Vous êtes sur la page 1sur 17

Le Virus de l’Hépatite A (VHA)

Le Virus de l’Hépatite A (VHA)


• Objectifs pédagogiques :
 Connaître l’épidémiologie et les caractéristiques virologiques de
l’hépatite A.

 Connaître les méthodes diagnostiques virologiques : quels tests dans


quelle situation clinique ?

 Argumenter l’attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

 Connaître l’éventuel passage à la chronicité et son traitement.

 Connaître la prévention.
Le Virus de l’Hépatite A (VHA)
• Plan :
I - Introduction.
II - Taxonomie.
III - Caractéristiques virologiques.
- Structure virale.
- Organisation génomique.
IV - Multiplication du virus.
V - Epidémiologie.
VI - Aspects cliniques.
VII - Diagnostic virologique.
VIII- Traitement.
IX Prévention.
Le Virus de l’Hépatite A (VHA)
I - Introduction :
 Le virus de l'hépatite A (VHA) a été mis en évidence en 1973 par Stephen
Feinstone.
 Le réservoir du VHA est le sujet infecté, malade ou non.
 Ses caractéristiques principales sont une excellente résistance dans le milieu
extérieur.
 Sa transmission et son épidémiologie découlent de ses propriétés
particulières. Ainsi, le VHA résiste aux températures ambiantes et
à la congélation (-20 à +30°C) et aux variations d'acidité (pH 1-11)
pendant plusieurs heures à plusieurs mois.
Le Virus de l’Hépatite A (VHA)
II - Taxonomie :
 Famille : Picornaviridae.
 Genre : Hepatovirus.
 Espèce ; VHA.
 01 seul sérotype (unique).
 07 génotypes (>15 % de variations) : IA,B; II; IIIA,B; IV; V; VI et VII :
- Homme : génotype I (90 %), (III, II - VII).
- Singes : IV, V, VI.

N.B : Sous types ----- 7,5 % de variations.


Le Virus de l’Hépatite A (VHA)
III - Caractéristiques virologiques :
 Structure virale :
 Taille : 27 - 32 nm.
 Acide Nucléique : ARN simple brin à polarité positive d'environ 7500
nucléotides qui est lié de façon covalente à une petite protéine Vpg de 2,5 kDa.
Ce génome possède un cadre de lecture ouvert codant pour une protéine de
2227 acides aminés, qui est clivée en plusieurs protéines structurales
(capside) et non structurales.
 Capside à symétrie icosaédrique.
 Absence d’enveloppe.
 Organisation génomique :
Le Virus de l’Hépatite A (VHA)
IV - Multiplication du virus :
Le Virus de l’Hépatite A (VHA)
V - Epidémiologie :
 Le virus de l’hépatite A (VHA) se transmet par voie féco-orale, habituellement par
ingestion d’eau ou d’aliments contaminés ou par contact direct avec une personne
infectée.
 L’hépatite A sévit sous forme sporadique ou épidémique dans le monde, en ayant
tendance à des récurrences cycliques.
 Elle survient habituellement au cours de l’enfance ou chez l’adulte jeune.
Des épidémies surviennent parfois dans des collectivités.
 En raison de l’amélioration de l’hygiène, la population des pays développés est
moins souvent en contact avec le virus ce qui explique les hépatites A
survenant chez les sujets âgés.
HEPATITE VIRALE A
Transmission:

- Ingestion d’eau ou d’aliments contaminés par les matières fécales


(crudités
coquillage );
- Maladie des mains sales.
Fréquence :
- Liée au niveau socio économique.
- Épidémie dans les crèches, dans les
familles, maladie des voyageurs.
Le Virus de l’Hépatite A (VHA)
VI - Aspects cliniques :
 L’incubation est courte, de l’ordre de 14 à 28 jours.

 Une phase prodromique spécifique de type "syndrome pseudo-grippal" peut


apparaitre durant quelques jours (1-4j.) avec selon les cas, de la fièvre, des
céphalées, un mal-être, une perte d’appétit, des diarrhées, des nausées, des
douleurs gastriques, des urines foncées et un ictère (coloration jaune de la peau
et du blanc de l’œil).
Les personnes infectées ne manifestent pas tous ces symptômes à la fois.

 La phase d'état caractérisée par l'hépatite biologique non nécessairement


associée à une quelconque symptomatologie clinique.
Le Virus de l’Hépatite A (VHA)
VI - Aspects cliniques :
 L'infection est très souvent asymptomatique chez l'enfant, les symptômes
sont beaucoup plus fréquents chez l'adulte et le risque de décès s'accroit
avec l'âge.
 La virémie est faible et brève, des particules virales sont excrétées dans
les selles pendant une dizaine de jour.
 L’hépatite est le plus souvent asymptomatique et bénigne. Il existe des
formes choléstatiques.
 Il n'existe pas de portage chronique du virus de l'hépatite A.
 Les formes fulminantes sont exceptionnelles.
Le Virus de l’Hépatite A (VHA)
VII - Diagnostic virologique :
 Les cas d’hépatite A ne sont pas distinguables à l’examen clinique des
autres types d’hépatites virales.

 Dosage des marqueurs biochimiques ( transaminases : ALAT - ASAT,


bilirubine, phosphatase alcaline, Gamma glutamyl transférase ) et les
facteurs de coagulation.

 Sérologie : Mise en évidence des IgM et IgG anti VHA par ELISA.
- IgM anti VHA : infection récente.
- IgG anti VHA : infection passée ou vaccination.
Le Virus de l’Hépatite A (VHA)
VII - Diagnostic virologique :
 Une fois le diagnostic d’hépatite fait, la responsabilité du virus A est affirmée par la
présence d’anticorps anti-VHA de type IgM (technique ELISA).
 Ceux-ci apparaissent rapidement dès les premiers symptômes et persistent quelques mois.
Les anticorps anti-VHA de type IgG persistent de nombreuses années et sont associés à
une immunité à long terme.
 On peut aussi faire appel à des tests de type RT-PCR, reposant sur une réaction de
polymérisation en chaîne, couplée à une transcription inverse pour déceler l’ARN du virus de
l’hépatite A soit dans le sang lors de la phase de virémie, dans les selles voire dans le foie
au moment de la cytolyse (intérêt épidémiologique uniquement), ce qui nécessite parfois
des installations de laboratoire spécialisées.
Le Virus de l’Hépatite A (VHA)
VIII - Traitement :
 Il n’existe pas de traitement spécifique contre l’hépatite A.
 La disparition des symptômes après l’infection peut être lente et prendre plusieurs
semaines, voire plusieurs mois. Le plus important est d’éviter toute médication
inutile.
 En l’absence de défaillance hépatique aiguë, l’hospitalisation n’est pas nécessaire.
 Le traitement vise à préserver le confort du malade et un équilibre nutritionnel
adéquat, notamment par un remplacement des pertes liquidiennes dues aux
vomissements et aux diarrhées.
 Dans les cas les plus sévères, la transplantation hépatique sera l'ultime recours.
Le Virus de l’Hépatite A (VHA)
IX - Prévention :
 Rappeler les règles strictes d'hygiène à la personne infectée afin de prévenir les
transmissions secondaires.

 Le vaccin est constitué de virus inactivés et cultivé sur cellules MRC5.


 Le schéma vaccinal repose sur deux injections généralement espacées de 6
à 12 mois.
 La vaccination, très efficace, permet une protection à vie (Pas de rappel
ultérieur) et doit être recommandée dans toutes les situations à risque.