés en 24 heures

Timizar, soulignant que ''l'administra- tion (de l'EPAL) est soucieuse de la bonne marche de l'entreprise et de la quiétude de ses travailleurs''. Par contre, ''nous avons demandé aux capitaines de remorqueurs

Quatre (4) personnes sont mortes et quatre (4) autres ont été blessées dans des accidents de la circulation surve- nus durant les dernières 24 heures à travers le territoire national, a indiqué hier la Protection civile dans un com- muniqué. Le bilan le plus lourd a été enregis- tré à Aïn Defla avec deux (2) personnes décédées et trois (3) autres blessées dans deux (2) accidents de la route, a précisé le communiqué. En outre, les secours de la Protection civile sont in- tervenus pour l'extinction de neuf (9)

incendies urbains, industriels et divers au niveau des wilayas d'Alger, Mila, Tizi Ouzou, Tiaret, Constantine, Biskra, Aïn Temouchent et Batna, a ajouté la même source, relevant que ces incen- dies ont causé des brûlures à cinq (5) personnes. Six (6) personnes ont été as- phyxiées par le gaz monoxyde de car- bone à Annaba (3 personnes) et El Bayadh (3 personnes) durant la même période suite à l'utilisation des appa- reils de chauffage et chauffe-bain à l'in- térieur des habitations, a, par ailleurs, indiqué la Protection civile.

d'accélérer les entrées et sorties de navire pour rattraper le retard'' dans les débarque- ment et embarquements de marchan- dises. Le SG de la section syndicale de l'EPAL a confirmé de son côté la reprise de travail des capitaines de remorqueurs grévistes, et a assuré, dans une déclaration à l'APS, que ''tous sera fait pour accélérer la cadence des entrées et sorties de navires, et rattraper le temps perdu''. Selon lui, au moins 25 navires seront pris en charge mer- credi en entrée et sortie du port d'Alger. En 2014, plus de 550 navires avaient accosté au port d'Alger, dont des pétroliers et des Ro-Ro.

Jeudi 22 Janvier 2015

SANTÉ

DK NEWS 13

Six personnes atteintes

de grippe saisonnière

décèdent

à l'hôpital de Aïn Taya

Six personnes, souffrant de certaines pathologies dont le diabète et l'hypertension, sont mortes ''depuis le 1 er janvier de grippe saisonnière compliquée'' à l'hôpital de Aïn Taya (W.d'Alger), a-t- on appris hier auprès de responsables de l'hôpital.

Les personnes décé- dées, ''sont mortes des suites d'une grippe sai- sonnière compliquée, qui a touché des catégo- ries de malades soufrant de certaines patholo- gies'', a expliqué à l'APS le D r Ourari Abdelha- mid, directeur des ser- vices sanitaires à l'hôpi- tal de Aïn Taya. ''Nous avons enregis- tré en fait depuis le 1 er janvier 2015 six décès de personnes âgées et souf- frant notamment d'hy- pertension, de diabète insulinodépendant et

EL-OUED :

Jeudi 22 Janvier 2015 Six personnes atteintes de grippe saisonnière décèdent à l'hôpital de Aïn Taya

de cardiopathie'', a t-il ajouté. Les six personnes dé- cédées sont quatre femmes, dont une en- ceinte, et deux hommes,

dont un âgé de 28 ans. Leur âge varie de 28 ans à 99 ans, une des femmes décédées étant âgée de 99 ans, selon la même source.

''Les personnes at- teintes de maladies chroniques, dont le dia- bète, l'hypertension, la cardiopathie ou les asth- matiques sont les caté- gories les plus vulnéra- bles à cette grippe sai- sonnière aigue'', sou- ligne par ailleurs le D r Ourari. Pour autant, un traitement ''normal et sous les conseils d'un médecin'' est de nature à prémunir ceux atteints de grippe saisonnière de toute conséquence fâcheuse, assure la même source.

17 ambulances médicalisées pour améliorer la prise en charge sanitaire dans plusieurs communes

Douze (12) des 17 ambulances médicalisées vont être réparties entre des centres sanitaires de plu- sieurs communes de la wilaya d’El- Oued, pour y améliorer la prise en charge médicale, a-t-on appris hier auprès des services de la wilaya. Dans le cadre de la première phase de cette opération, cinq (5) centres sanitaires implantées dans des communes éloignées, dont trois (3) frontalières (Douar El-Ma, Ta- leb-Larbi et Ben-Guecha), ont déjà obtenu leurs (5) ambulances médi-

calisées (une par centre), a pré- cisé le chef de l’exécutif de la wilaya, lors de l’opération d’attribution. La deuxième phase de l’opération, dotée dans son ensemble d’un fi- nancement de 200 millions DA, concerne douze (12) ambulances à distribuer en début de semaine prochaine à douze (12) autres cen- tres sanitaires, désignés sur la base de leurs besoins et de la distance en- tre ces communes et le chef-lieu de la wilaya. Les trente (30) communes que compte la wilaya d’El-Oued

CHU DE TIZI-OUZOU

vont ainsi être dotées prochaine- ment d’ambulances médicalisées, en vue d’alléger les souffrances du déplacement des malades vers les établissements publics hospita- liers éloignés, a-t-il ajouté. Un ap- pel d’offres national pour l’acqui- sition de cliniques mobiles a été lancé récemment, en vue d’assurer une meilleure couverture sani- taire au profit des populations no- mades et des habitants des localités enclavées, à travers le territoire de la wilaya.

Réception de 15 nouveaux générateurs et d’un appareil multi-filtrant pour le service d’hémodialyse

Le service d’hémodia- lyse du Centre hospitalo- universitaire Nédir-Mo- hamed de Tizi-Ouzou, a été doté mercredi de 15 nouveaux générateurs et d’un appareil multi-fil- trant, a-t-on constaté. Se- lon le directeur général de cet établissement hos- pitalier, le P r Ziri Abbas, ces appareils acquis pour un montant de 35 millions de dinars, rentrent dans le programme du rajeunis- sement du parc des gé- nérateurs de dialyse du CHU et répondent au souci d’amélioration de la qualité des soins dis- pensés aux malades. Quant à l’appareil multi- filtrant destiné à la prise en charge des insuffisants ré- naux présentant des com- plications, il permettra de soulager ces derniers des déplacements vers les hô- pitaux d’Alger (Parnet) ou de Blida, a indiqué le Pr. Ziri, qui a souligné que le CHU de Tizi-Ouzou est le troisième établissement

au niveau national à dispo- ser de ce type d’équipe- ment médical. D’autres équipements ont été éga- lement acquis au profit de ce service, dont 27 nou- veaux lits électriques, des téléviseurs et des tables, «afin d’améliorer le confort des malades, et par souci d’aller vers l’ex- cellence et la performance

en matière de soins», a ajouté ce responsable. Le service d’hémodialyse du CHU de Tizi-Ouzou, qui compte 27 générateurs, dont six ont été réformés, traite 130 malades par se- maine en prenant en charge des malades de la wilaya de Tizi-Ouzou, qui compte environ 800 in- suffisants rénaux, mais

aussi ceux de la wilaya de Boumerdès, a informé Athmane Seba, chef du service néphrologie. Le wali de Tizi-Ouzou, qui a visité le service d’hémodia- lyse en compagnie du DG du CHU, s’est enquis au- près des malades, qui étaient en séance de dia- lyse, des conditions de leur prise en charge.

La qualité des soins et les droits des malades dans le système de santé en débat aujourd’hui à Oran

La qualité des soins et les droits de malades dans le système de santé actuel seront au menu d’une rencontre, qui sera organisée aujourd’hui par l’unité de recherche en sciences sociales et de santé (GRAS) de l’université d’Oran, a- t-on appris auprès des organisateurs. Les participants à cette rencontre trai- teront des failles du système de santé en matière de prise en charge du malade et des décalages entre le droit à la santé reconnu par la Constitution algérienne et la réalité socio-sanitaire vécue par le malade, a-t-on souligné à l'APS. Ce rendez-vous sera aussi une occasion pour mettre la lumière sur les défail- lances du système des soins «qui est loin

de la qualité espérée dans les domaines curatif et préventif», a-t-on ajouté source. Le système de soins a faiblement pris en considération, selon la même source, les questions de santé publique qui restent transversales à l’ensemble des champs sociaux (éducation, travail, alimentation, hygiène, environnement,

soulignant «qu'il est donc plus juste

),

... d’évoquer le terme de système de soins, plutôt que celui de santé». Plusieurs as- pects seront abordés lors de cette ren- contre, à laquelle prendront part des spécialistes de plusieurs établissements hospitaliers du pays, entre autres, le droit des malades à la prise en charge et au bon accueil.

Ebola :

Les méthodes de présentation des cas par l'OMS mises en cause

Des spécialistes présents à un débat sur l'épidémie d'Ebola à Davos en Suisse, ont révélé une série d'erreurs dans la façon dont l'Organisation mondiale de la santé(OMS) présentait des cas Ebola sous forme de bilans cumulés. Les méthodes de présenta- tion par l'OMS des cas Ebola, sous forme de décomptes ont été mises en cause mercredi lors d'un débat sur l'épidémie qui a tué plus de 7.000 personnes es- sentiellement dans trois pays de l'Afrique de l'Ouest (Sierra Leone, Liberia, Guinée). «Cela ne sert à rien de dire qu'il y a tant et tant de cas confir- més et de décès depuis le début de l'épidémie, ce qu'il faut c'est de savoir combien de cas par se- maine, c'est la seule méthode pour comprendre l'évolution de la maladie», a déclaré le D r Hans Rosling, professeur de santé publique en Suède et qui travaille sur Ebola avec le minis- tère libérien de la Santé. «Depuis le 1 er janvier 2015, on compte environ un cas Ebola confirmé par jour dans la région», a-t-il ajouté, à comparer aux 20 cas par jour en août dernier. Le professeur suédois a éga- lement mis l'accent sur la néces- sité de déployer des spécialistes en maladies épidémiques dans

Ebola : Les méthodes de présentation des cas par l'OMS mises en cause Des spécialistes présents

la région. «Envoyer des gens sans expérience sur place ne sert à rien», a-t-il ajouté. De son côté, le D r David Na- barro, coordinateur de l'ONU pour la lutte contre l'épidémie, a indiqué lors de ce même débat, que la région avait besoin «d'une soixantaine de spécialistes en coordination, des Africains», afin d'optimiser tous les pro- grammes d'aide en cours. Il a encore indiqué qu'Ebola était une maladie «liée au mode de vie», et que l'un des points es- sentiels de la lutte contre l'épidé- mie est de sécuriser au maxi- mum les funérailles, car c'est à ce moment là que les infections ont lieu, quand les familles et les proches embrassent les défunts, décédés des suites de la maladie.

L'ONU demande aux Etats membres de rester mobilisés

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon a salué mardi les progrès enregistrés dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest et a appelé la communauté in- ternationale à rester mobili- sée. «Un leadership national fort, combiné à une implication des communautés locales et à un soutien international, a ralenti le taux de nouveaux cas en de nombreux endroits», a souligné M. Ban lors d'une réunion de l'Assemblée générale des Na- tions unies consacrée à Ebola. «Le Liberia, qui a été à un moment le pays le plus tou- ché, connaît une amélioration spectaculaire. En Sierra Leone, l'opération dans la région occi-

dentale a permis de réduire

l'incidence. En Guinée, le nom- bre de gens affecté par Ebola est comparativement plus faible mais plus dispersé géographi- quement», a-t-il ajouté, se féli- citant que le Mali, de son côté, ait déclaré officiellement di- manche la fin de l'épidémie. «Les efforts doivent être pour- suivis et nous devons rester vi- gilants. A travers tous nos ef- forts, nous avons constaté que notre réponse devait être de nature régionale afin d'éviter un risque de re-transmission», a- t-il affirmé. Au total, depuis le début de l'épidémie, plus de 21.000 cas d'Ebola ont été enregistrés et plus de 8.400 personnes sont

mortes à cause de cette maladie, principalement au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée. «L'épidémie n'est pas finie», a prévenu de son côté le prési- dent de l'Assemblée générale, Sam Kutesa. «La communauté internationale ne peut pas bais- ser la garde et au contraire, elle doit redoubler d'efforts pour soutenir les besoins à court et long termes des pays les plus affectés». Ban Ki-moon a lancé un ap- pel spécial à l'adresse des par- ties prenantes au niveau natio- nal, des dirigeants commu- nautaires, des partenaires et des Etats membres : «Restez impliqués et soutenez ces ef- forts». Il a indiqué qu'il avait chargé le système des Nations unies de travailler au rétablissement des services essentiels, parallèle- ment aux efforts de lutte contre la maladie. «Nous nous concen- trons sur l'accès aux soins pour les maladies les plus courantes, la sécurité alimentaire, la réou- verture des écoles et les soins apportés aux orphelins», a-t-il dit. «Nous devons concentrer notre attention sur le relève-

ment à long terme de la ré- gion», a renchéri M. Kutesa. Selon lui, «des mesures doi- vent être prises pour un re- tour à la normale pour les voyages depuis et en direction de la région, notamment en ce qui concerne le tourisme».

APS

  • 14 DK NEWS

SAN

Jeudi 22 Ja

DIABÈTE DE TYPE 2 :

LA CARENCE EN VITAMINE A POURRAIT LE CAUSER

Une étude scientifique américaine révèle que le manque de vitamine A pourrait être à l'origine du développement du diabète de type 2, une découverte qui pourrait aboutir à un traitement pour limiter la maladie.

Le diabète de type 2 se caractérise par une hyperglycémie chronique, c'est-à-dire par un taux trop élevé de glucose (sucre) dans le sang. L'insuline, une hormone sé- crétée par le pancréas, n'arrive plus à stocker le sucre dans les cellules : on parle d'insulino-résistance. Ce diabète dit « sucré » touche principalement les personnes en surpoids et/ou d'âge mur, et engendre des problèmes cardiovasculaires et visuels s'il n'est pas traité. Des chercheurs du Weill Cornell Medical College de New-York (Etats-Unis) se sont penchés sur les fac- teurs qui pourraient influer sur le dévelop- pement de la maladie, et ont publié leurs travaux dans la revue The Journal of Biolo- gical Chemistry. Selon eux, puisque la vita- mine A booste l'activité des cellules bêta (β) du pancréas, sa carence pourrait jouer un rôle dans le développement du diabète. Les cellules β sont chargées de produire et de li- bérer l'insuline dans le sang, ce qui régule le taux de glucose sanguin. Pour en avoir le cœur net, les chercheurs ont analysé le développement des cellules β au sein de deux groupes de souris : le pre- mier groupe avait été modifié génétique- ment pour ne pas pouvoir stocker la vitamine A, alors que le second a pu récu- pérer normalement la vitamine contenue dans l'alimentation. Ils ont alors constaté que les souris inca- pables de stocker la vitamine A voyaient leurs cellules β dépérir, les privant de pro- duction d'insuline. De plus, lorsque les scientifiques ont supprimé la vitamine A du

14 DK NEWS S AN Jeudi 22 Ja DIABÈTE DE TYPE 2 : LA CARENCE EN

régime alimentaire des souris saines, ils ont observé que cela engendrait la perte de cel- lules β, induisant une baisse d'insuline et une hausse du taux de sucre dans le sang.

Or, ces facteurs sont hautement liés à l'ap- parition d'un diabète de type 2. Lorsque les chercheurs ont remis la vitamine A au menu des souris saines, la production de

cellules β a augmenté, tout comme la pro- duction d'insuline. Les niveaux de glucose sanguins sont donc revenus à la normale. Pour l'équipe de recherche, ces expé- riences prouvent bien qu'une carence en vi- tamine A est liée au développement du diabète de type 2, même si ce n'est sans doute pas le seul facteur en cause.

Une association encore inconnue

« Ce que nous allons désormais chercher à savoir, c'est comment le manque de vita- mine A engendre la mort de cellules β », précise le Dr Gudas, co -auteur de l'étude. « Ces cellules sont extrêmement sensibles à l'absence de vitamine A dans l'alimentation, ce que personne n'avait encore constaté. » Dans leurs futures recherches, les auteurs prévoient de tester un potentiel traitement, et d'observer si la prise quotidienne d'une forme synthétique de la vitamine A pourrait inverser la tendance et limiter le diabète de type 2. Dans l'alimentation, la vitamine A est présente sous deux formes : sous forme de rétinol ou de ses dérivés, elle est présente dans la viande, le poisson et les produits lai- tiers, alors que la forme végétale, appelée provitamine A ou bêta-carotène est pré- sente dans les fruits et légumes. L'oseille, la carotte, l'abricot ou encore les épinards en contiennent beaucoup. Quelle que soit sa provenance, la vitamine A contribue à l'équilibre du système immunitaire et pro- tège la vision.

DU YAOURT CONTRE LE DIABÈTE

Une étude scientifique américaine publiée aujourd'hui affirme qu'une consommation importante de yaourts pourrait réduire le risque de diabète de type 2.

« Un yaourt par jour éloigne le diabète de type 2. » Telle pourrait être la devise de la nouvelle étude scientifique américaine publiée ce jour dans le British Medical Journal Medicine. «Nous avons constaté qu'une hausse de la consommation quotidienne de yaourts était associée à un risque réduit de diabète de type 2, alors que les autres types d'aliments du quotidien ne changeaient rien à ce risque » assure le Docteur Frank Hu, un des sept auteurs de l'étude. Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont com- pilé et comparé les résultats de trois grandes études, re- groupant les données médicales et les habitudes de vie de 194 458 professionnels de santé, dont des dentistes, des in- firmiers, des pharmaciens, des pédiatres ou encore des vé- térinaires. Tous ces individus ont rempli un questionnaire sur leurs habitudes alimentaires au début de l'étude, et ont été suivi tous les quatre an. Au début de l'enquête, aucun des participants n'avait de diabète, de maladie cardiovas- culaire ou de cancer.

18% de risque en moins avec 28g de yaourt par jour

A la fin du suivi, 15 156 cas de diabète de type 2 ont été ré- pertoriés. Les scientifiques ont ensuite analysé les consom- mations individuelles de fromage, de lait écrémé, de lait entier et de yaourt. Après avoir ajusté leurs résultats en fonction de l'âge et de l'IMC des patients, les chercheurs ont

constaté que la consommation de yaourts diminuait le risque de diabète de type 2. Manger 28 grammes de yaourts par jour réduirait ainsi le risque de diabète de type 2 de 18% par rapport à une alimentation sans yaourts. Selon la com- munauté scientifique, ce serait la présence de calcium, de magnésium ou de certains acides gras dans le yaourt qui provoqueraient cet effet positif, à moins que cela ne soit dû aux bactéries probiotiques qu'il contient.

Le yaourt compatible avec un mode de vie sain

« Ces conclusions indiquent que le yaourt peut être in- corporé à un régime alimentaire sain, rassurent les au- teurs, à condition de ne pas rajouter de sucre. Cependant, des études cliniques seront nécessaires pour examiner plus précisément les effets de la consommation de yaourt, comme la consommation de probiotiques sur la masse cor- porelle et sur l'insulino-résistance des diabétiques. » Menée sur un échantillon de professionnels de santé peu représentatif de la population, l'étude gagnera à être éten- due et précisée, pour établir précisément le lien existant entre yaourts et diabète. Interrogé par la presse anglo-saxonne, le Dr Alasdair Rankin, de la fondation Diabète UK, a trouvé bon de nuan- cer l'étude : « Cela sous-entend que les gens qui mangent du yaourt sont moins susceptibles de devenir diabé-

tiques ... à moins que les participants qui mangeaient du
tiques
...
à
moins que les participants qui mangeaient du

yaourts aient tout simplement une vie plus saine que les au- tres. » Une remarque qui rappelle que si tel ou tel aliment

est bénéfique, c'est le mode de vie dans son intégralité qu'il faut tenter d'améliorer pour diminuer au mieux le risque de maladie métabolique.

In topsanté.fr

DK NEWS 15

nvier 2015

S'exposer aux rayons UV ralentirait le développement du diabète

S'exposer aux rayons UV ralentirait le développement du diabète En boostant notre métabolisme, les rayons du

En boostant notre métabolisme, les rayons du soleil ralentiraient le développement du diabète de type 2 et l'obésité. Toutefois, il ne faut pas oublier les indispensables rè- gles de précaution. En cette veille de passage à l'heure d'hiver, l'exposition aux rayons du soleil n'est plus tout à fait d'actualité. Sauf pour les cher- cheurs des universités d'Edim- bourg et de Southampton (Grande-Bretagne) qui viennent de publier dans la revue médicale Dia- betes, une étude sur l'exposition aux UV et le fonctionnement du métabolisme. Et la bonne nouvelle, c'est que plus on s'expose aux rayons UV, plus on booste notre métabolisme et plus on retarde l'apparition du diabète de type 2.

Au soleil, la peau libère une substance qui modifie notre métabolisme

Des faits que les chercheurs, pi- lotés par le Dr Richard Weller, pro- fesseur de dermatologie à l'université d'Edimbourg, ont ob- servé sur les souris. Avec l'aide des chercheurs de l'Institut pour en- fants de Perth, en Australie, ils ont exposé des souris suralimentées à la lumière UV. Ils ont alors constaté que cela ralentissait leur prise de poids et que les souris avaient moins de signes précurseurs du diabète de type 2. "Les effets bénéfiques du traite- ment UV sont liées à un oxyde ni- trique, qui est libéré par la peau après une exposition à la lumière solaire" explique le médecin. Cette substance joue un rôle dans la façon dont nous digérons et trans- formons les aliments et le sucre, et semble conjurer certains mau- vaises conditions métaboliques comme le diabète. "Des études comme celle-ci nous aident à comprendre que le soleil peut aussi être bon pour nous. Nous devons en effet nous rappeler que le cancer de la peau n'est pas la seule maladie qui peut nous tuer mais que le diabète de type 2 peut le faire de façon tout aussi sournoise. Nous devrions donc revoir nos conseils sur l'expo- sition au soleil" a déclaré le méde- cin.

OBÉSITÉ

LES EXPERTS PLÉBISCITENT

LES MÉDICAMENTS

Pour les patients obèses présentant des facteurs de risques liés à leur poids, la prise de médicaments favorisant l'amaigrissement peut contribuer à une meilleure santé, lorsqu'ils sont bien prescrits. Tel est le point de vue des experts américains de l'Endocrine Society.

Lorsqu'un patient se trouve en surpoids voire en obésité, la perte de poids est une étape essentielle vers l'amélioration de la santé. Dans ce sens, selon les experts américains de l'Endocrine So- ciety, les médicaments de perte de poids, lorsqu'ils sont correcte- ment administrés et adaptés au

patient, ne peuvent qu'aider à

aller dans le bon sens. Ces nou- veaux conseils de prescription sont présentés dans le Journal of Clinical Endocrinology and Meta-

bolism ( JCEM), et ont été publiés en ligne le 15 janvier 2015. Pour les chercheurs, l'idée principale est de prendre en compte à la fois le contexte qui a engendré l'obésité, et la disponi- bilité de 4 médicaments de perte

de poids (ou « anti-obésité ») pré- sents sur le marché (lorcasérine, phentermine, mysimba et liraglu- tide). En combinaison avec un ré- gime alimentaire équilibré et une activité physique, ces médica- ments peuvent aider à favoriser la perte de poids du patient. Dans un communiqué de l'En- docrine Society, le D r Caroline M.Apovian précise que « les médi- caments ne fonctionnent pas par eux-mêmes mais peuvent contri- buer à maintenir un régime ali- mentaire sain en réduisant l'appétit. L'ajout d'un médica-

mode de vie. De même, si un pa- tient répond bien au traitement, c'est-à-dire qu'il a
mode de vie. De même, si un pa-
tient répond bien au traitement,
c'est-à-dire qu'il a perdu au
moins 5% de sa masse corporelle
après 3 mois, il peut être amené à
continuer son traitement s'il le
souhaite. En revanche, une ineffi-
cacité du médicament au bout de
3 à 6 mois de prescription doit
pousser le médecin à mettre fin
au traitement, surtout si les effets
secondaires sont importants.
Dans ce cas, une autre approche
devra être envisagée.
Attention aux
médicaments
«piège»
ment à un programme de chan-
gement de mode de vie est sus-
ceptible de faciliter la perte de
poids. »
En somme, l'idée est de pres-
crire, en toute connaissance des
effets indésirables possibles, le
médicament le plus adapté et le
mieux dosé selon le profil du pa-
tient. Une telle prescription peut
s'avérer utile en seconde inten-
tion par exemple, lorsque le pa-
tient peine à perdre du poids
uniquement en changeant son
Le rapport préconise aussi de
se méfier des effets collatéraux de
certains médicaments, notam-
ment des antidiabétiques. Ceux-
ci sont associés à une prise de
poids, et sont donc peu recom-
mandés aux patients déjà en sur-
poids. Il faudra, dans chaque cas,
que le médecin discute avec son
patient des éventuels effets indé-
sirables des traitements, pour
choisir celui qui est le moins sus-
ceptible d'engendrer une prise de
poids. Les médicaments traitant
la dépression ou l'hypertension
artérielle sont également à utili-
ser avec précautions, souligne le
rapport.

ATTENTION AUX PRESCRIPTIONS INADAPTÉES POUR LES ENFANTS

Les pédiatres prescrivent trop de mé- dicaments hors cadre des recommanda- tions officielles d'utilisation fixées par les autorités de santé (AMM). Un tiers des en- fants se voient prescrire des traitements inadaptés, selon les résultats d'une éva- luation réalisée par l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (In- serm). 37,6% des enfants de moins de 16 ans ont été exposés à au moins une prescrip- tion hors AMM en 2011, contre 42% en 2000 malgré des mesures pour les ré- duire, selon les chercheurs de l'Inserm. La plupart des prescriptions corres- pondaient à une indication autre que celle fixée pour le médicament (56%), à des dosages inférieurs (26%) ou plus im- portants (20%) à ceux recommandés, ou encore au non respect de l'âge minimal, de la voie d'administration ou des contre- indications. Les médicaments les plus souvent concernés étaient les déconges- tionnants nasaux, les antihistaminiques anti-H1 (médicaments contre les aller- gies) et les corticoïdes. En 2000, la même équipe de chercheurs avait dévoilé une association entre ces prescriptions hors AMM et le risque d'effets indésirables,

s'alarmant sur la dangerosité potentielle de ces prescriptions.

Le médicament peut être parfois remplacé

Si, en 10 ans, la courbe des prescrip- tions hors AMM en pédiatrie n'a que très peu fléchi, les chercheurs n'ont pas re- marqué de lien entre ces pratiques et le risque d'effets indésirables : «Les méde- cins régulent probablement mieux ces prescriptions et certains médicaments qui présentaient des risques dans les an- nées 2000 ne sont plus administrés chez l'enfant. C'est notamment le cas des déri- vés terpéniques (camphre, menthol, cer- taines huiles essentielles)», explique Maryse Lapeyre-Mestre, pharmaco-épi- démiologiste et coauteur de ces travaux. «Pour autant, l'exposition des enfants aux prescriptions hors AMM reste élevée. Il est vrai que pour certaines pathologies fréquentes, comme les infections ORL ou encore les allergies, les ressources théra- peutiques pédiatriques ne sont pas à la hauteur. Néanmoins, il ne faut pas oublier qu'il existe de nombreuses situations dans les-

ATTENTION AUX PRESCRIPTIONS INADAPTÉES POUR LES ENFANTS Les pédiatres prescrivent trop de mé- dicaments hors cadre

quelles le médicament peut être rem- placé par d'autres approches thérapeu- tiques : kinésithérapie respiratoire en cas d'obstruction bronchique chez le nour- risson, absence de prescription d'antibio- tique en cas d'infection virale ou encore utilisation de solutés de réhydratation en cas de diarrhées», rappelle-t-elle.

16 DK NEWS

ENTRETIEN

Jeudi 22 Janvier 2015

4 QUESTIONS À MADAME LOUIZA BELHAMICI,

UNIVERSITAIRE MILITANTE DES DROITS DE L’HOMME

Louiza Belhamici est professeure de Lettres, consultante, coach, auditeur qualité. Elle exerce ses fonctions au sein de la Délégation académique à la formation professionnelle initiale et continue (Dafpic) au rectorat de l'académie de Créteil. Elle est diplômée de la Sorbonne et du Cnam. Elle est chevalier dans l'Ordre des Palmes académiques. Ses responsabilités actuelles la conduisent à intervenir dans les Établissements publics locaux d'enseignement (Eple), pour le réseau de la formation professionnelle et continue des adultes de l’Éducation nationale et dans les entreprises avec lesquelles un partenariat est institué. Spécialiste de la formation des adultes, elle a développé une expertise dans les domaines de l'ingénierie de formation et de l'ingénierie

pédagogique. Elle conçoit et anime des modules de formation de formateurs pour les entreprises partenaires et pour les acteurs du réseau de la formation des adultes de l’Éducation nationale. Elle accompagne les nouveaux formateurs et les conseillers en formation continue pour la rédaction de leur mémoire professionnel et les prépare aux jurys de certification. Son expérience l'a amenée à intervenir dans l'élaboration des plans de formation des Groupements d’établissements (Greta) de l'Académie de Créteil, la conception et l'animation de dispositifs de formation individualisée et les séminaires pédagogiques. Elle apporte également son savoir-faire dans le pilotage stratégique, pédagogique et financier de plusieurs projets

de l'Académie de Créteil notamment ceux portant sur le développement des centres de ressources et la Formation Ouverte et à Distance (Foad). Attachée à créer des conditions de collaboration favorables au sein des équipes, elle encadre régulièrement des groupes d'analyse de pratiques en entreprise et dans des organismes de formation.Elle conduit des séances de coaching auprès, notamment, de managers et d'équipes soucieux de prévenir les risques psychosociaux liés aux tensions générées par les nouvelles conditions d'exercice de l'activité professionnelle. C'est une militante engagée dans différents collectifs et associations. Elle est co- présidente du Collectif féministes pour l'égalité et trésorière de la Commission Islam et Laïcité.

16 DK NEWS ENTRETIEN Jeudi 22 Janvier 2015 4 QUESTIONS À MADAME LOUIZA BELHAMICI, UNIVERSITAIRE MILITANTE

«

Comment réussir le vivre ensemble

«

Propos recuellis par CEM

DKNews : Que vous inspire l’actualité récente des attentas terroristes de Paris ?

Louiza Belhamici : Je suis tout d’abord très affectée, au même titre que toutes les personnes sensibles au respect de la vie et de la dignité humaines. Je suis abasourdie par la brutalité de ces actes, leur violence, et je m’interroge sur les répercussions profondes qu’ils ne manqueront d’avoir sur la cohésion de la communauté nationale et sur les efforts faits pour réussir ce «vivre ensemble» pour lequel nous n’avons eu de cesse de nous battre. Il y aura aussi, à mon sens, des conséquences très lourdes sur les possibilités de mettre en place des espaces d’échanges et de débats, empreints de sérénité et ouverts à toutes les références intellectuelles, politiques et idéologiques. Le climat suscité par cette actualité favorise, notamment au niveau des médias et de certains responsables politiques un raccourci réducteur entre trois individus, illuminés, auteurs d’actes abominables sous couvert de ressorts idéologico-religieux et les musulmans de ce pays inscrits dans la dynamique républicaine et respectueux de leurs concitoyens. En nous désignant, ils espèrent faire oublier leur propre responsabilité dans la situation dramatique dans laquelle nous nous trouvons tous et en particulier les musulmans puisque, est-il nécessaire de le rappeler, les auteurs ont agi contre l’intérêt même de ces derniers. La prise de recul était impérative et ces événements devaient être interrogés de manière raisonnée et croisée. Nombreux ont été ceux qui ont jeté l’anathème sur les rares espaces politiques de l’immigration qui poursuivent aux côtés de la majorité des forces antiracistes leur combat contre l’islamophobie. La lutte contre l’obscurantisme de tout bord doit se renforcer.

Racontez-nous un peu votre histoire d’Algérienne...

Je suis née et grandi en France, plus

et de mon oncle maternel durant la

précisément dans le 13 e arrondissement

guerre d’Algérie a aiguisé ma sensibilité

de Paris, où mon défunt père tenait un petit commerce. L’histoire commence avec mon père justement qui, une fois démobilisé après la campagne d’Italie, durant la Seconde Guerre mondiale, s’est retrouvé en France où il a travaillé comme cantonnier à la Ville de Paris seul dans un premier temps, pour se faire une situation, avant de faire venir

16 DK NEWS ENTRETIEN Jeudi 22 Janvier 2015 4 QUESTIONS À MADAME LOUIZA BELHAMICI, UNIVERSITAIRE MILITANTE

ma mère restée en Kabylie jusqu’en 1955. Comme tout Algérien attaché à son pays et à ses origines, mon père qui tenait un café dans le 13 e arrondissement a connu nombre de déboires en raison de son engagement avec le FLN et de son soutien à la cause de l’indépendance

16 DK NEWS ENTRETIEN Jeudi 22 Janvier 2015 4 QUESTIONS À MADAME LOUIZA BELHAMICI, UNIVERSITAIRE MILITANTE

au combat pour l’égalité des droits, la liberté et la justice. Et puis de manière générale la guerre d’indépendance de

l’Algérie a créé en moi une forme de tension intérieure et plus tard un intérêt pour la question coloniale. J’ouvre une parenthèse pour signaler qu’au cours de mes travaux de recherche en université, j’ai choisi de travailler entre autres sur

16 DK NEWS ENTRETIEN Jeudi 22 Janvier 2015 4 QUESTIONS À MADAME LOUIZA BELHAMICI, UNIVERSITAIRE MILITANTE

l’image du Sarrasin dans la littérature médiévale et plus tard, celle de l’Arabe dans des textes de la littérature coloniale. L’inégalité de traitement entre les filles et les garçons que j’observais dans ma famille et qui traverse plus généralement nos sociétés maghrébines

Le souvenir douloureux de l’arrestation de mon père et de mon oncle maternel durant la guerre d’Algérie a aiguisé ma sensibilité au combat pour l’égalité des droits, la liberté et la justice. Et puis de manière générale la guerre d’indépendance de l’Algérie a crée en moi une forme de tension intérieure et plus tard un intérêt pour la question coloniale

16 DK NEWS ENTRETIEN Jeudi 22 Janvier 2015 4 QUESTIONS À MADAME LOUIZA BELHAMICI, UNIVERSITAIRE MILITANTE

nationale. J’ai effectué mes études à Paris où j’ai suivi un cursus universitaire en langue et civilisation françaises. Je dois vous avouer qu’à la fin de mes études j’ai été tentée par l’expérience de l’enseignement en Algérie et j’ai même envoyé un dossier de candidature au ministère de l’Enseignement supérieur au début des années 1980, qui m’a été renvoyé quelques mois plus tard, avec une fin de non-recevoir. Cela ne m’a pas empêchée de nouer des relations fortes avec le pays de mes origines dans lequel je me rends très régulièrement.

Comment êtes-vous parvenue sur le terrain du militantisme ?

C’est avant tout une affaire liée à mon histoire personnelle et à mes rapports avec mes parents. Le souvenir douloureux de l’arrestation de mon père

m’a amenée à m’intéresser aux travaux des «féministes historiques» et également aux recherches autour de la questions du «genre». Au lycée, je me suis initiée au militantisme politique, en intégrant quelque temps les jeunesses communistes. Au moment du débat qui a abouti au vote de la loi du 15 mars 2004 dite «loi sur le voile à l’école» j’ai participé à l’initiative lancée par le groupe de féministes de tous horizons signataires de la pétition «Un voile sur les discriminations». Le «Collectif féministes pour l’égalité» dont je suis coprésidente est né à ce moment-là. Dix années après, nous poursuivons notre lutte pour l’égalité des droits, pour le refus d’un modèle unique de libération et d’émancipation des femmes, pour le respect du libre choix des femmes à porter ou non le foulard et

contre les lois qui stigmatisent les femmes du fait de leur appartenance sociale, culturelle, religieuse ou politique. Je milite également au sein de la «Comission islam et laïcité» créée en 1997, avec comme objet de «rassembler autour d’une même table, sans souci de représentation institutionnelle, des musulmans, des chrétiens de différentes confessions, des juifs, des agnostiques et des athées, afin de discuter librement de la place de l’Islam en France, de ses relations avec les

institutions comme de sa présence dans la société». Nous essayons de sensibiliser sur la nécessité et les modalités du «vivre ensemble» que nous recherchons tous. Mon souhait en ce moment précis est que nos concitoyens des autres confessions se mettent, un court moment, à vivre ce que vit et ressent un Français musulman, pour comprendre comment et pourquoi nous sommes attachés à la sauvegarde de la cohésion de la communauté nationale.

Quelles attaches avec l’Algérie ?

Les liens sont régulièrement entretenus parce que le besoin est toujours là de raffermir les attaches avec la Terre et les origines. Mon premier voyage en Algérie en 1977 a marqué le début d’une relation forte et d’un attachement indéfectible à ce pays même si les insatisfactions restent nombreuses quant aux choix qui sont faits pour son développement et son rayonnement. J’apprécie toujours d’y retrouver ses couleurs, sa lumière et ses senteurs et… certaines de ses coutumes aussi. Le film de Lakhdar Hamina «Chroniques des années de braise» sorti peu avant ma première expérience au pays m’a profondément marquée esthétiquement mais aussi parce qu’il m’a saisie par le poids des images et la cruauté de la réalité coloniale. En dehors de tout et hormis le lien avec la terre et la famille, il y a comme une douceur de vivre et une forme de légèreté qui me font encore aimer un peu plus le pays.

CEM

Jeudi 22 Janvier 2015

AFRIQUE

DK NEWS

17

BOKO HARAM

L'armée camerounaise libère

un otage allemand de la secte

Un otage allemand enlevé en juillet 2014 par le groupe nigérian Boko Haram a été libéré au cours d'une opération de l'armée camerounaise avec le soutien «de pays amis», a annoncé hier dans un communiqué la présidence camerounaise.

Le président Paul Biya «an- nonce qu'une opération spéciale des forces armées camerounaises et des services des pays amis a abouti cette nuit à la libération de Nitsch Eberhard Robert, citoyen allemand enlevé en juillet 2014 au Nigeria par la secte Boko Haram qui le détenait en otage depuis lors», précise le texte. A Berlin, le porte-parole du ministère alle- mand des Affaires étrangères, Martin Schaefer, a confirmé lors d'une conférence de presse la libé- ration de l'otage allemand au Nige- ria, précisant qu'il se trouvait désormais à Yaoundé. Le gouver-

Jeudi 22 Janvier 2015 AFRIQUE DK NEWS 17 BOKO HARAM L'armée camerounaise libère un otage allemand

nement fédéral (allemand) avait mis en place une cellule de crise qui a déployé beaucoup d'efforts pour travailler sur ce cas», a pré- cisé M. Schaefer, qui adressé des remerciements particuliers au gouvernement du Cameroun «pour son excellente coopération». Le communiqué de la prési- dence camerounaise ne donne aucun détail sur «l'opération» qui a permis cette libération, mais le président «réitère ses félicitations aux forces armées et aux services de sécurité pour leur détermina- tion, leur vaillance et leur efficacité

dans la lutte contre la secte terro- riste Boko Haram». «Le président remercie tous ceux qui ont œuvré de près ou de loin en faveur de ce dénouement heureux et notam- ment le gouvernement de la Répu- blique fédérale allemande pour sa précieuse contribution», poursuit le texte. Cette libération survient alors que le groupe islamiste mul- tiplie les incursions en territoire camerounais et alors que le Tchad déploie ses troupes dans le nord du Cameroun avec l'objectif de com- battre Boko Haram au Cameroun et au Nigeria.

MALI Les forces de la Minusma détruisent un véhicule d'un groupe armé, des morts Les forces

MALI

Les forces de la Minusma détruisent un véhicule d'un groupe armé, des morts

Les forces de l'ONU au Mali ont détruit mardi un véhicule d'un groupe armé lors d'un raid aérien dans le nord du pays, faisant des morts et des blessés, selon un communiqué de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma). La Minusma a dit avoir «été

contrainte de recourir à la force en réponse à des tirs directs à l'arme lourde sur ses Casques

bleus à Tabankort (

...

)

confor-

mément à son mandat qui l'au- torise à user de la force pour protéger les populations civiles, son personnel et ses biens en cas d'attaque ou de danger im- minent». «Elle a procédé à des tirs de sommation sur le véhicule d'où provenait l'attaque sur les troupes terrestres de la Mi- nusma positionnées en vue de protéger la population civile de Tabankort. Malgré ces somma- tions, les tirs ont continué et les hélicoptères d'attaque de la Mi- nusma ont alors réagi, mettant hors d'état de nuire le véhi- cule», selon la force de l'ONU. La coordination des Mouve- ments de l'Azawad a pour sa part affirmé avoir été «la cible de bombardements aériens ef- fectués par l'aviation de la Mi- nusma» qui ont «entraîné des morts et des blessés dans ses rangs».

RDCONGO

L'UE appelle au retour au calme et au «respect des échéances électorales» ...

L'Union européenne a appelé

hier au retour au calme et au «res-

pect des échéances électorales» en République démocratique du Congo, en proie à des violences entre policiers et jeunes hostiles au président Joseph Kabila. «Toutes les forces politiques doi- vent rechercher un consensus qui permette un apaisement et un re- tour au calme», a indiqué dans un communiqué un porte-parole du service diplomatique de l'UE. «Le respect des échéances élec- torales telles que fixées par la Constitution est au centre du débat» et «l'UE attend la publication d'un calendrier complet incluant les élections législatives et présiden- tielle qui s'inscrivent dans ce cadre constitutionnel», a-t-il ajouté. «Les tensions politiques liées à l'examen du projet de révision de la loi électorale en République démo-

cratique du Congo, ainsi que les

violentes manifestations à Kinshasa

et d'autres villes du pays ayant fait de nombreuses victimes, consti- tuent un risque pour la stabilisation du pays», souligne l'UE. La police est intervenue mercredi matin à Kinshasa pour disperser de nou- veaux rassemblements de jeunes, et des coups de feu ont été entendus à l'université où des policiers fai- saient face à quelques dizaines d'étudiants, selon la police et des médias. Ces nouveaux troubles in- terviennent après deux journées de violences meurtrières dans la capi- tale de la RDC, qui ont fait 28 morts selon une organisation de défense des droits de l'homme congolaise, et cinq selon les autorités. L'opposition accuse le président Kabila de chercher à se maintenir au pouvoir grâce à une nouvelle loi électorale.

Poursuite

des violences

... pour la troisième journée

à Kinshasa

Les violences ont repris hier à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC) pour la troisième journée consécu- tive, la police étant intervenue pour disperser de nouveaux rassemble- ments de jeunes réclamant le «dé- part» du président Joseph Kabila. «Ce matin encore, nous sommes en pleine opération parce qu'il y a un mouvement (d'étudiants) près de l'Unikin», l'université de Kinshasa, a déclaré le porte-parole de la po- lice Israël Mutumbo. «Nous sommes en train de sillonner la ville car il y a des petits groupes qui se forment», a-t-il ajouté. Les étudiants scandaient des slo- gans hostiles à Joseph Kabila, récla- mant «son départ», selon un correspondant de l'AFP. Kinshasa connaît depuis lundi

des violences qui ont fait 28 morts,

selon une organisation de défense des droits de l'homme congolaise, et cinq selon les autorités. Les émeutes se sont déclarées en pro- testation contre l'examen d'une nouvelle loi électorale controver- sée, qui pourrait entraîner un re- port de l'élection présidentielle et donc au-delà du terme de son man- dat en 2016. L'opposant historique de Kabila, Etienne Tshisekedi, a lancé mardi depuis Bruxelles un appel à chasser le «régime finis- sant». Des émeutiers ont incendié mardi une mairie à Kinshasa, et de nombreux pillages ont eu lieu. Le chef de la Mission de l'ONU pour la stabilisation (Monusco) Martin Kobler a exprimé son regret quant aux pertes humaines lors des manifestations de protestation contre le projet de loi électorale à

Kinshasa .

ÉTHIOPIE

Plus de 12 millions d'inscrits sur les listes électorales en prévision des législatives de mai

Plus de 12 millions d'électeurs sont inscrits sur les listes électorales en Ethiopie en prévision des élections législa- tives de mai prochain perçues comme un test de la volonté d'ouverture démocratique du pays, a annoncé la Commis- sion électorale éthiopienne. Plus de 12 millions d'électeurs - sur un corps électoral es- timé à quelque 33 millions de personnes - se sont déjà ins- crits depuis le 9 janvier et ce chiffre «dépasse toutes nos attentes», s'est félicité mardi soir le vice-président de la Commission électorale nationale, Addisu Gebregziabhier. Les électeurs ont jusqu'au 19 février pour s'inscrire, afin de pouvoir voter aux législatives prévues le 24 mai 2015. Plus d'un million d'électeurs s'étaient inscrits dès le 1er jour, a précisé M. Addisu. Ces élections sont les premières depuis la mort en 2012 du Premier ministre Meles Zenawi, qui dirigea sans partage l'Ethiopie et incarna le pouvoir éthiopien durant 21 ans, de 1991 à sa mort en août 2012. Elles sont considérées par la communauté internationale comme un test de la volonté d'ouverture démocratique de l'Ethiopie, dominée de façon hégémonique par la coalition du Front démocratique révolutionnaire des peuples éthio- piens (FDRPE), qui réunit quatre partis à caractère régio- naux. Lors des législatives de 2010, le FDRPE avait officielle-

ment recueilli 99,6% des voix. Il occupe, avec quelques partis

alliés, 545 des 547 sièges de la Chambre des représentants du Peuple, Chambre basse du Parlement bicaméral. L'actuel Premier ministre Hailemariam Desalegn, qui a succédé à Meles à la tête du FDRPE et du pays, s'est engagé à ouvrir le système politique vers davantage de pluralisme. «C'est une question existentielle. Sans une démocratie réel- lement multipartite, ce pays finira comme la Somalie», a-t- il déclaré en décembre. L'Ethiopie est néanmoins accusée par plusieurs ONG in- ternationales d'utiliser une loi «antiterrorisme» controver- sée pour «réprimer les voix dissidentes, opposition et journalistes, et entraver les libertés publiques». Plusieurs partis d'opposition se sont également plaints d'obstacles posés, selon eux, par la Commission électorale à leur enregistrement en vue des élections.

BURKINA FASO

Au moins 9 morts et 10 blessés dans l'éboulement d'une mine d'or artisanale

Au moins neuf personnes ont péri et dix autres ont été blessées au Burkina Faso dans l'éboulement d'une mine d'or artisanale, a annoncé une source officielle. L'accident s'est produit sur un site d'orpaillage dans le vil- lage de Noogo, dans le nord-est du pays, a déclaré le secré-

taire général du ministère des Mines Emmanuel Nonyarma

lors d'une conférence de presse. Les autorités burkinabè peinent à contrôler l'exploitation sauvage de l'or, pratiquée selon elles par environ 1,2 million de personnes, et les éboulements meurtriers sont fréquents. Une mine d'or industrielle a été par ailleurs saccagée la semaine dernière à Ramatoulaye, dans le nord-est du Bur- kina. Les habitants du village suspectaient la compagnie mi- nière d'effectuer des travaux d'extraction sous leur mosquée, a indiqué le secrétaire général du ministère. «Les manifestants ont saccagé et incendié les équipe- ments et les installations de la société minière», faisant «d'énormes dégâts au niveau de la mine», évalués entre 2 et 4 milliards de francs CFA (entre 3 et 6 millions d'euros), a ex- pliqué M. Nonyarma. Le ministère a rassuré les villageois qu'«aucun géologue ne peut être autorisé à faire la recherche de l'or sous une mosquée». Des négociations sont en cours avec les villageois pour mettre un terme à la polémique. La compagnie minière, qui prévoyait d'investir 93 mil- liards FCFA (environ 140 millions d'euros) à Ramatoulaye, a obtenu fin 2013 un permis de prospection sur plus de 50.000 kilomètres carrés, a indiqué le directeur général des mines, Pascal Diendéré, soulignant que cette mine devait pro- duire son premier lingot en janvier 2016. Les installations de certaines sociétés minières avaient déjà été endomma- gées lors des manifestations du mois d'octobre. L'activité aurifère représente 12% du produit intérieur brut du Burkina.

APS

18 DK NEWS

MONDE

Jeudi 22 Janvier 2015

Montée d'actes antimusulmans en France, appels à la tolérance et l'apaisement

De nombreux actes anti-musul- mans se multiplient à travers la France et d'autres pays d'Europe ces derniers jours, suscitant des réac- tions et condamnations de divers horizons en particulier dans le monde arabo-musulman, appellant à la tolérance et l'apaisement. L'Observatoire national contre l'islamophobie, instance dépendant du Conseil français du culte musul- man (Cfcm), a recensé 116 actes, me- naces et inscriptions antimusulmans depuis les attentats, soit 110% de plus que pour l'ensem- ble du mois de janvier 2014. Le président de l'observatoire, Abdellah Zekri, a précisé que selon un décompte publié lundi par le mi- nistère français de l'Intérieur, «88

musulmans ont reçu des menaces, allant jusqu' à la mort, mais ils n'ont pas déposé plainte» et 28 actions contre des lieux de culte. Des lieux de culte musulmans en France ont été visés par des tirs d'armes à feu ou d'autres projec- tiles, mercredi soir au Mans (ouest) et à Port-la-Nouvelle (sud). A Ville- franche-sur-Saône (centre-est), une explosion d'origine criminelle s'est produite jeudi dernier devant un snack kebab jouxtant la mos- quée de la ville.

  • M. Zekri, a dénoncé ces «actes de

haine à l'égard des Français de

confession musulmane, qui, dans

leur immense majorité, respectent les valeurs de la République et la laï- cité contrairement à ce que laissent croire certains individus qui, profi- tant de leur notoriété médiatique, font de leur haine des musulmans et de l'Islam leur fonds de commerce». «Nous ne pouvons accepter que fleurissent sur les murs des mos- quées des tags et slogans racistes inscrits par des nazillons en mal d'identité», a-t-il ajouté. Qualifiant cette situation d»'inad- missible», il a demande aux respon- sables de mosquées de «faire preuve de vigilance accrue et de faire confiance aux pouvoirs publics».

  • M. Zekri avait déjà souligné, dans

d'autres déclarations à l'APS, au sujet des actes anti-musulmans, le rôle important qu'a jouée la «com- munauté musulmane en France», durant «la deuxième guerre mon- diale» et «la contribution des musul- mans dans le développement économique et industrielle». De son côté, le fondateur et direc- teur de l'Institut de relations inter- nationales et stratégiques (Iris), Pascal Boniface a affirmé, dans une déclaration à l'APS, que «la société française, dans sa majorité, n'est pas islamophobe et de nombreux son- dages le démontrent», estimant que «certains médias et responsables politiques français tiennent des propos stigmatisant les musulmans et les arabes». Le géopolitologue français, M. Boniface a signalé que «la diver- sité ethnique n'est pas assez repré- sentée dans les médias». Abordant la question de l'inté-

gration de cette communauté en France, M. Boniface a indiqué que «les arabes sont arrivés en France après les trente glorieuses», quand le pays a connu une montée de chô- mage et une situation économique fragile, estimant que «c'est la raison de cette intégration difficile pour cette tranche de société.

  • M. Boniface a conclu par dire que

«la République doit mettre tous ses enfants sur un pied d'égalité».

Après les attentats de Paris, le monde se mobilise contre la menace terroriste

Les ondes de choc provoquées par les attentats de Paris et les risques que représente la menace terroriste à l'échelle mondiale ont rendu «urgente» la coopération internationale qui prend, désormais, un contenu plus concret au regard des dispositifs annoncés par les pays européens et les Etats- Unis.

Jugeant indispensable la mise en place d'une coopéra- tion plus serrée contre la me- nace terroriste, l'Europe, appuyée par Washington, mul- tiplie les initiatives pour préve- nir de nouveaux attentats et tente, surtout, de conférer à cette coopération une dimen- sion internationale. «Nous allons discuter de la

manière de lutter contre le ter- rorisme, pas seulement en Eu- rope mais dans le reste du monde, notamment avec les

pays musulmans, (

...

)

par le lan-

cement de projets spécifiques», a déclaré la chef de la diploma- tie européenne, Federica Mo- gherini.

Des actions concrètes pour prévenir le risque terroriste sont attendues dès la fin de cette semaine avec la tenue, jeudi à Londres, d'une rencontre, orga- nisée conjointement par le Royaume-Uni et les Etats-Unis entre pays membres de la coali- tion contre le groupe Etat isla- mique (EI). Lundi, les ministres des Af- faires étrangères de l'UE se re- trouveront à Bruxelles avant une rencontre de leurs col- lègues de l'Intérieur le 28 jan-

DK NEWS MONDE Jeudi 22 Janvier 2015 Montée d'actes antimusulmans en France, appels à la

vier à Riga (Lettonie), à laquelle participera la Ligue arabe, sui- vie de la Conférence de Munich sur la sécurité, le 6 février, d'un sommet à Bruxelles, le 12 fé- vrier, et d'un second sommet le 18 du même mois à Washing- ton. Toutes ces réunions feront suite à celle des ministres de l'Intérieur de l'Europe et du mi- nistre américain de la Justice dans la capitale française au lendemain des attentats à Paris qui ont fait 17 morts entre le 7 et le 9 janvier. Pour le coordinateur euro- péen pour la lutte contre le ter- rorisme, Gilles de Kerchove, le

danger est porté par «près de 3.000 Européens, enrôlés pour rejoindre les groupes djiha- distes en Syrie ou en Irak et dont 30% sont rentrés dans les pays de l'UE». Au registre de la prévention, le dispositif pensé au niveau eu- ropéen, touchera particulière- ment le fichier des passagers aériens (PNR) pour permettre un échange d'informations afin de suivre le déplacement des suspects. Le Parlement euro- péen n'ayant toujours pas dé-

bloqué

le

PNR

en

raison

de

«restrictions à la liberté».

D es pays touchés par le ter- rorisme avaient alerté sur son caractère transnational

Chacun des pays tente égale- ment d'adapter son dispositif en fonction du degré de la menace. En France où la «filière syro- irakienne» compte environ 1.250 combattants, les responsa- bles tablent sur un renforce- ment du renseignement et de la juridiction terroriste, ajouté à la création de «quartiers spéci- fiques» dans les prisons pour isoler les détenus djihadistes «considérés comme radicali- sés» outre le contrôle des ré- seaux sociaux. Le même schéma est repro- duit en Espagne qui envisage l'emprisonnement de tous ceux qui se rendent dans des «terri- toires contrôlés par des groupes terroristes» et le durcissement des peines contre tout individu qui tente d'apprendre, y com- pris sur Internet, le maniement des armes et des explosifs en re- lation avec un groupe terroriste. L'Allemagne qui a vu plus de 600 de ses citoyens rejoindre la

Syrie et l'Irak et dont 180 se- raient revenus, selon des sources de presse, prévoit, elle aussi, un durcissement des peines pour le financement du terrorisme et un contrôle des données téléphoniques, des e- mails et des connections Inter- net. En Belgique, c'est carrément l'armée qui a été sollicitée pour surveiller les sites sensibles, tandis qu'au Royaume-Uni, le niveau d'alerte a été relevé pour signifier qu'une attaque terro- riste est «hautement probable» au moment où des arrestations se poursuivent dans les milieux suspectés de terrorisme. Se considérant comme cible de «cellules djihadistes», selon la police, Washington qui dit craindre une multiplication de petits groupes liés à des organi- sations extrémistes a annoncé le renforcement de la coopéra- tion sécuritaire non seulement avec l'Europe, mais aussi avec des pays comme le Pakistan où un nombre considérable d'or- ganisations forment pour «l'in- ternationale terroriste». «Nous avons tous la respon- sabilité que ces extrémistes ne puissent plus mettre les pieds dans ce pays ou ailleurs», a dé- claré le secrétaire d'Etat améri- cain, John Kerry en visite en Pakistan. Des analystes relèvent que jamais la mobilisation contre la menace terroriste n'a été aussi forte que depuis les attentats de Paris qui rappellent les lende- mains du 11 septembre 2001 à la suite d'attentats aux Etats-Unis. Ils font cependant observer que nombre de pays concernés, aujourd'hui, par le dialogue et l'alliance contre le terrorisme, durement touchés par ce phé- nomène, avaient, il y a fort long- temps, alerté sur son caractère transnational.

FRANCE

Des mesures tous azimuts pour freiner l'activité

terroriste

Deux semaines après les attentats de Paris, la France annonce une série de me- sures contre la menace terroriste, qui vont se traduire par un renforcement des moyens fi- nanciers pour un coût estimé sur trois ans à 425 millions d'euros. Le Premier ministre français Manuel

Valls a présenté mercredi une série de me- sures antiterroristes chiffrées à plus de 700 millions d'euros sur trois ans après les atten- tats du 7 et janvier à Paris, en soulignant que les services de sécurité devaient notamment surveiller 3.000 personnes. «Aujourd'hui, il faut surveiller près de

  • 1.300 personnes, Français ou étrangers rési-

dant en France, pour leur implication dans les filières terroristes en Syrie et en Irak. C'est une augmentation de 130% en un an», a expliqué M. Valls lors d'une conférence de presse. «A cela s'ajoutent 400 à 500 personnes concernées par les filières plus anciennes ou concernant d'autres pays, ainsi que les prin- cipaux animateurs actifs dans «la sphère cyber-djihadiste francophone». Il y a lieu de rappeler que près de 70 Fran- çais ou résidents en France sont morts en Syrie et en Irak dans les rangs des terroristes.

Renforcement des moyens et des me - sures judiciaires

Pour lutter contre le terrorisme, 2.680 emplois supplémentaires vont être créés au

cours des trois prochaines années, dont

  • 1.400 au ministère de l'Intérieur, 950 au mi-

nistère de la Justice et 250 à la Défense, a dé-

taillé le Premier ministre français. Ce nouveau dispositif va coûter 425 mil-

lions d'euros sur trois ans en crédits d'équi- pement et de fonctionnement, a-t-il souligné. L'enveloppe atteindra 735 millions d'euros en incluant les frais de personnels. Ces dépenses «seront compensées par

... de la dépense publique, année après année», a précisé M. Valls, alors que la France est dans le collimateur de Bruxelles pour ses dé- rapages budgétaires répétitifs.

des économies (

)

sur l'ensemble du champ

Renforcement des juridictions et préven-

tion de radicalisation

Il a été également annoncé la création d'un fichier pour recenser les personnes prévenues ou condamnées pour des faits de terrorisme, avec obligation pour ces per- sonnes de déclarer à intervalles réguliers leur adresse et leurs déplacements à l'étran- ger. Outre la création de cinq quartiers au sein d'établissements pénitentiaires, dédiés aux «détenus radicalisés». En tout soixante millions d'euros supplé- mentaires en trois ans consacrés à «la pré- vention de la radicalisation», avec un fonds de prévention de la délinquance. Le gouvernement de Valls va lancer «dans les jours à venir un site Internet dédié pour informer le grand public sur les moyens de lutte contre l'embrigadement djihadiste», notamment «des jeunes».

Par ailleurs Manuel Valls a demandé une

réflexion au Parlement sur la restauration d'une peine d'«indignité nationale» à l'en-

contre des Français ayant été condamnés pour action terroriste visant leur pays.

Des mesures européennes conjointes pour lutter contre le terrorisme

Dans déclaration commune, onze minis- tres européens de l'Intérieur ont par ailleurs convenu de prendre des mesures pour lutter

contre le terrorisme. Primo, filtrer certains contenus sur internet et renforcer les contrôles aux frontières européennes. Se- cundo, renforcer les contrôles des ressortis- sants européens lors du franchissement des frontières extérieurs de l'Union européenne.

Tertio, partager les données fournies par les voyageurs aux compagnies aériennes. Au- tres mesures discutées par les ministres eu- ropéens des Affaires étrangères : couper les sources de financements de réseaux terro-

ristes, «à commencer par le pétrole». La France a été attaquée trois fois de suite : le 7 janvier 2015, avec l'attentat contre l'hebdo- madaire satirique Charlie Hebdo, qui a fait douze morts et plusieurs blessés, puis le 8 janvier avec le meurtre d'une policière mu- nicipale et l'agression d'un employée de Montrouge, et le 9 du mois en cours avec deux prises d'otages dont l'une Porte de Vin- cennes qui a fait quatre morts. Avant le drame de janvier, 5 projets d'actes terroristes sur le territoire français ont été déjoués par les services sécuritaires depuis août 2013, impliquant des individus de retour en France ou qui n'avaient pas

quitté le territoire national, selon les autori-

tés françaises.

AAPS

Jeudi 22 Janvier 2015

MONDE

DK NEWS 19

CUBA - USA

Des pourparlers historiques de haut niveau à La Havane

Cuba et les Etats- Unis ont inauguré hier des pourparlers à La Havane, au plus haut niveau, afin d'ouvrir la voie au rétablissement des relations diplomatiques et d'autres questions d'intérêt bilatéral.

Jeudi 22 Janvier 2015 MONDE CUBA - USA Des pourparlers historiques de haut niveau à La

Pendant ces discussions de deux jours (mercredi et jeudi), les pre- mières depuis que les présidents amé- ricain et cubain Barack Obama et Raul Castro ont annoncé à la mi-décembre avoir trouvé un accord sur un rappro- chement entre les deux pays, «trois réunions sont prévues», selon une source au ministère cubain des Af- faires étrangères, citée mercredi par le journal cubain Granma. Barack Obama a entrouvert la porte à une levée des sanctions écono- miques qui visent Cuba depuis 53 ans, annonçant mardi lors du discours sur l'état de l'Union que les Etats-Unis al- laient mettre fin à une politique qui a dépassé depuis longtemps sa date de péremption. La Havane «va à ces réunions dans le but d'aborder la question de la mi-

gration, le processus de rétablisse- ment des relations diplomatiques et d'autres questions d'intérêt et de coo- pération bilatérales. Elle sera soute- nue avec l'esprit constructif pour soutenir un dialogue respectueux, fondé sur l'égalité souveraine et de la réciprocité, sans porter atteinte à l'in- dépendance nationale et l'autodéter- mination du peuple cubain», a indiqué cette source diplomatique. «Nous ne devrions pas prétendre que tout est résolu en une seule réu- nion», a-t-elle ajouté, estimant que «la normalisation est un processus beau- coup plus long et complexe où il faut aborder les questions d'intérêt pour les deux parties». Elle a ajouté que «les mesures prises par le président américain Ba- rack Obama vont dans un sens positif,

mais encore beaucoup de progrès sur des questions telles que le blocus éco- nomique, commercial et financier im- posé unilatéralement par ce pays à Cuba». «Nous avons des divergences profondes et des points de vues diffé- rents sur diverses questions, mais nous pouvons vivre en reconnaissant et respectant les différences», a-t-elle précisé. La délégation américaine sera dirigée par le secrétaire d'Etat adjoint aux Affaires de l'hémisphère occiden- tal Roberta Jacobson, et la partie cu- baine sera représentée par le directeur général de l'AMF Etats-Unis, Josefina Vidal Ferreiro. La source a souligné que Cuba et les Etats-Unis «entrent dans une nou- velle phase dans la relation et devrait essayer de ne pas répéter les erreurs du passé».

UKRAINE

Le président Porochenko est rentré de Davos après l'«aggravation» de la situation dans l'Est

Le président ukrainien Petro Porochenko a dé- cidé de raccourcir son séjour à Davos et regagnera mercredi son pays en raison de «l'aggravation» de la situation dans l'Est, a annoncé son porte-parole Sviatoslav Tsegolko sur sa page Facebook mardi soir. Le chef de l'état-major et le ministre de la Dé- fense ukrainien ont fait un rapport mardi soir au président «sur la situation près de l'aéroport de Do- netsk et des barrages numéros 29 et 31», a indiqué le porte-parole ajoutant que «le secrétaire du Conseil de sécurité et de la Défense nationale Tourtchinov se rend (mercredi) dans la zone de combats». «En raison de l'aggravation de la situation, le pré- sident a décidé de raccourcir sa visite en Suisse et retournera en Ukraine demain» mercredi, a encore écrit le porte-parole. M. Porochenko devait partici- per mercredi matin à l'ouverture du Forum écono- mique mondial annuel à Davos. L'Ukraine a accusé la Russie d'avoir directement attaqué ses troupes mardi dans l'Est séparatiste du pays, portant la tension diplomatique à son comble à la veille d'une réunion des chefs de diplomatie ukrainien, russe, allemand et français à Berlin. Ces accusations sont une première depuis la si- gnature des accords de paix de Minsk le 5 septembre dernier. «En violation de tous les accords précédents, des unités militaires ukrainiennes ont été attaquées dans le nord (de la zone du conflit) par des troupes de l'armée régulière russe», a affirmé un porte-pa- role militaire ukrainien, Andriï Lyssenko, lors d'une conférence de presse exceptionnelle en début de soirée.

PALESTINE

Le président Abbas condamne le kidnapping de deux Japonais par l'EI

Le président palestinien Mahmoud Abbas a condamné mardi l'enlèvement de deux ressortissants japonais en Syrie par l'organisation autoproclamée «Etat islamique» (Daech/EI). Il a ex- primé cette condamnation suite à sa rencontre à Ramallah, en Cisjordanie, avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe. Il a expliqué lors d'une conférence de presse conjointe que les Palestiniens dénonçaient et condam- naient l'enlèvement. «De tels actes atroces sont en contradiction avec nos valeurs, notre morale ainsi que nos traditions et prin- cipes humains», a dit M. Abbas aux

journalistes, exprimant la profonde solidarité des Palestiniens avec le Japon. Par ailleurs, M. Abe a indiqué aux journalistes que l'enlèvement des deux ressortissants japonais était «inacceptable», ajoutant qu'il avait de- mandé à la partie palestinienne de fournir son aide, tout en espérant que les otages seraient libérés «le plus tôt possible». Le Premier ministre japonais a éga- lement précisé qu'il enverrait un vice- ministre des Affaires étrangères, Yashuide Nakayama, en Jordanie afin d'essayer de trouver une solution à la crise des otages.

AFGHANISTAN

23 insurgés taliban tués par l'armée en 24 heures

Au moins 23 insurgés taliban ont été tués dans des opérations menées par l'armée afghane du- rant les dernières 24 heures, a annoncé mercredi le ministère afghan de la Défense. L'armée afghane a mené plusieurs raids dans les provinces de Kandahar, de Kunduz et de Ka- pisa, tuant 23 insurgés talibans et en blessant 25 autres, au cours des dernières 24 heures, a indi- qué le ministère dans son communiqué. Le ministère affirme que «depuis mardi, l'ar- mée a également désamorcé dix mines terres- tres et des bombes en bordure de route, et a saisi des armes et des munitions au cours des opéra- tions», ajoutant que «deux soldats ont perdu la vie dans les opérations». Les forces de sécurité afghanes, qui ont pris la place des troupes de l'Otan à la tête des opé- rations de sécurité au début du mois, se livrent à des opérations visant à éliminer les insurgés talibans dans les provinces troublées.

AFGHANISTAN 23 insurgés taliban tués par l'armée en 24 heures Au moins 23 insurgés taliban ont

APS

PUBLICITÉ RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 303 148 du 22/01/2015
PUBLICITÉ
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 303 148 du 22/01/2015

20

DK NEWS

MONDE

Jeudi 22 Janvier 2015

RUSSIE

Lavrov : Les Etats-Unis veulent «dominer le monde»

La Russie a accusé hier les Etats-Unis de vouloir «dominer le monde», notamment en imposant leur position sur la crise ukrainienne aux Euro- péens, après le discours sur l'état de l'Union du président américain Barack Obama. «Les Etats-

Unis ont pris le cap de la confrontation (

...

)

et veu-

lent dominer le monde», a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, lors d'une conférence de presse. «Le discours d'hier d'Obama montre qu'au centre de la philosophie américaine, il n'y a qu'une chose: nous sommes les numéro un, et tout le monde doit le reconnaître», a-t-il affirmé. Mardi, dans son discours sur l'état de l'Union, Barack Obama s'est une nouvelle fois félicité du «travail difficile» accompli par les Etats- Unis pour «imposer des sanctions» contre Moscou l'an dernier. «Aujourd'hui, ce sont les Etats-Unis qui se tiennent forts et unis avec leurs alliés, tandis que la Russie est isolée et que son économie est en lambeaux», a déclaré le président américain. Mais cela «ne correspond pas à la réalité ac- tuelle» selon M. Lavrov, qui a prévenu que celle-ci «va changer, et (que) ce changement prendra pas mal de temps». Les Américains vont finir par «réa- liser qu'on ne peut pas maintenir cette position sans cesse», a-t-il estimé, appelant les Etats-Unis et tous les autres pays à adopter «la philosophie de la coopération et non pas celle de la dictature».

TURQUIE

Erdogan appelle les dirigeants

des pays musulmans à faire front commun contre le terrorisme

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exhorté hier les dirigeants des pays musulmans à faire front commun contre le terrorisme et le racisme, déplorant leurs «diffé- rences» face aux Occi- dentaux.

«Peut-être que nous parlons des langues différentes, que nous venons d'endroits différents, que nous avons des origines ethniques différentes. Mais nous devons mettre de côté toutes ces différences face au terro- risme et au racisme», a déclaré M. Er- dogan lors d'une réunion de l'Organisation de la coopération isla- mique (OCI) à Istanbul. «Des étrangers viennent (dans nos pays), posent des bombes et tuent.

20 DK NEWS MONDE Jeudi 22 Janvier 2015 RUSSIE Lavrov : Les Etats-Unis veulent «dominer le

Pourquoi laissons-nous les autres ré- gler ces problèmes plutôt que de les régler nous-mêmes ?», a poursuivi le chef de l'Etat turc, appelant ses pairs à une «autocritique». Dans son discours, Erdogan a clai- rement condamné les éléments de l'organisation autoproclamée Etat is- lamique (EI) qui occupent une partie

des territoires syrien et irakien à sa frontière qui, a-t-il dit, «tuent des mu- sulmans sous le prétexte de l'islam». M. Erdogan a également dénoncé les décisions du Conseil de sécurité de l'ONU sur les dossiers touchant le Moyen-Orient, déplorant qu'il n'y ait pas «un seul pays musulmans» parmi ses cinq membres permanents.

CUBA - USA

Début à La Havane de pourparlers historiques entre Cuba et les Etats-Unis

Cuba et les Etats-Unis ont entamé hier à La Havane des pourparlers historiques pour préparer le rapprochement entre les deux pays. Pendant ces discussions de deux jours, les premières depuis que les présidents américain et cubain Barack Obama et Raul Castro ont annoncé à la mi-décembre avoir trouvé un accord sur un rapprochement entre les deux pays, «trois réunions sont prévues», selon une source au mi- nistère cubain des Affaires étrangères, citée hier par le jour- nal cubain Granma. Barack Obama a entrouvert la porte à une levée des sanctions économiques qui visent Cuba depuis 53 ans, annonçant mardi lors d'un discours sur l'état de

l'Union que les Etats-Unis allaient mettre fin à une politique qui a dépassé depuis longtemps sa date de péremption. La Havane «va à ces réunions dans le but d'aborder la question de la migration, le processus de rétablissement des relations diplomatiques et d'autres questions d'intérêt et de coopéra- tion bilatérales. Elle sera soutenue avec l'esprit constructif pour soutenir un dialogue respectueux, fondé sur l'égalité souveraine et de la réciprocité, sans porter atteinte à l'indé- pendance nationale et l'autodétermination du peuple cu- bain», a indiqué cette source diplomatique.

APS

PUBLICITÉ

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 303 331 du 22/01/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 303 331 du 22/01/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 303 157 du 22/01/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 303 157 du 22/01/2015

Jeudi 22 Janvier 2015

PUBLICITÉ

DK NEWS

21

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 303 063 du 22/01/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 303 063 du 22/01/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 303 214 du 22/01/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 303 214 du 22/01/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 303 324 du 22/01/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 303 324 du 22/01/2015
Jeudi 22 Janvier 2015 DÉTENTE DK NEWS 23 Mots fléchés n°840 Proverbes Un ennemi savant vaut
Jeudi 22 Janvier 2015
DÉTENTE
DK NEWS 23
Mots fléchés n°840
Proverbes
Un ennemi savant vaut mieux qu’un ami
ignorant.
Proverbe algérien
Le silence embellit la bouche. "La parole est
d'argent, le silence est d'or".
Proverbe berbère
L'ami de tout le monde est l'ami de personne.
Proverbe arabe
Les petits ruisseaux font les grandes rivières
Proverbe français
C’est arrivé un 22 Janvier
2001
: le nouveau président des États-Unis,
George W. Bush, profite de son premier jour en
fonction, pour annuler une disposition sur
l'avortement de son prédécesseur, Bill Clinton.
2001
: un groupe de chercheurs grecs annoncent
que leurs travaux ont permis d'aboutir à la
conclusion qu'il n'existe pas de lien de cause à
effet entre l'uranium appauvri et la leucémie.
2001
: à Annecy (Haute-Savoie, France), un at-
tentat à la bombe artisanale cause de lourds dé-
gâts matériels au Palais de justice, sans faire ni
blessés, ni victimes.
2002
: début des audiences sur l'affaire des
contrôleurs aériens milanais. Il leur est repro-
ché d'avoir abandonné régulièrement leur poste
pour aller faire des courses, voir pour aller
jouer au football durant leurs heures de travail,
abandonnant ce dernier à leur collègues plus que
surchargés par l'importance du trafic aérien de
Milan, Italie.
2012
: référendum sur l’adhésion de la Croatie à
l'Union européenne.
Célébrations :
Allemagne et France : Journée franco-alle-
mande.
-
-
Espagne : Valence : Festivités de la Saint-Vin-
cent.
-
Saint-Vincent-et-les Grenadines : Fête nationale
de la Saint-Vincent.
-
Ukraine : Journée de l'Unification, commémore
l'acte d'union, signé en 1919 par la République
populaire ukrainienne et l'éphémère Répu-
blique populaire d'Ukraine occidentale.
Mots croisés n°840
Mots croisés n°776
Samouraï-Sudoku n°840

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq : grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

Jeudi 22 Janvier 2015 DÉTENTE DK NEWS 23 Mots fléchés n°840 Proverbes Un ennemi savant vaut

Horizontalement:

 

1.

Immunise contre un poison

gar

2.

Filet de pêche carré - Méde-

7.

Qui se meut avec agilité -

cin américain d'origine russe

Fils de Sem

 

3.

Largeur d'me étoffe - Tor-

8.

Combat, rixe à coups de

dis

poing - Titane

 

4.

Botaniste néerlandais -Re-

9.

Prière catholique à la

latif aux infractions qui peu-

Vierge - Céder à une incita-

vent frapper leurs auteurs

tion (p.p.) - Monogramme

5.

Physicien suisse puis amé-

grec de Jésus

 

ricain, d'origine allemande -

10.

Arctique - Famille prin-

Sigle de l'angl. Hum an Im-

cière d'Italie.

 

muno-Deficiency Virus

11.

Solution - Ecrivain français

6.

Poisson d'eau douce - Han-

12.

Coupée - Haler

Verticalement :

 

1.

Animosité

 

7.

Torsade

2.

Plante

- Unité de

force

8.

Porteraient un coup avec

électromotrice

violence

 

3.

Thallium - Inattendue

 

9.

Grosse mouche - Qui n'a

4.

Ecrivain

américain

-

pas d'

éc lat

- Service du

Pron. pers.

 

travail obligatoire

 

5.

Île

française

 

de

10.

Fondateur

de

la

l'Atlantique

- Stokes

-

Le

dynastie

des Aghlabides -

moi - Béryllium

 

Aussi, de même

 

6.

Colère

-

Langue

non

11.

Insecte

abondant près

indo-européenne parlée

des eaux-Sujet

 

dans l'Antiquité

 

12.

Caches qqch - Infinitif

Jeudi 22 Janvier 2015 DÉTENTE DK NEWS 23 Mots fléchés n°840 Proverbes Un ennemi savant vaut
7 erreurs
7 erreurs
  • 22 DK NEWS

 

TÉLÉ

Jeudi 22 Janvier 2015

 
 

PROGRAMME

DU

JOUR

 
La sélection 20h55 No Limit Résumé Mal renseigné par Bertrand, Vincent échoue à arrêter un na-
La sélection
20h55
No Limit
Résumé
Mal renseigné par Bertrand,
Vincent échoue à arrêter un na-
vire transportant une tonne
de cocaïne à destination de
Marseille. La côte étant mena-
cée à chaque instant par une
marée de stupéfiants, Vincent
doit retrouver la drogue dispa-
rue en mer avant Juliette, le
fournisseur et son redoutable
client ...
09:50 Culture Infos : Dans votre région (2e
   

09:50 Culture Infos : Dans votre région (2e

partie)

partie)

06:45 Jeunesse : TFou 08:25 Culture Infos : Météo 08:30 Culture Infos : Téléshopping 09:20 Culture Infos : Météo 09:25 Série TV : Une histoire, une urgence 09:55 Série TV : Une histoire, une urgence 10:25 Divertissement : Au nom de la vérité 10:55 Divertissement : Au nom de la vérité 11:20 Divertissement : Au nom de la vérité 11:55 : Petits plats en équilibre 12:00 Divertissement : Les douze coups de midi 12:50 Sport : L'affiche du jour 13:00 Culture Infos : Journal 13:40 : Petits plats en équilibre 13:45 Culture Infos : Histoire d'un rêve 13:50 Culture Infos : Météo

10:45 Culture Infos : Consomag 10:50 Culture Infos : Midi en France 11:55 Culture Infos : Météo 12:00 Culture Infos : 12/13 : Journal régional 12:25 Culture Infos : 12/13 : Journal national 12:55 Culture Infos : Météo à la carte 13:50 Série TV : Un cas pour deux 14:55 Culture Infos : Questions cribles au Sé- nat 15:55 Culture Infos : Sénat info 16:10 Divertissement : Des chiffres et des let- tres 16:50 Divertissement : Harry 17:25 Divertissement : Un livre, un jour 17:30 Divertissement : Slam 18:10 Divertissement : Questions pour un champion

13:55 Série TV : Les feux de l'amour 15:15 Divertissement : Trafic de bébés 17:00 Divertissement : Quatre mariages pour une lune de miel 18:00 Divertissement : Bienvenue au cam- ping 19:00 Divertissement : Le juste prix 19:55 Culture Infos : Météo 20:00 Culture Infos : Journal 20:30 Culture Infos : Météo 20:35 Culture Infos : Météo des neiges 20:40 Série TV : Nos chers voisins 20:45 Divertissement : C'est Canteloup 20:55 Série TV : No Limit 21:55 Série TV : No Limit 23:00 Série TV : New York, section criminelle 23:50 Série TV : New York, section criminelle

18:45 Culture Infos : Météo des neiges 19:00 Culture Infos : 19/20 : Journal régio- nal 19:18 Culture Infos : 19/20 : Edition locale 19:30 Culture Infos : 19/20 : Journal natio- nal 19:58 Culture Infos : Météo 20:00 Sport : Tout le sport 20:10 Culture Infos : L'action d'après 20:15 Culture Infos : Météo régionale 20:20 Série TV : Plus belle la vie 20:50 Cinéma : Disco 22:30 Culture Infos : Météo 22:35 Culture Infos : Grand Soir 3 23:25 Culture Infos : Ce qu'ils savaient

20h45 Des paroles et des actes Résumé Emmanuel Ma- cron, le ministre de l'Economie, est l'in-
20h45
Des paroles et des actes
Résumé
Emmanuel Ma-
cron, le ministre de
l'Economie, est l'in-
vité de cette émis-
sion, présentée par
David Pujadas. Il sera
confronté à des oppo-
sants et des journa-
listes de la rédaction,
dont Nathalie Saint-
Cricq pour la sé-
quence «Le révéla-
teur», François Len-
glet pour «Pure éco-
nomie», ou encore
Jeff Wittenberg et sa
rubrique «Pure poli-
tique». Haut fonc-
tionnaire et banquier d'affaires né en 1977, il a été nommé ministre de l'écono-
mie le 26 août 2014. Très critiqué par une partie de la gauche, il est un symbole
du tournant politique du gouvernement de Manuel Valls, et de la gestion éco-
nomique de François Hollande.
  • 20h45

06:20 Divertissement : La semaine des Guignols
 

06:20 Divertissement : La semaine des Guignols

06:50 Divertissement : Zapping

06:25 Culture Infos : Point route 06:30 Culture Infos : Journal 06:35 Culture Infos : Télématin 06:57 Culture Infos : Météo 2 07:00 Culture Infos : Journal 07:10 Culture Infos : Télématin (suite) 08:00 Culture Infos : Journal 08:10 Culture Infos : Télématin (suite) 09:05 Divertissement : Dans quelle éta-gère 09:10 Série TV : Des jours et des vies 09:30 Série TV : Amour, gloire et beauté 09:55 Culture Infos : C'est au programme 10:50 Culture Infos : Météo outremer

06:55 Divertissement : Le Before du grand journal 07:20 Culture Infos : La météo 07:25 Divertissement : Le petit journal 07:50 : Les Guignols de l'info 08:00 Culture Infos : La météo 08:05 Sport : Zapsport 08:10 Série TV : Mon oncle Charlie 08:30 Cinéma : Angélique 10:20 Cinéma : Dans l'ombre de Mary : la promesse de Walt Disney 12:20 Culture Infos : La nouvelle édition 12:45 Culture Infos : La nouvelle édition, 2e

 

10:55 Divertissement : Motus 11:30 Divertissement : Les Z'amours 12:00 Divertissement : Tout le monde veut prendre sa place 12:55 Culture Infos : Météo 2 13:00 Culture Infos : Journal 13:48 Culture Infos : Météo 2 13:50 Culture Infos : Consomag 13:55 Culture Infos : Expression directe 14:00 Culture Infos : Toute une histoire 15:05 Culture Infos : L'histoire continue 15:35 Culture Infos : Comment ça va bien !

partie 14:05 Cinéma : Quai d'Orsay 15:55 Divertissement : Rencontres de cinéma 16:15 Série TV : Gomorra 17:10 Série TV : Gomorra 18:15 Divertissement : Le Before du grand journal 18:45 Culture Infos : Le JT 19:05 Divertissement : Le grand journal 20:00 : Le grand journal, la suite 20:25 Divertissement : Le petit journal 21:00 Série TV : Game of Thrones

 

16:45 Culture Infos : Comment ça va bien !

21:55 Série TV : Game of Thrones

 

17:15 Culture Infos : Dans la peau d'un chef 18:15 Divertissement : Pyramide

22:45 Série TV : Shameless 23:40 Cinéma : Suzanne

 
20h55

20h55

18:50 Divertissement : N'oubliez pas les pa- roles

 
18:50 Divertissement : N'oubliez pas les pa- roles Game of Thrones

Game of Thrones

 

19:25 Divertissement : N'oubliez pas les paroles

07:00 Jeunesse : Tony & Alberto

11:00 Série TV : Desperate Housewives

11:45 Série TV : Desperate Housewives

22:40 Série TV : Le transporteur - la série

Résumé

19:55 Culture Infos : Météo 2 20:00 Culture Infos : Journal 20:40 Série TV : Parents mode d'emploi 20:42 Divertissement : Alcaline l'instant 20:43 Culture Infos : Météo 2 20:44 Culture Infos : Météo des neiges 20:47 Culture Infos : Des paroles et des actes 23:15 Divertissement : Alcaline le mag

07:10 Jeunesse : Tony & Alberto 07:20 Jeunesse : La maison de Mickey 07:40 Série TV : Docteur La Peluche 08:10 Jeunesse : Sammy & Co 08:25 Série TV : Lou ! 08:35 Série TV : Les p'tits diables 08:55 Culture Infos : Météo 09:00 Culture Infos : M6 boutique 10:10 Série TV : Modern Family

Daenerys déploie son armée et ses dragons pour libérer les esclaves d'Astapor. Quant à Sandor Clegane, il doit répondre de ses actes passés devant la Confrérie des sans-ban- nières. Cependant, au nord du Mur, Jon Snow est contraint de faire ses preuves. Theon, de son côté, subit de nouvelles tor- tures ...

19:55 Culture Infos : Météo 2 20:00 Culture Infos : Journal 20:40 Série TV : Parents
10:30 Série TV : Modern Family
 

10:30 Série TV : Modern Family

 
 
20h50

20h50

 

06:00 Culture Infos : EuroNews

06:47 Jeunesse : C'est bon !

 

06:45 Série TV : LoliRock

12:40 Culture Infos : Météo 12:45 Culture Infos : Le 12.45 13:05 Série TV : Scènes de ménages

Le transporteur - la série

Résumé

 

06:50 Jeunesse : Les Dalton 06:57 Jeunesse : Les Dalton 07:05 Jeunesse : Les Dalton

07:15

: Nos voisins les Marsupilamis

07:41 Série TV : Nos voisins les Marsupila- mis 08:07 Série TV : Nos voisins les Marsupila- mis 08:31 Jeunesse : Les lapins crétins : invasion 08:37 Jeunesse : Les lapins crétins : invasion 08:45 Jeunesse : Peanuts 09:03 Culture Infos : Dans votre région (1ère

13:40 Culture Infos : Météo 13:45 : L'homme aux miracles 15:30 : Le serpent de septembre 17:25 : Les reines du shopping 18:25 : Les reines du shopping 19:40 Culture Infos : Météo 19:45 Culture Infos : Le 19.45 20:10 Série TV : Scènes de ménages 20:55 Série TV : Le transporteur - la série 21:45 Série TV : Le transporteur - la série

Frank doit venir en aide à son ami l'inspec- teur Tarconi, en danger en Biélorussie. Alors

Frank doit venir en aide à son ami l'inspec- teur Tarconi, en danger en Biélorussie. Alors qu'il était sur le point d'arrêter Anatole Rei- chenberg, un trafiquant international de faux médicaments, Tarconi, blessé et trahi par son équipe, a dû prendre la fuite et trouver un endroit où se cacher. Quand Frank arrive sur place, il comprend que son ami ne partira pas tant qu'il n'aura pas arrêté ce truand qu'il traque depuis si longtemps et qui s'apprête à faire partir une nouvelle car-

partie)

23:35 Série TV : Le transporteur - la série

 

gaison mortelle ...

 
 

24

DK NEWS

SPORTS

Jeudi 22 Janvier 2015

BOXE/CHAMPIONNAT DU MONDE DE LA WSB

L'Algérie face à Cuba le 24 janvier à Blida

L a franchise algérienne «Desert Hawks» (Faucons du désert) affrontera samedi 24 janvier à Blida, la formation des «Domadores» de Cuba, tenante du titre, pour le compte de la 2e journée de la 5e édition du championnat du monde de la World Series of boxing (WSB), organisée par l'Association internationale de boxe (AIBA).

En prévision de ce match prévu à la salle OMS Chalane-Hocine de l'OPOW Mustapha-Tchaker de Blida (18h00), l'équipe algérienne effectue depuis le 16 janvier un stage de préparation à Chéraga (Alger), sous la houlette d'un staff technique renforcé, conduit par les entraîneurs nationaux Mar- choud Bahous et Ouadahi Boua- lem. Une conférence de presse sera organisée demain (16h00) à Blida, la veille du match, en présence

des responsables des deux fran- chises. L'Algérie sera représentée dans cette rencontre du groupe (A), prévue en cinq combats, par cinq pugilistes. Ils s'agit d'El Barka Abdelhakim (52 kg), Reda Benbaziz (60 kg), Tabi Sofiane (69 kg), Nabil Kassel (81 kg) et Hamza Beguerni (+91 kg). Les meilleurs boxeurs algé- riens, à savoir Mohamed Flissi, Chouaib Bouloudinet, Abdelka- der Chadi et Abdelhafid Bencha- bla (blessé) ne font pas partie des Faucons du désert, puisqu'ils sont retenus par l'AIBA pour participer dans sa nouvelle compétition pro- fessionnelle Aiba Pro Boxing (APB). De son coté, la sélection cu- baine, admise en 2013 dans la WSB, est à Alger depuis mardi. Elle a effectué sa première séance d'entraînement à Chéraga, une heure après son arrivée. Cette confrontation s'annonce très difficile pour les Algériens, compte tenu du haut niveau de la sélection cubaine qui a laissé une grande impression lors de la pré- cédente édition de la WSB, en ga- gnant tous ces matchs par (5-0). Elle n'avait perdu q'une seule

confrontation à l'extérieur, conte la franchise russe (2-3). La majorité des boxeurs cu- bains ont un niveau mondial, à l'image de Lacruz Eraza Julio Cesar (81 kg) champion du monde à Almaty 2013, Alvarez Estrada La- zaro (60 kg) également champion du monde à Almaty 2013 et mé- daillé de bronze aux jeux olym- piques de Londres 2008, Iglesias Sotolongo Roniel (69 kg) cham- pion olympique en 2008 et cham- pion du monde 2009 en Italie et Veitia Soto Yosbany médaillé de bronze aux mondiaux d'Almaty, champion du monde juniors en 2010 et auteur d'une 5e place aux mondiaux de Bakou 2011. La franchise cubaine avait gagné son premier match contre les «Lions de l'Atlas» du Maroc par

(5-0).

Les Desert Hawks d'Algérie ont été tirés dans le groupe A, très re- levé, et dans lequel figurent no- tamment des solides équipes :

Cuba «Domadores», championne en titre, les «Otamans» d'Ukraine, «Russian Boxing» de Russie, les «Guerreros» du Mexique,»British Lionhearts» de la Grande Bre- tagne, «Lions de l'Atlas» du Maroc et les «Dragons» de Chine.

24 DK NEWS SPORTS Jeudi 22 Janvier 2015 BOXE/CHAMPIONNAT DU MONDE DE LA WSB L'Algérie face

Le groupe B, quant à lui, est composé de : «Condors» d'Argen- tine, «Astana» du Kazakhstan, «Italia Thunder» d'Italie,

demi finaliste de la 4e édition, a été reportée en raison du froid glacial qui frappe la ville russe qui devait abriter ce rendez-vous.

«Knockouts» des Etats-Unis, «Hussars» de Pologne, «Baku

Le programme des combats :

Fires» d'Azerbaïdjan, «Hurri-

52

kg: El Barka Abdelhakim -

canes» de Porto Rico et «Ca-

Veitia Soto Yosbany

ciques» du Venezuela.

60

kg: Reda Benbaziz - Alva-

La première rencontre de la

rez Estrada Lazaro

franchise algérienne qui prend

69

kg: Tabi Sofiane - Iglesias

part à cette compétition pour la

Sotolongo Roniel

troisième année consécutive, ini-

91

kg: Nabil Kassel - Lacruz

tialement prévue vendredi 16 jan- vier contre l'équipe «Russian boxing», finaliste de la Saison II, et

Eraza Julio Cesar +91 kg: Hamza Beguerni - Pero justiz Lenier Eunice

LUTTE

Championnat national Excellence (Juniors) les 30 et 31 janvier à Bordj Bou-Arréridj

24 DK NEWS SPORTS Jeudi 22 Janvier 2015 BOXE/CHAMPIONNAT DU MONDE DE LA WSB L'Algérie face

Le championnat national ex- cellence ( juniors) aura lieu les 30 et 31 janvier à la salle omni- sports Baghoura-Younes de Bordj Bou-Arréridj avec la parti- cipation de 61 lutteurs représen- tant les différentes ligues de wilaya, a-t-on appris hier auprès de la Fédération algérienne des

luttes associées (FALA). La pre-

mière journée du championnat national excellence sera consa- crée aux traditionnelles séances de pesée et de contrôle médical pour les lutteurs des deux spé- cialités (lutte libre et gréco-ro- maine). Les finales de cette compéti- tion qui verra la participation de

31 athlètes (lutte libre) et 30 lut-

teurs pour la gréco-romaine, sont programmées pour la deuxième journée. Selon le règlement des com- pétitions nationales de la FALA, le championnat national «Excel- lence» est ouvert aux lutteurs médaillés du championnat «Honneur», disputé du 15 au 17 janvier à Annaba.

Pour ce qui est du barème de notations des lutteurs, le sys- tème nordique est appliqué aux différents championnats quel que soit le nombre de lutteurs engagés. Des récompenses seront at- tribuées aux lutteurs classés premier de chaque catégorie de poids.

MONDIAL-2015 DE HANDBALL

Hassan Mostafa : «Je m'attendais à un meilleur niveau de jeu de l'Algérie»

Le président de la Fédération interna- tionale de handball (IHF) l'Egyptien Has- san Mostafa, a indiqué hier à Doha qu'il s'attendait à voir la sélection algérienne évoluer avec un «meilleur niveau de jeu» lors du Mondial-2015 qui se déroule au Qatar. «Sincèrement, je m'attendais à voir l'équipe d'Algérie montrer un bon visage et évoluer avec un meilleur niveau de jeu. Je n'ai pas compris exactement ce qui s'est passé», a déclaré Mostafa lors d'un point de presse à l'hôtel Ritz Carlton de Doha. Les Verts ont perdu leurs trois premières ren-

contres disputées lors de ce rendez-vous mondial face à l'Egypte (34-20), l'Islande (32-24) et la Suède (27-19). «L'Algérie a remporté avec brio le championnat d'Afrique (CAN-2014), donc évidemment des espoirs ont été fondés sur cette équipe. Habituellement les matchs entre l'Algérie et l'Egypte se terminent par un ou deux buts d'écart, mais là c'est sur- prenant de voir le score final», s'est étonné le patron de l'IHF. En plus des résultats négatifs, les co- équipiers de Berkous n'ont pas joué leur jeu sur les plans technique et physique,

selon plusieurs spécialistes présents à Doha. «Je n'ai pas encore rencontré des responsables algériens pour savoir s'il y

avait des problèmes au sein de l'équipe ou

autre chose (

...

)»,

a dit le responsable égyp-

tien qui a rappelé que «l'Algérie restera un

des leader du handball en Afrique». La sélection algérienne affrontera la France jeudi (19h00 algérienne) à la salle Duhail, avant de terminer la phase de poule devant la République Thèque sa- medi.

APS

MONDIAL-2015 DE HANDBALL Hassan Mostafa : «Je m'attendais à un meilleur niveau de jeu de l'Algérie»
24 DK NEWS SPORTS Jeudi 22 Janvier 2015 BOXE/CHAMPIONNAT DU MONDE DE LA WSB L'Algérie face

Solution

Sudoku N°839 THESAURISEUR ATON OBIS V KUAL ALUMPUR ATTELER OSER NESS OKAS BO SS MINER RUS
Sudoku N°839
THESAURISEUR
ATON OBIS V
KUAL ALUMPUR
ATTELER OSER
NESS OKAS BO
SS MINER RUS
A.SEN L ACETS
SOUSTR AIRE A
C
P EU GALET
IMPORTUNS L
TAO IL ESSAI
Y TAMISEE NO
Mots Croisés N°839
24 DK NEWS SPORTS Jeudi 22 Janvier 2015 BOXE/CHAMPIONNAT DU MONDE DE LA WSB L'Algérie face
FLEURDELISES OURSE BALCON NEGOCIATION CU NY UT P R IR ASCIBILITE E D LOIS.ERE RIVIERE B
FLEURDELISES
OURSE BALCON
NEGOCIATION
CU NY UT P R
IR ASCIBILITE
E D LOIS.ERE
RIVIERE B AL
ENEE GSTAAD
MAR BA ENNUI
ERBIL ARC
IL
NIECES N PRE
T SIDATIQUES
Solution
Mots Fléchés N°839
Mots
Fléchés N°150

Jeudi 22 Janvier 2015

SPORTS

DK NEWS 25

MOBILIS

-

LIGUE

1

Le MC Alger renoue avec la victoire grâce à «l'esprit de groupe retrouvé»

L e nouveau président du MC Alger, Abdelkrim R aissi, a estimé hier que l'esprit de groupe retrouvé au sein de l'effectif de son équipe a été pour beaucoup dans la victoire, la veille, face au MC El Eulma (4-0) après 11 matchs sans succès dans le championnat de Mobilis - Ligue 1 algérienne de football.

«Nous sommes très contents de cette victoire qui est le résultat de l'esprit de groupe retrouvé au sein de notre effectif. Cela augure d'une suite de parcours positive après une première partie de saison des plus difficiles», a déclaré à l'APS, le premier responsable du Doyen. Les Vert et Rouge n'avaient plus goûté à la victoire depuis la quatrième journée lorsqu'ils avaient battu la JS Saoura (2-1) au stade Omar-Hamadi. Ils ont attendu la 16e journée, la première de la phase retour, pour renouer avec le succès. C'est aussi le premier match des Mouloudéens depuis l'arrivée de Raissi

Jeudi 22 Janvier 2015 DK NEWS MOBILIS - LIGUE 1 Le MC Alger renoue avec la

aux commandes du club en remplace- ment de Hadj Taleb Omar, qui a démis- sionné de son poste lors de la trêve hivernale. «Evidemment, je suis heureux de dé- buter avec une victoire, intervenue de surcroît après plusieurs contre-perfor- mances. Ce que je retiens aussi dans ce match contre le MCEE c'est que notre équipe est parvenue pour la première fois cette saison à marquer quatre buts sans en encaisser aucun», a poursuivi Raissi. Au cours de cette rencontre, l'entraî- neur portugais du «Doyen» Arthur Jorge, a aligné une seule des trois re- crues de son équipe lors du mercato

d'hiver. Il s'agit de l'attaquant Men- douga, auteur d'un but pour sa première apparition sous les couleurs de la formation phare de la capitale. «Mendouga a fait montre de belles dispositions sur le terrain, je suis content pour lui d'autant plus qu'il a réussi à ouvrir son compteur but dès son premier match, mais j'estime qu'il est en- core tôt de le juger», a commenté le président mouloudéen à pro- pos du joueur camerounais de 22 ans. Raissi reste en outre persuadé que le chemin est encore long pour ses pro- tégés afin d'assurer leur maintien parmi l'élite. «Nous sommes toujours derniers au classement. Nous aurons encore d'au- tres rencontres capitales à livrer, à com- mencer par la prochaine sur le terrain de l'ASO Chlef qui nous devance de deux points», a conclu le cinquième prési- dent du MCA depuis que ce dernier a été racheté par Sonatrach en janvier 2013. Après son large succès mardi à Bolo- ghine, le MCA revient à trois points du premier club non relégable, le NA Hus- sein Dey.

L'USMA prépare «le Clasico» face à la JSK

L'USM Alger (Ligue 1 algé- rienne de football) ne dispo- sant que de trois jours pour préparer le «Clasico» de la 17e journée face à la JS Kaby- lie le 24 janvier au stade Omar-Hamadi, reprend les entraînements dès le lende- main de son retour de Sétif, où elle a été battue mardi par l'ESS (3-2) pour le compte de la 16e journée. Après chaque journée de champi